Niches fiscales, rigueur budgétaire... la Cour des Comptes appuie là où ça fait mal

Par latribune.fr  |   |  215  mots
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le rapport de la Cour des Comptes présenté ce jeudi par le socialiste Didier Migaud critique sévèrement le manque de rigueur du gouvernement dans ses prévisions budgétaires et dénonce la folle inflation des niches fiscales. Il pointe également une nouvelle série de gabegies dans les dépenses publiques.

L'an dernier, Didier Migaud avait présenté le rapport annuel de la Cour des comptes dans des circonstances très exceptionnelles. Son prédécesseur comme Premier président de l'Institution, Philippe Séguin était décédé un mois plus tôt. Le rapport que présentait l'ancien député socialiste n'était donc pas réellement le sien mais résultait d'un programme d'enquêtes voulues par l'ancien ministre des Affaires sociales de Jacques Chirac. L'édition 2011 du rapport annuel porte cette fois la marque de son Premier président. C'est particulièrement vrai dans le chapitre consacré aux finances publiques ou ceux sur les niches fiscales, mais aussi de toutes une série de gabegies ou simplement de laisser-aller dans la gestion des deniers publics. Voici les principaux sujets traités dans ce rapport (cliquez sur les titres de votre choix)

Haro sur les niches fiscales

Le PEA, une gabegie fiscale

Budget : l'Etat doit faire preuve de plus de rigueur

L'inéluctable hausse des tarifs de l'électricité

Le Fonds de réserve des retraites mal géré

Le vrai coût de la grippe A

Le tarif SNCF très réduit des militaires

Petites gabegies en tous genres

La coûteuse optimisiation fiscale des entreprises

La Sofavim doit disparaître