Pourquoi l'essence est plus chère qu'en 2008 alors que le pétrole ne l'est pas

 |   |  750  mots
La Tribune Infographie / SSAULNIER
La Tribune Infographie / SSAULNIER (Crédits : La Tribune Infographie / SSAULNIER)
Par Olivier Lamotte et Thomas Porcher, professeurs à l'ESG MS

Le prix de l'essence a atteint un nouveau record historique en France. L'origine de cette flambée des prix des carburants paraît évidente : la hausse du prix du pétrole. Et pourtant, le prix du baril est aujourd'hui à 113 dollars contre 148 dollars en 2008 alors que le prix moyen du super 95 est aujourd'hui de 1,5469 euro le litre contre 1,4902 euro le litre en juillet 2008, le dernier record. Étrange situation. Comment peut-on expliquer cette flambée des carburants alors même que le prix du baril est loin de son niveau de 2008 ?

Le prix de l'essence est calculé en fonction des gisements aux coûts d'extraction les plus élevés. Au XIXe siècle, l'économiste David Ricardo (1772-1823) mettait en évidence à travers la théorie de la rente différentielle que « le prix du produit de la terre (le blé) est fixé par les conditions de production des plus mauvaises terres ». Ce constat de Ricardo semble être pertinent dans l'analyse de l'envolée des prix à la pompe.

En effet, la différence de prix du carburant entre 2008 et 2011 provient pour une bonne partie de la différence de coûts d'exploitation des gisements : une production identique de barils de pétrole ne nécessite pas les mêmes coûts selon les gisements. Conformément à la théorie de la rente différentielle de Ricardo, le prix de l'essence est calculé en fonction des plus mauvais gisements aux coûts d'extraction les moins rentables, car le prix de l'essence doit permettre de couvrir les salaires et profits nécessaires pour exploiter ces gisements. Le prix de l'essence permet ainsi de réaliser un profit maximum sur les gisements les plus rentables, c'est-à-dire ceux dont les coûts sont moindres.

Or depuis 2009, avec l'augmentation de la demande mondiale de pétrole tirée par la Chine et prévue à 88,8 millions de barils/jour en 2011 contre 87,4 en 2010, les compagnies pétrolières mettent en production des gisements dans des zones de plus en plus difficiles d'accès, produisant souvent un pétrole de mauvaise qualité et nécessitant des coûts de transformation élevés. Les coûts d'extraction augmentent et pour assurer une rentabilité à ces gisements, les compagnies reportent la hausse des coûts sur le prix des carburants. D'où les certitudes de Christophe de Margerie, PDG de Total, sur la hausse inéluctable des prix des carburants.

Le prix de l'essence ne dépend donc pas du prix du pétrole dans son ensemble (coût + profit + spéculation), ni d'un coût moyen d'extraction sur l'ensemble des gisements exploités par la compagnie mais uniquement du coût d'extraction du plus mauvais gisement, c'est-à-dire le plus élevé. C'est pour cela que le prix du pétrole de 2008, largement alimenté par la spéculation, a été moins reporté sur le prix de l'essence qu'actuellement. Une question reste en suspens : la hausse des coûts de production du pétrole a-t-elle été reportée équitablement sur le prix du carburant ? En dehors des compagnies pétrolières, nul ne peut répondre. D'ailleurs le coût d'extraction ne figure même pas dans les contrats pétroliers signés entre pays producteurs et compagnies pétrolières. Il est le plus souvent remplacé par un coût flottant appelé « cost oil ».

L'effet du taux de change euro/dollar est à relativiser. L'évolution du taux de change euro/dollar a été avancée à plusieurs reprises pour expliquer la différence du prix de l'essence entre 2008 et 2011. En effet, au début de l'augmentation des prix de l'essence, début 2009, le dollar était plus fort face à l'euro qu'en 2008.

Le pétrole libellé en dollars coûtait donc plus cher quand on l'achetait en euros, expliquant la différence de prix des carburants entre 2008 et 2011. Malheureusement, cet argument ne tient pas. Si c'était le cas, la dépréciation du billet vert depuis cinq mois consécutifs aurait en effet dû se reporter sur les prix des carburants et donc conduire à une baisse du prix du litre de sans-plomb 95. Or, depuis début janvier 2009, celui-ci a augmenté de plus de 7 %.

