La Tribune

Les réactions aux résultats du premier tour

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  2450  mots
Les ténors politiques ont rapidement réagi aux premiers scores du premier tour des élections présidentielles.

Réactions à droite

François Bayrou « prendra ses responsabilités pour le second tour » après avoir « écouté les deux finalistes ».

Nathalie Kosciusko-Morizet file la métaphore marine. La porte-parole de la campagne du président-candidat a estimé que Nicolas Sarkozy se trouvait aux commandes d'un bateau "arrimé à ses valeurs" qui permet aux Français de savoir "où ils sont", tandis que le "radeau" de François Hollande vogue "au vent de l'assistanat".

Bruno Le Maire, ministre UMP de l'Agriculture et de l'Alimentation, s'est dit convaincu que Nicolas Sarkozy l'emporterait le 6 mai, en allant "chercher chaque voix" mais sans "entrer dans des négociations partisanes" qu'il laisse à la gauche.

« Très régulièrement le candidat en tête ne gagne pas", a avancé Brice Hortefeux. L'ancien ministre UMP Brice Hortefeux, proche de Nicolas Sarkozy qui s'exprimait dimanche soir sur RTL est persuédé qu'est venu maintenant « le temps de vérité ». « Ce n'est pas une seconde mi-temps, c'est un nouveau match", a-t-il estimé.

"Cinq sur Cinq", le message est reçu, "c'est un message qui est celui d'un vote de crise" a assuré Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, sur TF1, avant d'assurer vouloir "continuer le combat dans des conditions qui vont être différentes".

"Rien n'est joué. C'est, je crois, un très bon résultat pour Nicolas Sarkozy d'avoir résisté à ce point, alors que dans beaucoup d'autre pays européens, on a vu des gouvernements ou des pouvoirs en place déstabilisés".", a assuré le ministre des affaires étrangères, Alain Juppé, en saluant la bonne résistance de Nicolas Sarkozy.

"C'est un résultat décevant. François Bayrou a dit des choses justes sur la situation du pays, il est l'un des seuls à avoir tracé des perspectives et dit la verité aux Français donc oui, je suis déçue", a déclaré, déçue, Marielle de Sarnez, numéro 2 du Modem, sur le plateau de TF1, après avoir estimé que "cette campagne a été consternante".

Philippe Douste-Blazy, soutien de François Bayrou, estime qu'il ne donnera « probablement pas » de consigne de vote, avant le débat prévu entre Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Rachida Dati, maire UMP du VIIe arrondissement de Paris, a estimé que les électeurs avaient "déjoué tous les pronostics des sondeurs, mais aussi des médias", en accordant près de 20% des voix, selon les estimations, au Front national.

Réactions à l'extrême droite

« Sarkozy a perdu », a anticipé Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du Front National et père de la candidate du FN. Celle-ci a déclaré que son bon score au premier tour de la présidentielle n'était "qu'un début" et a appelé ses partisans à continuer le combat. "Ce n'est qu'un début, continuons le combat", a déclaré la candidate FN, estimant que les Français s'étaient "invités à la table des élites".

Gilbert Collard, président du comité de soutien de Marine Le Pen, a indiqué que la présidente du FN annoncerait, le 1er mai, "la position du FN" pour le second tour.

Pour Florian Philippot (FN), Marine Le Pen "devient la chef de l'opposition".

Réactions à gauche

Le candidat socialiste François Hollande s'est dit "confiant", et a ajouté que "ce qu'il faut, c'est que les Français aient confiance", peu avant d'intervenir à la tribune à Tulle, en Corrèze. Pour lui, le discours de Sarkozy "a fait le jeu de l'extrême droite".

Le président PS de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Michel Vauzelle, a estimé que le succès de François Hollande au premier tour de l'élection présidentielle était celui de "toute la gauche".
"Je suis très heureux pour la France du formidable succès remporté par François Hollande. C'est aussi le succès de toute la gauche. Ainsi, un immense espoir est offert à notre peuple si nous savons nous rassembler", a déclaré l'ancien garde des Sceaux dans un communiqué. "Nous avons maintenant le devoir de nous mobiliser autour des valeurs républicaines pour restaurer une politique de justice sociale et de fraternité. Ce sera le 6 mai une victoire historique. Les Français ont condamné le bilan désastreux du président sortant: privilégier les plus riches; monter les citoyens les uns contre les autres, mépriser le peuple; détruire les services publics: sécurité, santé, éducation; dégrader l'image de la France", a-t-il ajouté.

L'ex-Premier ministre socialiste Lionel Jospin s'est montré optimiste pour une victoire de François Hollande le 6 mai, affirmant qu'il "y a des réserves à gauche, il n'y en a pas à droite".
"La position de (Jean-Luc) Mélenchon a été claire", a-t-il expliqué, "il y a des réserves à gauche, il n'y en a pas à droite. Donc rien n'est fait bien sûr, parce qu'il reste quinze jours de campagne, mais je pense que les éléments sont favorables, que François Hollande va continuer sur sa lancée et j'espère que la soirée du 6 mai sera plus belle encore".Interrogé parmi la foule réunie au siège du PS, rue de Solférino à Paris, M. Jospin, très souriant, s'est réjoui de l'avance du candidat socialiste dimanche: "Les Français ont placé François Hollande en tête, ce qui est très significatif, ils ont confirmé l'isolement de Nicolas Sarkozy après cinq ans de présidence". "Il y a une aspiration au changement qui existe de façons différentes par toute une série de signes et de résultats dans cette campagne", a-t-il ajouté.

Philippe Poutou (NPA) a appellé pour sa part à "dégager Sarkozy le 6 mai". Pierre-François Grond, ancien bras droit d'Olivier Besancenot et membre du courant "unitaire" du NPA,  a jugé que le résultat de Philippe Poutou était un "score d'échec"."C'est un score d'échec, malheureusement, un score qui est très faible, comme on l'avait un peu prévu", a-t-il déclaré à l'AFP alors que M. Poutou semble avoir réuni autour de 1,2% des suffrages selon les dernières estimations."On a une extrême droite très forte, une dynamique du côté de Jean-Luc Mélenchon, avec un score très honorable, et on a un NPA qui n'est pas dans sa promesse de fondation il y a trois ans et qui fait un score qui est à l'image de sa campagne politique: faible", a-t-il ajouté.
Malgré "le petit sursaut de sa fin de campagne, le NPA n'a que très peu pesé et va peu peser entre le premier et le deuxième tour, c'est un constat un peu désolant", a déploré M. Grond.
"En choisissant la voie de la solitude et de l'isolement, on va vers l'échec", a-t-il dit, expliquant que son courant, la Gauche anticapitaliste, se réunirait le 12 et 13 mai "pour analyser la nouvelle situation".
Sur l'après-présidentielle, M. Grond a dit que deux options étaient possibles: "Soit a lieu le redressement (de la direction) du NPA, soit les deux orientations qui cohabitent à l'intérieur du NPA vont avoir du mal à coexister si on continue dans la marginalité et l'isolement".

Jérôme Cahuzac, conseiller de François Hollande pour le budget et la fiscalité, a estimé dimanche que le candidat socialiste allait devoir désormais "très largement rassembler derrière son projet" s'il veut l'emporter au second tour de la présidentielle face à Nicolas Sarkozy. "Le premier tour de l'élection présidentielle révèle toujours un élément surprenant: pour la première fois de l'histoire de la Ve république, le candidat sortant est derrière l'un de ses concurrents", a déclaré le président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale à un correspondant de l'AFP.
"François Hollande, durant les quinze jours qui arrivent, devra très largement rassembler derrière son projet", a-t-il ajouté.
Interrogé cependant sur une éventuelle inflexion du discours de M. Hollande en vue de séduire l'électorat du candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, crédité d'environ 11%, M. Cahuzac a répondu qu'il "n'est pas dans la tradition de la Ve République de négocier entre les deux tours. Il n'y aura donc aucune négociation avec qui que ce soit"."L'écart entre le candidat sortant (Nicolas Sarkozy) et François Hollande est très significatif. D'autant plus que tout convergeait pour que Sarkozy soit en tête au premier tour", a-t-il estimé. Questionné sur le score de Marine Le Pen (entre 18 et 20%), il a estimé qu'il n'était "malheureusement pas une surprise. Nicolas Sarkozy a beaucoup promis, notamment en matière de sécurité mais a très peu tenu. Sa prétention à être le candidat du peuple n'a pas convaincu les Français", a-t-il affirmé.

Le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb, a estimé dimanche que le score élevé du Front national était "la mauvaise surprise" du premier tour de la présidentielle.
"Je ne m'attendais pas à ce que le score du Front national soit si élevé, c'est la mauvaise surprise du premier tour", a déclaré M. Collomb dans la cour du siège du PS rue de Solférino.
"C'est le signe d'une désespérance dans les couches populaires, le PS devra répondre à cette désespérance", a-t-il dit.
"Il va falloir rassembler, il faut que François Hollande continue dans la même direction, qu'il ne change rien dans son cap", a-t-il ajouté.

Cécile Duflot, secrétaire nationale de Europe Ecologie-Les Verts, a appelé "à serrer les rangs autour de François Hollande". "Il faut serrer les rangs autour de François Hollande et se dire que chaque voix compte, et chaque voix des écologistes comptera pour le 6 mai et pour faire vivre un autre projet politique", a-t-elle déclaré sur le plateau de TF1. Eva Joly, candidate EELV, créditée d'environ 2% des voix, avait peu auparavant appelé ses partisans à se rassembler autour du candidat socialiste pour le second tour de l'élection présidentielle le 6 mai. "Il y a un peu de regret et un peu de déception", a reconnu Cécile Duflot, "mais surtout la volonté de se projeter dans l'avenir. Notre coalition aura de l'énergie, de l'enthousiasme", a-t-elle ajouté.

Pour Manuel Valls, le score de Hollande est un "désaveu massif" pour Sarkozy

Les députés européens EELV Daniel Cohn-Bendit et José Bové ont appelé, de leur côté,  à voter pour François Hollande au 2e tour de la présidentielle, dans un "Appel des écologistes à voter François Hollande". "François Hollande s'est engagé à réduire d'un tiers la part du nucléaire dans la production de l'énergie électrique (...) à organiser un grand débat sur l'avenir énergétique de la France", est-il indiqué dans cet appel, auquel se sont jointes d'autres personnalités comme Corinne Lepage. "Nous avons donc décidé de voter pour lui", ajoutent les signataires.

La Première secrétaire du PS Martine Aubry a estimé  sur TF1, que les Français avaient infligé "un terrible désaveu" au président Nicolas Sarkozy.
Elle a souhaité "féliciter les Français pour leur mobilisation", estimant que leur vote exprimait "une confiance en François Hollande" et infligeait un "terrible désaveu" à Nicolas Sarkozy.

Pour Eva Joly, « Ceux qui se sont laissés abuser par le FN "se trompent de colère ». Elle appelle à se rassembler autour de François Hollande.

La députée de Seine-Saint-Denis Marie-George Buffet a appelé  "les hommes et femmes de gauche" à se mobiliser autour du candidat socialiste François Hollande. Elle s'est par ailleurs félicitée de la mobilisation citoyenne et a estimé que le score du candidat du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon était un "bon score" même si "on espérait un peu plus".

Le président du groupe PS à l'Assemblée nationale Jean-Marc Ayrault a déclaré à l'AFP que les "Français avaient sanctionné une politique désastreuse et injuste avec une grande sévérité".
"Mais il ne se sont pas contentés de sanctionner, ils ont aussi mis François Hollande à un très haut niveau, dès le premier tour, en tête du scrutin, ils ont voté en faveur de celui qui leur a proposé l'alliance de l'espoir et de la raison", a-t-il ajouté. "Les Français ont pris avec un très grand sérieux cette élection, avec gravité" a-t-il poursuivi.
"Il nous appartient maintenant de réussir le rassemblement de toutes les forces de la société, des citoyens et des citoyennes, pour le redressement du pays dans la justice et la réorientation de l'Europe, pour tourner la page des programmes d'austérité qui conduisent à l'échec, au chômage et à l'injustice", a-t-il dit. "Les Français attendent aussi qu'on crée toutes les conditions politiques pour que la République retrouve l'exemplarité", a-t-il lancé Interrogé sur le score du Front national, il a jugé que "c'est le symptôme d'une colère et le résultat d'une politique"

Pierre Laurent (PCF)  a appelé "sans ambiguïté" à voter Hollande au 2e tour

Le discours de Jean-Luc Mélenchon a, par ailleurs, été sans ambiguité :  "Le 6 mai, sans rien demander en échange, pour battre Sarkozy, je vous demande de ne pas traîner les pieds, comme s'il s'agissait de me faire gagner moi-même l'élection présidentielle", a lancé à ses partisans à Paris Jean-Luc Mélenchon, qui a recueilli de 10,8 à 11,7% des suffrages, selon les estimations.
"Il faut briser l'axe Sarkozy-Merkel en France", a-t-il ajouté. Selon des estimations sur bulletins de vote publiées par les chaînes de télévision, François Hollande a obtenu entre 28,4% et 29,3% des voix devant Nicolas Sarkozy (25,5% à 27%). La candidate de l'extrême droite Marine Le Pen se classe troisième, avec de 18,2% à 20%, soit le meilleur score jamais réalisé par ce courant politique.
La candidate écologiste Eva Joly (2 à 2,2%) a aussi appelé dès dimanche soir à voter pour François Hollande le 6 mai. "Notre peuple paraît bien déterminé à tourner la page des années Sarkozy", a estimé M. Mélenchon, analysant les résultats du premier tour. "Nous avons eu raison de concentrer notre campagne sur l'analyse et la critique radicale des propositions de l'extrême droite. Si nous ne l'avions pas fait, peut-être le résultat ce soir serait encore plus alarmant", a-t-il souligné. "Nous aurons été la force politique nouvelle, la seule qui ait percé et qui soit née dans cette élection. C'est nous dès lors qui avons les clés du résultat. Je vous appelle à assumer pleinement cette responsabilité".

 

 

 

Réagir

Commentaires

mindelo  a écrit le 24/04/2012 à 10:29 :

Franchement avec un candidat président aussi détesté , comment le flan a-t-il fait pour obtenir un résultat aussi médiocre !!!? ça prouve une chose , ce futur président sera élu non pas pour ses qualités ou son programme ,mais simplement par le rejet du président sortant , avec ça on va aller loin !!! de plus ce rejet s'attache plus à sa personnalité qu'à sa politique largement commentée par les médias qui voulaient sa peau depuis 4 années , c'est fait !!! belle victoire !!

mimosa  a répondu le 25/04/2012 à 23:51:

e problème c'est que beaucoup ne supportent plus le candidat sortant à cause de son arrogance, sa démagogie, sa malhonnêté , son bling bling, son langage parfois vulgaire , il vit dans un autre monde loin des préoccupations des plus humbles qu'il dénigre parfois, c'est un "casseur, pas un rassembleur, tout ça pour satisfaire ses ambitions personnelles, il a même doublé le salaire que vous lui payez ...

pathinder  a écrit le 24/04/2012 à 1:21 :

@ koki pas DE GAULLES mais NAPOLEON 1er

cnono  a écrit le 23/04/2012 à 20:36 :

Lorsque je vois les débats ...des guignols ... à se battre comme des chiffonniers quel image !!!..... et pourquoi ces scores de Menenchon et Marine Le Pen ....pourquoi les célibataires sont absents des debats tels des galeux...pourqoui on laisse les gens séparés s'endetter pour leurs enfants qu'ils n'ont pourtant pas a charge alors qu'ils sont avec eux 1/3 du temps et doivent faire non pour un mais pour 2 ou 3 ou 4 ou plus .... pourquoi tous ces délaissés...et on s'etonne ensuite des votes sanctions !!! qu'isl regardent la verité en face !

galdabruk  a écrit le 23/04/2012 à 18:41 :

Pour moi , si il est pensable que nous vivons une fin de civilisation, dans ce cas il s'agit aussi de la fin d'un système : L' élection au suffrage universel .
Les électeurs participent-ils à la vie de leur ville ? connaissent-ils leurs voisins ? A mon point de vue , pour se réapproprier la vie civile, il faudrait que le président soit élu, par des hommes qui aient une vie : "sociale et solidaire" . Ce mode d'élection est lié à l' économie de marché . En conclusion je poserais la question à la France vieillissante : Dans 5 ans faudra-t-il que des alzheimers élisent un ermite errant ?

eh oui  a répondu le 23/04/2012 à 21:30:

humour, humour quand tu nous tiens

à tchaoum  a écrit le 23/04/2012 à 12:27 :

On va le faire, on va le faire, mais faut pas compter sur Hollande qui s'aime trop en costume de président pour nous sortir de ce calamiteux régime présidentiel, perverti un peu plus par tous ceux qui l'ont successivement incarné ; il est déjà subjugué par la projection de son image dans l'histoire, comme le Mitterrand dont il se réclame. Urgence de 6° république !

test  a écrit le 23/04/2012 à 12:13 :

test

bote  a écrit le 23/04/2012 à 11:12 :

la france forte mon oeil plutot la france des gogos

gerett  a écrit le 23/04/2012 à 10:55 :

Bonsoir, après ce premier tour, ce qu'il faut en ressortir, c'est que les français ne sont pas près pour une autre politique.
Cela fait maintenant plusieurs mandats, que les présidents se tirent dessus tel un "combat de chef", avec pour directive, tous les coups bas sont permis.
Après ces 5 années, et les 20 dernières aussi, il aurait fallu que les français votent massivement (le % est un peu mieux cette année) pour une autre politique, autre que gauche / droite.
Les français n'ont pas confiance dans le président actuel, mais n'ont pas non plus confiance dans la gauche actuelle, Le représentant, F. Hollande, je n'ai rien contre lui, mais n'est pas représentatif du PS.
Donc, le résultat de ce soir montre simplement, que les français ne sont pas content de la politique actuelle, mais ils en redemandent.
Un jour sans doute, il faudra que l'on sorte du pays des "bisounours", et avancer vers une nouvelle politique.
Je dirais qu'il ne faut pas juger un "parti" (s'il en reste encore), mais sur les idées que présente la personne. Il y avait beaucoup de bonnes idées avancées lors de la campagne, le seul problème, elles sont réparties sur tous les candidats. C'est cela qu'il faut changer.
La France ne demande pas la droite ou la gauche au pouvoir, mais quelqu'un de juste pour tout le monde, et surtout pour la France.
Peut-être que finalement, quelqu'un qui ne connait rien ou pas grand chose à la politique, serai le mieux...

bote  a écrit le 23/04/2012 à 10:44 :

hortefeux tais toi

julbut  a écrit le 23/04/2012 à 10:33 :

é voici le bébéte show, pour les aris les socialos, les rpr et les cocos, ce sont tous des rigolos!

Zalk  a répondu le 23/04/2012 à 13:32:

Excellent !! J'avoue que j'ai mal quand j'assiste aux batailles de bac à sable que nous ont offertes les personnages politiques au cours des soirées électorales...

MIMOSA  a répondu le 25/04/2012 à 23:58:

Sutrtout avec des animatrices nulles telle laurence ferrari incapable de mener un débat en soirée électorale : Copé coupait sans cesse la parole ! alors qu'il était très bon orateur autrefois il perd les pédales à son tour...nous avons zappé !

koki  a écrit le 23/04/2012 à 10:31 :

i sont contents les socialos i vont revnir

koki  a écrit le 23/04/2012 à 10:29 :

vive de gaulle!

le juste  a écrit le 23/04/2012 à 8:53 :

un mot pour dire de cette élection qui m'interroge et que personne ne s'inquiète le fort score du Fn et celà me donne envie de dire que la france a peur.........

mimosa  a répondu le 25/04/2012 à 23:56:

le monde est incertain je vous l'accorde ! quel avenir pour les jeunes ? LE VOTE POPULISTE AUGMENTERA SI LES POLITIQUES NE TROUVENT PAS UN AUTRE SYSTEME...

Aksoss  a écrit le 23/04/2012 à 8:46 :

Pas facile le second tour, sans opinion politique et me fiant qu?à la personne, j?ai juste une grosse inquiétude concernant François Hollande, ne sera t il pas une marionnette du PS avec un Dominique Strauss-kahn lavé de toutes les affaires tirant les ficelles.je pense que je voterai plus sur !

may lang chong  a écrit le 23/04/2012 à 6:58 :

ouf:j'ai eu tellement peur que l'ump ou le ps ne soient pas présents au deuxième tour!

mimosa  a répondu le 25/04/2012 à 23:53:

le vote populiste risque d'augmenter dans l'avenir car l'europe oublie ses peuples !
pour l'instant le problème c'est que beaucoup ne supportent plus le candidat sortant à cause de son arrogance, sa démagogie, sa malhonnêté , son bling bling, son langage parfois vulgaire , il vit dans un autre monde loin des préoccupations des plus humbles qu'il dénigre parfois, c'est un "casseur, pas un rassembleur, tout ça pour satisfaire ses ambitions personnelles, il a même doublé le salaire que vous lui payez ...

Mathias G  a écrit le 22/04/2012 à 20:49 :

Pour info, le MoDem n'est pas à droite, mais au CENTRE

Julien  a écrit le 22/04/2012 à 20:48 :

On nous permet de réagir au premier tour.
NS est sanctionné sur ses résultats. MLP progresse à tel point qu'il faut une alliance des droites au second tour, ou l'échec. Combien de temps cette traversée du désert durera-t-elle?

lucifer  a répondu le 22/04/2012 à 22:14:

A julieu - Nous n'avez pas conscience de la crise économique et financière internationale que nous traversons. Malgré cette crise, Sarko a tenu notre pays à flot. Regardez les dégâts de la crise autour de vous. Je ne parlerai pas de des pays du sud mais j'évoquerai les cas du Danemark, actuellement en récession. Grâce à Sarko, ce n'est pas le cas de la France. Autre pays actuellement en difficulté : les Pays-bas.

kdlfp  a répondu le 22/04/2012 à 23:21:

Bien sûr " grâce a sarkozy ".
Je dirais plutôt à cause de lui, 10 % de chômage ( soit le double sur ce quoi il s'est engagé en 2007 ), 500M d'euros de dette en plus...

Avez vous déjà un un psd de la république :
- Venir a un grand rassemblement international bourré
- Insulter des citoyens francais
- s'augmenter de 170 %

Et j'en passe.

Un président doit montrer l'exemple, c'est le Béaba...

SARKO ==> DEHORS

Zaku  a répondu le 23/04/2012 à 1:50:

Un esprit si restreint et une telle ignorance, c'est grave! Je suis loin de considérer Sarko comme mon meilleur ami, mais quand je vois les arguments bas de gamme qu'ont les anti-Sarko, c'est effrayant! Pas mal de soucis qui ont été révélés durant la crise en France ont des racines bien plus anciennes! Alors en considérant les cartes qu'il avait en mains, je trouve que Sarko a pas fait du si mauvais boulot que ça. Après si on est restreint cérébralement et qu'on prend juste des chiffres sans rien resituer et sans essayer de comprendre, c'est un autre combat.

mindelo  a répondu le 24/04/2012 à 10:39:

tout ceci est fort juste , mais peu de personnes partagent ce raisonnement !!!
Sarko serait le moins pire , mais il faudra ce contenter du pire , les Français vont s'en apercevoir assez vite et à nouveau les rues seront pleines de gens incompris !!

TSINGTAO  a écrit le 22/04/2012 à 20:46 :

AU 2 éme tour je pars a la peche
Je ne voteraii pâs pour un gars qui fait rentrer des centaines de milliers d immigrés et de clandestins chaque jour sur MON territoire

Hollande  a répondu le 22/04/2012 à 21:46:

T'as pas de jardin ?

lucifer  a répondu le 22/04/2012 à 22:18:

A hollande - Contrairement à vous, on me dit qu'il a même de la cervelle.

bote  a répondu le 23/04/2012 à 8:02:

le pen il a raison pour sarko c est cui

Hollande  a répondu le 23/04/2012 à 8:29:

@lucifer : Il y a des gens qui ont la susceptibilité de l?huître, on ne peut y toucher sans qu?ils se contracte