La Tribune

Croissance nulle en 2012: le gouvernement va revoir ses prévisions

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
latribune.fr  |   -  328  mots
L'Insee rapporte une contraction de 0,3% de l'économie française au 4e trimestre 2012. Au total, en 2012, la croissance était nulle.

Il n'y a pas eu d'amélioration en 2012. Sur l'ensemble de l'année, la production française n'a ni augmenté, ni diminué, rapporte l'Insee. Le gouvernement tablait sur une croissance de 0,3%. Au 4e trimestre, l'économie française s'est contractée de 0,3%, après une croissance de 0,1% au 3e trimestre.

Trente-deux économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un recul de 0,2% du produit intérieur brut de la France au quatrième trimestre, leurs estimations allant de -0,4% à 0%.

Hausse de la consommation des ménages

La contribution de la demande intérieure finale (hors stocks) à la croissance du quatrième trimestre a été nulle. La variation des stocks y a contribué négativement à hauteur de -0,4 point et le commerce extérieur positivement à hauteur de 0,1 point, les importations ayant plus reculé que les exportations.

Les dépenses de consommation des ménages ont progressé de 0,2% sur le dernier trimestre mais l'investissement s'est replié de 1,0%, le recul de l'investissement des entreprises non financières atteignant 1,2%.

Prévision du gouvernement à revoir

"La croissance 2013 devra être repensée", a commenté le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, ce jeudi matin sur France 2. Le gouvernement prévoit +0,8%, soit bien plus que les économistes et les institutions internationales.

"La question qui est posée, c'est celle du rythme" de l'ajustement budgétaire, a-t-il ajouté, alors que le gouvernement a reconnu pour la première fois mercredi que l'objectif de réduction du déficit à 3% du PIB fin 2013 ne serait pas atteint en raison d'une croissance trop faible.

"La Commission européenne peut décider de nous accorder un délai" pour y parvenir, a ajouté Pierre Moscovici. Les nouvelles prévisions de la Commission pour la France et ses commentaires sur le redressement budgétaire dans le pays sont attendus le 22 février. Selon le ministre de l'Economie, "il faut une vraie réflexion européenne sur quel est l'équilibre entre réduction des déficits et recherche de la croissance".

Réagir

Commentaires

jefferson  a écrit le 15/02/2013 à 10:30 :

Arrêtons de mentir et voyons la réalité en face Combien de temps encore ce gouvernement socialiste va-t-il encore différer les mesures indispensables , à seule fin de protéger l'électorat qui a contribué à le faire élire ? Ces mesures sont pourtant connues , y compris de FH lui-même Préfère-t-il des révoltes populaires ?

coco-rico  a écrit le 15/02/2013 à 9:51 :

Il n'y a pas que la croissance qui soit nulle...

pipolino  a écrit le 14/02/2013 à 15:14 :

Croissance nulle ou récession en cours...? le vocabulaire socialiste désinformateur...soumis à l' épreuve .des réalités économiques ...

Coup de geule !  a écrit le 14/02/2013 à 14:45 :

Et vite les réformes structurelles de l'état et des services publics : Licenciement massif des fonctionnaires et sénateurs, députés ; baisse des salaires pour les autres y compris tous les politicards ainsi que leurs privilèges pour cause de surendettement ; Fermeture des administrations et entreprises publiques inutiles ou en doublons et privatisation pour les autres. etc etc etc. Comme d'habitude, il faudra que la France soit dans le mur pour appliquer un remède de cheval. Un simple copié-collé de l'Espagne, Italie, Portugal, Grèce... Et le paquebot France sera sauvé enfin de retrouver le grand large sur la place européenne et internationale.

@ coup de gueule  a répondu le 14/02/2013 à 15:13:

" Les enfants gâtés d' EDF " Les 65 931 salariés d'EDF n'ont pas à se plaindre ; leur rémunération croît au rythme de 3% par an....et l'on ne compte plus leur avantages : tarif électricité préférentiel (cout 222 M d'eur en 2010 , aide au logement 264 M d'eur, interessement, actions gratuites, plan épargne, avantages familiaux, retraite calculées sur les 6 derniers mois....." oubli?

jeff  a écrit le 14/02/2013 à 14:01 :

-0.6% de croissance en Allemagne. ça sent le sapin si même les Allemands coulent....

déni de réalité  a répondu le 14/02/2013 à 15:24:

La croissance sur l'année 2012 a été revue à la hausse de +0.7 à maintenant + 0.9 %.
Malgré le 4eme trimestre qui a été revu de -0.5 % à -0.6%. L'Allemagne est en équilibre budgétaire en 2012 et n'a pas acheté de la croissance (nulle) finalement avec un déficit d'état de 4.5 % (non confirmé!). Les perspectives pour l'Allemagne sont moyennes (plus haut niveau du PMI en Europe, les perspectives de la France sont occultées et/ou franchement mauvaise; PMI de janvier en recul tout juste devant la Grèce. L'Espagne et Italie ont des indicateurs qui pointent vers une amériolation de la situation, Grèce et France font figure de pâles exceptions dans ce tableau qui reprend quelques couleurs.

eolivier  a écrit le 14/02/2013 à 13:42 :

croissance nulle, gouvernement nul, ou les deux ?

déni de réalité  a écrit le 14/02/2013 à 13:22 :

C'est parfait, c'est rond, c'est exactement 0 %; La plus grande nouvelle du jour; l'INSEE nous a évité une récession! Tout se passe au 3eme trimestre; croissance de +0.2 % revisée à -0.1 %, "confirmé" maintenant à +0.1 %! Ce qui veut dire que techniquement nous ne sommes pas en récession. Pourquoi (provisoirement) nous ne somme pas en récession? La réponse est 0 %. Si jamais ce fameux 3eme trimestre n'aurait pas été confirmé à +0.1 % mais par exemple à -0.1 % comme c'était le cas après la révision du chiffre, non seulement la France serait en récession maintenant, mais aurait dû afficher une "croissance" négative en dessous de 0 % sur la totalité de l'année 2012. Il fallait absolument éviter cela;

pure verite  a écrit le 14/02/2013 à 12:56 :

ah bon il y a encore 5 jour Moscovisi disait que le 0,8 % etait quasi assuré
on nous mentirais, celà n'est pas possible , pas François

déni de réalité  a répondu le 14/02/2013 à 14:08:

0.8 %; c'était la prévision de la hausse de PIB en 2013, rien , mais rien à avoir avec cette croissance absolument nulle en 2012; qui n'est que provisoire, jamais l'INSEE n'a maintenu ses chiffres.

Albert  a écrit le 14/02/2013 à 12:18 :

Si demain on laisse tomber l'Euro pour le Francs , dans la situation actuelle cela aurait pour effet d'une relance économique majeure avec une croissance certaine au minimum de 5% et le pleine emploi cerise sur le gâteau .Alors , cela donne à réfléchir!