Pourquoi la France doit continuer à se désindustrialiser

 |   |  812  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : dr)
Julia Cagé, enseignante à l'université de Harvard et à l'Ecole d'économie de Paris, estime que ce qui est grave aujourd'hui, ce n'est pas le déclin de la production industrielle, mais le retard du pays en matière d'innovation.

Il y a des discours politiquement vendeurs, car touchant aux peurs les plus profondes des citoyens. Ces discours sont dangereux quand ils sont faux et font le choix de la facilité. Les discours répétés sur la désindustrialisation et le déclin de la France sont de ceux-là. Oui, la part de l'emploi industriel dans l'emploi total est en train de baisser. Oui, la France est en train de se désindustrialiser. Mais non, ce n'est pas grave. En fait, c'est tant mieux.

Ce qui est grave aujourd'hui, ce n'est pas le déclin de la production industrielle, mais le retard du pays en matière d'innovation. La France n'invente pas, refuse de se donner les moyens de le faire et s'obstine à rester spécialisée dans des secteurs anciens plutôt que de faire le choix de la haute technologie. C'est l'un des rares pays de l'OCDE dont la part de la R&D dans le PIB a reculé au cours des quinze dernières années.

On érige (un peu trop) souvent l'Allemagne en exemple. Mais si notre voisin se porte si bien quant à ses exportations, c'est en partie parce qu'il a délocalisé une part de sa production, tout en maintenant sur les sites nationaux les étapes à haute valeur ajoutée. La France doit avoir le courage de faire ce choix de l'« outsourcing », parce que c'est celui de la valeur ajoutée et de l'emploi.

Vous n'êtes pas convaincus ? Retournez votre iPhone : « Designed by Apple in California. Assembled in China ». Qui d'après vous est gagnant dans l'histoire ? La Chine qui produit ou les États-Unis qui créent ? Si l'assemblage d'un iPhone produisait plus de valeur pour le pays assembleur que sa conception pour le pays de création, alors il serait tout à fait légitime de défendre la survie d'une industrie forte qui puisse assembler tous les iPhones du monde. Mais ce n'est pas le cas. Dans un système mondialisé de l'innovation, celui qui capture la valeur, c'est celui qui innove, pas celui qui produit. Une étude américaine a montré que les États-Unis capturaient la plus grosse partie de la valeur ajoutée produite par l'iPod, la Chine une toute petite partie seulement. De même, la valeur ajoutée de la Chine dans les ordinateurs n'est que de 5 %. Il en va également ainsi de vos Nike préférées.

Dès lors, pourquoi ne pas faire clairement le choix de devenir une économie de conception, créatrice d'innovations, plutôt que de tenter en vain, du fait des différentiels de coûts salariaux, de rester le pays qui assemble ? Pourquoi regretter de ne plus être la Chine de l'Europe ? Pourquoi ne pas chercher plutôt à devenir la Silicon Valley alors même que la Chine, où a été mis en place en 2006 un plan de quinze ans destiné à transformer le pays en une société orientée vers l'innovation, aimerait avoir cette opportunité ? Les téléviseurs LCD, fabriqués en Chine, ont été inventés aux États-Unis. Le Kindle, produit à Taïwan, a été inventé dans la Silicon Valley.

Applaudir des deux mains la désindustrialisation - renoncer à la grandeur industrielle passée - nécessite de repenser en profondeur les priorités de l'économie et de se donner les moyens de devenir une économie de l'innovation. On nous répondra que l'industrie offrait une intégration aux ouvriers que le tertiaire n'offre pas, d'où le désarroi des jeunes non diplômés. Mais qu'y a-t-il d'intrinsèque à l'industrie qui fasse qu'elle seule puisse leur offrir des débouchés ? Ne nous y trompons pas, la plus grande part des activités de conception et d'innovation - créatrices d'emploi, et pas seulement pour les plus qualifiés - est comptabilisée dans les services, non dans l'industrie.

Certes, il n'est pas facile pour la gauche, longtemps associée au vote ouvrier, d'abandonner les rêves de grandeur industrielle. Pourtant, elle souffre ici de ses propres contradictions, n'arrivant pas à réconcilier un discours sur la difficulté des conditions de travail à l'usine avec la volonté assumée de réindustrialiser. Mais se lamenter face à la désindustrialisation, c'est donner à la droite un bâton pour se faire battre, qui aura vite fait d'argumenter - à tort - que la perte de 500.000 emplois industriels depuis 2000 est due aux 35 heures.

Dans la nouvelle division internationale du travail, ce ne sont plus des biens industriels que la France doit chercher à exporter, mais de l'éducation, de la santé (comme le souligne Philippe Askenazy dans son dernier livre) et des idées. Laboratoire, université, hôpital du monde. Inventer, éduquer, soigner. La France retrouvera ainsi un équilibre vertueux de sa balance commerciale et la croissance indispensable à un État providence à même de protéger les perdants de cette modernisation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/03/2013 à 20:38 :
Vision étonnamment naïve.
Premier écueil, imaginer que la distorsion des coûts du travail n'impacte pas les activités d'innovation.
Toute innovation produit ou service aboutie donne lieu à industrialisation et ipso facto à concurrence internationale du coût du travail, aujourd'hui déloyale.
S'en protéger par des brevets ? chacun sait qu'en Asie, l'IP est inopérante.
Seconde erreur, présenter la position du créateur comme celle du dominant.
Les dernières négociations entre Foxconn et Apple montre combien cette relation est plus ambigüe, ou a tout le moins plus équilibrée que ne le présente J. Cage.
Les exemples sont aujourd'hui nombreux de modèle Fabless en échecs.
Enfin, imaginer que la population type de la France puisse vivre dans une économie uniquement orientée vers l'innovation est une lubie. Regardez le profil de la population professionnelle nationale (80% de col bleus) et la liste supposée des postes à pourvoir...impossibilité manifeste de casting...
Le vrai problème ? La mise en concurrence globale et dérégulée des travailleurs dans le monde.
Si ceci à pu avoir ses vertus, il semble aujourd'hui raisonnable de revenir à des Zones Économiques Homogènes (fiscalité et système social harmonisés) avant de laisser jouer pleinement les bienfaits de la concurrence.
a écrit le 25/02/2013 à 12:26 :
"Laboratoire, université, hôpital du monde" !!! Comment tirer un excédent commercial de tout ça ? Les bas coûts en main-d'oeuvre favorisent aussi les cliniques et hospices délocalisés. Les laboratoires sans site de production associés auront du mal à fournir des prestations rémunératrices (ils découvriront de nouveaux bosons pour la gloire). Nos universités sont très médiocres et déficitaires... C'est par l'industrie que la France parvenait à financer ses importations : Airbus, Ariane, automobiles, Alstom... Tout ça est menacé ou en cours de germanisation...
a écrit le 24/02/2013 à 9:37 :
Encore une fraiche émoulue sortant d'une école ou l'on enseigne tout et le contraire de tout et au final, les "diplômés" de ces écoles ont un sentiment de supériorité de réflexion incontestable, alors qu'ils ne disposent en fait que de tête bien pleine, mais en fait, ils ont une tête mal faite!.
"bougre d'âne" m'aurait dit mon grand père, sachant que 80% de la recherche,de leurs résultat et de leur application provient directement ou indirectement de l'industrie ou des entreprises diverses, qui pourrait le contester sinon des gens qui n'ont aucune approche du monde productif?.
A t-on déja vu une seule de ces personnes sortant de ces écoles, créer une entreprise et nous inonder de produits tous plus innovants les uns que les autre, sans accompagnement de l'outil de production industriel?.
Ce qui manque aujourd'hui, ce n'est pas les moyens dont nous disposons pour mener à bien la recherche, car, cette dernière accompagne chaque jour le travail productif; non, ce qui fait défaut pour notre avenir et c'est de loin le souci numéro 1, c'est le démantèlement et le saccage de notre industrie de production, qui jour après jour nous emmène dans la paupérisation du peuple, faisant fi des nouvelles technologies et de découvertes indispensables pour notre civilisation.
Le siècle qui vient de s'écouler aura vu plus de transformations, plus de découvertes, plus d'innovations que les 10 siècles précédents!.
Si l'on persiste à démanteler notre tissus industriel, au delà des drames humains, des troubles sociaux et de récession économique brutale que cela engendrera inéluctablement, il est fort probable que notre pays s'enfoncera dans la tiers-mondisation.

a écrit le 23/02/2013 à 8:51 :
spéculation theorique et completement irréaliste.
tous les (vrais) industriels vous le diront : il n'y a pas d'innovation sans le savoir faire , et pas de savoir faire sans maitriser la fabrication, donc l'industrie. Il ne suffit pas d'avoir des chercheurs aussi talentueux soient ils !
Donc proner la desindustrialisation c'est à terme donner le savoir faire aux chinois ( ce qui ce fait dejà en garnde partie) Qui fera donc l'innovation dans l'avenir : ceux qui fabriquent aujourd'hui ...
c'est ce qui c'est passé avec le japon il y a quelques decennies; essayez de trouver un concepteur d'appareils photos en europe maintenant pour ne citer qu'un exemple.
Les montres ont été sauvées de justesse parce qu'elles ont gardé une fabrication haut de gamme en europe, ce qui à permis de garder l'innovation.
à partir des années 80 on à proné le concept "fabless" avec comme meneur de file le patron d'alcatel de l'epoque; on a le résultat sous les yeux.
a écrit le 23/02/2013 à 7:56 :
" faire clairement le choix de devenir une économie de conception, créatrice d'innovations " est plus facile à dire qu'à faire. C'est ce que l'on appelle ? avoir les yeux plus gros que le ventre -
Les innovations viendront à l'avenir de pays qui disposent d'un marché intérieur de taille, la Chine, l'Inde, les États-Unis, le Japon, le Brésil, et pourquoi pas la Russie.
Un pays comme le Portugal n'a guère de chances de développer une économie de conception, créatrice d'innovations, la France, l'Italie à peine un peu plus.
Il ne sert à rien de mettre des bottes de sept lieues, cela ne fonctionne que dans les comptes de fées.
a écrit le 18/02/2013 à 22:48 :
pourquoi le japon et le plus grand investisseur dans les nouvelles technologies et un pays trés endettés????
a écrit le 16/06/2012 à 23:20 :
Je suis lasse de lire des messages incompréhensibles, en raison du nombre de fautes d'orthographe et de grammaire qu'ils contiennent.
a écrit le 26/05/2012 à 9:24 :
Je pense que cette article souffre d'un manque de vision a long terme... Le chinois n?étant a priori pas plus bête qu'un américain ou qu'un japonais, il commencera, comme l'histoire la montrer, par produire puis copier et enfin innover. Le donneur d'ordre en sous-traitant sa production dans un pays ou la main d??uvre est bon marché c'est crée un future rival qui aura tout les avantages...
a écrit le 26/05/2012 à 8:14 :
Encore un article dogmatique et purement conceptuel. Les choses sont beaucoup plus complexes. Parlons de la naïveté française dans la protection de son économie et de son innovation, et du drame de croire qu'une économie sans industrie serait viable. Ce qui fait vivre un pays ce sont des emplois, y compris dans l'innovation et l'industrialisation. Cessons donc de les opposer pour se faire plaisir intellectuellement.
a écrit le 26/05/2012 à 5:06 :
J'avoue n'etre pas etre unmediocre economiste a plus raison un specialiste mais parceque toute science est d'abord fruit de la raison et doit necessairement s'accorder avec celle-ci j'ai mon opinion sur la question.
De la sorte je m'emmene dire qu'il est plus que dangereux de speculer sur ces genre de proposition car elle un caractere sophiste, illusionniste et totalement deconnecte de la realite. Avancer l'idee que les Etats unis tire plus de profit dans les iphon et autres ordinateur frabriques en Chine que la Chine elle-meme est archi faux car ceux-ci ne sont pas idiot comme on pourait le penser ils profite bien d'un jeu dont ils ne sont pas les concepteurs et y gagnent en terme d'emploi et surtout de savoir faire. Ce jeux s'averera d'autant plus sincatastrophique pour les yankees qu'a la longue les chines-tock ayant deja le savoir vont de par le rouillage d'un mecanisme auto destructeur saboter la production des firmes americaines au travers de leur reseau de contrefaction et meme de copies originale, detruisant ainsi l'industrie americane.
C'est dire que la meilleure option est celle adoptee par l'Allemagne en privilegiant les deux extremes car complementaires et indissociable parlant de R&D et production ( peut-etre que eux aussi en ont appris a leur propre depent car apres avoir brader la technologie des TGV aux Chinois ils n'ont recu le moindre contrat dans la construction des milliers de killometres de LGV que la Chine a par la suite construite.)
a écrit le 25/05/2012 à 0:10 :
bonjour

Ou cette dame est payée par les services de propagande Yankee ou elle est une diplômée stupide? Bien sûr que son constat est juste mais la conclusion d'une bêtise rare car ce qu'elle ne prend pas en compte ce sont les progrès de la Chine puisqu'elle affiche cet exemple, en matière de recherche, d'innovation et d'utilisation des transferts de technologie au profit d'une industrie de pointe !Au total cette opinion est simpliste parce qu'à courte vue ! Dans tous les domaines la France peut et doit accroître la productivité du travail et non abandonner des filières traditionnelles.
a écrit le 21/04/2012 à 14:19 :
Mme Cagé devrait sortir de ses équations et aller faire un peu de terrain en Chine !
a écrit le 20/04/2012 à 17:34 :
J'aime votre analyse. J'ai en revanche une petite question. Je suis d'accord sur le fait que le France doit mettre le point sur l'innovation, mais pour cela, il faut des chercheurs. Que faites vous de nos ouvriers, on les envoie tous en Chine?
a écrit le 17/04/2012 à 13:28 :
Julia Cagé n'enseigne ni à Harvard ni à l'Ecole d'Economie de Paris. Elle y étudie. Ce n'est pas pareil et c'est assez malhonnête de jouer sur les mots pour se faire passer pour ce que l'on n'est pas. Sinon, sur le contenu. Rien de nouveau. C'est seulement ce que l'on enseigne en licence d'économie, dit de façon délibérément provocante. Dommage...
Réponse de le 10/02/2013 à 17:29 :
en même temps, il faudrait citer des sources comme par exemple (https://sites.google.com/site/juliacagehomepage/cv). De là j'en déduis que cette réaction consiste à dire qu'un doctorat = étudier (dans son acception commune, être assis sur un banc à écouter un prof déblatérer). C'est soit dans la méconnaissance, soit tout aussi malhonnête. Même en France, les doctorants font de l'enseignement (pas les cours magistraux en général, mais très souvent les TP et TD) et parfois de personne dernière année de master. D'ailleurs, à l'issue du doctorant, si la personne veut poursuivre dans la recherche publique, elle doit avoir assumer un certain nombre d'heure d'enseignement... De plus, pour ce qui est de la partie étude des doctorant, les rares heures de cours sont consacrés soit à des langues étrangères ou à des compétences annexes d'ouverture ou de valorisation de son cursus (ex : initiation à la création d'entreprise pour des doctorants en science). Enfin, le quotidien n'a plus rien à voir, car s'il y a bien un diplôme à la fin de 3 années, celles-ci ne sont pas le moment d'approfondissement dispensé par des enseignants, mais bien à de la recherche et l'évaluation porte sur la capacité à mener ce genre de projet (= essayer d'aller au bout d'une idée qui n'a pas été explorée comme par exemple, en informatique essayer de trouver une preuve de P=NP en informatique, quoi que c'est un peu vache comme thème de thèse étant donné la difficulté de ce problème..). Sinon, sur le reste, rien de folichon, rien qu'une rédaction délibérément provocante. Dommage...
a écrit le 26/12/2011 à 13:22 :
J'aime votre analyse.
J'ai en revanche une petite question.
Je suis d'accord sur le fait que le France doit mettre le point sur l'innovation, mais pour cela, il faut des chercheurs.
Que faites vous de nos ouvriers, on les envoie tous en Chine?
a écrit le 02/11/2011 à 1:57 :
excellente analyse !
a écrit le 11/04/2011 à 12:12 :
Julia Cagé n'enseigne ni à Harvard ni à l'Ecole d'Economie de Paris. Elle y étudie. Ce n'est pas pareil et c'est assez malhonnête de jouer sur les mots pour se faire passer pour ce que l'on n'est pas. Sinon, sur le contenu. Rien de nouveau. C'est seulement ce que l'on enseigne en licence d'économie, dit de façon délibérément provocante. Dommage...
a écrit le 25/03/2011 à 9:23 :
En effet; la dame a raison sur la valeur; Mais je surpris (en fait pas réellement) que peu de monde ait réagit sur le partage de cette dernière....
Pour reprendre l'exemple (qui pourrait être étendu à quasiment toutes les innovations): Combien y a t'il de designers, et de concepteurs qui se sont penchés sur l'Iphone; et combien y a t'il d'ouvriers qui ont mis la main à la pâte pour le produire.
a écrit le 25/03/2011 à 6:30 :
Encore une belle demo au tableau noir. La réalité est plus difficile: Innover, inventer suppose déjà être un grand spécialiste du domaine dans un environnement adéquat. Pas facile quand on sort d'une fac d'histoire de l'art et que les entreprises de hautes technologies se font rares. Et je ne vous parle pas du lavage de cerveau préalable sur le neo-libéralisme.
a écrit le 24/03/2011 à 16:26 :
Je travaille chez un sous traitant dans l'automobile et je peux vous affirmer que les délocalisations ne sont q'un gain supplémentaire pour les actionnaire des multinationales qu'elles provoquent un manque de rentrée fiscales pour l'état .Et en plus nous sommes obligés de fournir notre technologie acquise depuis de longues années .L'allemagne bien qu'elle est touchée également par ce mouvement garde une industrie puissante source d'innovation ,d'emplois de salaires décents et d'une puissance industrielle et politique en progression et non en déclin comme la notre .Cependant il faut se battre et avoir les moyens techniques et financiers pour ce battre
Réponse de le 26/05/2012 à 8:05 :
Pas de caricature. Sans le cout de fabrication chinois nous n'achèterions qu'une petite partie de ce qui peuple aujourd'hui ni-os maisons. Nos règles sociales sont trop contraignantes dans la compétition internationale.
A l'inverse, ele est très dogmatique de cette France qui echoue tout le temps à ne pas comprendre qu'il faut cesser de vouloir blanc ou noir. Il nous faut favoriser l'innovation et l'indutrialisation
a écrit le 21/03/2011 à 22:37 :
Très bonne analyse. Il faut aller plus loin sur la question de la répartition qui est la vraie question dans une société à haute valeur ajoutée. L'industrie répartit mieux pour la société car la valeur est créée par plus d'emplois et donc il y a plus d'individus se partageant la valeur avec un salaire notamment. Quand la VA est concentrée, il y a les bénéficiaires de la VA et ceux qui n'ont rien. Julia CAGE a donc raison de dire que la désindustrialisation n'est pas un problème en soit mais le problème c'est ce que l'on fait des milliers de personnes qui vivaient de l'industrie et de ceux qui auraient pu y trouver un débouché, un gagne-pain.
Réponse de le 23/03/2011 à 1:07 :
"le problème c'est ce que l'on fait des milliers de personnes qui vivaient de l'industrie et de ceux qui auraient pu y trouver un débouché, un gagne-pain" => on les envoie en Chine ? non ... =>on en fait des assistés abonnés aux minima sociaux ? c'est ce que l'on fait ... et les mêmes que Madame Cagé vont dire que la France est trop endettée ...
a écrit le 13/03/2011 à 9:06 :
La désindustrialisation EST dangereuse parce que l'industrie EST structurante pour le reste de l'économie. Et les cerveaux finiront par se barrer AVEC les usines : dans les pays pays émergents comme le Brésil, les salaires des cadres ont parfois dépassé ceux européens. Et l'Inde n'est pas en reste en matière d'accumulation de "know how". Comment peut-on être encore si dogmatique et théorique pour croire à la grande division internationale du travail de manière si absolue et caricaturale ?
Réponse de le 18/03/2011 à 23:20 :
"Comment peut-on être encore si dogmatique et théorique pour croire à la grande division internationale du travail de manière si absolue et caricaturale ?"

En étant dans la théorie et pas dans la vie.. hélas. Votre commentaire est plein de BON SENS, c'est ce qui manque totalement à cette jeune femme prétentieuse et dogmatique.

a écrit le 13/03/2011 à 9:02 :
Quand toutes les escadrilles de super-experts et super-professeurs seront bien compris, tous les problèmes de l'humanité (et donc de la France et de l'Europe) seront résolus avec brio.
Bravo ma p'tite dame et mes respects à votre chef d'escadrille.
a écrit le 12/03/2011 à 23:29 :
On a rarement publié un tel condensé de stupidités dans La Tribune. Le but de l'économie est de servir l'Homme. Et celui-ci a besoin d'un travail pour vivre, même quand il est Européen. Julia Cagé semble croire que les Asiatiques ne sont capables que de produire mais pas de créer. Un préjugé qui lui permet de nous présenter en "vendeurs d'idées" n'ayant plus besoin d'usines. On va aussi vendre de "l'éducation" et de "la santé". Pour ma part, je n'achète pas son cours.
a écrit le 11/03/2011 à 18:24 :
Quelle ENORME ERREUR. Veuillez revoir comment les innovations ont été majoritairement trouvées par observation du réel et non par des théoriciens enfermés dans leur tour d'ivoire. Pourquoi avez-vous raison de penser que les ingénieurs techniques en France sont une particularité à préserver...???? Soyons logique avant d'être commerciaux. Vous voulez ressembler aux Américains, et bien voyez où ils en sont.
a écrit le 11/03/2011 à 13:37 :
l'auteur de l'article est d'une profonde naïveté.
Penser que les pays comme la Chine ou l'Inde se limiteront à de la manufacture tient de la crétinerie la plus profonde!
Que se passera-t-il quand ces pays innoveront à leur tour, maitrisant donc l'ensemble de la "chaîne"???
On ferait bien mieux de faire revenir l'industrialisation chez nous, et recommencer à maitriser l'ensemble des process. Les chinois, coréens, Indiens etc... se posent beaucoup moins de questions que nous sur ce sujet... Et ils gagneront à coup sûr, quand nous, nous n'aurons plus que nos yeux pour pleurer!
Nous avons des élites absolument irresponsables et beaucoup trop sûr d'elles-mêmes!!!
Réponse de le 12/03/2011 à 18:16 :
Assez d'accord avec vous...
Réponse de le 25/05/2012 à 0:25 :
En fait c est le capital financier national et international ( la classe des très riches rentiers , des gros revenus, des hauts fonctionnaires, des gros commerçants et PME ) qui tire un profit de l'Euro fort et donc de l'Europe. La solution va de soi : en sortir tranquillement ( article 50 du traité constitutionnel) ou sans ordre lors de la grande débâcle ! cf les prix Nobel d'économie Stiglitz et Krugman notamment et feu M.Allais.
a écrit le 11/03/2011 à 13:33 :
En gros il faudrait suivre le chemin des Etats Unis avec 80% des richesses provenant des services. Seulement le jour où l'on ne prêtera plus aux USA ils seront finis et ils pourront rien produire car tout sera délocalisé.
Quand à l'argument que la délocalisation est facteur d'emploi on rigole c'est vraiment prendre les salariés pour des buses.
Au secours libérez-nous des libéraux !!!
a écrit le 11/03/2011 à 12:41 :
et l homme dans tout ca? pure speculation au detriment de nos emplois. vive le capitalisme sans limite!
Réponse de le 11/03/2011 à 20:29 :
bassou30, c'est une femme... qu'est-ce qu'elle s'en fout de l'homme!
a écrit le 11/03/2011 à 11:35 :
La vacuité intellectuelle de cet article est effrayante. L'exemple du iPhone est ridicule : qui de la Chine ou des Etats-Unis accuse un déficit de la balance commercial abyssale, des déficits budgétaires gigantesques, une économie et une influence en chute libre ? La seule remarque d'intérêt concerne la baisse proportionnelle de dépenses de R&D en France ces dernières années. Rien qu'on ne sache déjà...
a écrit le 11/03/2011 à 10:26 :
Cet article est débile, pure pensée d'un technocrate. Oui je comprends que ce serait plus facile, si tout le monde est doté d'un savoir hors du commun, ou ayant une intelligence supérieure ! Un monde de robos et déshumanisé au service du profit !
a écrit le 11/03/2011 à 10:14 :
Bien sûr qu'elle a raison! comment croyez vous que les meilleures sociétés françaises s'en sortent? En délocalisant les études de détails, les fabrications et en conservant la conception et les études de base. voir Total, Airbus, Technip.. pour n'en citer que 3. Si le virage de cette façon de travailler n'avait pas été pris au lancement des 35h, certaines entreprise Française n'existeraient plus. Il faut dire aux Français que si Vinci acquiers l?expérience anti-sismique en construisant des ponts complexes au Portugal ou en Grèce, cela sert les ingénieurs et technicien français en même temps que cela rapporte des devises... vous savez, celles dont on a besoin pour payer tous nos déficits et tous nos avantages sociaux. Après, il est bien évidemment facile de réclamer a Total ou Airbus l'argent qu'elles gagnent ...a l'étranger et pas en France.
Je regrette, les décideurs doivent aider les entreprises à innover, en Allemagne aussi les pme inventent et savent sous-traiter et exporter...ce que l'on enseigne peu ou mal a nos étudiants, encore aujourd'hui, malgré les progrès dans les formations (Erasmus, etc...). il faut se féliciter des doctorants qui partent faire leur expérience ailleurs et savoir les faire revenir dans nos entreprises. Les anglo-saxons n'ont pas d?hésitation et pour les avoir fréquentés à l'étranger de nombreuses années je peux vous assurer que les Français ne font pas "mauvaise figure" et sont appréciés dans leur travail.
a écrit le 11/03/2011 à 9:19 :
Un raisonnement entièrement basé sur des sophismes. C'est un exposé de collégienne ?
a écrit le 11/03/2011 à 7:35 :
Une idée sans réalisation est une illusion.
a écrit le 11/03/2011 à 5:20 :
Encore une Vérité de La Palice!
Parce-que tous les pays aspirent à innover, cela ne peut pas fonctionner pour tout le monde!
Ce qui est difficile ce n'est ni de le penser ou de le dire mais de le faire, la concurrence est forte. Quant à la Chine, elle rattrape son retard à pas de géants (l'inde aussi). À quand les produits designed in China et produced in Europe?
a écrit le 11/03/2011 à 0:49 :
S'il y avait un reportage objectif sur la dés-industrialisation de la France, en voyant des centaines/milliers d'usines/bâtiments vides nous pourrions nous rendre compte véritablement du déclin de notre pays...et comprendre qu'il nous sera bientôt impossible de payer les intérêts (avec les taux qui augmentent) et encore moins les 1700 milliards de notre endettement...
a écrit le 11/03/2011 à 0:08 :
Toute votre reflexion est juste et Dieu merci coherente mais je pense que quand vous citez certaines societes americaines vous devriez aussi parler de tout et pas seulement du resultat final.
D'abord vous oubliez que la culture des deux sont, contrairement aux apparences, bien differentes dans divers secteurs. Celui de l'entreprise est celui ou cela est le plus flagrant. La forme de penser et d'agir est different, l'americain agit et pense apres le francais lui pense (de trop) avant et agit parfois apres. Aussi et ceci est le plus important, l'entrepreneur francais ne voit que rarement audela ses frontieres nationales et parfois regionales. Il a beaucoup de mal a deleguer ses pouvoirs et son controle. Pour terminer le pouvoir de l'Etat sur les entreprises est ENORME ce qui laisse peu de choix de manoeuvre a ceux qui esperent changer leur fusil d'epaule.
Tout ceci est un debat long et important car pendant que la France pense d'autres agissent sans se poser de questions tout en restant actifs a une eventuelle modification des objectifs fixes.
J'ai passe plus de 20 ans de carriere, et je pense qu'aujourd'hui encore beaucoup de consultants d'entreprise insistent sur cette realite que vous annoncez sans que cela bouge puisque je me rends compte que la seule chose qu'on sache faire c'est de reajuster les couts de main d'oeuvre et de production.
Enfin ceux beneficient de ceci c'est tous les pays qui recuperent les innovateurs francais qui partent faute d'etre consideres dans leur pays.
a écrit le 10/03/2011 à 23:18 :
Oui avec "Désolant", il y a certes l'innovation de rupture, mais elle st coûteuse, risquée, et le jackpot est bien rare.
L'industrie permet une innovation de progrès et la maîtrise des process. Comment innover dans l'industrie si on ne maîtrise pas la technologie en la pratiquant au quotidien?
a écrit le 10/03/2011 à 22:20 :
L'erreur de cet article est de penser que les pays comme la Chine et l'Inde se limite au travail peu qualifié. L'auteur a une vision pro occidentale du monde, pensant que les Blancs ont une intelligence supérieure aux "basanés" d'Inde et aux "bridés" chinois.

C'est une grosse erreur. Les entreprises occidentales délocalisent aussi leur centre de R&D dans ces pays. J'en ai fait l'expérience quand j'ai été licencié par une grosse entreprise spécialisé dans les télécoms. Celle ci a fermé des centres en Europe avant d'en ouvrir en Inde et en Chine. Ma société actuelle a aussi des R&D en Inde et au Maghreb (Tunisie et Maroc)
a écrit le 10/03/2011 à 22:13 :
(Suite de mon commentaire en parallèle du sujet ) Un jour viendra où l'Asie fera son "printemps arabe" Et ça arrivera plus vite que l'on croit.
a écrit le 10/03/2011 à 22:01 :
"Dans un système mondialisé de l'innovation, celui qui capture la valeur, c'est celui qui innove, pas celui qui produit. " Pfff que des conneries je suis pas dans l'eco... Mais si on prend l'exemple du Iphone et d'après vous (ce qui est fort possible) les Etats Unis gagneraient + en inventant plutôt qu'en produisant ; il y a besoin de quoi pour inventer un Iphone une dizaine de personnes? Mais pour produire il en faut des milliers.... Et l'argent va donc plus à une dizaine d'innovateur plutôt qu'aux milliers de producteurs. Les Etats Unis (toujours dans l'exemple du Iphone) on certainement gagner + que la chine mais qui a gagner? Seulement cette dizaine de personnes!
Vous parler de pays mais faut pas oublier qu'il s'agit de personnes en faites. Hors en Chine il y a eu du travail pour des milliers de personnes. Pour vous faut donc qu'on soit tous inventeurs pour réussir alors? Si on est pas inventeur/ innovateur on fait quoi svp? Bon je cours inventer quelque chose... je sais pas quoi mais j'y vais sinon je vais devenir pauvre.
a écrit le 10/03/2011 à 20:56 :
Une brillante théorie économique, mais, comme toutes les autres, basée sur une assymétrie des relations entre nation, génératrice de tension et finalement de violence.
Nous faisons ce qui est intelligent et nous laissons aux autres le travail pénible et idiot. Rien que cette prémisse exprime un rapport de dominant à dominé et ne transpire le mépris vis-à-vis des autres nations.
Quand est-ce qu'un économiste proposera une voie de développement basée sur des relations symétriques, sur la coopération plutôt que la compétition, sur une utilisation modérée et intelligente des ressources matérielles, sur une intégration intelligente des jeunes et des seniors?
Avec de pareilles théories (sans parler de l'erreur de laisser filer son savoir-faire industriel), les difficultés actuelles ne sont pas prêtes de diminuer. Toute vision qui vise à se faire une place au soleil au détriment d'autrui est condamnée à l'échec à plus ou moins long terme.
a écrit le 10/03/2011 à 20:55 :

Du vent. C'est surtout rester dans l'Euro et se faire dillapider par les Allemands et les ricains, voilà pourquoi on va crever. Avoir abonné tous ses pouvoirs et ses leviers de contrôle, il est là le problème !!

Cette dame continue de faire l'autruche dans ses dogmes....
Un peu de réalisme ne ferait pas de mal.
a écrit le 10/03/2011 à 20:48 :
Prendre Apple pour référence avec leur fameux "Designed by Apple in California. Assembled in China"! En quoi est-ce un argument pour le désindustrialisation du pays d'origine? Je suis d'accord sur l'importance de l'innovation mais continuer à laisser passer la chine etre l'usine du monde je ne pense pas que c'est là que l'europe ou les etats-unis s'amélioreront. Et il faut savoir que Foxconn par exemple qui produit tous iphone, ipad et smartphones d'autres sociétés, emploi près de 1 millions d'ouvriers, et cela n'empeche pas les chinois d'etre très innovants. Huawei, ZTE pour ne parler que du monde des télecoms prennent de plus en plus de parts de marché.
a écrit le 10/03/2011 à 20:44 :
Julia Cagé n'est pas enseignante à l'université de Havard, encore moins à l'école d'économie de Paris. Elle est doctorante dans cette dernière institution.
Son analyse peut être très pertinente, mais, est-ce utile de nous tromper sur sa provenance?
a écrit le 10/03/2011 à 20:28 :
Encore une analyse « d?expert » avec un horizon d?analyse qui ne dépasse pas quelques années
Et l?écologie dans tout ca ?
Pourquoi produire de l?autre coté de la planète ce que nous pouvons faire ici ?
Que ferons-nous quand le prix du pétrole explosera à cause de ca raréfaction ?
Et le risque géopolitique ? Parce qu?il ne faut pas oublier que la chine n?est pas une démocratie et que ce pays est plutôt belliqueux, il n?y a qu?à demander l?avis aux Tibétains ou aux ouïgours ce qu?ils en pensent
Et je suis entièrement d?accord avec les remarques de Dalia et Désolant
Réponse de le 10/03/2011 à 21:10 :
Question belliqueux, vous oubliez les USA qui possèdent la plus grande armée au monde et le plus grand stock de bombes atomiques et d'armes de toutes catégories, ils peuvent détruire la planète en une minute.
Réponse de le 11/03/2011 à 5:00 :
Les USA sont un pays démocratique et un allié de longue date, nuance.
Réponse de le 11/03/2011 à 7:43 :
@leps Franchement, des alliés comme ça, on s'en passerait; parce que question pillage de nos ressources, espionnage industriel, désinformation et j'en passe, ce sont les Experts...
a écrit le 10/03/2011 à 20:17 :
Le propos de l'article n'est pas dénué de sens mais il est court-termiste au possible.
Quand la Chine aura une R&D aussi performante qu'en Occident et quelle vendra ses produits innovants conçus & made in China que se passera t-il en Europe ? ---> On délocalisera nos cerveaux, restera plus que la finance et quand le yen deviendra l'étalon alors le centre de gravité de la finance ira en Chine et on aura plus que nos yeux pour pleurer.
Penser r&d sans produire c'est tellement caricatural avec ce que l'occident traverse comme crise que c'en est risible...
Vous rêvez peut être d'une société futuriste de castes où quelques centaines de milliers de personnes vivent quand des milliards mendient un peu de travail mais je tiens à vous assurer que ce transhumanisme là n'arrivera pas.
La France a besoin de R&D ET de production.
Vous prenez en exemple la silicon valley dernier îlot de prospérité dans un pays de 300 millions d'habitants... combien de gens vivent et travaillent dans la sillicon valley ??? 2 millions ! Oui 2 millions alors bien sûr bien d'autres personnes aux USA travaillent dans les H technologies mais si vous croyez que le salut de l'occident ne passe que par le modèle de la Silicon Valley alors vous rêvez que 99% de la population occidentale devienne des intouchables.
a écrit le 10/03/2011 à 20:14 :
L'industrie contribue à renforcer notre environnement de compétences : Formation - Recherche - Innovation/conception - Industrie.
Nous ne pouvons pas renoncer à notre industrie, sinon nous finirons par appauvrir notre propre créativité (en plus d'un appauvrissement social).
Mais peut-être pouvons nous l'imaginer autrement sur certains périmètres (volumes, compétences, marchés...).
Ne pourrions-nous pas ambitionner d'être le pays du prototypage et des pré-séries industrielles pour le monde?

Ce qui est évident, c'est que notre pays de demain, nous devons le construire ensemble en inventant et en osant...

Qui a d'autres idées?
a écrit le 10/03/2011 à 19:35 :
Il faut reconnaître que Julia a en grande partie raison. C'est moderne et dynamique comme vision. Mais que pouvons nous proposer à nos ouvriers (bac -2) en échange de cette économie des élites ? C'est là le problème. Et c'est aussi ça qui fait grimper le FN dans les intentions de vote... Cette vision n'est possible que pour de petits pays avec peu de salariés, mais hautement qualifiés, comme dans les pays du Nord de l'Europe. Tout le monde ne peut pas avoir la capacité de "concevoir" et nous sommes aussi une Terre d'Accueil...
Pouvons nous réellement nous passer de la production et nous concentrer exclusivement sur la conception puis la vente (services) ?
Le tertiaire représente déjà 90% de notre PIB en France. Et pourtant nous souffrons de près de 10% de chômage officiel. Et le coût de la vie est trop élevé pour la plupart d'entre nous, notamment le logement (ce qui n'est pas le cas en Allemagne).
Il faut creuser davantage madame. Vous y êtes presque, avec M. Perreti aussi.
a écrit le 10/03/2011 à 18:57 :
L'allemagne n'a pas seulement délocalisée sa production, elle a délocalisé son chomage sur le dos des ses partenaires européens. Il faut avoir le courage de le dire.
Réponse de le 10/03/2011 à 19:47 :
J'ai vu des Allemandes de l'Est pointer au chômage en France, la raison ? Y a moins d'aides sociales en Allemagne ! Donc pourquoi les Français doivent payer pour des chômeurs allemands aussi ? Sans parler des Allemands qui s'expatrient en Espagne ou Italie, pour le soleil ...de quoi vivent ils ?
a écrit le 10/03/2011 à 17:50 :
un ptit coup de chomage pour la dame: raison: dramatique manque d'innovation de sa part.... et lui propose d'aller bosser en chine dans une usine de couture pour 70? par mois histoire de lui faire apprecier les innovants processus de délocalisation.

a écrit le 10/03/2011 à 17:50 :
Je serais chinois, je serais furieux. Cette enseignante est peut etre bonne en economie, ce qu'elle dit est vrai, mais aujourd'hui. Elle ne sait manifestement pas se projeter dans l'avenir.
Je voudrais simplement lui dire que la "ressources" naturelle la mieux repartie au travers du monde, c'est l'intelligence. Le chinois, lorsqu'il le voudra (et il a commence a le faire), saura tout a fait innover. L'indien est tout aussi creatif que l'americain et l'allemand.
Alors quand ils se decideront a innover (sans doute dans pas longtemps au regard de l'histoire car ils forment enormement de bons chercheurs), ils conserveront la valeur ajoutee sur toute la chaine: de la conception a la realisation.
Le seul probleme etant qu'ils n'auront plus de clients solvables en Europe, ils garderont la technologie pour eux et nous sombrerons dans le sous-developpement.
Non, la veritable strategie est l'innovation alliee a la realisation, donc la complementarite de la recherche, du developpement et de la realisation.
a écrit le 10/03/2011 à 16:51 :
ce qui est fort interessant c'estla simultanéité de cet article avec l'analyse par Mc kinsey que l'internet est createur de valeur dans notre pays. Tout ceci pour jusitifier ou dedramatiser la misère qui nous attend si le pays continue a sombrer comme ca. Mais c'est pas grave Mademoiselle Cagé, tant qu'il y a des impots pour payer votre salaire...
a écrit le 10/03/2011 à 16:13 :
C'est fou ce qu'un prof d'Harvard peut écrire !
Je balance entre deux qualificatifs pour cet article:
angélisme ou bêtise
Le résultat est le même de toutes façons.
Avec des raisonnements comme celui-là, les chinois peuvent dormir tranquilles et continuer à nous pomper nos technologies jusqu'au jour ou le low cost ce sera NOUS.
Un espoir peut-être : un pétrole trop cher rendra non rentable la délocalisation des industries ?
On a TOUT donné à la Chine. Sous prétexte que "si c'est pas nous ce sera le concurrent" on a fait cadeau au chinois (et on continue !) de plus de cinquante ans de recherche et développement.
On est sur la bonne voie pour bousiller nos économies ....
Mettez vos enfants au Chinois, ça leur servira plus que l'Allemand.
a écrit le 10/03/2011 à 15:54 :
Cette analyse est celle d'un banquier de Bank of America qui nous parle des gentils Chinois ingénieurs et ouvriers, tandis que nous pauvres Occidentaux, on devient chômeurs et on achète des babioles made in China en pleurant notre désespoir de voir nos emplois disparus en Asie ! Faut arrêter de nous prendre pour des * et encore je suis polie.
a écrit le 10/03/2011 à 15:50 :
votre article est d une nullité sans nom !
comment pouvez vous etre enseignante ?
si l on part de votre point de vue , tout le monde est au minimum ingénieur ( il y a bien-sur les petits métiers coiffeur etc ...) et apres on fait quoi du reste de la population ?
vous avez surement une solution "final" parce-que le reste du peuple lui en aura une pour vous et les vôtres ! si vous retirez la nourriture du "bas peuple" le logement, la médecine etc .... vous arrivez a une chose d une simplicité fort simple la révolution ....
et en dessous de votre planche la tête penché vous pourrez lire "guillotine penser et fabriquer en France"

un article aussi mauvais sur la tribune c est bien la 1er fois !

Pour parfaire vos études je vous conseille simcity vous pourrez y appliqué vos théories et vous verrez votre belle ville flamber au claire de lune .....

Pour qu une sociétés puissent fonctionner il faut une tête et des muscles il faut le tout et si il manque l un de ces composants cela coince .....

Prenez l exemple de la chine il ne font jamais rien sans transfert de technologie !
et votre iphone est déjà dépassé la bas ...

ps : moi j ai pas fait harvard et j aimerais beaucoup avoir un diplôme de la bas ! combien avez vous achetez le votre ?
Réponse de le 10/03/2011 à 17:51 :
Etes-vous incapable de marquer votre désaccord sans respecter votre interlocuteur et l'accuser sans preuve d'avoir acheté son diplôme ? Votre commentaire a été publié au nom de la liberté d'expression respectée plus que tout sur le site LaTribune.fr. Mais merci de faire preuve de la courtoisie minimum la prochaine fois. Internet est un espace de liberté, pas d'agressivité ni de manque de politesse.
Réponse de le 11/03/2011 à 13:54 :
Certes, le message est agressif, mais peut-on réellement en vouloir à son auteur?
Alors que la France connaît une crise majeure, possède un nombre de chômeurs impressionnant, la lecture de cette analyse a de quoi faire bondir!
Je me mets à la place de "simcity", et si ses mots le ton sont crus, je ne peux, sur le fond, que l'approuvé.
Car appeler les gens à la retenue quand ils vivent des situations si difficiles, c'est peut-être ne pas avoir été confronté au chômage, aux fins de mois difficiles...
je fais partie depuis peu de cette catégorie (licenciement éco), et supporter le cynisme de nos gouvernants et les analyses de ce genre me donne quelques boutons...
Réponse de le 13/03/2011 à 22:17 :

Les propos de l?auteur sont particulièrement insultant pour les personnes qui vivent la peur au ventre de perdre leur emploi et cela justifie à mon sens le petit « dérapage » de simcity. Ecrire « Oui, la France est en train de se désindustrialiser. Mais non, ce n'est pas grave. En fait, c'est tant mieux. » Désolé mais ça ne passe pas.

Si seulement Julia Cagé pouvait lire les commentaires de cet article elle apprendrait tellement de chose. Et si seulement elle pouvait mettre les pieds dans une usine pour voir comment on y innove?

Petit exemple : j?ai bosser dans une usine de textile automobile. Les designers doivent comprendre le process industriel de la fabrication du tissu. Entre autre, ils doivent comprendre avec les développeurs comment les nouveaux fils développés par les fournisseurs réagissent. Durant la phase de développement, la R&D (et parfois donc le design) qui est sur place trouve des solutions avec la production pour réaliser de nouveaux tissus. C?est là que de multiples « petites » innovation apparaissent.
Le tissu n?est pas une industrie qui a autant de valeur ajouté que l?aéronautique, c?est une évidence.
Conclusion : on laisse tomber ? On est trop intelligent pour se rabaisser à faire un travail de chinois ? On ne garde que les designers malgré ce que j?ai tenté d?expliquer plus haut? Il y en a 5 en France, les autres designers sont des locaux (puisque les goûts ne sont pas tout à fait les mêmes). Avec la direction cela fait maximum 30 personnes sur plus de 500 en France.

S?il vous plait, posez vous la question de ce que l?on fait des 500 personnes qui travaillent dans cette usine avant d?écrire votre prochain article. Posez vous la question de son impact sur l ?économie de sa région, son effet en cascade. Posez vous la question de la réalité des solutions que vous proposez parce que de ce que j?ai vu, on ne reconvertira pas ces ouvriers spécialisés en ingénieur de l?aéronautique.

Je me lamente de la désindustrialisation de mon pays même si je n?y suis pas résigné mais votre article me fait froid dans le dos !
a écrit le 10/03/2011 à 15:38 :
L'Allemagne, championnne du monde de l'exportation est très industrialisée.
Les USA champions du monde de l'innovation sont également champions du monde du déficit commercial.
Prix Nobel d'éconerie pour la Dame
Pitié pour ses élèves
a écrit le 10/03/2011 à 15:38 :
Demandez aux anglais qui n'ont plus d'industrie, comment ils vivent au quotidien !!!
a écrit le 10/03/2011 à 15:36 :
Ce sont les Chinois et Indiens qui font le boulot d'usine et d?ingénieurs, conséquence, les PDGs et Wall Street font des bénéfices extraordinaires car les salaires sont très bas. Alors les Américains n'ont plus de travail et font quoi ?
Réponse de le 10/03/2011 à 16:45 :
ils s'endettent jusqu'au Subprime
et ensuite ils font marcher la planche a billet...
Réponse de le 10/03/2011 à 18:09 :
Hahaha les Américains s'endettent mais qui détient la dette ? La Chine ! Mais en ce moment la Chine revend ses dettes, donc le dollar va valoir sa vraie valeur : du papier toilette, car le dollar en vérité ne vaut rien car les Américains ne produisent rien du tout, ils vivent sur le dos des Chinois. Et bientôt, les Américains connaîtront le plus gros krach de l'histoire et devront travailler, chose qu'ils ont oublié, la sueur.
a écrit le 10/03/2011 à 15:24 :
test
a écrit le 10/03/2011 à 15:10 :
Et encore une fois de plus des théories.. des grands mots.. Ce qui manque c'est juste un peu de bon sens.. Qui peut avaler que la désindustrialisation est une chance? Appauvrir les travailleurs.. en comptant sur eux pour consommer.. c'est çà qu'on nous propose.. En plus la répartition des richesses est tellement bien organisée.. que les classes même moyennes voient fondre leur pouvoir d'achat.. L'idée c'est de faire de la France un bureau d'étude, faire fabriquer ailleurs et vendre aux français qu'on a mit au chômage.. car on ne remplace pas des emplois industriels par des emplois tertiaires ou a haute valeur ajouté.. le nombre d'embauche risque fort d'être différent.. A moins peut être de déporter les travailleurs? Ce fut fait dans une autre époque... ca se nommait STO...
Mais les énarques ne s'arrêtent pas à ces détails.. et la seule véritable définition de l'énarque c'est bel et bien Coluche (philosophe du XXe Siecle) qui l'a donné..
"énarque c'est un mec à qui on donne le Sahara et qui un an plus tard importe du sable!! "
a écrit le 10/03/2011 à 15:10 :
encore un article à la con pour remplir une page de journal, si on veut innover il faut bien produire et chercher toujours un équilibre, et non pas un extrême...
encore une intellectuelle complétement coupée de la réalité...qui vit dans ces livres et dans leur théories....
Réponse de le 10/03/2011 à 20:36 :
Einstein aussi vivait de la théorie , Maxwell aussi , Bernoulli aussi , von braun , de Vinci aussi , c'est ce qu'il manque sur ce foutu continent des théoriciens , des rêveurs , des chercheurs qui permettrons l'innovation , on ne fabrique plus rien en Europe alors théorisons et innovant , les etats unis sur les nanotechnologies on 10ans d'avance , En Europe on n'en est ou ???
a écrit le 10/03/2011 à 15:00 :
La question n'est pas tant de choisir entre innovation et production pour l'ensemble de notre économie, mais de déterminer quelles sont nos priorités, compte tenu de notre puissance économique et démographique modérée à l'échelle mondiale.

Ces priorités déterminées, il est essentiel de conserver une économie sur l'ensemble de la chaîne de valeur, de la conception à la production.

Pourquoi ?
pour rester autonome lors des adaptations au marché qui ne manqueront pas de s'imposer : comment être réactif si la production est sous-traitée ?
pour garantir du travail à l'ensemble de la population active : tout le monde n'a pas les moyens intellectuels ou l'envie d'être concepteur !
a écrit le 10/03/2011 à 14:54 :
Des ipods, c'est ce genre de conneries qui polluent sur lesquels on doit miser, la consommation frénétique et débile, c'est ça le progrès ? des télés, des saloperies à l'obsolescence programmée c'est ça qui va nous sauver ? comme ça en Afrique les déchets s'accumuleront et formeront un nouveau Kilimandjaro ! (avec son blanc manteau...)
a écrit le 10/03/2011 à 14:51 :
Belle analyse qui n'oublie que l'aspect social ! il faudra donc gérer les crises de tous ceux qui n'innoveront jamais (faute d'en avoir le talent). Je ne crois pas que l'objectif d'une société (au sens noble) soit l'économie mais le vivre ensemble et donc le travailler pour tous y compris les exclus des bureaux d'étude.
a écrit le 10/03/2011 à 14:50 :
Je trouve la réflexion intéressante mais complétement dénuée d'intelligence évolutive. Les énergies fossiles qui permettent de transporter toutes ces choses d'un continent à un autre, brûlent. La part des énergies renouvelables est loin d'être suffisante pour alimenter l'ensemble du trafic mondial et plus tard, remplacer ces sources d'énergies fossiles.

La part d'importation et d'exportation à moyen terme est amener à réduire. Les produits issus de ces importations verront leurs coûts montaient en flèche uniquement à cause de la part logistique.

Une salade composée conçue au Japon assemblée en Chine avec des tomates marocaines, de noix françaises et une salade néo-zélandaise ne pourra plus être produite ou à un coût exorbitant.

Les produits "exotiques" seront réservés à une élite. La production et la consommation locales avec un minimum d'importation sera de rigueur.
a écrit le 10/03/2011 à 14:43 :
Ce raisonnement spécule simplement sur le fait que le monde se construise sur l'exploitation sans limite d'une main d'oeuvre à bas coût (après l'avoir été sur l'exploitation des matières premières)... Qui par ailleurs consente à rester dans un état de sous-qualification "avancé".
Même dans les rêves les plus délirants des utopistes libéraux, c'est difficile de trouver pareil aveuglement. je vois que l'on progresse. Je suppose que cette dame se considère dans la tranche qui innove. je trouve pour ma part qu'elle fait partie du lumpen proletariat de la pensée... Qui n'innove plus qu'en, s'évaluant elle même avec ses propres critères.
Si elle croit que les chinois se contenteront gentiment de gagner 5% sur un IPod et nous laisser le bénéfice de la matière grise, je pense qu'au moins elle leur produit déjà l'occasion de rire (et pas jaune : bien franc !)... Après tout c'est peut-être là sa principale valeur ajoutée.
Question : que se passera t-il quand on ne trouvera plus de peuple assez dominés pour produire l'excellence de ce que nous consommons ? Ou quand la sur-consommation nous aura poussé à ne penser plus qu'en consommateurs de niaiseries et non plus en producteurs de richesses ?
Ou quand les laissés pour compte de cette consommation en auront assez de vos raisonnements d'avant 1789 ?
a écrit le 10/03/2011 à 14:41 :
quelle caricature du discours dominant! impressionnant... en même temps, enseignante à Harvard, il ne fallait pas s'attendre à une pensée alternative
si j'ai bien compris, les Chinois sont incapables d'innover?
affligeant
a écrit le 10/03/2011 à 14:39 :
pour exemple significatif, de 1997 a 2002 , le chef du gouvernement de la majorite pluriele a l epoque ( avec des pouvoirs renforces par la cohabitation avec le chef de l etat issu de l opposition ...) ancre sur une ideologie conservatrice persistait sur une politique d assistanat donc la mesure phare des 35 heures ... le chancelier allemand tres visionnaire et pragmatique lancait un programme d innovation en matiere d equipements pour les entreprises du monde entier ect...ect... aujourd hui meme , malgre la crise, la RFA en recolte les fruits ( voila comment l economie allemande a surpasse la notre )
Réponse de le 15/03/2011 à 2:50 :
Le chancelier Allemand était du même bord que le chef du gouvernement de la majorité plurielle de l'époque ... et c'est sans doute pour cela que le chef de gouvernement suivant (de l'autre bord) n'a surtout pas essayé de s'intéresser a ce qu'avait fait l'Allemagne ... bon maintenant en fin de règne que tout le monde dit que l'Allemagne a été efficace il "parle" de s'en inspirer ... 9 ans de retard ...
a écrit le 10/03/2011 à 14:28 :
J'ai rarement lu un article d'une telle bétise. Cette dame ne doit avoir aucune expérience de l'entreprise et en plus elle enseigne? Comme l'écrit justement Teihard "pas étonnant qu'on en soit là".
Alors juste une question à Madame Cagé. Comment grâce à l'inovation reussissons nous à offrir du travail aux gens qui n'ont pas un bac + 5. Je travaille depuis plus de 20 ans dans le service IT je n'ai jamais vu un titulaire d'un CAP ou d'un BEP dans les entreprises pour qui j'ai travaillé. le spectre des compétence necessaire à une société d'inovation est bien plus restreint que dans l'industrie. Et puis tout simplement après avoir créé il faut bien fabriquer.
a écrit le 10/03/2011 à 14:22 :
Tiens, il me semble avoir entendu dire qu'Obama souhaitait réindustrialiser les EU. Etrange....
a écrit le 10/03/2011 à 14:21 :
Cet article montre à quel point les élites de Harvard perdent les pédales.

« Ces événements nous dépassent, feignons d'en être les organisateurs » : d'après Jean Cocteau, les Mariés de la Tour Eiffel.
a écrit le 10/03/2011 à 14:21 :
et un pays industrialiser et fort en R&D??? c'est possible... Pourquoi faire un choix entre les deux?
a écrit le 10/03/2011 à 14:17 :
excellente analyse
a écrit le 10/03/2011 à 14:15 :
Je rejoins la majorité des commentaires faits précédemment sur ces inepties. la désindustrialisation de la France relève de l'irresponsabilité, et va nous déclasser par rapport aux pays asiatiques notamment. De plus, vu la grande frilosité de nos chers dirigeants, il ne faut s'attendre en aucun cas à une revalorisation de la recherche (vous savez, "les quelques prix Nobel qui cachent une forêt de médiocrité (sic)") et de l'innovation dans les PME/PMI. Un exemple frappant dans mon laboratoire est que l'écrasante majorité de l'équipement est allemand ou japonais. Je ne peux pas admettre que des entreprises françaises soient incapables de développer de tels équipements. Mais malheureusement l'Etat préfére mettre la main à la poche pour renflouer les banques et manifeste son soutien aux PME par la dîme.
Et pendant ce temps, les "capitaines" d'industrie vont se targuer d'avoir singé des contrats en Chine, alors que jamais les Chinois n'acceptent de signer sans contrepartie, bien évidemment des transferts technologiques. Pour avoir vu un laboratoire chinois récemment, leur vitesse de développement est incroyable et là-bas l'Etat n'hésite pas à mettre la main à la poche pour investir dans les laboratoires. Il est certain qu'ils nous laisseront sur le carreau dans une vingtaine d'années, d'autant plus que des hordes de doctorants viennent dans nos labos se former. En dépit des gens qui passent leur temps à taper sur les universitaires et le CNRS à propos d'un soit-disant manque de résultat, je les invite à regarder les politiques budgétaires et de les recadrer par rapport à d'autres pays qui, eux, font l'effort d'investir dans l'éducation et la recherche. On pourrait par exemple faire en sorte d'augmenter la productivité des chercheurs en arrêtant de les contraindre à rédiger des demandes de financement à longueur de temps pour au final récupérer trois francs six sous (merci l'ANR!) qui permettent au mieux d'embaucher un doctorant ou un post-doc qui au final partira quelques années après avec son savoir-faire à l'étranger par qu'il n'aura aucun poste en France... Ou alors donner une dotation cohérente au CNRS et aux universités et la liberté de pouvoir les gérer sans entrave. Je suis persuadé que si le budget de la R&D se chiffrait en dizaines de milliards d'euros, nous n'aurions rien à envier aux autres pays. Mais tout ceci nécessite aussi de garder un tissu industriel dans lequel on peut appliquer les découvertes de la recherche fondamentale puis appliquée.
a écrit le 10/03/2011 à 14:09 :
Encore une victime qui souscrit avec une ingénuité sans réserve aux discours de la pensée unique ...
Si elle savait...
a écrit le 10/03/2011 à 14:03 :
Ces mauvais raisonnements vont bien finir par nous tuer à la longue. Si c'est ce que cette enseignante apprend à ses élèves à Harvard, pas étonnant qu'on en soit là. Cette idée selon laquelle ils ne seraient bons qu'à produire ce que nous seuls occidentaux, mieux formés, plus intelligents et subtils, nous serions capables de concevoir... c'est totalement dépassés !!! les Chinois 'conçoivent' aussi bien et même mieux que nous. Effectivement, ça fait des années qu'ils travaillent à faible valeur ajoutée, mais ils ont acquis le savoir faire et l'outil de production, que nous avons perdu. Ils auront de moins en moins besoin de nous pour la conception. Ce qui leur manque, ce sont des moyens d'accès au marché : des distributeurs, des marques... qu'à cela ne tienne, après avoir été les fournisseurs, ils nous attaqueront pas le haut de bilan (cf rachat de Volvo, de Cerruti...) et accèderont ainsi à nos marchés par la grande porte.
a écrit le 10/03/2011 à 13:59 :
Est-ce que cette analyse ne présuppose pas que les Chinois et autres "émergents" resteront pour l'éternité des exécutants voués à assembler nos trouvailles ? Il n'y a pas de raison de le supposer. Ils ont aussi de la matière grise, juste un peu de retard dans sa mise en valeur - voyez les précédents japonais et coréen. Ou alors il faut supposer qu'ils resteront toujours des pays à bas salaires ? A long terme, ce n'est pas non plus très plausible.
a écrit le 10/03/2011 à 13:53 :
La fille qui débarque sans rien comprendre à la vie et qui nous recrache sa bouillie mondialiste...
Elle ferait mieux d'aller travailler sur le terrain et d'en prendre de la graine!
C'est vraiment génial de perdre tout le savoir faire manufacturier et de dépendre complètement du bon vouloir des chinois...c******
a écrit le 10/03/2011 à 13:51 :
Nous avons le monorail bi-tube transfrontalier dans les cartons, mais il faut du capital risque à la hauteur de l'investissement nécessaire. Nous avons les idées en France, nous n'avons pas les euros indispensables pour les faire aboutir sur le marché mondial. A part créer un énorme fond de capital risque européen d'origine étatique pour nous insérer dans la mondialisation, il n'y a pas de solution.
a écrit le 10/03/2011 à 13:50 :
c'est très bien de dire tout ça mais des secteurs innovants en france délocalisent leur production eux aussi comme par exemple le secteur de la pharmacie (voir sanofi aventis), ce n'est surement pas le R/D qui peut sauver tout ces emplois.
a écrit le 10/03/2011 à 13:41 :
Les fameux LCD que l'on voit partout ont été inventés par un français (et son équipe), Pierre Gilles de Gennes...Les industriels français n'en ont pas voulu, il a vendu son brevet aux japonais..
Invention payée par le contribuable français, qui en profite d'après vous ?
Réponse de le 10/03/2011 à 14:02 :
Tout à fait exact. Et ce n'est malheureusement pas le seul cas de ce genre.
Mais la recherche française a aussi été elle-même très frileuse par rapport au "grand capital", refusant souvent d'innover dans un quelconque domaine qui ne serait pas fondamental. Etant chercheur moi-même, je ne critique pas la recherche fondamentale, instrument indispensable aux innovations de demain, mais sans stigmatiser des recherches plus "appliquées" en parallèle.

Les mentalités évoluent, mais les crédits d'Etat et industriels diminuent...
a écrit le 10/03/2011 à 13:40 :
Le problème c'est que l'innovation ne peut pas pas créer suffisamment d'emplois. Il faut aussi l'industrie.
a écrit le 10/03/2011 à 13:27 :
Une entreprise n'est surtout pas là pour créer de l'emplois, mais avant tous de la valeur.
L'emploi n'est qu'un moyen d'augmenter la valeur.
a écrit le 10/03/2011 à 13:04 :
Je vous recommande la lecture de ce papier au sujet de la valeur ajouté Chine/Etats-Unis dans la production d'un iPhone. Le papier explique en detail pourquoi chaque iPhone produit en Chine a un impact negatif sur la balance commerciale americaine, et pourquoi l'administration Obama devrait considerer de relocaliser la production aux Etats Unis. Il est ecrit par des Japonais. http://www3.grips.ac.jp/~pinc/data/10-21.pdf
a écrit le 10/03/2011 à 12:36 :
Peut-être devrions nous nous rabattre sur le camembert ? industrie&innovation
a écrit le 10/03/2011 à 12:10 :
Heureusement que l'on peu compté sur Julia Cagé ! En effet, vous savez seulement avoir des idées, et seulement des idées, comme tous les gens qui vous ressemble. Ce que vous dite, ressemble à ce qui occupe nos dirigeants et politiques. Quelle innovation ! Et dire que vous avez fait des "haute études" pour dire ces conneries !
Comme nos dirigeants !
Réponse de le 10/03/2011 à 13:40 :
"peut compter" pour commencer.
Les études ça aide
a écrit le 10/03/2011 à 12:06 :
je bois du petit lait!!
splendide analyse, pour la première fois je lis un article qui confirme
totalement ma découverte stupéfiante dans l'annuaire européen de 1995
en analysant un produit allemand je découvre sa société de production et
constate qu'il y a pas moins de cinq pages pour ses bureaux d'études.
le produit est sous traité dans quatre pays dont deux de l'union européenne.
la qualité est top! le prix aussi..
morale de l'affaire, formation+restructuration industrielle+sous-traitance
=emploi bien rémunéré et nombreux!



a écrit le 10/03/2011 à 12:04 :
OUI OUI OUI! Mais il y a un problème culturel majeur en France, celui de l'Etat jacobin rationaliste et celle des ingénieurs des mines (X Mines) en charge des politiques industrielles et d'innovations. Le "génie économique" de l'innovation n'est pas le génie rationaliste des économies d'échelles industriel. J'ai montré d'ailleurs que l'expression "innovation technologique" est contradiction sémantique. http://journal.coherences.com/article369.html
Cordialement
a écrit le 10/03/2011 à 12:03 :
Hé Julie, c'est pas tant la gauche qui devrait renoncer au vote ouvrier et populaire, c'est toi qui devrait te rendre compte que tu n'es pas de gauche avec tes raisonnements de nomade mondialisée!
a écrit le 10/03/2011 à 11:59 :
Si on avait en France autant de gens capables d'innover et de créer, ça marcherait. Mais c'est occulter le fait qu'une grande partie de la population n'a ni les capacités intellectuelles, ni forcément l'envie de travailler dans le développement.
En bref, c'est une proposition qui ne s'adresse qu'à des personnes motivées et performantes dans leur domaine. Une sorte d'élitisme...
a écrit le 10/03/2011 à 11:58 :
si mme cage s'imagine que la création d'iphone ou autres produits va etre créateur d'emplois quelle blague.
seul un pays producteur en matière d'industrie est un pays gagnant.
pourquoi?produire son acier, le textile, l'agro alimentaire etc...etc...est génrateur de profits pour la balance commerciale , donc de rentrées financières.marcus
a écrit le 10/03/2011 à 11:43 :
Oui mais voilà dans notre pays, il n y a pas 3 millions de chomeurs ingénieurs, mais des personnes qui qui si on les forme sauront utiliser une machine outil, vérifier un assemblage ou toute autre manipulation qui ne demande pas de bac ++
Avant tout c'est de l'emploi qu'il faut
Réponse de le 10/03/2011 à 13:52 :
Il faut surtout créer de nouvelles entreprises innovantes, et là il faut du capital risque.
a écrit le 10/03/2011 à 11:32 :
bravo pour cette article , c'est exactement ça , pendant que les autre pays innovent , en France et plus généralement en Europe on attend , quoi ??? je ne sais pas , déjà airbus utilisent des cerveaux indiens , parce que nos dirigeants ne veulent pas investir dans la recherche et garder une avance technologique , les coréens fabriquent des écrans ultra plat , au qatar on conçoit des robots a visage humains , bientôt l'Afrique va nous rattraper et nous dépasser , parce que nos dirigeants ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et ne sont pas visionnaires . Les américains vont aller sur mars avec des engins a moteur ionique (deepspace 1) , pendant que nous on est encore au moteur a poudre , les chinois et les japonais aussi , les indiens et les brésiliens aussi et nous comme d'hab on va les vois partir , nos dirigeants n'ont pas de vision ils naviguent a vue ...Moi je suis un rêveur et je pense que mon rêve je le concrétiserai en Asie ou dans le pacifique mais l'Europe c'est MORT.....
Réponse de le 10/03/2011 à 13:53 :
Non, il reste une chance avec le projet Schuman-Kanfen.
a écrit le 10/03/2011 à 11:28 :
Parfait, continuons comme ca puisque tout va bien!
a écrit le 10/03/2011 à 11:25 :
Cette enseignante représente l'avenir de la france et son déclin... elle non plus n'ose pas dire qu'on deviendra un pays comme l'angleterre et non l'allemagne... Il y a vraiment de sgens qui ont fait des études et appris sans réfléchir les exemples en classe... elle fait son show pour se créer un nom sur du vide... dommage de voir des grosses têtes aussi superficielles...
a écrit le 10/03/2011 à 11:24 :
selon mon opinion, cet article pose une réflexion intéressante. toujours selon mon opinion, il comporte des biais importants. à titre d'exemple, je pose la question à l'auteure : qu'en est-il du nombre d'emploi que les activités d'apple génère aux états-unis par rapport au nombre d'emploi générés en chine ?
pour ma part, l'économie ne s'aborde pas par la valeur ajoutée sans se saborder. elle s'étudie en s'orientant vers la recherche du plein emploi.
enfin, et selon mon opinion, cet article défend une vision particulièrement élitiste à l'image de la formation qu'a reçue cette jeune femme, vraisemblablement très brillante au demeurant.
a écrit le 10/03/2011 à 11:22 :
Depuis tout ce temps, si tout ceux qui sont sortis de Harvard ou des plus grandes université étaient intelligents, ça se saurait. Et on en serait pas là aujourd'hui... ce type de conseil dénué de toute humanité ne conduira qu'à sa perte. Le facteur humain est le plus important, la société doit être au service de l'humain. Une société qui pousse à la surconsomation uniquement pour enrichir un club de privilégiés n'est pas une société saine et encore moins juste. La Chine rattrape juste les années de croissances qu'elle a perdue durant l'ère communiste avec une économie censée être auto-suffisante.
Toutes ces puissances économiques émergeantes ne font que rattraper leur retard, et c'est en cela que se trouve la crainte des sociétés occidentales qui ont longtemps protégés leurs acquis, ce qui pourrait aller dans le sens de cet article sauf qu'à aucun moment elle ne pose la question des droits du travail à un niveau universel. La qualité de vie de ces pays augmentent, leurs éxigences d'équité aussi. Et c'est une bonne nouvelle en soi.
Le R & D, la recherche et développement ne peuvent-être pensés qu'à une échelle mondiale, si on continue à jouer au petit village gaulois qui ferait ses recherches seul dans son coin, on se prendra clairement une claque.
Pour moi l'exemple de l'I-phone n'est pas un modèle en soi. Ce n'est rien de plus qu'un appareil qui crée de l'addiction à une soit-disante technologie révolutionnaire, la preuve? La course au nouveau modèle permanent toujours plus performant. Sympa tout ça, mais à quoi cela sert-il?
Même chose pour nike où l'addiction à la marque est plus qu'évidente, par contre les conditions dans lesquels sont produites ces chaussures, c'est autre chose... Bref, madame est priée de revoir sa copie et d'être plus visionnaire dans son analyse, s'imaginer que les pays émmergeants seront à jamais les pays de mains d'oeuvre ouvrière est une utopie. Il faut parier sur l'égalité des traitements dans l'appareil économique. Les chômeurs ne sont pas des clients au pouvoir d'achat intéressant, et les sociétés de crédit ne pourront jamais assumé le déséqilibre créée par ce système économico-libéral hypocrite. La seule réelle opportunité de croissance est la marche vers la colonisation des planètes environnantes, ce qui veut dire que tout doit être axés aujourd'hui sur l'avenir et le développement de nos capacités à sortir de nos frontières culturelles égoïstes. Tout passera par l'éducation, ce qui ne semble pas être l'investissement choisi par nos sociétés soit-disant "modernes". Encore un peu de clairvoyance et de sagesse et cela ira un peu mieux...
a écrit le 10/03/2011 à 11:22 :
C'est chouette mais les chinois ne sont pas des abrutis, le matériel qu'on leur fait produire, il le copie, et s'en servent de base pour faire leur propre produit, détournant ainsi a leur profit les efforts de R&D des autres...
Je pense que vous faites fausses route nous avons perdu déjà bon nombres d'industries, et on voit bien que le secteur tertiaire et le premier a être touché quand il y a crise. (le système dans son fonctionnement actuel est un système qui génère régulièrement des crises qui ont un impact profond sur l?économie dans son intégralité)
Pour moi, avant de mondialiser, il aurait fallu a voir des blocs régionaux cohérents...
Au delà de cet aspect, c'est toujours du problème de la répartition des richesses dont on parle, et comment financer les etats de facon plus équilibrée que de faire porter ce poids essentiellement par le travail comme en France et si peu sur la finance
a écrit le 10/03/2011 à 11:16 :
Certes... Mais comment font les ouvriers qu'il reste encore pour manger ? "Ils n'ont qu'à devenir cadres ?"

Quel manque de réalité !
a écrit le 10/03/2011 à 11:05 :
Et une fois que le cerveau humain aura atteint ses limites? quel avenir?
a écrit le 10/03/2011 à 11:05 :
Bravo magnifique article directement issu de la pensée des années 80 C'est des technocrates de cette espèce qui nous ont conduits la ou nous en sommes.
Que fait on de la partie de la population qui n'a pas les moyens de former ?
Bien sur qu'il faut innover mais il faut produire aussi en France
Madame Cagé que ferez vous quand vous et vos pareils aurez conduit ce pays a l'implosion sociale?
Vous irez enseigner l'économie aux Chinois ?
Vous rêvez! ils ne vous ont pas attendu
"La France était au bord du gouffre elle a fait un grand pas en avant"
Coluche
alors courage tous derrière Madame Cagé en avant !
a écrit le 10/03/2011 à 11:00 :
Pour ceux qui parlent un peu l'anglais.

Je crois que cela répond - en partie - à cette idée française venue des Etats-Unis.. A mourir de rire.

http://www.nytimes.com/2011/03/07/opinion/07krugman.html?_r=1&scp=1&sq=DEGREE%20KRUGMAN&st=cse
a écrit le 10/03/2011 à 10:58 :
ca me fait penser aux histoires de terres rares, où l'on trouve les métaux précieux indispensables à la fabrication de produits électronique. la Chine est la seule à en produire, et à en augmenter les prix....
Quand la Chine sera la seule à être capable de fabriquer ces produits, je doute qu'elle maintiendra des marges aussi faibles qu'actuellement......
a écrit le 10/03/2011 à 10:51 :
Voila un raisonnement qui tient bien au niveau de l'entreprise, fort valeur ajoutée pour un minimum de salariés. Mais au niveau d'un pays, il faut bien donner du travail à ces citoyens non ? Donc en effet, il faut les deux, de l'ouvrier et de l'intellectuel. La où la France a le plus de mal à innover et à investir, c'est en matière de politique, pffff, aucune imagination, aucune idée intéressante. A part taxer, rien à l'horizon.
a écrit le 10/03/2011 à 10:50 :
Emblématique d'un profond conservatisme intellectuel maquillé en pensée de gauche :

1. comme l'ont fait remarquer de nombreux commentaires, les USA ont un déficit commercial colossal avec cette stratégie "innovante"

2. l'innovation ne peut pas être déconnectée de la production. Comme si seul le marketing ou la conception initiale pouvaient être innovants.

3. Que les Etats-Unis globalement récupèrent via des dividendes une partie de la valeur ajoutée délocalisée en Chine est une chose. Mais pas forcément une consolation pour les ouvriers américains qui ne vivent pas de dividendes.

4. Mme Cagé s'invente une gauche nostalgique qui est un épouvantail un peu facile. Où a-t-elle vu que la gauche tient "un discours sur la difficulté des conditions de travail à l'usine".

5. Il est scandaleux de la part d'une universitaire de ne pas évoquer quelques points en sens inverse : l'industrie paie mieux, l'Allemagne qui est plus industrielle exporte plus que la France, la France détient quelques secteurs d'excellence dans l'industrie, comme l'aéronautique, le nucléaire, le luxe.

Conclusion : Mme Cagé devrait innover et sortir des clichés sur le fabless dont la planète est assez largement sortie.
a écrit le 10/03/2011 à 10:49 :
L'innovation n'est pas l'apanage des Bac+5. "J'attaque" ma quatrième année de galère pour développer un produit innovant, je n'ai que le Bac, et encore dans un domaine qui n'a strictement rien à voir avec mon projet.
Certes, nous ne sommes pas dans un pays exemplaire pour ce qui est de l'aide à l'innovation. Même bénéficiaire des minimas sociaux (ce qui est mon cas) vous n'avez le droit à RIEN... J'ai la chance d'avoir rencontré des gens qui m'apportent une aide ponctuelle. Après, c'est un sacrifice financier, c'est énormément de temps et beaucoup de rêve... Commençons par faire "rêver" les plus jeunes (et les moins jeunes) : à la théorie bien de chez nous du "pourquoi", je préfère de loin la théorie du "pourquoi pas", c'est comme ça qu'on avance...
a écrit le 10/03/2011 à 10:48 :
Un article de plus qui confirme la déconnexion profonde entre le terrain industriel et une minorité de personnes qui se proclament "penseurs économiques". Après 30 ans de déclin de la production industrielle et le constat de la situation dramatique à laquelle cette politique nous a conduit, tenir un discours de ce type relève plutôt d'un fort sectarisme complètement dénué d'une quelconque forme de réflexion et d'esprit critique.
a écrit le 10/03/2011 à 10:28 :
Et pourquoi ne serions nous pas les inventeurs et les assembleurs, hein ? Il faut bien nourrir toute cette faune qui s'incruste et se reproduit mais qui refuse l'éducation, refuse de fatiguer ses méninges pour étudier mais compte bien profiter de tous les bienfaits de notre système qui s'essouffle, jusqu'à avoir épongé le système de la santé, et vous croyez que nous sommes en mesure de nous exporter ????
A part les couscoussiers, je ne vois pas grand chose. Faudrait revoir la copie et maintenir nos usines, rapatrier tout ce qui peut fournir du travail et surtout permettre à nos étudiants de pouvoir assumer leurs études sans avoir à galérer pour des problèmes de logements, de bourses ou autres revenus qui les laissent affamés et aigris
a écrit le 10/03/2011 à 10:19 :
Extrait : Vous n'êtes pas convaincus ? Retournez votre iPhone : « Designed by Apple in California. Assembled in China ». Qui d'après vous est gagnant dans l'histoire ? La Chine qui produit ou les États-Unis qui créent ?

ET QUI EMPOCHE dans ce raisonnement à trois sous ?? Les ouvriers Américains au chômage ??
Cette "spécialiste" parle des pays les plus "gagnants" comme si l'argent était redistribué à chaque citoyen... Le pays qui est "gagnant" est celui qui réussit à faire vivre une MAJORITE de ses citoyens ! Et jusqu'à preuve du contraire, les actionnaires sont une minorité des habitants d'un pays.
Si cette dame est réellement enseignante à l'université de Harvard et à l'Ecole d'économie de Paris, il est temps de se poser des questions sur la pertinence de l'enseignement !
a écrit le 10/03/2011 à 10:18 :
qu'elle est con, on n'innove que si on produit
a écrit le 10/03/2011 à 9:37 :
Cet article me rappelle un discours de l'ancien premier ministre M. Raffarin, alors en exercice, qui nous disait qu'il ne fallait pas s'inquiéter de la disparition des emplois industriels qu'ils seraient remplacer par les sociétés de services. Il avait même cité les futures créations de centres d'appels, au même moment, la société Alcatel délocalisait en Tunisie l'un de ses centres d'appel et y recrutait des techniciens hautement spécialisés, en même temps une vague d'annonce à la TV annonçait dans ce secteur soit des licenciement soit des délocalisations.
Ce jeune professeur sans expérience du tissus industriel Français, participe du même discours de nos politiques de tous bords, celui de nous endormir. Elle veut nous faire croire que l'on peut transformer 4 millions de chômeurs dont les nombreux petits gars dés?uvrés des banlieues, sans formation, en technicien ou en commerçants hautement qualifiés pour travailler dans les services. Madame il ne peut y avoir de R&D puissante sans une multitude de PMI, trop peu nombreuse en France, et une puissante industrie. Il ne faut pas oublier non plus une bonne dose de nationalisme économique, inexistante en France et extrêmement forte en Allemagne et surtout aux USA; j'y ai vécu et travaillé pendant 3 ans. Seule une activité industrie pourrait absorber un grand nombre de ces personnes non qualifiées.
Il est tellement plus facile de créer des activités commerciales à fortes marges que de l'activité industrielle ou il faut plus d'argent pour investir, plus d'imagination, plus de patience et d'abnégation. Il ne faut pas oublier non plus que notre système bancaire parce qu'il « fait joujoux » avec notre argent en prenant de très gros risques sur les marchés financiers, prend le minimum de risque avec ses clients. Les banques prêtent plus facilement à une entreprise qui fait de grosses marges sur des temps très cour qu'à une industrie qui mise sur le long terme et qui a des marges plus faibles.
a écrit le 10/03/2011 à 9:27 :
tout ceci est très theorique. La réalité c'est que notre capacité d'innovation, notre image de marque sont très inferieures à celle de nos voisins allemands. Rattraper ce retard prendra plus d'une decade. Mettre en place les conditions de garder de l'emploi industriel serait certainement plus rapide... (charges sociales, incitations fiscales, etc.). L'un n'empeche pas l'autre mais l'un ne se fera pas sans l'autre. Il faut bien generer les benefices qui permettent de reinvestir et d'investir dans l'innovation Mademoiselle Cagé.
a écrit le 10/03/2011 à 9:14 :
Tres juste, en France on a des chercheurs mais il ne trouvent rien. Le system éducatif est pourris. Regardez aux US, vous croyez que les gens qui sont derriere Apple, Microsoft, Facebook on Bac+5?? L'innovation et la creation passe par une revalorisation de l'entrepreneur, au lieu de le taxer a outrance en France pendant qu'on valorise les fonctionnaires qui ne créent rien.
Réponse de le 10/03/2011 à 11:45 :
Pas d'accord avec votre commentaire manichéen. Les fonctionnaires font partie de la solidité de notre société. Ce sont eux qui permettent de tisser un socle collectif pour tous et c'est ce qui fait la richesse de la France et son attractivité. Allez voir ailleurs comment ils font sans fonctionnaires, si vous n'avez pas d'argent vous n'avez droit à rien.
Alors de l'investissement dans l'innovation certes mais pas de la démagogie anti-fonctionnaires qui ne profitent qu'aux riches.
Réponse de le 10/03/2011 à 14:32 :
Lisez Sciences & Vie et vous verrez que la recherche Française trouve. La recherche Française (privée comme publique) manque surtout de moyens.

Et beaucoup de publications de laboratoires américains sont à mettre aux crédits d'équipe de chercheur de différentes nationalités. Notamment des chercheurs Français.

En France on a des chercheurs qui voudraient passer plus de temps à chercher au lieu de chercher des crédits....
a écrit le 10/03/2011 à 8:25 :
Et pourquoi la Chine est passée en 2010 2ème économie mondiale ?
Réponse de le 10/03/2011 à 11:13 :
parcqu'ils sont 1.5 millards...
a écrit le 10/03/2011 à 8:23 :
Dans une société comme la notre que faire de tous ceux qui n'ont pas les capacités de travailler dans l'innovation ? Tous le monde n'a pas un Bac+5 !

De plus, pour les transports, actuellement il n'y a pas d'alternative efficace au pétrole. Les réserves de pétrole se raréfies, le coût du pétrole ne cesse d'augmenter. Les coûts de transports rendrons les produits fabriqués hors France inabordable à une grande majorité de la population.

Du fait du problème des transports lié à l'énergie, les pays qui ne conserves pas un minimum de production locale seront confrontés à de gros problèmes.
L'innovation ne sera jamais un monopole occidental, la Chine s?approprie les innovations technologiques pour les fabriquer. Une concentration de la production sur une seule zone géographique, comme c'est le cas actuellement avec la Chine, nous rend fortement dépendant des bons vouloir des dictateurs qui gouvernes ce pays.
a écrit le 10/03/2011 à 8:06 :
il plus facile et fructueux de faire du commerce ou de la banque que de la recherche ...alors pourquoi arreter ce systeme mafieux
Réponse de le 10/03/2011 à 8:43 :
C'est bien pour ça qu'il faut réduire considérablement l'effort de recherche, car ce que vous dites in fine, c'est que la recherche ne sert pas à grand chose.
a écrit le 10/03/2011 à 8:03 :
Où sont les chiffres de l'emploi ?
Si je comprends bien, la chine récupère 5 % de la valeur (de la marge, du chiffre d'affaire ?), mais combien en terme d'emploi ?
A quoi sert il d'augmenter les profits des sociétés Française si c'est au détriment des employés Français ?
Réponse de le 10/03/2011 à 8:47 :
Sans compter que chaque fois qu'un iPhone est acheté, c'est le commerce extérieur Américain qui prend un coup sévère sur la tête. Cet article a 15 ans de retard, les Américains eux en ce moment mettent en oeuvre une réindustrialisation comme ils ont su le faire dans les années 80 face à la menace du Japon. On ne va quand même pas être stupide au point de céder à toutes les incantations d'experts auto proclamés?
a écrit le 10/03/2011 à 8:02 :
Une telle transformation nécessite d'une part de revoir la politique de formation et d'éducation et d'autre part du temps pour que la reconversion des emplois industriels en tertiaire soit effective. C'est une échéance à 20 ans pendant laquelle des milliers de famille et des régions entières vont se retrouver sans emploi et sans ressources.

Au delà de l'objectif, il aurait été intéressant de lire des propositions de financement pour ces 20 années de transition ou encore des propositions pour garantir la continuité d'une telle politique et ne pas la plomber avec des empilements de lois qui déferont ce que les précédentes avaient fait, etc.
a écrit le 10/03/2011 à 7:52 :
j'ai l'impression qu'à l'instar de la société américaine déliquescente, Harvard est en train de tomber également. Je doute que les Etats Unis restent capables d'innover pendant longtemps si leurs enseignants sont aussi superficiels. Ceci étant dit, il est vrai qu'ils recourent massivement aux cerveaux formés à l'étranger. Le plus choquant dans ce texte est la vision à court terme d'une société entièrement tournée vers la recherche, un peu comme la vision de Serge Tchuruk avec son projet d'entreprise ALCATEL sans usine. Il faut être aveugle pour ne pas voir où cela mène. Cela renvoie également au type de société que nous voulons. Les Etats Unis ont semble t'il tranché en choisissant de devenir un pays du tiers monde pour la majorité de leur population. La France (je ne parle pas de la France de Sarkozy qui restera probablement une exception, une erreur d'avant la crise) est porteuse d'un projet de société sensiblement différent.
Réponse de le 10/03/2011 à 11:36 :
Les américains ont une avance technologique sur nous , en Europe on a 20 ans de retard ...Les Américains ont des rêves et il les concrétisé , en Europe on ne fais que les rêver , l'Europe est incapable d'envoyer seul un homme dans l'espace , elle parasite les vaisseaux russe et américains ...
Réponse de le 10/03/2011 à 17:45 :
Ce n'est pas parce que les américains produisent l'Iphone et deux trois logiciels dont on se sert tous les jours qu'ils sont en avance technologiquement par rapport à nous : le nucléaire, l'aviation, l'automobile et bien d'autres domaines encore peuvent légitimement faire la fierté des européens. Il ne faut pas oublier, non plus, que la première puissance économique mondiale est ... l'Europe. Les détracteurs ont beau jeu de comparer le PIB d'un pays comme les USA avec celui de la France. Comparons ce qui est comparable, avec les mêmes dimensions...
Réponse de le 11/04/2011 à 22:59 :
@Albert le calendos Sauf glissement des plaques depuis le 11 Avril, la Russie est en Europe. L'industrie du Luxe est uniquement basée sur le rêve et elle est européenne.
a écrit le 10/03/2011 à 7:46 :
C'est bizarre, c'est les occidentaux qui gagnent plus d'argent que les asiatiques !
Alors pourquoi ce sont eux qui rachetent les palaces et qui font tourner l'industrie du luxe ?....et qui rachetent toutes nos usines !
C'ets bien une vision de qq'un qui n'a jamais bossé ailleurs que dans des livres !
Réponse de le 10/03/2011 à 10:42 :
BRAVO TAB, TOUT A FAIT D'ACCORD AVEC VOUS.
a écrit le 10/03/2011 à 7:40 :
Meme problème qu avec les politiques... Les enseignants sont déconnecte !!!
a écrit le 10/03/2011 à 7:39 :
Cette femme est folle...
a écrit le 10/03/2011 à 7:31 :
Je suis bien d'accord avec la nécessité d'augmenter le pouvoir d'innovation en France. Et ce n'est pas en réduisant encore les programmes de la Terminale dite S qu'on y arrivera. Savez-vous qu'en haut lieu, on pense que les jeunes gens de 17 ans sont trop bêtes pour comprendre une intégration par partie ou les coefficients du binômes?
a écrit le 10/03/2011 à 7:25 :
Facile de dire cela quand on est à Harvard mais comment allez vous embaucher ceux, nombreux, qui ne réussissent pas / n'ont pas les moyens de faire / leur études supérieures?
Le "outsourcing" est facile en permettant de d'externaliser la production ainsi que la pollution. Cela montre aussi la persistance de cet "esprit supérieur" de l'occidental qui pense être le seul à penser et à faire bien: l'asie et la chine en particulier n'accepte plus depuis longtemps l'externalisation des occidentaux sans transfert de technologies associés, le TGV chinois en est un exemple et le développement d'un "airbus like" un autre.
Et que fait-on du poids grandissant de cette dépendance sur notre économie? Est ce que les coût de santé, de chômage de tout celles et ceux qui sont mis de coté sont pris en compte dans le chiffre d'affaire des entreprises?
Comment peut-on encore croire à Harvard que ceux qui aujourd'hui sont les "petites mains" qui produisent à bas coups vont continuer ainsi ad vitam aeternam sans demander d'augmentation de leur niveau de vie, ne serait que pour pouvoir alimenter eux même leur marché intérieur??????
a écrit le 10/03/2011 à 7:19 :
C'est dégoulinant de conneries si je comprends bien les gens qui n'ont pas au moins bac+5 doivent aller voir ailleur complètement débile !
En france je pense que nous avons des gens performant en matiere de recherche ce qui ne va pas c'est c'est le manque de patriotisme de gens imbus de leur personne et ceux pour qui le seul objectif est de faire plus de fric que leur collègue !
Réponse de le 10/03/2011 à 8:04 :
J'aime bien le: "C'est dégoulinant de conneries" et en plus ca colle.
Réponse de le 10/03/2011 à 9:45 :
je ne suis pas un expert économique comme cette brave dame mais a mon sens c est une connerie sans nom,une économie saine doit avoir un pole industriel un pole service un pole agricole et un pole recherche developpement pour prosperer se focaliser uniquement sur l'un des pole au detriment des autres fragilises l economie et la rend plus sensible aux crises sans compter qu elle cree une dependance vis à vis de pays ayant un pole industriel important
a écrit le 10/03/2011 à 7:14 :
Il y a eu la croissance qui devait créer des emplois?.Là, je doute que les laboratoires d?innovation ou de design y supplée?.Car le problème de fond, c?est l?emploi. Le discours est pervers : ce n?est pas le Pays qui profite de l?innovation, c?est la multinationale : il y a longtemps que les Sociétés ont prouvé qu?elles pouvaient se passer des ouvriers, comme l?Industrie a prouvé qu?elle pouvait des passer du cheval !
---------------------------------
a écrit le 10/03/2011 à 7:13 :
Mme julia Cagé est tres sympathique mais reduire l'industrie aux seuls produits de grande diffusion comme l'ipad , la tele ou autres appareil grand public de très grande serie, c'est regarder l'arbre qui cache la forêt. La majorité des produits fabriqués et vendus sont réalisés en moyenne et petite série voir très petite quantité car ceux sont des produits de niche qui sont non délocalisable. détruire l'industrie c'est aussi assécher la diffusion des matières premières ou pièces semi finies permettant la réalisation des inovations à concevoir c'est aussi detruire le savoir faire de fabrication et ensuite de conception des PMI PME .
non c'est pas une bonne idée madame revoyez votre copie et arretez l'enseignement car avec vos idées vos élèves vont en souffrir
Réponse de le 10/03/2011 à 8:05 :
100% d'accord avec vous!
a écrit le 10/03/2011 à 7:08 :
Je pensais cette vision polaire du monde revolue. les besogneux d'un côté, la matiere grise de l'autre. une grande partie vient des interconnexions entre la production et la R&D. Couper ce lien, c'est se couper d'une source tres importante pour ne pas dire primordiale d'innovation. Il faut descendre sur le terraint et arreter de regarder de trop haut.
a écrit le 10/03/2011 à 7:06 :
N'importe quoi!
C'est mieux d'acheter ses ampoules ailleurs car on n'a plus le savoir faire ...
C'est mieux que les centrales ; les autres nous les finissent (car on y arrive plus!!)
C'est mieux que nos fleurons industriels disparaissent !!
Car nous avons le savoir faire du boudin blanc !! Non mais
Cette derniere phrase est tirée d'une intervention de Mr Selliere à un journaliste de FR3 datant je crois de 2004...
a écrit le 10/03/2011 à 6:59 :
Pour ce faire, il faudrait aussi que la droite, pour qui ce sera difficile, cesse de détruire les bases de l'innovation : l'enseignement de la maternelle aux post-doctorats, la recherche publique, l'hôpital public... Même dans les pays les plus libéraux de l'ocde, c'est directement et indirectement, par de la dépense publique que ce potentiel d'innovation s'est construit... Mais pas dans la durée d'un mandat électif, c'est sûr.
Réponse de le 10/03/2011 à 8:04 :
La droite est pleine de lobbyiste qui travaille pour le CAC40, si tu poses un brevet dangereux pour ces entreprises, tu es empêcher de tourner en rond.
On peut avoir la meilleur matière grise ici, tant que les politiques penseront qu'à leur fric, les innovations seront bloqués.
a écrit le 10/03/2011 à 6:53 :
La desindustrialisation me fait parfois aussi rever mais certainement pas l'etat providence.
a écrit le 10/03/2011 à 6:50 :
excellent article, mais dur dur de faire évoluer les mentalités !
Réponse de le 10/03/2011 à 14:24 :
Excellent surnom, tout à fait adapté à cette brillante intervention...
a écrit le 10/03/2011 à 6:49 :
Voilà, et tant pis pour ceux qui ne pourront jamais être avocats, médecins ou ingénieurs, qui ne peuvent vendre que leurs bras et leurs bonnes volonté.

Une fois que tous les emplois de coiffeuse et de balayeurs auront été pourvu, on les priera de rester chez eux, avec un "traitement social du chômage" qui les maintiendra en vie...

Mais la France, elle, retrouvera son rang dans le classement PIB/R&D, c'est le principal !
a écrit le 10/03/2011 à 6:44 :
vous pensez réellement que les realisateurs d'aujourd'hui ne seront pas les concepteurs de demain?
le monde est en pleine mutation et nous ne pourrons pas solutionner les problèmes de

demain avec le logiciel qui est le vôtre..
a écrit le 10/03/2011 à 6:40 :
C'est tordant d'âneries et puant d'ethnocentrisme
a écrit le 10/03/2011 à 6:30 :
priciale difference entre france et allemagne , en allemagne les cadres dirigeants d'entreprise viennent de l'intérieur, certains y ont gravit tous les echelons a partir d'un niveau CAP ils comprennent donc ce que fait leur boite, en france les dirigeants sont cooptés entre copains qui n'ont jamais mis les mains dans le cambouis et connaissent rien du trvavail de leur entreprise il ne savent que prendre de gros salaires, virer degresser etc voir comment Alcatel ou Thomson ont quasiment ete detruits pas des incapables
Réponse de le 10/03/2011 à 10:18 :
Tout à fait d'accord! en tant que chef d'entreprises, je n'ai jamais commandé l'exécution d'une tâche sans savoir l'exécuter moi-même!!
a écrit le 10/03/2011 à 6:26 :
le manque d'industries représente quant même des centaines de milliers d'emplois en moins, compte tenu des sous traitants, et casse les régions.
a écrit le 10/03/2011 à 6:25 :
Madame,
curieusement, vous "oubliez" un paramètre.
A combien de personne profite la valeur ajouté faite aux USA?
Et l'emploi en Chine?
Votre description est "presque" parfaite. "La droite oublie trop souvent le soucis des gens au bénéfice de celui des chiffres"...
Reste à prouver qu'il est "mieux" qu'une poignée de personne soit très riche et que le "peuple" soit au chomage.
a écrit le 10/03/2011 à 5:24 :
Heu, vous êtes sûrs de vos sources ? Julia Cagé était élève à l'ENS en 2005 et maintenant y enseigne. Je n'ai pas connaissance qu'elle soit enseignante à Harvard, mais c'est peut-être nouveau.
a écrit le 10/03/2011 à 3:15 :
C'est toujours délicat ce genre de débats.
Il y a le c?ur, et la raison.
Et en politique, on ne peut pas s'appuyer que sur la raison (les commentaires ci dessous en sont les preuves).
Après, il y a des logiques économiques implacables (60 millions de Français devraient mieux faire de se concentrer sur du travail à haute valeur ajoutée, plutôt que d'essayer de défier les milliards de Chinois et d'Indiens sur ce terrain là, qui feront vite de nous écraser). Il faut arrêter de rêver les gars... et vivre dans son temps.
Ce qu'il manque, c'est un gouvernement qui rassemble les Français, sous la bannière du patriotisme économique, plutôt que de les diviser sur des problématiques qui font vraiment honte à notre pays.
a écrit le 09/03/2011 à 13:32 :
Cette femme est EN SEI GNAN TE cei explqiue cela :))
Réponse de le 09/03/2011 à 23:38 :
La Tribune ne fait pas son boulot : je connais très bien Mlle Cagé, qui est comme moi de l'ENS Paris : elle n'a jamais été enseignante à Harvard, elle a fait un séjour là-bas comme étudiante. Qu'elle fasse des interventions à Harvard dans le cadre de ses recherches à l'Ecole Economique de Paris (conf ou autre) est une chose. Merci de rectifier les choses. Surtout qu'on publie un tissu de sottises pareilles.
Réponse de le 10/03/2011 à 9:57 :
Remarque stupide. Mlle Cagé enseigne à Harvard depuis septembre dernier. Il faut se renseigner avant de dire que les gens ne font pas leur boulot !
Réponse de le 10/03/2011 à 10:23 :
Montrez-moi le lien sur le site de Harvard qui atteste qu'elle y enseigne. J'y ai enseigné moi-même. Et comme le manifeste également Bastien, je n'ai pas connaissance qu'elle y est. Il y a une différence entre être doctorant et être enseignant.
Réponse de le 10/03/2011 à 12:38 :
Et depuis quand un doctorant qui enseigne n'est pas un enseignant ?
Réponse de le 10/03/2011 à 15:09 :
Julia Cagé est en deuxième année de thèse à l'Ecole d'Economie de Paris et fait un séjour de recherche à Harvard.

Elle n'a pas encore son diplôme de thèse et n'est donc pas professeur(e) .

Que la tribune cesse de raconter n'importe quoi. D'ailleurs, cela pourrait la desservir, il est assez mal vu d'usurper une position universitaire
Réponse de le 10/03/2011 à 17:33 :
Je ne connais pas personnellement cette Mlle Cagé mais d'après le site de l'Université d'Harvard elle y est bien en thèse. Pourquoi l'attaquer sur ses diplômes ?
a écrit le 09/03/2011 à 10:57 :
La politique d'aménagement du territoire concentrée sur l'Ile de France empêche tout véritable développement du reste du Pays. Contrairement à la RFA avec de puissantes métropoles réparties intelligemment.
Réponse de le 10/03/2011 à 3:29 :
Sur les 40 régions les plus riches d'Europe , la France en a une .. une seule la région parisienne ... mais la première ... Effectivement la France c'est la région parisienne et une bande terrain autour pour aller jusqu'à la mer .... la province est une sorte d'Allemagne de l'est à la française ...
a écrit le 09/03/2011 à 9:10 :
la lecture de ce marronnier m'amène à penser que la tribune n'apporte aucune valeur ajoutée à la France.

Alors joignez la parole aux actes : délocalisez vous !
a écrit le 09/03/2011 à 8:31 :
Mais bien sûr madame, tout ça au prix d'un chômage qui n'arrive plus à se réduire aux USA. Le bénéfice de l'Ipod, ou de l'Ipad, ce ne sont pas les américains, mais une poignée d'américains qui l'empochent. Un pays qui se désindustrialise c'est un pays condamné au chômage. Il faut donc développer l'inovation oui mais aussi fabriquer si l'on ne veut pas un pays en ruine!
a écrit le 08/03/2011 à 22:10 :
mais encore faut-il savoir récompenser ceux qui innovent, inventent, trouvent. Dans ce pays, les entreprises donnent des stock options à leurs dirigeants, mais refusent de payer les inventeurs qui innovent. Pourquoi les ingénieurs se casseraient-ils la tète à déposer des brevets dans ces conditions ? Et dans ce pays, le simple trader (bac+5, tranquille devant son ordi avec son bonus garanti dans sa banque sauvée par l'état et les banques centrales) gagne 10 fois plus que le chercheur (docteur bac + 8, souvent normalien, agrégé etc, hypersélectionné). Alors pourquoi la France innoverait t'lle si les innovateurs, chercheurs sont si peu considérés, si peu reconnus, et si peu payés ?
Réponse de le 09/03/2011 à 7:29 :
On préfère donner plus aux actionnaires!!!
Réponse de le 09/03/2011 à 9:42 :
lesquels??? faut arreter avec les idées recues sans actionnaires qui investissent pas d argents, donc il convient d'en differencier 2 types:

-ceux que nous nommerons rapaces qui veulent un retour rapide et une marge enormes donc qui ne concours pas à financer l economie, la recherche

-ceux qui investissent à long terme et donc qui eux financent la dites economie reelles.

Dés lors une seule solution qui pourtant fait hurler la taxation, mais qu'elle soit progressive plus on garde ses actions plus on finances l'economie reelle, moins on est taxé si on sort au bout de 6 mois, 1an, 2 ans bah taxation hyper lourde du benefice de l ordre de 50/60%
Réponse de le 10/03/2011 à 14:48 :
@Pragmatique : +1
a écrit le 08/03/2011 à 22:06 :
Ben voyons... Ex de la Logan de l'aeronautique : Airbus a fait le choix d'externaliser une partie de la production de son "petit" avion l'A320 en chine, bien qu'il sache que quelques années auparavant, un A320 avait tout simplement disparu sur ce territoire (tres probablement pour être étudié et démonté). Oh surprise! Voici le C919 : la DACIA A320 de chine! Voici donc la meilleure des façon de se tirer une balle dans le pied ; je prends les paris : le duopole Airbus Boeing est terminé et un des "vieux" va mourir...
Réponse de le 09/03/2011 à 9:52 :
Et alors si dans le meme temps airbus et boing sortent des appareils plus performant et plus avancés technologiquement??? que la chine copie l A320....

Reprennons le soit disant mauvais exemple qu'est l Iphone assemble en chine>>> Puce Intel prduit a forte VA fabriquée aux US, composant hyper sophisitqué made in Europe ou US idem forte VA, assemblage en Chine parce que faible VA donc on va au moins cher CQFD. Et pour eviter la copie trop rapidement sortie d une nouvelle version tous les 6 mois 1 ans......

Donc on en revient a sa demonstration, rien ne sers de conserver une industrie moribonde subventionnée par les Deniers publics mieux vaut une industrie de pointe à forte VA....
Réponse de le 09/03/2011 à 9:52 :
Et alors si dans le meme temps airbus et boing sortent des appareils plus performant et plus avancés technologiquement??? que la chine copie l A320....

Reprennons le soit disant mauvais exemple qu'est l Iphone assemble en chine>>> Puce Intel prduit a forte VA fabriquée aux US, composant hyper sophisitqué made in Europe ou US idem forte VA, assemblage en Chine parce que faible VA donc on va au moins cher CQFD. Et pour eviter la copie trop rapidement sortie d une nouvelle version tous les 6 mois 1 ans......

Donc on en revient a sa demonstration, rien ne sers de conserver une industrie moribonde subventionnée par les Deniers publics mieux vaut une industrie de pointe à forte VA....
a écrit le 08/03/2011 à 20:50 :
Je me demande sincèrement si certains "commentateurs" lisent les articles !
(ou peut être ne les comprennent pas). Affligeant !
a écrit le 08/03/2011 à 18:59 :
La France doit continuer à se désindustrialiser!, quelles âneries ne faut-il pas entendre, la France n'a pas besoin de produits d'équipements, de produits manufacturés, de machines outils peut-être?.
et les 8 millions de chômeurs Français, vous en faites quoi chère Julia Cagé?, vous attendez qu'ils vous bottent l'arrière train,en espérant un hypothétique travail?.
Réponse de le 10/03/2011 à 3:48 :
C'est pas grave, elle a juste la vision ricaine du monde ... les niacoué fabriquent, les ricains décident, et nous jusqu'à peu on était spécialiste du pinard (plus maintenant) et du parfum .... Les guignols n'avaient pas tord ...
a écrit le 08/03/2011 à 17:47 :
Hôpital: on a pas assez de médecins ce qui bien sûr augmente le coût des soins. Il faudrait supprimer le numérus clausus mais je ne vois pas de volonté politique pour cela.

L'éducation: L'Education Nationale est un pur échec sauf pour ceux qui avent s'en servir c'est à dire les nantis.

Une solution viable serait la libéralisation. Mais quand on voit Le Pen au plus haut dans les sondages...
a écrit le 08/03/2011 à 17:04 :
Croire que l'on va créer et que les autres vont exécuter est arrogant et totalement idiot. Les autres ne sont pas plus bêtes que nous et je ne vois par pourquoi ils accepteraient de n'être que les exécutants quand ils sont majoritaires. Alors, on est 3, ils sont 100 000, on les encerle :-)
a écrit le 08/03/2011 à 16:37 :
On a créé des élites et c'est très bien, mais on a ainsi généré un système de castes qui fait que hors le moule point de salut , point d'avantages, point d'honneurs; à moins de gagner au concours LEPINE. Le charisme est certes l'apanage de quelques uns, mais la dynamique de l'innovation est l'affaire de tous; encore faut-il susciter l'adhésion.
a écrit le 08/03/2011 à 15:00 :
Vous avez entièrement raison, mais l'école et le lycée et l'Université et les grandes Ecoles ne doivent pas être l'objet de toutes les attaques, même de ceux qui ne sont pas complétement idiots, mais simplement payés par les forces du "déclinisme" ou stipendiés par les adeptes de la crétinisation (téléréalité et autres "vraies vies"
a écrit le 08/03/2011 à 14:25 :
Amen ma s?ur. Se lamenter sur la dés-industrialisation est certainement plus facile que de faire évoluer le modèle économique et les mentalités. Pour reprendre l'exemple de l'iphone, sur la base de son prix d'importation au EU (soit 179$), 3,6% revient à la Chine, 6% aux EU, 17% à l'Allemagne, 13% à la Corée et 34% au Japon. Autrement, il n'est pas indispensable d'être super qualifié pour innover... au Japon, même les ouvriers de base peuvent être à l'origine d'innovations... mais ça c'est une mentalité.
Réponse de le 09/03/2011 à 10:22 :
17% à l'allemagne: où sont vos références? L'allemagne a un seul fabricant de composant, Infineon, deux fois plus petit que le Franco-Italien ST-microelectronics! La Corée avec Samsung fournit les flashs, les LCD et les processeurs...bref l'essentiel
Réponse de le 09/03/2011 à 12:19 :
La plus accessible des référence est un article sorti dans LaTribune le 16 février 2011. il explique comment l'iphone creuse le déficit commercial des EU.
a écrit le 08/03/2011 à 14:02 :
Désindustrialiser la France? Je veux une réponse svp.à cette question simple. Si on ne fabrique plus, on ne peut plus vendre cqfe! donc si nous ne vendons plus, nous n'aurons plus de devises étrangères ..... et alors avec quoi achèterons nous et paierons, ce dont nous avons besoin d'acheter à l'étranger§ A si j'ai trouvé avec la planche à billets de la BCE, mais alors pour combien de temps les étrangers accepteront d'être payés avec une monnaie de ......?
a écrit le 08/03/2011 à 11:23 :
que de commentaire, elle n a pas dit de tous désindustrialiser mais de désindustrialiser ce qui n a que peu de valeur ajoutée, et de garder l industrie de pointe: on ne pourra jamais concurrencer la main d oeuvre chinoise ou polonaise pour fabriquer une Twingo, par contre fabriquer et Assembler une RCZ en France plutot qu en Autriche... Ca oui
Réponse de le 08/03/2011 à 12:46 :
tout à fait d'accord avec vous. Et malgré les commentaires, ce qu'elle dit relève du bon sens connu depuis 15 ans, mais jamais appliqué en France. Les allemands exportent grace à leur qualité et leur innovation, pas grace à leurs coûts. Un patron de PME disait même que les allemands peuvent vendre 10 à 15% plus cher que les autres justement grace à ces qualités qui leurs sont reconnus, et ça ... ça fait des emplois. Mais en France on veut concurrencer le tier-monde.
Réponse de le 08/03/2011 à 12:59 :
Et qui va acheter la RCZ en France ? L'ouvrier qui va l'assembler ? J'en doute parce qu''il devra cotiser bien plus pour tout les nouveaux chomeurs, ceux qui assemblaient les Twingo avant par exemple !!!! Plus de chomeurs en France c'est moins d'argent sur votre fiche de paie ....ça me paraissait évident !!
Réponse de le 08/03/2011 à 23:38 :
la rcz peut être pas mais les Audi, mercedes, volkswagen, BMW sont bien vendues en France et à ma connaissance toutes sont assemblées en Allemagne!!
Réponse de le 09/03/2011 à 9:35 :
@Zygomatique si la France avait pris le virage il a 20/30 de faire des ses ouvriers de personnels hyper qualifiés donc difficilement remplaçable, ils seraient aujourd?hui mieux payés comme les Allemands, j ai pris l exemple de la RCZ, j aurais pu prendre la DS3 ou les futures DS haut de gamme?.et ça vaut pour les autres secteurs industriels. Au jour d?aujourd?hui l?état subventionne certains secteurs moribond prenons toujours l?exemple automobile la prime à la casse et les autres subventions au secteurs font donc que le contribuable paie pour qu?une partie de la population achètent une auto?.comme dans l?immobilier il subventionne 2 fois?. Et tout est lié nouvelles dépenses, donc besoin de nouvelles ressources donc nouveaux impôts ou taxes sur le travail et paupérisation?.
Et tout est à l?avenant pendant combien d années la France a dénigré les métier de l artisanat : pour le bon français il n était pas bon être charpentier, menuisier, maçon, plombier électricien?.Aujourd?hui comparer le salaire d?un employé de banque, de bureau, ouvrier de sidérurgie?. et un artisan même employé vous serez pas déçu?. Dans le même ordre d?idée combien de môme la France a envoyé par a coup dans des secteurs sans se soucier des débouchés : Biologie il y a 10/15 ans, informatique aujourd?hui?.certes ce sont des secteurs qui recrutent à tous niveau mais les débouchés ne sont pas illimités quand il n?y aura plus de place à pourvoir on fait quoi de tous ces jeunes qu?on a envoyé au casse pipe ????
Il y a aujourd?hui un GROS VIRAGE à prendre, et un virage qui fait mal dans tous les domaine que ce soit la fiscalité, l industrie, l?éducation, l?emploie?.mais c?est parce que tous à notre niveau et l?Etat encore plus avons laissé traîner les choses au point d?être obligé d?avancer à marche forcée au point de heurter nos sensibilités.
a écrit le 08/03/2011 à 10:16 :
C'est n'importe quoi, ce raisonnement. Il faut accepter "l'outsourcing". Comme si nos industriels n'avait pas délocaliser massivement leur production. Madame, arrêter d'écouter les profs anglo-saxon de votre belle école.
Arrêtez de penser par procuration, avec autant de condescendance. Evidemment qu'il faut plus innover, mais cela ne signifie pas qu'il faille désindustrialiser le pays. Tout le monde ne veut ou ne peut pas être chercheur!!!
Réponse de le 10/03/2011 à 13:55 :
Il faut bien évidement les deux à la fois, la recherche et la mise en valeur. Délocaliser quand cela présente un intérêt, mais pas systématiquement, bien évidement.
a écrit le 08/03/2011 à 9:38 :
et nos emploi avec le chomage en france????????????????
Réponse de le 10/03/2011 à 13:56 :
Le salaire citoyen universel personnalisable EST la réponse.
a écrit le 08/03/2011 à 9:21 :
Je vous prend aux mots, entre deux pays dont la population égale est de 10 personnes, la Chine et les US, l'un créer des emplois d'ouvrier pour 9 personnes et obtient 1 chomeur, l'autre créer 1 emploi d'ingénieur et obtient 9 chomeur, vous voulez savoir lequel est le plus fort...
a écrit le 08/03/2011 à 8:51 :
Un pays qui construit des produits de qualité est toujours compétitif donc une industrie efficace ne peut pas faire de mal à un pays. Après l'exemple de l'iphone où l'argent retourne dans la poche des actionnaires...
a écrit le 08/03/2011 à 0:01 :
Celà fait 35 ans que l'on subit ce type de raisonnement fumeux de la part des lobbys de la désindustrialisation.
A qui profite le crime?. Ces idées fumeuses: des industries sans usines, ça suffit.
L'INNOVATION ne se décrète pas, elle se construit au quotidien dans l'action industrielle.

Réponse de le 08/03/2011 à 2:05 :
La France se désindustrialise c'est un fait. La France n'innove pas (ou plus depuis les TGV, Airbus, Minitel ... ) c'est un autre fait. Vouloir faire les même produits que les chinois est stupide (on arrivera jamais a diviser les salaires par dix ou vingt) ... alors que nous reste il a part geindre ?? (pour ça on est champions)
Réponse de le 08/03/2011 à 10:18 :
et alors, on attend la suite...
Réponse de le 10/03/2011 à 3:39 :
... bahhh innover ...ou crever , c'est simple
Réponse de le 10/03/2011 à 13:57 :
OUI.
a écrit le 07/03/2011 à 22:58 :
la vrai innovation de fabrication industrielle ca n est pas Ipod mais ceux qui conçoivent et fabriquent les écrans et les microchips, INTEL construit actuellement une usine de microprocesseur de 9 milliards de dollars en Arizona.. En fait Apple n est qu un assembleur et encore (peut être même simplement une marque sur une étiquette), je ne pense donc pas que ce soit encore un industriel. Donc il est erroné de prendre l Ipod comme exemple d innovation industrielle, c est plus exactement une innovation marketing.
a écrit le 07/03/2011 à 22:19 :
Vision bien réductrice pour une enseignante d'Harvard!
On ne peut opposer le retard de l'innovation et la désindustrialisation. Bien sur on s'accorde tous à dire que nous sommes en retard en terme d'innovation. Pourquoi? Tout d'abord contrairement aux américains ce n'est pas dans notre culture (à notre grand tort), ensuite bien sur notre Etat ne soutien pas suffisamment les investissements en R&D même s'il semble plus s'impliquer et communiquer sur le sujet. C'est tellement plus simple d ouvrir les vannes à crédits de l'autre côté de l'Atlantique alors que nous devons rendre des comptes à l Europe sur l'état de notre dette..La question du financement devrait donc être étendue au niveau européen.
Ensuite désindustrialiser la France...il y a différentes façons de l'envisager. La vision de Julia est radicale et surtout simpliste. Il ne s'agit pas de délocaliser à tout va comme nous (nos politiciens par leurs incroyables incompétences ou leur incroyable naiveté face aux financiers) l'avons fait pour notre industrie textile. Il s'agit de distinguer les tâches sources de Valeur Ajoutée et celles qui ne le sont pas et garder les tâches les plus stratégiques (par exemple ne délocaliser que la production d'accessoires annexes au produit). La première erreur de nos gouvernements a été celle de ne pas protéger notre économie. Il faut être bien naïf pour accepter à tout va des importations et se voir mettre des battons dans les roues pour commercialiser nos produits par ces mêmes pays. Pire que la naïveté, c'est une grave faute de nos gouvernements! Autres responsables: les financiers. Ces personnes ne raisonnent qu'à court terme. Alors forcément délocalisation égal maximisation des profits! Mais ces financiers se foutent bien de savoir si les profits vont bénéficier à leurs concitoyens! Seul l'enrichissement personnel compte pour ces personnes, et aujourd'hui ce sont des millions de personnes qui pâtissent du dictat des financiers. Le problème est que ce comportement s'est répandu dans notre pays, il n'y a plus de sentiment d'appartenance à une nation, plus de fierté de "produire" et "d'acheter" français. Il ne s'agit pas de revenir en arrière, il s'agit de revoir notre stratégie dans cette mondialisation. Hélas, les artistes que nous allons voir en concert, les sportifs pour lesquels nous suivons les résultats au quotidien..ces personnes qui ont une certaine influence et se pressent dans les médias, n'ont pas le courage de payer leurs impôts en France..de là à leur demander d'acheter français et le revendiquer...Les conséquences si on ne fait rien? Un creusement des inégalités, un appauvrissement de la classe moyenne en France, l'ensemble des salariés du reste de nos industries au chômage, une accroissance de formations inadaptées, et de gros problèmes sociaux! Alors soyez novateurs, prenez des risques et envisagez les choses à long terme pour vos enfants, nos générations futures..et revendiquez le Made in France dans le monde, en Europe et en France! Moi je vais postuler à Harvard...LOL
Réponse de le 08/03/2011 à 10:22 :
Complètement d'accord avec vous, la seule solution au niveau du citoyen : acheter Français.
Réponse de le 08/03/2011 à 23:07 :
Ainsi donc cher Rose, le gouvernement doit protéger l'Economie. Le problème est que les autres pays peuvent instaurer aussi des mesures protectionnistes... le risque est qu'il y ait une escalade de mesures protectionnistes qui peut déboucher sur un blocage voire une guerre ... et au final personne ne sera avancé. N'est-il donc pas plus simple, une fois qu'on a libéralisé les échanges commerciaux, d'être le plus compétitif de tous?! si on n'en est pas capable, c'est quand même pas la faute des autres!
Réponse de le 08/03/2011 à 23:20 :
Pour ce qui est de l'idée d'acheter "français", qui parmi nous se porte volontaire à payer l'ignorance et l'incompétence des dirigeants d'entreprises et autres politiciens?! Ce qu'il y a de magique avec la libéralisation des échanges, est que le meilleur gagne... meilleur en terme de Formation, en terme d'innovation, et en terme de rationalisation des investissements. Il y aura toujours quelqu'un dans le monde qui pourra faire la même chose pour moins cher. Le salut de la France viendra donc d'un avantage qualitatif et non quantitatif.
a écrit le 07/03/2011 à 22:09 :
Et, on illustre la dialectique du maître et de l'esclave.
a écrit le 07/03/2011 à 20:52 :
Les gains de productivité, en particulier l'automatisation des process de fabrication, ont joué un grand rôle dans la baisse des effectifs industriels depuis 40 ans.

En 1974, la France comptait 38.5% d'emplois industriels. Depuis, la crise pétrolière puis la course aux gains de productivité pour rester concurrentiel, ont joué un grand rôle dans l'automatisation de l'industrie et sur l'emploi.
http://www.volle.com/statistiques/structuremploi.htm

Depuis 10 ans, l?emploi industriel enregistre des gains de productivité de l?ordre de 4% par an contre moins de 2% pour l?ensemble des activités économiques. La conséquence est aussi une forte réduction des effectifs.

Cette «désindustrialisation» a touché prioritairement les secteurs comme les biens à la personne et le secteur de la construction qui sont souvent à faible valeur ajoutée. Les activités intermédiaires tout comme celles présentant un potentiel technologique plus élevé ont été relativement protégées comme en Allemagne.
http://mappemonde.mgm.fr/num18/articles/art08201.html
Réponse de le 08/03/2011 à 9:13 :
Le recul de l?emploi industriel en France de 1980 à 2007 : quelle est la réalité
http://www.minefe.gouv.fr/directions_services/dgtpe/TRESOR_ECO/francais/pdf/2010-008-77.pdf
a écrit le 07/03/2011 à 18:40 :
article aussi superficiel que ceux qui disent exactement le contraire. Pour faire simple, Apple gagne plus que son fabricant chinois mais la chine exporte ces itrucs (plus ou moins utiles) que les américains achètent a crédit: la Chine y gagne 2 fois (vente + coût du crédit) l' Amérique y perd.
Ce sont les Américains qui coulent l'Amérique, pas les chinois. Evidemment il y a possibilité pour des Français de faire bénéfice en coulant la France, de là à les encourager... D'autant qu'à long terme ces bénéfices seront de la monnaie de singe.
a écrit le 07/03/2011 à 18:28 :
Ré-industrialiser la France? Enorme erreur! Qui veut encore aller travailler à l'usine? Pas mes enfants, pas ceux de mes connaissances. Ils préfèrent devenir fonctionnaires ou travailler à l?étranger car on les « tond » beaucoup moins qu?en France en impôts et taxes.
Même les enfants de l'émigration récente ne veulent pas aller à l'usine. Un bon poste de fonctionnaire s'ils ont réussi des études, pour les autres les aides sociales et un petit trafic rémunérateur en complément les satisfont!
Ré-industrialiser c?est faire venir de nouveaux migrants pour faire tourner les usines. Encore des nouveaux malheureux en perspective pour notre pays. En effet ils n?auront pas la même culture, la même langue, la même religion, les mêmes coutumes que nous. Pire, nous allons oser leur demander de tolérer les nôtres!. Ré-industrialiser c?est le risque certain de devenir définitivement raciste en France! Pas pour moi. Alors OUI à la délocalisation ! Apportons du travail à tous ceux qui en veulent, mais chez eux pour qu?ils vivent totalement en harmonie avec leurs cultures, leurs religions, leurs usages. Délocaliser, c?est cela le véritable altruisme Français.
Réponse de le 08/03/2011 à 7:43 :
Bien dit :-)
Réponse de le 08/03/2011 à 8:48 :
C'est vrai, j'espère seulement qu'il y aura encore quelques travailleurs pour que je puisse encore toucher des aides sociales. Ca s'appelle la solidarité. L'usine c'est dur, oh la la on doit même y travailler, c'est un comble !! Je préfère rester dans mon canapé c'est moins fatiguant ....allez je retourne me coucher !!
a écrit le 07/03/2011 à 17:34 :
Bonsoir, Il y a des mots qu'il est de bon ton de sortir pour choquer. Allez donc dire très chère économiste de la Ville à ces nombreuses localisations industrielles qui ont perdu "leur" industrie que "tant mieux et vice la délocalisation"! Allez le répéter, non sur internet, mais devant les familles qui ont du mal à refaire surface.
Bien sûr, il nous faut reprendre le chemin de l'innovation et de la création. C'est évident qu'il faut délocaliser certaines tâches. C'est certain que des syndicats qui n'ont rien compris sont gênants. Mais de grâce, re-localisons avec notre créativité et ne laissons pas partir des pans de notre industrie parce que, simplement, cela fait bien dans des salons de managers.
Innovons, créons et entreprenons pour un avenir que l'on construit.
cela voudrait dire que nos politiques ont une vision à partager avec nous : mais cela, c'est autre chose... ;-)
a écrit le 07/03/2011 à 15:17 :
ce qu 'on devrait en priorité délocaliser ce sont nos syndicats CGT ,SUD....
En effet la désindustrialisation de la France provient en partie de leur irresponsabilité et leur jusqu'au boutiste
Il n'est qu 'a voir l'état pitoyable de nos ports qui devrait être les poumons de notre économie pour 'en rendre compte.Pendant ce temps là Barcelone,Anvers,Valencia prospèrent et même maintenant Tanger qui va devenir plus important que Marseille
L'autre boulet que nous traînons c'est notre fameux principe de précaution qui nous empêche d'innover en particulier dans l'agro alimentaire(OGM...),les manipulations génétiques,la pharmacie....
En ce sens Julia Cagès a raison nous ne sommes plus capable qu'être qu'un grand centre d'attractions touristiques,l'industrie c'est pour les allemands qui sont plus sérieux et qui ne délocalisent pas tout(ex volswagen.BMW...) et qui se base sur des PME plus performantes que les nôtres avec 30%de charges sociales en moins
a écrit le 07/03/2011 à 14:35 :
il faut en finir avec cette idée fausse que recherche = innovation; trouver ou découvrir ne fait pas forcément une innovation, il faut des entrepreneurs pour mener au marché une découverte, et il faut un utilisateur au bout qui va aimer ce que fait l'entrepreneur; tout les laboratoires du monde ne valent pas cette règle d'or.
Ensuite malheureusement les innovations high tech d'aujourd'hui ne créent que peu d'emploi; nous avons là une grave problématique à résoudre ...
a écrit le 07/03/2011 à 13:27 :
La brave dame ne sait pas ce que c'est que le chômage. A mon avis il faudrait réapprendre à fabriquer des gommes et des crayons ou d'autres articles du même genre pour occuper l'armée des pauvres gosses quittant l'école sans savoir ni lire, écrire et compter.
Réponse de le 07/03/2011 à 17:43 :
A mon avis il faudrait plutot que nos enseignants réapprennent à enseigner la lecture, la dictée et le calcul.
Ce serait plus utile pour les "pauvres gosses" de Tribun!
Cela leur ouvrirait d'autres horizons que l'usine!
Réponse de le 08/03/2011 à 7:45 :
Avant de blamer les enseignants, il faudrait que les parents assument l'education de leurs enfants plutot que de pondre des lignées de gosses qui ne connaissent pas la politesse ni le gout de l'effort, lobotomisés par des heures de TV et jeux videos chaque jour car selon les parents : l'enfant est roi et donc est pourri et gaté.
a écrit le 07/03/2011 à 13:16 :
Je serai beaucoup moins manichéen dans mes propos que la plupart des commentaires ici publiés . Car en fait cette dame a à la fois tort et raison . En effet je crois qu'une nation forte est une nation qui sait innover dans la recherche pour préparer les marchés de demain , et en france nous avons accumulé un retard colossal en la matière , et qui doit conserver un tissu de production industriel relativement important pour avoir une indépendance dont elle ne saurait se passer !
a écrit le 07/03/2011 à 13:10 :
Pas étonnant que la France soit malade de ses élites si on leur met dans la tête des raisonnements aussi spécieux et infondés. En quoi l'innovation s'oppose-t-elle à l'industrie? Avoir plus de gens capables de concevoir ne signifie pas avoir moins de gens pour faire. C'est confondre les causes avec les conséquences, avoir une vision naïve, partielle et dépassée (innovation = numérique, industrie = chaine d'assemblage), méconnaître les processus de l'innovation industrielle, qui nécessite un terreau de savoir-faire, et condamner d'un bloc la souveraineté de notre pays et le tissu des emplois modérément qualifiés qui font la vie des régions. Bête et dangereux.
a écrit le 07/03/2011 à 12:45 :
Juia cagès a complètement tort!,
le progrès c'est un tout, la connaissance n'arrive pas ex abrupto , c'est un processus long, qui avance par petits pas. nombre de projets par de trés bons ingénieurs ont été grandement améliorés et rendu possibles grace au retour d'expérience des usines de fabrication
voir l'importance des cercles de qualité.
sa vision est très court termiste, elle semble oublier que déjà aujourd'hui la chine produit plus d'ingéneurs que la france, l'allemagne, l'angleterre et l'italie réunis!
et pour parler un peu d'allemagne, qui aujourd'hui s'en sort en vendant en chine des machines outils qui réduisent le coût du travail, cela ne va pas durer ad vitam aeternam!
au passage les salaires chinois ont augmentés de près de 50% cette année, et l'infaltion n'est pas loin des 2 chiffres! qui peut prédire la situation dans 20 ans à cette vitesse de changement!
c'est pourquoi il faut bien évidemment continuer à investir en R&D mais aussi garder un tissu industriel qui permettent aux inventeurs de mesurer la faisabilité de leurs inventions sur place.
oui tout cela malgré l'amélioration des logiciels de simulation
et au passage la france est encore et toujours un pays innovant, heureusement sinon l'économie serait encore pire que ce qu'elle est actuellement
il s'agit de ne pas brader ces innovations avec des vues a fin de trimestre ou de mandature électorale!

Réponse de le 07/03/2011 à 13:07 :
A quoi ça sert de s'enteter à produire chez nous quelque chose qui est fabriqué ailleurs moins cher et aussi bien? par fierté? Vous seriez pret à payer votre télé 4x fois plus cher parcequ' elle est fabriquée en France? Non je ne crois pas
Réponse de le 07/03/2011 à 16:14 :
Avec cette approche que va t on faire des centaines de milliers de jeunes qui sortent du système scolaire sans diplôme pour faire de la R&D? Je pense qu'il faut un bon dosage de R&D et d'industries car un pays sans usines est un pays mort.
Réponse de le 07/03/2011 à 17:31 :
les laboratoires et les ingenieurs en chines qui nous concurrencent dans l'innovation, ont été formés dans nos usines delocalisées chez eux, d'ouvriers, ils sont devenus sous-traitant puis ont essayé de se diversifier leurs revenus et leurs clients en formant des ingenieurs, et grace à cet argent ( celui de nos importations = leurs exportations) ils ont donc pondus des laboratoires, remplis grace au retour des etudiants chinois revenus d'occident. apres on nous fait croire qu'il faut se serrer la ceinture et bosser comme des fous pour concurrencer ce qu'on a créé nous-meme( enfin plutot nos elites qui ont decidés des delocalisations). c'est du delire, de l'autodestruction.
a écrit le 07/03/2011 à 12:37 :
"enseignante à l'université de Harvard et à l'Ecole d'économie de Paris" : tout est dit.
La pensée unique dans sa splendeur ! les mêmes démonstrations débiles que l'on nous rabâches depuis des années ! La médiocratie et ses professeurs qui sont incapable de réfléchir par eux mêmes, qui ne sont que perroquets (répétant ce qu'ils ont appris) et moutons !
a écrit le 07/03/2011 à 12:09 :
Effectivement nous avons besoin d'innovation, mais dire que la désindustrialisation est une bonne chose est une connerie !!!!
1) Tout le monde ne peut pas être qualifié, il faut donc employer tout le monde
2) maintien de savoir faire, tout ne peut pas passer que par les services...
3) il faut garder un tissu industriel au cas où on en aurait besoin !!! Il faut garder un minimum de capacité d'indépendance ! SI demain une grande guerre économique se déclenche on peut se voir boycotter des appro... comment ferais t-on ?
Réponse de le 07/03/2011 à 17:03 :
@ Charles : "Tout le monde ne peut pas être qualifié". Certes, mais rares sont ceux qui ne le peuvent pas du tout. Si le problème est sans solution chez nous, c'est que le coût du travail non qualifié ne correspond pas à la valeur qu'il crée (par exemple à cause d'un système de retraites morcelé en innombrables régimes spéciaux, donc gourmand en personnel administratif, donc coûteux, de systèmes de santé eux aussi morcelés en cas spéciaux et, pour un au moins, d'organisation courtelinesque. Ceci en face de pays où la main d'oeuvre est plus efficace et/ou meilleur marché, de consommateurs qui préfèrent (on les comprend) acheter moins cher même si c'est fait à l'étranger et d'une main d'oeuvre prompte à faire la grève, à descendre dans la rue, à séquestrer, ce qui est peu appétissant pour beaucoup de candidats entrepreneurs. Et puis nous sommes dans un cercle vicieux parce que beaucoup, tout simplement, pensent inutile de se qualifier quand ils voient papa/maman, qualifié(e), rester sans travail. Au total, on a tort, chez nous, de laisser le gouvernement dépenser l'argent du contribuable sur des industries mûres forcées de se battre sur les prix, et sur l'agriculture qui est dans la même situation.
a écrit le 07/03/2011 à 11:55 :
L'enseignement et la santé étant étatisées, il est absurde d'en attendre des miracles d'innovation.
Cette simple manière de poser la question, comme s'il appartenait à la politique de choisir les activités à venir, montre que l'auteur n'a pas compris que l'intervention de l'état est pure destruction toutes choses égales par ailleurs, et que c'est elle et elle seule qui empêche les progrès de la production et la création d'emplois.
Réponse de le 08/03/2011 à 2:30 :
Il n' y a pas que la santé et l'enseignement en France !!! le reste est privé et est carrément nul en innovation aussi ... alors qu'est qu'on démontre ?? en tout cas qu'il n'y a pas de rapport entre le public et le privé à ce sujet ... Le privé qui attend toujours d'être assisté de subventions (et oui les entrepreneurs sont aussi de jolis assistés) pour innover .. et comme il y a peu de subventions pour cela et comme l'état ne leur dit pas ce qu'il faut innover , ils ne font rien et disent que c'est la faute aux fonctionnaires ... on va aller loin comme cela
a écrit le 07/03/2011 à 11:23 :
Julia Cagès a complètement RAISON lorsqu'elle insiste sur l'extrême gravité du retard de la France pris en matière d'innovation...

... mais elle a complètement TORD, lorsqu'elle minimise les conséquences à long terme, pourtant désastreuses, de notre déclin industriel.

a écrit le 07/03/2011 à 11:14 :
Voilà plus de 30 ans que nous sommes abreuvés de tels discours, on en voit le résultat! Et ces ... d'Allemands qui ont choisi de garder une (relative) forte contribution de l'industrie, quels passéistes!
Réponse de le 07/03/2011 à 12:06 :
Les Allemands sont particulièrement disciplinés, sérieux, acceptent l'autorité, les impératifs économiques et ne sont pas portés sur la grève. Ce qui leur est possible ne l'est pas pour les Français, tant qu'ils seront excités par des syndicats ignorants et irresponsables.
Réponse de le 07/03/2011 à 15:57 :
@Kipo. D'autant plus que comme le dit l'article, une grande partie de l'industrie allemande a justement été délocalisée dans les pays de l'Est ces dernières années... Les emplois qui sont restés concernent des postes très qualifiés. Nous sommes loin des clichés des industries lourdes du début du XXe accessibles au paysan du coin venu chercher du travail à la ville !
Réponse de le 10/03/2011 à 22:05 :
oui c'est vrai les allemands ne font pas grève mais la bas les patrons sont moins cons ils augmentent leurs ouvriers et savent négocier CQFD
a écrit le 07/03/2011 à 11:11 :
Un article sérieux, pertinent et pédagogique pour le citoyen lambda que je suis. Pour faire aussi simple et pédagogique, je dirais que ce qui m'inquiète, ce n'est pas l'avenir de mes enfants, mais celui de mes petits enfants. Car pour l'instant, la tête rapporte plus que les bras, mais la Chnine a aussi des têtes et elle rattrape progressivement son retard. Il est d'autant plus rapide que les ventes ne peuvent se faire que s'il y a transfert de technologie (exemple airbus). Donc, à moyen terme ce pays aura les bras et la tête et il nous livrera les mouchoirs pour pleurer.
Je pense donc qu'il est important de pouvoir conserver des savoirs faire, pour assurer un éventuel retour, plutôt que de mettre "tous nos oeufs dans un seul panier"!
Encore faut-il savoir les fabriquer!
Réponse de le 07/03/2011 à 15:59 :
Effectivement, sauf que le temps que les têtes chinoises se remplissent, les salaires risques d'augmenter là-bas et le décalage entre les pays riches sera plus marginal. Le problème actuel réside dans le déséquilibre entre nos économies.
a écrit le 07/03/2011 à 10:25 :
Pouquoi? parcequ'un jour vous sortirez de votre milieu cossu d'universtaire et decouvrirez que des gens n'ont pas 'vocation' (pour etre gentil) a faire autre chose que visser des boulons !
Il faut de tout pour que tout les monde ai le travail qui lui conviens. Industrie comprise.
Réponse de le 07/03/2011 à 16:02 :
Quel cliché ! En ce qui concerne les industries basées en Allemagne, si vous imaginez qu'elles concernent le vissage de boulons, vous vous mettez le doigt dans l'oeil jusqu'au coude ! Tout cela a été délocalisé à l'Est. Les emplois industriels allemands concernent principalement des emplois d'un haut niveau de formation. Vraiment rien à voir avec l'O.S. de base !
a écrit le 07/03/2011 à 10:01 :
Il est tout à fait vrai que la France commet maintenant la même erreur qu'au 18ème siècle quand, suivant ses économistes physiocrates, elle pensait que les seules sources de valeur étaient l'agriculture et l'activité minière. Ils assimilaient l'industrie, pure activité de transformation, en quelque sorte, à une spéculation, comme nous le faisons maintenant des services financiers. Il y a 200 ans, Napoléon méprisait encore dans les Anglais "une nation de boutiquiers". Il ne voyait pas que, par là même, elle allait nous dépasser pendant tout le siècle qui allait suivre. Et il ne voyait pas comment allait se terminer sa lutte contre eux. Aujourd'hui encore, les Anglo-saxons sont en avance sur nous. Nous avons tort de mettre tout notre destin dans ces activités mûres (= compétition sur le prix), gourmandes en capital et polluantes que sont devenues l'industrie et l'agricuture, sans voir... ce que montre Mme Cagès.
Réponse de le 15/03/2011 à 2:39 :
Bah "boutiquons" alors comme les Anglo-saxons ... ce que font très bien d'ailleurs Carrefour Auchan et les autres ... et après ??? et ??? a part remplir les supermarchés de chômeurs "clients" cela fait quoi ? Et attendre un peu avant d'encenser les Anglo-saxons maintenant qu'ils vont avoir du mal a nous refiler leur gale de produits financiers verreux ... leur croissance risque de ne pas être si importante que cela ...
a écrit le 07/03/2011 à 8:42 :
Il y a ceux qui parle du boulot (comme madame) et ceux qui le font. En outre, tout le monde ne peut pas être ingénieur en recherche. Il faut du boulot pour tout le monde, à tous les niveaux et au lieu de faire de la recherche dans des produits qui ne servent à RIEN (ipad,...), ils feraient mieux d'essayer d'améliorer notre survie et celle de la planète.
a écrit le 07/03/2011 à 8:21 :
Bravo Madame pour cet excellent article en France jamais un grande entreprise du numérique aurait pu voir le jour. Autre point intéressant la recherche car si vous trouvez un brevet dans une entreprise vous aurez une malheureuse prime qui ne donne pas envie de le déposer ou m^me de le chercher. L'Etat est fautif comme une grande partie du Medef français en premier lieu celui de la CGPME qui n' a pas compris le monde économique et pour cause un seul et unique débat sans propostion LES CHARGES LES CHARGES.Encore une fois merci.
a écrit le 07/03/2011 à 6:55 :
Merci pour cet article limpide et pertinent. il faut compléter en ajoutant que ce ne sont pas forcément les 'CAC 40' qui sont à la manoeuvre pour réaliser cet objectif, mais tout le tissu industriel constitué par des entreprises de 200 à 2000 personnes.