Fardeau fiscal : J-1 avant la libération !

 |   |  435  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
A partir de jeudi, les Français seront « libérés » de leur fardeau fiscal selon l'Institut économique Molinari. Dans l'Union européenne, seuls les Belges sont libérés plus tard. Au Royaume-Uni, les salariés peuvent jouir librement de ce qui reste de leur salaire dès le 12 mai.

C?est bientôt la quille. Jeudi, selon l?étude annuelle intitulée « Fardeau social et fiscal de l'employé lambda au sein de l'Union européenne » réalisée par l?Institut économique Molinari en partenariat avec Ernst & Young, c?est ce jeudi 26 juillet que les Français seront « libérés » de leur fardeau fiscal, c?est à dire qu?ils pourront symboliquement jouir librement de ce qui reste de leur salaire jusqu'à la fin de l'année.

Une autre dimension de la pression fiscale

Pour information, ce jour de libération est calculé à partir du ratio charges sociales patronales et salariales + impôt sur le revenu + TVA, divisé par le salaire complet. « Le salaire complet représente ce que donne l'employeur au salarié en échange de son travail. C'est l'addition des charges patronales, versées par l'employeur à la Sécurité Sociale au nom du salarié, et du salaire brut figurant sur la feuille de paie. Une partie de cette rémunération sera dépensée en charges sociales et impôts, pour laisser un salaire disponible net d'impôts plus ou moins important selon les pays », explique l?Institut qui évalue à 56,5% le taux de charges et d'imposition réel en vigueur en France.

Ce calcul donne une autre interprétation de la notion de pression fiscale, différente du taux de prélèvements obligatoires exprimé en points de PIB, couramment utilisée.

Les Belges seront libérés en août, les Britanniques le sont depuis mai

Seuls les Belges sont libérés plus tardivement, le 5 août, le taux de charges s?élevant en Belgique à 59,2%. Des chiffres à comparer avec la moyenne du taux d'imposition réel des salariés dans l'Union européenne. Celle-ci s?élève à 44,9 %. Au Royaume-Uni, le taux n?atteint que 36 %, ce qui permet aux sujets de sa Majesté d?être libéré fiscalement dès le 12 mai.

Le coût du travail, le sujet ne cesse de rebondir en France

Alors que le débat sur le coût du travail ne cesse de rebondir en France, en lien avec l?urgente nécessité de redresser la compétitivité des entreprises, cette étude révèle qu?un employeur français doit débourser 230 euros pour pouvoir distribuer effectivement 100 euros de revenu disponible à ses salariés. Ces 130 euros sont répartis entre les charges sociales, l'impôt sur le revenu et la TVA. En Belgique, l?employeur doit débourser 245 euros, en Allemagne, 210 euros. Dans l?Union européenne, cette somme s?élève en moyenne à 185 euros. Elle tombe à 157 euros au Royaume-Uni et à 138 euros à Malte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2012 à 23:51 :
Je trouve le débat sur la libération fiscale intéressant. C'est comme parler de la France comme d'un régime libéral... mais quid du Japon à 25% de prélèvements et de la législation du travail de Singapour? Je dirai que la date de libération est fausse car nous avons un gap idéologique entre les recettes et les dépenses, NOUS SOMMES UN SYSTEME A 56% DE PRELEVEMENTS, point final!
Réponse de le 31/07/2012 à 7:32 :
C'est plutôt un régime fiscal que subissent les Français
a écrit le 25/07/2012 à 23:47 :
L'étude est intéressante, mais se réfute aisément en disant que la santé et l'éducation sont du domaine privé en Angleterre. En France en revanche on peut se défendre de la double peine de l'éducation: payer pour l'éducation et payer une école privée en plus... Le coût du travail en Allemagne se justifie, ils exporte et de bons produits mais nous n'exportons pas, donc notre coût du travail devient une imbécilité.
a écrit le 25/07/2012 à 21:56 :
c'est comme sous la monarchie, j'ai payé ma dime je vais pouvoir manger maintenant avec ce qu'il me reste :) merci mon bon seigneur
a écrit le 25/07/2012 à 19:35 :
Et l'année prochaine, ce jour de libération sera au mois d'août! Encore un effort messieurs les socialistes, ce pourra être en décembre.....
a écrit le 25/07/2012 à 19:33 :
C'est de la faute des riches et des rentiers.
Il faut ressortir la guillotine des placards et tout leur piquer, car ils ont comploté contre l'état.
Réponse de le 25/07/2012 à 20:41 :
Le rêve des français c'est d'imiter la Corée du Nord. Que du bonheur ! Vivre dans la misère est le voeu le plus cher de nos concitoyens. Un peu de patience : on y arrive à grands pas. Pas vrai @Miloo ?
a écrit le 25/07/2012 à 19:20 :
Quel avenir pour les jeunes d'aujourd'hui dans un pays aussi taxé que la France ? AUCUN. Avec en plus la bombe à retardement d'une immigration massive imposée. (Livre d'une jeunesse complètement désabusée "les corps indécents") Il suffit de relire le Général de Gaulle dans sa déclaration prémonitoire de mars 1959 pour en avoir le coeur net. Les jeux sont faits.
a écrit le 25/07/2012 à 19:07 :
ceux qui laissent toutes ces dettes ax générations suivantes, pendant qu'on leur verse une pension de pacha et qu'ils sirotent leur cocktail entre croisière costa et thalasso dans les alpes..;marre de se faire saigner par les 68ards.
Réponse de le 25/07/2012 à 23:27 :
Tout à fait d'accord, j'ajoute un argument pour montrer l'égoïsme des boomers: les retraités français sont les seuls de toutes les démocraties du monde à avoir un niveau de vie supérieur à la population active... ainsi ils sont esclavagistes. Egoïsme qui se retrouve dans la baisse des salaires et le refus de considérer le mérite: plus d'études pour des salaires inexistants, aucune stabilité et bien sûr le doublement de l'immobilier en dix ans. Les jeunes n'ont ainsi ni accès à la vie active ni à un niveau de vie en progression... une première dans l'histoire. Ne parlons pas des dettes...
a écrit le 25/07/2012 à 17:39 :
Avec une telle situation, on éc?ure les entrepreneurs, on éc?ure les travailleurs du privé, on incite à faire du black, on incite le peuple à exploiter au maximum les règles qui ne correspondent plus à la situation d'aujourd'hui et qui font que le pays s'enfonce d'année en année dans la pauvreté car de moins en moins de ressources, on fait fuir les investisseurs étrangers honnêtes, on attire ceux qui ne paient pas leurs charges ( allez voire notamment dans certains arrondissements des grandes villes et vous comprendrez ce qui est réellement le black).
Réponse de le 25/07/2012 à 19:37 :
Et l'on force les français a s'expatrier...
a écrit le 25/07/2012 à 17:34 :
Ce fardeau fiscal condamne les français et leurs entreprises à courir un 110 mètres haies chargés d'un sac à dos de 25 kg. Il devient difficile de gagner en compétitivité !
a écrit le 25/07/2012 à 16:52 :
157? au Royaume-Uni? et bien je me demande comment ils font?
a écrit le 25/07/2012 à 16:52 :
157? au Royaume-Uni? et bien je me demande comment ils font?
a écrit le 25/07/2012 à 15:43 :
Il faut donc travailler presque 7 mois pour l'Etat avant de travailler pour soi-même ! Faut dire que presque 55 % des français ne paient pas l'impôt sur le revenu. Conclusion : avec l'ISF qui vous tombe dessus lorsque l'on cesse toute activité et les l'impôt sur la mort (droits de succession) il faut être complètement cinglé pour entreprendre et créer de la richesse et des emplois en France. Bonjour l'exil !
Réponse de le 25/07/2012 à 15:56 :
Georges, l'ISF n'est pas payé par tous les contribuables!!
Réponse de le 25/07/2012 à 16:28 :
c'est bien ce que dit Georges, il faut être "fada" pour entreprendre en France et si après des années de risques, d'investissement et de bagarre on arrive à créer de la richesse on tape sur les entrepreneurs qui ont réussi.... Par contre si il se loupe, ses fonds sont perdus et pas de chômage !
Réponse de le 25/07/2012 à 19:14 :
@PotoMilan. Je parle des pauvres cons comme moi qui se sont défoncés toute une vie à la tête d'une entreprise, travaillant même souvent le dimanche, pour finir plumer avec un peu de capital c'est vrai, mais une retraite de misère. On tape très fort sur le capital comme si c'était une honte d'en avoir. Non, je dis aux jeunes : barrez-vous, ne restez pas dans ce pays où la réussite est prohibée tellement elle est jalousée sauf si vous souhaitez devenir fonctionnaire...ou chômeur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :