"L'année 2009 sera historique pour la défense"

 |   |  336  mots
(Crédits : AFP)
Hervé Morin dresse dans La Tribune un bilan très positif pour son ministère en 2009. Les commandes du ministère de la Défense ont permis d'injecter 18 milliards d'euros dans les entreprises françaises et les ventes d'armements s'approchent des 8 milliards d'euros. Pas question en revanche pour Hervé Morin de transiger sur le financement de l'A400M. "Eads doit prendre à sa charge l'essentiel des surcoûts", annonce le ministre. Extraits de l'entretien paru ce mercredi dans La Tribune.

La Tribune - L'année 2009 était une année importante pour le ministère de la Défense. Avez-vous atteint tous vos objectifs ?

Hervé Morin - En 2009, nous sommes à des niveaux record d'investissement dans l'industrie avec 18 milliards d'euros injectés dans les entreprises. Cette somme doit être comparée aux 15 milliards par an, en moyenne, inscrits dans la précédente loi de programmation militaire. Le ministère de la Défense n'a pas investi autant dans ses équipements depuis le début des années 1990. Parallèlement, nous avons passé toutes les grandes commandes pour les années à venir. L'année 2009 sera historique pour la défense. Le plan de relance a été réalisé à 100 % ce qui démontre notre capacité à nous mobiliser et à préserver des entreprises en difficulté.

Le budget du ministère a-t-il été soumis à des annulations de crédits ?

Le ministère de la Défense a consommé 100 % de ses crédits - budget voté mais aussi plan de relance. Nous n'avons à subir aucune annulation. Pour la première fois, l'intégralité du surcoût des opérations extérieures, soit 873 millions d'euros a été financé sans ponction sur les crédits d'équipement.

Avez-vous réalisé les économies attendues ?

Nous avons démontré en 2009 la pertinence de notre stratégie c'est-à-dire que nous avons réduit nos coûts de fonctionnement et maîtrisé notre masse salariale afin d'investir davantage dans les équipements. Au-delà, j'ai également décidé de mettre en ?uvre des plans d'action à l'image de ceux du privé. Par exemple, le regroupement des achats dans le domaine de la téléphonie, du mobilier de bureau ou des dépenses d'impression a permis d'économiser plus de 30% sur ces segments. Grâce aux actions lancées cette année nous économiserons 20 millions d'euros dès 2010 et plus de 100 millions d'euros sur nos achats courants en 2012. Le ministère de la Défense a démontré que réduire la dépense de fonctionnement de l'Etat est possible.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2009 à 13:49 :
j'ai l'impression d'être passé à côté de quelque chose ou plutôt de quelqu'un. Ce quelqu'un, je le découvre : Hervé Morin. Peu habitué par nature et par culture à tresser des lauriers à nos hommes politiques, j'avis un a priori un peu dédaigneux pour cet homme venu du diable vauvert, une espèce d'ovni qui m'était depuis des mois présenté comme un dilettante « trahisseur » de icône Bayrou. A travers cet article, qui n'est pas hagiographique mais très factuel, je découvre un Morin "inattendu". Visiblement travailleur, intéressé par les questions industrielles d'armement, il semble "mouiller la chemise" pour soutenir nos exportations qui en ont tant besoin. Alors, je mange mon chapeau, j'ai vérifié pour partie les propos de Morin : les chiffres parlent d'eux mêmes... Comme quoi il ne faut jamais regarder dans la direction que nous pointe du doigt la pensée unique. Je n'ose risquer un "bravo Morin", n'étant pas encarté dans son parti... mais au moins j'enlève mon chapeau et salue ce sympathique olibrius qui vaut apparament mieux que ce que l'on en dit dans les salons parisiens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :