Exclusif - L'Unedic veut lancer un emprunt pour financer son déficit

 |   |  182  mots
Unedic va faire un emprunt massif pour financer un déficit qui atteindra 4,6 milliards d'euros en 2010, indique Geoffroy Roux de Bézieux à la Tribune.

Le conseil d'administration de l' Unedic va examiner vendredi le lancement d'un nouvel emprunt afin de financer son déficit qui devrait atteindre 18 milliards d'euros fin 2013, déclare son président, Geoffroy Roux de Bézieux. "Nous avons un emprunt de deux milliards d'euros qui arrive à échéance en février 2010. Il nous faut donc restructurer notre dette. La période est favorable: il y a beaucoup d'appétence des marchés pour les acteurs institutionnels et les taux ont baissé", souligne-t-il dans un entretien publié vendredi dans le quotidien La Tribune.

Les comptes de l'assurance chômage sont passés d'un excédent de 4,5 milliards d'euros en 2008 à un déficit prévu de 1,3 milliard en 2009 et de 4,6 milliards en 2010, précise-t-il, ajoutant que le "le déficit cumulé à fin 2013 pourrait atteindre 18 milliards d'euros". Il ajoute que la décision de revaloriser ou non les allocations chômage au 1er juillet sera prise lors du même conseil d'administration, qui se tient dans la matinée.

Retrouvez l'interview complète de Geoffroy Roux de Bézieux dans La Tribune de ce vendredi

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Qui va donc souscrire à un emprunt, même garanti par l'Etat, basé sur la solvabilité future des chômeurs, alors que des sommes farmineuses dorment et dormiront encore dans les paradis fiscaux ? C'est une bonne blague à la française, comme les gogos français aiment bien les avaler...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Emprunts, emprunts, emprunts. Les Dirigeants n'ont plus que ce mot à la bouche. Cela ne va pas, cela ne va plus car cette mode, ce n'est pas bon du tout. La France est atteinte d'une maladie mortelle. Cela suffit maintenant, il faut en sortir de cette perpétuelle situation à la longue mortelle de quémandeur, d'emprunteur intempestif.
Que faire ?
Il n'y a qu'une solution : ECONOMISER ! Baisser de facon drastique les hauts salaires des hauts fonctionnaires et des dirigeants pour commencer. Augmenter la pression fiscale sur les très riches et les riches. Imposer fortement les belles résidences avec tout le confort, les grosses voitures, les gros comptes en banques. Nous allons changer de civilisation et elle ne peut se faire sans une remise en question de ce qui est à l'origine du changement : la luxure, l'abondance de biens, le gaspillage, le gaspillage des ressources naturelles, y compris l'air et l'eau. La culture de la sobriété va prendre le relais que l'on veuille ou non.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'UNEDIC qui emprunte pour financer son déficit. On à rien compris à la crise actuelle ! C'est une crise de l'emprunt que nous vivons... Et pour financer les déficits accumulés en partie du aux emprunts précédents, que fait on ? On emprunte de plus belle ! M. Izraelewicz nous dit ce matin sur RMC Info qu'il n'y a pas 36 solutions. On peut pas augmenter les cotisations, on peut pas baisser le montant des indemnisation il n'y a donc que la solution de l'emprunt. Quel manque d'imagination ! Pour qu'il y ait moins d'indemnisation c'est pourtant facile, il faut plus de cotisation. Comment avoir plus de cotisation ? En remettant les gens au boulot ! Et là il n'y pas 36 solutions, soit on attend la fin de la crise et le retour de la croissance, soit on réduit massivement le temps de travail. Le retour de la croissance, ça fait 30 ans qu'on l'attend. Reste la solution de la réduction du temps de travail. On baisse le temps de travail (on travaille 4 jours) et on exonère les entreprises (qui embauchent !) de cotisations chômage de manière à ce la masse salariale soit la même (donc pas d'augmentation du cout de production). C'est financé par l'UNEDIC qui voit des indemnisés devenir cotisants... Et si on mettait la question du temps de travail sur la table en mettant de côté tous les préjugés idéologiques ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
N'oublions pas que le Medef a obtenu une baisse des cotisations patronales sur les cotisations ASSEDIC l'année dernière... Sans anticiper une seconde la hausse du chômage qui allait suivre. C'est complètement absurde.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
PAS UN RADIS, PAS UN FIFRELIN.
Je paye tous mes impôts (personnel et société) depuis des années.
Ou est passé le pognon ?????En retrocommissions ????
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cette fois ci on est au bout du bout emprunter pour financer l'investissement soit, emprunter pour financer le fonctionnement le l'Etat ça commence à craindre, mais pour indemniser les chômeurs... les cerottes sont très bientôt totalement cuites,... que rstera-t-il de ce pays ?... Il est grand temps de convoquer des Etats Généraux !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ALLEZ Y! ! ! ! PERSONNE NE DIS RIEN bande voleurs
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La mode est aux "emprunts", allons y!!... Pour financer les pertes cumulées maintenant!!!18 Milliards sur combien d'années? et quelles années...3 années de suite? Dépot de bilan obligatoire!! Structure trop lourde et/ou déséquilibre recettes/indemnités? Cela fait bien longtemps que l'on aurait du mettre cette "entreprise d'état" en redressement puis en liquidation judiciaire. Au moins tout aurait été remis à plat, selon l'expression consacrée et tant galvaudée!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le prochains subprime on le connait maintenant, l'explosion en vol de l
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le prochain subprime on sait ou le trouver, la bulle sera faite par les politiques trop gourmants et les Etats dépensiers, Inflation garantie, impots garanti et Bercy veut faire revenir les expatriés fiscaux avec une politique pareil qu'elle rigolade, il faut vraiment être un crétin pour croire à leur déclaration de bonnes intention, réglez d'abord le déficit chronique de 3,5%. On va leur couper la tête à ces gaspilleurs de notre richesse. Lol
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Oui FL a raison , Un emprunt c'est fait pour financer des investissements dont on a attend une rentabilité et non pour éponger des déficits .Ceci est valable tant pour cet emprunt de l'Unedic que celui de Sarko qui veut éponger ainsi le déficit des retraites qu'il n'est pas capable de gérer .Le seul emprunt type acceptable est celui par exemple d'EDF dont le but est financer des investissements en outils de production."La Tribune " pourrait faire des cours de bonne gestion!..
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je suis d'accord avec Fatalitas, j'irai plus loin en proposant un emprunt pour le rsa. car les nouveaux prélèvement sociaux qui passent de 11 à 12,1% ne suffiront jamais...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :