Avec Marie-Luce Penchard à l'Outre-mer, Sarkozy démine son voyage aux Antilles

 |   |  490  mots
La Guadeloupéenne nommée mardi soir secrétaire d'État à l'Outre-mer accompagnera jeudi et vendredi le chef de l'Etat dans son délicat voyage aux Antilles, encore convalescentes après la longue grève du début de l'année.

Deux jours à peine après sa nomination rue Oudinot en remplacement d'Yves Jego, Marie-Luce Penchard sera du voyage qu'effectue Nicolas Sarkozy jeudi et vendredi en Martinique et en Guadeloupe. Une nomination qui a surpris un bon nombre d'observateurs. Ces derniers estimaient en effet qu'Yves Jego avait sauvé sa tête après avoir été en grandes difficultés lors de la crise sociale des Antilles en début d'année. 

Marie-Luce Penchard, Guadeloupéenne, est la première personnalité originaire d'Outre-mer à siéger au gouvernement depuis Léon Bertrand, ministre du Tourisme de Jacques Chirac dans le gouvernement Villepin, et la première originaire d'Outre-mer à être en charge de ce domaine au sein d'un gouvernement.
Elle est la fille de l'ancienne ministre et ex-présidente du conseil régional de Guadeloupe Lucette-Michaux-Chevry.

"Avec une Guadeloupéenne au poste de commande, ce que Jégo n'a pu obtenir, Marie-Luce Penchard l'obtiendra", a déclaré Victorin Lurel, président du conseil régional de Guadeloupe, qui espère que l'Outre-mer en aura fini avec ce qui était "mégoté, pesé et soupesé par Bercy et parfois la présidence".

La présence de Marie-Luce Penchard aux Antilles jeudi et vendredi permettra peut être à Nicolas Sarkozy de démincer ce déplacement qui s'annonce aussi dense que délicat dans les deux îles de la France des Caraïbes encore convalescentes après la longue grève contre la vie chère du début de l'année. Lors de ce séjour de moins de 48 heures, le président fera un point d'étape des états généraux de l'Outre-mer lancés le 21 avril, qui doivent déboucher à la rentrée sur des décisions concrètes annoncées lors d'un conseil interministériel.

Mais ces états généraux seront boudés par le LKP ("collectif contre l'exploitation") guadeloupéen, à l'origine du mouvement de grogne sans précédent qui a fait cet hiver un mort - un syndicaliste abattu par des jeunes à un barrage - et le collectif du 5 mars martiniquais. Avant même l'arrivée du chef de l'Etat, les syndicats de Guadeloupe ont lancé une "semaine de mobilisation". D'importants renforts policiers ont été d'ores et déjà envoyés sur place.

C'est la première fois depuis son arrivée au pouvoir que Nicolas Sarkozy effectue une tournée aux antilles proprement dite - il s'était rendu quelques heures en Martinique au printemps 2008 pour les obsèques du poète Aimé Césaire. Trois jours avant son départ, le chef de l'Etat s'est adressé aux 2,6 millions de Français de l'Outre-mer lundi devant le Congrès réuni à Versailles."Comment pourraient-ils se sentir pleinement citoyens de notre République si notre République tient si peu à leur égard la promesse d'égalité qu'elle fait à tous les citoyens?", a-t-il dit, assurant qu'il parlerait aux antilles "des moyens par lesquels la République pourra tenir ses engagements". 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tiens donc, Mme MICHAUX-CHEVRY n'a pas eu de difficulté pour trouver un job à sa fille !.
Comme par hasard cette dernière a les compétences de sa mère.
Et comme sa mère elle va bénéficier des avantages de la République.
C'est fou comme quoi certains postes sont héréditaires !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A part l'independance je ne vois pas ce que l'on peut faire devant des revendications farfelues et irrealisables pour y avoir vecu c'est bien malheureux
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mr P2
raisonnement simpliste, larguez 2.6 domiens et tomiens...peut etre faudrait il modifier en profondeur la structure economique de ces iles. ce serait mieux et moins cher . car entre les besoins strategiques et le domaine maritime , porteur d'avenir pour le pays tout entier il y a de quoi reflechir.
je suis d'acord par ailleurs sur le caractere hereditaire de la vie politique, mais il existe partout .je ne suis pas du clan Michaux du tout , mais il va falloir voir la dame a l'oeuvre.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
réponse à P2 : mais oui avec une Guadeloupéenne tout s'arrange !
Ne soyez pas pessimiste... la Métropole paiera !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonjour ,
est-il point besoin de dire que le peuple Noir reste le seul à qui on ne veut rendre son identité et reconnaitre le génocide de trois siècle d'histoire. Sans faire de comparaison hasardeuse, certain peuple spolier on était remboursé des méfaits, les criminels de et bourreaux de guerre ont été jugés. Nos enfants subissent encore les poncifs de mal autrui comme p2 qui n'a certainement pas pu continuer à perpétuer l'esclavage...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
dans le conflit martiniques/guadeloupe JEGOU est le seul a en avoir pris plein la g....... Ni son ministre de tutelle, ni SARKO on pris sa défense.
C'est une vrais injustice pour celui qui a tout fait pour l'honneur de la FRANCE
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Yl n'y a bien que son voyage de déminé. Avec un pib local qui va frisser les -7 voir -8% et une progession d'un taux de chomage de plus de 10% ce qui fait que l'on va atteindre plus de 30% de la population locale au chomage de tres tres longue durée. Quand dans un autre article j'ai écrit que la révolution était inéviable dès l'instant ou 25% de la population n'est plus active....Et que la minstre des DOM-TOM soit enfant du pays, ne reglera pas le problème...Cela explosera. et je vous donne rendez-vous....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
arretez les plaintes et au boulot!!...y en a assez de payer pour des gens qui ne veulent pas transpirer!! Il ne faut pa rever ...
tout le monde veut gagner beaucoup d argent sans forcer...arretez d etre envieur et au travail Mmes et Mssieurs!!!!
Et Mmes Mssieurs les Dirigeants stoppez l ironie, ne prenez pas le peuple pour des dupes et soyez sincerement honnetes..

Muchas gracias

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :