La Tribune

Les inégalités de patrimoine et de niveau de vie se sont sensiblement creusées pendant les années 2000

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>DR</small>)
latribune.fr  |   -  318  mots
L'Insee affine son diagnostic d'un creusement des inégalités durant les années 2000, à la fois en termes de patrimoine et de niveau de vie. Les 10% de ménages les plus aisés ont vu leur niveau de vie progresser de 29%, contre +17% pour les 10% de plus pauvres

Entre 1997 et 2009, la masse de patrimoine brut détenu par le ménages a été multipliée par 1,9 en euros constants, celle des niveaux de vie par 1,3, affirme l'Insee dans son « portrait social »qui paraît ce mercredi. Mais cette évolution globale masque des disparités. Les inégalités se sont creusées durant les années 2000, confirme l'Insee, qui a affiné son diagnostic à ce sujet. Les inégalités de patrimoine,d'abord. Celles-ci se sont nettement accrues, en liaison avec l'envolée des prix de l'immobilier. Le total de patrimoine détenu par les 30% de ménages les moins riches a augmenté moins vite que les prix (d'où une baisse en euros constants). Car ces ménages ne sont pas propriétaires de biens immobiliers. En revanche, si l'on considère les 60% ménages les plus fortunés, qui sont propriétaires de leur logement, la valeur de leur patrimoine a crû de 85 à 92%, selon les niveaux de richesse. La contribution de l'immobilier à cette hausse est essentielle, elle est toutefois un peu moins élevée pour les 10% les plus riches. Pour ces derniers, les éléments financiers ont aussi contribué, à hauteur de 40%, à la croissance du patrimoine.

Les 10% de ménages les plus riches possèdent 50% du patrimoine global

S'agissant des niveaux de vie, « les disparité se sont aussi creusées » souligne l'Insee. Mais dans une moindre mesure. Entre 1997 et 2009, le niveau de vie moyen des 10% de personnes les plus aisées a progressé fortement, de 29% (en euros constants). En revanche, pour toutes les autres, la hausse a été inférieure ou égale à 20%. Elle est plus proche de 17% pour les 10 % les moins aisés, et pour ceux qui se situent entre le 8ème et 9ème décile (juste en dessous des 10% les plus riches).
Au total, les 10% de ménages les mieux dotés en patrimoine détiennent la moitié de la masse totale de celui-ci, souligne l'Insee.


Réagir

Commentaires

BULLE  a écrit le 29/11/2012 à 16:55 :

Je fais parti de la catégorie très aisée et j'en suis fière ! Je n'ai JAMAIS profité de RIEN et j'ai travaillé jusqu'à 15H par jour pour avoir ce que j'ai. Alors je ne dois RIEN à la france de plus que ce que je paye. Prochainement je vends ma maison et quitte la france, les égarements et les dépenses sans compter de ce gouv enverront les français dans le mur ! Les classes moyennes paieront pour ceux qui profitent allégrement d'un système débile qui n'invite pas les chomeurs à se bouger ! aux USA ou encore à Londres les gens n'attendent pas ...Ils se bougent !

+1  a répondu le 22/01/2013 à 9:15:

Entièrement d'accord avec vous.
Pas question de se faire intimider ni de se faire racketer par l'armée de profiteurs et rentiers politiques & sociaux qui se cachent derrière quelque pauvres mis en avant pour essayer de pousser à avoir honte de leur réussite ceux qui travaillent dur, qui ont du talent, qui créent ou qui prennent des risques.

Cette inversion des valeurs montre que la crise morale et le déclin dans lesquels ce pays se trouve sont bien plus profonds que ce que les chiffres économiques montrent déjà.

Si tu aimes la France, arrête d'alimenter son déclin ; quitte-là pour qu'elle n'ait plus d'autre choix que de se reprendre en main.

ffreeman  a répondu le 23/09/2014 à 23:09:

Malgré leur haut niveau de formation, les pilotes du SNPL n'ont aucun sens du marché de la société dans laquelle ils travaillent. Leur comportement va provoquer ce qu'ils veulent eviter à savoir des délocalisations ou la concurrence de pilotes étrangers ...ils ne sont pas les premiers à etre face à ce defi concurrentiel

Arnault  a écrit le 28/11/2012 à 18:46 :

Nous les ultra riches, nous amusons du fait que les bourgeois pensent faire partie de la même "classe" que nous. Entre nous et eux, ces patrons de PME, ces professions libérales, ces notables bien mis... il y a non seulement une différence de degré mais aussi de nature, et ça ils ne le comprennent pas. Pourquoi une différence de nature ? Pour deux raisons : primo nous les ultra riches, prenons le contrôle des vraies richesses : les ressources, l?information, l'énergie, partout dans le monde. Secundo parce que nous maitrisons les armes fatales du siècle et pas eux : La finance dérégulée et la corruption généralisée. Notre fortune croit et circule en permanence, nous faisons et défaisons les indices boursiers, nous équilibrons ou déstabilisons les ratings des pays, des entreprises et des banques. Nous pouvons nous replier à la vitesse du clic informatique sur un paradis fiscal et nul besoin de déménager en Belgique ! Nous profitons aussi de la guerre que se livrent depuis la globalisation, les nations, les peuples, pour gagner des sommes énormes. J'ai expliqué en quoi nous avions poussé au surendettement généralisé : états, entreprises, système bancaire et ménages, pour rendre le système économique dit "productif" parfaitement dépendant et interconnecté avec le système financier de captation de la richesse ! Imaginez-vous qu'il pourrait y avoir des débiteurs sans créanciers en face ? Devinez qui sont les vrais créanciers ? La veuve de Carpentras ? Laissez moi rire ! La veuve de Carpentras pense que les produits dérivés sont des Tee Shirts de ses chanteurs préférés ! Le plus comique dans cette histoire est qu'il n'y a pas de complot, cette théorie est d'ailleurs grotesque : si nos contempteurs avaient du bon sens, ils constateraient que nous sommes plus opportunistes et cupides, plus agressifs et invasifs que la moyenne et que nous avons profité des faiblesses humaines et de la technologie informatique, tout simplement ... Pourquoi la bourgeoisie va-t-elle perdre ? La bourgeoisie date d'une autre ère et cette ère industrielle touche à sa fin, tout comme la civilisation agraire européenne est définitivement morte dans les tranchées de la 14-18. Depuis la révolution industrielle, la bourgeoisie tirait partie de son patrimoine ou de son statut de naissance, de rentes de situation ou acquises. C?étaient ses forces face au prolétariat, à l'aristocratie et à la paysannerie. Que valent les rentes, le statut de naissance ou le patrimoine national, à l'ère financière globalisée, Rien ! Voila pourquoi la bourgeoisie va tout perdre et voici pourquoi il est amusant que les bourgeois nous soutiennent, nous les ultra riches qui allons prendre leur place au sommet...

==> Ridicule !  a répondu le 29/11/2012 à 9:59:

Votre post est long, indigeste et excessif ... Mais surtout vous affirmez, affirmez, affirmez encore mais ne prouvez rien !

Si vous êtes à ce point obsédé par la cas de Monsieur Arnault ... Et bien dans ce cas, créez un groupe comme LVMH, employez des dizaines de milliers de personnes, et exportez !!!

Vous aurez alors toute ma considération ;)

Contrepouvoir  a répondu le 22/01/2013 à 9:22:

En toute relation humaine quand le déséquilibre est indigeste seul le chaos le rétablit... il faudra des morts, que le peuple se soulève...

En attendant avec un postier et une instit comme leaders de l'extrême gauche nous pouvons attendre...

Plus rationnellement, moi je ne suis pas un rentier mais mobile et adaptable et mes enfants sont formés en ce sens... la rente n'a pas que des avantages, elle vous lie physiquement alors que de corps et d'esprits il faut savoir être dorénavant un citoyen du monde...

A défaut de révolution nous laisserons les rentiers et les fonctionnaires entre eux ,-)
A l'image de notre football, l'apauvrissement sera général et la vie ennuyeuse...

Belle vie à vous ,-)

mimosa  a écrit le 28/11/2012 à 18:05 :

Les riches sont les premiers à ne pas vouloir payer plus d'impots pour combler le déficit public, alors qu'ils n'ont vraiment pas raison de se plaindre : leur patrimoine ayant pour beaucoup plus que doublé en dormant depuis une décennie...

INEXACT !  a répondu le 29/11/2012 à 10:07:

En France, les riches contribuent le plus à l'impôt, c'est le principe même de la progressivité de l'impôt...

Mais ces derniers ne se plaignent pas. Ce sont en effet les classes moyennes qui se plaignent le plus, de façon légitime ceci dit, car dans notre pays la dépense publique représente plus de 56% du PIB !!!

Donc face à cet état de fait, surtaxer les riches ne suffit pas, il faut également pressurer les classes moyennes afin de financer la grande gabegie publique !

pemmore  a écrit le 28/11/2012 à 16:53 :

Pour de petites gens comme moi,mes grands-parents mes parents mes soeurs, le choix c'était de devenir propriétaire, par contre pas de belles voitures neuves, de vacances de ski etc. Et ce n'est que maintenant que c'est un peu rentable, avec le crédit à 18% elle m'est revenue à 600000fr et elle vaut 130000 euro.Mais bon si je devais payer un loyer maintenant j'irais faire mes commissions chez Coluche. Donc dire qu'on s'est enrichi c'est une ânerie.

calcul  a répondu le 28/11/2012 à 17:26:

Soit 38 000 euros

OK avec Pemmore  a répondu le 29/11/2012 à 10:14:

Vous avez raison sur le fait que cette "Plus-Value" immobilière est complétement virtuelle, pour ne pas dire inexistante.

En effet si vous revendez aujourd'hui votre maison (beaucoup plus chère que ce que vous l'avez payée), quel est votre bénéfice réel ? AUCUN, car lorsque l'on vend son domicile... c'est pour en racheter un autre qui lui aussi a connu la même progression de prix !

Conclusion : Les propriétaires gagnent Zéro
Les non-propriétaires devront s'endetter plus longtemps afin d'accéder à la propriété.

Personne n'est gagnant... saut L'ETAT qui a augmenté les "frais de notaire" !

GC54  a écrit le 28/11/2012 à 16:04 :

Heueusement que l'on peut encore faire des affaires sinon il faudrait partir en UK

bruno  a écrit le 28/11/2012 à 13:43 :

Il me parait assez clair que 80% de l'écart constaté peut s'expliquer par la hausse massive de l'immobilier durant la même période... en gros ceux qui ont acheté avant 2003-2004 ont vu leur "richesse" augmenter bien plus vite que les autres. Mais évidemment on va encore accuser le prétendu "ultralibéralisme" dont on parle tout le temps mais qu'on ne voit jamais dans les faits (la part des dépenses publiques dans le PIB ne cesse d'augmenter depuis des décennies, à l'instar du nombre de fonctionnaires et du cancer réglementaire et législatif dans tous les domaines). La réalité, c'est que le facteur essentiel a été l'adoption de l'euro et la baisse artificielle massive des taux d'intérêt français.

@bruno  a répondu le 28/11/2012 à 14:25:

La situation aurait été bien pire sans l'euro.

bob44  a répondu le 28/11/2012 à 15:04:

@@bruno, pourtant c'est pas ce qui à l'air de se passer pour les pays hors zone euro !

Mobilité contre immobilisme  a répondu le 28/11/2012 à 15:47:

euh tu rigole??? USA, Chine.... A contrario Allemagne, pays Scandinave intra euro.... C est trop facile de toujours taper sur l euro ou le voisin... Pour paraphraser Coluche si des gens sont pret a payer 300KE un F3 bah y aura en face des gens pour leur vendre...... Certes les Scellier, Borloo et autres.... ont entretenu cette bulle.... Mais l'illusion Franco-Francaise qui fait que "etre proprietaire" c est le nirvana bah a aussi entretenu cette bulle...... Rien n a force les gens a s endetter sur 35/40 ans, sauf une certaine volonte d etre Casanier.... Aujourd hui dans une economie Mondialise pour faire carriere faut se former perpetuellement et etre mobile, quand on voit que la majorite des Francais prefere encore etre au chomage dans sa region que prendre son balluchon pour aller travailler ailleurs... Perso j ai 35 ans et j ai deja bouge de Chartres a Arras, puis de Arras a Strasbourg, de Strasbourg a Bordeaux.... S'il faut bouger encore je le ferais meme en UE ou hors de l UE..... Ca forme egalement mes enfants a la mobilité. En etant proprietaire je n aurais pu facilement saisir ces opportunites!!!!

@Mobilité contre immobilisme  a répondu le 28/11/2012 à 16:06:

Le seul problème, c'est que lorsque l'âge de la retraite arrive, la perte de revenu est souvent plus que conséquente. Et si, à ce moment-là, vous avez toujours un loyer à payer (je doute que le loueur accepte de le baisser en proportion de votre perte de revenu...), cela risque de devenir très difficile... A moins, bien sûr, que votre mobilité professionnelle vous ait permis de mettre de côté de quoi vous acheter un logement cash à l'âge de la retraite.

Mobiçlite contre immobilisme  a répondu le 28/11/2012 à 16:47:

Eh non cher ami encore une fois faux calcul que vous faite, j ai commence a travailler a 24 ans, pour un salire brut de 1800, aujourd hui je gagne le triple, sans compter les prime de mutation et ou de licenciement (sauf que quand je pars j ai deja trouve ailleurs), sans compter mes interressement successifs que je n ai jamais monetise et epargne que je constitue peu a peu.... Alors oui ca demande un investissement a la fois au niveau pro pour rester au top et au niveau perso pour continuer a scruter les offres et saisir les opportunités eventuelles. Mais au final qui sera gagnant???? Moi ou celui qui a achete au plus haut et s endette sur 40 ans????? Perso hormis la voiture de mon epouse j ai aucun credit, j emmene mes enfants au cine, au sport..... Alors je prefere largement avoir mon loyer de 800 euros tout en continuant a vivre et epargner que m etre endette sur 40 ans pour un morceau de pierre qui en plus nuirait a ma mobilite donc a ma carriere! Tous est question de choix

Mobilité contre immobilisme  a répondu le 28/11/2012 à 16:49:

J'oubliais un detail, meme si j ai encore un loyer a cette epoque encore lointaine (Oui je pense pas que j aurais la retraite a 60 ans moi, plutot 70 voir 75) mes enfants seront grand et deja parti donc ma maison ou mon appart sera plus petit, alors qu aujourd hui si t achete pour 4/5 bah a la retraite tu sera bloque avec une grande maison........... CQFD

ephw  a écrit le 28/11/2012 à 13:25 :

et que dire des paysans qui possèdent une ferme dans l'île de Ré !

pemmore  a répondu le 28/11/2012 à 16:40:

sans aller si loin, des amis sur la Vendée qui n'avaient qu'une misérable vache et un âne et des terres pauvres et sêches maintenant couvertes de mobil-homes c'est sympa.

paysans  a répondu le 28/11/2012 à 17:58:

Les paysans ne sont pas aussi pauvres que l'on dit au contraire, et ils votent à droite, c'est pas pour rien. Maintenant, on ne dit plus paysan, mais exploitant et agriculteur, et leur lobby est surement le plus puissant de France. Ils sont champions à l'exportation et nous sommes la 1ere agriculture d'Europe. Ils sont parmi les seuls à tirer leur épingle de la crise.

klakos  a écrit le 28/11/2012 à 13:12 :

Non c est pas possible
Ca c est du scoop
On ne s en serait jamais douté
Bref les babyboomer ruinent leur gosses apres avoir ruines leurs parents.

gné  a répondu le 28/11/2012 à 16:02:

Ruiné leur parents les Baby boomers? Arguments?

arnaque  a écrit le 28/11/2012 à 13:05 :

c'est de la manipulation comptable, la hausse de l'immobilier et donc du patrimoine n'est effective que si l'on vend et alors il faut payer l'impot sur la plus value ce qui diminue mecaniquement la valeur du patrimoine. Si on ne vend pas la valeur est virtuelle , mais on paye quand même des taxes. En réalité les patrimoines réels sont stables et vu l'augmentation du pib même faible le fait que le patrimoine n'augmente pas traduit la rapacité du fisc.

Claudec  a écrit le 28/11/2012 à 11:11 :

Simple effet de l'ascenseur-descenseur social

« Le monde ne vaut que par ses extrêmes et ne vit que par ses moyens »
Paul Valéry

Extrait de "La pyramide sociale - Monstrueux défi"

Pyramide sociale "riche"
Richesse et pauvreté "verticales"
Écarts amplifiées
Misère circonscrite
Plus de riches
Moins de pauvres "profonds"
L'ascenseur social fonctionne

Pyramide sociale "pauvre"
Richesse et pauvreté "transversales"
Écarts réduits
Moins de riches
Misère plus diffuse
Des pauvres "profonds" plus nombreux
Le "descenseur" social est en service

Il serait curieux de pousser le raisonnement pour obtenir des pyramides différenciées à l'extrême, au point que la pyramide pauvre soit tellement plate que l'ascenseur-descenseur n'y soit plus d'aucune utilité ? rêve des égalitaristes?, ou qu'au contraire, l'apex en soit si élevé que pas plus l'appétit que la capacité des hommes ne puissent suffire à l'atteindre. Quel mathématicien se livrera à une telle modélisation ?

Évoquées par ailleurs, les conséquences des variations de la richesse collective et de la croissance démographique sur la pauvreté et le nombre de pauvres, sont ici revisitées en relation avec la notion d'ascenseur social. Il y apparaît que la fonction de ce mécanisme s'inverse et qu'il se transforme en "descenseur" lorsque au lieu de croître, la richesse collective diminue, en même temps que se réduisent les écarts de richesses (ou inégalités), la pyramide conservant implacablement sa logique et sa structure en toutes circonstances.

Toute poussée démographique s'imputant principalement aux couches inférieures de la pyramide, par un automatisme mathématique vu par ailleurs, ce sont celles-ci qui ont le plus à souffrir des pannes d'ascenseur social lorsqu'elles se produisent. Et lorsqu'il se transforme en descenseur, sous l'effet d'une paupérisation généralisée de la société, c'est cette même base qui doit accueillir les victimes des déclassements survenant dans les couches moyennes et supérieures.
Sans omettre les effets de ces déclassements infligés particulièrement aux couches médianes (classe moyenne), du fait de leur situation intermédiaire. Elles subissent en effet le double impact des déclassements s'opérant aux étages supérieurs et de ceux dont elle est elle-même directement victime.

Compte tenu de ce risque permanent de blocage et d'inversion de l'ascenseur social aggravé par la surpopulation de la pyramide et le poids écologique qui en résulte, il est clair qu'à défaut d'éradication des inégalités, la gestion la moins mauvaise de celles-ci, dans l'intérêt de tous, repose sur l'acceptation d'une structure sociale médiane, combinant une démographie contrôlée, un niveau de richesse limité et la tolérance alliée à la solidarité.

Inutile  a répondu le 28/11/2012 à 11:28:

trop long, trop verbeux, mal construit : inutile...

Oui  a répondu le 28/11/2012 à 12:39:

Claudec a un petit souci avec la synthèse.

bob44  a écrit le 28/11/2012 à 11:08 :

Il faudra qu'elles continues encore à se creuser pour que peut être les gens se réveillent, sauver l'argent des rentiers ou les salaires il va falloir choisir maitenant que l'endettement n'est plus permis pour soutenir la croissance...

Observer le réel  a écrit le 28/11/2012 à 10:46 :

Il faut ajouter au patrimoine des retraités une épargne financière telle que leur retraite corresponde à l'équivalent des intérêts perçus sur ce patrimoine fictif. Ainsi, à une retraite de 1000 euros par mois, 12000 par an, à raison d'un intérêt de 1% annuels après 50% d'impôts, correspond un patrimoine de 2,4 millions d'euros.

jedi64  a répondu le 28/11/2012 à 10:57:

Un peu faible 1% tout de mêm, et si l'on évalue l'immobilier locatif à ce genre de taux, les prix vont s'envoler ! avec 2,4 millions d'euros on peut nettement faire mieux que de les mettre sur un livret A:)

@jedi  a répondu le 28/11/2012 à 11:27:

Ce taux est plutôt réaliste, inflation déduite. Mais peu importe, ce n'est pas le sujet. Le sujet est de montrer que ceux qui n'ont prétendument aucun patrimoine disposent en réalité d'un niveau de vie équivalent patrimoine tout à fait significatif. Les statistiques de l'INSEE sont exactes mais leur interprétation en termes d'inégalités est économiquement farfelue.

bruno  a répondu le 28/11/2012 à 13:35:

@jedi
Très juste, et on pourrait faire le même calcul pour les élus retraités, dont le patrimoine virtuel "équivalent" à leurs revenus et avantages est encore bien plus énorme... et en plus totalement exonéré d'ISF ! Pas étonnant qu'ils soient tous favorables à cet impôt stupide.

Il faut tenir!  a répondu le 28/11/2012 à 14:23:

J'en ai marre que l'on s'attaque toujours et encore au statut ultra privilégié des élus! Et alors, qu'est-ce que cela peut vous faire que certains aient des revenus délirants ? À Strasbourg nous avons eu un simple élu de quartier qui, en cumulant toutes ses fonctions, émargeait à plus de 50 000€/mois-respect! Depuis qu'il est élu député il a, grand seigneur, décidé d'exercer bénévolement ces fonctions ( 4 présidences d'offices publiques ou sem

pipolino  a écrit le 28/11/2012 à 10:38 :

quel timing....! l'Insee nous prépare t elle insidieusement à une nouvelle campagne de hausse des impôts matraquant toujours les mêmes ...? ,nous vivons en France ,en ce début de 21siècle, la fin avérée du communisme et l'avènement d'un 'nouveau' socialisme mode sauce hollandaise périmée...Il y a peu de pays dans le monde qui peuvent se payer ce luxe...Venezuela,Cuba,Bolivie,Corée du Nord,Pérou...?

Chich  a répondu le 28/11/2012 à 17:15:

pipogrocon oui...

Observer le réel  a écrit le 28/11/2012 à 10:37 :

Il faut affecter au patrimoine des locataires de HLM la valeur du logement qu'ils occupent, puisqu'ils sont indélogeables.

tony  a écrit le 28/11/2012 à 10:02 :

non sans blague? Ca cest un scoop!

Enjoy  a écrit le 28/11/2012 à 10:00 :

+ 1 et alors ? ça a toujours existé ça existera toujours ... l'égalitarisme forcené nous amène dans le mur , z'avez pas compris encore ?

DRRW  a répondu le 28/11/2012 à 10:26:

Oui l'egalitarisme forcene mene dans le murcomme l'individualisme forcene. C'est pourquoi la france est bate sur 3 piliers liberte, egalite, fraternite....

Devise nationale  a répondu le 28/11/2012 à 12:37:

L'égalité de la devise nationale n'a rien à voir avec l'égalitarisme socialiste. L'égalité devant la loi ne doit pas conduire à l'égalité des revenus par la redistribution socialiste, qui est en même temps négation du premier mot de la devise et refus du troisième.

ephw  a répondu le 28/11/2012 à 13:47:

La devise affichée au fronton des mairies est issue des francs maçons qui ont fomenté la révolution française. Elle est parfaitement utopique, ne serait ce que parce que l'égalitarisme est liberticide, comme l'a prouvé la révolution bolchevique....de plus les pyramides sociales s'égalisent par la base, car c'est plus facile que de l'allonger vers le haut.....où les édiles (socialistes et autres) restent bien à l'abri.

@ephw  a répondu le 28/11/2012 à 14:24:

Encore une fois, l'égalité voulue au début de la révolution et consacrée par les droits de l'homme (égalité devant la loi) n'est pas l'égalitarisme des socialistes (égalité économique par abus de la force publique). L'égalitarisme est une dérive totalitaire collectiviste des idées libérales qui ont mené à la révolution. L'égalité devant la loi est la condition de la naissance de la démocratie, le socialisme conduit à la mort de la démocratie et au totalitarisme.

sirius  a écrit le 28/11/2012 à 8:56 :

Et alors ?

logement  a écrit le 28/11/2012 à 8:49 :

l'augmentation recente de l'immobilier fausse beaucoup de choses. Il serait interressant de connaitre les chiffres d'augmentation du patrimoine et du niveau de vie "hors logement"

a1039  a répondu le 28/11/2012 à 10:37:

+1 En effet, que me chaut de voir mon logement avoir sa "valeur" multipliée par 2, 3 ou 4 si je n'ai que cela comme patrimoine ? Juste de permettre à "certains" de se justifier de me faire payer plus d'impôts et taxes sur ledit logement ;-) !

jedi64  a répondu le 28/11/2012 à 10:59:

tout à fait d'accord, d'ailleurs les allemands ont un meilleur pouvoir d'achat que nous grâce à la sagesse des prix immobiliers. Et cela met moins de pression pour les salaires !

bubble  a écrit le 28/11/2012 à 8:03 :

Une chose est sûre pour la génération des moins de 35 ans, à l'avenir le patrimoine va baisser pour tout le monde riche et pauvre: bref tout ceux qui ont acheté ces 6 dernières années.

al1  a écrit le 28/11/2012 à 7:50 :

Il faudrait aussi prendre en compte le type de patrimoine immo. En effet, même les ménages plus pauvres et propriétaires, il en est, ont souvent investi dans les zones les moins bénéficiaires des + values potentielles. En caricaturant, les nantis ont investi dans les centre-ville et au bord de mer, et les + pauvres dans les campagnes, loin des accès au travail. Le taux zéro pour tous n'arrangea rien
Les fractures sociales se font aussi ici...

Foxy  a écrit le 28/11/2012 à 7:45 :

Rien d'étonnant, c'était le but affiché (et inscrit noir sur blanc dans les programmes) des personnes qui furent au pouvoir pendant cette période. Il parait que cela devait aider les plus aisés à plus consommer en France, y créer de l'emploi, de la richesse et donc réduire la dette. Résultat: une dette abyssale ( merci la loi TEPA et les Scellier/Robien/Borloo/Duflot? qui coutent une fortune au trésor public), des biens immobiliers concentrés dans les mains d'une faible part de la population (ils sont loin les primo accédants), et des assurances-vie, livrets A, LDD remplis en un clin d'oeil lors du relèvement des plafonds !

malpensant  a écrit le 28/11/2012 à 7:40 :

c'est vrai que l'immobilier a beaucoup trop augmenté, alors que les actions valent la moitié de ce qu'elles valaient il y a 10 ans, malgré cela les actionnaires sont toujours considérés par les bobos socialistes comme des pestiférés. a part cela il y a ceux qui travaillent et investissent et ceux qui glandent et font la fête, rien de nouveau entre la cigale et la fourmi.

affinez votre pensée  a répondu le 28/11/2012 à 10:18:

Oui l'immobilier a trop augmenté et détourné une bonne partie de la richesse nationale (épargne, revenus, investissements) vers la pierre au détriment de l?industrie.

N'importe quoi  a répondu le 28/11/2012 à 10:33:

L'immobilier aurait détourné la richesse nationale de l'industrie ? Ridicule ! Aucun rapport ! L'industrie souffre des taxes et des réglementations ubuesques, pas d'un manque de moyen.

affinez votre pensée  a répondu le 28/11/2012 à 11:12:

Vous rigolez ou quoi? A la différence d'un Allemand ou d'un Américain, un Français qui a les moyens va préparer sa retraite en investissant dans la pierre plutôt que dans le capital risque ou les livrets "industrie". Cet argent ne servira pas à financer les startups innovantes ou les PME.
De même on a dépensé des milliards avec des niches fiscales type Scellier alors que cet argent aurait pu être utilisé pour réduire le coût du travail.

Arno2244  a écrit le 28/11/2012 à 7:21 :

Avec l'immobilier qui baisse et devrait baisser encore de nombreuses années il sera intéressant d'observer la suite.

Fantasme  a répondu le 28/11/2012 à 10:34:

Tu as le droit d'y croire...

Roberto  a répondu le 28/11/2012 à 12:47:

La croyance aveugle de certaines personnes dans un immobilier perpétuellement haut est ridicule. La baisse est inéluctable, tous les facteurs sont réunis (salaires en berne, inflation importée, critères des banques, fiscalité, vieillissement de la population).
La bulle est telle qu'aujourd'hui, la France est le pays au monde qui compte la plus grosse proportion de millionnaires (de mémoire 3,5 % de la population) ! Millionnaires oui, mais virtuels.

@Roberto  a répondu le 22/01/2013 à 9:21:

Vous oubliez un facteur qui n'est pas tout à fait anodin ; la disproportion entre l'offre (insuffisante) et la demande (croissante).

Donc oui il y aura une baisse, mais elle restera très mesurée, très lente et ciblée.
Et parler de bulle ici est inapproprié car en plus du problème d'offre et du niveau élevé des droits de mutation, la très grande majorité des propriétaires sont des propriétaires occupants, tout sauf des spéculateurs.

bertrand  a écrit le 28/11/2012 à 6:58 :

ah bon !!!!!

popo  a écrit le 28/11/2012 à 6:51 :

Mercii Sarko, le président des riches

tron  a répondu le 28/11/2012 à 7:46:

tu n'a rien compris: ça aura été la France qu'on a remis au boulot, qui se lève tôt, pas celle de l'attrait de la cupidité sans travailler à outrance par les niches fiscales en tout genre.