Une TVA au niveau record de 21,2%... seulement si Sarkozy l'emporte

 |   |  634  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Nicolas Sarkozy a annoncé une augmentation de la TVA de 1,6 point, applicable le 1er octobre, et une hausse de deux points de la CSG sur les revenus de l'épargne. La hausse de la TVA sera annulée en cas de victoire de François Hollande.

« L'Europe n'est plus au bord du gouffre. Nous devons consacrer tous nos efforts à la résolution de la crise économique ». Intervenant dimanche soir devant huit chaînes de télévision, Nicolas Sarkozy a ainsi résumé le contexte de son action, récusant toute idée de nouveau plan de rigueur, mais insistant sur la volonté de « réamorcer la croissance sans dépenser un centime, tout en attrapant un peu plus de la croissance du monde, en étant plus compétitif ». D'où la décision annoncée de faire voter par le parlement une augmentation pendant trois ans de 30% des droits à construire, pour une surface donnée, afin de relancer le bâtiment, et une augmentation modérée de la TVA, que le président sortant souhaite porter de 19,6 % à 21,2%, finançant une baisse des charges sociales patronales. Les taux de TVA réduits ne seront pas touchés.
La CSG sur les revenus du capital sera augmentée de 2 points, les prélèvements sociaux sur ces revenus de l'épargne passant ainsi à 15,5%. En contrepartie, les cotisations familiales payées par les employeurs seront supprimées entre 1,6 et 2,1 fois le smic -elles n'existent déjà plus en dessous-, et seront diminuées en sifflet jusqu'à 2,4 smic. De quoi relancer l'emploi, selon Nicolas Sarkozy. Il en fait sa priorité: «quand on est au chômage, on n'a pas de pouvoir d'achat» souligne-t-il.
L'annonce de l'augmentation de la TVA est audacieuse, en pleine campagne électorale, la communication sur ces mesures étant plus que délicate : ainsi, les radios insistaient tout ce week-end sur les hausses d'impôts à venir, avec cette TVA supplémentaire, sans même mentionner qu'elles auraient pour contrepartie des allégements de charges, destinés à améliorer la compétitivité. « Je ne crois pas à la hausse des prix », a souligné le président sortant.
Nicolas Sarkozy, qui souhaiterait un vote tout au moins de l'Assemblée nationale sur ce dispositif, s'est tout de même montré prudent sur deux points : l'échéancier de la mise en ?uvre de ces hausses d'impôt et leur ampleur. S'agissant du « timing », l'augmentation de la TVA n'entrera en vigueur que le premier octobre. . Il s'agit bien sûr de ne pas heurter les électeurs outre mesure et, aussi, de doper la consommation, les consommateurs ayant bien sûr intérêt à acheter avant que les prix n'augmentent. L'exécutif en attend un effet positif sur l'activité économique. La recette avait été employée avec un certain succès outre-Rhin en 2007.
En revanche, en cas de victoire de François Hollande, à entendre le candidat PS, nul ne subirait la hausse de la TVA, puisque la gauche récuse totalement ce choix : soit un vote contraire aurait lieu dans le cadre du collectif budgétaire soumis au parlement durant l'été, soit en l'absence d'approbation sénatoriale avant la présidentielle, le vote de l'Assemblée tomberait simplement en désuétude.
S'agissant de l'ampleur de la mesure, les économistes soulignent la faiblesse des ordres de grandeur. Le Medef évoquait 30 à 40 milliards d'euros, le transfert d'impôt jouerait là sur 13 milliards, selon Nicolas Sarkozy. « Les considérations électorales ont pris le pas sur les considérations économiques », déplore Nicolas Bouzou, du cabinet Astérès. Par ailleurs, Nicolas Sarkozy veut faire entrer en vigueur une taxe sur les transactions financières, le premier août. S'agissant de la régulation du marché du travail, le chef de l'État a aussi annoncé une réforme sur la base du principe baisse des salaires contre maintien des emplois : après accord, les entreprises pourront moduler le temps de travail à la hausse comme à la baisse. Par ailleurs, pour les entreprises de plus de 250 salariés qui ne respectent pas le quota de 5 % d'apprentis, l'amende sera doublée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2012 à 15:23 :
monsieur hollande si il est elu il enleve les taxe quel menteur je sai pa facil de gouverne la france il i a beaucoup de feneans payer a rien faire
Réponse de le 01/02/2012 à 18:19 :
ça a changé quoi avec sarko ? y'a même plein de députés absents ! on a supprimé 1 fonctionnaire sur 2 et maintenu le nombre de députés y compris le cumul des mandats ! scandaleux...
a écrit le 31/01/2012 à 13:32 :
Je suis stupéfait par certains commentaires. Une seule questions: comment on rembourse notre dette et surtout comment on réalise 100 milliards d économie pour équilibrer le budget?? Sinon une remarque, en cas de victoire de Hollande, je vous donne Rdv Dans 2 ans....... Je connais déjà le refrain : " l héritage de Sarkozy ".... Le vrai problème c est l incompétence de ces gens là qui ne sont au fond coupable de rien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :