La Tribune

La revalorisation des prestations familiales est reportée au 1er avril

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
latribune.fr avec Reuters  |   -  225  mots
Les députés ont adopté ce vendredi un amendement qui gèle toutes les prestations familiales jusqu'au 1er avril, ce qui devrait permettre d'économiser 130 à 140 millions d'euros.

Les prestations sociales ne sont pas épargnées par les économies prévues par le gouvernement. L'amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2012 repousse du 1er janvier au 1er avril la revalorisation de ces prestations. Le report doit compenser en partie la suppression d'une mesure qui visait à soumettre les revenus versés au titre du congé parental à la CSG (Contribution sociale généralisée).

L'amendement a été présenté par la ministre des Solidarités, Roselyne Bachelot. Toutes les prestations familiales sont concernées : allocations familiales, congé parental, prestation d'accueil du jeune enfant et allocation de rentrée scolaire.

"C'est scandaleux", a dit la députée socialiste Martine Pinville. Elle a ajouté "ça pénalise les familles les plus démunies alors que le chômage augmente et que le pouvoir d'achat diminue."

Ce report va permettre d'économiser jusqu'à 140 millions d'euros. Mais après l'abaissement de 1,75% à 1% de la prévision de croissance de la France pour 2012 par Nicolas Sarkozy jeudi, le rapporteur de la commission des Affaires sociales, Yves Bur (UMP), a précisé que ceci se traduirait par "un manque à gagner pour la sphère sociale de 1,5 milliard d'euros".

L'Assemblée doit voter mercredi prochain sur l'ensemble du projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Le Sénat l'examinera à partir du 7 novembre.

Réagir

Commentaires

EIFFEL  a écrit le 05/11/2011 à 11:31 :

La collectivité ne pourra plus très longtemps distribuer des allocs auxfamilles. Il faut que les Français comprennent qu'avoir des enfants est devenu hors de prix et qu'il faudra s'abstenir d'en faire si on ne dispose pas dans un proche avenir d'un revenu conséquent d'au moins de 4000 euros mensuel par famille et par enfant. Ce qui veut dire 5000 euros mensuel, par exemple pour un ménage de 2 enfants.

kiki 67  a écrit le 01/11/2011 à 22:41 :

et si l'on taxait à 0,5 % toutes les trasactions financières à la Bourse de Paris jusqu'en avril 2012, cela rapporterait combien ?

plénitude  a écrit le 01/11/2011 à 9:43 :

l'Etat n'aurait plus les moyens d'actualiser les prestations familiales, certes, mais c'est freiner l'économie, et ce n'est donc pas le moyen le plus adéquat. Pourquoi ne pas remettre les allocations familiales à condition de ressources....les pllus riches, nos élus perçoivent les allocations familiales....quant il est démontré qu'au delà d'un salaire de 5 000 euros par mois, le reste est épargné...Alors Messieurs, Mesdames nos élus donnez vos AF aux "petits" et la relance sera là...vous ne mangerez pas 2 biftecks au même repas, mais le "petit" par votre génoristé, en mangera peut être un....et c'est 2 biftecks vendus au lieu d'un, et la TVA qui rentre 2 fois plus à l'Etat....La sacro sainte croissante et si on parlait stagnation...NE PAS RECULER c'est déjà beaucoup et avec 7 milliards d'habitants sur terre, le chômage n'est pas prêt de reculer....Alors faire 1 seul enfant, c'est se garantir une meilleure vie.

Salauds de pauvres  a écrit le 31/10/2011 à 10:24 :

Après, on s'étonne de la baisse d ela consommation ?

ed  a répondu le 31/10/2011 à 18:19:

ben voyons on consomme avec le fric des autres