A Davos, on parlera des inégalités croissantes entre riches et pauvres

 |   |  465  mots
Selon cette enquête, à laquelle ont participé plus de 700 experts mondiaux, les événements météorologiques extrêmes, le chômage, le changement climatique et les cyberattaques viennent ensuite dans la hiérarchie des risques les plus à même de provoquer un choc systémique à l'échelle mondiale.
Selon cette enquête, à laquelle ont participé plus de 700 experts mondiaux, les événements météorologiques extrêmes, le chômage, le changement climatique et les cyberattaques viennent ensuite dans la hiérarchie des risques les plus à même "de provoquer un choc systémique à l'échelle mondiale". (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
C'est ce qu'affirme le Forum économique mondial dans son rapport annuel, publié une semaine avant la 44e édition du Forum de Davos. L'organisation cite également les crises budgétaires ou encore le risque croissant de défaillance massive des systèmes informatiques parmi les risques les plus préoccupants.

L'aggravation du fossé entre les plus riches et les plus pauvres est le principal risque qu'encourt le monde au cours des années à venir, met en garde ce jeudi le Forum économique mondial (WEF).

 

"Le fossé persistant entre les revenus des citoyens les plus riches et ceux des plus pauvres est considéré comme le risque susceptible de provoquer les dégâts les plus graves dans le monde au cours de la prochaine décennie", indique le Forum dans son rapport annuel sur les risques mondiaux présenté à Londres.

 

Selon cette enquête, à laquelle ont participé plus de 700 experts mondiaux, les événements météorologiques extrêmes, le chômage, le changement climatique et les cyberattaques viennent ensuite dans la hiérarchie des risques les plus à même "de provoquer un choc systémique à l'échelle mondiale".

 

Risque croissant de "cybergeddon" et de "balkanisation de l'Internet"

 

Le rapport du Forum économique - publié une semaine avant la 44e édition du Forum de Davos qui se tiendra du 22 au 25 janvier - cite également les crises budgétaires ou une éventuelle crise de l'eau parmi les risques les plus préoccupants aujourd'hui ainsi que le risque croissant de "cybergeddon" (défaillance massive des systèmes informatiques qui aurait des conséquences catastrophiques pour l'économie mondiale).

 

La "dépendance croissante" à l'égard d'internet et "l'expansion massive des équipements qui y sont reliés rendent le risque de défaillance systémique plus important que jamais en 2014", avertit le Forum. D'autant plus que suite aux "récentes révélations concernant la surveillance des gouvernements" par l'ancien consultant informatique Edward Snowden, "la communauté internationale se montre moins désireuse de travailler conjointement à l'établissement de modèles de gouvernance pour remédier à cette faiblesse", regrette le WEF.

 

Un manque de coopération qui "pourrait aboutir à une balkanisation de l'Internet, également appelée cybergeddon, où les pirates jouiraient d'une supériorité écrasante et où les perturbations massives seraient monnaie courante", craint le Forum.

 

"Les interconnections entre sociétés et technologies entraînent une augmentation des risques systémiques"

 

"Nos vies changent à un rythme sans précédent. Les transformations à l'oeuvre dans l'économie, l'environnement, la géopolitique, la société et la technologie offrent des opportunités sans pareil mais les interconnections entre elles entraînent également une augmentation des risques systémiques", estime Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial.

 

"Les entreprises, les gouvernements, la société civile font face à la nécessité de faire évoluer impérativement la compréhension et la gestion de l'émergence de risques globaux qui, par définition, ne respectent pas les frontières nationales", souligne-t-il, cité dans le rapport.

 

 

>> Suivez toute l'actualité du World Economic Forum sur le blog "Inside Davos"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2014 à 0:37 :
Les riches tremblent car le monde est devenu trop petit pour qu'ils puissent se cacher. Le bouc émissaire moderne est donc l'informaticien ! Va-il être tatoué et enfermé dans des camps ?
a écrit le 16/01/2014 à 22:19 :
ils en parleront ... et ils ressortiront les necessaires reformes sur la flexibilisation du marché du travail ....
Si Davos avait une fibre sociale cela se saurait
on attend le classement de la compétitivité par pays avec des indicateurs aussi palpitant que le nombre de telephone mobile par habitant couplées aux notes parfaitement subjectives sur les appreciations pays par pays sur des criteres qui ne sont par nature pas les memes d'un pays a une autre . Un chinois classera a 5 sa justice , cela voudra t il dire que la justice de son pays et la meme que celle d'un francais qui aura aussi classé 5 la siennne .... et pourtant c'est exactement la nature du classement annuel du rapport de compétitivité.
Aussi stupide que le classement international de l'optimisme des pays qui met l'afghanistan devant la france ... comme si le francais etait du coup moins heureux que l'afghan .....

oui Davos , cette belle destination suisse , au pays des comptes bancaire et du secret du meme nom . parlez nous des pauvres . parlez ca occupera l'espace
a écrit le 16/01/2014 à 18:16 :
"A Davos, on parlera des inégalités croissantes entre riches et pauvres" formidable ! A c'est une bonne nouvelle j'ai eu peur qu'ils allaient faire quelque chose ! ouf
a écrit le 16/01/2014 à 17:42 :
et à la prochaine fête de l'Huma on discutera de l'horrible augmentation des prix des Yachts.
a écrit le 16/01/2014 à 15:52 :
A davos on parlera des inegalites,en buvant du champagnes et du romanee conti, en se tapant bien fort sur le ventre .
a écrit le 16/01/2014 à 15:28 :
"les pirates jouiraient d'une supériorité écrasante" Haarrr. Terroristes !!!
a écrit le 16/01/2014 à 15:27 :
Ceci était un publi-reportage au profit de l'association Sauvons les Riches...
a écrit le 16/01/2014 à 15:08 :
Ils commencent à bien sentir les risques, les gars. On les aide à concrétiser..?? En toute inamicalité, bien sûr...
a écrit le 16/01/2014 à 14:11 :
Y a un drôle de type qui, en janvier2.010,
y a vociféré des tonnes sur la finance, même que son adversaire politique a bégayé la même chose en 2.012, mais au Bourget devant ses potes. Marrants ces Frenchies, nein ?
Réponse de le 16/01/2014 à 22:24 :
il est vrai que c'est nettement miexu d'avoir des bons moutons qui se font tondre comme des pelés dans le silence (britain have got talents) et qui se gargarise d'un concensus social national en se payant sur le dos de bons salariés a 4 euros de l'h ( deutsche Qualitat) et cette reussite des pays de la co-gestion qui affichent du traval partiel a moins de 20 h par semaine pour 50% des salariés (au pays d'endemol). Et oui ca rale toujours en france ... au moins ca montre que ca vit encore au lieu de vivre sous camera micros et autre biometrie comme du bon betail a mettre en batterie. oui VIVA LA FRANCE y compris avec son coq qui chante les pieds dans la merde.
a écrit le 16/01/2014 à 14:05 :
A Davos, il faudra surtout bien mesurer le risque d'une explosion sociale qui rendra la vie impossible aux riches qui ont mal acquis leurs biens.

A Davos, il faudra surtout bien mesurer le risque des guerres civiles qui se traduiront par des biens mal acquis qui seront réduits en cendres par les feux allumés par ces voyous de la finance et ces profiteurs qui auront installés la misère.
Réponse de le 16/01/2014 à 14:17 :
Il faudra, il faudra, il faudra quoi ? Déjà en 2.010, le champion de la France avait vociféré < il faut pas que, il faut pas que...> et, il n'a rien fait ni obtenu, si ce n'est que son adversaire en 2.012 a vociféré la même chose au Bourget, puis s'est affalé, comme son prédécesseur. Alors, qu'est-ce qu'il faut ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :