La Tribune

Premier conseil d'administration pour la Banque publique d'investissement

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Fabien Piliu  |   -  261  mots
Celui-ci se tient à Dijon en présence de Pierre Moscovici et Arnaud Montebourg. Dotée d'une force de frappe financière de 42 milliards d'euros, elle sera en quelque sorte le couteau-suisse du gouvernement dans le domaine du financement des entreprises.

Créée fin 2012, la Banque publique d?investissement prend véritablement forme ce jeudi avec la tenue de son premier conseil d?administration à Dijon. Une réunion décentralisée qui doit symboliser l?esprit non jacobin de cette nouvelle structure de soutien public aux entreprises présidée par Jean-Pierre Jouyet et dirigée par Nicolas Dufourcq, l?ancien directeur général adjoint de Cap Gemini.

A l?ordre du jour de ce conseil auquel participeront les ministres de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici et du Redressement productif Arnaud Montebourg, la nomination de Ségolène Royal, la présidente PS de la région Poitou-Charentes au conseil d?administration au poste de vice-présidente en charge de la représentation des Régions.

Ségolène Royal à l?origine du projet

Cette nomination, qui fait bondir l?opposition et le Medef, est-elle légitime ? Il faut se rappeler que c?est Ségolène Royal qui a été la première à suggérer la création d?une banque publique d?investissement, bien avant le candidat Hollande et le président-candidat Sarkozy qui avait créé en quelques semaines Oseo Industrie pour damer le pion au parti socialiste

Regroupant les moyens de la Banque publique Oseo, du Fonds stratégique d'investissement (FSI) et de CDC Entreprises, filiale de la Caisse des dépôts, la BPI disposera d'une force de frappe de 42 milliards d'euros répartis ainsi : 20 milliards d'euros de prêts, 12 milliards de garanties et 10 milliards d'euros consacrés à des investissements en fonds propres sur le quinquennat.

 

Réagir

Commentaires

GFPGFP  a écrit le 27/02/2013 à 17:39 :

En avant les canards boiteux Un nouveau Crédit Lyonnais vous attend.

huhu  a écrit le 24/02/2013 à 16:40 :

Belle tête de piston

COUPLE  a écrit le 23/02/2013 à 20:56 :

Belle tete de vainqueur le président, ca sent déja l'echec avec bécassine comme vice présidente.....
Encore du pognon de foutu en l'air!!!!
Merci qui?? oui qui? FLAMBY!!!

Queud  a répondu le 24/02/2013 à 22:43:

Pour former un couple encore faut-il avoir la capacité de s'engager!

Watt  a écrit le 22/02/2013 à 19:19 :

On donne 45 milliards aux entreprises, c'est un cadeau pour qui? Après les 500 des banques, fiou est-ce que c'est pour creuser des trous?

malo  a écrit le 22/02/2013 à 12:10 :

lyonnais bis ,subventions déguisées pour les copains .ils vont sans doute préter à mr tapie pour acheter ses journaux pour faire de la desinformation. ex pourquoi seul les journaux algériens ont signalé que le vice président du sénat était une franco algérienne ?????

jackyderouen  a écrit le 22/02/2013 à 11:55 :

En tout cas ça fait plaisir de les revoir.

@jackyderouen  a répondu le 22/02/2013 à 14:10:

il joue prequ'aussi bien la comédie que son cousin Henri Guibet, j'aime beaucoup.

YESMAN  a écrit le 22/02/2013 à 11:50 :

En tout cas voilà quelqu'un qui a l'intention de défendre l'intérêt de son Etablissement et ça en impose.

avec notre argent  a écrit le 22/02/2013 à 8:41 :

un truc de plus pour placer les copains

QUESTION  a écrit le 21/02/2013 à 23:56 :

Il vient d'où ce fric ??? Qui contrôlera les fuites du navire???

verite  a écrit le 21/02/2013 à 19:05 :

tres bonne innitiatives beaucoup d entreprisses vont pourvoir vivres est innoves en dehors des banques oficielles qui ne pensse qu a la rentabilites imediates laissons leurs du temps ca peut marche j ai confiance en m royal qui a eu la 1 c ette grande idee

rob0794  a écrit le 21/02/2013 à 17:40 :

le president c'etait ok, il comprenait qq chose au metier. Quel besoin d'une vice presidente comme l'ex.. ex de beaucoup de choses...? encore un petard qui va mouiller.

sauros  a écrit le 21/02/2013 à 17:39 :

crédit Lyonnais bis répétita

merci de ...  a écrit le 21/02/2013 à 17:23 :

...rappeler que c'est une proposition Royal; elle l'avait dans le programme de 2007 et l'a mise en place avec succès en region depuis plus d'un an; chez elle ça tourne bien, sans gaspillage, avec un fort developpement de pme, en particulier dans l'economie verte puisque c'est sa spécialité; pourquoi ce qu'elle a créé ne marcherait-il pas au niveau national? juste parce qu'elle s'appelle Royal et qu'elle n'a peur de rien ni de personne?

question  a écrit le 21/02/2013 à 17:19 :

en fait la bpi regroupe oseo, fsi, et cdcentreprises, mais a-t-elle plus de moyens que ces trois réunis ?

Sudiste  a écrit le 21/02/2013 à 17:16 :

François, après le job bien payé pour ton ex, ne reste-t-il pas une vice-vice présidence de quelque chose pour moi? Je ne suis pas gourmand, 35h payée 5000 euros !

SOUVENIR  a écrit le 21/02/2013 à 17:13 :

La création de la BPI est une banque aux ordres de l'état français.Dans les années 80, rappelez vous le Crédit Lyonnais tant décrié encore aujourd'hui.Si cette banque a eu ses problèmes c'est aussi parce que les dirigeants étaient aux ordres du pouvoir de l'époque.Quand l'Etat exigeait de renflouer sacilor, aerospatiale,usinor et j'en passe, aucune banque de la place ne voulait mettre des fonds dans ces affaires.Le Crédit Lyonnais , lui , n'avait pas à discuter et devait exécuter les injonctions.On connait la suite...Tout celà pour dire que cette BPI risque fort d'être dans le même cas de figure et financer des canards boiteux de l'industrie dont au final, les contribuables paieront la note....

Astérix  a écrit le 21/02/2013 à 17:02 :

Encore une "usine à gaz" de plus qui ne financera rien du tout..!

jean  a écrit le 21/02/2013 à 16:38 :

Bonjour,

c'est quoi des investissements en fonds propres?

Merci d'avance,

J.  a répondu le 21/02/2013 à 17:35:

Cela veut dire que la BPI investira directement dans l'entreprise.

avec l'argent  a répondu le 21/02/2013 à 18:27:

de ses clients ou ?????????????????????

BOF  a répondu le 21/02/2013 à 20:04:

La BPI achètera une part du capital de certaines entreprises (fonds propres), choisies par le conseil de la banque, comme les politiques vont avoir droit de décider, les choix risquent d'être foireux (les copains) et le résultat une catastrophe de plus.