La Tribune

Le quinquennat de François Hollande commence... maintenant

Claude Bartolone, nouveau président de l'Assemblée nationale Copyright Reuters
Claude Bartolone, nouveau président de l'Assemblée nationale Copyright Reuters
Jean-Christophe Chanut  |   -  372  mots
Claude Bartolone (PS) succèdera mardi 26 juin à Bernard Accoyer (UMP) à la présidence de l'Assemblée nationale. Le 28 juin, on connaîtra le nom du président de la très stratégique commission des finances. Jean-Marc Ayrault prononcera son discours de politique générale le 3 juillet. Et le lendemain, le collectif budgétaire sera présenté en Conseil des ministres... Le quinquennat commence vraiment.

Le quatrième personnage de l'Etat sera... encore un homme. Claude Bartolone, député de Seine-Saint-Denis depuis 1981, a été choisi par les 280 députés socialistes pour devenir le futur candidat à la présidence de l'Assemblée nationale. Il est de ce fait assuré de se poser sur le perchoir mardi 26 juin, jour de l'élection, où il remplacera  Berrnard Accoyer (UMP Haute-Savoie). Pour sa part, Bruno Le Roux, également député de Seine-Saint-Denis, a été, lui, élu par "acclamation" président du groupe socialiste à l'Assemblée. Ce fidèle de François Hollande, dont il était le porte-parole durant la campagne, succède ainsi à Jean-Marc Ayrault dans cette fonction.

Un UMP a la tête de la commission des finances

Toutes les pièces du puzzle se mettent donc progressivement en place. Le nouveau pouvoir exécutif est au complet. Ce sera bientôt le cas pour le législatif. A la suite de l'élection du président de l'Assemblée nationale mardi 26 juin, les huit commission seront formées le 28 juin. Depuis une réforme souhaitée par Nicolas Sarkozy, la présidence de la commission des Finances revient à un député de l'opposition. L'UMP n'a pas encore fait son choix. Soit elle choisit l'option "technique", le poste ne devrait pas alors échapper à Gilles Carrez, député du Val-de-Marne et déjà rapporteur de la commission des finances. Si, en revanche, l'UMP préfère voir un "politique" dans la fonction afin de mieux porter le fer contre les projets fiscaux du PS, le choix pourrait alors se fixer sur Valérie Pécresse (Yvelines), ancienne ministre du Budget, ou François Baroin (Aube), ex ministre de l'Economie et des Finances.

La semaine d'après, députés et ministres entreront dans le vif du sujet. Le 3 juillet, Jean-Marc Ayrault prononcera son discours de politique générale qui sera très orienté sur les questions fiscales et européennes... après le sommet européen des 28 et 29 juin. Et, dès le lendemain, 4 juillet, le collectif budgétaire sera présenté en Conseil des ministres. Au programme : surtaxe de l'ISF, retour sur les exonérations fiscales et sociales des heures supplémentaires, etc. Le quinquennat commencera alors vraiment.

Réagir

Commentaires

pathinder  a écrit le 22/06/2012 à 15:09 :

Ah bon le quinquennat de M.Hollande à commencé 1er nouvelle il y à pourtant rien qui à changé il s'était donné 100 jours pour résoudre pas mal de problème donc le chômage, le coût de la vie, on est en période de vacance attendons septembre pour voir le chahut qu'il va avoir.

credule  a répondu le 23/06/2012 à 15:26:


juillet // aout// = Vacances

DOUDOU  a écrit le 22/06/2012 à 13:43 :

Pour le poste de president de la commission je préférerai que ce soit F BAROUIN car il a fait un sans faute pendant le temps qu il avait les manettes sous SARKOZY.On va me dire que c'est encore un homme mais je trouve que VALERIE PECRESSE se montre trop avec FILLON alors que moi je suis copéiste comme je la été sarkozyste.

Zek  a écrit le 22/06/2012 à 13:33 :

Belle rémunération ...Avantages en nature identiques au Président du Sénat ....Félicitations ...Les précaires de gauche apprécieront ...

fredoo  a écrit le 22/06/2012 à 10:54 :

"... encore un homme..."
De toute facon, Francois voulait faire un break par rapport a ses femmes, alors ca tombe bien.

DARALMAT  a écrit le 22/06/2012 à 7:29 :

N'est ce pas celui qui a signé des emprunts dit toxiques dont il reconnu ne pas avoir compris la portée qui présiderait l'assemblée et dont le dept est en faillite
Belle recompense!!

phidias  a répondu le 22/06/2012 à 9:05:

Eh oui, "il fallait un calculateur, ce fut un danseur qui l'obtint" (Mariage de Figaro)

phidias  a écrit le 21/06/2012 à 23:59 :

Jusqu'ici 2 sur 20, il y une grande marge de progès, malheureusement conditionnée par un changement d'état d'esprit sans grand espoir d'évolution aujourd'hui. Eleve qui semble avoir quelque moyens, hélas gâchés par une faiblesse de caractère chronique, et un gout prononcé pour le mensonge.

mig  a écrit le 21/06/2012 à 23:48 :

Sans croissance sera inutile !