La Tribune

Sécurité sociale : 30,6 milliards d'euros de déficit prévu en 2010

latribune.fr  |   -  909  mots
Le gouvernement a présenté ce jeudi le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2010. Il prévoit un déficit record : 23,5 milliards d'euros en 2009 et, pour 2010, 30 milliards d'euros, voire 33,6 milliards si aucune mesure n'était prise.

Le déficit de la Sécurité sociale (maladie, retraites, famille, accidents du travail) devrait atteindre "sous le poids de la crise" 30,6 milliards d'euros en 2010, et même 33,6 milliards si aucune mesure n'est prise, a indiqué ce jeudi le ministre du Budget Eric Woerth, en présentant le projet de budget 2010 de la Sécurité sociale (PLFSS). Le déficit pour 2009 a été corrigé à la hausse à 23,5 milliards d'euros.

Ces chiffres, le gouvernement les explique par la baisse des recettes de la Sécurité sociale liée à la hausse du chômage. Eric Woerth maintient ainsi que le "déficit lié à la crise" représente près de 65% du déficit total en 2009 et 75% en 2010.

En 2009, "notre priorité a été de laisser le système de protection sociale jouer son rôle d'amortisseur si précieux en temps de crise. C'est au prix d'un déficit plus important, mais c'est un choix que nous assumons pleinement", a affirmé le ministre, qui a également déclaré qu'il espérait une baisse du chômage dès le deuxième trimestre 2010.

Toutefois, selon la commission des comptes de la Sécu, si "cette aggravation très rapide" du déficit est certes la conséquence de la crise économique, les déficits de 2009 et 2010 "ont aussi une composante structurelle substantielle, qui porte principalement sur la branche vieillesse" (retraites). Un constat qu'Eric Woerth ne dément pas, puisqu'il a reconnu que le chiffre impressionnant de 30,6 milliards "ne [devait] pas occulter [les] efforts pour stabiliser le déficit structurel".

Hausse du forfait hospitalier de 16 à 18 euros

Pour faire face à la situation, le gouvernement se refuse - crise oblige - à des hausses de cotisations, mais un effort sera demandé aux malades, l'objectif gouvernemental étant de concentrer les efforts sur la maîtrise des dépenses, de la branche maladie notamment.

Ainsi, le forfait hospitalier, qui représente la participation des malades aux frais hôteliers lors d'une hospitalisation, actuellement de 16 euros, sera augmenté à 18 euros. Le forfait hospitalier de psychiatrie, actuellement de 12 euros, passe à 13,5 euros.

Des baisses de tarifs des radiologues et des biologistes sont aussi envisagées.

Les taux de remboursement d'une quarantaine de médicaments au "service médical rendu faible" baissera également, probablement de 35% à 15%, a annoncé ce jeudi la ministre de la Santé Roselyne Bachelot.

Les indemnités versées par la Sécurité sociale lors d'accidents du travail devraient dorénavant  être imposées, dans le cadre du projet de loi de finances pour 2010, d'après une proposition du chef de file des députés UMP, Jean-François Copé.

Contrôle des arrêts maladie

Le gouvernement pourrait par ailleurs modifier le dispositif des affections de longue durée (ALD). Il s'agirait d'en faire sortir plus facilement certains patients, pris en charge à 100%, dès lors que leur guérison est acquise.

Le PLFSS propose aussi d'augmenter les contrôles sur les arrêts maladie : les contrôles seront poursuivis sur les médecins "gros prescripteurs" d'arrêts de travail et la contre-visite médicale patronale, expérimentée en 2009, sera généralisée.

Le gouvernement souhaite également inciter les établissements de santé à choisir des transports groupés ou des taxis pour faire baisser le coût des transports sanitaires.

Taxation de l'assurance-vie et des plus-values de cessions mobilières

Il est prévu par ailleurs de taxer les plus-values de cessions de valeurs mobilières au premier euro et non plus à partir d'un seuil de 25.000 euros de cession. La mesure entrerait en vigueur au 1er janvier 2010.

Le gouvernement souhaite également soumettre aux prélèvements sociaux (CSG et CRDS) les contrats d'assurance -vie multisupports en unités de compte dont le capital était exonéré de CSG et de CRDS (12,1%) en cas de décès.

Du côté des retraites, les compensations accordées aux mères salariées du secteur privé , qui leur permettent d'obtenir jusqu'à deux ans de durée d'assurance supplémentaire par enfant, sont laisséees inchangées pour les enfants déjà nés. Pour les enfants à naître, le disposif change pour en faire bénéficier en partie les pères, sous certaines conditions.

En revanche, la taxation des retraites-chapeaux, ce prélèvement sur la rémunération des hauts dirigeants, doublera, selon les déclarations des ministres Xavier Darcos et Eric Woerth.

Le "forfait social" (taxe sur l'intéressement, la participation et l'épargne salariale) sera doublé en 2010, passant de 2% à 4%. Ce prélèvement à la charge des employeurs avait été introduit dans le budget 2009 de la Sécurité sociale. Laurence Parisot, présidente du Medef, a d'ores et déjà demandé le retrait de cette mesure, arguant qu'"à l'heure où les retraites sont incertaines, les entreprises s'inquiètent de voir l'épargne salariale soudainement amputée".

200.000 places d'accueil pour les moins de trois ans

Concernant l'accueil des jeunes enfants et des personnes âgées, le PLFSS prévoierait, selon le journal Le Monde, une hausse, étalée sur quatre ans, de 7,5% des crédits accordés à la création de places d'accueil pour les moins de trois ans. Soit une dépense de 1,25 milliard d'euros supplémentaires pour créer près de 200.000 places d'ici à 2012.

Les assistantes maternelles souhaitant aménager leur logement pourraient bénéficier d'un prêt à taux zéro plafonné à 10.000 euros.

Le PLFSS prévoierait  également d'augmenter de 5,8% des crédits consacrés aux personnes âgées et handicapées, notamment dans le cadre du plan Alzheimer.


 

Réagir

Commentaires

kiki580  a écrit le 04/05/2010 à 7:58 :

bjr je vois que lon nous annonce le déficide de la sécurité sociale alors arrtez avec cela on metterait les jeunes au travaille sa ferait une rentrée g argent mais non on les laissent faire des conneries et pourtant du travaille en france il pourrait y en avoir alors arrtetez de venir en aide au un ou au autre remettaient les jeunes au travaille pour la cotisation secu et retraite et je pense que sa ira mieux dans les deux sens merci

patjo  a écrit le 26/02/2010 à 9:11 :

Ca fait des années qu'on nous informe de façon ponctuelle de ce problème. Ce que je vois de plus en plus fréquemment c'est les ballades des ministres et du président (sans majuscules) dès qu'un fais divers monopolise le 20H00. En économisant les frais de leurs voyages qui ne servent qu?a cet partie de la population ultra protégée (et pour cause) cet argent pourrait être redistribué dans les caisses de la sécu. Mais c'est un rêve utopique. J?attends tous ces vendeurs de vents à l?approche de l?échéance électorale.

Robert  a écrit le 28/10/2009 à 8:18 :

Cela fait des années qu'on nous annonce une réforme de la Sécurité Sociale et des années que l'on subit des "mesurettes"sans conséquences; il faut revoir réellement le système d'abord en réformant la structure fonctionnelle de la Sécurité sociale et son mode de gestion qui est couteux aujourd'hui à cause du système de gestion paritaire qui ne se justifie plus, du taux d'absentéisme des employés de la sécurité sociale ( 26% d'après un rapport de la cour des comptes il y a quelques années, et des dépenses sociales pour des non Français qui viennent profiter d'une générosité héritée des trente glorieuses.
Il faudrait avoir un gouvernement capable de faire preuve de courage car les mesures"dites provisoires" de la CSG et du RDS vont devenir comme la vignette et rien ne changera en ce qui concerne le déficit. Par ailleurs il y a un gros problème de responsabilisation des assurés et si on touchait au portefeuille en rétablissant le paiement à la pharmacie, cela éveillerait chez nos concitoyens plus de sens de La responsabilité.

AR a ecrit le 21/10/2009 a 15:52  a écrit le 21/10/2009 à 12:16 :

on nous prend deja 1 euro par consultation+ 0.50 euro par boite de medicament +1 euro par acte de laboratoire +18 euros si l'on
depase 91 euros l'or d'une intervention chirugicale +4 euros (aller-retour) pour l'ambulance+18 euros forfait hospitalier je me demande si il ne faudra pas aussi amener son couvert et ses draps pour aller a l'hospital ,mais nous les retraites on nous demande pas si on de quoi vivre:(1 pour cent pour 2009) j'appelle ça de la charitee: maintenant l'on ne va plus nous rembourser les cures ;ce n'est pas avec tout ça que la ss sera renfloue c'est plus tot que certain homme politique on besoin d'argent et c'est toujour les meme qui paye ( 120000 chomeur de plus si l'on suprime les cures) sans comter les retombees!!!
nos vieux dans les tombes ils doivent se retourner

jean  a écrit le 17/10/2009 à 4:16 :

que l'état commence à payer ce qu'il doit après le déficit sera moindre!!!

ilvonlefer  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Bonjour
Déficit de la Sécurité Sociale : devons nous faire payer uniquement les malades ?
Non évidemment car beaucoup de personnes sont malades et s'en passeraient bien.
Quand on voit des personnes qui font que de se plaindre pour un rhume, imaginez les malades qui ont un cancer, une maladie longue durée qui les handicape tous les jours,....
Faire payer ces dernières personnes uniquement me semblent très inhumain.
Et ne limitez pas les prélèvements sociaux pour les hauts salaires.
Et puis, je pense que les pouvoirs publics devraient se pencher sur le probleme humain avant de se pencher sur le probleme argent.
Réduire les dépenses de l'Elysée, arrêter ces "brunch party" uniquement pour le bon plaisir de personnes pouvant payer les bons petits plats offerts par le contribuable.
Arrêtez de conduire les ministres dans des véhicules haut de gamme alors qu'une simple clio suffirait
Réduire le garde républicaine qui ne sert à rien sinon au folklore
Arrêtez les repas payés des ministres secrétaires d'état etc etc (ils ont les moyens de s'assumer financièrement compte tenu de leurs hauts revenus...)
Arrêtez le cumul des mandats (divers avantage à chaque fois....)
Des mesures il y en a alors réduisez les avantages de ceux qui s'en tireront très très bien même avec des avantages rognés et arrêtez de taper et de vous acharner sur des gens pauvres ou de classes moyennes pour qu'ils paient leurs médicaments (d'ailleurs, les médicaments que l'on suppriment du remboursement actuellement sont les mêmes qui ont été mis en place par ces mêms hommes politiques copains des responsables de labo alors arrêtez votre hypocrisie et prenez vos responsabilités : vous êtes les coupables et vous voulez faire payer les autres)
Nos hommes politiques n'ont aucun courage que ce soit d'un bord ou d'un autre
Merci de m'avoir publier

berlin  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Politique partisane encore, et irresponsabilité fiscale.

charlie  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

deficit , oui les sorties , bien sur et les entrees : est on sur que toutes les entreperises ont payees leurs dus . la secu publie les secteurs deficitaires mais pas la liste des "retardataires" ...dommage

banco pas ilico  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

a trop tirer sur la ficelle, ça finis par casser.. chefs du gouvernement, vous n'êtes pas loin de la rupture.

PRESERVONS NOTRE SEC SOC  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Depuis les années 80 notre "bonne" Sécurité Sociale est déficitaire malgré des prelevements sur tous les revenus, travail et capital, toujours orientés à la hausse et des deremboursements multiples et divers.Notre couverture maladie a un cout de plus en plus élevé pour le citoyen et l'entreprise. Devons nous pour autant procéder au démentelement de ce systéme de protection social universel qui permet à tous d'être soigné "pauvre & riche" ? pour le remplacer en tout ou partie par une systéme privé ? Gardons nous de ce funeste choix, n'oublions pas que le bien portant d'aujourd'hui et le malade de demain. Il nous faut accepter que la Santé à un cout. Après tout faisons le calcul de notre dépense annuelle en abonnements (TV, internet, téléphone..)Concernant la répartition de la charge, sauf erreur, un haut salaire participe plus qu'un bas salaire cela est juste mais a quel titre devrait il etre sanctionné par une prise en charge moindre. Dans ce cas un célibataire (un cotisant = un bénéficiaire) devrait payer moins pour sa couverture et un couple avec enfant (s) plus (un cotisant plusieurs bénéficaires)...

HRV  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Encore une illustration de la "bonne gestion" de ce gouvernement avec là encore les mêmes recettes inefficaces et injustes pour symboliquement dire que l'on fait quelque chose. Alors qu'aux Etats Unis Obama esssaie avec difficulté compte tenu de l'opposition des compagnies d'assurances de mettre en place un système de sécurité sociale en France Sarkozy comme pour le budget de l'Etat laisse filer le déficit. Là c'est pour faire le lit d'un système à deux vitesses tant souhaité par les assureurs privés. La famille Sarkozy aura bien mérité des places dans les conseils d'administrtion des assureurs et des promenades en yacht de luxe!

wronski  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Supprimer certains ALD (malades de longue durée récurrent) S'ils sont apparemment "gueris" c'est qu'ils se soignent ...et qu'arrivera-t-il s'ils ne peuvent plus se soigner ? Ils redeviendront ALD....ou décèderont ...et ne coûteront plus rien....

balzac  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

bonjour le travail d'heracles si il venait passer ces vacances en france , non serieusement , si les hommes politiques arrettaient de dire aux entreprises qu'il faut baisser les charges ( charges = secu ) ben oui on penalise la secu donc les recettes de cette derniere , seulement on ne dit pas la veritée a ce sujet , les heures sups sans charges ( programme de mr le president ) c'est autant de recettes fiscales et sociales qui ne rentrent pas , certe le pouvoir d'achat augmente pour ces personnes et c'est tant mieux pour eux , mais nous paieront tous a l'arrivée quand le systeme sera au bord de l'explosion , deremboursements generalisés , il faudra pas etre enrhumé ni pres d'une maladie de longue durée avec sa batterie de medicaments non remboursés , le suicide sera t'il un jour remboursé au titulaire ? , non serieusement on nous prend pour des imbeciles depuis des decennies avec ce trou qui n'est fabriqué pour assister des entreprises au nom de l'emploi , et pourquoi pas dire aux français que demain ils paieront pas d'impots car celà tue l'activitée economique ? , la demagogie sur les charges c'est la secu qui le paie cash et les malades . pauvres de nous ..

Gérard.  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Où est le grand timonier? Il baisse ses petits bras musclés le père la réforme.

vincent  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Il va falloir absolument prendre conscience que l'état providence ne peut plus tout payer : allocations pour trop de bénéficiaires, CMU, aides diverses et variées pour tous les inactifs qui réclament des aides . Que les gens se mettent au travail et ils gagneront plus d'argent. C'est malheureux à dire mais nous N'AVONS PLUS LES MOYENS de mener le train de vie que nous menons actuellement. Les réveils seront douloureux pour tous !

cul-terreux  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

En 1995 , on s'est battu pour protéger le système de sécurité sociale . Aujourd'hui , c'est l'endormissement, et "heureusement qu'il y a eu la crise" qui a freiné Sarkosy dans la vitesse grand V de casser la sécu comme à l'exemple américain (maintenant Obama se bat pour instaurer une protection maladie ) . Ce gouvernement veut-il que tout le monde s'endette, alors que l'épargne des français a quand même atténué les effets nocifs des subprimes . Taxer les malades , c'est plus simple car déjà affaiblis par la maladie , ils ne peuvent pas manifester . Aux futurs malades (non à souhaiter) d'être solidaires et de se battre pour garder ce système en bon état et un appel au corps médical directement concerné , pour se prononcer en faveur de leurs patients et d'éviter les effets nocifs de ce "grignotage" devenu soi-disant "la rustine du trou". Et comme chez Michelin, la pression commence a être trop forte .

La faillite approche...  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Les impots ne suffiront pas, les charges sociales non plus, ca va droit dans le mur...Et aprés on fait quoi? On pourrait commencer à y penser? On supprime la sécu? On adopte un système libéral façon US?

jb.com  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

"ilvonlefer"me paraît bien dans la course .
il est plein de bon sens ce p'tit gars _ _ ! _ _ ou autre !!

Milou  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Qui sait, pour stopper le déficit de la sécu, "à cause des vieux", SARKO va trouver peut-être le prétexte de faire passer l'euthanasie. On verra... Affreux, non ?!!!

mats  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

ON COMPRENDS MIEUX POURQUOI LES SOCIALISTES N'ONT PAS ENVIE DE REVENIR. ILS ONT TROUVES PLUS FORT QU'EUX POUR VIDER LES CAISSES

gupman  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

bonjour,concernant le partage MDA je la trouve incompréhensible! C'est vrai que l 'homme doit participer à la charge de travail aprés naissance d'un enfant .Mais penser vous sincérement que tous participe à cette tâche ? ACCORDER LES MËMES DROITS me laisse à penser que l 'on oubli qui porte le bébé.L'éducation d'un enfant est le devoir de l 'homme plus que la femme . Ou sont les valeurs morales que doivent penser la gente féminine ?

CORDIALEMENT

37390  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Que représente les 30 milliards de déficit, par rapport aux budget annuel de la SECU. Laissera t'on longtemps les médecins, spécialistes agir à leur guise. Maisons ou appartements de fonction avec travaux et entretien à l'hopital. Prime à l'installation , prime pour internet, prime pour réduire les ordonnances, prime pour la grippe. Refus de s'installer des médecins dans certaine région.
Etc, etc. Ce ne sont pas les malades qui prescrivent les ordonnances .les génèriques ne sont pas nécéssaires et de plus leur
éfficacité de plus en plus constestes

BOB  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Halte aux parasites qui profitent du systeme
Halte aux médecins irresponsables qui signent des arrets de complaisance
Halte aux hypocondriaques qui consultent pour des pécadilles
Halte à la gestion calamiteuse des hopitaux etc...
TROP DE SOCIAL TUE LE SYSTEME ON EN CREVE.

roro  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

ce qui n'est pas specifier dans cet article est que le vaccin de la grippe A annonce a grand coup de pub par madame BACHELOT n'est en realite pas totalement gratuit, car les mutuelles ont etaient solicitees par le gouvernement a 280millions d'euros pour l'achat du vaccin, le president des mutuelles de france a deja annonce que les cotisations des mutuelles allaient augmenter ,donc le vaccin n'est pas gratuit pour tout le monde(une taxe de plus)

MUMU  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

SUPPRIMER LA CMU ET L'AIDE AUX SANS PAPIER;

Démosthène  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

L'équation est impossible. Assurer la maladie et la vieillesse de tout un peuple en utilisant au maximum les moyens mis à notre service par le progrès. Cela à un coût de plus en plus élévé. Face à ce coût des recettes limitées qui ne permettent pas de boucler le budget. Les seules solutions proposées par la foule : yaka ! C'est un peu comme si dans un ménage onfaisait chaque jour des gueuletons dans des grands restaurants sans regarder le niveau des revenus. Je doute que cela ne dure longtemps. Alors il faudrait arrêter de vitupérer, arrêter que les politiques ne proposent que des rustines. Il faudrait que des gens compétents, mèdecins, financiers, politiques, économistes se mettent autour d'un table et fassent des propositions si possible intelligentes et applicables. Il faudrait que les Français acceptent les décisions même si elles touchent à leur portefeuille ou confort personnel.
Attendez... je viens de me réveiller, je rêvais.

gaspardlézard  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Supprimer l'aide médicale gratuite aux étrangers clandestins et la couverture associée aurait assaini ce déficit depuis des années. Rappelons qu'ils sont pris en charge en totalité, y compris pour les affections chroniques comme le sida. Ils ne payent pas un centime !

Bruno  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Si on sait lire les chiffres, ce déficit n'est pas énorme. Il correspond à un mois de recette (à 1000 ? pour quelqu'un qui gagne 1000 ? par mois).
Il faut faire attention évidemment, mais il n'y a rien de dramatique, d'autant qu'il n'y a pas de dette.
Le vrai problème, c'est l'Etat : des dettes qui équivalent à 5 ans de revenus, avec des remboursements annuels de 2 mois de ses revenus (vous gagnez 1000 ? par mois, en fait 800 ? après remboursement de la dette, et vous avez 60 000 ? de découvert ...).

Peter  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Il va falloir mettre une responsabilité pénale aux politiciens en charge de l'équilibre des comptes. Répondre des déficits devant la nation et des peines de prison, responsabilité sur leurs biens propres par exemple. cest trop facile de dépenser l'argent des travailleurs ainsi.

vall  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

La Sécurité Sociale n'a aucun avenir , elle doit disparaitre , et elle disparait , mais le gaspillage lui ne diminue pas , le déficit est loin d'être imputable au manque de recettes ,mais à une mauvaise gestion chronique .Un gaspillage généralisé et organisé par les établissements Hospitaliers , Médico sociaux , les Associations car les HAD sont des Associations les Réseaux aussi ......et tout ceci chapeauté par des Mèdecins dont c'est bien connu la gestion fait partie de leur culture ....
Mais qui osera trancher ..Personne , seul les malades dont les soins sont rationnés de plus en plus malgré qu'ils cotisent de plus en plus et qu'ils payent de plus en plus directement pour être mal soignés .

henry  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

@Démosthène: Bon, d'accord! Notre gouvernement et notre parlement s'occupent, ,depuis Juppé, de la SECU; on peut donc considérer que les uns et les autres ont deux casquettes et, par voie de conséquence, deux rémunérations. Si on excepte la situation économique actuelle qui nécessitait des mesures exceptionnelle, ils ont échoué dans la gestion de la SECU; il serait équitable (et non juste) que leur rémunération soit réduite de moitié et les avantages attachés à leur charge également réduits; le problème est à la fois comptable et démographique, sans compter les trop nombreuses mesures généreuses mais irréalistes qui ont aggravé la situation; que nos dirigeants aient le courage d'exposer à la fois les détails du problème et LA solution; il est évident qu'elle existe,sans doute douloureuse, mais une dent gâtée ne s'arrache qu'une fois.

MdeBeg  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Il n'y a pas de mystère, l'augmentation des dépenses de santé se retrouve dans la poche des professions médicales, médecins notamment qui sont des gens à haut revenu. Pourquoi avoir renoncé à taxer les hauts revenus au delà de 40% ?

Oldtimer  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

"Des baisses de tarifs des radiologues et des biologistes sont aussi envisagées." J'espère qu'effectivement ces spécialistes qui ont des revenus de traders vont participer à l'effort, mais j'ai des doutes quant à la détermination du gouvernement...

LA TRIBUNE  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Je reviens sur votre sondage, avec sa question très ambigüe. J'ai répondu non, parce que je crois veiller de près à mes dépenses de santé. Mais je suis prêt à payer un peu plus d'impôts, mais sous plusieurs conditions: fermeture de pharmacies, assouplissement du monopole, capitation pour les médecins, délégation de certains de leurs actes, dossier médical, avec suppression de la multiplication des actes, diminution des rémunérations de certaines spécialités médicales, décentralisation des ARS, devant passer sous le contrôle des Conseils Régionaux.

Démosthène  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Face à un déficit important et suicidaire, le sondage de la Tribune indique que près de 60% des Français ne sont pas prêts à faire un effort. Cela démontre une irresponsabilité totale, bien en phase avec tous les refus de changement que l'on constate. Trop de personnes attendent de recevoir sans effort. Elles sont il est vrai encouragées par certains politiques qui ne sont pas (heureusement) aux responsabilités. @henry : assez d'accord sur le fond. La réflexion sur la division par deux de la rémunération (de qui ?) ne me paraît ni significative ni sérieuse et s'apparente à une boutade. Par contre la suppression de toutes les exonérations de charges sociales, patronales ou salariales serait à mon sens une bonne mesure. Ces exonérations sont financées par le déficit, ce qui est pour le moins anormal. Je sais que ces exonérations ont pour but d'améliorer l'emploi, mais creuser un trou pour en combler un autre est une fausse bonne idée.

Milou  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Peut-être pourrions-nous nous inspirer de la politique de Loula au Brésil, car lui, il a nationalisé les laboratoires pour baisser le prix des médicaments... est-ce la solution ? Car quand on voit ce que les labo privés se mettent dans la poche c'est honteux de se faire autant de blé sur des malades puisque le coût de fabrication d'un médoc est de quelques centimes, OK, vous me direz la recherche, ça se paie, mais tout de même, à l'heure actuelle, les laboratoires du monde entier n'ont plus du tout de créativité, aucun nouveau médicament ne sort depuis de nombreuses années. et puis, pour l'éthique, quand les labo privés vont en afrique pour que des cobayes humains testent leurs médocs, c'est dégueulasse. Nationaliser les labos et cadrer les pratiques de tests serait-ce pas plus judicieux, à la fois pour l'éthique et pour le déficite de la sécu ? Parce qu'un système privé du style US laissera les pauvres de côté, où serait donc l'égalité face à la mort ?

henry  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Et un record de plus! Comment peut-on confier la gestion de la SECU, dont le budget est plus important que celui de l'Etat, à des gouvernements incapables d'afficher une toute petite fois un excédent?

POPSATCH  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Avec l'éducation, la sécurité publique, la défense nationale et la justice, la santé publique est l'un des devoirs régaliens majeurs de l'Etat. Notre assurance maladie est la première au monde, et reconnue comme telle au contraire de nos soit-disantes "exceptions culturelles ou autres imbécilités de ce genre. Je préfère que mes impôts servent à soigner mes concitoyens qui en ont besoin plutôt que d'aider les banques et autres parasites qui nous tondent la laine sur le dos. S'il y a des coupes budgétaires à faire, que ce soit dans des postes d'importance secondaire.

pas les bons remèdes  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Pour réduire les déficits :suppressions du remboursement des cures thermales sauf ceux qui en ont vraiment besoin (ils sont minoritaires);allocations familiales sous condition de ressources (la gauche comme la droite ne veux pas y toucher);suppression des 10 pour cent supplémentaires sur la retraite de base et complémentaire à vie a partir de trois enfants(a 65 ans il y a longtemps que les enfants ne sont plus a la maison) après la dernière guerre il fallait repeupler la France, mais maintenant c'est fini ,on ne peut pas garder des avantages pendant des décennies.
Le drame aujourd'hui on rembourse de moins en moins ceux qui ont toujours cotisés qui paye pour tout le monde .Le déficit il y a d'autre moyen de le réduire.

jp  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

faire le nenage dans ce gouffre...gestion controle ...que l etat paie ses cotisations.. chasse aux gaspi....revoir les remboursements des privilegies je suis sur que le compte est BON