La Tribune

Projet Hollande : les réactions de ses opposants

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  798  mots
Retrouvez les réactions des adversaires de François Hollande à la présentation ce jeudi de ses "soixante engagements pour la France".

La candidate du Front national, Marine Le Pen, a ainsi dénoncé des "mesurettes" et un programme "totalement incohérent".

Pour François Bayrou, candidat du Modem, "on ne reviendra pas à l'équilibre avec ce programme-là". "Il n'y a pas dans ce programme une seule mesure d'économie", a-t-il dit sur Radio Classique.

Hervé Morin, candidat Nouveau Centre à l'Elysée : "après avoir martelé depuis des mois son souhait de changement, le candidat socialiste se contente de proposer aux Français de vieilles recettes socialistes déjà testées, et ce de façon à peine déguisée... Les emplois jeunes deviennent ainsi des contrats d'avenir, mais pour quel avenir ?". "Ce programme annonce un matraquage fiscal sans précédent dont les classes moyennes seront les premières victimes" (communiqué).

Axel Poniatowski (UMP), président de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale: l'application du programme de François Hollande "se traduirait par l'affaiblissement de la France, l'aggravation des déficits et du chômage". "Sur le plan des relations internationales, il est une vue de l'esprit de penser pouvoir faire plier nos partenaires, notamment allemands, dans le seul intérêt de mettre en oeuvre le projet présidentiel socialiste" (communiqué).

Eric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes, chargé de la sécurité à l'UMP: François Hollande "a confirmé la défiance qu'il porte à l'égard des forces de l'ordre en annonçant qu'il lutterait contre le "délit de faciès" (...). Enfin, longtemps opposé à la création de centres éducatifs fermés, M. Hollande propose aujourd'hui de doubler leur nombre alors même que les députés socialistes, dont fait partie M. Hollande , ont récemment voté contre le projet de loi de programmation relatif à l'exécution des peines qui prévoit notamment la création de vingt nouveaux centres" (communiqué).

Yvan Lachaud, président du Groupe NC à l'Assemblée, dans un communiqué: "Avec François Hollande , à gauche rien ne change, rien ne bouge. Avec François Hollande , la vieille gauche, c'est maintenant. A l'image du candidat, son programme est millésimé 1981"

Deux ministres à l'assaut

De son côté, la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet a déploré jeudi que le programme du candidat PS à l'Elysée François Hollande ne comporte "aucun chapitre sur l'environnement", à part quelques propositions témoignant d'une "grande méconnaissance du sujet". Ainsi, le candidat PS "réclame la mise en place d'un tarif progressif de l'eau qui est aujourd'hui possible de manière volontaire", a-t-elle assuré. "La raison pour laquelle ça ne se fait pas de manière généralisée, c'est qu'il y a en France des milliers de services de l'eau, qui est un service local, et donc la tarification est une gestion locale", a poursuivi la ministre. "Donc soit il ne le sait pas, soit il y a une grande hypocrisie derrière cette proposition".

Par ailleurs, en affirmant vouloir fermer la centrale nucléaire de Fessenheim plutôt qu'une autre centrale, "François Hollande reste flou sur les raisons qui le poussent à faire ce choix", a-t-elle dit. "Pourquoi Fessenheim plutôt que Tricastin au titre du risque sismique, ou Le Blayais au titre du risque inondation ?". La ministre a ajouté ne pas comprendre "la cohérence d'un homme politique qui en 2009 a saisi le Conseil constitutionnel pour invalider la taxe carbone et qui aujourd'hui dans son programme défend la taxe carbone aux frontières de l'Europe".

La ministre du Budget Valérie Pécresse a jugé jeudi que le projet présidentiel du candidat socialiste François Hollande mettait "le modèle social" et "la crédibilité de la France en péril" et "menaçait les Français". "Il veut renoncer à 15 milliards d'euros d'économie sur la réforme des retraites. Tout ça n'est pas sérieux, tout ça mettrait la France dans le rouge. Le déficit budgétaire continuerait d'augmenter, la dette continuerait d'augmenter. Nous n'aurions plus qu'une seule solution, l'augmentation des impôts pour les classes moyennes", a poursuivi Valérie Pécresse.

Elle a critiqué l'ensemble du projet du socialiste marqué par une réforme profonde de la fiscalité: "Quand François Hollande dit: 'Les riches financeront la réduction du déficit', c'est totalement impossible (...) J'ajoute que d'ores et déjà, l'impôt sur le revenu en France est à 45% pour les plus riches, ce que François Hollande semble ignorer."

"Il faut augmenter les impôts de tout le monde si on veut réduire le déficit sans faire d'économies en dépenses. Economies en dépenses, c'est ce à quoi la France s'est engagée. C'est ce qu'elle a fait depuis 2007. C'est la seule façon de maintenir le cap du désendettement et la crédibilité de nos engagements", a-t-elle conclu.

Réagir

Commentaires

najbar  a écrit le 28/01/2012 à 11:48 :

Avec 500 milliards en cinq ans de dépenses supplémentaires, je serais l'UMP je la ramènerai pas

grincheux  a écrit le 27/01/2012 à 9:53 :

ce sont 30 années de laxisme sur la dette auxquelles s'ajoute la crise qui sont la vraie cause de nos soucis actuels. ces mensonges continuels sur qui a mal fait quoi sont inacceptables. c'est de la manipulation pure et simple.ceux qui ne reconnaissent pas que le problème est européen mais aussi mondial doivent immédiatement consulter. un tel aveuglement n'est pas du tout raisonnable et dangereux pour la conduite des affaires .

Mulh68  a écrit le 26/01/2012 à 19:36 :

les paroles de Sarkozy en 2007 : si j'échoue sur le chômage, dégagez-moi...
et
Je veux m'engager, par exemple, sur le plein emploi : 5% de chômeurs à la fin de mon quinquennat ! Et ce travail, on ne nous demande pas nous, une obligation de moyens madame Chabot. On nous demande une obligation de résultat. C'est quand même extraordinaire, la démocratie, faut qu'elle vive. Si on s'engage sur 5% et qu'à l'arrivée il y en a 10, c'est qu'il y a un problème.
« Je le dis aux Français : c'est un échec, j'ai échoué et c'est aux Français d'en tirer les conséquences. »

JIP  a écrit le 26/01/2012 à 16:34 :

C'est un scandale de voir ces ministres de droite se répandre sur le programme de François Hollande alors que depuis 5 ans ils n'ont été capables de rien et qu'ils nous ont menés dans le mur. Et ca n'est pas la faute de la crise ils étaient déjà incompétent lors de leur nomination. Quant à Mme Le pen nulle en économie comment peut elle apprécier ce programme?

Pierre  a répondu le 26/01/2012 à 17:11:

a JIP: Mme Lepen ne souffle pas dans un pipeau, elle ne fait pas de vent, elle est directe et très claire, pas comme................et sans doute beaucoup plus réaliste sur le devenir de la FRANCE que vous!!!!!!

jip  a répondu le 26/01/2012 à 17:57:

Trés clair? voir l'interwiew avec Mme lapix. Ah ben heu!!!

hades  a répondu le 27/01/2012 à 9:40:

le pen, avait le meme travail que sarkozy ..et par consequent en connait au moins autant !

Imaginr  a écrit le 26/01/2012 à 16:27 :

Comme beaucoup j ai écouté ce matin les principales propositions et je suis surpris par l incroyable culot de M Hollande ! Faire croire aux français qu il y aura 2.5 voire 3 points de croissance dans les cinq prochaines années est juste nous prendre pour ce que nous sommes pas ! Doubler la capacité d épargne du livret, augmenter la prime de rentrée scolaire et faire en sorte que les entreprises quittent notre territoire en les taxant sont des mesures qui ne risquent pas de changer la situation déjà critique de notre pays.

reyter  a répondu le 27/01/2012 à 8:49:

hollande ne fait rien de plus que reprendre les perspective de croissance du gouvernement. Pour la premiere, il est meme plus prudent: alors que le gouvernement compte sur 1% de croissance, son programme est élaborer sur la base d'une croissance de 0.5%

Echéance 2014  a écrit le 26/01/2012 à 16:26 :

Avec des opposants aussi pathétiquement mauvais, Hollande, représentant le 0,1% des Français les plus riches, va être élu confortablement pour spolier un peu plus les classes moyennes, en portant les PO à 60% du PIB. Hollande au pouvoir, la France fera faillite vers 2014. Il faudra alors augmenter brutalement les PO jusqu'à 70% pour sauver les meubles. Ce jour là, la France comptera entre 8 et 10 millions de chômeurs et son PIB régressera de 5% par an. Les vraies réformes seront enfin mises en oeuvre par des ministres en larmes, mais dans l'urgence, l'impréparation et la douleur : le pays étant exclu des marchés pour un quart de siècle, 50% à 60% des Français tomberont dans la pauvreté, les entreprises feront faillite en chaîne, les dépôts et l'épargne (assurance-vie, livret A en premier) seront volatilisés (pour le bien commun naturellement), les retraites seront plafonnées à 800 euros pour tout le monde, la sécu sera rationnée, Marine LP éructera que c'est la faute à l'euro et à l'immigration, Jean-luc M bavera que c'est la faute à la mondialisation et aux banquiers, l'Allemagne et la Chine proposeront leur aide avec un petit sourire narquois...

Nab_Ilovich  a répondu le 27/01/2012 à 9:51:

Mais alors on nous a menti : la fin du monde c'est pas 2012, c'est 2014?

Fuck Business School  a écrit le 26/01/2012 à 16:17 :

C'est un bon programme qui ne touche pas à l?impôt N°1 en France - et le plus injuste : la TVA.

TVA = justice sociale  a répondu le 26/01/2012 à 16:36:

La TVA est l'impôt socialement le plus juste puisqu'il fait payer ceux qui ne produisent rien et vivent aux dépens de ceux qui produisent.

trepor  a répondu le 27/01/2012 à 8:54:

Tout le monde produit et consomme. (a part quelques cas sociaux dont on a le choix (de société) de les assister ou de les laisser crever)

tout le monde produit et consomme.  a répondu le 27/01/2012 à 8:55:

.

banquier  a écrit le 26/01/2012 à 16:08 :

Comment peut-on donner des leçons quand on n'est pas capable soi même de faire qqch pour la France...Le déficit est là depuis bien avant 2012 et surtout on le connaissait en 2007. Résultat explosion de la dette... Mais après ça ce sont les socialistes les dangers de la France..Et surtout votez pour nous on a fait des erreurs mais on va les ratrapper. Dans une entreprise quand on fait une faute grave on est licencié alors pourquoi pas en politique ?

toto  a répondu le 26/01/2012 à 16:43:

A quand la pénalisation des elus.une connerie une sanction,surtout pécuniaire.ils ferait tous attention.

Ditil  a écrit le 26/01/2012 à 16:05 :

Tous ces détracteurs ont largement démontré leur incompétence dans les domaines sur lesquels portent leurs critiques. Quel crédit peut on accorder à leur remarques??

Mediocre  a écrit le 26/01/2012 à 15:55 :

M.Hollande,doit rester dans son département,et surtout ne pas en sortir,car son avalanche de sottises,mine le moral des 4,5 millions de chômeurs,des 11 millions de retraités,des 2 millions d'étudiants ou en passe,mais il conforte les 10millions d'abstentionnistes,qui ont bien raison de penser que l'UMPSFN,ne font qu'un pour tous,mais Tous pour EUX;
Allez choisir un Président dans ce naufrage????

demo  a écrit le 26/01/2012 à 15:30 :

l'hopital qui se fout de la charité, tous les memes et on recommence, cinq ans avec de nouvelles promesses et pendant que la gauche et la droite se battent pour avoir une place c'est toujours les memes qui sont mis a contribution

Bonne nouvelle  a écrit le 26/01/2012 à 15:24 :

Bon au moins on voit une chose, si Sarko accepte de mettre de la proportionnelle pour les prochaines législatives, il est élu avec un bon report de voix du Modem et du FN. Ouf on a eu chaud.

humanoïde  a écrit le 26/01/2012 à 15:01 :

Madame Pécresse peut donc nous expliquer ou sont passés les 500 milliard d'euros qui ont porté le déficit de la France a 1700 milliard !!!!!

ICI  a répondu le 26/01/2012 à 15:54:

100 milliards par an pour financer les substituts à l'emploi : 35h, emplois aidés, chômage, formation, RSA, syndicats, aides diverses multiples... Imaginez tout cet argent investi dans les entreprises au lieu de les consommer inutilement : on aurait créé des millions d'emplois au lieu de les détruire.

toto à ICI  a répondu le 26/01/2012 à 16:16:

+ 1 du social ,du social, du social,toujours du social, et on tue le travail productif.

gigi  a répondu le 26/01/2012 à 16:24:

1er mesure a prendre en france 357senateurs pour 65000millions dhabitants
en amérique 107sénateurs pour300 millions chercher ou va notre fric et idem pour les d'éputés 577 en france en amérique 435 déja la ont prend la retraite a 55ans non je me marre avec c guignole de tout bord

JIP  a répondu le 26/01/2012 à 16:27:

100 milliards de cadeaux pour des patrons incapables d'innover et d'exporter c'est bien cela, ICI, à quoi vous pensez? Rien qu'un exemple, Peugeot qui réduit la recherche pour ses voitures et qui quitte la course et ce n'est pas le seul secteur de l'industrie à ne pas faire d'effort dans ce sens.