La fonction publique d'Etat perdra 34.000 postes en 2011, selon Georges Tron

 |   |  116  mots
Trente-quatre mille fonctionnaires d'Etat ne seront pas remplacés en 2011, a indiqué Georges Tron , secrétaire d'Etat à la Fonction publique, dans une interview au journal Les Echos ce jeudi.

Le non remplacement d'un fonctionnaire partant à la retraite sur deux se traduira par la suppression d'environ 34.000 postes en 2011, déclare ce jeudi le secrétaire d'Etat à la Fonction publique, Georges Tron, dans Les Echos. Ce chiffre, exprimé en équivalents temps plein, est globalement identique à celui prévu cette année.

"Nous continuerons d'appliquer, strictement, le principe du non remplacement d'un fonctionnaire sur deux l'an prochain à la fonction publique d'Etat", insiste Georges Tron .

"La règle devra s'appliquer aussi de manière très stricte aux opérateurs de l'Etat (Météo France, musées, etc...). Pour la première fois en 2011, hors universités, cela devrait représenter plus de 2.000 postes non remplacés", ajoute-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2010 à 6:52 :
Oui les effectifs de la fonction publique est à revoir: ils sont trop nombreux, également l'absentéiste et les congés maladie de complaisance. Autour de chez moi il y a pas quelque fonctionnaires, ils sont souvent libres de leur temp!
a écrit le 16/04/2010 à 8:07 :
5.000 000 de fonctionnaires en France c'est beaucoup de trop! C'est une charge trop lourde pour le pays, les impôts sont devenus insuportables. Il y a du ménage à faire dans cette fonction publique! Trop peu productive dans certains secteurs.
Puis les nombreux avantages sont à revoir également car pas toujours justifiés. Nos pays voisins n'ont pas cette charge écrasante, c'est la raison qu"ils sont plus efficassement productifs, Alors France rèveille toi et vite!
a écrit le 16/04/2010 à 4:47 :
Ca ou RIEN c'est pareil .... Si la fonction publique devait "gagner" des Euros ou être à l'equilibre (par de l'argent gagné par le travail, non par l'impot) , il y a longtemps que ses effectifs auraient été divisés par DEUX !!
a écrit le 15/04/2010 à 9:16 :
ce n'est 34000 mais 340000 qu'il faut supprimer
a écrit le 15/04/2010 à 8:59 :
"Les trois fonctions publiques - d'Etat, territoriale et hospitalière - employaient au 31 décembre 2003, 5 millions de personnes, hors emplois aidés. Soit un salarié sur cinq, selon un rapport présenté mardi en Conseil supérieur de la Fonction publique d'Etat (FPE). "Entre 1982 et 2003, l'emploi public a augmenté de 24%" alors que dans le même temps, l'emploi total a augmenté de 13%. La Fonction publique territoriale (FPT) avec une croissance de 42%, absorbant à elle seule, 47% des emplois publics créés sur cette période, souligne le rapport. Dans le même temps, les effectifs de la fonction publique hospitalière (FPH) ont progressé de 28% et ceux de la Fonction publique d'Etat de 14%. Les emplois aidés (CES, CEC, emplois jeunes) représentaient fin 2003, 232.600 personnes. ."
Si on applique la règle pendant dix anx , on supprime a oeu près 340000 fonctionnaires , soit 6,8% ce qui fait qu'au lieu de 20% des salariés on passe à 18.6% et on économise (dans 10 ans ! ) 6.8 milliards d'euros , a rapporter au déficit budgétaire avant crise de 60 milliards., ( et attention ceci c'est avant le remboursement des interets de la dette).
Comme disait mon grand père "on n'a pas le C.. sorti des ronces.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :