Les nouveaux bus 100% électriques de la RATP seront made in France

 |   |  354  mots
La filiale du groupe Bolloré, Blue Solutions, fabriquera les nouveaux bus éléctrique de la RATP. /Crédit: groupe Bolloré.
La filiale du groupe Bolloré, Blue Solutions, fabriquera les nouveaux bus éléctrique de la RATP. /Crédit: groupe Bolloré. (Crédits : Groupe Bolloré)
Prévu pour 2025, le parc de bus de la RATP se prépare à devenir 100% électrique. Suite à un appel d'offre en octobre 2013, le gagnant est... le groupe Bolloré.

La RATP a un coup de cœur pour le made in France. Après des tractations entre les différents intéressés, la RATP a annoncé, mercredi, avoir porté son choix sur la société Blue Solutions, filiale du Groupe Bolloré, implanté à Laval (Mayenne). Un projet à 10 millions d'euros sur 4 ans.

Face à un parc de bus vieillissant et polluant, la RATP avait lancé un appel d'offre en octobre 2013 pour rénover ses transports. Une volonté qui s'inscrit dans un souci écologique pour l'entreprise.

Des bus made in France

Le groupe Bolloré fournira l'ensemble des minibus électriques, baptisés Bluebus. Le groupe groupe posséde déjà une forte expérience dans ce domaine. La filiale bretonne, fer de lance du groupe pour les transports, fabrique déjà les transports en commun des villes de Tours, La Réunion, Rambouillet, Laval, Le Grand-Duché du Luxembourg, Bayonne, Tarbes, Bordeaux.

Deux types de bus seront mis en service. Des bus court de 5,40 mètres de long pouvant accueillir 22 personnes. Un choc culturel comparé aux bus classique de la RATP. Et des bus plus longs, 12 mètres, pouvant accueillir 80 personnes, destinées aux marchés périurbains et disposant d'une plus grande autonomie.

Ces bus 100% électriques, "prochainement sur les lignes exploitées par la RATP", utiliseront des batteries Lithium-Métal-Polymère (LMP), implantées sur le toit, qui disposent d'une autonomie permettant d'assurer 120 kilomètres. Une dépendance à l'électrique qui pourrait amener la RATP à passer un accord de coopération avec EDF pour réduire les risques et le financement du projet.

La volonté de changement de la RATP

Une décision qui vient conforter l'annonce de Pierre Mongin, PDG de la RATP, en février de la fin du diesel pour l'ensemble des bus, soit 4500 véhicules, d'ici 2025. Il avait également rappelé la volonté de changement de la RATP :

"Nous voulons un produit différent de ce qui existe aujourd'hui, la solution est à construire" pour "réduire de 50 % les émissions de particules dans [le] parc de bus sur l'Ile-de-France".

>> La RATP dévoile son plan pour un réseau de bus 100 % écologiques en 2025

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/06/2014 à 12:06 :
Et ca va coûter combien d'obliger pour des raisons politiques la RATP à s'équiper en électrique alors que les bus ont une part marginale dans la pollution ? des mesures démagogiques pour ne pas s'attaquer aux causes de la pollution de l'air voiture, motos et utilitaires.
on va plomber les transports publics pour un résultat invisible.
Réponse de le 22/06/2014 à 12:42 :
Vous voulez rire, Charles ? Les bus, une part marginale dans la pollution ?
De toute façons, tout ce qui est diesel doit être banni, à brève échéance !
a écrit le 20/06/2014 à 0:39 :
Ca va encore nous coûter un rein comme Heuliez...
Réponse de le 22/06/2014 à 12:48 :
Nous n'allons pas bouder notre plaisir, pour une fois qu'on nous propose autre chose que ce diesel polluant !
a écrit le 19/06/2014 à 16:40 :
La Réunion n'est pas une ville..
Réponse de le 22/06/2014 à 12:52 :
Il faut comprendre les villes de La Réunion ! Que vous êtes chicanier !
Apparemment, tout le monde avait compris, sauf vous !
a écrit le 19/06/2014 à 15:37 :
appel d'offres avec un "s" c'est mieux.
a écrit le 19/06/2014 à 15:27 :
dans 11 ans on sera !!!!
dommage que Delanoe , Huchon , les écolos de paris , la mairesse est attendus 12 ans pour se mettre en ordre de marche
effet d'annonce
Réponse de le 19/06/2014 à 17:43 :
Alors j'ai un truc révolutionnaire pour vous, je pense que ca va changer votre vie : la syntaxe. C'est tout bête, on y pense pas tout le temps et pourtant qu'est ce que vous seriez plus crédible (ou tout simplement lisible).
a écrit le 19/06/2014 à 14:40 :
c'est un peu facile de dire "Made in France" .... Toutes les pièces du bus sont "made in France" ? Ou simplement les vitres.... A vérifier !
Réponse de le 20/06/2014 à 18:52 :
C'est comme pour la bouffe, il faut qu'une étape soit faite en France pour que ce soit du made in France. Ils vont recharger les batterie en local; ça doit suffir pour dire "Made in France" !.
a écrit le 19/06/2014 à 14:27 :
parfait. Mais a revoir la taille des bus qui circulent dans Paris. trop long, trop large, trop encombrant et absolument pas adaptes aux vieilles rues anciennes de notre capitale. A Rome depuis 10 ans des plus petits bus écolos circulent dans l'hypocentre et des plus grands autour ..et c'est tellement mieux plus simple. A oui j'oubliai nous sommes en France et il va falloir convaincre 125 administrations et décideurs locaux, municipaux, régionaux etc...avant qu'une directive soit pondu puis votre d'ici 15 ans.....
a écrit le 19/06/2014 à 14:25 :
ça va souvent tombé en panne alors ... ou pire il va faire grève !! xD
a écrit le 19/06/2014 à 13:38 :
Un journaliste pourrait il enfin enquêter sur le coût d'exploitation des batteries de Bolloré qui doivent être alimentées en permanence quand elles ne sont pas utilisées pour les miantenir à 85 degrés. Est ce vraiment écologique ?
Réponse de le 19/06/2014 à 13:42 :
On s'en moque. Tout ce que nous voulons ce sont des véhiculent qui circulent sans bruit et sans polluer l'air. Les technologies existent, c'est grotesque de rouler avec de vieux moteurs thermiques. Et la Mairie de Paris devrait être plus offensive. Mise en place d'un péage à l'entrée de Paris sauf pour les voitures électriques ou hybrides!
Réponse de le 20/06/2014 à 18:55 :
Paris devrait surtout inciter les entreprises a se délocaliser en campagne !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :