La Tribune

Les députés amputent le budget de l'Education de 20 millions d'euros

Copyright Reuters
Clarisse Jay  |   -  323  mots
Lors de l'examen de la partie « dépenses » du budget 2012, l'Assemblée nationale a voté hier les crédits de la mission « enseignement scolaire », amputés de 20 millions dans le cadre des économies imposées par le plan de rigueur.

Au fur et à mesure que se poursuivent l'examen des textes financiers pour 2012 (projet de loi de finances et projet de financement de la Sécurité sociale) et que se succèdent les plans de rigueur et les textes rectificatifs, les bancs de l'Assemblée se clairsèment... A fortiori une veille de week end prolongé. C'était le cas ce jeudi à l'occasion du vote des crédits de la mission enseignement scolaire (éducation). Pas plus d'une vingtaine de députés présents et des débats qui ont tourné court.

Des députés UMP s'abstiennent


Pourtant, l'examen du budget de l'éducation "est l'un des temps forts de la séance publique", a estimé la ministre du Budget Valérie Pécresse, rappelant que ce budget, de près de 62 milliards d'euros est le premier de l'Etat hors charge de la dette et pensions. Pourtant, le vote de ces crédits a entériné la suppression de 14.230 postes, dont 5.700 dans le primaire et 6.550 dans le secondaire. Depuis le budget 2008, ce sont ainsi plus de 65.000 postes qui auront été supprimés. Quelques députés de la majorité, tel Pierre Méhaignerie, président de la commission des Affaires sociales, se sont abstenus, dénonçant la suppression des postes en primaire, point faible du système scolaire français et moins financé que les autres pays de l'OCDE.

Par ailleurs, a aussi été votée une ponction de 20 millions d'euros, dans le cadre du milliard d'économies supplémentaires pour l'Etat prévu dans le premier plan de rigueur (500 millions d'euros supplémentaires ont été décidés dans le second plan de rigueur) : 13 millions de baisse de "crédits sous-consommés" (11 millions de bourses et 2 millions de fonds sociaux) , 6 millions de ponction sur les fonds de roulement d'opérateurs et 1 million sur l'enseignement technique agricole, les prévisions d'effectifs 2012 ayant été affinées, a précisé Valérie Pécresse.

Réagir