La Tribune

Bayrou récuse Sarkozy, mais ne peut se prononcer pour Hollande

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Ivan Best avec AFP  |   -  698  mots
François Bayrou se prononce clairement contre Nicolas Sarkozy. Mais appellera-t-il à voter François Hollande? Ce ne sera probablement pas le cas. Car il s'aliènerait alors les centristes de l'UMP, alors qu'il espère à l'avenir jouer un rôle majeur dans le recomposition de la droite

Ne pas insulter à l'avenir. Après ses déclarations, qui laissent clairement comprendre que François Bayrou n'appellera pas à voter Nicolas Sarkozy, on pourrait penser que François Bayrou penchera pour François Hollande. Ce dernier fait semblant de le penser, mais ce ne sera probablement pas le cas : pencher ainsi à gauche, ce serait renoncer pour l'ancien de ministre de l'Education à jouer tout rôle majeur dans les années à venir.
« Aborder la question de l'immigration en validant la thèse du Front national et en prétendant que les déséquilibres des comptes sociaux étaient dus aux immigrés, c'est un reniement d'un demi-siècle de politique sociale en France » a déclaré François Bayrou. « C'est un reniement du gaullisme aussi bien que des démocrates-chrétiens et humanistes. Cette course ventre à terre derrière les thèses du Front national est humiliante. Elle est de surcroît vouée à l'échec parce que la France est un pays construit autour de principes qui ne se laisseront pas entacher », a-t-il martelé. Quant aux « propos de Nicolas Sarkozy tendant à confondre les électeurs qui ont voté pour moi et ceux de Marine le Pen, ils sont absurdes et offensants" tranche le député du Béarn.

Hollande souligne les points d'accord avec Bayrou
Difficile d'appeler à voter pour le président sortant après de tels propos. Mais pour Hollande ? "Je pense qu'il (François Bayrou ) a compris que l'attitude de Nicolas Sarkozy depuis le premier tour de l'élection présidentielle est une fuite en avant, une vraie fuite en avant, c'est-à-dire une espèce de course derrière les thèses et les mots du Front national", a déclaré le leader socialiste sur France Info.
François Hollande a par ailleurs souligné avoir plusieurs points d'accord avec des "éléments" de la lettre que François Bayrou lui a adressée : "d'abord il y a le modèle social". François Bayrou "rappelle, et il a raison, le programme du Conseil national de la résistance" qui a posé "les principes d'une protection sociale, l'accès pour tous à la santé, le droit à la retraite".
Ensuite "l'objectif de faire une réforme de l'Education, de faire en sorte que nous puissions y mettre davantage de moyens", même si François Bayrou veut aussi "de la rigueur budgétaire". "Enfin, il y a un dernier point sur lequel, moi, je serai très ferme qui est la moralisation de la vie politique", a affirmé le député de Corrèze, précisant qu'il n'excluait pas un recours au référendum, faute de majorité au Parlement, pour faire adopter une loi dans ce domaine, comme le préconise le président du MoDem.
Pour l'eurodéputé socilaiste Harlem Désir, François Baryou va pencher pour Hollande. "La cohérence pousse déjà beaucoup de personnalités du MoDem à faire le choix de François Hollande, non seulement pour sanctionner Nicolas Sarkozy, mais aussi pour appuyer la mise en oeuvre de nos engagements" dit-il.

Ne pas s'aliéner le centre droit
Le hic, c'est que le député des Pyrénées atlantiques n'a pas vraiment intérêt à appeler à voter pour François Hollande. Notamment parce qu'il s'attend à une recomposition à droite, dans laquelle il pourrait jouer un rôle non négligeable : si l'UMP éclate, ce qui est un scénario possible compte tenu de la montée en puissance du Front national, qui veut désormais jouer un rôle majeur dans la structuration de la droite, un nouveau parti de centre droit, renforcé par tous les centristes quittant l'UMP, verra nécessairement le jour. François Bayrou pourrait en prendre à la tête. Mais pas après voir appelé à voter François Hollande, auquel cas il s'aliénerait tous ses ex UMP. François Bayrou pourrait adopter, la semaine prochaine, une position ambiguë, récusant Nicolas Sarkozy, sans appeler à voter François Hollande. Un appel à l'abstention ? Une position bien sûre intenable. Ses supporters comptent sur lui pour trouver une position apparemment tenable. Pas facile car, rappelons qu'il avait dit en son temps qu'il exprimerait clairement son choix entre les deux tours.
 

Réagir

Commentaires

missile177  a écrit le 27/04/2012 à 13:57 :

HAAAAAAAAA MAIS LUI C'est girouette cacaouette je me tourne à la bonne volonté et direction du vent ! Une fois d'un côté, une fois de l'autre !!!

mimosa  a écrit le 27/04/2012 à 13:19 :

le candidat "mou" c'est donc lui ! ses "bonnes idées" n'ont pas su convaincre !fo dans la vie savoir "se prononcer" pour celui que l'on croit le "moins pire" quand on se dit au centre ! moi ou le néant c'est fini ...

Les VRAIS MOUS  a répondu le 27/04/2012 à 14:24:

Les "mous d'appellation contrôlée", ce sont les Parlementaires UMP, dociles, obéissants, soumis, sans idée et qui se sont laisser malmenés par la caste des dirigeants de ce parti qui joue contre la France depuis 15 ans. Le sort de ces "mous d'appellation contrôlée" seront écartées durant les législatives, même s'ils se déguisent avec un foulard pour ne pas être reconnus.

JUSTE  a écrit le 27/04/2012 à 12:21 :

Les électeurs de droite ne peuvent plus suivre Sarkozy et ses piètres conseillers. S'agissant des gouvernements Fillon, il ont beaucoup déçu, leurs seules actions se sont circonscrites à mensonges, des prestations de comédiens à la télévision et sur les radios, des brailleries à l'assemblée nationale devant un tapis de Parlementaires béni oui oui moutons de panurges bientôt croqués par les loups qui gouvernent l'UMP. Basta cosi, la coupe est pleine pour Bayrou, IL A RAISON, mais d'autres électeurs de droite n'en veulent plus du tout de la chianlie UMPistes.

burnouf  a écrit le 27/04/2012 à 12:04 :

Non mais! Récuser N Sarkozy et vouloir jouer un role majeur dans la reconstruction de la droite.Voilà qui explique pourquoi ce monsieur a perdu la moitié d'électeurs en 5 ans.Il est complètement illisible.
C'est dommage.Le fond de son programme était plutot pas mal et surtout réaliste.

Lola  a écrit le 27/04/2012 à 11:01 :

MDR Bayrou, il est toujours aussi clair dans ses choix ! A un moment ou a un autre, il faut savoir choisir son camp, sauf si on veut rester l'éternel electron libre qui n'interesse personne. Pas étonnant qu'il ait fait le score qu'il a fait ...

Cyril  a écrit le 26/04/2012 à 22:40 :

Je suis choqué par les résultats de l'élection présidentielle (1er tour).

Pas tant par les 9% de Bayrou. Que 3 millions de Français se soient reconnus dans un discours si difficile à tenir face aux mensonges et au déni de réalité de tous les autres candidats, ce n'est finalement pas si mal.

Ce qui me choque, c'est que16% des Français inscrits sur les listes électorales ont voté pour Marine Le Pen et son discours qui n'est ni moins haineux ni plus réaliste que celui de son père. Je suis attristé par le fait que 10% de Français supplémentaires ont voté pour Mélenchon et l'extrême gauche soit plus que pour Bayrou

Je n'en veux aucun cas à mes compatrites de pas de vouloir renverser la table et de "faire péter" le système...même s'ils auraient pu voter plus efficacement en choisissant Bayrou pour cela. La crise les frappent et les désespèrent. Beaucoup de Français sont touchés. Dans mon cas, c'est un impact limité mais réel : gel des salaires depuis 4 ans ! Mais que reste-t-il d'autre à l'ouvrier d'un bassin sinistré de province à part le vote FN ou d'extrême gauche pour exprimer ce désespoir, sa colère et dire aux principaux candidats qu'ilne croit plus dans leur mensonges ? Oui, certains comportements de toutes petites minorités fanatiques très visibles et très minoritaires nous ulcèrent tous légitimement, mais cessons de rechercher des boucs émissaires de pacotille. Les vrais responsables du laxisme en matière de sécurité et d'intégration sont au pouvoir depuis 30 ans ! L'immigration est un chiffon rouge. Elle est faible en France. Les chiffres et l'artcile de La Croix di-dessous le montrent tous Il en faudrait même un peu plus pour l'équilibre de nos comptes sociaux et accentuer notre si précieuse vitalité démographique . Mais nous n'en avons pas les moyens. Car l'intégration républicaine a montré ses limites. Une grande majorité de Français dont les parents sont venus du Maghreb s'intègre parfaitement bien. Dans mon secteur, l'informatique, ils sont nombreux à tous les échelons de responsabilités dans les entreprises.mais. Mais en pleine crise, c'est très difficile d'aller plus loin. L'économie n'apporte plus suffisamment de travail aux jeunes des quartiers et l'école n'y peut rien et de la même manière que je n'étais pas favorable à l'élargissement de l'Europe sans approfondissement de l'intégration européenne, je ne suis pas favorable à davantage d'immigration si nous ne sommes pas capables de la transformer en force et en chance pour la France.

Non, il y a beaucoup plus grave que le vote FN à à mes yeux : le Président de la République en personne sert ce discours d'extrême droite depuis 5 ans par ses actes comme par les thèses qu'il a mises en avant et crédibilisées dans les médias. Et ce, juste pour se maintenir au pouvoir ! Il a de la même façon abîmé le costume de Président de la République par ses prises de position dressant des catégories de Français les uns contre les autres (syndicats, fonctionnaires, juges, chétiens, musulmans, athées, enfants d'immigrés...), par son népotisme (soutien de son fils pour prendre la tête de l'EPAD), par son mépris de ses partenaires européens (refus de respecter la parole de la France sur la baisse des déficits dès son arrivée, création d'une Union pour la Méditerranée très vite mort née dans le dos de l'Allemagne), ses attaques contre la Commission européenne, Schengen, ses reniements sur les principes du Grenelle de l'Environnement (taxe Carbonne.) etc.

La fonction présidentielle et l'image de la France a l'étranger ont baissé à l'instar de sa cote auprès des agences de notation. Le Président de la République n'a pas protégé les Français pendant la crise. Il a bien relayé Gordon Brown à un moment donné puis a du céder à l'Allemagne pour la rassurer au point d'inquiéter les marchés financiers qui se disent que l'austérité va tuer la croissance et le remboursement de la dette. C'est le bouclier social du modèle social français tant villipendé par Sarkozy pendant sa campagne de 2007 qui a amorti l'impact de la crise là où son bouclier fiscal si coûteux pour nos finances publiques et si méprisant pour les efforts des Français moyens et pauvres a dû être abandonné parce qu'il choquait tout le mondey compris les électeurs des députés UMP mais surtout parce qu'il endettait encore plus les générations futures tout comme les premières mesures prises par Sarkozy à son arrivée (loi Tepa etc.) Pendant ce quinquennat, le futur (développement durable, fardeau de la dette, cohésion nationale entre les Fraçais quelles que soient leurs origines) a été sans cesse sacrifié sur l'autel de la sacro-sainte "Comm"à court teme au service de la réélection du Président sortant. Ce personnage, après avoir donné le sentiment de s'être présidentialisé retombe dans ses pires travers et m'inquiète beaucoup par son absence totale d'une vision d'ensemble, cohérente ambitieuse et réaliste pour la France, sa puérilité, son manque de crédibilité à l'international et surtout son discours qui va finir par faire exploser l'UMP et la donner en pâture au FN.

Personnellement, j'aurais pu voter blanc au 2ème tour. Mais devant la campagne honteuse de Sarkozy qu'il accentue encore au 2ème tour, je me sens capable de voter Hollande. Surtout si ce dernier - comme je le pense - répond intelligemment à la lettre de Bayrou rappelant nos idées et propositions et fait habilement une place à la famille de pensée centriste et humaniste (absence de candidats dans certaines circonscriptions pour permettre un groupe Radicaux de Gauche/MoDem à l'Assemblée, proportionnelle pour les prochaines élections...). J'ajoute que le score plus faible que prévu de Mélenchon a rassuré les marchés la BCE comme les électeurs qui ne se sentent ni à droite ni à gauche comme moi. Quand l'essentiel est en jeu, à savoir les valeurs de la République, un citoyen amoureux de son pays et de son histoire comme moi ne peut que rejeter ceux qui mettent en cause ce que nous en avons reçu en héritage et en partage des pères fondateurs de la République et de l'Europe et du Conseil National de la Résistance.

Cela ne ve pas dire que le MoDem passerait à gauche. En tant que militant actif dans ce parti, j'affirme qu'il est libre de s'allier avec qui il veut en fonction des valeurs des uns et des autres, des idées qu'il défend et de l'intérêt supérieur du pays, sutout quand la patrie est plongée dans une crise économique, sociale, morale et politique. Les conditions ne sont pas pout l'instant réunies pour 'lunion nationale à l'Allemande, à la grecque ou à l'italienne et pour que Bayrou, pas plus que Mélenchon d'ailleurs, ne participent au gouvernement. Soutenir prudemment la nouvelle majorité au Parlement ? Pourquoi pas si les programmes se rapprochent ? La stratégie de Bayrou sera surtout de se positionner en recours à la "Mario Monti" pour la 2ème partie du mandat et 2017. Avec la proportionnelle au 2017, l'avenir du centre sera garanti. Et l'alliance avec une droite fidèle à son histoire républicaine de nouveau possible. Sauf si elle s'est fait entre temps devancée par le "Rassemblement Bleu Marine"...

Squer  a écrit le 26/04/2012 à 22:27 :

Bayrou is over

rescator  a écrit le 26/04/2012 à 20:40 :

bien sur contre sarkozy quant on veut pas etre second mais premier, enfin la bataille de la vanité avant la bataille de la france qu'il retourne à ses chevaux.