Traçabilité de la viande : "Il faut sortir de ce brouillard (...) sinon on finira par avoir de gros problèmes", estime Stéphane Le Foll

 |   |  525  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Lundi matin sur RTL, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a dénoncé la multiplication des intermédiaires, mise en évidence par l'affaire des plats surgelés à la viande de cheval en lieu et place de bœuf. José Bové et Michel Barnier sont également montés au créneau.

"Il faut sortir de ce brouillard, parce qu'on pourra toujours revendiquer une traçabilité, fixer des règles où chacun est responsable de l'application de la règle, mais si le système est à ce point brouillé, si le brouillard est tellement épais que plus personne ne s'y retrouve, on finira par avoir de gros problèmes" : le ministre de l'Agriculture entend faire toute la lumière sur le réseau de commerce international qui alimente le marché français en viande. Et ceci afin d'éviter un scandale sanitaire aux effets désastreux pour la filière viande française.

"Horse meat gate"

Lundi matin au micro de RTL, il a confié découvrir "la complexité des circuits" d'approvisionnement, et a même parlé de "trading entre grossistes à l'échelle européenne". Ces déclarations interviennent alors qu'un nouveau scandale sanitaire éclate dans le domaine de la viande, les Anglais l'ont déjà surnommé le "Horse meat gate". Jeudi, les autorités anglaises ont en effet découvert que dans certains plats surgelés de la marque Findus contenaient de la viande de cheval alors que l'étiquette annonçait de la viande de b?uf. L'affaire a pris une dimension européenne en quelques jours.

Concernant les plats vendus en France, la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Repression des Fraudes) a remonté la filière. Elle s'est rendu compte  que la viande mise en cause, d'origine roumaine, aurait transité par un trader néerlandais, puis chypriote, avant d'arriver chez un fournisseur français, Spanghero, et d'être redirigée vers le préparateur qui travaille notamment pour Findus, Comigel.

Un "trafic qui se fait sur le dos des consommateurs"

Stéphane Le Foll n'est pas le seul à prôner une enquête approfondie sur le réseau d'approvisionnement en viande. Le député européen des Verts José Bové est rapidement monté au créneau. Interrogé sur France Info samedi,  il s'est exclamé : "On a voulu faire de l'argent facile" et a évoqué un "trafic qui se fait sur le dos des consommateurs". Selon lui, "un certain nombre de mafias (...) font en sorte de vendre des produits en fonction des coûts".

De son côté, Michel Barnier, le commissaire européen au Marché unique, souhaite que tous les enseignements soient tirés de cet incident. "Au delà de la justice qui doit se prononcer pour sanctionner les éventuels coupables, les consommateurs ont le droit à la transparence, ils ont le droit à la vérité, ils ont le droit à la traçabilité, ils ont le droit à la qualité", s'est-t-il exclamé au micro d'Europe 1 ce lundi matin. "Sur la traçabilité, je pense qu'il faut aller plus loin pour dire au consommateur non seulement la nature de la viande qu'il consomme mais l'origine de cette viande, y compris sur des plats préparés et cuisinés", a-t-il ajouté.

Une réunion de crise où se rencontreront les représentants de la filière viande française et des représentants du Ministère de l'Economie, et de l'Agriculture se tiendra cette après-midi à 15h30 à Paris.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2013 à 22:53 :
le probléme n'est pas tant la viande de cheval que la tromperie si l'on triche en autocertifiant rien n'empêche d'aller plus loin : animaux malades ,mort naturelle ,usés au travail ou à la reproduction !
a écrit le 11/02/2013 à 22:49 :
Et si l'on commençait par tracer les promesses de campagne du candidat Hollande (la relance par exemple...).
a écrit le 11/02/2013 à 22:49 :
Et si l'on commençait par tracer les promesses de campagne du candidat Hollande (la relance par exemple...).
a écrit le 11/02/2013 à 21:02 :
Et s'il n'y avait pas eu cette affaire Findus M. Lefoll aurait gardé cette grosse inquiétude que pour lui ?
a écrit le 11/02/2013 à 16:38 :
Ce n'est pas un brouillard c'est de l'opacité pure....
a écrit le 11/02/2013 à 16:18 :
le ministre de l'agriculture est dans le brouillard.Quand il marche sur la plage,il est englué dans les algues vertes.A Rouen c'est l'oeuf pourri! Juste une question:un actif sur cinq est fonctionnaire,à quoi sert-il?A controler l'etiquette et non le contenu?
a écrit le 11/02/2013 à 15:44 :
le probleme aujourd hui , c'est l'auto certification ! les roumains nous disent : nos abattoirs de chevaux sont certifiés CE ! donc nos produits sont conformes ! il faut arrêter les auto certifications ! regardez tous ces containers chinois qui debarquent sur nos ports des jouets portant l'étiquette CE : c'est de l'autocertification ! et personne ne contrôle ! il y a quelques années tous les produits comme les machines outils ,étaient soumis pour homologuation à un organisme d'état qui autorisait la mise sur le marché ! Mais acheter de la viande en Roumanie sans faire de contrôle de reception ! c'est vraiment une erreur colossale ! ces pays sont les champions de la magouille en tous genre
Réponse de le 11/02/2013 à 16:35 :
Non. Regardez l'ISO. Ou le Bio. Cela coûte une fortune car l'organisme SAIT que cela produit une pub. Mes meilleurs fournisseurs n'ont pas besoin de certification. Ils ont des coûts en moins MAIS je peux les visiter où et quand je veux. Au contraire, ils sont contents de ma visite car je m'intéresse à ce qu'ils font. Et ils le font bien. La confiance, c'est réciproque ou ça n'existe pas.
a écrit le 11/02/2013 à 15:27 :
Et dira-t-on Panzani aussi ?
a écrit le 11/02/2013 à 14:58 :
Amusant qu'un Breton d'origine ne se penche pas non plus sur l'intensif dans ma contrée spécialisée en algues vertes... Si certains de mes voisins veulent témoigner sur les dégâts que nous constatons chaque jour, qu'ils n'hésitent pas.
a écrit le 11/02/2013 à 14:40 :
Un ministre qui découvre la complexité des circuits, faut il dire niais de l'agriculture ?La société Findus qui n'est pas responsable de ce quelle vend, de mieux en mieux après les responsables mais pas coupables?
a écrit le 11/02/2013 à 14:22 :
Un petit rappel aux ministres de droite comme de gauche gouverner c'est prévoir. Il faut être conscient que depuis 40 ans à chaque élection le niveau de nos élus est de plus en plus médiocre. Pour ce qui est de Findus il faut commencer par qui gère cette entreprise, il est clair que le sujet de traçabilité n'est pas dans le métier des Fonds ni des banques et que la qualité est un sujet important mais seulement s'il a un impact sur le résultat, ensuite que l'étiquetage ne soit pas conforme cela fait parti des risques car pour ces entreprises purement financières le client est un "boeuf ou un mouton". Sauf erreur de ma part Lion capital est également majoritaire chez l'opticien Affelou on voit bien q'il n'y pas de concordance industrielle et que les usines sont là pour mettre le produit dans la barquette le reste ne la regarde pas. Nous sommes dans un monde mondialisé où la finance à outrance a pris le pouvoir avec la complicité bien veillante et voulue de Mme Teacher et M. Reagan et ce n'est pas les G8, G20 et autres kermesses qui va changer le système puisque les politiques incompétents sont dans l'obligation de faire la politique dictée par les lobbies mondiaux car EUX ont le pouvoir. Pas de qualité ni de respect si SEUL le financier tire les ficelles.
qui est Findus:
L'entreprise a appartenu à Nestlé jusqu'en 1999, date de la cession au fonds suédois EQT. Revendue en 2006 au fonds d'investissement anglais Capvest, elle appartient aujourd'hui au fonds anglais Lion Capital. Cependant Nestlé conserve la marque et la fabrication des produits Findus pour la Suisse.
Lion Capital détiend environ un tiers du capital, aux côtés des créanciers juniors Highbridge (21,5%) et JPMorgan (19,6%) . Les créanciers seniors, incluant la Société Générale et Royal Bank of Scotland, en détiennent le solde.
OU EST L'INDUSTRIEL DANS CE MAGMA FINANCIER!!!! Ne parlons pas du salarié lui il n'est rien pour un financier sauf un variable du résultat.

a écrit le 11/02/2013 à 14:10 :
Et s'il n'y avait que la viande... Néanmoins pas une raison pour acheter 70% plus cher avec une étiquette qui coûte une fortune, mais la traçabilité DOIT être PUBLIQUE ! Et vérifiée par l'état qui est en train de se faire tuer par les marchés.
a écrit le 11/02/2013 à 13:54 :
au delà de la fraude ,bravo pour les économies d'énergie ,de pollution ,d'efficacité logistique ,lorsqu'une marchandise est transportée de Roumanie dans le sud ouest de la France ,puis au Luxembourg pour être transformée !!le Medef qui parle compétitivité devrait se pencher sur le problème ,car quelle croissance pour demain et comment?
a écrit le 11/02/2013 à 13:33 :
Voilà ce que coûte de produire dans des pays pourries comme la Roumanie.
a écrit le 11/02/2013 à 13:18 :
Une entreprise française qui a un nom connu de par le passé sportif de son patron, qui achéte e la viande en roumanie qui fait faire ses surgelés dans le même pays, et qui ce pays sous traite à d'autre pays, et ben si un jour il y a un probléme humain, la boite française dira ce n'est pas moi, se sont les roumains qui l'on fait, c'est même roumain diront ce n'est pas nous c'est le sous traitant qui l'a fait, et au final personne ne sera responsable comme dans le sang contaminé en france.
a écrit le 11/02/2013 à 13:12 :
On aurait dit que LDC avait préssenti le scandale avec sa marque phare Le Gaulois 100% français, il aurait presque pu marquer 100% pays de la loire, mais pays de loire n'est réputé que pour les pommes et le vin. En tout cas la qualité est la. Pour un tout petit peu plus cher que le bas de gamme.
a écrit le 11/02/2013 à 13:05 :
l'idee, ca serait de creer des commissions ou il pourrait mettre ses copains, ainsi que des commissions chargees de surveiller ces memes commissions, dans le meme but
a écrit le 11/02/2013 à 13:02 :
HiHi, les bureaucrates découvrent l'Economie comme elle n'est pas dans les manuels!!!
Réponse de le 11/02/2013 à 13:47 :
Pas d'inquietudes si les manuels d'economies sont lacumaires le code penal devrait permettre de repondre a vos angoisses.
Réponse de le 11/02/2013 à 19:10 :
Pas besoin de code pénal, transformons-les en lasagnes, ils mangent bio eux, dans les cantines des ministères!!!
a écrit le 11/02/2013 à 13:01 :
certains voyous ont profité de l'interdiction des charettes en roumanie pour importer de la viande de cheval a bas cout et la vendre comme du boeuf.
j'espere que ces voyous auront de lourdes condamnations .
Réponse de le 11/02/2013 à 13:47 :
Si la traçabilité avait été efficace ça n'aurait pas dû avoir lieu. Au vu du concept actuel ça aurait tout aussi bien être du clebs chinois pour le même prix et étiqueté "boeuf français".
Réponse de le 11/02/2013 à 14:07 :
Et les milliers de chevaux anglais et irlandais que l'éclatement de la bulle immo a fait abandonner par leurs proprio, ils sont où, à votre avis..??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :