Impôt : mieux vaut être riche rentier qu'entrepreneur riche

 |   |  588  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Nicolas Sarkozy a augmenté les impôts des riches, mais il a visé les revenus, et non le capital. Les gagnants sont donc les rentiers au patrimoine élevé et aux revenus relativement faibles, qui ont bénéficié de la baisse de l'ISF, selon l'Institut des Politiques publiques.

Après avoir clairement favorisé les riches en début de mandat, Nicolas Sarkozy a, sous la pression des électeurs, relayée par sa majorité, consenti à taxer les hauts revenus, à compter de 2012. Mais les plus fortunés, aux revenus relativement faibles, en regard d'un patrimoine très important -pour faire simple, les héritiers- ne sont pas concernés outre mesure par cette taxation. En revanche, ils bénéficient à plein, de la réforme de l'ISF. Nicolas Sarkozy a donc privilégié les rentiers au détriment des entrepreneurs les plus dynamiques, qui encaissent des rémunérations importantes, qu'il déclarait initialement vouloir encourager.

 Moins d'ISF, moins d'impôt sur le patrimoine pour les plus aisés

C'est à cette conclusion que parvient le nouvel Institut des Politiques Publiques (émanation de l'Ecole d'économie de Paris et du Crest)  dans un rapport rendu public ce lundi, Fiscalité et redistribution en France 1997-2012. Cette étude, fondée sur des données publiques analysées au moyen d'un nouveau modèle économique, montre à quel point la réforme de 2011 de l'impôt de solidarité sur la fortune a engendré une baisse importante de la taxation du patrimoine pour une petite minorité de contribuables, ceux se situant parmi le dernier centile (1% bénéficiant des plus hauts revenus). 

A ce niveau de ressources, l'imposition des revenus du patrimoine a baissé de 1 point entre 2007 et 2012. L'allègement a même atteint 1,5% pour les 50.000 contribuables les plus aisés, ceux figurant dans le dernier millième sur l'échelle des revenus.Ce résultat contredit frontalement la thèse gouvernementale selon laquelle la réforme de la fiscalité du patrimione votée au printemps 2011 aurait été neutre, l'allègement de l'ISF étant compensé par l'augmentation d'autres impôts sur le patrimoine: cela n'a pas été le cas, pour les plus aisés, en tous cas.

Taxation accrue sur les revenus

En revanche, les bénéficiaires de hauts revenus devront effectivement payer plus d'impôts, à la suite du vote d'une surtaxe à l'automne dernier, laquelle peut atteindre 4% du revenu. Pour le contribuable figurant parmi les 50.000 les plus aisés, et se situant exactement dans la moyenne des revenus et de la fortune, cette taxe sur les riches compense exactement l'alègement de l'ISF. Mais, comme toujours, cette moyenne ne reflète pas la réalité des situations. Le propriétaire-chef d'entreprise aux revenus importants - au-delà des 250.000 euros annuels - et qui n'a pas encore accumulé une fortune conséquente, voit sa facture fiscale augmenter sous le quinquennat: ses revenus sont sur-taxés, sans qu'il gagne quoi que ce soit côté ISF. 

A l'inverse, le riche héritier, qui a placé une part importante de son héritage en assurance-vie, par exemple, et n'affiche que des revenus limités, vivant de ses rentes,  voit son ISF allégé considérablement à la suite de la réforme de 2011. Celle-ci a fait passer de 1,8% à 0,5% le taux maximum de l'impôt sur la fortune. En moyenne, pour les 50.000 plus aisés, cet allègement de l'impôt de solidarité sur la fortune fait baisser de 1,75% l'imposition globale...

Forte baisse des prélèvements pour les plus riches depuis 2002

Au total, soulignent les auteurs de l'étude, entre 2002 et 2012 (quinquennats Chirac et Sarkozy) la minorité des 1% aux aux plus hauts revenus a bénéficié d'une baisse de 3,6 points de l'ensemble de ses prélèvements obligatoires. Pour le reste de la population, une baisse a aussi été enregistrée, mais de...  0,6 point.

www.ipp.eu/

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2012 à 21:12 :
si vous nous parliez un peu des revenus de nos "chers" élus et de tous les avantages qu'ils se sont octroyés au fil du temps (comme par exemple, leur retraite ....) ? et si on comparait cela au "travail" qu'ils effectuent ? Ca pourrait être intéressant .... Sans compter que c'est sans risque, puisque c'est le contribuable qui règle la note : pas de danger qu'il soit mis en faillite ....
a écrit le 03/04/2012 à 20:29 :
Je ne vois pas pourquoi je devrait être spolié de l'argent de mon grand père vendeur d'armes en 14-18 et de mon père, gagné avec le marché noir en 40. C'est scandaleux.
a écrit le 03/04/2012 à 16:29 :
J'ai toujours trouvé très étonnant qu'on trouve étonnant que les baisses d'impôts portent plus sur les gens qui en payent que sur ceux qui n'en payent pas (cad + 50 % des foyers fiscaux)..... 80 % de l'IRPP pèse sur environ 15 % des contribuables. C'est ca la justice fiscale ? Drôle de pays.
a écrit le 03/04/2012 à 14:39 :
celui qui veut monter sa boite a interet à le faire hors de France. Un autre pays qui saura apprécier la valeur travail et l'esprit d'entreprise à leur juste valeur en profitera....tandis que la France continuera à s'enfoncer, rongée par ses rentiers et ses papy-boomers. cocorico
a écrit le 03/04/2012 à 13:44 :
Certainement, mais ça vaut mieux encore qu'être chômeur et pauvre.
Réponse de le 03/04/2012 à 14:56 :
car cela veut dire que meme un pauvre où un chomeur qui voudrait monter sa boite pour s'en sortir serait lésé par rapport à un rentier...autant donc rester dans l'assistanat et bosser au black.
a écrit le 03/04/2012 à 12:20 :
Et vive le bolchévisme à la française, la ou l'URSS a échoué la France l'a réussi, enfin jusqu'à sa chute prochaine. A quand la révolution libérale pour botter les fesses de tous ces collectivistes envieux, jaloux, et mesquins ? Dés que les collectivistes au pouvoir, ou les prochains à venir, auront finis de ruiner le pays, et d'avoir fait fuir le peu de capital ou d'entrepreneurs qui restaient, les français iront mendier auprés de la BCE et du FMI comme les Grecs. Bon courage les marxistes !!
Réponse de le 03/04/2012 à 13:58 :
vous avez mal lu l'article, baisse des prélèvements sur les plus riches qui vivent de leur rente et taxation accrue des gens qui bossent, nous sommes sauvés...
a écrit le 03/04/2012 à 9:47 :
Le débat qui vise à opposer artificiellement revenus du travail et du capital est un faux débat. Obtenir des revenus d'un capital légalement acquis est un travail comme un autre et ces revenus doivent être fiscalisé comme les revenus de n'importe quel autre travail. Les dividendes et les plus-values, revenus du capital, ne sont pas des rentes. La rente est un revenu assuré par la force publique qui décide de favoriser une catégorie d'individus aux dépens des autres groupes sociaux : c'est ce qui assurait la richesse des nobles sous l'Ancien Régime. Telle est encore aujourd'hui la source des revenus des retraités (dans le modèle des retraites par répartition forcée), des assistés sociaux et des diverses corporations subventionnées : ces groupes sociaux sont les véritables rentiers de la France moderne.
Réponse de le 03/04/2012 à 14:33 :
Sauf que les retraites du régime par répartition sont payées tout au long de la vie active par des cotisations sur le travail justement. En rappelant que les dites cotisations ouvrent en plus des droits, notion qu'il ne faudrait peut-être pas oublier au passage, et non pas des faveurs. Les retraites du système par répartition sont belle et bien en définitive des revenus du travail et en aucun cas des rentes. Et en plus elles sont également fiscalisées !!!
Réponse de le 03/04/2012 à 15:20 :
Lorsque vous cotisez au système de retraites par répartition forcée durant votre activité professionnelle, vous payez les retraites des autres, certainement pas la votre, puisque par construction tout ce qui est prélevé est immédiatement consommé (détruit). Les "acquis" du système par répartition sont des faux droits, un miroir aux alouettes. Ceux qui prendront leur retraite (par répartition) après le défaut inéluctable de l'Etat-providence en feront très précisément l'expérience. Par ailleurs, la fiscalisation des retraites par répartition est une douce plaisanterie étatiste qui occupe des myriades de fonctionnaires pour une activité absolument vaine : autant déduire les impôts avant de les verser. Enfin, les revenus des capitaux subissent une taxation pour financer les retraites mais n'ouvrent aucun "droit", injustice ultime d'un système foncièrement anti-social et anti-économique !
Réponse de le 03/04/2012 à 17:52 :
Il est exact que mes cotisations ont servis à payer les retraites de la génération de mes parents. Que de la même façon ma retraite est payée par les cotisations sur le travail de la génération de mes enfants. C'est le principe même de cette retraite. Ce système a fait ses preuves sur beaucoup de plans dont celui de l'équité et d'une saine continuité intergénérationnelle. La plupart des pays développés l'appliquent d'ailleurs, au moins en retraite de base. Quel que soit la couleur des gens au pouvoir l'Etat doit en être le garant, et je vous invite fortement à militer pour le conserver pour surtout ne pas tomber justement dans de véritables miroirs aux alouettes. Les retraites sont soumises de la même façon que les revenus du travail à l'ensemble des impôts pouvant exister à ce titre, csg, revenus, etc? et je ne vois pas pourquoi les revenus sur le capital, même s'ils peuvent parfois être aléatoires dans certains cas, ne seraient pas aussi taxés. Ceci dit ok sur le surnombre de fonctionnaires et ainsi d'ailleurs que globalement sur le surnombre de personnes, politiques ou assimilés compris, émargeant d'une façon ou d?une autre sur nos impôts. On peut rappeler à ce titre que ce n'est pas pour rien que la dépense publique du pays à 55,9% du PIB en 2011 est de 9 points supérieure à la moyenne européenne, et près de 12 par rapport à l'Allemagne soit env. 150 milliards !!! Ok également pour la retenue des impôts à la source, ce que n?a d'ailleurs pas cru devoir retenir dernièrement la Cour des comptes pour je ne sais plus trop quelle raison. Le pays est quasiment le dernier à ne pas l'appliquer !!!
Réponse de le 03/04/2012 à 20:58 :
mon pauvre jojo, vous y croyez vraiment au beau système par répartition?
Il y a deux ans, on voté la retraite à 67 ans pour les autres pendant que nous on partait en préretraite à 56 ans, et ce n'est qu'un début, vous verrez bientôt.
Là où on est forts c'est qu'on est arrivés à faire croire qu'on était tous des pauvres avec le minimum vieillesse : on fait une réforme pour les autres en prenant comme postulat : on ne touche pas aux pensions...très fort
a écrit le 03/04/2012 à 9:25 :
Précisions ici : de début 81 à fin 85 (Gouvernement et président de gauche ) la dette passe de 92 à 227 milliards, en 86 et 87 (gouvernement Chirac la dette passe de 227 à 281 milliards, de début 88 à fin 92 (gouvernement et président de gauche) la dette passe de 281 à 440 milliards, de début 93 à fin 96 (gouvernement Balladur puis Juppé) la dette passe de 440 à 713 milliards (lorsque Sarkozy a été ministre du budget en 93 94 la dette a augmenté de 135 milliards en 2 ans), de 97 à fin 2001 (Gouvernement Jospin) la dette passe de 713 à 852 milliards et enfin de 2002 à 2011 (gouvernements de droite) la dette passe de853 à 1717 milliards. Si on récapitule 15 ans de gouvernements de gauche dette : 125+159+140 = 424 milliards (moyenne 28,3 milliards par an), 16 ans gouvernements de droite : 54+273+864 = 1191 milliards (moyenne 74 milliards par an) Précision ces chiffres sont ceux de l'INSEE
Réponse de le 03/04/2012 à 11:39 :
A relativiser : c'est une tendance de fond sur 30 ans, qui se retrouve dans tous les pays du monde, que les gouvernements soient de droite ou de gauche : US, UK, Allemagne, Japon, Espagne, ... Donc pas trop spécifique gauche/droite, plutôt années 80 vs années 2000 (et il s'avère que c'était la gauche au pouvoir au début, la droite plus récemment). Il faut aussi corriger de l'inflation (impact non négligeable sur les années 80). Et une tentative d'explication : avec des taux à 15%, pas possible de s'endetter bcp dans les années 80, alors qu'avec des taux à 3%, c'était facile dans les années 2000 : et comme c'était facile depuis ~15 ans, les Etats en ont usé et abusé ...
a écrit le 03/04/2012 à 9:18 :
et avec hollande qui veut revenir sur la réforme des plus values de l'immo et Sarko qui a relevé le seuil de l'ISF, je suis tranquille...
Que rien ne bouge...surtout pour nous...et après nous le déluge...
Réponse de le 03/04/2012 à 12:52 :
Hollande a l intelligence de vouloir ramener les šPV immobilères à 22 ans comme avant , il va gagner des voix dont la mienne !! il ne va ramener le seuil de l ISF à 800 000e ; je vais envisager de nouveau un investissement locatif . Hollande président des riches ?
a écrit le 03/04/2012 à 9:02 :
Ce n'est pas le capital qu'il faut taxer, mais le REVENU du CAPITAL.
a écrit le 03/04/2012 à 8:59 :
Etonnant article de la part d'un journaliste.
La question n'est pas sur la possession de capital ou non.
Taxer le capital est une hérésie: posséder ne rapporte RIEN! C'est la plus-value sur la vente d'un capital qui doit être la seule source de taxation de capital.
Une taxe ne peut porter que sur une création de richesse. Ce sont donc les revenus qui doivent être taxés et ce de la même manière quelle que soit l'origine des revenus.
Un entrepreneur qui gagne 500 k? doit payer la même chose qu'une personne gagnant 500 k? de dividende (ou autre). C'est cela la justice fiscale.. c'est cela avoir une économie saine et non virtuelle.
a écrit le 03/04/2012 à 8:46 :
fiscalisons les revenus du travail, les "hauts revenus" des mecs qui bossent et laissez nous tranquilles avec nos plus values de l'immobilier totalement défiscalisées .
L'année dernière on a voté la taxation des idiots qui ont fait du scellier, mais les vraies du plus values de l'immo c'est nous...
N'oubliez pas, en 2013 je reviens pour parler de la dépendance et de la semaine de solidarité avec les gars comme moi et en 2018 on votera la retraite à 80 ans pour les actifs, on est fortiches...
a écrit le 03/04/2012 à 8:05 :
ou héritier de riches vieux....donc jamais quelqu'un ne créera "un google Français" dans ce pays où on préfère la rente à l'entreprise. En privilégiant ses vieux, la France fait une croix sur toutes ces futurs entreprises qui seront les leaders économiques de demain. Donc une croix aussi sur ces revenus et ces emplois. Mais ça les vieux s'en fichent, ils ne seront plus là pour le voir, ou alors au soleil à Marrakech ou en croisière Costa....
Réponse de le 03/04/2012 à 14:54 :
tout à fait, malheureusement. D'où l'idée toute simple d'interdire tout mandat électoral au-delà de l'âge de la retraite ! Plus de sénateur au-delà de 62 ans : ça va faire un grand ménage, et hop, 80% (?) du Sénat remplacé du jour au lendemain ;-) !
Réponse de le 03/04/2012 à 15:01 :
sur senat.fr, j'ai trouvé les détails : en 2011, 69% au-delà de 61 ans, et donc au-delà de 62 ans maintenant (et 21% entre 51 et 60 ans, soit 90% au-delà de 51 ans ... !). Avec une retraite obligatoire à 62 ans, il y en aurait donc 70% à la retraite d'office, plus ceux qui du coup de ne présenteraient pas (car retraite arrivant en cours de mandat ...) : quel grand bol d'air frais et de jeunesse dans cette institution (comme dans tant d'autres : Parlement, ministères, mairies, ...) pour préparer l'avenir de la France.
Réponse de le 03/04/2012 à 15:36 :
Les vieux, ils votent Sarkozy! Conclusion : ils sont choyés, cajolés et pourris par Sarkozy. Dramatique!
a écrit le 03/04/2012 à 8:00 :
Le retour à l'Ancien Régime, youpi !
a écrit le 03/04/2012 à 7:33 :
"" L'allègement a même atteint 1,5% pour les 50.000 contribuables les plus aisés"" <-----c'est pour des niveaux aussi ridicules qui les francais s'etripent !!! vu le niveau d'imposition a la base, c'est loin d'etre enorme ( la france est vice championne du monde d'impots, non?)
a écrit le 03/04/2012 à 7:11 :
c'est l'illusatrion de la gérontacratie qui est entrain de couler toute l'Europe. Un système fait par et pour les vieux. ils ont durant 30 ans refusé la moindre réforme, n'ont jamais été aussi riche comparé aux actifs, se sont votés un régime fiscal en or, se sont attribués des retraites de folie, se sont auto accordé des préretraites de reves....Et ont financé cela avec de la dette publique....aujourd'hui, comme ils sont majoritaires sur le plan électoral, ils étranglent les jeunes, les actifs, les entreprises pour pouvoir concerver leurs privilèges....l'abbatement de 10% pour frais proffessionels sur les retraites en est l'exemple le plus flagrant.....le fait qu'on ne parle jamais de plafonner les retraites élevées en est un autre exemple...
Réponse de le 03/04/2012 à 8:38 :
Merci, c'est en effet la triste réalité ... Les jeunes ont un mal fou à trouver un job, sont payés à peine plus que le smic et doivent se loger à prix d'or, avec un coût de la vie très élevé. Et pendant ce temps là, les retraités qui ont bénéficié des 30 glorieuses, ont généralement un patrimoine conséquent (des apparts achetés des bouchées de pain il y à qques dizaines d'années) et des retraites souvent conséquentes. Ca va faire le terreau des révoltés et des extrêmes.
PS : je suis plutôt bien placé pour en parler, je deviens "vieux" et avec du patrimoine, donc ne m'accusez pas d'être un jeune aigri svp ;-).
Réponse de le 03/04/2012 à 8:42 :
Une approche intéressante : mise à la retraite automatique de tous les représentants publiques (maires, députés, sénateurs, ministres, président, ...) à l'âge de la retraite, soit 62 ans ... ! L'argument est clair : la politique est là pour décider l'avenir d'un pays : ce travail doit être laissé à ceux qui en subiront les conséquences, à savoir les "jeunes" ... A 80 ans, que décide un sénateur ? La tentation est grande de défendre ses privilèges à court terme, aux dépens de l'avenir du pays !
Réponse de le 03/04/2012 à 8:50 :
bravo !!
l UMP est le parti des vieux. ce qui öe sidere c est qu il semble que 20 % des jeunes votent pour lui ...
a écrit le 03/04/2012 à 7:01 :
Oh comme c'est bizarre, on retrouve le gros de son électorat; les papy-boomers. Bref, on a ici toute l'absurdité du modèle économique Français où les jeunes talents, les actifs, les entrepreneurs, les entreprises entretiennent tout un tas de parasites...Quel intérêt de rester dans ce pays? comment s'étonner que les start-up créatrices de vrai valeur ajoutée ne se fassent ailleurs? comment s'étonner des délocalisations? clap clap clap les boomers ! non content d'avoir laissé toutes ces dettes derrière vous, vous vous êtes votés à vous même un super régime fiscal défiant toute concurrence... sans compter des retraites dingues comparées aux revenus des actifs sans chercher comment les financer...et comment on comble le trou de nos finances publiques ? ben par plus de précarité pour les actifs et encore plus de dette publique. Elle est belle la France que vous laissez derrière vous. Mais ce ponzi intergénérationnel est entrain de prendre fin, car ceux qui créent de la vraie valeur sont entrain de la faire ailleurs ! game over ! fin de la fiesta à crédit pour laquelle l'addition est laissée aux générations suivantes. Et ne comptez pas non plus sur ces générations de plus en plus précarisées pour vous racheter vos tas de parpaings à prix d'or, elles sont à cause vous insolvables. A avoir été si égoïste et si cupide, vous avez tué la poule aux oeufs d'or.
Réponse de le 03/04/2012 à 7:15 :
Vous n'avez qu'à vous en prendre à vos parents, moi j'ai acheté pour mon fils une boutique de fringue dans une zone commerçante en plein centre ville et je lui prête un appartement que j'avais acheté dans les années 80 avec un prix divisé par 6. L'héritage est le plus beau cadeau qu'on fait à ses enfants.
Réponse de le 03/04/2012 à 7:15 :
Vous n'avez qu'à vous en prendre à vos parents, moi j'ai acheté pour mon fils une boutique de fringue dans une zone commerçante en plein centre ville et je lui prête un appartement que j'avais acheté dans les années 80 avec un prix divisé par 6. L'héritage est le plus beau cadeau qu'on fait à ses enfants.
Réponse de le 03/04/2012 à 7:26 :
Bravo, votre comportement n'est heureusement pas un cas isolé. Hélas on ne parle jamais de ce qui est bon pour aider la jeunesse: Le devoir parental.
Réponse de le 03/04/2012 à 7:51 :
tout le monde n'a pas eu les moyens d'être aussi généreux avec ses enfants, tant meiux pour les vôtres, mais cela prouve bien qu'on est dans une société qui favorise malheureusement la rente (et donc le droit de naissance) au lieu du travail (et donc du mérite)
Réponse de le 03/04/2012 à 8:36 :
Cher Zorro, Vous avez partiellement raison, Sauf pour ceux qui comme moi est obtenu à la suer de mon front ''rente et droit de naissance dans la dignité pour mes enfants grâce a mon travail et mon mérite. ... ça éxiste aussi !
Réponse de le 03/04/2012 à 8:59 :
et c'est tout à votre honneur
Réponse de le 03/04/2012 à 9:18 :
Moi j'ai eu de la chance d'avoir des parents comme BROOM, j'ai hérité de plus de 1,2 millions d'euros sans rien faire, je vis grassement sans avoir le besoin de bosser comme un malade.
a écrit le 03/04/2012 à 6:49 :
Ben oui, cette fiscalité favorise la majorité des retraités qui ont su se créer un peu de patrimoine, qu'allez vous faire avec une pension
minable de 2500 euros par mois ? Il faut bien compenser avec les revenus locatifs...
Réponse de le 03/04/2012 à 7:47 :
2500 EUR par mois une pension minable... qui est 1000 EUR au dessus du salaire médian, très pertinent comme remarque...
Réponse de le 03/04/2012 à 17:13 :
avec 2500 euros par mois ça devient quand meme dur de joindre les deux bouts.cavaliere a raison
a écrit le 03/04/2012 à 6:08 :
Ce qu'il faudrait, c'est élire Nicolas Sarkozy pour qu'on continue comme ça. Il serait dommage que des efforts soient demandés aux privilégiés pour lutter contre la crise et financer le système social. Les classes moyennes sont là pour ça.
a écrit le 03/04/2012 à 6:04 :
A Votre quel est moteur de trazvailler et de produire des richesse au dela d'un certain age , si le desir de transmettre a ses enfants pour qu'ils aient un bon souvenir de leurs parents.

sinon apres moi la fin du monde, il ne sert a rien de produire des richesses dont tous le monde beneficie.

de plus l'ISF est stupide, il est necessaire que certains gros capital accepte des revenus faible pour leur capital. sinon c'est la pression style fonds de pension qui cherchent le rendement maximum.
de plus le calcul est faux car les nouveaux taux s'appliquent des le premier euros.
a écrit le 03/04/2012 à 5:41 :
La principale inégalité sociale n'est elle pas la succession. Hériter d'un bien donne à celui qui a cette chance une vie "matérielle" d'avance sur celui qui n'a pas cette opportunité. A quel titre ?
Réponse de le 03/04/2012 à 7:48 :
Dans un registre différent interdire aux parents peu intelligent de procréer car les enfants ont un risque d?être moins intelligent que les autres. Votre jalousie et votre égalitarisme pourrait justifier des comportements totalitaires!
a écrit le 03/04/2012 à 5:32 :
il faut revoir la fiscalite successorale. pour celà d'une part diminuer l'abattement proche de 160 000 ? en ligne directe et revenir vers 80 000 ? tous les 10 ans et parallèlement supprimer l'impot sur la fortune qui au passage n'intègre pas les oeuvres d'arts et objet de collection et encore moins les valeurs mobilières de placements issus de bénéfice non distribuer et placer dans les sociétés dont sont actionnaires ces personnes. L'arrêt GANDOIS devrait donc être étendu en intégrant dans les bases ISF les placements financiers effectués sous couvert des sociétés qui ne réinvestissement pas leur liquidité soit dans l'appurement de la dette financière de la société ou dans un investissement (acquisition pour des croissances externes, développement de l'activité par l'investissement corporels...) dans les 2 ans suivants l'acquisition de valeur ou en l'absence totale de projet de développement qui ne serait pas réalisés dans les 3 à 5 ans du début de l'étude du projet
a écrit le 03/04/2012 à 4:43 :
Nicolas Sarkozy a simplement modifié un I S F unique au monde et qu'il n'a pas eu le courage de supprimer en 2007 !
a écrit le 02/04/2012 à 22:57 :
Voilà ce qui arrive quand on abuse des produits l'Oréal ! :)
a écrit le 02/04/2012 à 22:51 :
Bah quoi ? Sarko est lui meme rentier avec ses 2,7 millions .... Vous vous attendiez a quoi?
a écrit le 02/04/2012 à 20:42 :
je ne sais pas pourquoi la gauche se répand en disant que Sarkosy a diminué l' ISF . Le taux de la première tranche a baissé mais l' abattement de 800 000 euros a disparu et l'impôt au- dessus de 1300 000 est bien plus salé . La seul chose qui est remarquable c'est que le nouveau seuil de 1,3 millions dispense de l'impôt les bobos de gauche qui ont du bel immobilier comme Hollande et tant d'autres ! Sûr qu'il ne feront rien pour repayer l'impôt sur la fortune celà !!!
Réponse de le 02/04/2012 à 21:26 :
Myopie des petites fortunes ! Si l'ISF baisse (merci à Sarkozy) c'est pour les patrimoines élevés, à partir de 5, et plus encore à 10 ou 20 M€. Et pour la tranche entre 1,3 et 3 M€, un minimum de savoir-faire fiscal permet de réduire l'ISF à zéro...
a écrit le 02/04/2012 à 20:37 :
Le programme de Bayrou est le plus favorable à la majorité des français et le plus équilibré quand on compare.
a écrit le 02/04/2012 à 19:58 :
Bonjour, juste une erreur factuelle dans cet article. L'IPP n'est pas l'émanation de l'EEP mais la création conjointe de deux centres de recherche : l'école d'économie de Paris et du CREST (Centre de recherches d'économie et Statistiques). Merci.
a écrit le 02/04/2012 à 18:54 :
Si on a un capital c'est parcequ'on a travaillé et que l'on a pas tout dépensé , que l'on a fait des économies. Le revenu du travail que l'on a mis de coté pour faire ce capital a déjà subi impots et taxes.ça commence a bien fair le déchainement impots et taxes. Dépensons tout ce que l'on a et vivons aux frais de la société lorsque nous aurons plus rien. Construisons la France des assistés.
Réponse de le 02/04/2012 à 20:34 :
"Si on a un capital c'est parcequ'on a travaillé et que l'on a pas tout dépensé".
Votre affirmation est simplement inexacte. Vous oubliez le capital hérité...
Réponse de le 02/04/2012 à 22:02 :
certaines positions donnent des rémunations importantes sans travail véritable et d'autres une vie de misère et un corps usé avant la retraite, les premiers d'enrichissent longtemps les seconds meurent pauvres rapidement. Personne ne mérite son capital, il faut de la chance pour le gagner et du cynisme pour le conserver.
Réponse de le 03/04/2012 à 7:33 :
De nos jours La Fontaine ne pourrait plus écrire sa fable la cigale et la fourmi, car avec notre ISF et nos impôts, c'est la cigale qui a raison!
a écrit le 02/04/2012 à 18:50 :
"Le propriétaire-chef d'entreprise aux revenus importants - au-delà des 250.000 euros annuels - et qui n'a pas encore accumulé une fortune conséquente, voit sa facture fiscale augmenter sous le quinquennat: ses revenus sont sur-taxés, sans qu'il gagne quoi que ce soit côté ISF. "
Le jour où cette personne aura accumulé un patrimoine conséquent, il sera bien content de payer un ISF allégé. Mais oui, car , son patrimoine accumulé aura déjà subi largement l'impôt.En fait, le patrimoine provient de la partie épargnée des revenus ayant subi en totalité une forte imposition. C'est pourquoi, l'ISF est un non-sens, une absurdité sur le plan économique. Il faut mieux avoir des riches en France qui paient l'impôt afin d'éviter que la masse totale des impôts( qui , elle, ne change pas) ne pèse que sur l'ensemble des Français restés en France. Il faut mieux taxer les rev du capital et du travail au même taux que de taxer le stock de capital, déjà taxé, je viens de le démontrer. La seule taxation du patrimoine qui vaille, ce sont les droits de succession...Ils sont vraiment nuls ces économistes....
Réponse de le 02/04/2012 à 20:36 :
"En fait, le patrimoine provient de la partie épargnée des revenus ayant subi en totalité une forte imposition".
Affirmation également inexacte. Vous oubliez dans cette affirmation le capital hérité (même si vous le rappelez en fin de message).
Réponse de le 03/04/2012 à 3:06 :
Mais l'ISF, le monde entier nous l'envie (mais aucun pays ne le veut !). C'est bien toujours l'exception française : exporter les riches et importer des pauvres. Nos élus ont tout compris.
Réponse de le 03/04/2012 à 6:18 :
En France, il ne faut surtout pas tenter de s'enrichir ! La France veut une société d'assistés dépendant uniquement de l'état et donc qui votera bien !!! Surtout chassons nos riches: comme cela on pourra taxer les pauvres pour faire vivre les assistés.... A votre avis, cela durera combien de temps ?
Réponse de le 03/04/2012 à 22:30 :
@Nicognito, mon affirmation n'est pas inexacte, elle est incomplète, évidemment, un patrimoine peut provenir de l'héritage. Et c'est seulement, lors de la succession, qu'un impôt sur le stock de capital est justifié....
a écrit le 02/04/2012 à 17:52 :
Ce qu'on ne comprend pas en France et surtout à gauche c'est que la rente vient de l'épargne qui lui même vient du revenue qui lui a déjà été taxé imposé etc. Après si celà provient de l'effort de nos parents ou de nos ancètres et bien tant mieux, d'autant plus qu'au moment de l'héritage cet argent a encore été taxé! Il serait temps d'arrêter d'être omnibulé par les revenus du capital comme si il sortait d'un chapeau magique, il a bien fallut le gagné un jour ou l'autre cet argent ! Je pense surtout que cette obssession traduit cette jalousie éternelle qu'ont les français pour leur voisin qui gagne (d'une façon ou d'une autre) mieux leur vie
Réponse de le 03/04/2012 à 8:56 :
et c est comme ca qu on a une societe figee qui n invente plus rien
car soit on a herite et on n a besoin de rien faire, soit un est mal ne et de toute facon on est condamne a rester en bas

Vous voulez vraiment avoir des jean Sarkozy ou Arnaud lagardere a la tete de la france vous ??
a écrit le 02/04/2012 à 17:48 :
mais moi, ce soir, je sens que le changement arrive, trop de colère rentrée, trop d'amertume, trop de désespoir , trop de richesse face à trop de pauvreté ..... Je le sens, le vent du soir porte le changement; serrez les cordons de la bourse, les rentiers !!!!
Réponse de le 02/04/2012 à 21:55 :
"Quand les riches maigrissent, les pauvres meurent !" proverbe chinois
a écrit le 02/04/2012 à 17:27 :
Une étude de l'école d'économie de Paris, à savoir les archéo-staliniens, bien au chaud dans les plis de la rente fonctionnarisée...
Alors, soyons concrets, si mon ISF risque de baisser un peu cette année pour la première fois (si Hollande ne remet pas cela en cause), le prélèvement sur les revenus de mon capital est passé en 3 ans de 25 à 39.5%!!!
Tu parles d'une "forte baisse des prélèvements pour les plus riches"...
Sans rentrer dans les détails pour expliquer que l'ISF à 1 ou 2% lorsque les taux sans risque sont à 0.3%, ça s'appelle de la spoliation, et qu'il était logique de le baisser, voire même de le supprimer.
Faut vraiment être fonctionnaire de luxe à l'Ecole de déconomie de Paris pour raconter des blagues pareilles.
a écrit le 02/04/2012 à 17:25 :
Ahhhh, la fameuse Ecole d'Economie de Paris (PSE, Paris School of Economic, pour les intimes boboïdes) où sévit l'ineffable Piketty, petit prince frappeur de l'anti-capitalisme obstiné. On n'attendait pas moins de cette annexe marxiste subventionnée de la petite URSS française qu'elle nous ponde une nouvelle étude à charge sur ses boucs émissaires préférés, ces maudits "riches" ou "héritiers" qui devront "rendre gorge", un jour ou l'autre ! Encore une étude étayée par des statistiques trafiquées ? A quand une étude sur le patrimoine et les revenus de vos "patrons" Le Pen, Sarkozy, Hollande ou Mélenchon, membres à peine honteux du 1% des français les plus riches ?
Réponse de le 03/04/2012 à 5:21 :
La France est un paradis pour les riches et un enfer pour ceux qui veulent le devenir : étonnez-vous que les forces vives soient découragées de bosser.
Réponse de le 03/04/2012 à 16:29 :
comme je vous comprends ! beaucoup se plaignent dans cette rubrique et ont déjà "bien profité " sûr les vieux sont gagnants quand ils ont pu acquérir des biens surtout les plus de 70 ans avec une inflation à 2 chiffres ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :