Florange : récit d'une pièce dramatique en cinq actes

 |   |  769  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
ArcelorMittal abandonne le projet Ulcos. Les hauts fourneaux de Florange ne redémarreront pas. Retour sur une pièce dramatique en cinq actes qui a fait tourner bien des têtes au gouvernement...et ailleurs.

Cinq jours auront suffi à ArcelorMittal pour enterrer le projet Ulcos qui devait permettre aux hauts-fourneaux de Florange de repartir. Sans même qu'ArcelorMittal n'ait besoin de prendre la parole. C'est la Commission européenne qui a annoncé jeudi que l'aciériste indien jetait l'éponge dans la course au projet Ulcos.  "A cause des difficultés techniques", a expliqué le porte-parole de Connie Hedegaard, la commissaire européenne chargée du Climat. Retour sur une pièce en cinq actes durant laquelle Lakshmi Mittal a fait tourner les têtes des membres du gouvernement Ayrault.

Acte I - Mittal refuse de vendre le site de Florange

Mittal annonce à l'automne son intention d'arrêter l'activité des hauts fourneaux de Florange. Le gouvernement plaide pour la vente du site par ArcelorMittal, afin de protéger les emplois. Mais l'idée est rejetée en bloc par Lakshmi Mittal, qui fait alors peser l'argument selon lequel la vente des activités aval mettrait "en péril les activités du groupe en France". Arnaud Montebourg va alors jusqu'à annoncer une loi qui forcerait un propriétaire de site industriel rentable à le céder en cas de repreneur intéressé. Proposition restée pour l'heure lettre morte.

Acte II - La course contre la montre

Le 1er octobre, la direction d'ArcelorMittal annonce son intention de fermer définitivement les hauts fourneaux de Florange et donne deux mois au gouvernement pour trouver une entreprise susceptible de reprendre l'exploitation de la phase liquide de l'usine. Mais il refuse toujours de céder l'ensemble du site, c'est à dire les hauts fourneaux et la filière froide. Commence alors une chasse au repreneur pour Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif.

>> Florange: le gouvernement a deux mois pour trouver un repreneur

Acte III - Les rumeurs sur les repreneurs

Dans le courant du mois d'octobre, un premier nom de repreneur circule. Selon le quotidien les Echos, un Russe, Severstal, serait en discussion avec ArcelorMittal. Les salariés de Florange se mettent alors à espérer. Problème, Severstal serait intéressé par la reprise totale du site, et non pas seulement des hauts fourneaux. L'affaire est classée sans suite. La course contre la montre se poursuit pour le ministre de Redressement productif qui évoque le 21 novembre deux offres de reprise. Sans ne citer aucun nom. Le Monde confirme alors la piste Severstal et ajoute le nom de Ascometal pour la piste française. Mais ArcelorMittal déclare aussitôt ne pas en avoir connaissance.

>> Qui est le Russe Severstal, cette "étoile du Nord" qu'on dit intéressé par Florange ?

Acte IV - La nationalisation avortée

Voyant la date butoir approcher à grands pas, Arnaud Montebourg brandit la menace d'une nationalisation temporaire du site, le temps de trouver un repreneur. "On est plus à une époque où on nationalise la sidérurgie", rétorque Michel Sapin, le ministre du Travail, dés le lendemain matin. Pour lui, seule une reprise par une entreprise privée est envisageable. La proposition du ministre du Redressement productif trouve toutefois un écho positif dans l'ensemble de la classe politique, tous bords confondus. Le suspens dure jusqu'au dernier soir de l'ultimatum fixé par ArcelorMittal. Jusqu'à ce qu'un accord soit trouvé. Il n'y aura pas de nationalisation, et les hauts fourneaux seront maintenus à l'arrêt le temps de réaliser les investissements nécessaires à leur reconversion. L'ensemble de l'opération repose sur le projet Ulcos.

Acte V - La fin d'un projet qui devait sauver au moins un haut-fourneau

Le projet consiste à capter le CO2 en sortie d'au moins un des deux hauts-fourneaux pour le compresser et l'injecter dans des aquifères salines à 2000 mètres de profondeur. Outre une réduction de 50% des émissions de CO2 liées à la fabrication de l'acier, cette technologie doit permettre de diminuer de 25% la consommation de coke tout en augmentant le rendement des réacteurs. De quoi rendre le site compétitif. Seule ombre au tableau à ce moment là, le cours du carbone plafonne autour de 7 euros la tonne, alors que le captage et le stockage de CO2 ne sont rentables qu'à partir de 30 euros la tonne. Pour cela, il faut que les hauts-fourneaux fonctionnent et que Bruxelles finance une partie de cette remise à niveau... Mais déjà, la mise en oeuvre du projet est incertaine et les syndicats n'y croient plus. Leurs doutes ont été validés ce jeudi, même si dans sa lettre envoyée à la Commission européenne et publiée par les Echos, ArcelorMittal se dit toujours intéressé par cette technologie... pour plus tard. Le gouvernement, lui, garde espoir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2012 à 22:48 :
Pendant que l'Etat dépensait toute cette énergie pour Florange et ses 600 emplois, la France perdait en octobre 45 000 emplois, soit 1500 emplois chaque jour. Ou sont le sens des réalités et celui des priorités ?
Réponse de le 07/12/2012 à 9:08 :
je suis bien d'accord avec vous c'est l'arbre qui cache la foret tout les jours de nombreuses PME licencient quelques employés et cela passe presque inaperçu
Réponse de le 07/12/2012 à 10:14 :
C'est sur, il n'y a pas beaucoup d'entreprises qui peuvent se permettre de garder 650 salariés en inactivité pendant 18 mois avant de les reclasser en interne ou de les faire partir à la retraite...
Réponse de le 07/12/2012 à 12:06 :
Les salariés qui ne travaillent pas depuis 18 mois sont sans doute en chômage technique et donc rémunérés, au moins en partie, par Pôle Emploi (l'Etat, nous, pas Mittal).
a écrit le 06/12/2012 à 22:19 :
Hollande par anti sarkozisme a promis n'importe quoi alors que l'on sait depuis longtemps que la production d'acier se fait dans les ports et qu'elle n'est plus rentable à Florange. Il fallait être honnête avec les ouvriers, leur dire la vérité et mettre le paquet sur la reconversion. Le PS a promis ce qu'il ne pouvait pas faire et depuis il louvoie. À quand la franchise et le courage d'affronter la réalité ?
a écrit le 06/12/2012 à 20:40 :
Réponse à rourou, je ne suis nullement xénophobe car je suis moi même issu de l'immigration . Mes propos ne sont qu'une constatation à l'incapacité de ce pays a conserver les emplois et les entreprises de gens qui ne demandent qu'à travailler et a nourrir leurs famille en France , et ce toutes nationalités confondues.
a écrit le 06/12/2012 à 20:36 :
à la tribune , arrêter de faire des articles sur arcelor mittal , toutes vos informations sont fausses , le gouvernement comme d'habitute à menti et fait leurs petites magouilles
Réponse de le 06/12/2012 à 21:16 :
@ la Tribune: continuez les articles sur Arcelor Mittal, le feuilleton de l'UMP est en train de s'essouffler !
a écrit le 06/12/2012 à 19:34 :
Mais que f.; les sjournalistes? le point 4 de l'accord est pourtant clair sur ULCOS..
Réponse de le 06/12/2012 à 22:27 :
vous avez raison, l'accord mentionne que Mittal arrête ULCOS 1 et il ne s'engage pas "fermement" sur ULCOS 2. Mittal s'en sort très bien sur les transferts de production et sur l'équivalent d'un "plan social"...bref un sacré négociateur !
a écrit le 06/12/2012 à 18:10 :
à tort ou raison .... ça coûtera moins cher de payer les salariés à 100 % au chômage pendant 30 ans!
a écrit le 06/12/2012 à 17:51 :
On veut sauver 600 emplois dans une industrie déclinante on ferait d être offensif dans les nouveaux métiers d avenir, de toute façon l économique aura raison sur le politique, la sidérurgie n à plus d avenir dans une région sans minerai de fer
Réponse de le 06/12/2012 à 18:39 :
Ben siiiiiiiiii avec les 35H, l'administration qui va bientôt breveter les roues carrées , les syndicats !!!!!!!!!! (oups... j'oubliais les taxes) ;o)))))))))))
a écrit le 06/12/2012 à 17:36 :
Et voilà le pouvoir de la richesse....les différents gouvernement ont laissé vendre nos industries aux étrangers et voilà le résultat .... Aujourd'hui l'état Francais n'a pas les moyens financier de cette personne qui peut ce permettre de contrer tous nos hommes et femmes politiques , et ce n'est pas en faisant grève que les choses s'arrangeront .
Réponse de le 06/12/2012 à 18:42 :
Que ce soit vendu aux étrangers ou détenu par un Français, ça ne change rien à l'équilibre économique du site: la sidérurgie, les charbonnages, le textile, tout cela a fermé alors que les entreprises étaient détenues par des Français, voire même par l'Etat français. La xénophobie n'a jamais fait baisser le chômage, sauf peut être en permettant le recrutement de permanents supplémentaire dans un certain parti politique..
Réponse de le 06/12/2012 à 19:31 :
@rourou: faut pas tout ramener à la xénophobie :-) je sais, c'est la mode, mais quand on a un tant soit peu d'intelligence, on réfléchit autrement, non ?
Réponse de le 06/12/2012 à 19:39 :
+ 1
Réponse de le 06/12/2012 à 20:18 :
rourou n' a aucune raison d'avoir l'air intelligent, vu que le sport national de ce pays, c'est de jouer au plus con ( qui finit d'ailleurs tjs par avoir raison)..... il ne fait jamais qu'utiliser une rethorique minable qui se retourne contre ceux qui en ont abuse...... c'est un peu comme demander du ' patriotisme economique' quand on a traite tt le monde de front national pdt 30 ans, ca pose un gros souci ( en clair ' c'est pas gagne')
a écrit le 06/12/2012 à 17:30 :
On pourrait quand même de temps à autre faire le parrallèle avec nos amis belges de Seraing, dans la même galère. Les HF sont à l'arrêt, et ne seront pas rallumés probablement. et pourtant, contrairement à ce que pensait Colluche, les belges ne sont pas plus c. que les français, et le savoir faire exceptionnel de Florange en ferait sourire plus d'un..In fine, Montebourg a tout faux dans cette affaire qui ne le concerne en rien. il a tout simplement oublié que le redressement productif de la France ne passait pas par des industries vieillissantes, et a mortellement compromis l'attrait de la France pour des entrepreneurs, ou des investisseurs, pour les jeunes qui s'en vont à londres ou ailleurs.; Montebourg, pour faire de la petite politique, nuit à la France.
a écrit le 06/12/2012 à 17:29 :
Si on avait autant parlé du CIF (2500 salariés) que de Florange ! Ah j'oubliais on ne pleure pas sur de méchants banquiers, autant qu'on peut le faire sur de gentils ouvriers ! Pauvre France et Pauvres médias à deux vitesses toujours et encore. Ce sera juste plus de 1500 personnes au chômage mais avec un tel gouvernement quelle importance au fond.
a écrit le 06/12/2012 à 17:24 :
il y a sur les echos,la copie de la lettre que mittal a envoyé a bruxelles pour se retirer du projet ...
alors est ce le gouvernement , ou bien ce mittal qui ment.. , ?
Réponse de le 06/12/2012 à 19:05 :
Ayrault est prof d'allemand, il n'a pas du comprendre que pour Florange, Ulcos c'est fini...
Réponse de le 06/12/2012 à 20:19 :
le gvt n'est responsable de rien vu que ' c'est la faute a sarkozy'
a écrit le 06/12/2012 à 17:12 :
Je suis plutôt libéral, mais je ne connais aucun pays qui a bradé sa sidérurgie, car c'est loin d'être une industrie finie sur le plan économique. Pour moi laisser échapper Usinor ou Péchiney est une erreur stratégique. Le fait que MITTAL n'a pas respecté ses engagements était l'occasion de rectifier la chose. En se basant sur un actionnariat salarié/public/privé. Croire que l'on gardera de l'industrie sans garder nos fleurons industriels a quelque chose d'amusant au niveau théorie économique, et de triste pour les salariés concernés. Au lieu de ça on continue a subventionner des boulets comme le CEA, Areva, EDF. Montebourg avait semble t-il le début d'un plan assez ambitieux, dommage que se ne soit pas allé au bout.
Réponse de le 06/12/2012 à 17:31 :
je vous confirme, vous n'êtes pas libéral en économie.
Réponse de le 06/12/2012 à 18:06 :
Les USA sont donc pas un pays libéral, Il on porté leur sidérurgie pendant plus de 10 ans a bout de bras...
Lâcher l'affaire ça aurait eu du sens si l'acier avait été remplacé par un matériaux plus efficace et moins cher dans toute ces application, là j'aurais compris la situation actuelle et les choix fait.
Réponse de le 06/12/2012 à 19:15 :
Les pétainistes de la guerre économique sont toujours à la manoeuvre pour promouvor l'économie libérale qui étouffe les peuples et les rends soumis pour mieux les frapper plus tard !!! john galt est-il de ces pétainistes de la guerre économique ?
a écrit le 06/12/2012 à 17:08 :
Pauvre gouvernement !
Pauvre Ayrault, pauvre naïf, comment croire aux paroles d'un capitaliste sans foi ni loi, qui se moque de tous les gouvernements d'Europe (et du monde), qui n'en a rien à faire des salariés etc. allez, la droite, la gauche, ce sont beaucoup de bla bla et peu de résultats tangibles ; quand le peuple français le comprendra t-il ? le capitalisme ne peut pas se reformer, il va droit au mur et il crèvera (comme le socialisme) ; c'est d'une autre société dont on a besoin basée sur le respect, les valeurs humaines, la droiture etc. On en a assez de raisonnements oiseux et de mensonges perpétuels ; et on en a assez que des individus se crèvent et crèvent alors que d'autres se gavent à longueur de journée
Réponse de le 06/12/2012 à 17:20 :
il n'aurait pas fait ca, on l'aurait traité de raciste ...
Réponse de le 06/12/2012 à 17:33 :
Le capitalisme, c'est la transposition en économie du droit de propriété, l'un des droits de l'homme, liés à la nature humaine. Le socialisme nie les droits de l'homme, voilà pourquoi il a disparu, le capitalisme est conforme aux droits de l'homme, voilà pourquoi il ne disparaitra pas. Curieux, il n'y a qu'en France qu'on croit que le capitalisme va disparaitre ???
Réponse de le 06/12/2012 à 17:35 :
vous parlez de societe basée sur le respect, les valeurs humaines... vous avez un pays modele en tete? merci de nous faire savoir a qui vous pensez !
Réponse de le 06/12/2012 à 17:47 :
Et remercions le capitalisme sans qui nous n'aurions pas le niveau de vie que nous connaissons. Il est le fait d'aventuriers qui "jouent" avec le risque, quelquefois malheureusement pour eux et ceux qu'ils entraînent dans leur aventure.
Réponse de le 06/12/2012 à 18:03 :
@ john galt votre commentaire est hors propos et stupide. La propriété, c'est la jouissance de ceux qui retiennent volontairement leurs selles le plus longtemps possible car ça fait mal et plaisir en même temps. Faites-vous soigner par un psychiatre LIBÉRAL, bien évidemment, et tout ira mieux après. Courage!
Réponse de le 06/12/2012 à 18:51 :
Parlons Droit justement, qu'est ce que le droit de propriété en rapport avec une société? Qui possède une société de capitaux et quelle est la signification du de cette propriété? Il n'y a pas de réponse toute simple, contrairement à ce que john galt pourrait croire!
Réponse de le 06/12/2012 à 19:14 :
@john galt: capitalisme, socialisme, communisme, droits de propriété, tu mélanges tout. Les choses sont beaucoup plus simples: on a que des intérêts personnels et tout le reste, ce ne sont de bons mots pour manipuler les gogos :-)
a écrit le 06/12/2012 à 17:08 :
Il faut en finir avec cette affaire de Florange
Le gouvernement n'a pas eu le courage de dire que le site n'est pas viable et que l'industrie française est en voie de disparition.
Miuex vaut former les salariés à un nouveau métier et dire la vérité!!
Réponse de le 06/12/2012 à 17:16 :
Le site est viable dans son ensemble. C'est pour ne pas le laisser à la concurrence que Mittal ne veut pas le vendre.
Réponse de le 06/12/2012 à 17:21 :
Parceque le gouvernement précedent a eu du courage en leur demandant, entre autres, de ne rien annoncer avant les éléctions lors que tout est joué depuis des lustres ?
Réponse de le 06/12/2012 à 17:22 :
le probleme est que le site est viable , mais que mittal ne souhiate ni le venddre, ni le ceder, car comme le dit lui meme, cela lui ferait de la conccurence en france et ca ...il n'en veut pas.. !!
soyez un peu plus patirote les gens . ! ! !un peu plus prtectionnistes, et au diable le dictat de bruxelles et des gros patron sans foi ni loi. !
Réponse de le 06/12/2012 à 17:37 :
le patriotisme et la religion sont les deux mamelles de la culpabilisation quand on n'a plus rien d'autre pour relever son pays! et dans les deux cas, votre pays est tres mal barre! vous recoltez ce que vous avez seme!
Réponse de le 06/12/2012 à 22:05 :
Mr Churchill, vous êtes en forme! Fanatisme, Populisme, Patriotisme euh Montebourg par exemple?
a écrit le 06/12/2012 à 16:52 :
Scandale socialiste : démagogie , amateurisme , mollesse sauf que on joue avec des familles des vies et pas sur des coups médiatiques pour le nombril de quelques politiciens narcissiques
Réponse de le 06/12/2012 à 17:23 :
c'est sur que c'est a cause du ps, que le site va fermer...
intox de la part des ump .. ;vous l'aimez hein ! ! !
a écrit le 06/12/2012 à 16:48 :
Ce pataquès est le merveilleux résulta de l'intervention de l'état dans tous les domaines de la vie économique auquel il ne connaît rien. que l'état s'occupe de ses fonctions régaliennes et les vaches seront biens gardées.
que les industriels gèrent leurs industries, les commerçants leurs commerces. Les choses sont déjà suffisamment complexes comme cela. Quel homme politique reconnaîtra qu'il ne sait pas ? et qui le sanctionnera si il se trompe? rappelez moi le % de votant aux dernières élections ? notre démocratie a un sérieux problème aujourd'hui
a écrit le 06/12/2012 à 16:42 :
Confier un entreprise Française à un entrepreneur originaire d'un pays de la misère ça donne quoi ? Il va quand même pas pleurer sur le sort des Français !
a écrit le 06/12/2012 à 16:41 :
La veille de la rencontre avec les syndicats, on a vu livrer a Matignon des caisses pleines de tubes de vaseline
Réponse de le 06/12/2012 à 17:06 :
C'est tout a fait vrai, moi qui travaille chez un producteur de ce produit, je peux vous dire que depuis le mois de mai 2012 nous avons double notre chiffre d'affaires en France
Réponse de le 06/12/2012 à 17:24 :
En plus de l'éthylotest, le tube de vaseline sera obligatoire dans chaque véhicule !
Réponse de le 06/12/2012 à 20:37 :
avec une poignée de gravier
a écrit le 06/12/2012 à 16:32 :
Le titre est exact : Pièce dramatique, ... un théâtre où l'on se renvoie une réplique connue et répétée, pourquoi pas une farce ? Il y a bien des cocus en effet dans ce jeu qui ne trouve de dupes que ceux qui veulent bien l'être. Cessons de financer sans raison les faux emplois de la sidérurgie et d'ailleurs, organisons la fin de l'idéologie du chômage, cessons de ponctionner les français devenus actionnaires forcés, sans dividendes.
a écrit le 06/12/2012 à 16:30 :
bravo au photographe.
Réponse de le 06/12/2012 à 17:29 :
+1, Il manque le panneau voie sans issue....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :