Bandeau Présidentielle

"La balle est dans le camp de Jean-Paul Huchon"

 |   |  498  mots
Olivier Duha / DR
Olivier Duha / DR
Présidé par le président de la région Ile de France, le syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF) a décidé de ne plus travailler avec Webhelp, jugé trop cher par rapport à un prestataire ayant délocalisé une partie de ses activités au Maroc. Dans un entretien accordé à La Tribune, Olivier Duha, le co-président de Webhelp, également à la tête de l'association Croissance Plus, se dit révolté par cette décision qui pourrait menacer 80 emplois en France. Selon lui, Jean-Paul Huchon a encore la possibilité de revenir sur son choix.

Le syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF) a décidé de ne plus travailler avec Webhelp mais avec un prestataire ayant délocalisé une partie de ses activités au Maroc. La décision du STIF vous surprend-elle ?

Elle ne me surprend pas, elle me révolte. Alors que gouvernement tente par tous les moyens de sauver le tissu productif tricolore, de favoriser les créations d'emplois, je suis amer de constater qu'un opérateur de l'Etat ne prenne pas en considération l'environnement économique actuel. Si Jean-Paul Huchon, le président du STIF signe le contrat retenu, nous estimons que 80 emplois sont menacés dans nos centres d'appels de Fontenay le Comte en Vendée et à Saint Avold en Moselle. Ce ne sont pas vraiment des bassins d'emplois hyper dynamiques. Les conséquences sociales peuvent être dramatiques.
 

Lorsque ce type d'événement se produit, on a coutume de dire que le dirigeant ne savait pas, que c'est la direction des achats à qui l'on imposé des objectifs de rentabilité, qui a pris la décision. Est-ce le cas dans cette affaire ?

Jean-Paul Huchon était au courant car je lui ai adressé un courrier lui expliquant la situation. Je sais que les débats tenus pendant le conseil d'administration au cours duquel notre concurrent a été retenu ont été houleux. Egalement prévenus par nous, de nombreux députés étaient au courant et ont tenté de faire passer des messages à Jean-Paul Huchon.
 

Que peut faire Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif ?

Le dialogue est en cours entre le gouvernement et le STIF. Il peut convaincre Jean-Paul Huchon de ne pas contractualiser l'offre retenue il y a treize jours. La balle est dans son camp. Il y encore de l'espoir.
 

Le STIF était-il satisfait des prestations offertes par Webhelp ?

Les rapports réguliers des comités de pilotage l'indiquent. Le tarif, parmi les nombreux critères de sélection, a joué en notre défaveur car nous proposions des emplois sur le sol Français. Notre concurrent était simplement le mieux disant au niveau du prix grace a une localisation au Maroc. Sur tous les autres points du dossier, hors prix, Webhelp a eu les meilleures notes.
 

Cette affaire ne nuit-elle pas à Webhelp ?

Je ne crois pas. C'est un combat sociétal plus qu'un combat économique. Webhelp a déjà perdu des contrats, c'est le jeu de la concurrence. Heureusement, elle en a gagné beaucoup plus.

 

Votre concurrent pourrait faire valoir que vous êtes également délocalisé, au Maroc notamment ?

Evidemment, comme l'ensemble des entreprises de ce secteur ultra-concurrentiel. Nos clients privés ont des contraintes de coûts qui nous obligent à transférer une partie de nos activités dans des pays où les coûts de la main d'?uvre sont moins élevés. Si nous ne faisons pas, ce sont les emplois en France qui disparaîtront un jour. Mais la commande publique ne subit pas la même pression de la part du marché.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2012 à 11:40 :
Welhelp (belle réussite par ailleurs) s'est crée sur l'activité d'outsourcing. Leur mouvement de retour n'est que tactique et je trouve les journalistes assez peu pertinents dans leur propos (un petit tout sur leur site suffirait à y voir clair et apporter un peu de recul). Mais existe encore des journalistes sérieux faisant autre chose que de reprendre des dépêches AFP ...
a écrit le 28/07/2012 à 18:55 :
Arrêtez le nationalisme ridicule. Le monde est globalisé.
Le Maroc vient de accepter l'offre de Alsthom pour construire le TGV.
Ils peuvent très bien au lieu de cela choisir le TGV Coréen ou Allemand
Il y a Vinci aussi qui fait des projets la bas. Pour des milliards de euros
C'est ridicule se disputer pour un centre d'appel de 80 personnes
Réponse de le 30/07/2012 à 17:49 :
on va globaliser aussi tes prestations : remboursement de sécu : tu t'adresseras à la roumanie, pour ta retraite tu verras avec la pologne, etc.
a écrit le 27/07/2012 à 16:05 :
Les télé-assistants sont donc en France pour les clients "administratifs"" et délocalisés au Maroc pour les entreprises privées qui ont plus de contraintes budgétaires ? L'Etat, et dérivés, a donc des moyens illimités (pas de concurrence, il faut juste ajuster les impôts).
a écrit le 27/07/2012 à 14:29 :
Je trouve bizarre que la perte d'un seul client remette en cause l'existence de deux centres d'appels en France... il chercherait pas une excuse pour expliquer un PSE ?
a écrit le 27/07/2012 à 13:45 :
Curieu de voir les aguments avance par WebHelpm sachant qu'une grande partie de leurs Call Centers sont situe aux Maroc!?!?

Avant de se plaindre ces emplois a risque en France, peux etre devraient t il commencer par rapatries les nombreux emplois qu'eux meme ont deja delocalise cces dernieres annees...
a écrit le 27/07/2012 à 12:49 :
faudrait arreter 5 mn ces propos anti marocains; pq on ne les laisse pas bosser, alors qu'ils veulent ?( et que par contre les francais, le travail 'ils sont contre', comme on dit chez les syndicalistes)
Réponse de le 27/07/2012 à 13:21 :
@CHURCHILL
Retourne en Albion voir si l'herbe est plus verte.
Réponse de le 27/07/2012 à 13:31 :
Et pourquoi on laisse un vieux c.... qui nuit au nom d un grand homme dire des conneries????

On peut pas d un cote "tancer" peugeot de faire un plan social et de l autre une entreprise publique delocaliser... Il ne peut pas y avoir 2 poids et 2 mesures.
Réponse de le 27/07/2012 à 14:21 :
En fait, webhelp est surtout furieux que l'état ne soit pas passé par lui pour délocaliser le call center au Maroc.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :