La Tribune

Benoît Hamon mise sur les SCOP

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Fabien Piliu  |   -  364  mots
Le ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire et de la Consommation a présenté en conseil des ministres la structure d'un projet de loi qui prévoit notamment la modernisation des dispositions législatives régissant le statut des coopératives.

Commodo, My ferry link - ex-Sea France -, éventuellement Fralib, la filiale d'Unilever, les cas de reprise d'entreprises en difficultés - mais pas seulement - par les salariés et leur transformation en société coopérative de production (SCOP) se développent. C'est la raison pour laquelle Benoît Hamon, le ministre délégué chargé de l'économie sociale et solidaire et de la consommation a annoncé ce mercredi en Conseil des ministres la modernisation prochaine des dispositions législatives régissant le statut des coopératives pour maintenir l'activité et préserver l'emploi. Celle-ci s'intégrera dans un projet de loi favorisant le développement de l'économie sociale et solidaire.

Tous les salariés peuvent devenir associés

Juridiquement, une SCOP est une société coopérative de forme SA ou SARL dont les salariés sont les associés majoritaires. Ils détiennent au moins 51 % du capital social et 65 % des droits de vote. Si tous les salariés ne sont pas associés, tous ont vocation à le devenir.

Actuellement, on recense environ 2.000 sociétés coopératives et participatives. Elles emploient 40.000 salariés pour un chiffre d'affaires estimé à 3,5 milliards d'euros. Parmi les exemples de success stories, on peut citer Acome, Taxicop, le groupe Chèque déjeuner, Sopelec ou encore le groupe basque espagnol Fagor. Toujours selon l'Insee, leur taux de survie à cinq ans s'élevait à 62 % en 2010, contre 52 % pour les entreprises de droit commun.

Un levier utile pour faciliter la transmission

La modernisation des dispositions législatives régissant le statut des coopératives servira les projets de reprise d'entreprises par les salariés, mais pas seulement. Elle devrait aussi permettre de faciliter les nombreux cas de transmissions attendus au cours des prochaines années. Selon l'Insee, 500.000 entreprises changeront de mains dans les dix ans à venir, dont 170.000 en Ile-de-France, conséquence du départ à la retraite des chefs d'entreprises baby-boomers.

Le projet de loi sera présenté au cours du premier semestre 2013 à l'issue d'une concertation approfondie avec les acteurs du secteur, essentiellement dans le cadre du Conseil supérieur de l'économie sociale et solidaire, ainsi qu'avec les collectivités locales et le Conseil économique, social et environnemental.

 

Réagir

Commentaires

super  a écrit le 06/09/2012 à 19:10 :

Génial , Hamon a trouvé une martingale. Il va pouvoir parlé 30 secondes des SCOP et 10 minutes de la mythologie socialiste.

JBlynx  a écrit le 06/09/2012 à 16:49 :

Voilà un homme politique qui jusqu'à présent n'a jamais rien produit et est entretenu par les contribuables depuis son enfance. Sans doute lorgne-t-il d'un régime à la soviétique où il jouerait le rôle d?apparatchik grassement rétribué. La retraite à 60 ans, les 35 heures, le déni du rôle de l'entreprise, les réglementations tatillonnes, etc. paralysent et plombent gravement notre économie. Un conseil qu'il aille donc exercer ses talents à Cuba ou chez Kim Jong-Il ou bien qu'il investisse ce que la nation lui a prodigué dans sa propre entreprise ou dans une scop ainsi il créera de la richesse et sauvera des emplois. chiche !

Scop  a écrit le 06/09/2012 à 14:56 :

j'ai vecu l'experience de la Scop ! tous les cadres licenciés , la "direction" reprise par la CGT , dont le leader était pourvu d'un seul CAP de boulanger !un peu leger pour une entreprise de construction mécanique de plus de 300 personnes ! Résultat , apres 6 mois pour bazarder les stocks de produits finis, afin de payer des salaires au dernier carré : liquidation judiciare ! notre gouvernement est un peu comme cette scop : des avocats ou des politiques sans connaissance des marchés internationaux , ça peut pas aller loin

malpensant  a écrit le 06/09/2012 à 7:28 :

les scop ne sont ni plus ni moins qu'une niche fiscale. j'en ai connu une ou il n'y avait aucun ouvrier mais que des polytechniciens qui profitaient au maximum des avantages fiscaux.

bigcat  a écrit le 06/09/2012 à 7:17 :

Oser nommer ministre un refoule pareil .Un intrigant de premiere classe ,un sous produit de Miterrand .Quelle honte et quel gachis .

mdr  a écrit le 05/09/2012 à 22:41 :

Benoit Hamon : encore un qui vie au crochet des contribuables depuis sa majoritée
Que sait il faire celui là à part assister aux réunions du parti et meeting de campagne
Que peut apporter au pays ce type là ??

Trés bien  a écrit le 05/09/2012 à 21:36 :

Comment ne peut on pas adhérer à ces propositions qui permettent a plus de salariés "d'entreprendre" en s'associant !! Même la droite devrait applaudir ... bon il faut attendre de voir le résultat de la concertations et les décisions qui seront prises avant d'applaudir.

samarinda  a écrit le 05/09/2012 à 19:45 :

Benoît Hamon un parcours industriel impressionant/
Après avoir obtenu une licence d'histoire à l'université de Brest2, il débute sa carrière à vingt-quatre ans en 1991 comme assistant parlementaire du député PS de la Gironde Pierre Brana. Il est président et fondateur du Mouvement des jeunes socialistes de 1993 à 1995.
Voilà encore un rigolo de la politique qui a bien connu le monde de l'entreprise!!!!! bravo Monsieur mais pourriez expliquer sur quels critères vous avez eu ce poste????

Viking  a répondu le 05/09/2012 à 20:26:

Un ploutocrate dans toute sa splendeur comme la France les aime et les cherie !

Bah  a répondu le 05/09/2012 à 21:32:

Bah les précédents depuis 10 ans , les cadors de l'industrie, les professionnels de la bonne gestion, les champions de la mondialisation (enfin ils ont du se gourer ou pas bien comprendre ce que devait apporter la mondialisation vu le deficit commercial record) ils ont fait quoi ??? de la merde .... en barre ... de la bonne merde industrielle !!

sherpa  a écrit le 05/09/2012 à 19:13 :

LE problème de la SCOP, c?est la difficulté, dans le cadre actuel, de lever des fonds externes. on est donc limité, globalement , à l'autofinancement, ou aux capacités d'apports personnels des associés. SI le nouveau textes ouvre des possibilités d'associer des financeurs externes ((pas toujours intéressé par le contrôle de l'entreprise ) dans un cadre équilibrés, ça pourrait être très bien, cette histoire

churchill  a écrit le 05/09/2012 à 18:49 :

une scop, c'est aussi un droit de vote, qque soit le montant detenu en parts sociales; mieux vaut ne pas mettre trop de ronds... la scop c'est tres bien... ponctuellement... mais ca peut rapidement partir en vrille...

???  a répondu le 05/09/2012 à 21:33:

le taux de survie a 5 ans semble dire le contraire ....

Tortuga  a écrit le 05/09/2012 à 18:48 :

Pour le CIF qu'ils viennent de saborder, il a un SCOP !!!

légitime  a écrit le 05/09/2012 à 18:44 :

Ne vous y trompez pas, les coopératives ouvrières ont été façonnées avec du courage, de la sueur, des larmes et beaucoup de dévouement, et le patron au final reste toujours le client.

bertrand  a répondu le 05/09/2012 à 22:27:

ah bon ???? si vous le dîtes ??????

Criscarro  a écrit le 05/09/2012 à 18:43 :

Je n'aime pas le personnage mais pour ce qui est du sujet je pense effectivement que les scops peuvent être une excellente chose. Elles font toucher du doigt aux salariés ce qu'est le monde du patronat, elles permettent parfois de sauver une entreprise et préservent des emplois. Pour ce qui est de légiférer, j'espères qu'ils n'auront pas l'idée trés socialiste de vouloir obliger les ex patrons sur le départ à organiser une scop si la vente ou le transfert s'averrait en deçà de certains niveaux

Solferimou  a écrit le 05/09/2012 à 17:37 :

Ce garçon porte son intelligence dans ces yeux... On dirait une poule face a un couteau... J'ai un peu pitié pour lui il ne doit rien comprendre

Lol  a répondu le 05/09/2012 à 18:36:

Bien vu, c'est vrai qu'il a l'air de ce qu'il est...
+10

CLAUDUS  a répondu le 05/09/2012 à 18:47:

ce guignol des temps moderne ............... Charlot etait 1000 fois meilleur ................ comprends t -il l'economie de marché ...................... et que les entreprises existent ...............en 1989 L'urss s'est cassée la gueule il n'as pas compris pourquoi

churchill  a répondu le 05/09/2012 à 18:50:

' cooperatif', ca sens bon le communisme les gars, ne soyez pas dur avec lui! demandez lui d'investir son argnet dedans, c'est possible!

@churchil  a répondu le 05/09/2012 à 22:01:

avec son camarade thibaud ....ont capable de nous tirer vers le haut ...ils impressionnent