En France, la fraude fiscale coûterait 60 à 80 milliards d'euros par an

 |   |  298  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Selon le dernier rapport du syndicat Solidaires-Finances publiques, les différentes formes d'évasion et de fraude fiscale s'élèveraient de 60 à 80 milliards d'euros. Ce qui équivaudrait à un manque à gagner de "16,76% à 22,3% des recettes fiscales brutes" en 2012, précise le document.

 La fourchette se situe dans la tranche haute des évaluations qui ont été faites jusqu'à présent. D'après le dernier rapport du syndicat Solidaires-Finances publiques dévoilé mardi par Le Parisien-Aujourd'hui en France, les différentes formes d'évasion et de fraude fiscale représenteraient "de 60 à 80 milliards d'euros" par an. En termes de recettes fiscales brutes, cela correspondrait donc à un manque à gagner de "16,76% à 22,3%", calcule l'organisation, qui regroupe des fonctionnaires du Fisc.

Cette évaluation apparaît plus élevée que celles réalisées ces derniers mois. Fin juillet, le sénateur socialiste Yannick Vaugrenard, membre de la commission d'enquête sénatoriale sur l'évasion des capitaux, avait évoqué la fourchette de 50 à 60 milliards d'euros chaque année en France. Cela représente "au moins, le montant du remboursement des intérêts de la dette française chaque année", avait-il commenté. Toutefois, Eric Bocquet, rapporteur de cette même commission, avait lui parlé d'un "risque fiscal compris entre 30 et 36 milliards d'euros". Avant de préciser que "cette évaluation ne comprenait pas une série de risques". "Si bien, a-t-il ajouté, que la limite supérieure n'est pas définissable: est-ce 50 milliards, 80 milliards?"

Solidaires-Finances publiques veut plus de contrôles

Enfin, pour Solidaires-Finances publiques, qui évaluait en 2006 la fraude fiscale de 42 à 51 milliards, les chiffres sont à la hausse. Pourquoi? A cause de l'essor des escroqueries liées à l'impôt sur les sociétés et à la TVA, assure le syndicat. Sans surprise et dans son rôle, il appelle ainsi le gouvernement à renforcer ses effectifs pour accroître les contrôles.

Reste que ce rapport apparaît alors que le débat sur l'évasion fiscale - relancé récemment avec le départ de Depardieu -, continue de faire jaser dans l'opinion et la sphère politique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2014 à 11:27 :
ouais daccord avec toi
a écrit le 04/02/2014 à 15:39 :
Simple, contre l’économie parallèle et souterraine, il faut supprimer les billets de banques. Avec la carte type « monéo » il y a la traçabilité des flux financiers. Laisser les pièces de monnaies en y ajoutant des pièces de 5 et 10Euros.
a écrit le 01/11/2013 à 17:44 :
La fraude fiscale nous disait JF KAHN n’est financièrement pas catastrophique. Ce n’est pas ce que pensent les syndicats des services des impôts qui demandent plus de moyen pour la combattre. Les chiffres annoncés sont de l’ordre de 60 à 80 milliards et la recette des fraudes dénoncées de l’ordre de de 4 milliards. Ce qu’il serait intéressant c’est de savoir d’une part le montant exact des fraudes dénoncées aux contribuables de ces impôts, les coûts du services pour dénoncer et collecter ces sommes, le coût pour ces contribuables pour se défendre des exagérations de ce service, le coût des condamnations de ce service et le coût des frais dans les tribunaux à propos de ces redressements. Ce n’est qu’avec ces éléments que nous pourrons arbitrer l’efficacité de cette administration.
Pour notre société nationale financièrement la fraude est sans impact car, l’usage des sommes contestées par le service des impôts ne dort pas sous des piles de draps mais permet de monnayer des biens ou des services produits par ceux qui les manufactures donc ce sont des emploies qui disparaitraient si la « fraude » est démasqué, il en serait de même pour tous autres impôts, taxes cotisations ou charges qui sont inclus dans le prix de ces productions et de même pour les revenus de ceux qui ont manufacturés les biens et services payés par le « fraudeur ». Donc en supprimant cette filière de production pour alimenter les caisses de l’Etat, des collectivités, ou des caisses sociales, vous supprimer autant de recettes pour ces caisses.
La fraude n’a donc aucun effet financier mais seulement un effet d’incivilité, qui est moins grave que les décisions des services collecteurs et des politiques qui penseraient que la fraude est une cause du déficit de la nation et que plus de fiscalité permettrait de réduire ce déficit.
Ceux qui le prétendent même s’ils sont des élus ou d’imminents économistes font preuve de manque d’intelligence préférant à la réalité des idéologies. En effet la richesse nationale : est composée par tous les biens et services produits nationalement et qui ont trouvé un usager ou un consommateur capable d’en payer le prix pour un montant total égal au PIB. Dans ce cas tous biens ou services hors ceux utilisés dans la production ou dans l’outil production, trouvent donc un usage, en contre partie de sa valeur, pour un actif ou un inactif national pour sa valeur que cet actif ou cet inactif en fasse usage familialement, mutuellement où collectivement.
Dans ce cas le déficit n’est pas explicable nous n’achetons pas plus, pas moins, que ce que nous produisons nationalement.
Si nous considérons que notre balance commerciale est déficitaire : c’est que nous importons plus que ce que nous exportons : nous consommons alors des biens et services que nous n’avons pas produits et pour le faire nous nous servons des valeurs qui n’ont pour existence qu’un bien ou un service que nous avons produit nationalement et que nous devrons alors payer en empruntant sans quoi cette valeur n’existe pas. Puis, quand l’Etat envoie des valeurs à l’étranger ou payent des intérêts pour la dette détenue par des étrangers, ou encore des familles envoient de l’argent à des familles à l’étranger : ces valeurs qui n’ont pour existence qu’un bien ou un service que nous avons produit nationalement implique que nous devrons alors payer nos productions en empruntant. Comme l’Etat le fait à notre place pour payer nos usages collectifs nous n’avons plus besoin d’emprunter.
Toutes personnes avec un minimum d’intelligence comprendront que tant que ces fuites de valeurs existent le déficit de l’Etat existera. D’autant plus que ce déficit est dès l’établissement de son budget programmé par l’Etat : un comble. La cause du déficit est une insuffisance de production nationale. Pouvez vous m’énoncer les mesures prisent chez nous pour produire d’avantage ?
Toutes les mesures prisent ne font qu’augmenter la valeur des choses qui devenant in compétitives ne sont plus exportables et font préférer les produits importés. Pour les produits non importables l’augmentation du prix appauvris les pauvres et dans tous les cas : l’in compétitivité produit des chômeurs donc de nouveaux pauvres et des besoins sociaux en augmentant font augmenter à nouveau le prix des choses.
a écrit le 17/05/2013 à 13:23 :
Avec la baisse du pouvoir d'achat vous pouvez être sûr que le travail au noir augmente considérablement. C'est ça l'austérité : essayer de recouvrir un parquet avec un tapis qui est trop petit. Chaque fois que l'on tire sur le tapis pour couvrir un coin, il y en a un autre qui se découvre!
a écrit le 17/05/2013 à 9:25 :
Est ce que la reticence tant des Fonctionnaires, que des salaries du privés, que de nos cher dirigeant à la mise en place du prelevement à la source n est pas une facon de continuer à faire perdurer en "impunité" la Fraude????
Le prelevement a la source, permet de faire payer des le premier euro la taxe... A quand un peu de "moralite" de justice et de courage politique?
a écrit le 11/04/2013 à 13:13 :
Ce que coute la fraude fiscale, et on nous emmerde sur nos retraites, pour un milliard et demi qui manque à la CNAV
a écrit le 31/01/2013 à 11:07 :
Taxer les entreprises sur le Chiffre d'Affaires comme en Allemagne. Plus on vend, plus on paye et dehors les tricheurs.
a écrit le 23/01/2013 à 17:15 :
Et oui il y a le contrôleur parfait et avec le temps on s'améliore dans la détection. Puis le contrôleur est comme vous humain et donc selon, de petits arrangements sont possibles à petits redressements et à gros redressements?Comme dans la police il faut des super contrôleurs de contrôleurs
a écrit le 23/01/2013 à 16:03 :
renforcer les effectifs ???? mais on a déjà les effectifs les plus nombreux d'europe et idem pour la dépense publique ! il faudrait surtout les mettre au travail et supprimer les 35h, et payés au résultat en fonction du nombre de fraudes traitées...
Réponse de le 23/01/2013 à 18:21 :
Avant de dire des bêtises, il faudrait peut-être lire le rapport !
Les effectifs de la DGFiP de 2002 à 2013 ont été réduits de 18% (26 000 postes) dont une bonne partie dans le contrôle "fiscal"...En regardant la page 9 du rapport, on peut se faire une idée de l'état des effectifs du contrôle (en 2007) par rapport à nos voisins et là il y a comme un hic ! Allemagne : 16667 agents pour le contrôle pour 7,32 millions d'entreprises avec un contrôle de 439 entreprises par agent.
Grande-Bretagne : 7080 agents pour 2,20 millions d'entreprises avec un contrôle de 310 entreprises par agent.
France : 5039 agents pour 3,62 millions d'entreprises avec un contrôle de 718 entreprises par agent.
Non seulement cela montre bien que le nombre des contrôleurs est faible en comparaison des autres grandes puissances économiques de l'Europe, mais en plus qu'ils ne sont pas si mauvais que cela si on compare le nombre de contrôles effectués par agent.
Le pire c'est que l'on ne parle ici que du contrôle de la fraude et de l'évasion fiscale effectué par la DGFiP. Quid des contrôles effectués sur "le travail dissimulé" par l'inspection du travail qui lui aussi n'a plus les moyens humains nécessaires pour effectuer les contrôles ?
N'étant pas fonctionnaire, je trouve néanmoins que votre critique ne tient absolument pas la route face à la réalité du terrain qui est bien plus complexe qu'il n'y paraît.
La fraude fiscale est belle et bien un problème énorme pour l'économie de tous les pays et notre pays n'est pas le plus mauvais élève en la matière.
Notre voisin germanique fait même bien mieux (ou bien pire) avec une fraude fiscale estimée à plus de 240 MDS d'euro (et encore les derniers scandales de la première et de la seconde banque du pays vont alourdir la note). L'Italie, l'Espagne, la GB sont aussi des pays ou la fraude fiscale est énorme et je ne parle pas des USA (de 550 à 800 MDS de $ selon les estimations et sans tenir compte de toutes les fraudes fiscales des entreprises ce qui est hallucinant).
Réponse de le 24/01/2013 à 12:53 :
vous défendez bien "la bète" qui absorbe toute la richesse créée par le rpivé. je vous rappelle simplement que la france a le record d'évaporation de l'impôt, perte entre la collecte et la caisse, à cause de nos effectifs record !!! c'est inplacable. de même on a la plus gorsse dépense publique d'europe, les plus gros effectifs et des résultats qui se dégradent en permanence .....il faudrait donc commencer par travailler sur l'organisation, les méthodes, l'efficacité, la performance....mots complétement tabous dans le privé, rien que d'en parler et on a un préavis de grève .......la franec créve de sa dépense publique qui transforme tout en dette. Vous avez surement raison qu'il n'y a pas assez d'effectifs surle controle, mais il y en a 10 fois que de besoin à gribouiller des textes inaplicables....cf notre code du travail qui fait 10 000 articles quand celui de la suisse en fait 54 !!!! on a une usine devenue incontrôlable tant elle est gigantesque, qui en cesse de produire de la paperrasse inapplicable et que bien sûr personne ne peut controler !!!! il faut faire simple et efficace, comme en suéde et on peut diviser les effectifs des impôts par 10 !!!! et on pourra mettre des effectifs au contrôle ......aucune logique d'entreprise, toujours plus de moyens pour moins de résultats
Réponse de le 24/01/2013 à 18:38 :
petite erreur : l faudrait donc commencer par travailler sur l'organisation, les méthodes, l'efficacité, la performance....mots complétement tabous dans le public (et non le p)rivé...
Réponse de le 17/05/2013 à 10:28 :
Je partage totalement votre analyse, enfin quelqu'un qui a lu le rapport et qui ne tombe pas dans l'opposition public / privé en permanence (comme un certain aline).
Cette volonté de toujours critiquer le public, alors que public et privé sont complémentaires est franchement pénible, et nuisible à la société en montant les gens les uns contre les autres, volonté de nos ex-dirigeants.
a écrit le 23/01/2013 à 13:32 :
"L'Etat est au service du citoyen, il n'est pas son maître".

Les impôts servent à financer des services et infrastructures collectives, pas à exécuter la revanche des jaloux ou des fénéant ou le gaspillage de politiciens malhonnêtes ou incompétents.

Au vu du niveau d'échec scolaire croissant, de la mauvaise qualité de service de la justice, des transports collectifs en Île-de-France, de l'état des prisons etc les impôts devraient baisser et non pas augmenter.

Qu'on nous rende notre argent !
Réponse de le 23/01/2013 à 14:35 :
Les impots pourront baissé quand tout le monde paiera ce qu'il doit. Les fraudes fiscales de certains en général les plus nantis sont des impots supplémentaires pour les autres
Réponse de le 23/02/2015 à 21:00 :
Un tour de passe passe et hop le tour est joué!!!!! Le peuple comprendra dans quelques mois qu'il s'agit d'un autre enfumeur....comme seule la gauche sait les fabriquer. C'est sûrement dans les gênes!!!!!!!!!!
a écrit le 22/01/2013 à 23:28 :
C'est parfait. On est sauvé. N?hésitez pas à redresser les artisans et faites une hotline pour je vous balance quelques noms.
Réponse de le 23/01/2013 à 13:36 :
Il a coulé le département de Seine-Saint-Denis en contractant des emprunts à risque et au lieu de faire amende honorable il a accusé les banques.
Il s'est cru "élu" pour son nouveau poste alors qu'on l'a mis au perchoir uniquement parce qu'il était le plus inoffensif de tous
Il s'est payé de belles vacances aux frais du contribuables il y a moins d'un mois pendant que les français qui le financent on de plus en plus de mal à joindre les deux bouts ;

C'est Claude Bartholone
a écrit le 22/01/2013 à 23:21 :
La fraude fiscale n'existe pas : c'est une invention du complot collectiviste. Ceux qui échappent à l'impôt sont en fait des défenseurs des droits de l'homme et de la femme qui sont en lutte. En lutte philosophique pour un monde meilleur où les riches seront libres de créer encore plus de richesses afin que les pauvres en profitent et deviennent riches à leur tour. Ça a marché plusieurs fois dans l'histoire, hélas la mentalité socialiste française a contaminé le monde et les expériences réussies ont toutes pris fin. Heureusement certains pays défenseurs des droits de l'homme et de la femme, comme les îles caïmans et Singapour ont créé des refuges pour les riches créateurs de richesses d'où répartiront bientôt les forces vives de demain !
Réponse de le 23/01/2013 à 8:36 :
Les bras m'en tombent : n'importe quoi !
Réponse de le 23/01/2013 à 10:56 :
Ceci montre bien qu'il y a de nombreux efforts à fournir pour éduquer les gens car lorsque l'on dit que la fraude fiscale n'existe pas et que ceux qui échappent à l'impôt sont des défenseurs des droits de l'homme en lutte, c'est au mieux ne rien comprendre en matière de fiscalité et de droit (et je ne parle même pas du raisonnement économique) et c'est au pire déformer le sens de la nature des droits de l'homme tout en se moquant du monde !
Avant de parler des droits de l'homme, sans en comprendre le chemin et le sens, il faudrait peut-être se renseigner et surtout lire au minimum un précis de droit concernant "les droits et les libertés fondamentaux" (plus un ouvrage de droit fiscal au passage)...
C'est vraiment du n'importe quoi et cela montre l'absurdité de tels propos !
Réponse de le 17/05/2013 à 9:40 :
sacré john , vous m'avez bien fait rire , vous oubliez que dans ces fraudes revelés , la première d'entre elle n'est pas du fait du citoyen lambda , c'est la fraude a la TVA , chaque année plusieurs entreprises sont prises sur le fait par les agents qui déplorent un système qui autorise la fraude et peut meme l'encourager , mais là dans votre approche je ne vous suis pas , des paradis fiscaux qui relanceraient l'économie du monde ? c'est l'endroit ou on place le plus d'argent illégal issue de l'économie parallèle , les banques se sont installées là car le droit est minimal , cela rapporte rien aux autochtones de ces pays là , ah allez donc visiter l'ile de Nauru dans le pacifique si c'est si merveilleux que cela , c'est un paradis fiscal , mais je vous préviens vous risquez d'être choqué de ce que vous verriez sur place , les australiens eux savent aussi tirer profit de ces paradis fiscaux
a écrit le 22/01/2013 à 22:59 :
Beau débat qui prend pour argent comptant cette évaluation sortie d'un chapeau très politisé: faut il rappeler que Solidaire Finance ce sont les syndicats SUD et SNUI ?
L'évaluation de la fraude fiscale est par définition quelque chose de fort imprécis et dans sa mesure et dans son périmètre. On a sans doute là une fourchette haute qui correspond à l'ambiance du moment et la sortie de l'information n'est certainement pas neutre.
Réponse de le 23/01/2013 à 14:43 :
Cessez ce jeu qui veut faire croire que tout ce que dit un gouvernement de Gauche est faux, on peut peut etre dire de centre-gauche.
Le montant de la fraude fiscale n'est pas une nouveauté, meme la droite en parlait Que ce soit 50 ou 60 milliards aucune importance car on ne peut pas espérer empécher totalement cette fraude. Le principal est de faire en sorte de lutter compte et de la faire diminuer

J'ai du mal à comprendre toutes ces réactions face à ce type d'articles car j'imagine que vous n'etes pas un e fraudeur. Par contre vous payez bien pour ceux qui refusent de payer leur impot et ont les moyens de frauder
a écrit le 22/01/2013 à 21:39 :
Et oui, il y 19 ans mes parents (fraudeurs) ont eu un controle fiscal. Le controleur a ete attendri par ces gens.. et qui lui ont présenté une reconnaissance de dette comme quoi la différence entre le "peu" de revenu et le train de vie était du à cette reconnaissance de dette. Cette reconnaissance de dette a été faite par un oncle (trop) gentil qui faisait comme si il avait prêté de l´argent. Mais personne des impots n´a vérifié si mes parents remboursaient cet oncle (mort entre temps). Donc: les soit disant reconnaissances de dette ne sont pas suivies! Les contrôleurs des impots se laissent trop facilement berner.. et je les ai informé il y a 5 ans qu il y avait une fausse reconnaissance de dette.. personne n´était intéressé de suivre l´affaire. Conclusion: il faut mettre en place une hotline pour déclarer quels controleurs des impots sont fainéants.
a écrit le 22/01/2013 à 21:32 :
Comment voulez vous qu'une reforme sérieuse soit faite en France avec des magouilleurs politico-financiers ? L'application concrète de ces préconisations seraient un matraquage de la petite vieille qui fait faire le papier peint au black chez elle. Ou le harcèlement du petit artisan qui en pète de l'URSSAF. Les autres seront dans la piscine ou au gouvernement.
a écrit le 22/01/2013 à 21:25 :
La vrai fraude, c'est l'Etat qui n'accorde aucun pouvoir à la cour des comptes pour juguler la dépense incroyable des collectivités et de l'Etat. Il est grand temps de mettre fin aux 35H qui perdurent bizarrement dans un contexte de crise, d'aligner les régime de retraite, de contrôler les prestataires a qui ont a octroyer des marchés publics, et de serrer la vis à la sacem par exemple
a écrit le 22/01/2013 à 18:05 :
la plus grande fraude fiscale completement ignorée de nos gouvernants , c'est la fraude aux prix de cession entre filaiales d'un même groupe internatioal ! cette fraude permet de transferer des marges d'un pays à l'autre et donc de payer des imôts dans le pays qui impose le moins ! pour avoit travailllé de longues années dans des filliales françaises de groupes Allemands qui nous demandaient de vendre nos produits à la filiale allemande , à notre prix de revient atelier , sans inclure ni marge , ni d'amortissements ! toutes ces filales ont évidemment disparu : motif des fermetures : resultats insuffisants !!cette fraude massive represente des milliards d'impots sur les sociétés, envolés pour l'Etat Français
a écrit le 22/01/2013 à 18:01 :
Le système fiscal français est bien trop complexe avec une multitude de niches fiscales. Tout cela est INFERNAL à vérifier ! Comment voulez-vous que les services fiscaux y arrivent ?
a écrit le 22/01/2013 à 17:52 :
Quoi de neuf ?

Des fonctionnaires qui viennent nous justifier qu'il faudrait encore plus de fonctionnaires.
Il ne s'agit en rien d'une étude sérieuse (un inspecteur des impôts n'est pas un économiste) mais d'une simple man?uvre corporatiste.

Tant qu'on est occupé à lire ça, on est pas en train de se pencher sur la réduction plus que souhaitable des effectifs de cette administration, à une époque où 80% de leurs tâches (y compris les contrôles) pourraient être effectuées mieux, plus vite et moins cher grâce à l'informatique et une bonne ré-organisation...
a écrit le 22/01/2013 à 17:52 :
Si le montant de ces fraudes est connu c'est que les fraudes sont connus et donc les fraudeurs connus alors comment ce fait il qu'il y ait encore des fraudes ?
Réponse de le 22/01/2013 à 18:47 :
Excellent commentaire plein de bon sens ! Vu sous cet angle on comprend tout de suite qu'il ne PEU pas s'agir de "fraudes" justement ! Juste un petit coup de com mais bon en générale ça marche pas mal ce genre d'annonce surtout le jour ou on annonce un plan pauvreté !
a écrit le 22/01/2013 à 17:44 :
Simple réflexion : Est-il normal qu'un citoyen qui n'a presque jamais payé d'impôts (indemnités non-imposables obligent) traite un autre citoyen de "minable" alors que ce dernier a toujours payé plein gaz ses impôts, en plusieurs dizaines de millions qui plus est ? Pourquoi dans ce pays France certains s'exonèrent de leurs obligations fiscales et chargent un maximum les autres pour qu'ils paient à leur place ? Est-ce cela la justice fiscale ? Tout pour les uns et rien pour les autres ? Pas si sûr que ce post sera publié par "La Tribune" notre meilleur journal économique et financier. Mais je peux le comprendre. Ceux qui ne paient pas ou peu d'impôts condamnent ceux qui en paient déjà un maximum et tentent donc d'échapper à un système inéquitable. Est-ce normal ? Pourquoi les blâmer ?
Réponse de le 22/01/2013 à 18:00 :
+ 1

J'ai remarqué que le plus souvent, ceux qui exigent que d'autres payent plus d'impôts sont comme par hasard des gens qui n'en paient pas ou très peu, voire des gens qui sont des purs bénéficiaires de l'argent des autres (allocations, logements, traitements pour une valeur supérieure à ce qu'ils paient en taxes et impôts).

Les meilleurs exemples sont à la tête de l?État : Ayrault comme Hollande pourraient vivre 10 vies qu'ils ne pourraient rembourser en impôts à la collectivité ce qu'ils ont reçu en traitements, exonérations, avantages, logement, retraite etc. (et je ne parle pas des conséquences de leur politique)
Réponse de le 22/01/2013 à 18:20 :
Concernant une certaine personne qui fustigeait si volontiers les personnes riches, ceux qui gagnaient plus de 4000 euros par mois (ce qui sous-entendait que lui gagnait moins de 4000 euros par mois) mais qui peut croire aujourd'hui comme hier que l'intéressé percevait moins de 4000 euros par mois alors qu'il cumulait déjà plusieurs fonctions ? Comment peut-on mentir avec un tel aplomb ? Et être élu ??
a écrit le 22/01/2013 à 17:12 :
Normale, non, mais le niveau des impôts en France ne l'est non plus !
Réponse de le 22/01/2013 à 18:58 :
A la base, l'impôt sert à financer un service ou infrastructure à vocation collective.
Il a tellement été détourné de sa vocation pour différentes raisons (égalitarisme, favoritisme, cache-misère d'une absence de projet, électoralisme, revanche sur les riches, comblement d'une mauvaise gestion, "Etat-Providence" etc.) qu'il est devenu totalement anormal, sans rapport avec le niveau et la qualité des services publics et inacceptable pour la classe moyenne, ce nouveau Tiers-Etat qui finance par son travail les exonérés et profiteurs d'en haut et d'en bas.
a écrit le 22/01/2013 à 16:27 :
Plus les impôts augmentent, plus la fraude augmentera: c'est une loi humaine ! Lorsque les impôts deviennent confiscatoires, on comprend que les citoyens veulent en cacher une partie!
À contrario, dans les pays à fiscalité douce et raisonnable, la fraude est négligeable....Et cela se vérifie systématiquement !
Réponse de le 22/01/2013 à 16:52 :
Hahaha, bientôt on viendra nous expliquer que la fraude est normale.
Réponse de le 22/01/2013 à 17:13 :
A VERT.Oui la fraude est normal dans un pays aux impots confiscatoires.
Réponse de le 22/01/2013 à 17:13 :
@ vert : En expliquant que la fraude est normale, il ne fera rien de plus que de se rallier au raisonnement que certains tiennent depuis des années pour nous expliquer qu'un tel soit délinquant ou qu'un autre s'installe dans un logement vide sans l'autorisation du propriétaire.

La seule différence étant que rouge se contente de l'expliquer sans l'excuser, alors que les autres s'en valorisent comme d'une mission morale supérieure aux lois.
Réponse de le 22/01/2013 à 17:40 :
@rouge : un bon contre exemple est la Grèce : réglementation laxiste (douce et raisonnable) et fraude généralisée (pas négligeable).
Non, la culture est un élément essentiel, et elle s'acquiert, par la formation, l'explication. Par ailleurs les lois ne s'appliquent que si les gens sont d'accord, a minima. Et il semble que sur ce point en France il n'y ait pas consensus, c'est un sujet de discussion. Mais en aucune façon une justification à la fraude.
Réponse de le 22/01/2013 à 18:58 :
la fraude à été massive en grèce d'abord pour des raisons politiques pendant de très nombreuses années, puis par l'absence de contrôle et de sanctions. Rappelez-vous à quelle vitesse vous rouliez quand il n'y avait pas de radars...
a écrit le 22/01/2013 à 16:13 :
Combien pour les arnaques aux prestations sociales ? Quels sont les montants d'argent public dilapidés en indemnités, commissions inutiles ou siègent les potes, les emplois pour les copains, les logements de fonctions etc...
a écrit le 22/01/2013 à 15:59 :
Les jeunes diplômés lucides ont bien raison de regarder ailleurs vers d'autres horizons. L'inquisition fiscale en France fait qu'à partir de quelques milliers d'euros par mois de bénéfices ou de salaire en France, on travaille pour les autres.
a écrit le 22/01/2013 à 15:39 :
On le sait depuis des années. Avt d'augmenter les impôts pour tous, il faut en faire payer à ceux qui auraient dû en payer....
a écrit le 22/01/2013 à 15:33 :
on ne sait pas comment et par qui sont fait ces calculs. Par définition la fraude n'est pas connue ou alors l'administration est complice.Il faut se méfier des statistiques bidons.
a écrit le 22/01/2013 à 15:32 :
Merci de préciser que cette fraude est en premier lieu le fait des entreprises, comme le précise l'étude.
Par ailleurs, il convient de définier la notion de fraude fiscale...Ici, nous sommes pour la justice...sauf quand il s'agit des fonctionnaires...
Réponse de le 22/01/2013 à 17:44 :
Argumentation incompréhensible :
Par définition s'il y a dissimulation de revenus il y a fraude !
a écrit le 22/01/2013 à 15:14 :
Si en France, la fraude fiscale coûte 60 à 80 milliards d'euros par an, il est temps de faire des économies! Par contre, si cela est de l'argent non perçu, cela ne vous coûte rien, que les yeux pour pleurer!
a écrit le 22/01/2013 à 15:09 :
Je suis contre la confiscation et la taxation exagérée de l'Etat, mais il me semble que certaines mouvences sont pour. Pourquoi ?
Celui qui veut que l'Etat taxe d'avantage, doit surement profiter de cet argent, ou espere en profiter, alors que celui qui est contre, se voit parmis les personnes à taxer.
Je ne fais pas partie vraiment des personnes fortement taxable, et je n'attend pas d'aides de l'Etat. mais je suis contre la taxation abusive.
pourquoi il y a deux justices ? une tout court et une sociale ? j'avoue que j'ai du mal à cerner la deuxieme, car sous des pretextes humanistes, cache beaucoup d'injustices.
Je suis tres libral, et tres humaniste aussi, quand je parle d'economie, il est hors de question de parler d'humanisme, et vis versa, il ne faut pas confondre l'economie et le sociale, comme il ne faut pas confondre politique et religion.
J'adore les discussion entre John galt et Bob44, c'est amusant, mais, je ne suis pas convaincu que Bob bosse pour le privé, comme il le dit. apres, pourquoi pas, je ne veux pas faire un proces d'intention non plus.
Mais je demande à bob de nous fournir des exemples des pays quand il defend son keynisianisme, ou son model d'economie dirigée, car il ne suffit pas de tirer sur le liberalisme pour faire valoriser le socialisme collectiviste.



Réponse de le 22/01/2013 à 15:35 :
je pays des impots et je trouve tout à fait normal d'en payer car ils ont pour but de financer le bien commun. Mais à 3 conditions expresses, définies par les droits de l'homme : que le bien commun soit la défense de la liberté, de la justice (cad des droits naturels de chacun) et des contrats, que ce bien commun soit produit de façon eficace, et enfin que chacun paye les impots de façon égale en fonction de ses moyens (cad un impot proportionnel). Bien cordialement,
Réponse de le 22/01/2013 à 15:50 :
@Bob et john, "Celui qui veut que l'Etat taxe d'avantage, doit surement profiter de cet argent" oui et heureusement ! Car si l'état taxe c'est bien pour en faire qq chose d'utile et de profitable à TOUS sinon à quoi bon.. ceci dit, personnellement, je bosse bien dans le privé et paye bcp d'impôts mais ça ne m'empêche pas de penser qu'une meilleure société passe par l'imposition et la redistribution. J'aimerais comme tout le monde que les impôts soient mois élevés mais cela ne peut se faire qu'en période de prospérité et de pleine emploi et je ne crois pas que diminuer les impôts ou diminuer la part du publique va changer quoi que ce soit dans nos problèmes actuels sinon je vous suivrait allègrement (car je suis un scientifique et je tâche d'être pragmatique et cohérent dans la mesure du possible).
" il ne suffit pas de tirer sur le liberalisme pour faire valoriser le socialisme collectiviste" encore une fois, je suis pour une société mixte (dans laquelle nous sommes mais qui voit de plus en plus le rôle de l'état diminuer). Je considère donc qu'il faut que l'état détienne des secteurs publiques clés que sont : la santé, l'éducation, la justice, les transports, l'énergie et la sécurité. Je ne pense pas que les dérégulations et privatisations à l'oeuvre partout dans le monde depuis les annés 80 avec Tatcher et Reagan nous ont apporté plus de prospérité économique, elles ont pour moi augmenter les écarts de revenus et aggravés la pauvreté, la dérégulation des marchés a favorisée les délocalisations et le productivisme sans vision écologique ni sociale et ce aux détriments de nos emplois et du développement des pays émergeants. Je ne parlerais même pas de la dérégulation financière dont tout le monde (excepté john galt?) s'accorde à dire qu'elle est néfaste pour l'économie réelle et les investissements productifs..
Réponse de le 22/01/2013 à 16:41 :
@bob44 ! "je suis pour une société mixte (dans laquelle nous sommes mais qui voit de plus en plus le rôle de l'état diminuer".
Les chiffres vous donnent tort : en France, la part de l'état dans le PIB est la plus élevée au monde, et n'a cessé d'augmenter depiuis 40 ans. Nous sommes à 58%.
Réponse de le 22/01/2013 à 16:55 :
@Miloo, oui mais la qualité de nos services diminuent, les services se privatisent, peut m'importe la part de l'état dans le PIB ce qui compte c'est que ça marche bien et pour tous (y compris dans les campagnes là où par exemple le privé n'irait pas investir car non rentable). Donc oui on peut faire des économies, oui il y a des gaspillages mais regarder la part des dépenses de l'état dans le PIB n'est pas pertinent, sinon nous ne serions pas la cinquième puissance mondiale ! L'état peut être bien plus efficace, mais le supprimer c'est tuer une partie influente de notre richesse.
Réponse de le 22/01/2013 à 17:19 :
@ bob44 : nous n'avons jamais autant dépensé d'argent pour nos services publics dotn la qualité s'effondre ... si c'est pas un constat ... et tout ce qui est privatisé marche mieux et beaucoup moinscher (cf téléphone, avion, etc ...) L'état prends de la richesse déjà créée, il ne crée rien par lui-même, nuance ...
Réponse de le 22/01/2013 à 17:54 :
Beaucoup de services privatisés ont vu leurs tarifs augmenter : quelques exemples :parking Vinci, service des eaux, autoroutes, GDF, services bancaires etc.... Combien de fois a t on vu une absence de concurrence et des sociétes s'arranger entre elles pour maintenir des prix élevés. Bruxelles a d'ailleurs plusieurs fois tapé sur la table et condamner certaines entreprises. De même si l'état n"avait pas investi dans le nucléaire et l'aéronautique nous n'aurions pas AREVA et AIRBUS. Ce n'est pas aujourd'hui que John Galt evoluera sur son libéralisme béat !
Réponse de le 22/01/2013 à 18:25 :
bob 44 - La cinquième puissance mondiale ? Plus pour longtemps. Des pays comme la Chine, l'Inde, le Brésil, la Russie vont ravir les premières places, bien devant la France. Et dans très peu de temps.
Réponse de le 22/01/2013 à 18:37 :
@ouest surement mais c'était inévitable indépendamment de nos finances publiques..
Réponse de le 22/01/2013 à 18:53 :
à "contre vérité". Si vous écrivez que certains prix ont augmentés à cause de la concurrence et que vous ne citez que Vinci comme exemple, ma question est quels sont les concurrents de Vinci, et à cause de qui, ou quoi, les prix sont, d'après vous, si élevés ? Pareil pour le traitement et la distribution de l'eau, les autoroutes, GDF, etc.. Ces entreprises ont eu ces marchés en remportant des appels d'offres étatiques, ils sont par conséquent en situation de monopole. Si les conditions d'obtention de ces "marchés" concédés par des organismes dits "publiques" sont au détriment des consommateurs c'est le signe qu'il y a peut etre eu de la corruption, et l'état est responsable. La corruption de l'état français est l'une des plus importante au monde, c'est bien connu. La concurrence saine au sein d'un système libéral c'est autre chose, c'est même l'inverse. Par contre vous ne parlez pas des fiascos étatiques comme le Crédit Lyonnais, les charbonnages de France, Dexia, etc...Tout cela est, ou a été géré par les fonctionnaires et les politiques, contre tout logique économique, sans que personne n'est à en répondre, et les factures de plusieurs centaines de milliards sont à la charge des contribuables. C'est étrange vous ne dites rien la dessus. J'en ai d'autres. La sécu, les caisses de retraite, l'ANPE, etc..toutes déficitaires, ou presque, parce que les citoyens n'ont en plus pas le choix, tout est imposé par les gouvernements, et les hauts fonctionnaires.
Est ce que vous rappelez des prix des communications nationales et internationales avant la libéralisation imposée par l'Europe en France ? 6 francs pour 20 minutes en appel national, des prix très élevés à l'internationale, des grèves à répétition, etc..Aujourd'hui, grace à la libéralisation de ce secteur, 200.000 nouveaux emplois ont été créés, des nouveaux produits et services sont apparus, des richesses se sont créées, et les consommateurs peuvent maintenant appeler gratuitement en France, en Europe, et dans le monde, avec un accès Internet à haut débit illimité, la TV numérique, etc..Et tout cela malgré les syndicalistes de France Telecom qui nous prédisaient une catastrophe, et des prix à la hausse, so in osait leur enlever leur pré carré. La ou il y a la concurrence, c'est toujours au profit des consommateurs, et du pays. Les cas que vous citez sont sans concurrence, les miens si. John, et moi même démontrons par des faits la réalité de nos arguments, et non vous. Ah aussi, AIRBUS n'est pas français, mais européen..C'est à vous d'évoluer par rapport à votre propagande collectiviste, et non à john ou à moi de changer, les faits sont les faits, un point c'est tout.
Réponse de le 22/01/2013 à 18:58 :
@Bob 44
On est sur des commentaires de La Tribune, il est normal que vous soyez "taclé"...
Pour ma part, je pense comme vous, que nous ne pouvons vivre ensemble que dans une société équilibrée, où les plus forts soutiennent les plus faibles. Convaincu aussi que certains secteur relèvent du secteur Public. Je suis étonné que vous n'incluiez pas les Banques et les Assurances, responsables de tous nos malheurs. Au moins une Banque et une compagnie d'Assurance. Enfin, ce qu'il faut souhaiter, c'est la mort du néo-libéralisme tout en repensant la mondiaLisation.
Réponse de le 22/01/2013 à 19:13 :
Lire que le prix du gaz a augmenté parce que GDF a été privatisé est risible tant on est dans l'Etatisme "béat".


De plus si dans certains secteurs la concurrence est entravée, c'est tout sauf du libéralisme, et c'est juste que l'Etat ne fait pas son travail, qui est de réguler, et pas de produire.

Donc les privatisations c'était déjà un bon pas en avant, mais pas suffisant. Il faut que l'Etat 1) ne se trompe pas de métier et 2) qu'il fasse son boulot
Réponse de le 22/01/2013 à 19:30 :
+ 1 !
a écrit le 22/01/2013 à 14:40 :
C'est marrant mais je suis persuadé que si le titre avait été "fraude aux prestations sociales : 100 millions d'Euros", nous aurions eu le droit à des dizaines et des dizaines de commentaires incendiaires aux relants racistes et populistes. Mais là non ! Ce ne sont que de braves français qui fuient la pression fiscale....Triste France où l'argent à remplacer la morale.
Réponse de le 22/01/2013 à 15:05 :
@ Chich : on peut penser que ces fraudes sont plus importantes que 100 millions ... Tristes français que ceux qui pensent que frauder quand on est pauvre et faignant c'est juste et acceptable, et que fuir légalement des impots spoliateurs quand on travaille dur pour gagner sa vie c'est mal ... pour eux aussi l'argent a remplacé leur morale ...
Réponse de le 22/01/2013 à 15:13 :
toutes fraudes est immorales, il n y a pas deux poids deux mesures.
Sauf que, la differences entre les deux cas, c'est que dans un cas, des gens ne donne pas leur argent à l'Etat, dans le deuxieme cas, les gens prennet l'argent de l'Etat.
Réponse de le 22/01/2013 à 15:16 :
déçu de ne pas voir de commentaires "incendiaires aux relants racistes et populistes" ? je vous comprends, vous préférez dévier le débat plutôt que d'affronter les vraies questions.
Réponse de le 22/01/2013 à 19:35 :
à nietsch. C'est vrai sauf que l'argent de l'état n'existe pas, c'est l'argent des contribuables arraché par la coercition.
a écrit le 22/01/2013 à 14:38 :
A lire la Tribune aujourd'hui on voit bien que les déficits de la France sont imputables aux cadres et aux fraudeurs fiscaux.Heureusement que notre gouvernement,avisé,met en place un plan pauvreté qui dans un pays" riche" ne saurait s'expliquer sans ces coupables.
Réponse de le 22/01/2013 à 15:03 :
Il faudrait restreindre les possibilités de régler certains dépenses (resto, et autres achats) en espèces ainsi les comptes des vendeurs seraient plus lisibles.
Réponse de le 25/04/2013 à 8:28 :
je paye toutes mes petites dépenses en espèces..... par principe.... c'est une des rares libertés qui me reste......... j'y tiens....
a écrit le 22/01/2013 à 14:36 :
Cette information est un troll vieux de cinquante ans qui circule toujours. Si il y avait fraude connue, on aurait sanctionné les fraudeurs, ou alors il faut licencier les inspecteurs du fisc qui ne le font pas. La fraude si elle était connue aurait donc disparue (les sanctions sont énormes et dissuasives et le fisc a pratiquement tous les droits et les moyens de pourchasser les fraudeurs) Or les employés du fisc, 2 fois plus nombreux que dans tous les autres pays voudraient qu'on augmente leur nombre et c'est leur unique motivation . D'ailleurs cette statistique fumeuse émane de syndicats et non de Bercy pourtant bien a gauche actuellement.
a écrit le 22/01/2013 à 14:20 :
La fraude ne saura jamais égale à 0, donc cette argent, qui correspond par hasard grosso modo aux économies qu'il faudrait faire (c'est plus simple que faire maigrir les administrations). L'état (avec ses niches fiscales pour orienter l'épargne à peu de frais et contrôle fiscaux rentables) et l'industrie de l'optimisation fiscale (dont les financiers et les assureurs), gagnent beaucoup à ce que tout reste pareil. Enfin, les Allemands, montrés comme des citoyens obéissantes et disciplinées, sont, avec les italiens du Nord, parmi les plus grands fraudeurs d'Europe ; ce sont aussi les plus riches, ceci expliquant cela (les pauvres n'ont rien à frauder !)
a écrit le 22/01/2013 à 14:13 :
on dit que la fraude (en mélangeant avec "évasion fiscale" qui n'est ni de la fraude ni de l'évasion à moins de considérer que la france est une prison) se monte à 80 milliards. Ce n'est pas que l'on a pu mesurer la fraude, par nature c'est impossible, c'est juste que le déficit de l'état se monte à 80 milliards peu ou prou, quelle coincidence !!!
Tout cela a juste pour but de dire que si l'état est en déficit, ce n'est pas parce qu'il est mal géré, mais c'est parce qu'il y a des gens qui fraudent et donc on doit augmenter encore les impots et les controles, pour le plus grand profit du syndicat d'extrème gauche qui vous dit cela ... A qui profite le crime ??
Réponse de le 22/01/2013 à 14:34 :
:)
Réponse de le 22/01/2013 à 15:12 :
suis d'accord avec tyler
a écrit le 22/01/2013 à 14:12 :
Normal,la 1ere des fraudes est l'abus des hausses d'impots.
a écrit le 22/01/2013 à 14:01 :
Pour la fraude fiscale , on donne des chiffres d'une certaine précision alors qu'il s'agit par définition d'une "activité" difficilement quantifiable alors que l'immigration clandestine là, on ne sait pas donner de chiffres au motif que c'est difficilement quantifiable.
a écrit le 22/01/2013 à 12:21 :
Comment vérifier ces chiffres? On sort d'un contrôle fiscal qui est parti de 500K? de redressement et qui va finir à 30K, De manière surréaliste le controleur nous a dit texto: "je vais vous coller ça, mais je ne sais pas si j'ai le droit". Ben non il ne l'avait pas. Idem au niveau perso, 45K qui vont revenir à zéro, parce qu'il a lu ma déclaration que partiellement. C'est n'importe quoi, on a l'impression qu'il y en a en train de faire exprès de gonfler des chiffres en fin d'année, c'est à se demander s'ils ne touchent pas des primes non pas sur les sommes qu'ils font rentrer mais sur les sommes qui font l'objet d'une "proposition de redressement". Bonjour le temps perdu par les entreprises et personnes visées par les controles, la paye du controleur qui est gaspillée en controle débile. Mon cas n'est pas unique, en discutant avec une fiscaliste de la région elle dit avoir rencontré plusieurs fois la même situation récemment, des controles portant sur des sommes démentes mais qui n'ont aucun fondement dans le code des impots et qui au final se réduisent à peau de chagrin!
Réponse de le 22/01/2013 à 13:11 :
Bien sur qu'il en avait le droit, c'est lui qui voit. Après vous avez de bons conseils ou non. Je suis aussi passé par là il a quelques années. La joie d'entreprendre!
a écrit le 22/01/2013 à 12:20 :
La fraude fiscale est surtout inadmissible pour ceux qui bénéficient d'indemnités non-imposables et à qui il ne viendra jamais à l'idée de frauder le fisc. Ce sont des vrais patriotes eux !
Réponse de le 22/01/2013 à 12:30 :
Je n'ose imaginer à qui est-ce que vous pouvez faire allusion...
Réponse de le 22/01/2013 à 14:40 :
Moi non plus...
Réponse de le 22/01/2013 à 15:54 :
On peut dire sans trop se tromper que ceux qui bénéficient d'indemnités non-imposables sont d'ardents défenseurs de la morale. Il est donc normale qu'ils donnent des leçons aux autres et souhaitent sanctionner sévèrement tous ceux qui s'écartent du droit chemin . Puisqu'ils se conduisent en exemple dans leur refus de frauder le fisc. C'est d'ailleurs pas eux à qui viendrait l'idée saugrenue de s'expatrier. Des citoyens modèles au-dessus de tout soupçon. On peut leur faire confiance pour que leur situation perdure sans qu'ils ne s'en plaignent jamais.
a écrit le 22/01/2013 à 12:17 :
C'est faire abstraction du chômeur de 6mois qui cherche à prendre la place du riche en place depuis des années.
a écrit le 22/01/2013 à 12:12 :
Et après y'en aura encore pour gueuler contre les "assistés fraudeurs" qui coûtent 3 milliard/an à l'état.. MDR chacun ses priorités !
a écrit le 22/01/2013 à 11:59 :
Toujours la même confusion criminelle entre fraude (condamnable) et l'évasion (légale) fiscales. Certains choisissent la fraude (ils ont tort), d'autres choisissent l'exil à l'étranger, d'autres enfin s'exilent sur place, s'exilent de l'économie contrôlée par l'Etat obèse : c'est l'exil intérieur. Les spoliateurs de Bercy peuvent s'exciter tant qu'ils veulent, ils vont devoir se faire une raison : on ne payera plus pour la mafia étatique.
Réponse de le 22/01/2013 à 12:07 :
ce rapport bidon fait par les fonctionnaires en partie corrompu voila ce qui ressort de ce rapport 60 a 80 milliard d'euros et quoi encore qui dit mieux ........................
Réponse de le 22/01/2013 à 12:19 :
@claudus, ce chiffre de 80 milliards est connu depuis une dizaine d'année ce n'est en rien une nouvelle ! Même sous gouvernement de droite il était identique voir supérieure !
Réponse de le 22/01/2013 à 13:18 :
Bravo pour avoir noté que ce syndicat 'solidaires-finances publiques' assimile l'évasion qui est légale à la fraude qui ne l'est pas. Voila qui en dit long sur ses intentions des Procustes qui nous administrent.
a écrit le 22/01/2013 à 11:33 :
Les commentaires sont très amusants: quand on touche le RSA on est forcément un fainéant qui fraude pour toucher de l'argent public, mais quand on fraude pour ne pas payer ses impôts on est un héros de la Liberté contre l'Etat oppresseur...
Je souhaite d'ailleurs à toutes les personnes de la deuxième catégorie de pouvoir un jour connaître les bienfaits d'une vie avec 400?/mois, histoire de mesurer la réalité de leur démagogie conservatrice.
Réponse de le 22/01/2013 à 11:46 :
Dans un cas (RSA) on reçoit de l'argent de la société ; dans l'autre, (riche fraudeur) on donne un peu moins à la société. Pas tout à fait la même chose...
Réponse de le 22/01/2013 à 12:07 :
je rejoins Miloo : dans un cas, on vit du travail des autres, dans l'autre cas, on vit de son travail. le montant ne change rien à la philosophie de l'affaire...
Réponse de le 22/01/2013 à 12:17 :
à john galt=et ca continue encore et encore cette propagande liberale aveuglee d individualisme alors la question=que fait on de cette personne qui touche le rsa et qui n a pas de w
eclairez moi de vos saintes lumieres tatcheriennes on le laisse sur le bas cote???
Réponse de le 22/01/2013 à 12:27 :
@john galt et miloo, on vit TOUJOURS du travail des autres ! Tout seul vous ne produisez rien, un patron sans ses ouvriers ne produit aucune richesse.
Réponse de le 22/01/2013 à 12:42 :
@ bob44 : mais bien sûr, alors pourquoi certains pays se développent et pas d'autres ? et pourquoi certains deviennent riches et pas d'autres ? jesuis dans le privé, je ne vole personne et tout ce que je gagne est lié à une contre partie que je vends. donc j evis de mon travail...
Réponse de le 22/01/2013 à 12:44 :
@ snipers : "On doit l'aider", "on le laisse sur le bas côté", etc etc etc vous ne pouvez réfléchir que par le prisme de l'intervention de l'état et du controle des individus ? On dérégule le marché du travail, on casse le smic, et les gens se retrouvent avec du travail et s'enrichissent. Pourquoi plus on met un salaire minimum élevé plus il y a de chomage ?
Réponse de le 22/01/2013 à 12:51 :
@john galt, "jesuis dans le privé, je ne vole personne et tout ce que je gagne est lié à une contre partie que je vends" et peut être que vos acheteurs sont au RSA et que sans ce RSA il n'y aurait pas eu d'acheteur car l'argent serait resté sur des comptes bien rempli à dormir. Bien sûr votre travail dépend de vous mais aussi des autres qui vous permettent PAR EXEMPLE d'emprunter une route en bon état pour vous y rendre et ce grâce à vos impôts ! Tout seul votre travail n'a pas d'utilité, il vous faut des acheteurs, des vendeurs, des salariés qui vous épaulent etc.. le mythe du "je gagne tout seul mon argent sans l'aide de personne" ne tient pas CQFD
Réponse de le 22/01/2013 à 12:57 :
Vive l'enrichissement par les salaires à un euro et les temps partiels YOUPI !!!
Réponse de le 22/01/2013 à 13:38 :
@ bob44 : sauf que le RSA est la conséquence d'un marché du travail trop régulé ... sinno, le reste de votre remarque fait référence à la théorie keynésienne de la croissance, cad par la demande, fausse, archi fausse, démontrée fausse et qui prouvé fausse (elle n'a jamais marché). Les routes en sont pas gratuites, je paye des impots. Donc, selon vous, si je gagne ma vie, c'est grace au boulanger qui me fait du bon pain le matin ? mais je lui paye son pain que je sache ... cela s'appelle la spécialisation du travail, et cette inter activité a permis la croissance économique par spécialisation. Donc je gagne tout seul mon argent en iner agissant avec les autres, mais sans leurs aides : je ne force personne à acheter mon travail ni ne supplie personne ni personne ne me donne gratuitement de l'argent sans contre partie. cela s'appelle l'échange économique, vous connaissez ? CQFD ...
Réponse de le 22/01/2013 à 13:40 :
@ bob44 : il faudra m'expliquer comment on s'enrichit avec le RSA ... curieusement, tout ceux qui travaillent (une grande majorité) sortent de la pauvreté en moins de 10 ans. Tout ceux au RSA y restent ... alors oui, vive les salaires à 1 euro et les temps partiels, car vive le travail ... et vous vous préférez la pauvreté indemnisée ... chacun son choix ... (sauf qu'aucun pays n'a les moyens d'assumer vos choix)
Réponse de le 22/01/2013 à 14:41 :
@bob44 : Il faut bien sur des routes, une police, une armée, et des enseignants (en nombre raisonnable) pour construire une société.
Mais ayez l?honnêteté de reconnaître que :
. notre état français est totalement métastasé par le gaspillage et les dépenses inutiles (sauf pour certains)
. le niveau des prélèvements est devenu insupportable pour tous, et en particulier les classes moyennes et moyennes supérieures.
L'état représente 60% du PIB, record mondial, et il est temps de diviser ce chiffre par deux si nous voulons un jour revoir la croissance. Dans le cas contraire, la lente agonie se poursuivra.
Réponse de le 22/01/2013 à 14:51 :
@john galt, "sauf que le RSA est la conséquence d'un marché du travail trop régulé ... " ça reste à démontrer et citez moi un pays sans aide sociale ? " Les routes en sont pas gratuites" je n'ai pas dit ça ! J'ai dit que c'est la solidarité nationale qui les payaient et vous en fêtes parti ;-)
" la spécialisation du travail" c'est justement cette spécialisation qui tue le travail, les délocalisations sont la conséquence directe de cette spécialisation d'un économie de marché dérégulé ! La solidarité vous connaisez ? L'échange économique c'est la loi du plus fort, la solidarité c'est le contraire, voilà nos divergences profondes, le chacun pour soit ou le vivre ensemble..
"Tout ceux au RSA y restent ... " a bon ? Vous avez lu ça où ? La source svp !!! "vous préférez la pauvreté indemnisée " c'est job à un euro ou les temps partiels c'est exactement de la pauvreté indemnisé !! J'ai les moyens d'assumer ces choix si je me les donnent c'est à dire si je ne baisse pas mes impôts continuellement, si je traque l'évasion fiscale, si je fais du protectionnisme etc...
Réponse de le 22/01/2013 à 14:59 :
@Miloo, je reconnais volontier des gaspillages d'argent publique, une organisation administrative titanesque etc.. tout cela vous fera économiser qq milliards ça ne résout en rien le problème de la crise actuelle qui est structurel à la zone euro.. Croire que la compétitivité va revenir sans sortie de l'euro est pour moi totalement illusoire par conséquent s'attarder pendant des heures sur cette question de la gestion publique alors que là ne réside pas le problème de fond c'est tout simplement détourner la question et ça n'y répond pas. Même en tuant l'état, la lente agonie continura c'est là le fond du problème pour moi..
Réponse de le 22/01/2013 à 15:09 :
@bob44 : on peut penser qu'une large part de la perte de compétitivité de la france est due, certes à un euro sur évalué pour l'économie française, mais aussi à un excès d'impot et de réglementation de l'état français qui tue la compétitivité française. Un prestigieux économiste (que vous détestez) qui a tjrs eu raison dans ses théories économiques avait même déclaré (son fils a même appelé cette loi de son nom) que ce que fait l'état, le privé le réalise pour 2 fois moins cher au minimum, cette loi a toujours été vérifiée dans les faits. Soit pour la France, 29 points de PIB quand même, ce qui n'est pas rien ...
Réponse de le 22/01/2013 à 15:10 :
@bob44 : on peut penser qu'une large part de la perte de compétitivité de la france est due, certes à un euro sur évalué pour l'économie française, mais aussi à un excès d'impot et de réglementation de l'état français qui tue la compétitivité française. Un prestigieux économiste (que vous détestez) qui a tjrs eu raison dans ses théories économiques avait même déclaré (son fils a même appelé cette loi de son nom) que ce que fait l'état, le privé le réalise pour 2 fois moins cher au minimum, cette loi a toujours été vérifiée dans les faits. Soit pour la France, 29 points de PIB quand même, ce qui n'est pas rien ...
Réponse de le 22/01/2013 à 15:15 :
beaucoup de petits indépendants vivent moins bien en travaillant qu'un allocataire au rsa avec ses avantages
Réponse de le 22/01/2013 à 15:16 :
@ bob44 : "citez moi un pays sans aides ociales" et citez moi un pays avec aides sociales et sans chomage ? Les routes sont payées par les impots. Les impots (relisez les droits de l'homme) sont fait pour financer le bien commun, la solidarité ne fait pas partie du bien commun, et les routes comme la police, ce n'est pas de la solidarité, vous mélangez tout. L'échange économique c'est la loi du plus fort ? Ah bon ? votre boulanger vous force à acheter son pain le matin ? Sur le RSA : 1.1 millions sur 1.7 millions sont des anciens RMI, cad des gens n'ayant aucune activité économique depuis des années ... il suffit de lire ... Sauf que dans les statistiques, 75 % des pauvres (dans les pays un peu plus libéraux qu'en France, en France c'est moins) ne le sont plus au bout de 10 ans, et seuls ceux qui ont untravail sortent de la pauvreté ... Avec vos solutions (assitanat, hausse des impots, protectionnisme) qui sont appliquées en france depuis 40 ans, vous détrusiez la croissance et augmentez la pauvreté ... regardez la france ...
Réponse de le 22/01/2013 à 15:35 :
@@john galt 44, prouvez-le alors car toutes les études sur ce sujet démontre le contraire ! Par exemple celle-ci : http://www.atd-quartmonde.fr/Les-idees-fausses-ca-suffit.html (il y en bcp d'autres si vous voulez...). Et même en suivant votre raisonnement, je préfère que l'indépendant gagne correctement sa vie comme celui qui est au RSA, que voir celui au RSA ne pas pouvoir vivre et que l'autre vive beaucoup mieux, demain l'indépendant sera peut être au RSA et vice-versa.. Opposé les pauvres au travailleur c'est vraiement la dernière des choses qui vous aidera à améliorer le sort de la société (voir mon poste @miloo sur la gestion publique, faux problème=mauvaise solution !)
@john galt, "citez moi un pays avec aides sociales et sans chomage ?" donc par déduction il faut les supprimer ??? Quel raisonnement par l'absurde j'adore !!! Arrêtez de citer les droits de l'homme car quand vous aurez lu l'article 4 vous comprendrez que ça passe FORCEMENT par de la solidarité pour y parvenir. "votre boulanger vous force à acheter son pain le matin ?" non mais sans manger est qu'on peut vivre ?
Je ne savais pas que le protectionnisme était appliqué en France, ni même la hausse des impôts ?? Pour mémoire, la tranche supérieur sous Giscard était de 60 %, l'imposition ne fait que diminuer depuis les années 80 je peux vous le prouver par A+B. Regardez la France, j'ai envie de dire regardez l'europe ! Et surtout regardez les pays de la zone euro excepté l'allemagne qui profit d'un euro fort et vous aurez compris que le problème n'est pas dans la gestion publique mais dans la zone monétaire..
Réponse de le 22/01/2013 à 15:58 :
@john galt, " mais aussi à un excès d'impot et de réglementation de l'état français qui tue la compétitivité française" c'est donc le cas de l'italie, de la grèce, de l'espagne, du portugal... ça fait bcp de pays avec des pb de compétitivité didon ;-)
Réponse de le 22/01/2013 à 16:00 :
@bob44 : et pourquoi pas directement les analyses de l'humanité ou du monde diplomatique ou d'alternatives économiques ? ouvrez les yeux, ils truquent les analyses en mélangeant les revenus relatifs et absolus, méthode classique pour dire n'impote quoi ... lisez : http://www.contrepoints.org/2013/01/21/112052-les-inegalites-des-indicateurs-trompeurs cela dis exactement l'inverse ... et cela le démontre surtout de façon plus pertinente intellectuellement ... C'est vous qui avez commencé avec le raisonnement par l'absurde, j'ai repris votre raisonnement à l'inverse ...Et bien on remarque statistiquement que moins il ya d'aides sociales, moins il y a de chomage. Il faut les supprimer en même temps que notre code du travail qui est responsable du chomage de masse, bien sur. Sans manger est-ce qu'on peut vivre ? mais il n'y a pas qu'un seul boulanger, on peut manger autre chose que du pain. donc, sous prétexte que vous avez des besoins, on doit vous les fournir gratuitement "par solidarité" ? donc vous avez des droits sur le travail des autres simplement parce que vous avez des besoins ??? Si vous ne savez pas que les impots augmentent en France, votre cas est désespéré... La tranche supérieure sous giscard était de 60 %, mais avec un abattement de 20 % en plus des 10 %, cad que la tranche était à 48 %, alors qu'aujourd'hui, vous avez 45 % + 4 % de sur taxe fillon + 8 % de csg soit 57 % avec des tranches moins élevées... sans parler de l'ISF, de la multiplication par 3 des taxes foncières, des taxes sur les plus values, des impots sur les succession etc etc etc ... les impots ont fortement augmenté ...CQFD je vous ai prouvé par A+B que l'impot ne fait qu'augmenter. J'attends votre démonstration de l'inverse en me régalant d'avance pour la démonter, vous êtes mal tombé avec moi, je maitrise plutot bien le sujet ... Mais l'euro est un problème simplement parceque nous avons un souci de compétitivité. si l'europe de nord n'a pas de pb avec l'euro, c'est parce qu'elle est compétitive. La dévaluation est la solution de facilité des économies non performantes ... (et c'est leurs peuples qu'on appauvri in fine)
Réponse de le 22/01/2013 à 16:15 :
à bob. 40 ans de déficits et d'emprunts sur les marchés financiers pour nourrir un état bouffi avec 3 millions de fonctionnaires en trop, et un état confiscatoire qui tue les entreprises et démotivent ceux qui s'y risquent, et vous dites que le problème ne vient pas dans la "gestion publique" ? Les 1800 milliards de dettes ce sont bien les gouvernement socialo collectivistes successifs qui l'ont créés avec leurs politiques anti libérales. C'est ahurissant !! Et je vous signale aussi que c'est ce même état qui a abandonné la monnaie nationale pour l'euro, ce que vous décrivez comme étant le problème. Ce sont les mêmes !! Le gouvernement doit être cantonné aux fonctions régaliennes, et rien d'autre.
Réponse de le 22/01/2013 à 16:18 :
@ bob44 : vous faites e l'humour, ce n'est pas possible sinon ??? c'est une évidence que l'itaie (moins que la france mais plus endettée), la grece, le portugal et l'espagne ont des problème de compétitivité. Avec un probèlme de compétitivité, soit on regagne en compétitivité par la productivité, mais c'est long et dur, soit on dévalue. Comme noussommes dans une zone monétaire unique, ces pays ne peuvent dévaluer leur monnaie, ils effectuent donc une dévaluation "interne" de l'équivalent de ce qu'il aurait fallu dévaluer leur monnaie. EnGrèce, on estime cette dévaluation autour de 60 %. On comprend bien que c'est impossible, donc la Grece va continuer à s'enfoncer et à avoir des troubles sociaux jusqu'à sa sortie (inéluctable) de l'euro. C'est le pricnipe des zone monétaire optimale : si le capital peut circuler librement, il va aller s'investir dans les zones les plus compétitives. Le travail doit suivre quand c'est une zone optimale, or, en europe, le travail n'est pas aussi mobile que le capital, voilà pourquoi il y a du chomage en espagen et pas en allemagne. Pour que cela fonctionne, il faudrait des transferts de l'allemagne vers l'espagne, la grce, le portugal, la france, ce qui n'est pas possible, les allemands ne veulent pas payer pour notre retraite à 60 ans quand ils ont la leur à 67 ans. donc la zone euro est vicié et cela va mal se terminer .... oké sur le raisonnement ?
Réponse de le 22/01/2013 à 16:20 :
+ 10 !! Merci John. Comme d'habitude je me régale à vous lire.
Réponse de le 22/01/2013 à 16:21 :
John comment peut on faire pour se prémunir de ce qui nous attend ? Comment peut on échapper à la catastrophe économique et monétaire qui arrive entant que particulier ? J'ai besoin de vos conseils.
Réponse de le 22/01/2013 à 16:27 :
@john galt, "ils truquent les analyses en mélangeant les revenus relatifs et absolus" a bon ? Lisez le point 2-6 et expliquez moi en quoi les chiffres sont contestables alors qu'il proviennent des simulations d'impôt du site du gouvernement ?? Votre article ne répond en rien au mien, il concerne le coefficient de GINI ça n'a rien à voir, les inégalités augmentent c'est un fait vous devez être le seul sur cette planète à penser le contraire: libre à vous ! Maitenant je confirme l'impôt ne fait que diminuer pour preuve voici les tranches de l'impôt sur le revenu depuis 1998 jusqu'à aujourd'hui : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bar%C3%A8mes_de_l'imp%C3%B4t_sur_le_revenu_en_France ...No comment...Je ne parlerais pas du bouclier fiscal, des niches fiscales, des placements en tout genre pour optimiser etc... "si l'europe de nord n'a pas de pb avec l'euro, c'est parce qu'elle est compétitive" non c'est qu'elle a des matières premières qui lui permettent de s'en sortir plus facilement, le problème de compétitivité ne se règle pas par des dérégulations du marché du travail, seul l'allemagne profite pour le moment d'un euro fort sans cela elle serait déjà en récession et d'ailleurs elle va finir par y être à asphyxier les autres économies de la zone.
Réponse de le 22/01/2013 à 16:34 :
@john galt, pour une fois entièrement d'accord ! Cela veut donc dire (si je vous suis) que nous devrions tous partir de plus en plus tard en retraite, que nous devrions avoir moins de salaire en faisant plus d'heure afin d'être plus compétitif, ainsi nous pourrions gagner des parts de marché et retrouver de l'emploi ?
Si l'on suit cette logique, jusqu'où alors s'arrête-elle donc ? A une retraite à 90 ans, des semaines de 80 heures payés 10 euros ???
Vous voyez bien que cette logique nous amène à des conditions de travail toujours pire non ? Que nos acquis sociaux qui reprèsentent des avancés pour nous permettrent de faire autre chose de nos vies que de travailler vous partir en fumée ?
Si oui comment peut-on le vouloir et le souhaiter ??
Réponse de le 22/01/2013 à 16:36 :
@ Toto : je ne pense pas être le plus qualifié pour vous conseiller. Néanmoins, il faut faire preuve de bon sens : il va y avoir une explosion de la bulle immo en France, plus ou moins violente, surement combinée avec une hausse de nos coute de financement étatique, ce qui va entrainer en France ce qui se passe en grece, espagne et autres. si nous ne sortons pas de l'euro, il va y avoir une dévaluation interne, cad une baisse du niveau de vie => dans ce cas là, il faut être propriétaire de son logement, sans endettement, avoir de l'or et des placements en devises étrangères, si possible des entreprises performantes (par des sicav c'est le mieux). Si on dévalue l'euro ou si la zone euro explose (cela revient au même) il faut avoir de l'endettement, de l'or (un peu, cela m'agace de conseiller l'or) et des placements en devises (canada, australie, singapour). Bref, les stratégies pour se prémunir dépendent de l'évolution de la situation, mais nous sommes vraiment dans l'inconnue économique de ce qui va arriver. Vous pouvez lire les billets de charles gave aussi, excellents et très pointus.
Réponse de le 22/01/2013 à 16:37 :
@Libre "40 ans de déficits et d'emprunts sur les marchés financiers" tout les pays occidendaux sont endettés (et c'est nécessaire) seulement la notre a vraiment explosée depuis les annnés 2000 date du début de l'euro, il ne faut pas y voir un hasard ! " Et je vous signale aussi que c'est ce même état qui a abandonné la monnaie nationale pour l'euro" on est d'accord, seulement c'est pas moi qui vote PS ou UMP depuis que je suis née !
Réponse de le 22/01/2013 à 16:59 :
@ bob44 : trop facile : sur votre point 2.6 : l'article se contredit lui même en disant que l'on peut s'en sortir mieux aavec le rsa qu'avec le smic, il rajoute au smic le RSA !!! mais le rsa n'es que ponctuel, enlevez le et rajoutez les impots (sur le revenu, taxe d'habitation, autres), le cout de la mutuelle pour avoir un service équivalent à la CMU et rajoutez à ceux qui bénéficient du RSA tous les "revenus" qui sont des "non dépenses annexes : transports gratuits, musées gratuits, réductions pour cinéma et autres, pas de taxe d'habitation ni foncière, prime de noel, aides diverses et variées des collectivités locales et des oeuvres decharité (j'a travaillé à lacroix rouge, je peux vous donner une foule d'exemple) etc etc etc ... Alors, qui truque ses démonstrations ? Tiens, sur l'impot, vous ne prenez plus VGE mais à partir de 1998 (etle gouvernement jospin) ??? même raisonnement : l'abattement de 20 % a été intégré dans les tranches en 2006, ce tableau ne reprend pas la csg sur les salaires, dont la csg non déductible (un impot sur l'impot) ni l'ISF (non revalorisé sur el plafond depuis 1990) ni les droits de succession (non revalorisés depuis 1955) ni les surtaxes fillon, ni les hausses de csg sur le capital (passée dee 1% en 1990 à 15.5 % aujourd'hui) clairement, les impots ont très fortement augmentés, les prélèvements obligatoires passant de 35 % du PIB en 1974 à 47 % en 2013 vraisemblablement (et encore , le PIB a augmenté). Allez voir... No comment ... mais les niches fiscles, le bouclier, montrez moi que cela fait diminuer les impots par rapport à ce que la personne paierait en 1998 ou 1974, dites, montrez moi ... c'est impossible ...
Réponse de le 22/01/2013 à 17:04 :
@ bob44 : non, cela veut dire qu'il faut augmenter notre productivité. Il n'y a que 2 façons d'augmenter notre productivité : soit produire moins cher : les solutions que vous évoquez, nous en gagnerons jamais, soit produire plus. Pour cela, il faut investir pour augmenter notre productivité (et casser notre code du travail abscons), car seul l'investissement (privé) le permet. Or, quel est le pays qui taxe le plus le capital et que l'on surnorme (Fabius en 1984) "le pays du capitalisme sans capital " ? vous savez maintenant ce qu'il faut faire, mais nous ne le ferons pas. donc il faudra travailler jusqu'à 80 ans, et tout le reste ... Sur la hausse de notre dette, rerpenez les chiffres, c'est sous Mitterand que la dette a le plus explosé en % de l'endettement global.... Nous sommes bien d'accord, l'UMPS nous a mis dans la m...
Réponse de le 22/01/2013 à 17:14 :
C'est nécessaire de s'endetter lorsque ce sont pour de bonnes raisons, et non comme en France juste pour payer l'immensité de fonctionnaires en trop, d'élus en trop, de députés en trop, de sénateurs en trop, de conseillers généraux et départementaux en trop, d'assistés professionnels en trop, de dépenses dites "sociales en trop, de cout d'immigration et leurs cortèges de dépenses en trop, de manque de compétitivité due à l'interventionisme d'état qui nuise à l'économie libre (subvention aux prêts pour l'immobilier, subvention pour le cinéma, subventions pour ceci ou cela), etc...Dans une économie de marché il y a des règles règles et l'état brouille les cartes et fait payer cher, très cher, ses sempiternelles interventions néfastes. Subventionner un marché c'est fausser l'équilibre naturel de celui ci, non seulement les contribuables paient, mais ensuite l'économie du pays paie elle aussi. Lorsque l'état crée un emploi de fonctionnaire, c'est 3 emplois réels et viables qui est détruit. Le résultat est que la France est devenu un enfer fiscal qui certains fuient, et vont s'épanouir ailleurs, la ou ils le peuvent et ou la coercition fiscal est moins forte. La zone occupée par les collectivistes c'est la France, et leurs complices journalistes bien pensant (mais vivant dans le 16 eme arrondissement de Paris avec des portes blindées), nous disent ce qu'il faut penser, et que le libéralisme c'est mal. A ce sujet l'INSEE dit que 80 % des journalistes en France se revendiquent officiellement de gauche, ou collectivistes. Cela en dit long sur la qualité et l'impartialité des informations diffusées dans ce pays, qui s'apparente d'avantage à de la propagande post communiste.
Réponse de le 22/01/2013 à 17:24 :
@LIBRE
40ANS de dettes socialo-communistes... Hum reprenons ca un peu pour voir. 40ans, ca nous place au début des années 70... Bon, Ponpidou + Giscard (célèbres communistes) : 11 ans. Chirac (ché gevariste réputé) première cohabitation : 2 ans. Balladur (castriste s'il en est) : 2 ans, seconde cohabitation. Chirac (encore?, indéboulonnables ces trotskistes !!!) 2 ans de 1995 à 1997. Le revoilou en 2002 jusqu'en 2007 puis M. PLus (plus de dettes s'entend !!!) de 2007 à 2012.
Donc sur 40ans, les socialo-communistes de droite ont régnés les 3/4 du temps...
Réponse de le 22/01/2013 à 17:33 :
@john galt, " il faut investir pour augmenter notre productivité " là encore cela à des limites, vous ne pouvez produire si vous n'avez pas la demande pour !
@libre la france n'est plus collectiviste, le ps n'est plus socialiste, le tournant de 83 est passé par là, ils appliquent les politiques néolibérales de l'UE point barre... Sur les médias, aucun économiste hétérodoxe n'est dans vos médias par conséquent je ne crois pas une seconde que les journalistes soient plus de gauche ou de droite ou alors seulement pr du blabla genre mariage ou immigration, d'ailleurs cette dénomination ne veut plus rien dire puisque l'ump et le ps font la même politique économique et que de l'économie dépend toutes les politiques menées...
Réponse de le 22/01/2013 à 20:10 :
à BOULE, sauf que je parle de socialo conservatisme, c'est à dire les politiques anti libérales de gauche comme de droite. Ces politiques sont toutes anti libérales, et 'UMPS actuel en est le parfait reflet. Croire qu'en France la droite est libérale c'est une ineptie, ce sont les memes avec des couleurs différentes, et à quelques détails prés. Tous sont des étatistes interventionnistes, à l'encontre du bon sens et de ce qui fonctionne.
a écrit le 22/01/2013 à 11:32 :
Et pourtant, si l'on ne parle pas de "l'évasion" fiscale, qui dans bien des cas n'est pas si légale que cela, à l'exemple des pratiques de la banque UBS, nous ne sommes pas les champions !
Le pays qui pratique le mieux la fraude et l'évasion fiscale reste notre voisin germanique (les britanniques aussi sont doués / City oblige)...En Allemagne la fraude fiscale (dont le scandale actuel de la plus grande banque d'Europe DB n'a pas fini de faire monter la sauce) est estimée à plus de 240 Milliards d'euro !
Et je ne parle pas de l'Italie (120/130) et du reste des pays riches de l'UE.
Il faut aussi oublier les USA qui eux sont les champions du monde de la fraude et de l'évasion (de 550 à 800 Mds de dollars) et encore s'en compter la fraude et l'évasion des entreprises.
A côté de cela on vient dire que les grecs sont des fraudeurs (la fraude est de moins de 15 Mds d'euro alors que l'évasion est semble-t-il extraordinairement plus grave qu'elle soit légale ou pas...on parle de 120 à plus de 300 milliards) alors que dans les pays riches c'est encore pire ?! Si la différence tient sans doute au nombre des fraudeurs (on oublie trop vite l'évasion), nous devons balayer devant notre porte !
Et que dire des entreprises qui continuent allègrement de jouer dans les paradis fiscaux en multipliant les filiales alors que l'on devait lutter contre les paradis fiscaux (promis juré qu'ils disaient ?)...Banques en tête !
C'est tout de même étonnant et pourtant tout le monde sait et personne ne fait rien !
Un économiste de l'école de Paris, G. Zucman, a publié un mémoire sur le sujet en février 2011, "L'argent manquant des nations", qui a fait grand bruit dans le milieu.
Pourtant, rien n'a bouger depuis, ce qui me fait dire que les fraudeurs et les spécialistes de "l'optimisation fiscale" (pas toujours si légale que cela) peuvent dormir sur leurs deux oreilles et continuer les magouilles d'autant plus qu'aujourd'hui rien n'est prévu pour une réelle harmonisation fiscale et pour lutter réellement contre ces pratiques.
a écrit le 22/01/2013 à 11:31 :
Et qui finance ce sympathique syndicat?
Est-il aussi riche que les CGT/CFDT/FO?
Possède t'il chateaux et centres de vacances?
Se paye t'il des petits restos gastronomiques à longueur d'année?
Concernant la fraude fiscale, qu'en pense Monsieur Cahuzac, lui qui a le même avocat fiscaliste genevois que Mme Bettencourt?
Réponse de le 22/01/2013 à 11:39 :
Des preuves pour Cahuzac?? Parce que les cabales menées depuis quelques années tous azimuts n'ont pas toujours été basées sur grand chose (rappelez-vous l'affaire Woerth, dont on ne connait toujours pas le fin mot). Et MediaPart n'a toujours pas fourni la moindre preuve valable. Alors retenons nous, il y a assez de choses criticables sur le reste.
Réponse de le 22/01/2013 à 13:19 :
il se trouve qu'en droit français,il appartient à celui qui se dit victime de diffamation d'apporter des preuves
Réponse de le 22/01/2013 à 13:32 :
Rien ne permet d'affirmer ou d'infirmer quoi que ce soit...
Réponse de le 22/01/2013 à 14:31 :
Il est exact que nous n'avons aucune preuve, et que ce bon Cahuzac est présumé innocent.
Mais, j'ai trouvé intéressant et surprenant le fait qu'il fréquente le même avocat fiscaliste genevois que Lilianne Bettencourt, Me Edmond Tavernier.
Réponse de le 22/01/2013 à 14:56 :
Oui excusez-moi j'ai sur-interprété votre commentaire...
a écrit le 22/01/2013 à 11:16 :
pour ce syndicat d'ultra gauche, tout ce qui ne revient pasà l 'état, c'est du vol et de la fraude. L'état ne doit rien nous laisser, c'est lui qui gagne notre argent, nous lui devons tout. Il est suffisamment magnanime pour nous laisser de quoi ne pas mourir de faim, dans son immense générosité, mais même le pain que nous mangeons, c'est quelque part de la fraude car l'état ne peut en disposer à sa guise ...
Réponse de le 22/01/2013 à 11:37 :
Tout ce qui n'est pas libéral et libertaire est de l'ultra gauche selon vous. Le moindre article qui ne va pas dans votre sens n'est pas digne d'intéret. Mais c'est bien connu, tout ce qui n'est pas un chat est un chien.... illustration des esprits étroits.
Réponse de le 22/01/2013 à 11:38 :
Il va nous falloir songer sérieusement a ressortir l'outil tranchant anti-monarchie. Et le jour ou il ré-apparaitra, nos bon ménarques consanguins s'étonneront encore une fois de la colère du peuple...
Réponse de le 22/01/2013 à 11:39 :
+ 1 !! Comme d'habitude j'adhère complétement à vos propos john.
Réponse de le 22/01/2013 à 12:11 :
@@john galt : pour info, libertaire est l'exact inverse de libéral, renseignez vous svp... en gros, pour vous, pol pot est un gentil démocrate et l'ultra gauche n'existe que dans les délires des méchants libéraux ... L'article est digne d'intér^t puisque je m'y intéresse. Quand Marianne (qui n'est pas libéral ni de droite) dévoile en 2002 que 94 % des journalistes de la presse écrite et des médias votent à gauche voire l'extrème gauche, et que je soulève souvent cet état de fait, je suis manichéen ? les esprits étroits sont ceux qui ne regardent pas la réalité...
Réponse de le 22/01/2013 à 12:19 :
Ah voila!! On a encore droit au fameux "renseignez-vous"!!! un classique avec ce cher jonh galt et son mépris permanent!!
Réponse de le 22/01/2013 à 12:28 :
Alors je corrige mon propos: l'article est digne d'intéret mais completement faux puisque pas dans votre sens. Mais non libertaire et libéral sont certes deux choses différentes mais non pas opposées, loin de la (c'est un autre débat)
Enfin, vous extrapolez completement sur ma pensée. Donc si je vous dis que je suis contre le nazisme, je suis communiste? Si je vous dis que j'apprécie pas l'ultra libéralisme que vous pronez en permanence, je suis forcément un admirateur de pol pot? Stupide, voire pire... C'est des méthodes totalitaires. D'autre part, je ne suis pas sur que ce soit sur le site de la tribune qu'on retrouve le plus de journalistes de gauche. Pourquoi lisez-vous la presse si vous considérez que tout y est faux?? La vérité peut aussi bien sortir de la presse dite de gauche que de celle dite de droite. D'ailleurs je suis persuadé que vous ne laissez pas votre libre arbitre juger, vous préjugez avant meme de lire selon la source.
Réponse de le 22/01/2013 à 12:30 :
@john galt, les médias ne sont ni de gauche ni de droite ils sont du côté du pouvoir c'est comme ça depuis la nuit des temps, les intérêts des uns dépendants de ceux des autres, lisez Chomsky ça vous changera des bétises de Friedman !
Réponse de le 22/01/2013 à 12:34 :
à @john galt (choisissez votre propre pseudo ca serait plus clair). Si John vous invite à vous renseigner c'est bien parce que vous démontrez que vous ne maitrisez pas votre sujet. John vous met sous le nez l'évidence de votre incurie, et l'inexactitude de vos propos. Pour ma part je pense que vous subissez la propagande de l'idéologie collective et conservatrice française, que l'on nous "enseigne" dès l'école bolchévique, pardon publique.
Réponse de le 22/01/2013 à 12:49 :
@@john galt : il me semble bien que libertaire et libéral, c'est anti nomique... si vous n'allez pas vous renseigner et si vous ne me croyez pas, comment on fait ? L'article est souvent faux, il est très bien mal interprété pour induire en erreur mais pas ceux qui travaillent là dedans depuis longtemps. Je dis juste que pour vous, tout ce qui n'est pas pol pot est de droite, la plupart des articles que nosu lisons sont gauchisant, cela s'appelle la pensée unique. Des méthodes totalitaires, n'importe quoi ... Mais la drotie est socialiste ? comme la presse de droite d'ailleurs, et c'est facile à vérifier. Qui puis-je si c'est un fait que l'immensemajorité des journalistes soient de gauche ? un libéral revendique el libre arbitre....
Réponse de le 22/01/2013 à 12:51 :
@ bob44 : Oui, et comme le pouvoir développe depuis VGE une politique de gauche (la social démocratie, le social clientélisme) ilss ont de gauche car aux ordres car gavés de subventions étatiques. Chomsky est un linguiste gauchisant, c'est vraiment pas le même niveau que friedman côté analyse économique, on est sur une autre planete ...
Réponse de le 22/01/2013 à 13:03 :
Il est quasi certain que john galt et libre, sont une seule et unique personne, theses identiques, meme formulation, et surtout memes outils absurdes: tout ce qui n'est pas libéral est bolchévique, gauchisant, etc. Et surtout meme arrogance: "Renseignez-vous, vous peuple idiot qui subissez la pensée unique, le libéralisme va vous sauvez!!" Le genre d'affiches qu'on préfererait ne pas voir...
Réponse de le 22/01/2013 à 13:12 :
@jonh galt: En l'occurrence c'est vous qui lui répondez en parlant de droite et de gauche, et en citant Pol Pot. vous avez raison sur libertaire et libéral, mais pour le reste... Vous insinuez que ce qui n'est pas libéral est du coté de Pol Pot. Sauf que vous savez bien (ou peut etre pas, va savoir) que vous prenez deux theses extremes. Et j'approuve pour les méthodes totalitaires, le fameux "vous n'etes pas ceci... donc vous etes cela", figure réthorique classique des partis extremistes. Le probleme n'est pas de dire que les journalistes sont de gauche, le probleme est de dire que parce qu'ils sont de gauche, tout ce qu'ils écrivent est stupide. Quant a votre derniere phrase "un libéral revendique el libre arbitre...." la j'ai beaucoup ri. Manque plus que le "approuvé par un libéral", ou encore "le libéral n'aime pas la misere" ou "le libéral aime les enfants". Ah au moins vous m'apportez un peu de bonheur, j'aurais pas perdu mon temps en lisant vos commentaires...
Réponse de le 22/01/2013 à 13:45 :
@ Plutot drole : et non pourtant ... pour info et @ loic aussi : ce n'est pas moi qui dit que tout ce qui est bolchevique n'est pas libéral, c'est @@john galt qui me prête cette insinuation ...
@loic : qualifié le libéralisme et pol pot de "2 thèses extrèmes" est assez osé ... citez moi un seul génocide attribué au libéralisme ... réthorique classique : vous travestissez mes propos : la majorité des journalistes sont de gauche, et écrivent donc des choses répondant à l'éidéologie de gauche. que l'idéologie de gauche soit stupide, je dirais plutôt qu'elle est fausse. le reste de votre commentaire relève du même ressort. Au lieu de lire mes commentaires aller lire des auteurs libéraux qui ne font pas appel au libre arbitre, ou qui aiment la misère pour les pauvres. Avant de critiquer, si vous découvriez ce que c'est que le libéralisme ? ne perdez plus votre temps svp ...
Réponse de le 22/01/2013 à 14:53 :
@john galt : vous vous embrouillez un peu : si Marianne dit que 94% des journalistes sont de gauche (ils sont dans les isoloirs, ou bien les journalistes le disent?) cela montre que vous faites confiance à Marianne, encore des journalistes, et donc de gauche. Vous faites donc confiance à ce qu'écrit la gauche ?
Alor il faut faire confiance uniquement à ce qui n'est pas journaliste. Seuls les économistes ont raison. Ils l'ont montré avec la dernière crise, ils ont écrit tout et son contraire. C'est la liberté d'expression me direz vous. On rigole bien malgré tout, ... tant qu'on a de quoi manger.
Réponse de le 22/01/2013 à 15:15 :
Nanméo !
Réponse de le 22/01/2013 à 15:18 :
@john galt, " le pouvoir développe depuis VGE une politique de gauche " la politique européenne qui prone dérégulation et privatisation est donc de gauche ? Arrêtez deux minutes de voir des gauchistes partout si y'a bien un endroit où il n'y en pas c'est dans les politiques européennes qui sont toutes néolibérales.. Chomsky est linguiste et n'est pas économiste, sa critique des médias est la meilleure que je connaise mais si vous avez mieux éclairez ma lanterne...
Réponse de le 22/01/2013 à 15:19 :
@ Gé92 : c'est un fait, et je fais confiance à un fait.... 95š% des économistes que vous entendez sur les médias sont proche des milieux socialistes et de pouvoir (je rappelle que ladroite française est socialiste). si vous entendiez les vrais économistes (charles gave, delamarche, etc ...) vous vous rendriez compte qu'ils ont raison, mais surtout, que leurs raisonnement et démonstrations sont d'une logique imparable : lisez contrepoints.org
Réponse de le 22/01/2013 à 15:43 :
@ bob44 : ah bon, l'europe dérégule à tout va ??? pouvez vous me citer une seule loi, un seul réglement que l'europe a supprimé ? Le néo libéralisme ce n'est pas cela, quand est-ce que vous allez vous renseigner sur ce qu'est le néo libéralisme ? la critique de Chomsky sur les média rejoint la mienne sur les medias français, et je présume que Chomsky dénonce aux USA le même phénomène qu'en France, cad la quasi unanimité des medias sur le plan politique : démocrate aux USA, social démocrate en France, dans tous les cas socialiste (puisque c'est à peu près la même chose).
Réponse de le 22/01/2013 à 15:57 :
Si la droite française est socialiste, que seuls certains économistes sont de vrais économistes (surtout pas les prix Nobel), et que 94% des journalistes sont de gauche parce que vous les entendez sur les médias, je comprends que vous puissiez détenir la vérité.
Même la polémique a ses règles, et si vous définissez la vérité selon votre volonté, ça augure mal du régime que vous défendez.
Je ne l'appellerais pas libéralisme.
Réponse de le 22/01/2013 à 16:12 :
Je crois surtout que plus on contredis john galt, plus ca le conforte dans ses fantasmes de l'ultra-liberalisme, car en se placant en marge il se sent plus intelligent et du coup il croit en sa prétendue supériorité de l'esprit. Tout ceci s'exprime par des "renseignez-vous", "lisez ceci" ainsi que sa réthorique totalitaire et souvent absurde. Je connais d'ailleurs déja sa réponse: vous n'avez aucun argument. Et je réponds d'avance, les arguments apportés sont toujours faux d'apres lui, car nous sommes tous des bolchéviques.
Réponse de le 22/01/2013 à 16:12 :
@ GE92 : mais bien sur, la droite française est de droite, libérale et conservatrice. C'est pour cela qu'en 10 ans de pouvoir, elle a abrogé les 35h, le code du travail, supprimé l'isf et le bouclier fiscal, baissé les impots (52 taxes nouvelles ou augmentées avec sarkozy), abrogé le PACS, supprimé le smic, les aides au logement, les besson, scellier et de robien etc etc etc ... pendant la campagne présidentielle de 2012, je vous rappelle que les 10 candidats avaient un seul point commun, ils étaient tous anti libéraux et le revendiquait...(vous pouvez aller vérifier). Pour les prix nobel, c'est différents : Stiglitz et krugman (ceux que l'on entend tout le temps) sont prix nobel mais en micro économie, et se prononcent sur des sujets de macro économies où ils ne sont pas reconnus (ils sont keynésiens et étatistes en plus). Ce n'est pas moi qui dit que les journalistes sont en majorité de gauche, c'est un fait, amplement vérifié. Je définis la Vérité à partir des faits et de la Raison (en bon libéral) Vous la définissez à partir de la volonté de la majorité vous ? aucun rapport avec le libéralisme ?
Réponse de le 22/01/2013 à 16:43 :
@Loic : l'ultra libéralisme, cela ne veut rien dire ... réthorique totalitaire, de la part de socialistes, c'est savoureux ...
mais quand je vosu demande dans la dérégulation quelles lois ont été supprimées, cen'est pas un argument que je vous demande, c'est un fait, et un fait n'est pas bolchevique ou libéral non ? l'URSS s'est effondrée, les USA de Reagan ont connu une croissance économique sans équivalent, ce sont des faits non ? qui est dans sa bulle ?
Réponse de le 17/05/2013 à 11:23 :
oui et les USA grâce à la dérégulation effectuées dans les années 80/90 via Bush père, Clinton & co nous ont menés dans la crise actuelle.
Merci qui ?
a écrit le 22/01/2013 à 11:00 :
S'il y a évasion c'est qu'il y a prison, s'il y a des paradis fiscaux c'est parce qu'il y a des enfers fiscaux, et le premier est le français. L'individu aspire à la liberté et à la justice, hormis les assistés profiteurs, les trafiquants de tous poils et les criminels, le peuple (ceux qui le peuvent) cherche la liberté, ele est intrinsèque à la nature humaine. Pourquoi cet enfer existe 'il ? Pourquoi les citoyens cherchent ils à s'évader ? Ce sont ces deux questions qu'il faut se poser, pas es symptoms mais les causes. Les causes sont un état écrasant, confiscatoire, dirigiste, interventionniste et démotivant. Qui a encore l'envie de prendre tous les risques en entreprenant dans un contexte pareil ? Risquer de l'argent que l'on empreinte pour de toute façon se faire tout, ou presque, voler par un état bouffi plein de privilégiés qui n'attendent que vous pour vivre sur votre dos, et vous insulter si vous avez le "malheur" de réussir, est complétement débile. Il ne faut as s'étonner que les individus qui veulent vire de leurs travails ou entreprises cherchent des cieux plus clément, et moins bolchévique. Le libéralisme humaniste est naturel car il correspond à la nature profonde de l'homme. L'homme a envie de croitre, de se développer, d'expérimenter et de profiter de ses succès lorsqu'il en a, sans se faire voler par les conservato collectivistes.
Réponse de le 22/01/2013 à 11:19 :
Tout a fait d'accord avec cette analyse pleine de bon sens
Réponse de le 22/01/2013 à 11:30 :
Il vaut mieux être fort, intelligent et en bonne santé, que faible, pas futé ou malade. Dans ce cas on confond facilement le libéralisme et l'humanisme.
Mais l'état français, bouffi, bolchevique, écrasant, confiscatoire, vous rend pauvre, malade et vous abêtit.
Pourquoi reste-t-il des habitants en France ? Cette population de ratés aurait du disparaître de la terre. Il faudrait que l'homme nouveau la remplace !
Un de nos voisins a essayé cette recette, avec un copain au yeux bridés, mais après avoir mis à feu et à sang la moitié de la planète, il est revenu à la raison, il semble qu'il a gardé des adeptes en France.
Réponse de le 22/01/2013 à 11:34 :
Certes l'Etat francais comme d'autres abuse sur les dépenses et les taxes, seulement votre analyse binaire et manichéenne est a mon sens fausse.
D'une part, parler d'enfer fiscal est largement exagéré. Pour la majorité des travailleurs francais qui sont en dessous de 200 000 euros par an (donc la grosse majorité), nous sommes seulement 8eme pays européen sur le niveau de taxation entre impots et charges sociales. Des pays comme la Belgique matraquent ces classes moyennes. Nous nous abusons sur les charges sociales pour les PME/TPE, et sur la taxation des éventuels investisseurs (qui ne sont pas tous les riches).
Mais pour en revenir a vos propos, vous remarquerez que les paradis fiscaux (Iles Caiman, Luxembourg, Suisse ou Irlande a des degrés différents) sont rarement des pays ou vivent véritablement les exilés, qui n'ont bien souvent qu'une boite aux lettres sur place. Ceci est la preuve que le "paradis fiscal" (la aussi terme exagéré et trop souvent utilisé) n'est pas le paradis de liberté dont vous parlez. Londres est l'exemple inverse, mais les taux d'imposition pratiqués sont bien différents de ceux des autres paradis fiscaux malgré tout.
Ce que vous pronez a mon sens est une exacerbation de l'individualisme et un refus de tout systeme sociétal pourtant indispensable a n'importe quelle société. La liberté n'est pas la dérégulation totale que les libertaires nous proposent.
Finalement, le défi pour une société est de trouver un équilibre entre ces regles et la liberté demandée par le peuple. Cependant, l'idée meme de justice sociale est variable d'un pays et d'une époque a l'autre. Cordialement.
Réponse de le 22/01/2013 à 12:13 :
@@libre : la france est 169 sur 185 pays pour le niveau de ses impôts (étude 2011 de pricewaterhouse). A partir de quel niveau est-on un enfer fiscal et un paradis fiscal svp ?
Réponse de le 22/01/2013 à 12:15 :
à @libre.
Mon analyse est vraie car les chiffres le prouvent : Prés de 58 % de la richesse nationale est confisquée par l'état !! On peut pinailler sur certains termes, ou certaines taxes moins élevées en france qu'ailleurs, cela ne change. La masse totale des taxes et des impots est gigantesque. Vous travaillez 6 mois et demi par an rien que pour les payer ! De Gaulle disait qu'au delà de 40 % de richesse confisquée par l'état cela sonnerait le glas de l'économie, et que la paupérisation du peuple français serait effective. Aujourd'hui nos concitoyens font les poubelles pour manger, vont au resto du coeur, ou sont au RMI. Ce que vous ne comprenez pas c'est que tous le monde paie ce racket, car moins d'entreprises, c'est moins de richesse, donc moins d'emploi, et le salarié de base se retrouve dans un marché de l'emploi à la baisse, ou les salaires sont trop bas et ne peuvent pas être négocié. Mais le salarié paie aussi directement sur sa fiche de paie ce racket, 25 % de prélèvement sociaux et autres lui sont enlevés. Celui ci ne peut meme pas décider ou il souhaite s'assurer pour sa santé, c'est un monopole d'état écrasant, mal géré et sans concurrence. Alors que depuis 2002 l'Europe oblige les états à respecter la liberté de choisir la compagnie que l'on veut (il y en a 4 de validés par l'europe), la sécu, elle, elle menace les citoyens de fortes amendes si on ose le simple fait d'en parler. Il a énormément de pouvoir d'achat à récupérer pour le salarié, et l'entreprise rien que la dessus. Des exemples comme cela il y a en a des dizaines. Mais toutes ces mafias étatiques et syndicales bloquent tous changement, en nous expliquant que c'est pour notre bien, et que nous avons le meilleur système au monde, mais que personne ne veut copier. En fait ils ne veulent pas perdre leur privilèges et leurs pouvoir qu'ils font subir au peuple, à qui l'on ment.

Il y a énormément de français qui vivent en Angleterre, en Espagne (grand paradis fiscal par rapport à France), de plus en plus en Asie, au Canada, etc..Les Iles Caymans n'ont pas besoin d'être citées, c'est autre chose, c'est une ile faite pour l'industrie de la finance, mais celle ci respecte parfaitement les normes du Gafi (anti blanchiment). Bref tous les pays ou les impots et les taxes sont bien moins confiscatoires peuvent être qualifié de paradis par rapport à l'enfer français. Je cite aussi la Pologne qui a eu l'intelligence d'installer la flat tax (20 % d'impot maxi au dela d'un certain montant de revenu, et rien en deca). Le résultat c'est une lisibilité claire pour les entrepreneurs, un impot qui ne décourage pas, une simplification administrative (contrairement au maquis français), et..des recettes fiscales en nette hausse. C'est la preuve que trop d'impot tue l'impot, et moins d'impot et moins d'état créent plus de richesse pour le peuple, et l'état. Le tout sans la monnaie papier euro, de surcroit. Singapour fait pareil, et d'autres anciens pays collectivistes ont complétement changé d'attitude et se rapprochent de ce modéle libérale, qui fonctionne. Vous pouvez vous rassurer en accusant ces pays de ne pas offrir suffisamment de "liberté", mais c'est tout le contraire. Un seul exemple, le déli d'opinion n'existe pas, ou peu, dans les pays libéraux. en France il est condemnable. Mais il ya encore bien d'autres exemples.

L'individu a le droit à toutes ses libertés fondamentales, ne peuvent pas être un exacerbation. Vouloir limiter la liberté des individus pour ne pas qu'ils aient subir des castes de privilégiés, des millions de fonctionnaires en trop, et un état omnipotent, est un non sens contre l'humain. Ce sont les conservato collectivistes qui dissertent la dessus, dans le seul but est de controler à leur profit, le citoyen. Relisez la constitution française, celle ci prévoyait de protéger le citoyen contre ce que je dénonce, ce n'est pas une exacerbation mais des droits fondamentaux issus de notre révolution. L'individu est au coeur de la constitution, mais celui ci a aussi des responsabilités, et la première est le respect des lois, et des droits et des libertés de ses concitoyens. Le libéralisme ce n'est pas la jungle, c'est tout le contraire, la loi est au coeur du libéralisme, et l'état de droit aussi, sans que l'état n'est le moyen d'intervenir dans l'économie, et ne puisse imposer aux citoyens ses points de vues et ses méfaits anti libéraux. L'état doit être cantonné aux fonctions régaliennes que les électeurs lui attribuent. Le tout sans avoir la possibilité pour les politiciens de faire carrière à vie, et sans privilége pour eux et leurs différentes castes et mafias. Bastiat, Tocqueville, et d'autres sont mes références. Et vous ?
Réponse de le 22/01/2013 à 12:56 :
Votre commentaire est intéressant mais excusez-moi, vous enfoncez des portes ouvertes. Oui en France, les impots et charges sociales (en particulier pour les PME) sont trop élevés pour les entreprises. Oui le systeme d'imposition est peu clair et trop complexe. Mais vous profitez de certains constats tres justes pour justifier une these qui n'a en l'occurence jamais été vérifiée en démocratie car toujours repoussée par les peuples ceci a raison, celle du libéralisme poussé a son état originel, a savoir dans lequel l'Etat ne s'occupe que de ses fonctions primaires.
Des mesures plus libérales en France sont indispensables aujourd'hui, mais ca ne veut pas dire qu'un systeme intégralement libéral s'impose. Une sucrerie ne vous fera pas de mal, en manger des boites entieres si (métaphore pas tres jolie, mais vous voyez ou je veux en venir). La justice sociale ne peut etre conservée que par un certain niveau d'intervention de l'Etat. La crise récente provoquée par le non controle des systemes financiers a montré le libéralisme peut parfois s'assimilera une jungle. Alors non cette phrase est fausse "Le libéralisme ce n'est pas la jungle, c'est tout le contraire", et vous le savez tres bien. Et cette phrase "ne puisse imposer aux citoyens ses points de vues et ses méfaits anti libéraux" montre justement en quoi le libéralisme peut etre une forme de totalitarisme, car tout ce qui s'y oppose ne doit pas pouvoir s'exprimer (vous le dites par cette phrase).
Mais je reviens a mes propos que vous semblez ne pas avoir compris: Vous opposez le libéralisme avec donc une imposition tres faible, au systeme francais avec une imposition tres forte. Sauf que comme je vous l'ai dit, tout est question d'équilibre. Les pays s'en sortant le mieux actuellement (Allemagne par exemple) sont justement dans ce juste milieu. Les Lander ont un pouvoir important meme sur les entreprises, l'Etat a un role plus important qu'un simple controle basique de justice et de fonction régaliennes. J'ajoute que vous n'etes pas clair sur les exemples que vous citez: en quoi le Royaume-Uni ou l'Espagne sont des pays libéraux? ils sont libéraux quand il faut citer les bons points, socialistes quand il faut citer les mauvais? De plus nous parlez de Singapour comme d'un pays ou les libertés sont préservées, c'est quand meme un peu fort. Politiquement parlant, c'est une aberration. Economiquement, l'interventionnisme de l'Etat y est aussi permanent, donc l'exemple n'est certainement pas le bon pour votre these. Cordialement.
Réponse de le 22/01/2013 à 13:48 :
@@libre : "cela ne veut pas dire qu'un système intégralement libéral s'impose" c'est vrai cela, pourquoi vouloir faire quelque chose qui marche et qui a tjrs marché ?
Réponse de le 22/01/2013 à 14:34 :
@john galt : où çà ? Dans tes rêves ? Cite moi UN pays libéral à ce point....
Réponse de le 22/01/2013 à 14:55 :
Oui, citez-nous un seul pays qui a ne serait-ce qu'accepter le libéralisme tel que vous le proposez?? Des mesures libérales ont été prises un peu partout, mais jamais le systeme présenté par les Hayek ou Friedman, ne vous en déplaise.
Réponse de le 22/01/2013 à 14:56 :
@chich : Hong Kong, Singapour, le Chili, la Suisse, la France de 1958 à 1970, l'Angleterre de 1983 à 1996 (Tony Blair)
Ces pays ont, chacun à sa mesure, libéralisé une partie de l'économie, et ça a plutôt bien marché.
En revanche, je peux vous citer une liste impressionnante de pays socialistes où ça n'a pas, mais alors pas du tout marché, et où ça continue à ne pas marcher...
Réponse de le 22/01/2013 à 15:01 :
@ Chich : il n'existe pas hélas... mais on peut quand même remarquer qu'à chaque fois qu'un pays devient plus libéral et fait reculer l'état, la croissance revient et la pauvreté recule ... et cela s'est TOUJOURS vérifié. A contrario, chaque fois que l'état progresse, la croissance diminue et la pauvreté augmente... et là aussi, cela s'est TOUJOURS vérifié. On peut donc extrapoler facilement ...
Réponse de le 22/01/2013 à 15:21 :
@Miloo: Oui mais attention, Hong Kong et Singapour ont un Etat tres interventionniste, travaillant certes différemment du modele européen, mais le libéralisme n'y est que relatif, la Suisse est plus protectionniste, et ca a bien marché que l'ouverture de l'Europe(un exemple que libéralisme ne veut pas toujours dire prospérité, enfin petit précision Blair a été en place de 97 a 2007, et il n'a pas fait que du libéralisme loin de la. J'ajoute que la crise de 2008 a montré a quel point la dérégulation avait ses effets pervers. Pour le socialisme, ce que vous dites est vrai, cependant il a une grande différence entre les dictatures pseudo communistes, et le social appliqué en Suede par exemple. Donc finalement il est impossible de dire en étant honnete intellectuellement que le libéralisme marche toujours le socialisme jamais. J'ajoute aussi que par exemple pour la France de 58 a 70, ou encore l'Angleterre, la part de social était encore conséquente, donc rien ne garantit qu'un systeme totalement dérégulé marcherait. Ces évolutions ont été faites aussi car le peuple savait qu'il y avait toujours une part de social pour le protéger. Ce meme social qui a servi d'amortisseur a la crise de 2008. Comme il a été dit dans un commentaire plus haut, ce qui marche a petite dose ne fonctionne pas forcément a haute dose.
Réponse de le 22/01/2013 à 15:47 :
@ Loic : " il est impossible de dire en étant honnete intellectuellement que le libéralisme marche toujours le socialisme jamais." en étant honnête intelelctuellement, il est impossible de dire qu'une politique socialiste marche et qu'uen politique libérale ne marche pas, et cela a tjrs été le cas. Pour rappel, de 58 à 77 la GB a été ruiné par le socialisme, et grace aux réformes de tchacher, la GB avait plus de dépenses sociales sous tchacher que avant (dingue non ??) pour la france, il y a vait bcp moins de social de 58 à 75 en France que maintenant : la France vit depuis 1975 ce que l'angleterre a vécu de 1945 à 1977, et fera faillite comme l'angleterre (et la suède en 1992). Le libéralisme marche quelque soit la dose .... il a tjrs marché quelque soit la dose ...
Réponse de le 22/01/2013 à 15:55 :
à Loic. Hong kong et Singapour sont deux pays qui taxent très peu les revenus des entreprises e du capital, et n'ont pas d'isf, ni d'assistés d'ailleurs. Leurs croissance sont exemplaires, et cela fait longtemps que ça dure. Meme s'ils ne sont pas parfait c'est la que ça se passe, et des tas d'entrepreneurs arrivent chaque jour pour y construire leurs avenirs. A part pinailler sur des détails, avez vous des vrais arguments à opposer ces constats de faits ?
Réponse de le 22/01/2013 à 16:00 :
Faux, il n'a jamais été appliqué a haute dose car les peuples n'en veulent pas. De meme moins de social ne veut pas dire plus de social comme vous le pronez. Votre aveuglement est édifiant.
Réponse de le 22/01/2013 à 16:29 :
@ Loic : les peuples préfèrent hélas les démagogues qui leur proposent de vivre au dépens des autres. Voilà pourquoi les idées socialistes, qui flattent l'envie et la paresse, trouveront tjrs un echo ... Sauf que en GB de 1979 à 1995, en NZ à partir de 1984, en suède à partir de 1992, au canada à partir de 1995, en corée du sud à partir de 1998, aux USA de 1980 à 1999, au chili, en finlande, en norvege, etc etc etc ... il y a eu des politiques libérales, qui ont prouvé de manière éclatante que cela marche ... Mon aveuglement est édifiant, c'est vrai, je ne me suis pas rendu compte que l'on vivait mieux en allemagne de l'ouest qu'à l'est, et que c'est le bloc socialiste qui s'est effondré ... je suis aveugle, un peu comme la dame dans "good bye lénine" à moins que ce ne soit vous ...
Réponse de le 22/01/2013 à 16:54 :
Et encore un raccourci bloc communiste = socialisme = gauche sens général... Vous admettez des le départ que ca n'a pas été appliqué, puis vous nous dites que ca marche, ca n'a pas de sens, c'est de la pure spéculation. Je n'ai jamais sauté d'un pont, mais j'arrive a sauter un trottoir, donc je peux sauter d'un pont a coup sur!! De plus, la zone Europe et notre pays en particulier connait des difficultés depuis quand? Bizarrement la création de Schengen et donc la libéralisation de l'économie en Europe. Concurrence des pays d'Europe de l'Est en matiere de cout du travail, inflation brutale, déreglement financier, etc. mais bon cet exemple ne doit pas vous suffire. Votre exemple de la Suede, vous vous tirez une balle dans le pied , sauf que le niveau d'étatisme et de protection sociale est incompatible avec votre idéal, meme chose pour le Canada et les autres pays nordiques. En bref puisque vous ne semblez pas comprendre, je ne fais pas l'apologie du socialisme qui comme vous l'avez dit mene tres souvent a la perte, mais je réfute totalement vos arguments sur le libéralisme de vos lectures qui marcherait toujours. C'est une extrapolation fausse.
Réponse de le 22/01/2013 à 17:02 :
@Libre: Ma premiere réponse n'est pas passée donc je vous réponds a nouveau (pourtant il n'y avait aucune raison pour censurer mais bon). Vous considérez que je pinaille lorsque je dis que vos arguments sont faux et fallacieux, tres bien, mais la vérité est la. L'interventionnisme économique de l'état a Singapour et Hong Kong montre que l'on est loin du modele libéral que vous défendez. Les arguments j'en ai donnés plusieurs: crise de 2008, ouverture de la zone euro, et a l'inverse politiques équilibrées en Europe du Nord, au Canada, etc. montrent que la seule solution valable reste un Etat encore bien présent dans les domaines de l'éducation, de la justice, de la santé (discutable selon les modeles je le concede), et garantissant une protection sociale ciblée et tournée vers le retour a l'emploi. Mais malgré tout des impots relativement bas permettant l'investissement et la création. Ca s'appelle du productivisme. C'est donc pour résumer a mi-chemin entre libéralisme et socialisme, et ce qui permet au peuple de vivre décemment sur le long terme.
Réponse de le 22/01/2013 à 17:17 :
@ Loic : je dis juste que l'on a jamais appliqué le libéralisme à 100 %, comme d'ailleurs le socialisme. Mais un petit peu de libéralisme, et cela marche, un petit peu de socialisme, et cela marche moins bien. Et plus vous enfaites, moins cela marche pour le socialisme, et plus cela marche pour le libéralisme, les faits, rien que les faits ... Schengen n'a rien à voir avec la libéralisation de l'europe, c'est un point usrl es échanges économiques. Les problèmes de l'europe sont liés à la non compétitivité de certains pays de la zone euro, et la zone euro aggravetout cela. Ah bon, la suède c'est pas bon ? elle étaiten faillite et est passé de 69 % de dépenses publiques dans le PIB à 52 %, et cela continue. Contrairement au socialisme, les libéraux ne revendiquent pas le grand soir, cela ne marche que petit à petit ... quand à la protectino sociale, si elle marche en suède, c'est parce qu'elle a été largement privatisée !!! je ne suis pas contre la protection sociale, je suis contre le monopole de l'état dans la protection sociale, c'est tout à fait différent. Même chose pour tous les exemples que j'ai cité. Mais, à l'inverse, citez moi donc un seul exemple (UN SEUL !!) où la croissance de l'état a amélioré les choses ? dites ? le libéralisme est basé sur la raison, donc sur les faits, vous ne pouvez réfutez la raison sans être dans une bulle ... qu'existe-t-il dans le monde comme mode de gouvernement à part le socialisme (cad la social démocratie) et le libéralisme ? sachant que les pays socialistes ne marchent que s'ils libéralisent une partie de leur économie ? c'est pas des faits cela ? que vosu faut-il de plus ????
Réponse de le 22/01/2013 à 17:27 :
@ Loic : le productivisme fait partie du socialisme, pas du libéralisme, ce n'est pas à mi chemin, cela n'a pas de rapport.
Singapour est un pays économiquement très libéral, avec un état peu interventionniste : http://www.contrepoints.org/2012/06/15/87032-un-singuliere-dictature
Réponse de le 22/01/2013 à 18:33 :
Ah voila, le fameux blog/site libéral qui confirme les propos du libéral. Je vais citer un blog alter-mondialiste pour justifer mes propos, et on sera bien avancé....
Quant a la Suede je dis justement tout l'inverse, que ca fonctionne bien mais qu'a 52% du PIB on appelle pas ca un pays libéral.
Je pense qu'apres tous ces commentaires vous ne comprenez toujours pas, vous devriez consulter je crois. Je suis en train de vous dire justement qu'une position moyenne entre le tout libéral que vous défendez et le tout social est la meilleure solution. A ca vous répondez que je suis socialiste, apres ca je ne peux plus rien pour vous, vous devez avoir des problemes de compréhension. Vous parlez de mode de gouvernement, et bien justement un gouvernement peut etre a la fois libéral et socialiste en fonction de la conjoncture et des différents domaine, alors que vous souhaitez mettre une étiquette a tout. Ca s'appelle la théorie originale de Keynes. Quant a l'exemple que vous voulez, chose simple et récente, les pays européens se sont maintenus plus ou moins a travers la crise grace au systeme social qui a servi d'amortisseur, et ca tout le monde s'accorde a le dire, ca nous a évité une récession bien pire.
Ce qu'il me faut de plus, c'est encore une fois (décidément) que vous compreniez que c'est pas parce qu'une mesure libérale fonctionne (ce que je concois tout a fait), que le tout libéral lui marche. C'est simple, mais apparemment pas pour vous.
a écrit le 22/01/2013 à 10:58 :
Jolie opération de communication d'un syndicat de fonctionnaires des impôts qui réclame plus de contrôles, donc plus de fonctionnaires des impôts à un moment où les réductions d'effectifs menacent. La vérité est que ce syndicat n'en sait pas plus que le Ministre sur la question mais fait l?intéressant.
a écrit le 22/01/2013 à 10:57 :
Et alors ! qu'est qu'ils attendent nos chers syndicalistes pour attraper les fraudeurs ?
Il faut bien qu'ils sachent cependant que nos politiques, surtout les donneurs de leçons de gôôche, ne sont pas prêts d'épingler leurs copains sinon où iraient-ils en vacances ? et comment transmettraient-ils leur patrimoines avec leurs SCI ?
a écrit le 22/01/2013 à 10:53 :
C'est la tarte à la crême de la réduction des déficits ! L'astuce reprise dans tous les programmes présidentiels pour boucler les budgets et éviter de parler des réformes (douloureuses) qu'il faudrait entreprendre. Ca ne mange pas de pain, ça amuse la galerie et politiquement c'est classé à gauche (lutte contre le grand capital)
a écrit le 22/01/2013 à 10:48 :

A l?école de la fraude ! Le bon exemple d?une société hypocrite, qui fraude, sport national, et qui reproche aux banlieues de « bricoler » pour s?en sortir.
Le poisson meurt par la tête. L?élite, l?élite de l?argent, privatise la fraude, interdit tout moyen aux jeunes de s?en sortir, légaux ou nom.

La révolte gronde, les parents ne savent plus quoi faire. Comment expliquer à ses enfants que l?honnêteté est le seul chemin si à tous les étages on se goinfre ?

Mes enfants, eux, ont bien compris le système. Bien mieux que moi. Je suis même dépassé par leur agilité à profiter des opportunités économiques, jamais légales ou si peu. Comment reprendre la situation en main ? J?ai décidé de résister? même si j?ai parfois le sentiment que c?est trop tard.
a écrit le 22/01/2013 à 10:48 :
Les vilains mauvais canards LES FRANÇAIS et au lieu de parler de fraude commençons par parler économie. Divisons par 2 le nombre de communes et le nombre de députés (+ de 18000 indemnités en moins), ayons une vrai politique de refonte de la fonction publique ( des millions d'euros pourraient être économisés exemple : 40 000 postes de prof en +, alors que d'autres fonctionnaires voient leurs missions supprimer "surement trop compliqué le transfert des personnels")... On peut rajouter que pour qu'il y est contribution fiscal, il faut un salaire (peut être que les gens qui vivent avec les minimums sociaux et qui ne font pas trop d'effort pour un job certes pas mieux payé devrait fortement encouragé à accepter ce qu'y est parfois proposé ( vaut-il mieux être au RSA avec 400? ou à temps partiel à 400?...) A titre individuel bien sur que non, mais pour la collectivité ?

Bref moi perso je ne peux ps défiscaliser grand chose mais si je pouvais....
Réponse de le 22/01/2013 à 11:11 :
La "représentation" nationale nous coute une bonne quarantaine de milliards par an, et passe son temps a se taper sur la gueule pour se faire ré-élire. Ont-ils une quelconque idée de ce a quoi ils servent ? Aucune... Et cela ne les soucie pas le moins du monde... Le but est d?être sur leur trône, et d'attendre la retraite. En divisant ceci par deux, on gagnerait 20 milliards d'un coup, ils passeraient moins de temps a se taper sur la gueule, et surtout, il seraient moins nombreux a dépenser les budgets n'importe comment. Le gain pour la nation serait immédiat et très très substantiel. Ha... On me signale dans l'oreillette que c'est eux qui font les lois qui pourraient réduire leur nombre. Bon. Désolé. On attendra 2789 avec nos fourches
Réponse de le 22/01/2013 à 11:23 :
On ne touche pas à la gauche puisqu'elle est le peuple (le peuple de gauche) ! Et surtout, on trouve des justifications morales (genre : "justice sociale") pour taxer et voler les autres (en se servant grassement au passage)...
Réponse de le 22/01/2013 à 11:33 :
Le peuple n'est pas taxé, je ne savais pas que la TVA était supprimée, c'est quand même l'impôt qui rapporte le plus, bien plus que l'IR.
La gauche rend-elle aussi amnésique ?
a écrit le 22/01/2013 à 10:45 :
Commençons par simplifier les règles en matière fiscale en les rendant en premier lieu compréhensibles, justifions intelligiblement l'usage qu'on fait de nos impôts, cela donnera moins d'excuse de frauder. Mais il faut croire que le charabia juridico fiscal arrange bon nombre de gens, notamment parmi ceux qui nous gouvernent et AUSSI ceux qui nous contrôlent!!!
a écrit le 22/01/2013 à 10:37 :
Cela représente l'équivalent de ce que nos fonctionnaires dépensent en plus des budgets qui leurs sont alloués, mais là aucuns problèmes. Essayez de dire à votre boss que vous avez dépenser 12.5% de plus vous verrez combien de temps vous garderez votre emploi...
D'ailleurs qu'est-ce que l'évasion fiscale? Sérieusement?
a écrit le 22/01/2013 à 10:37 :
Comme d'habitude, les syndicats jettent le bouchon un peu loin, non pas dans des buts patriotiques de récupération de sommes "placées" ailleurs mais pour augmenter les effectifs et les cartes de membres au dit syndicat ! Grosse la ficelle !
a écrit le 22/01/2013 à 10:29 :
un on n'en sait rien ensuite il est exact que malgré les procédures presque inquisitoire, paiement par chèque obligatoire (que les commercant ne veulent plus) le travail au noir est devenu une pratique normales on refait un appartement a coté du mien ce sont des pakistanais, il y a quelques années les ouvriers anglais débarquaient le lundi et repartaient le vendredi ligne directe G B LIMOGES les espagnols sont partout l'autoentrepreneur est devenu la couverture de l'officiel travail au noir....blanchi pour 5 % des recettes ..dans les cités vous voyez au moins 15 ateliers de mécanique qui travaillent en plein jour, on m'a volé toute l'informatique de ma voiture il faut des professionnels;..la recherche de la piéce détachées... dans les voitures a coté;..plutot que le concessionnaire ... on vole des voitures pour repartir en afrique...
a écrit le 22/01/2013 à 10:28 :
Et oui c'est une honte de ne pas vouloir assumer ses responsabilité quand on fait parti des privilégiés mais heureusement que tous ne font pas cela ... l'etat se porterait bien mieux avec ce genre de recette si tout le monde y participait
Réponse de le 22/01/2013 à 10:42 :
C'est bien connu; en France le problème ce sont les rentrées fiscales insuffisantes mais pas le niveau des dépenses de l'état ni des collectivités locales. lol de lol de re-lol
Réponse de le 22/01/2013 à 11:26 :
La taxation à 75% est une incitation au civisme est à l'honnêteté, bien sûr...
a écrit le 22/01/2013 à 10:25 :
L'incompétence de nos chers politiques à coûté 1 700 milliards d'euros en 40 ans soit 42 milliards par an...
Réponse de le 22/01/2013 à 11:12 :
Pourquoi voudriez vous que cela change ? Personne ne va les virer, puisqu'ils sont leurs propres législateurs et électeurs...
a écrit le 22/01/2013 à 10:23 :
La pression fiscale, en France, est tellement confiscatoire que ceux qui le peuvent et en ont les moyens cherchent par tous les moyens à "s'évader". Il n'y à qu'à augmenter les impôts de ceux qui ne peuvent pas "s'évader" pour compenser le manque à gagner. (on n'est plus à ça près, l'épargne pour ceux qui en ont encore va fondre comme la neige au soleil, de même que l'immobilier...)..ou diminuer fortement les prélèvements obligatoires (on n'en prend pas le chemin...) pour inciter les "évadés" à revenir payer leurs impôts en France...Mais comme les "évadés" fiscaux sont de riches particuliers et des institutionnels qui sont très bien conseillés, en matière de niches et paradis fiscaux.. dorénavant ce sera comme...auparavant...encore un rapport qui va faire pschitt....
Réponse de le 22/01/2013 à 10:48 :
Tres franchement je pense aussi qu'il y a toujours un partie de la population qui fraudera. Si on diminue vos impots, meme si il ne vous reste que 10 ou 20% a payer sur vos revenus (en meme temps 20% c'est relativement proche de ce que paye un artisan qui fait du black, en général il est sur la tranche a 14%, si on ajoute les charges sociales...), certains le préferent garder ceci dans leurs poches. Il y a toujours eu des fraudeurs, le niveau d'imposition ne change pas grand chose a mon humble avis. De plus, on parle ici de fraudes au sens large, donc ca va du travailleur qui fait du black, au riche évadé fiscal.
Réponse de le 22/01/2013 à 11:40 :
@si seulement.
Permettez moi de ne pas être d'accord avec vous.
Au moment de la création du taux réduit de TVA dans le batiment, Bercy était très inquiet de la baisse des recettes de TVA à venir.
Or, celle-ci a été très faible, car l'intétèt du black avec une TVA à 5.5, comparé aux risques (recours, assurances...) n'était plus là.
L'activité déclarée a donc augmenté.
Il y a eu le même phénomène en Pologne.
Bien entendu, il y aura toujours des fraudeurs. Mais si les taux sont raisonnables, le rapport rendement/risque joue contre eux.
Réponse de le 22/01/2013 à 12:04 :
Je vous le permets :-) Reste a savoir si cette augmentation a été due a un transfert du black vers le déclaré, ou a des nouveaux travaux entrepris justement grace a ce taux de TVA, ce qui est certainement difficile. Apres, si on prend l'hypothese que ceci est vrai, la différence pour un artisan si on ajoute l'impot sur le revenu et les charges sociales va etre suffisamment conséquente pour qu'une part non négligeable de fraudeurs soit toujours existante. Je pense aussi que c'est une question de mentalité, pour certains on leur prendra toujours trop. Pour illustrer cela, j'ai l'exemple d'un ami cuisinier, la TVA a 5,5% et les heures supplémentaires défiscalisées lui permettait non seulement de toucher des primes offertes par son patron (bon ca ok), mais aussi de faire tellement d'heures sup que son taux d'imposition en devenait ridicule. Lui considérait qu'il payait encore trop... Bon ce n'est qu'un exemple je vous l'accorde.
Réponse de le 22/01/2013 à 14:48 :
C'est vrai que la mentalité joue aussi.
Ayant vécu une bonne vingtaine d'années en Angleterre, j'ai toujours été surpris qu'aucun artisan ne me propose jamais de payer au black.
J'attribuais ça à la fiscalité anglaise, très raisonnable, en particulier pour les TPE.
Mais c'était sans doute également une question de mentalité...
Réponse de le 22/01/2013 à 14:58 :
Les anglais sont effectivement tres disciplinés, il y a certainement un peu de vrai a la fois dans le taux d'imposition mais aussi dans la mentalité.
a écrit le 22/01/2013 à 10:13 :
C'est encore la faute des salariés et des retraités qui cachent leurs revenus aux impôts. Nous les acteurs, footballeurs, avocats, patrons, devons non seulement leur verser des salaires, mais encore payer des impôts et supporter leurs fraudes. Seuls les salariés et retraités devraient résider en France et y payer leurs impôts !
Réponse de le 22/01/2013 à 10:36 :
depuis 2005 qu'à fait l'Etat pour maitriser cette soi-disant fraude?
Nous sommes tous des Grecs.
a écrit le 22/01/2013 à 10:02 :
"Évasion fiscale" de quoi parlons nous? il n'y a pas d'évasion fiscale dans la mesure ou cela est LÉGAL ce qui est le cas de Depardieu comme tous ceux qui choisissent de partir s?installer a l'étranger.
Réponse de le 22/01/2013 à 10:19 :
Entièrement d'accord avec ce commentaire, on mélange pour plus de confusion.
Réponse de le 22/01/2013 à 10:24 :
Le terme "évasion fiscale" rappelle fort justement que l'on est censé être prisonniers des institutions politiques internationales. Depardieu a juste changé de prison.
Réponse de le 22/01/2013 à 10:25 :
Bien sur, mais il est de plus en plus évident que l'état dans son prisme déformé et mortifère est semblable à une entreprise qui voit ses clients aller à la concurrence sans pouvoir rien faire dans son obésité structurelle. La sémantique se déforme en parallèle.
Réponse de le 22/01/2013 à 10:39 :
enfin 3 commentaires (capitalismetliberte, look , Thargor ) dignes d'intéret ! Bravo, ça fait plaisir de lire des personnes capables de réfléchir et de sortir des rhétoriques et des termes propagandistes. merci et au plaisir !
Réponse de le 22/01/2013 à 10:39 :
S'installer a l'etranger n'a jamais dispense de payer les impots en France. Dans beaucoup de pays (tous ceux sans accord fiscal avec la France en fait) c'est meme pire, il faut payer les impots du pays et ceux en France.
Les expats normaux paient bel et bien, demandez leur. L'evasion est reservee aux mecs qui ont assez de fric pour obtenir la nationalite du pays d'accueil.
Réponse de le 22/01/2013 à 11:15 :
Expats ne raquent pas toujours; la résidence et la source des revenus sont les 2 critères pertinents et les conventions fiscales sont là pour éviter la double imposition, sauf cas des pays non conventionnés (il n'y en pas beaucoup) ou paradis fiscal.Quant à la nationalité, elle ne change rien sauf cas particuliers tels les américains ou les français résidant à Monaco...Quant on travaille à l'étranger sans attache en France on ne paye pas en France, même si on est français, mais évidemment si Madame et bébé sont encore à Châteauroux on paye des deux côtés mais avec réduction de l'IR français pour l?impôt payé à l'étranger.
Réponse de le 22/01/2013 à 11:25 :
Bien sûr que si l'expat! C'est pour ca qu'on a des conventions de double-imposition...
on paie ou l'on est résident et c'est tout, sauf si l'on est américain.
Réponse de le 22/01/2013 à 17:53 :
John Galt a toujours tout démontré, ses théoriciens favoris ont toujours tout expliqué et n'ont jamais été infirmés : voilà l'implacable démonstration de son incapacité à comprendre ce qu'est la science économique : il confond science et dogme ......
Mais il continue à sévir avec ses affirmations péremptoires et gratuites. Au moins il se diverti. Bonne soirée M Galt
Réponse de le 22/01/2013 à 20:15 :
C'est faux John ne fait pas qu'argumenter, il démontre, il prouve et il attend que vous répondiez sur le fond des exemples et des faits qu'il cite. Vous vous parlez pour ne rien dire, et il ne vous reste plus qu'à vous en prendre à la personne, plutot que de donner vos preuves, qu'on attend toujours. Seul la liberté économique sans intervention fonctionne, et crée de la richesse, vous vous pensez que l'étatisme français fonctionne, et pourtant on voit le triste résultat...
Réponse de le 22/01/2013 à 22:07 :
On peut prendre ses rêves pour la réalité mais tout ce que vous avancez prouve encore une fois que vous ne comprenez rien l'analyse économique. Le plus comique c'est de m'attribuer des idées que je n'ai pas présentées ....
Vous ne prouvez rien, vous ne démontrez rien, mais cela vous rassure de le penser : on reste donc au niveau du dogme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :