La Tribune

Noël, quel stress!

Copyright Reuters
Sophie Péters  |   -  866  mots
Angoisse de ne pas faire plaisir aux proches, peur d'exploser son budget : longtemps synonyme de réjouissances et de détente, Noël est également devenu une période de stress importante chez certains consommateurs.

Six Français sur dix se déclarent stressés à l'idée de ne pas trouver la bonne idée de cadeau indique une étude Ifop/ Generix Group. Et 36% développent des angoisses autour de la question financière, craignant de dépasser leur budget. Noël rime désormais avec stress et casse-tête financier. Autant dire qu'un tiers des Français se sent confronté à des problèmes financiers, voire à une situation délicate.
Serait-ce la peur de la précarité qui saisit les Français face à un bas de laine sans cesse décroissant ? 31% craignent de "ne pas avoir les moyens d'acheter des cadeaux à ceux qu'ils aiment". "Une tendance qui est en forte progression cette année, et se manifeste de plus en plus tôt", déclare Valérie Dewerte du site radins.com, qui recueille depuis septembre sur son forum des centaines de témoignages de consommateurs stressés. "Pour de nombreuses personnes, Noël est devenu un moment véritablement anxiogène", ajoute-t-elle.
"Dès novembre, c'est le début d'une lente montée en pression, alimentée par une surenchère commerciale autour de l'évènement", note le sociologue Jean-Claude Kaufmann. Ainsi la cohue dans les magasins effraie 35% des personnes interrogées notamment en région parisienne (44%). Si certains cherchent à anticiper, 38% des Français déclare faire leurs achats moins de 15 jours avant le jour J, en pleine affluence. Résultat : la recherche de la bonne affaire, le nombre de cadeaux à acheter ou le manque de temps, sont également cités comme facteurs de stress pendant les fêtes.

la pression du "bon cadeau à trouver"

"Pendant deux mois, les gens ne cessent de se demander: qu'est-ce que je vais acheter pour Noël ? Vais-je réussir à trouver ce que mon enfant a demandé ? Dois-je aller en magasin, sur internet ? Et si je commande, vais-je pouvoir être livré à temps ?", constate Mike Hadjaj directeur marketing chez Generix.
Autant de questions sans réponse qui engendrent du stress. Sans compter que le phénomène de « listes » désormais devenu un classique dans les familles ajoute une injonction supplémentaire. "La tension autour de Noël est de plus en plus forte: les enfants, plus précis et exigeants dans leurs demandes, rendent la tâche des parents plus compliquée", confirme Mike Hadjaj.
Cette pression autour du "bon cadeau à trouver" se retrouve dans les magasins. "Des mamans, un peu désespérées et inquiètes, me disent qu'elles ont déjà fait un, deux, trois magasins, pour trouver LE cadeau, qui menace d'être en rupture de stock", remarque Franck Mathais, directeur des ventes de la Grande Recré. Côté adultes, il y a un "surinvestissement autour de Noël, qui est l'un des derniers rites collectifs, et qui à ce titre se doit d'être réussi", souligne le sociologue Jean-Claude Kaufmann. "A Noël, il y a comme un sentiment d'obligation de bonheur intense. On s'attend à quelque chose de forcément énorme et merveilleux, il faut être à la hauteur des attentes, et c'est forcément stressant".
La crise est venue renforcer ce sentiment. "Noël, dernier moment de joie dans une période incertaine, catharsis d'un recentrage sur la famille, ne peut être raté", souligne l'historien Claude Posternak. "Surtout que la question du budget est venue s'ajouter aux angoisses relationnelles".
"Certains se retrouvent prisonniers de logiques contradictoires, voulant faire plaisir à leur enfants, qui réclament des jeux toujours plus beaux (et plus chers), tout en évitant de se mettre dans le rouge", Jean-Claude Kaufmann. "Cela peut être très douloureux pour certaines familles", renchérit Calude Posternak. 31% des Français déclarent ainsi être stressés à l'idée de "ne pas avoir les moyens d'acheter des cadeaux à ceux qu'ils aiment". 24% se lancent alors dans la quête de bons plans, "ce qui contribue à les stresser encore plus, n'étant jamais sûrs de faire le bon choix", souligne Frédéric Micheau, directeur adjoint de l'Ifop.

Gagner de l'argent par la revente des cadeaux

Cela engendre "une frénésie autour de l'évènement, qui elle aussi devient angoissante", d'autant que 13% des Français craignent de manquer de temps. D'où un effet compte-à-rebours qui s'enclenche au fur et à mesure qu'approche la date fatidique.
Généralement, "une fois les fêtes passées, cela se calme. Jusqu'à l'année prochaine", conclut Jean-Claude Kaufmann. Pas si sûr...car après la course aux achats, c'est celle de la revente qui va s'enclencher. D'année en année, le phénomène de revente des cadeaux de Noël ne cesse de gagner du terrain. Près d'un Français sur cinq envisage de revendre une partie de ses cadeaux, note l'étude Generix/Ifop. Parmi eux, si un tiers évoque le fait de recevoir des cadeaux dont ils n'ont pas l'utilité comme principale raison à la revente, ils sont également 22% à avancer des raisons financières, dans le seul but de gagner un peu d'argent, et 28% à avouer être prêt à "ré-offrir" les cadeaux qui ne leur conviendraient pas. Ou comment "rentrer dans ses frais".... et remédier au stress financier par un gain attendu de 17 euros en moyenne.
 

Réagir

Commentaires

5 ?  a écrit le 17/12/2012 à 19:43 :

Vite, je vais m'empresser de dépenser par anticipation la revalorisation du SMIC, soit + 0,3 % du SMIC (5 euros)

antinoël  a écrit le 17/12/2012 à 16:15 :

La fête de Noël est la pire fête de l'année. C'est la fête de l'injustice sociale par excellence. C'est à cette période de l'année que ceux qui n'ont pas d'argent, les personnes seules, ect. ressentent le plus leur condition, devant toute cette gabegie d'argent et de bouffe. Pour certains, Noël est gentil, pour d'autres, c'est une belle ordure.

EMI  a écrit le 17/12/2012 à 15:21 :

Tout à fait d'accord avec Isa.
Noël ne doit concerner que les enfants, uniquement eux.
Pour les adultes il y a la jour de l'an pour se faire des cadeaux.
Je ne supporte plus non plus cette frénésie de cadeaux entre adultes à Noël.
Comme Isa, ça me donne un sentiment proche du vomissement.

jasmin  a écrit le 17/12/2012 à 14:45 :

allez on va pas 'embêter, je vous propose qu'on annule tout

NOEL  a répondu le 17/12/2012 à 15:43:

N'oubliez as que c'est une fete chretienne avant tout - il est vrai qu'à cette epoque de l'annee les enfants attendent "le pere noel" et ses cadeaux bien sur , ce qui est normal -

Isa  a écrit le 17/12/2012 à 13:55 :

Marre de Noël ! Vue comme ça, je comprend pourquoi j'en ai marre et que je n'en ai pas vraiment envie. Et puis ces pubs en boucle radio et télé, avec le mots Noël, ça devient éc?urant. On a l'impression que Noël se résume à "acheter", "acheter" et encore "acheter". C'est n'importe quoi. Je rêve d'un Noël en toute simplicité, comme autrefois. Un cadeau aux enfants et c'est tout (Un seul, pas 10 ou 20, comme on peut voir dans certaine famille). Noël n'a plus le moindre sens. (Comme beaucoup de chose rendus trop commercial), là y en a marre. Il n'y a vraiment plus rien de merveilleux dans Noël, rien de rien. C'est n'importe quoi.

PADOLYIMF  a répondu le 17/12/2012 à 15:45:

Moi face à cette pression commerciale, je pars dans un pays pauvre MADAGASCAR pour feter en toute simplicité les fetes de fin d'année, quand je serai dans l'avion, je serai content!!

de toute  a répondu le 17/12/2012 à 15:46:

façon le pere noel n'apporte pas tout ce que les petits demandent ils sont tellement nombreux ces enfants