La Tribune

"Les PME ont besoin de mesures d'assouplissement pour l'emploi"

Propos recueillis par Isabelle Moreau  |   -  388  mots
Dans une interview à la Tribune, Jean-François Roubaud, président de la CGPME, confédération générale des petites et moyennes entreprises revient sur l'impact de la crise économique sur l'emploi dans les PME.

Quel est aujourd'hui l'impact de la crise économique sur l'emploi dans les PME ?
 

L'impact de la crise varie fortement en fonction de la branche d'activité. Les branches les plus touchées à l'heure actuelle sont le commerce de détail, les cafés et la restauration, ainsi que les petites entreprises du bâtiment. Pour l'heure, dans les PME, cela se traduit par une réduction de l'intérim et une contraction des contrats à durée déterminée. L'emploi stable n'est, lui, pas encore touché. Mais on est certain que la crise économique est là et les PME connaîtront des difficultés en termes de résultats qui auront un impact direct sur l'emploi.

Quelles types d'annonces en faveur de l'emploi attendez-vous demain du chef de l'Etat ?
 

Il faut trouver des réponses individuelles dans chaque entreprise et, au-delà, dans chaque bassin d'emploi. Nous avons besoin de mesures d'assouplissement pour l'emploi. Aujourd'hui par exemple, le contrat de transition professionnelle (CTP) est aujourd'hui réservé à sept bassins d'emploi. Il pourrait être élargi, comme cela va être le cas pour les salariés des sous-traitants de l'usine Renault de Sandouville. Le généraliser à l'ensemble du territoire est impossible car ce contrat coût cher, mais on pourrait l'étendre à d'autres bassins d'emploi sinistrés. Le chef de l'Etat essaie de trouver des solutions pragmatiques en fonction du bassin d'emploi.

Augmenter le volant des contrats aidés peut-il être une bonne chose pour les PME ?
 

De manière générale, les contrats aidés sont peu utilisés par les PME. Mais oui, on peut trouver des entreprises qui pourraient être intéressées par ce type de contrat, sur une logique de donnant-donnant, comme cela existe avec les contrats de professionnalisation A la CGPME, nous réfléchissons à la manière d'améliorer les relations entre demandeurs d'emploi et entreprises.

La fusion ANPE/Assedic va-t-elle dans le bons sens ?


Cette fusion, décidée par le gouvernement, peut être efficace pour les demandeurs d'emploi, mais elle n'est pas simple à mettre en place. Pour les entreprises, il faudra arriver à centraliser les offres d'emploi à pourvoir et les mettre en regard des demandes des chômeurs. Car aujourd'hui, un grand nombre d'offres d'emploi ne trouvent pas preneurs. On recherche par exemple entre 80.000 et 100.000 offres d'emploi non pourvues le bâtiment.

 

 

Réagir

Commentaires

Ticot  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

C'est magique? Fusionner l'anpe et l'assedic va résorber le chômage. 2 fois zéro égal zéro !!!

puntoboy  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Assouplissement de l'emploi ? Visiblement le patronat n'a rien compris. La crise vient d'un statut sans cesse plus précaire des salariés. Les banques ont été contraintes à prêter malgré cette précarité pour faire tourner une économie qui ne peut pas croitre sans ces millions de travailleurs pauvres. Au moindre retrournement de tendance, le système s'écroule. Mais n'hésitons pas : continuons comme avant. Payons en-dessous du smic, augmentons sans cesse le nombre de travailleurs pauvres, précarisons toute l'échelle sociale, continuons le dumping social ... et nous sortirons de la crise... par le bas !!!

puntogirl  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Et si c'était la rigidité du marché du travail qui bloquait tout le système ?
Contraindre les entreprises qui ne marchent pas à payer des collaborateurs dont le travail est devenu inutile car non vendu ne paraît pas globalement très efficace.
La garantie ne peut être que globale, et seulement valable si le système fonctionne réellement et non artificiellement.

billy  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

hum.. pour les TPE, il ne faudrait plus parler d'emploi salarié. mais d'association , associés ou rien. Etre salarié dans une TPE c'est l'arnaque. Vous n'avez que la précarité, pas les avantages. Pour les grandes entreprises, il faudrait VRAIMENT qu'on arrete de faire 1 plan social par 6 mois, il faudrait aussi qlue le but des entreprises soient de survivre, pas de faire grimper les dividendes des actionnaires. La structure d'entreprise de type SCOP , n'est pas assez courante. il faut la promouvoir, l'aménager, l'améliorer, la rendre attractive etc.
Je resume le travail dans les grandes entreprises : attendre la prochaine re-org, s'occuper de conforter sa place. Surtout ne vous intéressez pas trop à ce que l'entreprise produit, cela conduit à faire partie du prochain plan! il faut redonner aux gens qui travaillent le respect qu'ils méritent, pour cela il faut commencer par respecter un ratio concernant la rémunération des investisseurs, et la rémunération des salariés..