Bandeau Présidentielle

Montebourg : le ministre du Redressement productif sur tous les fronts de l'été

 |   |  1403  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Il fut le héraut de la démondialisation lors des primaires socialistes. Pendant la campagne présidentielle, délaissant les plateaux de télé pour les ateliers, Arnaud Montebourg s'est posé en héros auprès des salariés des entreprises qui n'avaient pas attendu le résultat du second tour pour avouer leurs difficultés. « Je fais le tour de France de la désolation. Avec François Hollande, on a décidé de mettre les mains dans le cambouis des problématiques économiques. Sur chaque dossier, nous devons faire ce que nous avons fait pour Lejaby, période électorale ou non. Notre stratégie est de trouver des projets durables », avait-il déclaré devant les salariés du pépiniériste Delbard à Malicorne, dans l'Allier.

Au printemps, la tâche était assez simple pour le troisième homme des primaires socialistes. Porter la bonne parole du candidat Hollande n'engageait finalement à pas grand-chose. Les temps ont changé. Pour services rendus, le député et président du conseil général de Saône-et-Loire a accepté de prendre la tête du ministère du redressement productif.la tâche est ardue. Alors que les estimations évoluent chaque jour dans un comptage morbide, on évalue à environ 60 000 les emplois menacés dans l'industrie et les services. En effet, il n'y a pas que les chaînes de montage de PSA d'Aulnay qui sont en péril. Menacés par les délocalisations vers les pays où le coût de la main-d'?uvre est moins élevé, de nombreux centres d'appels téléphoniques pourraient bientôt fermer leurs portes.
Malheureusement, au regard des résultats des récentes statistiques - l'Insee a constaté une chute de 1,9 % de la production industrielle en mai - rien ne laisse présager un essoufflement prochain des auditions dans les tribunaux de commerce. Le nombre de défaillances devrait tutoyer le record observé en 2009, à 65 900. L'industrie, qui emploie encore 3,5 millions de personnes, a perdu 20 % de ses effectifs depuis 2000.
Dès son arrivée à Bercy, Arnaud Montebourg s'est saisi des dossiers en cours : le volailler Doux, le sidérurgiste ArcelorMittal, la raffinerie LyondellBasell ont, entre autres, eu la visite du ministre du redressement productif. Depuis, les incendies se propagent aux quatre coins de la France, donnant raison aux Cassandre qui avaient prédit une explosion postélectorale des plans sociaux. tous les secteurs sont concernés par des restructurations ou, plus grave, par des fermetures de sites : l'agroalimentaire (Fralib, Belvédère, Germanaud...), l'automobile (General Motors, Sealynx, MBF Technologies, Honeywell, Prevent Glass, Delphi...), la banque et les assurances (BNP Paribas, Crédit Agricole BFI, Cofinoga, société générale), la construction (Xilofrance, Lafarge), le commerce et la distribution (Auchan, Surcouf, Leader Price, boulanger, Caddie, Fnac...), l'énergie et la chimie (EON France, Petroplus...), l'électronique (Hewlett-packard, siemens, thalès electron Devices, Thalès services), la métallurgie (Arcelormittal, Rio Tinto)... la liste est longue. Toutes les tailles d'entreprises sont également concernées : des PME (Sodimedical, Meryl Fiber, Delbard...), des ETI (Coop Alsace, Coop Atlantique...) et des grands groupes (Carrefour, Astra Zeneca, Air France, PSA, SNCM, SNCF, Bouygues Telecom, SFR...) ont engagé des plans de licenciements.
Alors, essayant en quelque sorte de sauver ce qui peut encore l'être, Arnaud Montebourg fait feu de tout bois. Outre les visites dans les usines, il multiplie les interventions institutionnelles. Lors de la première journée de la conférence sociale le 9 juillet, quand Michel Sapin, le ministre du travail, resta muet à la fin de la journée pour ne pas entraver le dialogue social, il fut l'un des rares ministres à prendre la parole pour clôturer les débats, évoquant sans détour sa vision personnelle du sujet et les intérêts en jeu. Le 11 juillet, il a clôturé la Conférence nationale de l'industrie, qui avait pour objectif de faire un état des lieux du secteur manufacturier et d'esquisser une feuille de route des missions à mener rapidement à bien. le 25, c'est un plan automobile ambitieux qu'il présentera.sa méthode ? Difficile de cerner le personnage. Ses interlocuteurs le décrivent comme quelqu'un de très à l'écoute, avide de comprendre les dossiers pour mieux agir.

INFOGRAPHIE : la carte des alertes sur l'emploi en France

Sa méthode : le cas par cas

« La démondialisation, c'est du passé. On ne reconnaît pas le Montebourg qui s'excitait contre la concurrence déloyale des émergents. Il est en train de se convertir à certaines vertus du libéralisme. Il en surprendra plus d'un », explique un de ses interlocuteurs issu du monde patronal. « Il est compliqué. Il est en train de se couper en deux, tiraillé par ses convictions idéologiques et par sa découverte du monde des entreprises, qu'il ne connaît pas si bien », nuance un autre.
C'est en raison de cette dichotomie qu'Arnaud Montebourg réussit la performance d'être à la fois jacobin et girondin, comme l'illustre la nomination de 22 commissaires au redressement productif dans les régions de France. Bras armés du ministre dans les territoires, ces hauts fonctionnaires directement placés auprès des préfets de région devront soutenir les entreprises de moins de 400 salariés. Au cas par cas, la négociation - avec les dirigeants, les actionnaires, les sous-traitants, les partenaires commerciaux, les banques, les médiateurs du crédit et des relations interentreprises, les organisations patronales et syndicales, les collectivités locales - sera le préalable.
« Vous devez passer des coups de fil, vous rendre sur place, discuter, dialoguer, évaluer les possibilités de sortie par le haut de l'entreprise. Mais si l'une des parties prenantes ne joue pas l'union sacrée pour sauvegarder l'activité et l'emploi, vous devrez nous appeler à Bercy pour que l'on vous aide à tordre le bras à untel qui mettrait la sauvegarde de l'entreprise en péril », a expliqué le ministre lors de la présentation de cette équipe, maniant tour à tour la carotte et le bâton. Les commissaires animeront aussi une cellule régionale de veille et d'alerte précoce. « C'est en partie sur elle que repose l'avenir industriel de la France. Vous avez tous les pouvoirs pour agir, même celui d'injonction. Chaque emploi sauvé, chaque emploi soustrait à la destruction, est une victoire » martelait le ministre.
En acceptant de prendre en charge le ministère du redressement productif, Arnaud Montebourg prend le risque de passer pour celui qui défend la France d'avant, un made in France devenu désuet mais qui ne veut pas disparaître, jetant Joseph Schumpeter et sa théorie de la destruction créatrice dans les oubliettes de l'histoire économique.

Redressement ou renouveau ?

C'est la raison pour laquelle il s'est battu - sans succès - pour que l'intitulé un rien anxiogène de son ministère soit modifié en « renouveau » productif. Évidemment, le ministre ne se contentera pas de redresser les entreprises. La conférence nationale de l'industrie, le plan automobile et le plan pme qui sera présenté cet automne devront relancer la compétitivité de l'industrie tricolore.sur le plan personnel, Arnaud Montebourg joue donc gros. Très gros. S'il mène sa mission à bien, c'est-à-dire si la part de l'industrie dans la production de richesses remonte, si l'emploi dans les usines repart, il ne se contentera plus de se poser en héros. S'il échoue, son avenir politique sera forcément mis entre parenthèses pendant une période indéfinie, parce qu'il n'a pas que des amis au parti socialiste. Des mauvaises langues laissent courir la rumeur selon laquelle, rue de Solférino, certains se seraient frottés les mains après qu'Arnaud Montebourg eut accepté cette mission, convaincus que celle-ci était impossible. tant pis pour les salariés, les chefs d'entreprises, les bassins d'emplois en souffrance. Ce serait toujours un rival - très ambitieux - de moins lors des prochaines échéances électorales...

______

Avec qui travaille Arnaud Montebourg ?

CHRISTOPHE BEJACH
Christophe Bejach est le conseiller à l'imagination industrielle. Il sort d'HEC et a été capable de monter une société comme L'Avion et de la vendre à British Airways pour 68 jolis millions d'euros, et de monter des fonds de placement parmi les plus rentables du marché. Tout sauf un antimondialisation. Comme tout bon strauss-kahnien qu'il fut, il est adepte des solutions qui marchent plutôt que des usines à gaz intellectuelles.
KARINE BERGER
Karine Berger a la particularité d'être amie avec Pierre Moscovici comme avec Arnaud Montebourg. Mais surtout, la députée des Hautes-Alpes est une économiste brillante qui, avec Valérie Rabaud, a écrit l'année dernière Les Trente Glorieuses sont devant nous, véritable boîte à idées et boîte à outils pour le ministère du Redressement productif. Tout n'est pas dedans, mais presque...

STEPHANE ISRAEL
Stéphane Israël, énarque, normalien et agrégé, ne s'attendait pas forcément à devenir le directeur de cabinet de Montebourg. Formé à l'école EADS, proche de Laurent Fabius et de Louis Gallois, il croit avant tout au couple francoallemand. Dit autrement : rien ne sert d'identifier les créneaux industriels d'avenir si les Allemands n'identifient pas les mêmes et si les deux pays ne travaillent pas ensemble.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2013 à 19:19 :
Je m'adresse particulièrement au ministre, pour lequel j'ai la sympathie.
N'ayant aucun moyen de le toucher directement, je lui fais une supplique, car lui a l'autorité pour élucider ce qui suit. Si un de mes lecteurs puisse lui transmettre ce que lui demande, ce serait pour moi une victoire.
Voici ce que j'expose, il est en France dans les alpes une petite entrepris de 7 personnes devenues chomeuses qui fabriquaient des hélice de drones, lesquelles ont fait l'objet d'études particulières, et qui donnent satisfaction au donneur d'ordre qui a le marché d'état (la défense) hors ces gens sont maintenant copiés et concurrencés par les chinois.Il me semble le matériel secret défense puisse que d'une part; l'entreprise ayant le marché a d'état, a élaboré son appel d'offres avec le prix des hélices de ce sous traitant,sachant que sur le coût initiale le tenant du marché a inclus 5 à 6 fois le prix de notre petite entreprise. Et que d'autre part est il légal de confier ces matériels aux étrangers.(Ni alliés de la France ni Européen) .
Maintenant sieur Montebourg a vous de faire quelle que chose pour redonner du travail à ces français qui seront heureux de payer la TVA et les impots ET C'EST DE LA SORTE QUE VOUS CONTRIBUEREZ A REDRESSER NOTRE FRANCE
Bon entendeur salut de la part d'un octogénaire qui ne désespère pas.
Renato
a écrit le 25/07/2012 à 14:18 :
Ce messieur n'y connait rien à l'industrie.Ou sont les Guillaumat, Racine,.. Nora grands commis de l'état et non pas politiciens issus de l'ENA qui forme des gens sans idée et bénéficient de poste de fonctionnaires sans aucune expérience industrielle mais de la sécurité de l'emploi et d'un régime de retraite avantageux......
a écrit le 25/07/2012 à 14:09 :
Commençons par revenir aux 40 heures par semaine.Réduisons les taxes en tous genres ,les socialistes ne savent faire que cela:ISF,retraite à 60ans,etc....
a écrit le 24/07/2012 à 19:06 :
Les éoliennes françaises n ont pas finies de tourner avec tous les brasseurs de vent que l on a au gouvernement! Contrairement à ce que notre président à annoncer on peut dors et déjà fermer toutes les centrales nucléaires! Les éoliennes françaises suffiront.
a écrit le 24/07/2012 à 18:18 :

L'incompétence au pouvoir. Planquez vous, ce type est dangereux.
Quand on pense qu'aucun membre du gouvernement n'a la culture de l'entreprise. La France est fichue.
a écrit le 24/07/2012 à 18:07 :
Que de tapage médiatique inutile, que de démagogie à bon marché !...

A la rue, montebourg, trop nul !!!
a écrit le 24/07/2012 à 17:59 :
Il aurait dut l'appeller le ministére des travaux finis,ministére des travaux du redressement des travaux productifs,avec les mots il font des phrases mais c'est que du vent rien de concret,pauvre france que de la gueule.
a écrit le 24/07/2012 à 17:58 :
Moi, j'arrive pas a prendre au sérieux un ministre dont la charge à un nom de film de boule...
a écrit le 24/07/2012 à 16:58 :
MONTEBOURG : MINISTRE DU RAIDISSEMENT IMPRODUCTIF
a écrit le 24/07/2012 à 16:34 :
Je propose que Montebourg aille en Chine pour leur expliquer qu il faut qu il travaille plus doucement et plus cher car il faut sauver le systeme Francais.... et une fois la bas qu'il y reste ... Je suis sur qu'il y a plein de choses a 'ecouter et a apprendre' avec les chinois.
a écrit le 24/07/2012 à 16:22 :
Et vous oubliez les entreprises sous-traitantes, les TPE , nous verrons si , par respect du principe de l'égalité républicaine, une TPE sera reçue par le ministre et sera l'objet de moratoires et de sollicitude réservés au grandes entreprises.
a écrit le 24/07/2012 à 16:00 :
Le mari de Audrey Pulvar découvre le monde de l'entreprise. J'espère qu'il écoutera les qq bons éléments qui l'entourent. Mais le nombre de ses conseillers, commissaires ou membres de son cabinet qui n'ont eux non plus jamais mis les pieds dans une entreprise ne nous laisse pas grand espoir quant à la pertinence de leurs solutions.
En revanche j'ai effectivement confiance dans le soutien médiatique de 80 % des journalistes français à son égard. Mais cela ne devrait pas tenir 5 ans.
a écrit le 24/07/2012 à 15:38 :
bizarre il nous prenne vraiment pour des neuneu d un coter on ont réduit de plus en plus l espace de circulation des voitures ont les taxes a tout va on prône le vélo et l ont s etonne que les gens en achete moins ont crie au scandale quand les usines ferme un peu paradoxale non ?
Réponse de le 24/07/2012 à 21:58 :
Hyper d accord avec vous
Réponse de le 25/07/2012 à 12:15 :
suis d'accord.. avoir une voiture coûte chère. Avant, on pouvait, avec un peu de connaissance, réparer un problème de moteur. maintenant, à la moindre panne, nous devons l'emmener au garage et la facture est souvent assez salée. De plus, nous sommes de plus en plus contrôlés par radar où autres. Il y a aussi le prix de l'essence et enfin les assurances.. Et, je ne parle pas de la pollution...
a écrit le 24/07/2012 à 15:27 :
J'adore! Avant toute chose, je remarque qu'on nous sert toujours du Montebourg vainqueur et saluant (je reste persuadé de son traitement médiatique exemplaire pour nous l'imposer visuellement comme une figure présidentialisable, on en reparlera dans quelques années).
Mais ce que je trouve vraiment excellent, c'est cette présentation de son action: "Alors, essayant en quelque sorte de sauver ce qui peut encore l'être, Arnaud Montebourg fait feu de tout bois" et suit une longue liste de prises de position et autres discours... de l'action politique en somme!
a écrit le 24/07/2012 à 15:16 :
Montebourg à raison, certains ont oublié que nous sommes en guerre, économique, certes mais en guerre et dans ce combat, il y a de mauvais français comme à une certaine période de notre histoire, à lui de jouer le nouveau commandeur de la nation car l'enjeu est là, un certains nombre de décideurs plutôt que se réformer préfèrent délocaliser , c'est le combat des vaincus, mais, à force de jouer les pompiers, que Montebourg n'oublie pas l'essentiel: fixer le cap , il a les cartes en main, faut pas les gâcher ..!
a écrit le 24/07/2012 à 15:09 :
Phfffff, même sa nana s'est tirée de chez Rouquier, faut dire qu'elle aurait eu du mal tête haute à nous tenir un cours sur les méthodes de redressement de M. Anon Montebourde.
Mais pas de problèmes, elle n'est pas passée par le Pôle emploi.
Alors, vous voyez bien qu'il peut sauver des emplois.
a écrit le 24/07/2012 à 14:44 :
Il a oublié le sens de l'intérêt général...il oppose les partenaires sociaux...
Sur le terrain, nous ressentons un vrai clivage entre patronat et organsiation syndicale de salariés...
Attention, il est dangereux...il risque de décevoir les partenaires sociaux et notamment la cgt...Cela va tendre prochainement le dialogue social au sein des entreprises et des branches professionnelles
Le problème de Audrey Pulvar, c'est son mari!!!
signé : un travailleur social d'une région trés industrielle

a écrit le 24/07/2012 à 14:39 :
C'est le poste de Ministre qui brasse le plus d'air. Qui parle de reduction de deficit public ??
a écrit le 24/07/2012 à 14:31 :
Il faut souligner l'incroyable ingéniosité de Hollande. Placer pour un sujet aussi complexe et délicat un amateur dont les convictions sont contraires au principes qui régissent le monde de l'entreprise. Monde de l'entreprise qu'il ignore d'ailleur totalement. Heureusement on nous dit qu'il "écoute et apprend", devant l'urgence de la situation, c'est déja ça...
a écrit le 24/07/2012 à 14:12 :
Beaucoup de mots, de blabla, parsemé d'insultes et de méchanceté, mais pour quel résultat ?
Le même que tous ses prédécesseurs, pas grand chose côté industrie et emploi, parceque rien ne se décrète en cette matière, et la confinace définitivement brisée entre ce gouvernement et les industriels. Minable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :