La Tribune

Le coût horaire d'un salarié français varie entre 21 et 49 euros

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Jean-Christophe Chanut  |   -  610  mots
Une étude de l'Insee permet de connaître les déterminants du coût du travail en France. Un salarié "coûte" en moyenne 50.850 euro, soit un coût horaire légèrement inférieur à 32 euros en moyenne.

Quel est le coût réel du travail en France? Dans quel secteur est-il le plus élevé, quelle est sa structure ? Une étude de l'Insee "Les déterminants du coût du travail" permet de répondre à ces questions.
En 2008, dans les sociétés de dix salariés et plus des secteurs de l'industrie et des services marchands, le coût annuel en équivalent temps plein (EQTP) d'un salarié est en moyenne de 50.850 euros. Rapporté au nombre d'heures effectivement travaillées dans l'année, cela correspond à un coût horaire moyen de 31,82 euros. Un montant qui couvre l'ensemble des dépenses réalisées par l'employeur : rémunérations, cotisations sociales, taxes sur les salaires, frais de formation.Mais le coût horaire varie fortement d'un secteur à un autre.

La banque, championne du coût horaire, la restauration lanterne rouge

C'est, sans surprise, dans celui des activités financières et d'assurance qu'il est le plus élevé (49,01 euros), suivi par la branche "Production et distribution d'électricité, de gaz, de vapeur et d'air conditionné" (46,09 euros). A l'autre extrémité, les coûts dépassent à peine les 20 euros dans l'hébergement-restauration (21,11 euros) ou les activités de services administratifs (23,03 euros).
Le coût horaire dépend aussi des obligations légales liées à la taille des entreprises. En effet, certaines d'entre elles ne concernent que les entreprises de 50 salariés et plus : participation des salariés aux résultats de l'entreprise, contribution au comité d'entreprise, etc. Mais, outre ces obligations, légales, plus l'entreprise est grande plus elle est susceptible de proposer à ses salariés des compléments de rémunération, tels que l'intéressement ou l'abondement à des plans d'épargne d'entreprises. Résultat, dans l'industrie manufacturière, au dessus de 1.000 salariés, le coût horaire est supérieur de 50% à celui des entreprises de 10 à 49 salariés.
La différence de coût horaire moyen entre établissements dépend aussi de la région d'implantation de l'entreprise. A cet égard, le coût horaire est plus élevé de 43% quand l'entreprise est installée en Ile-de-France.

La rémunération représente 67,3% du coût horaire

S'agissant de la structure du coût salarial, la première composante est constituée par la rémunération des salariés, soit 67,3% du coût horaire dans les entreprises de dix salariés et plus des secteurs de l'industrie et des services marchands. Si, en moyenne, l'épargne salariale représente seulement 2,8% du coût salarial, elle peut constituer un élément non négligeable de la rémunération : ainsi, si elle est la plus faible dans l'hebergement-restauration (0,9%), elle atteint 5,8% dans les activités finacières et d'assurance.
Quant aux cotisations sociales (légales, conventionnelles et facultatives) à la charge del'employeur, elles représentent 28,3% du coût, en moyenne. Dans l'industrie, cette part monte à 29,6%, alors qu'elle est de 26,7% dans les activités financières et d'assurance et qu'elle n 'est "que" de 25% dans l'hébergement-restauration du fait de l'existence de salaires moins élevés dans ce secteur, donc concernés au premier chef par les allégements de cotisations patronales appliqués entre le Smic et 1,6 Smic.
La part restante du coût du travail est essentiellement constituée des frais de formation professionnelle (2,1% dans l'industrie) et des impôts et taxes surl es salaires (2,2% en moyenne, avec un pic à 6,3% dans les activités financières et d'assurance)
Enfin, entre 2004 et 2008, le coût horaire dans les entreprises de dix salariés et plus dans l'industrie a progressé, en euros courants, de 3,3% en moyenne contre une hausse de 3,4% entre 1996 et 2004.

L'ensemble de l'étude est disponible sur le site de l'Insee

Réagir

Commentaires

Pierre  a écrit le 24/02/2012 à 14:48 :

90% des ouvriers ne savent même se que ça veut dire le prix de revient!!!!!!

Pierre  a écrit le 24/02/2012 à 14:47 :

Trop compliqué pour la classe ouvrière, le prix de revient d'un salarié..Ils ne croient que les mauvaises paroles du Mélanchon

coco89  a répondu le 25/02/2012 à 9:37:

La classe ouvrière connait le prix de revient des carburants et le prix de vente vol manifeste. le prix de revient de l'agroalimentaire et le prix de vente un autre vol. alors vos grandes envolées comme quoi les ouvriers seraient tous trop con pour comprendre ,et Mr Mélanchon n'a rien à faire dans votre ineptie!!

coco89  a écrit le 23/02/2012 à 17:04 :

Et le cout horaire d'un ministre ,d'un député ,d'un sénateur et au fait la grande réforme des retraites des régimes spéciaux pour tout le monde sauf ces gens qui contribuent largement à mettre notre économie en berne sans compter Parisot et sa bande de milliardaires necessiteux!!