La baisse du dollar face à l'euro jouerait donc déjà le rôle d'amortisseur. Dans ce cas, la hausse récente du dollar pourrait avoir des effets négatifs. En effet, si le dollar revenait au niveau de mai 2010, le prix de l'essence pourrait augmenter et s'approcher encore plus du seuil de 2 euros, frappant encore plus fortement le pouvoir d'achat des ménages.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2011 à 10:50 :
J'avais été révolté de la flambée du prix du baril pendant la guerre du Golfe en 1991, maintenue à plus de 30 dollars!!! Un ministre de l'époque (juppé, qui a était condamné pour trafic mais de nouveau ministre, et vive la justice!) avait dit que cela ne durerait pas. Et oui, cela n'as pas duré puisque quelques mois après le baril est retombé à 9 dollars, mois cher qu'avant le choc pétrolier de 1973!!!... Par contre, le prix à la pompe a gardé le niveau élevé sans jamais plus le perdre.
De mémoire, prix du gasoil juste avant la guerre: à ~4 francs et au passage à l'euro: ~0,61?. Pour que le prix double en moins de 10 ans, si c'est pas du régime de l'inquisition ou du féodalisme, c'est de la démocratie non ?
Si on était solidaire on utiliserais que les transports en communs, les allemands avaient boycotté BP et en une semaine ils ont eu gains de cause. Méditons mes chers.
a écrit le 19/11/2011 à 9:13 :
Ne vous leurrez pas. L'état actuel , le pétrolier , le banquier ont décidé de prendre votre argent parce que vous n'avez pas le choix. Il le redistribue en intérêts à tous les riches qui ont prêté de l'argent à cette état depuis 1973, année du fameux décret de Giscard et Pompidou qui oblige notre pays à emprunter aux banques privées et non à la banque de France. Vous payez une rente éternelle sans le savoir. D'année en année, ces riches possèdent de plus en plus de biens et de terres à votre détriment.
a écrit le 19/11/2011 à 9:06 :
Les compagnies de pétrole et l'état ont toujours été des voleurs. Cette hausse les arrange bien tant que le français continue à se dire "je n'ai pas le choix".
S'arranger pour calculer le prix du carburant sur le puits le moins rentable au lieu de faire une moyenne sur tous les autres s'appelle de la spéculation, escroquerie ou tout ce que vous voulez qui mérite la prison. L'inacceptable est que les hommes politiques qui nous gouvernent ne vous autorisent à rouler qu'avec le carburant surtaxé et surtout pas avec de huile végétale ou autre.
J'en rajoute une couche : l'état, le pétrolier et le fabriquant de voiture s'arrangent pour changer le type de carburant, vous obligeant à jeter votre voiture à la casse et racheter une autre plus compatible!
Il se peut que les français ne se sentent pas assez ruinés par l'euro, l'immobilier et l'état.
S'ils avaient le réflexe avec les moyens de communication d'aujourd'hui, de prendre les transports en commun ne serait ce que quelques jours pour protester contre la hausse spéculative des carburants, le gouvernement et le pétrolier plieront de ne plus voir la rente rentrer dans leur caisse. Ce jour là, le peuple aura gagné.
a écrit le 13/09/2011 à 15:53 :
y attende que tous les pauvres est fait le plein de fioul pour baisser les tarifs, c'est une honte, et les français sont des moutons.
a écrit le 19/08/2011 à 8:57 :
parce qu'on nous prend pour des pigeons et c'est tout !!
de toute facon , que pouvons nous faire???
Réponse de le 19/11/2011 à 8:02 :
Se chauffer au bois.
a écrit le 02/06/2011 à 12:05 :
Droite comme gauche sans oublier les écolos, ils nous prennent pour des vaches à lait.
Si tous les Français arrêtaient de prendre leurs voitures ne serait ce qu'un jour vous verriez la tête de tous ces gens...
Ils y regarderaient à deux fois.... NO COMMENT
a écrit le 01/06/2011 à 8:12 :
C'est tout simplement les taxes qui ont augmentées ! ... ya bon banania ... disent les politiques !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :