La Tribune

Télétravail et farniente, halte aux idées reçues

Copyright AFP
Copyright AFP
latribune.fr (source AFP)  |   -  328  mots
Travailler de chez soi et pouvoir s'adonner au farniente? A en croire les télétravailleurs interrogés dans le cadre d'une enquête publiée vendredi, associer ces deux notions est une idée reçue, car le télétravail augmente le temps et la charge de travail.

Travailler chez soi, c'est travailler plus? Selon une étude réalisée de mai 2011 à février 2012 auprès de 350 télétravailleurs, par l'Obergo, observatoire spécialisé dans le télétravail avec le soutien de la CFDT-cadres, ce mode d'organisation du travail engendre une augmentation du temps de travail pour 64% d'entre eux. Il apporte également un surcroît de charge de travail à 22% d'entre eux, et un fort ressenti sur ce sujet, manifesté lors d'entretiens individuels.

Dans le même temps, le télétravail reste perçu comme très positif car il apporte une amélioration de la qualité de vie personnelle à neuf salariés sur dix, des marges de liberté dans la gestion du temps (83%), une diminution du stress lié aux transports (81%) ou encore une amélioration perçue de la productivité pour l'entreprise (77%).

9% de télétravailleurs en France

Le télétravail fait l'objet d'un accord national interprofessionnel (ANI) décidé en 2005. Depuis, des accords ont été signés dans de nombreuses entreprises comme Alcatel-Lucent, France Télécom ou encore la Banque de France. Toutefois, selon les dernières données disponibles, seuls 9% de salariés "télétravaillent" en France, alors que le taux dépasse 20% dans le Nord de l'Europe et aux Etats-Unis et s'échelonne entre 15% et 20% dans le reste de l'Europe.

L'Obergo formule des préconisations pour réussir la mise en place du télétravail, à destination à la fois des salariés et des entreprises. L'observatoire suggère notamment aux salariés d'"accepter l'idée de vivre le paradoxe" d'une meilleure qualité de vie au prix d'une charge de travail accrue, d'avoir négocié un contrat écrit avec l'employeur ou encore d'avoir une aptitude à l'autonomie.

Du côté des entreprises, l'Obergo préconise entre autres qu'elle soit pleinement convaincue que le télétravail est bon pour la productivité et qu'elle accepte l'idée que cette organisation du travail repose sur la confiance mutuelle employeurs-salariés.

Réagir

Commentaires

pathinder  a écrit le 13/03/2012 à 21:22 :

@ yvan, on voit que vous et le monde du travail le vrai travail celui qui se lève tôt pour bosser et pour faire bouillir la marmitte, vous est totalement inconnu, à moins que vous ayez une place de cadre dans une bonne société, si c'est le cas libre à vous de le dire à la terre entière, mais ne vous étonnez pas à avoir de très bonne réponses.

pathinder  a écrit le 13/03/2012 à 21:15 :

@ arow ou quoi que soit vôtre nom, si vous êtes inscrit à pôle emploi et que vous recherchez du boulot, retirez vite vôtre annonce, car si vous travaillé 48 h voir plus c'est un de ces pseudo-intellectuelle qui ont assez de temps pour publier sa réponse en travaillant en même temps, il y à des personnes qui ont été pour moi plus qu'un long fleuve tranquille

pathinder  a écrit le 13/03/2012 à 21:06 :

@ alicee1 bon vôtre idée est bonne mais pourquoi vous ne la mettez pas à pôle emploi, je ne sais pas ce que fait les censures car je signale un contenu abusif de cette internaute, elle est hors sujet, et je ne vois absolument pas une quelconque expérience de télémarketing, alors je trouve cela choquant de voir cette réponse en haut de liste.

alicee1  a écrit le 12/03/2012 à 9:33 :

Bonjour,

je suis étudiante en doctorat de psychologie à l'Université. Je me permets de vous adresser ce mail car je cherche à diffuser une enquête anonyme de recherche sur la santé au travail. En effet, pour les besoins de mon enquête il faudrait que je dispose d'environ 250 participants qui se connectent à partir de mon lien (ci-joint, ci-dessous) mais je peine à les trouver.

Je vous serais très reconnaissante et cela m'aiderait beaucoup si vous pouviez passer et diffuser le lien via vos contacts mails et sur tous types de blogs ou sites où l'on peut toucher des salariés du public ou du privé.

Voici ci-dessous le lien électronique de l'enquête si vous voulez nous aider (la passation dure 20 minutes) :
http://acasaucau.com/enquete.html

En échange et si cela vous intéresse je peux vous envoyer aussi une synthèse des données recueillies par l'enquête. Merci bien de votre soutien, bien respectueusement

Kendal  a écrit le 11/03/2012 à 17:03 :

Mon point de vue basée sur une expérience pratique du télétravail.
1- oui, on travaille sans doute plus, et en tous cas de façon différente
2- ce surplus est compensé par le gain sur les déplacements, temps perdu pour tout le monde, pour le salarié autant que pour l'entreprise.
3- le contact direct avec les collègues est indispensable, au moins une fois par semaine (la "sociabilisation" dont il est question ne passe pas entièrement à travers les NTIC).
4- les limites physiques et temporelles entre espace de travail et espace personnel sont importantes.... et il faut savoir les gérer.

solestella  a répondu le 11/03/2012 à 20:33:

Vous avez raison, en France, nous avons 800 000 télétravailleurs que l'article ignore : les enseignants dont plus de la moitié du travail se fait à leur domicile et qui doivent donc s'organiser en fonction...

pmxr  a écrit le 09/03/2012 à 17:26 :

Ma secrétaire a été victime d'un cancer... je lui ai aménagé un poste à domicile. Elle a trois enfants, ce qui lui permet d?épargner des sous sur la garde, d?éviter les kilomètres en voiture ...son poste à domicile a été crée suivant son souhait ! En ce qui me concerne j'ai fait un AVC depuis, , je travaille également depuis mon domicile !

Arow  a écrit le 09/03/2012 à 15:59 :

Je suis en poste mais ayant mon cv sur des sites de recherche d'emploi j'ai recu de nombreux appels de chasseurs de tete me demandant "que pensez vous du home office".
A chaque fois je les ai remercié en leur disant que ce netait pas pour moi...
Cadre, je travail deja plus de 48h par semaine c'est hors de question de voir mon bureau le WE et de ceder a la tentation de bosser encore plus. Qui plus est, le salaire proposé par ces boites n'intégrait AUCUNE prime du fait que le salarié devait bosser de chez lui avec tout ce que cela engrange comme frais supplémentaire. Enfin, cest un avis personnel mais travailler de chez soi sans croiser de collegues, sans structure cela desociabilise les salariés!

Patrickb  a répondu le 09/03/2012 à 19:23:

@Arow: désociabilise ?? parce que t'as pas de vie personelle ?? Le travail à domicile demande en effet des qualités que la majorité des prétendus cadres n'ont pas :-)

yvan  a écrit le 09/03/2012 à 14:27 :

Là où le télétravailleur se fait rouler, est qu'il rejoint la cohorte des cadres sans en avoir le salaire : "on" vous "donne" une charge de travail de 60 heures mais "on" vous fait confiance pour la réaliser en 35, vu que vous êtes très bon ...

Patrickb  a répondu le 09/03/2012 à 19:25:

@yvan: on est payé au projet, pas à la semaine. Quitte à toi de réaliser le projet plus vite (en travaillant plus longtemps tous les jours par exemple), mais en tout état de cause pour le prix négocié au départ. Décidément, les commentaires fusent de la part de gens qui ne savnet pas de quoi ils parlent :-)

yvan  a répondu le 11/03/2012 à 13:51:

Merci de confirmer mes dires, Patrickc. Payé au forfait quelles que soient les heures... Piège à cons. Pardon de devoir devenir vulgaire. Mais...

Solestella  a répondu le 11/03/2012 à 20:31:

Le travail à la pièce à toujours existé et on sait qu'il suffit au patron d'augmenter ses exigences pour que le salarié rapide se retrouve toujours avec un salaire très moyen. Sinon les salariés ne se seraient pas battus pour être mensualisés au temps...