Près de 2500 suppressions d'emplois annoncées ce mardi en France

 |   |  211  mots
De Goodyear à ABB en passant par EDA et Altis Semiconductor, ce mardi est un jour noir pour l'emploi en France.

Les conséquences sociales de la crise économique se font durement sentir. Rien que ce mardi, ce sont près de 2500 suppressions d'emplois qui ont été annoncés successivement en France en quatre vagues.

La première concerne le site d'Amiens du constructeur américain de pneumatiques Goodyear qui double son plan de réduction d'effectifs avec près de 820 emplois supprimés comme la Tribune l'avait récemment révélé.

La seconde vient du groupe helvético-suédois d'ingénierie ABB qui va réduire ses effectifs dans l'Hexagone de 20% soit 540 postes sur un total de 2500 salariés en France.

En outre, le tribunal de commerce de Paris vient de prononcer la liquidation judiciaire du grossiste alimentaire EDA, Euro distribution alimentaire. Elle va se traduire par la suppression de 617 postes. Un concurrent a été autorisé à reprendre partiellement l'activité, sauvant ainsi 97 autres salariés.

Enfin, la direction de l'usine de composants électroniques Altis Semiconductor, située à Corbeil-Essonnes (Essonne) et à la recherche d'un repreneur, a annoncé lors d'un comité d'entreprise extraordinaire la suppression de 400 emplois sur environ 1.500, selon les syndicats.

Et l'on saura jeudi si Nortel France est mis en liquidation ce qui se traduirait par 500 suppressions d'emplois suppplémentaires.

De mauvais augure pour les chiffres du chômage en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
magnifique dernière phrase de l'article: "de mauvais augure pour les chiffres du chomage en France" !!! moi j'aurais plutot dis : "1750 étres humains et leurs familles dans la merde" !! c'est toute la différence entre un raisonnement économique et un raisonnement humain ......
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La fameuse variable d'ajustement...l'humain...remercié sans aucune précaution, combien sont-ils a voir leur avenir s'assombrir subitement, parce que la rentabilité de l'Entreprise diminue ? Pas de travail = pas de pouvoir d'achat, la misère au coin de la rue....nous vivons dans un Monde qui marche sur la tête...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Super, de nouvelle compétences libérées pour créer ou développer de nouvelles activité. Vive la crise et assez de pleurnicherie, les "travailleur" savent parfaitement se reconvertir, profiter de la chance d'un chômage pour partir dans de nouvelles directions.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Eh oui...que d'analyses économiques stupides. On compte 2,6 millions d'entreprises en France. Si l'on compare notre activité en France avec celle des pays de l'OCDE, nous avons un déficit de...1,5 millions d'entreprises (source : Ordre des experts-comptables) . Personne ne se demande pourquoi ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
drlapiano : "les travailleur savent parfaitement se reconvertir, profiter de la chance d'un chômage pour partir dans de nouvelles directions."

J'aimerais bien voir ça !!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour compléter ce qu'a écrit A@crit

La France compte un taux de chomage des moins de 25 ans parmi les plus élevés d'Europe. La France compte aussi un taux de chomage des seniors parmi les plus élevés d'Europe. La France compte aussi une durée hebdomadaire du travail parmi les plus basses d'Europe et un nombre de jours de congés parmi les plus élevés d'Europe. Autrement dit, la France n'a plus de travail à offrir à sa population en âge de travailler. D'où l'excès du nombre de fonctionnaires, car il faut bien que quelques uns aient un travail. D'où l'excès de fiscalité et de charges, qui reposent sur les quelques uns qui travaillent et doivent payer pour tous les autres.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Purgeons les entreprises de tous ces travailleurs qui ruinent les marges, les profits et les dividendes, assainissons les entreprises, quoi ? des pauvres ? de la misère ? de quoi parlez vous celà ne nous regarde pas !... jusqu'au jour où tous ceux là en auront assez et vous botteront le cul !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le coût du système social à la française a pour contre-partie un chômage difficile à résorber; quand reviendra la prospérité, nous n'en tirerons que de maigres bénéfices pour les salariés; les syndicats disqualifiés ne s'intéressent ni au futur des régimes de retraite ni au système de santé qui reviendront inéluctablement au privé... comme dans le reste du monde
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Concernant ABB, tout d'abord, n'oublions pas que le groupe ABB licencie car c'est "LA CRISE"! C'est vrai qu'avec plus de milliards de bénéfice en 2008 avec une augmentation de 13%, on a de quoi se plaindre...

Tout cela est donc bien un prétexte pour faire un nettoyage, une purification du groupe Français qui coute quand même plus cher que des Tchèque ou des Indiens. Nous y venons, des bruits courent que les activités seraient, non pas supprimées car couteuse, mais juste délocalisées pour plus de rendement. Il faudra assurer le futur pour les chers actionnaires, bien plus importants que la main d'oeuvre et les 'êtres' qui servent cette entité depuis des années.

Concernant les services extérieurs et les intérimaires, certains sont toujours présents sur le site qui pourtant est en baisse d'activité, faisant le travail des autres... encore un moyen de dire qu'on a plus besoin des employés ABB car les chiffres montreront qu'ils ne font plus grand chose, malin!

tout cela sans compter la candide ignorance des dirigeants sur les mauvais chiffres de la partie robotique cachés et dévoilés en fin d'année 2008 à la surprise de tous, même si au fond tout le monde le savait...

Mais bon, le nouveau bâtiments pourra toujours servir de logement social!

La France avance... à reculons!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :