Les Français tentés par le protectionnisme

 |   |  666  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Selon un sondage Ifop, 65% des Français se prononcent pour le relèvement des barrières douanières sur les produits en provenance des pays émergents. De plus en plus révoltés et résignés par la situation économique et sociale, ils sont massivement partisans d'un protectionnisme européen.

Le libre-échange, bouc émissaire de la crise ? Alors que seuls les partis situés aux extrêmes de l'échiquier politique français revendiquent clairement la mise en place d'un protectionnisme économique, un sondage publié jeudi par Ifop révèle que plus de deux Français sur trois (70%) sont opposés à la faiblesse des taxes sur les produits provenant des pays émergents que la Chine ou l'Inde.

Dans cette enquête d'opinion réalisée du 17 au 19 mai 2011, sur 1012 personnes représentatives selon la méthode des quotas, et financé par l'association d'économistes "Manifeste pour un débat sur le libre-échange", 65% des sondés souhaitent ainsi augmenter les droits de douane sur les marchandises importés des pays émergents.

48% de "révoltés"

"Révoltés" à 48% et "résignés" à 30% face à la situation économique et sociale de la France, les sondés sont 84% à penser que l'ouverture des frontières françaises et européennes aux marchandises étrangères pénalise l'emploi, et 78% à estimer que cette ouverture affecte le niveau des salaires. Des chiffres plus alarmistes que ceux du sondage Ipsos sur l'état d'esprit des Français réalisé en septembre 2010. En neuf mois, les "résignés" sont passé de 21% à 30%, les "révoltés" de 45% à 48%, et les "confiants" de 18% à 13%. "La sortie de crise qu'on entend partout n'est pas perçue comme telle par l'homme de la rue, surtout s'il est situé en bas de l'échelle sociale", explique Jérôme Fourquet, en charge du sondage pour l'institut Ifop. Même réduit, le fossé entre les classes populaires et les classes plus aisées se maintient. 64% des ouvriers et 52% des employés se déclarent "révoltés", contre 36% des cadres supérieurs.

Les sympathisants PS et UMP plus protectionnistes que ceux du FN

"L'identification des méfaits du libre-échange sur l'économie française apparaît à une grande majorité de Français et dépasse les cadres politiques", analyse l'économiste Jacques Sapir, un fervent partisan du protectionnisme. En effet, 71% des sympathisants PS et 74% de ceux de l'UMP sont favorables à l'augmentation des barrières douanières... contre seulement 61% des sympathisants du Front national.

L'Union européenne (UE) apparaît également comme la meilleure réponse à la mondialisation : 80% des sondés estiment que l'UE est le niveau d'action le plus pertinent pour relever les droits de douane. Même les sympathisants FN plébiscitent l'Europe sur ce sujet, à 57%. 43% d'entre eux préfèrent augmenter les droits de douane aux frontières de la France, contre seulement 10% chez les sympathisants PS et UMP.

Lever le tabou du protectionnisme

Pour l'économiste Emmanuel Todd, ce sondage est l'occasion de "lever le tabou" du protectionnisme. "Le libre-échangisme est devenu un dogme indiscutable de l'économie libérale, comme si le remettre en question revenait à faire un pas en arrière", déplore-t-il. Avec une poignée d'autres économistes français, Emmanuel Todd fait partie des "démondialistes", un groupe qui prône un protectionnisme raisonné, mais s'oppose sur ses modalités. "La doctrine de la démondialisation est une branche de la pensée libérale et ne signifie absolument pas une fermeture et un repli économique et social sur les frontières nationales comme le préconise Marine Le Pen"», précise-t-il.

Philippe Murer, professeur de finances à la Sorbonne et à l'initiative de ce sondage, estime que la société française doit se saisir du débat sur le protectionnisme. "On ne peut pas laisser au seul Front national ces questions, car le sondage montre que l'ensemble des Français se les posent. D'autant plus que le protectionnisme n'est pas labellisé Marine Le Pen, puisque le Front de Gauche, Arnaud Montebourg ou le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan se revendiquent également protectionnistes", plaide-t-il.

Pour sa part, l'économiste Hervé Juvin se réjouit que ce démondialisme s'invite à la primaire du PS par l'intermédiaire d'Arnaud Montebourg. "La haine de la nation, c'est l'internationalisme des imbéciles", lâche-t-il, volontiers polémiste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/08/2011 à 8:44 :
Puisque le yuan n'est pas librement convertible, la concurrence est biaisée, en aucun cas "libre et non faussée"
Pour le moins, des négociations à cet égard avec les Chinois devraient être entamées le + rapidement possible.
a écrit le 20/06/2011 à 4:39 :
Merci de publier ce sondage. Comme on le voit, les très grands médias comme le monde ,le figaro, les radios et les télés ne sont pas intéressés par l'opinion des Francais sur un des sujets les plus importants pour leur travail.
Ou est la volonté d'informer?
a écrit le 17/06/2011 à 15:48 :
Quand les gens vont voir le coût de produits de base (vêtements, appareils ménagers, etc...) exploser à cause des droits de douane, ils vont peut être se rendre compte que le protectionnisme, c'est avant tout l'ami des patrons français qui voient ainsi leur territoire de chasse bien gardé à l'abri de la concurrence étrangère !

Si aujourd'hui, le DVD est un produit grand public et l'ordinateur un bien accessible, ce n'est certainement pas grâce au protectionnisme. Je me souviens encore des prix exorbitants des ordinateurs TO7 et MO5 produits en France. Ou encore des magnétoscopes hors de prix avant que "l'invasion" de produits japonais rende ce produit accessible a M. Tout le Monde. Si aujourd'hui, 99% de la population française a un frigo au domicile, c'est aussi parce qu'on a acheté ces produits aux pays émergents a meilleur prix, dans un deal gagnant-gagnant : notre pouvoir d'achat (réel j'entends, c'est-à-dire le temps de travail nécessaire pour acquérir un bien donné) augmente et eux se développent. Et on pourrait donner des tonnes d'autres exemples !

Le problème quand ça va mal, comme avec la crise actuelle, c'est qu'on préfère taper sur l'autre, l'étranger, plutôt que se regarder en face et voir sa responsabilité dans le problème. Et l'Histoire nous a tristement montré où ce genre de réactions a mené l'humanité... L'enfer est pavé de bonnes intentions, M. de Montebourg, et les vôtres vont y envoyer la France directement !
Réponse de le 17/06/2011 à 16:36 :
@julito: bien dit l'ami !
Réponse de le 20/06/2011 à 12:07 :
On se leurre complètement sur les bénéfices réels de la mondialisation. Le "made in China" est beaucoup moins cher que le "made in France", ou "made in Germany", il est aussi obsolète beaucoup plus rapidement. Et puis les Chinois aussi ont des droits de douanes, puisque dès qu'ils nous achètent quelque chose ils exigent en "cadeau" la technologie qui a servi à le construire. Alors certes, continuons à nous faire plumer grâce au libre-échange.
a écrit le 17/06/2011 à 14:36 :
Protectionnisme = Suicide !!
Couteau à 2 tranchants! Tu me fais payer des droits ?? T'en paieras aussi! et comme moi et mes copains nous valons plus que toi , tu perdras ! Fais gaffe mon p'tit, t'es plus "la Grande Nation" !! Hé! Hé!
Réponse de le 17/06/2011 à 15:32 :
je crois que mao zedong est vivant et qu il ecrit des posts sur le site de la tribune ;)
Réponse de le 17/06/2011 à 15:40 :
On est la Grande Nation, quel que soit le pays, aussi longtemps qu'on ne baisse pas les bras devant des situations qu'on nous présente comme inéluctables alors qu'elles ne le sont que chez les idéologues et les démissionnaires. Qui a le plus à perdre des politiques protectionnistes ? Les pays exportateurs, et surtout les pays exportateurs de produits remplaçables. Certes, le protectionnisme doit être subtil, modéré, bien étudié, avec des partenariats étudiés avec certaines nations avec qui nous partageons des besoins réciproques. Il peut même se concevoir à un échelon supérieur (certains partenaires européens). Mais le seul suicide consiste à se fondre dans la grande mondialisation parce qu'on a peur de tenir contre les diktats. Et puis s'il faut se suicider pour ne pas être inféodé, suicidons-nous. Mieux vaut mourir debout que vivre à genoux, comme disent toutes les résistances - qui finissent généralement, d'ailleurs, par vivre debout.
a écrit le 17/06/2011 à 14:34 :
Que l?on ne soit pas forcément enchanté à l idée de devoir partager une part du gâteau avec les autres, c?est un reflexe humain et peut se comprendre. La question est de savoir quel serait l?impact pratique de cette décision?
Envisageons de manière « concrète » ce que représenterait un relèvement des tarifs douaniers. Je pars du postulat (très contestable) que tout produit importe pourrait être remplacé par de la production intra-europe:

- Prenons une famille avec des revenus de 2500 euros net par mois et qui consacre environ 40% de celui-ci a son logement et 30% de son budget mensuel à l?alimentaire + achats de consommation courante.

- Dans ce budget mensuel alimentaire + achats de conso courante (750 euros), j?estime à 50% la part des produits « hors Europe » (saumon chilien, chemise « made in Morocco », cartable du petit venant de Taiwan...): 375 euros.

- Pour stimuler la production européenne, la France décide de relever les tarifs douaniers de 100% afin de renchérir les importations et les mettre au niveau de la production intérieure. De fait, le budget nécessaire à l?achat de l?équivalent de la part « hors Europe » passe donc de 375 euros à 750 euros par mois.

- Le budget total de consommation courante de 750 euros par mois passe donc a 1,125 euros par mois (ou 45% du revenu net mensuel).

- Le revenu net mensuel disponible (hors loyer et conso courante) qui était de 30%, est réduit à 15%. (Ce qui va entraîner un impact sur les autres dépenses: santé, épargne, loisirs, médias, impôts, etc.?)

Faites le même exercice avec une famille ayant des revenus moindres et vous pouvez voir l impact que cette décision pourrait avoir sur les familles les plus modestes. Est-ce bien cela que vous avez en tête quand vous appelez de vos v?ux une augmentation des tarifs douaniers?

Quant aux effets bénéfiques attendus sur l?emploi je suis la aussi très sceptique: une industrie qui ne pourrait vendre qu?en Europe (peu d économies d?échelle) des produits à faible valeur ajoutée et donc à faible marge ne va pas recruter à tour de bras et surement pas à des niveaux de salaire élevé.
Et comme dans le même temps des jobs risquent d?être perdus dans les industries touchées de façon indirecte par l impact de l augmentation du budget conso courante (loisirs, hôtellerie, restauration, etc.?), l?effet attendu sur l?emploi pourrait être moindre voire négatif.

Regardons ce qui s?est passé après le crash de 29 et l impact désastreux sur l économie qu?a eu le recours au protectionisme?.
Réponse de le 17/06/2011 à 16:36 :
bien raisonné l'ami !
a écrit le 17/06/2011 à 10:04 :
Accepter d'acheter des produits chinois ou indien ou autres des pays émergentsbc'est se rendre complice de l'exploitation éhontée des esclaves du XXI siècle avec des postes de 16h par jour 7j/7 pour 35 euros par mois.
Réponse de le 19/06/2011 à 12:36 :
@ EIFFEL, Bien dit!!!
a écrit le 17/06/2011 à 9:55 :
Les français prennent conscience des effets de la mondialistaion qu'on leur a vendu comme la panacée. la mondialisation entrâine un nivellement c.a.d que les citoyens des pays riches vont voir leur niveau de vie stagner voir baisser pour que les citoyens des pays émergents voient leur niveau de vie augmenter. or on ne leur avait pas présenté la mondialisation comme cela c'était du gagnant pour tout le monde ce qui s'avère faux. l'Europe apporté peut être une protection relative tant qu'elle était cohérente (Europe des 12 ou des 15 bein qu'avec la GB le ver était dans le fruit) l'élargissement au 25 a entrainé une rupture. La concurrence internatioanle est autant le fait des pays émergents que des anciens pays de l'Est (cf l'industrie automobile)
La mondialisation libérale entrâine une augmentation du nombre de millionnaires dans tous les pays quelqu'ils soient. les citoyens de base des pays dits développés prennent conscience que ce sont eux qui financent indirectement cette explosion de nouvelles fortunes et ils disent stop quoi de plus naturel.
a écrit le 17/06/2011 à 9:24 :
c'est juste moins de pouvoir d'achat. Et personne ne voudra se mettre à produire ce qui a été délocalisé dans les pays émergents, à moins de mettre des taxes énormes. En clair, attendez-vous à une inflation de l'ordre de 30 à 40% sur les produits importés au minimum pour qu'il y ait une effet notable.
a écrit le 17/06/2011 à 8:52 :
La meilleure protection contre les importations étrangères serait que chaque consommateur privilégie le "made in France". Et c'est là que les français ne sont pas cohérents: L'Etat doit les protéger, mais ils ne font rien au niveau individuel pour se défendre... trop facile tout ça!
Réponse de le 17/06/2011 à 9:28 :
Il n''y a plus de "made in France"
On ne produit plus rien en France !
La France c'est la dé industialisation rapide au profit des emergeants!
Réponse de le 17/06/2011 à 10:16 :
@ henri : on ne produit plus rien en France??? On ne doit pas habiter la même France. Allez jeter un clic ou deux sur ce site : http://lafabriquehexagonale.com/
Et ayez la curiosité de chercher un peu du made in France avant de dire ce genre de choses... A moins que cela vous arrange de sortir ce genre de bêtises.
Réponse de le 18/06/2011 à 18:34 :
Cequi est mentionné sur le site "http://lafabriquehexagonale.com/", c'est epsilon de epsilon! On ne fabrique pratiquement plusrien en France, et on doit se demander comment un pays peut vivre sans rien produire (au niveau industriel), ce qui entraîne un commerce extérieur grandement déficitaire.
a écrit le 17/06/2011 à 8:37 :
Je crois que les européens ont fini par comprendre que l'important est de protéger notre marché et nos travailleurs . Certes, il faut que les produits étrangers puissent aussi trouver preneurs sur le marché de l'UE mais sûrement pas au prix de millions de chomeurs!
Quand nous voyons que les produits de ces pays émergents sont vendus à des prix élevés ( margees!!!) et que nos produits trouvent difficilement des acquéreurs... there is a problem! L'Europe ne doit pas être aveugle et les dirigeants actuels ( Barosso et qlqs autres) ne sont plus et n'ont jamais été représentatifs de la vox populi européenne. Barrières? Non, mais contrôles strictes, OUI! Nous avons besoin de plus d'Europe amis pas d'élargissement à outrance comme cela est le cas. Pour que l'UE fonctionne il faut de la cohérence. Et les déboires grecques montrent bien la limite de cetet Europe. Seuls les états européens suffisamment semblables peuvent prétendre au saut vers une fraie fédération..... sinon, il vaut mieux tout arrêter. Nous devons prendre conscience qu'à trop diluer l'EU, elle finira par sombrer. Nous devons garder le marche que représente l'UE mais ous devons aussi, les pays du noyau dur, se fédérer afin de pouvoir continuer à exister... les états qui le seront prêts le moment venu feront une demande d'adhésion qui sera examinée à la loupe et non comme pour l'euro.....
Réponse de le 17/06/2011 à 8:58 :
l'ideal serait de fonctionner en casi autarcie européenne la s arranger avec la Russie pour l energie et certaine matiéres premiéres On aurait vite de faire exploser l embauche en Europe et remettre a leur place certains marchés emergeants

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :