Louis Gallois : "on peut imaginer d'introduire des souplesses dans le CDI"

 |   |  447  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Albert Caen pour La Tribune)
Alors que les négociations sur l'emploi -qui s'achèvent ce vendredi- patinent, l'ex-patron de la SNCF et d'EADS et auteur du rapport sur la compétitivité des entreprises françaises propose d'introduire davantage de souplesse dans le CDI. Et en parallèle, de "sécuriser les personnes en CDD".

Louis Gallois monte au créneau. Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, l?ex-patron de la SNCF et d?EADS appelle à mettre un terme à "ce marché du travail à deux vitesses". Pourquoi? D?après lui, celui-ci est "scindé en deux". Plus précisément, l?auteur du rapport sur la compétitivité des entreprises françaises remis début novembre au gouvernement argue qu?"il y a chaque année 3 millions d'embauches en CDI mais 18 millions en CDD, dont 14 millions à moins d'un mois". Résultat: "des salariés cumulent 5, 10, 15 CDD dans l'année!", déplore-t-il.

Pour en finir avec cela ?et sachant que le recours aux CDD abusifs va crescendo, comme en témoigne le cas du groupe France Télévisions, récemment épinglé-, Louis Gallois appelle à introduire "des souplesses" dans le CDI. Tout en sécurisant, en parallèle, les personnes en CDD. Cette sortie intervient alors que la négociation pour l?emploi -qui doit s?achever aujourd?hui- patine. Celle-ci bute toujours sur la taxation des contrats courts. Pour les syndicats, il s?agit d?une mesure indispensable. Tandis que le patronat, mené par le Medef, n?en veut surtout pas, arguant que cela n?aura pas d?effet sur l?emploi.

>> Négociation sur l?emploi, attention aux dommages collatéraux

Le contrat de génération : "une bonne idée"

Pour appuyer son argumentaire, Louis Gallois compare la situation de l?Hexagone à celle du Vieux Continent. En France, "les actifs ne représentent que 51% de la population contre 56% en moyenne en Europe", lâche-t-il. Pour changer la donne, il prône donc "une augmentation" du "taux d'emploi des jeunes et des seniors". A cet égard, il juge que "le contrat de génération" de Hollande constitue, lui, "une bonne idée".

>> Le contrat de génération arrive? avec un financement surprise

Enfin, l?ex-grand patron est brièvement revenu sur les décisions prises par le gouvernement après la remise de son rapport il y a près de deux mois. A ses yeux, "le gouvernement a montré sa détermination", dit-il avec diplomatie. D?après lui, l?exécutif a fait montre "d'un signal très positif car il fallait des mesures d'urgences pour redonner un ballon d'oxygène aux entreprises et restaurer la confiance des chefs d'entreprises vis-à-vis de l'action publique." Pour mémoire, le rapport Gallois a accouché d?un "pacte de compétitivité" qui atteindra 20 milliards d?euros d?aides aux entreprises en 2014. Mais les critiques ont fusé, certains détracteurs dénonçant les hausses d?impôts d?une ampleur similaire pour les entreprises concernées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2013 à 17:05 :
CONTRAT DE génération une bonne idée s'il n'est pas imposé ?
a écrit le 19/04/2013 à 14:32 :
Discours classique qui consiste à distiller l'idée que plus on précarisera l'emploi moins il y aura de chômage car un chef d'entreprise n'hésitera plus à embaucher car il saura qu'il pourra licencier facilement .L'ANI va donner une réponse dans ce sens .Ce gouvernement se trompe lourdement.Ce qui s'est passé en Allemagne à savoir réduction des salaires et temps partiel ne sera pas retenu par les entreprises Françaises .Ce qui va se produire c'est une augmentation nette du chômage quand l'ANI sera passé .çà va être une spirale , chômage , baisse des cotisations sociales et impôts sur le revenu , baisse de la consommation , chômage , diminution des prestations sociales , précarité , petits boulots , travail au noir , concurrence aux entreprises , cessation d'activités etc ... .Le système libéral n'aura de cesse que de revenir sur les acquis sociaux .Un jour on sera payé à la semaine car on sera employé à la semaine .Les entreprises ne seront pas gagnantes car le système tient tant qu'il y a des consommateurs et le jour n'est peut être pas si lointain ou on ne consommera plus qu'à minima .On ira peut être vers une société de la solidarité , ou les gens s'aideront gratuitement, ou on préférera réparer qu'acheter .
a écrit le 19/04/2013 à 13:18 :
C'est la CDD qu'il faut supprimer et effectivement assouplir le CDI.
Ensuite il faut supprimer toutes les aides et enfin supprimer les 35 aides.
Avec l'argent récupérer (on est pas loin des 30 milliards) on diminue le taux d'imposition des sociétés.
Résultat les entreprises retrouve un peu de rentabilité et on remet les français au travail. Sur les 30 milliards on peu en garder un peu pour diminuer le déficit.
Les solution les plus simples sont toujours les meilleurs: budget base zéro.
a écrit le 14/04/2013 à 18:29 :
Pour partager la misère, crane d'oeuf à des idées . Moins pour partager les richesses planqués dans les paradis fiscaux.
a écrit le 11/01/2013 à 13:58 :
La rupture conventionnelle de CDI permet déjà cette souplesse!
Le cap du million a même déjà été franchi.

Mr Gallois fait au mieux un coup de pub, au pire ne connait pas son dossier.
Réponse de le 11/01/2013 à 15:58 :
Pas faux ! Par ailleurs, même si je trouve le fait de négocier très positif dans l'absolu, j'ai quelques doutes quant à l'utilité de cette négociation en ce moment. Le fond du problème de l'emploi n'est il pas avant tout le niveau des charges et taxes que doivent supporter les TPE et PME dû à une dépense publique excessive ? Car ce problème d'emploi en France ne date pas d'aujourd'hui, il est structurel. Ces 30 dernières années, nous avons toujours été 4 ou 5 points au dessus de nos voisins européens en matière de niveau de chômage.
Il y a quelque chose de très surprenant dans la gestion de ce gouvernement (peut être aussi les précédents...), c'est que nous avons un Etat ultra endetté dont on sait que la dépense pèse très lourdement sur le dynamisme de l'économie et de l'emploi et ce sont aux entreprises d'évoluer. L'Etat et les collectivités ne devraient-elles pas commencer par se préoccuper de la gestion calamiteuse de leurs propres services en négociant avec les syndicats de fonctionnaires de manière à dépenser moins et à du coup faire baisser la pression sur la sphère privée et donc relancer l'emploi ?
Même si la simplification et l'assouplissement du droit du travail semblent nécessaires, ces négociations ont une véritable odeur de diversion organisée par un gouvernement qui n'a pas le courage de réformer l'Etat et les collectivités, premières responsables de la crise structurelle que traverse la France depuis des décennies !
a écrit le 11/01/2013 à 12:10 :
plus de securite veut-il dire impossibilité de licencier?
Réponse de le 11/01/2013 à 12:26 :
Nan, "plus de sécurité dans les CDD" en français néolibéral signifie en français classique (i.e. "du vieux continent") possibilité de licencier librement dans les CDI.
Réponse de le 11/01/2013 à 12:28 :
... cela m'étonnerait !
a écrit le 11/01/2013 à 12:09 :
De la souplesse aussi il en faut dans les fonctions publiques et les régimes spéciaux : sncf, fonctionnaires, ratp,
députés, sénateurs. Toutes ces catégories ne devraient plus largement profiter d' un système révolu datant de 1945. Monsieur Gallois n' y a pas pensé avant ????? Comme c' est curieux
Réponse de le 11/01/2013 à 16:05 :
C'est clair ! L'Etat s'endette depuis 40 ans par sa politique laxiste de gestion des services publics et c'est aux entreprises et aux salariés du privé de se montrer plus souple. Pourquoi l'Etat ne commencerait pas par faire de même avec ses propres salariés en supprimant le statut de fonctionnaire, en faisant payer à ses employés leurs propres retraites (au lieu de les faire payer par les salariés du privé), en supprimant les administrations devenus obsolètes... Le secteur public s'endette et ce sont les entreprises et les particuliers qui trinquent ! La France marche sur la tête depuis déjà quelques années, mais là on atteint des sommets !
Réponse de le 11/01/2013 à 17:36 :
@ Jacky: les fonctionnaires cotisent pour leur retraite à un taux de 9% qui va être aligné sur le privé (10,55%). L'équivalent de la part patronale est évidemment payée par l'employeur, l'Etat.
Réponse de le 11/01/2013 à 19:46 :
@retraité impôts : Pourquoi ne pas créer un régime UNIQUE, puisque vous semblez vouloir faire croire que les fonctionnaires ne sont pas privilégiés !!! Par exemple: calcul des retraites sur les 25 dernières années pour TOUS ! et par exemple: fin des promotions-augmentations dans les 6 mois avant retraite permettant aux fonctionnaires concernés de "grossire" abusivement le calcul de retraite !! non ??
a écrit le 11/01/2013 à 11:50 :
Il faut que ces négociations aboutissent à plus de sécurité et plus de flexibilité. Pierre Gattaz parlait récemment, dans Libération, d'une nouvelle approche sociale basée sur la confiance. Voilà ce qu'il manque au chef d'entreprise pour embaucher et au salarié pour se sentir en sécurité : la confiance. Dans nos PME, on essaie tous les jours de créer cela avec nos salariés. Il serait bon que nos représentants (que ce soit le MEDEF ou les syndicats) s'en inspirent !
a écrit le 11/01/2013 à 11:32 :
A quoi servent les rapports de la cour des comptes, la gauche continue de conduire en état ... d'ivresse électorale!

A la Cour des Comptes, j'aurais l'impression de prendre du retard ...

Je peux, dès à présent, indiquer qu'il faut aligner les retraites du public et des régimes spéciaux sur celles du privé ...

Évident pourtant!

Pourquoi perdre 5 ans à la Cour des Comptes, avant de pouvoir le dire!
Réponse de le 11/01/2013 à 11:49 :
Que vient faire les retraites sur un article concernant les CDD et CDI ? Il faudrait aligner les salaires du public sur celle du privé ou des autres pays europeens où les enseignants du superieur sont payés 2 à 3 fois plus !
Réponse de le 11/01/2013 à 12:26 :
Il faut tout aligner : retraites, salaires, avantages divers et variés...mais aussi temps réel de travail et, pourquoi pas, valeur ajoutée par l'emploi tenu et résultats qu'il a dégagé.
Réponse de le 11/01/2013 à 12:38 :
paye aux resultats ...beaucoup sont payse a aucun ressultat le grand malheur de E N
Réponse de le 11/01/2013 à 12:43 :
Désolé de démonter votre argumentaire, mais en ce qui concerne la France, les salaires du service public sont aujourd'hui plus élevés que ceux du privé. Et l'écart se creuse d'années en années.
On parle toujours des bénéfices monstres des grands groupes, mais le secteur privé ce sont en très grande majorité des petites ou moyennes entreprises qui croulent sous les charges et les rigidités du système pour permettre notamment de payer les retraites des fonctionnaires ainsi que tous les débordements du Service Public et de nos élus. D'ailleurs qui a accumulé 1600 md d'euros de dettes ? L'Etat ou les entreprises privées ? Pour sortir la France de l'ornière la priorité est bien de suivre les conseils de la Cour des Comptes en taillant dans la dépense publique... pas forcément dans les prestations sociales d'ailleurs, mais dans le gras des administrations dont certaines sont aujourd'hui obsolètes et inutiles. Comment justifier que pour accomplir les même tâches, des pays comme l'Allemagne ont 30 à 40% de fonctionnaires en moins pour 1000 habitants ?
a écrit le 11/01/2013 à 11:05 :
Il faut surtout simplifier, supprimer les seuils et les freins pour les TPE PME et ne pas en rajouter sans cesse !
On fait l'inverse de ce qu'il faudrait faire. On rajoute des taxes et de la complication à un système qui taxe déjà très lourdement et qui est déjà obèse...
Il est logique qu'il y ait plus d'embauches en CDD puisque ce sont des contrats courts alors que les CDI sont quasiment à vie. Les seules embauches en CDI ne peuvent être que le turn over ou de la croissance, mais c'est devenu rare avec la crise.
Pour aider les CDD, il vaudrait mieux généraliser la GRL pour le logement par exemple.
a écrit le 11/01/2013 à 10:32 :
n'a pas le sentiment que M Gallois est mis en application ses idées quand il était Président de la SNCF.
Réponse de le 11/01/2013 à 12:46 :
Parce que à ce niveau là il y a des lois et que je sache on ne peut aller contre. Monsieur Gallois n'est sûrement pas parfait mais il est quand même un des rares à avoir montrer qu'il existait encore des hommes politiques de valeur!!!! Et il est un des rares à analyser les problèmes et à en chercher des solutions sans ménager les uns ou les autres!
Réponse de le 11/01/2013 à 14:24 :
réponse à boaf.
excusez moi j'ai oublié :mis en avant ou mis en application...
a écrit le 11/01/2013 à 10:23 :
et dans le statut de la fonction publiqes ??????? EGALITE C QUOI POUR CE DIT SOCIALISTE.....
Réponse de le 11/01/2013 à 11:21 :
a le sentiment qu'il était le complice du camarade ...et des saboteurs du réseau

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :