Un Français sur deux pense qu'il vaut mieux relancer la croissance que limiter le déficit

 |   |  290  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
51% des Français estiment que la France et l'Union européenne doivent relancer la croissance plutôt que de chercher à respecter l'objectif d'un déficit limité à 3% du PIB, selon un sondage de l'institut YouGov pour le HuffingtonPost et I>Télé diffusé ce jeudi.

La croissance d'abord. C'est en tout cas ce qui semble ressortir d'un sondage de l'institut YouGov pour le HuffingtonPost et I>Télé diffusé ce jeudi. D'après cette enquête, 51% des personnes interrogées penseraient que "la France et l'Europe doivent avant tout relancer la croissance, quitte à aggraver les déficits". Pour 28% seulement au contraire, elles doivent avant tout "respecter l'objectif de 3% de déficit, quitte à freiner la croissance". Notons que plus d'un sondé sur cinq ne se prononce pas.

Par ailleurs, alors que le taux de chômage dépasse les 10% dans l'Hexagone et que le gouvernement poursuit ses efforts pour tenter d'inverser la courbe du chômage, le sujet inquiète les Français. Le chômage et l'emploi, restent en effet les principaux sujets de préoccupation pour 46% des personnes interrogées, devant la protection sociale (12%) et la dette et les finances publiques (9% seulement). 5% citent la croissance comme principal sujet pour eux, 3% mentionnent les impôts.

62% des sondés ne sont pas satisfaits de l'action présidentielle

En outre, 62% des sondés portent un jugement défavorable sur l'action de François Hollande, contre 28% qui la un jugent favorablement. Le résultat est sensiblement le même concernant le Premier ministre Jean-Marc Ayrault (respectivement 64% et 24%). D'après cette enquête, 67% des personnes interrogées ne sont "pas d'accord" avec l'idée que "le gouvernement a une ligne claire, dont il ne bouge pas", et 25% estiment le contraire. 41% jugent toutefois qu'il "a de bonnes intentions, même s'ils ne sont pas toujours d'accord avec ses positions".
Reste que si des élections avaient lieu demain, 37% préfèreraient avoir "un gouvernement de droite", et 35% "un gouvernement de gauche". Un peu moins d'un tiers ne se prononce pas.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2013 à 16:13 :
le gros probeme francais est meme mondiale c est que l ont est toujour entre deux ELECTIONS alors nos hommes politique qui ne sont pas des ???? N OSSENT PAS FAIRE LES REFORMES QU IL FAUT ?? alors ou est la solution??
a écrit le 01/04/2013 à 18:21 :
Mais Bon Dieu, vous n'aurez PAS de croissance tant que vous aurez des prélèvements obligatoires à ce niveau et plus de 56 % du PIB de dépenses publiques et près de 7 millions de fonctionnaires à la charge du secteur privé pourtant complètement exsangue.
Ce n'est pourtant pas compliqué, nous sommes partis pour des années de déflation voire de stagflation, si la France en réchappe....??? à moins que vous mettiez à la porte les incapables qui nous gouvernent depuis plus de 30 ans. C'est à vous de voir...?!! mais de grâce ne pensez pas une seconde que la croissance va revenir par l'opération du saint Esprit, comme Flamby....!
a écrit le 30/03/2013 à 21:08 :
Un Français sur deux pense aussi qu'il faut relancer la croissance tout en limitant le déficit...

a écrit le 18/03/2013 à 14:45 :
L'Allemagne a eu la "chance" de perdre la guerre:elle s'est profondément "amendée",sous
la férule des USA et de l'Angleterre...tout en gardant de très bons "principes"(comme l'ap
prentissage)qui l'ont "projetée" comme 1ère nation industrielle et économique européenne,
et en dépit du coût de la réunification;ce que beaucoup d'Allemands ont encore "en travers
de la gorge"...Tandis que la France "éternelle" est restée avec des "traditions" gallo-romai
nes,confortées par les "bons principes" de la Constitution de la Vè République,que la gran
de majorité des parlementaires ne souhaitent pas abolir...
a écrit le 15/03/2013 à 16:10 :
c est le surendettement qui pénalise le pays et fait perdre toute indépendance économique et politique à la France. Le pire de la crise n est pas encore derrière nous...HELAS
a écrit le 14/03/2013 à 18:56 :
La croissance il n'y en aura pas rapidement. Il faut mettre les efforts sur la réduction des dépenses inutiles. Celles qui n'ont pas d'impact vraiment récessif.
a écrit le 14/03/2013 à 18:39 :
Si les Français le disent, ça doit être vrai, car ils sont forts en économie. Le problème c'est qu'ils changent vite d'avis: ils ont élu un président "normal" il y a moins d'un an et ils le trouvent maintenant très mauvais. Une solution: on fait de la relance les années paires et on réduit le déficit les années impaires.
Réponse de le 14/03/2013 à 20:03 :
Les français répètent ce que leurs disent les médias. Même en sport.
a écrit le 14/03/2013 à 18:20 :
51% à n'avoir rien compris. Pas étonnant qu'on se retrouve avec un tel président. Ces 51% doivent savoir que ce n'est que le début, il faut faire passer la dépense publique de 55 à 45% sous quelques années. Oui messieurs, il va falloir avaler la pilule...
Réponse de le 02/04/2013 à 9:56 :
de plus de 56 % (en réalité beaucoup plus) à 30 % comme sous Pompidou. Si vous créez 100 ? de richesse, 30 ? suffisent amplement pour gérer les missions régaliennes de l'état . Au tarif d'aujourd'hui, l'état en est incapable... Regardez la justice...! la sécurité des personnes et des biens. Elle relâche les assassins, les récidivistes, autorise les voyous dans les banlieues, les transports, à pourrir la vie des habitants. très cher payé pour de l'incompétence...!
a écrit le 14/03/2013 à 17:49 :
en même temps c'est pas faux
a écrit le 14/03/2013 à 17:28 :
Les retraites, c?est un gros problème, mais nous avons des tas de problèmes : la compétitivité par exemple, la croissance, le respect du travail, le déficit, les privilèges, l?effondrement de l?économie. On a un père la déroute ! Le socialisme c?est la mort. C?est un régime esclavagiste qui prône la haine, la destruction et le crime, le chômage et la pauvreté. On nous annonce que de nombreuses peines ne sont pas exécutées. Les citoyens sont en péril et sont priés de ne pas coopérer avec les institutions. On gouverne par le mensonge, c?est un détournement de démocratie. On fait dans le totalitarisme ! La société française porte plainte pour attentat au salut public et incitation à la violence. Ralliez la résistance !
Réponse de le 14/03/2013 à 18:05 :
C?est plutôt inquiétant cette histoire des repris de justice. Cela signifierait que le pouvoir fait exécuter des citoyens en toute impunité. Comme le chômage, il n?en déclare que la moitié ou encore l?inflation. Mais c?est un système de crapules ! Il faut protéger la société !
Réponse de le 02/04/2013 à 10:05 :
En parfait accord. Le socialisme, une catastrophe mais il faudra un crash total afin que les gens ouvrent les yeux.Le Français ne sait pas prévoir et agir. Il attend perpétuellement. Rallions la résistance!
a écrit le 14/03/2013 à 16:51 :
Sans regarder plus loin que le bout de son nez, qui peut être contre quelques dizaines de milliards d'euro mis sur la table par l'Etat pour augmenter les salaires des fonctionnaires, pour faire de nouveaux ronds-points ici et là, pour mettre en route une ou deux lignes TGV supplémentaires, etc...c'est si bon de se shooter à la dépense publique, tout ceci en empruntant sur les marchès encore un peu plus bien sûr bien...
Le problème est qu'il y a encore 50 % des français qui y croient encore, et même quelques économistes universitaires...
Notre chance est en fait que cela ne soit plus possible, tant nous sommes sur le fil du rasoir en matière de crédibilitè auprès de ceux qui nous prêtent sans arrêt de quoi boucler nos fins de mois.
Nous allons être obligés de faire des réformes de fond, qu'on le veuille ou non, et je dirais "enfin!".
a écrit le 14/03/2013 à 15:36 :
Croissance ou limitation des deficits ?
Et pourquoi pas les deux mon general ! Si les recettes fiscales que l'on raquette quotidiennement aux travailleurs n'etaient pas dillapides aussi intelligemment par nos technocrates, ce serait plus simple...
a écrit le 14/03/2013 à 14:53 :
Cela prouve qu'il y a encore une moitié de français qui n'a pas compris comment la dépense publique étouffait l'économie et créait le chômage.... heureusement même au PS certain comme colomb on réussit a comprendre.
a écrit le 14/03/2013 à 14:25 :
la moitié des français n'ont pas du lire l'excellent ouvrage de Karine Berger:les 30 glorieuses sont devant nous.Personnellement,je ne me fais pas de souci notre pays a encore beaucoup de ressources.Je rappelle que nous sommes un des pays qui arrive le mieux a récolter les impots,ce qui donne confiance aux investisseurs étrangers qui s'arrachent note dette.Il manque juste quelques réformes structurelles et notre économie sera une des premières a redémarrer ,poussée par une démographie dynamique
Réponse de le 14/03/2013 à 14:51 :
Karine berger est d'une incompétence crasse... elle n'a jamais travaillé de sa vie et comme tout bon socialiste vit au crochet de l'état.. la qualifier d'économiste est une blague!!!
Réponse de le 14/03/2013 à 15:12 :
On récolte ce qu'on a semé, et effectivement pour les impôts on est vraiment en tête. Si on n'en récolte pas assez, on en sème d'autres ! le problème c'est que la terre arable est limitée, on arrive à la roche, et on ne pourra bientôt plus semer !!
Réponse de le 14/03/2013 à 16:49 :
Si on voulait de la croissance, il fallait voter pour flanby : il avait promis qu'il le ferait ! Nul doute qu'il aurait tenu sa promesse...
Réponse de le 14/03/2013 à 16:55 :
et donc les impôts si bien levés servent à payer les intérêts de la dettes : en finance d?entreprise, , on appelle ça travailler pour ses banquiers, et les banques adorent...et c?est un problème , parce que tout ce pognon, on ne l' a plus pour investir et développer...Bref le cas typique des boites qui génèrent plus de revenus à leur banque qu'a elles mêmes...
Réponse de le 04/04/2013 à 15:55 :
Raisonnement érronné, la dette finance actuellement du train de vie inégalement redistribué, il faut juguler la dépense publique (nous sommes les champions de l'OCDE) Le service de la dette n'est qu'un collatéral (en baisse qui plus est quoiqu'important) Levée de fonds à 1.95% par France Trésor je ne pense pas que notre dette enrichisse quiconque, c'est juste un placement de trésorerie pour institutionnels en mal de sécurité.
a écrit le 14/03/2013 à 13:51 :
Si je limite de déficit en levant l'impôt, je limite la croissance, et par conséquent j'augmente le déficit. C'est la voie impossible prise par la France de FH.
Si je limite le déficit en diminuant les dépenses publiques, les entreprises auront un gros client qui baisse ses ventes. Elles savent gérer cela depuis des millénaires.
Tout cela doit être parfaitement dosé pour que les agents économiques s'adaptant. Il est hilarant de voir que l'état augmente les prélèvements sur l'économie de 80 milliards mais est incapable de diminuer sont train de vie de 8 milliards.
Dans les deux schémas, l'écueil est la déflation : les entreprises qui ferment et la demande qui s'effondre. Nous y sommes.
a écrit le 14/03/2013 à 12:39 :
Il est presque impossible d'avoir de la croissance avec une imposition aussi élevée et un pétrole à plus ou moins 100 $ le barril. Notre économie est basée sur le pétrole. Quand il valait 10 $ le barril ou un peu plus, tout était possible. Mais aujourd'hui il ne faut plus rêver. Par ailleurs quel cinglé voudrait entreprendre en France pour y laisser sa chemise et se retrouver en slip ? Pas moi en tout cas.
a écrit le 14/03/2013 à 12:27 :
c est pas un choix c est les deux qu il faut faire !
a écrit le 14/03/2013 à 12:27 :
La majorité des français a bien compris que le problème de la france, ce n'est pas les 57 % de dépenses publiques dans le PIB, c'est justement les 43 % qui restent qui ne dépendent pas de l'état. Heureusement, avec une équipe socialiste au pouvoir, nous allons enfin décréter la croissance, voilà pourquoi nous allons pouvouir embaucher 60 000 fonctionnaires de plus, nous aurons bientôt tous les moyens nécessaires. Il suffit que l'état dépense de l'argent pour créer de la croissance. Sarkozy n'avait augmenté les dettes que de 600 milliards en 5 ans, c'est évident que ce n'était pas assez de dépenses pour relancer vigoureusement la croissance. Sarkozy était un incapable car petit joueur avec les dépenses de l'état.
Réponse de le 14/03/2013 à 14:01 :
@ élu ps : votre analyse est excellente, M Hollande n'est cependant pas assez courageux; il devra dans l'avenir encore plus vigoreusement "décréter LA croissance" et laisser enfin derrière nous le désastre des années Sarkozy pour enfin nous mettre à disposition et pour les décennies à venir un véritable endettement lourd et frais à la hauteur de l'image que le ps se fait de la France; dotée d'une économie ou pas, ce détail n'est effectivement pas sur leur photo qui représente notre pays...
Réponse de le 14/03/2013 à 14:02 :
Le problème de la France c'est depuis longtemps l'influence socialiste.
Réponse de le 14/03/2013 à 16:52 :
Nous voulons plus de déficit, plus de dépenses sociales, plus de fonctionnaires, plus de pauvres du monde entier, plus de fonctionnaires payés à être malades (ou à garder leurs enfants)...
a écrit le 14/03/2013 à 12:02 :
Encore un sondage qui ne veut rien dire. Des événements récents ont montré que la FRANCE est un pays "fini" dans tous les sens du terme et que rien ni personne ne peut réformer pour que ça marche mieux avec moins de moyens et plus efficacement. Seule une révolution pas seulement que des esprits peut changer la donne et mettre à bas tous les lobbies qui nous gouvernent.
Réponse de le 14/03/2013 à 15:38 :
C'est depuis toujours de cette maniÚre que la France a regle ses problemes...
a écrit le 14/03/2013 à 11:35 :
Encore un sondage qui ne veut rien dire. Tout au plus l'extrapolation qui peut en être faite et compte tenu de certaines "rumeurs", sous tendrait que les français "souhaitent" un retour de $arkozy de Nagy Bocsa le Quatari Convaincu. Faut pas déconner, la Tribune c'est pas l'Huma...2% en plus pour la droite c'est toujours bon de le dire, même s'il faut toujours s'accommoder avec les chiffres, la marge d'erreur.
a écrit le 14/03/2013 à 11:31 :
Relancer quand on n'est pas surendetté ça fonctionne peut-être car les intérêts issus de la nouvelle dette est faible et donc soutenable. Mais quand on est déjà surendetté et que les intérêts de la dette accumulé (depuis 50 ans) sont un poids important dans l'économie, ça ne fonctionne plus. Même Keynes n'a pas fait l'apologie d'une accumulation de dette sans fin : La relance par la dette doit être comblée rapidement en période plus favorable. Or en France ça n'a jamais été le cas. Au pied du mur on a probablement plus le choix il va falloir faire un effort reporté depuis 50 ans, fatalement impopulaire et suicidaire pour tout homme politique. Ceci dit vu la cote de popularité actuelle du gouvernement, un peut plus un peut moins....
a écrit le 14/03/2013 à 11:30 :
Il y une façon de réduire le déficit ET relancer la croissance. Mais cette méthode va à l'encontre de tout ce que croit nos idéologues en chef. En effet, cela passe par une forte diminution du périmètre de l'état, comités Théodule -destinés à recaser les petits copains de tous bords- compris. Avec pour conséquence la diminution substantielle du nombre de fonctionnaires.
Mais ne rêvons pas: ce qui va se produire est la chute de la France jusqu'au fond et là seulement, quand on sera dans la m... jusqu'au cou, peut-être (mais ce n'est pas certain) un vrai chef se lèvera pour nettoyer la gabegie de ces 40 dernières années. Il lui faudra de la poigne et de l'abnégation car, les peuples étant ingrats, il ne sera pas réélu
a écrit le 14/03/2013 à 11:25 :
A la maison c'est morose il n'y a plus de sous pour relancer tout ça ben mémé va hypothéquer sa maison et avec les sous on va partir en vacances. Elle est pas belle l?entourloupe ?
a écrit le 14/03/2013 à 11:21 :
Bien sur la meilleure façon de remonter le pays c'est de relancer la croissance... , comment au fait ? Les taxes participent déjà amplement à cette relance, (humour) Ce que distribueront les Français moyens aux plus défavorisés (discrimination d'ailleurs) sera claqué en produits importés n'en déplaise à... comment qu'y s'appelle déjà Monte, Ah oui Montebourg.
Réponse de le 14/03/2013 à 12:15 :
non! monte, bourre CQFD !
a écrit le 14/03/2013 à 11:10 :
Il semble que : "relancer la croissance" et "limiter le déficit" soient des objectifs contradictoires ou exclusifs l'un de l'autre. Le pilotage macroéconomique est un tout petit peu plus fin et complexe que ça. Les arguments de discussions de café du commerce servent surtout à préparer les opinions publiques, en leur faisant croire qu'il y a deux solutions "ceci" ou "cela". Tout le monde se sent alors compétent et vote pour ceci ou pour cela. Un an après on explique, que finalement on va faire l'inverse. Je dirai qu'il faut limiter le déficit et relancer la croissance. Les moyens existent mais ils demandent de vrais économistes et de vrais choix politiques, et ça ne se fait pas en deux jours. Les objectifs demandent des efforts pour tout le monde aujourd'hui, surtout des changements d'habitudes, et c'est ça le plus dur. En plus il faut pouvoir dire : mon adversaire politique a raison sur ce point, et moi sur cet autre point. Mais que c'est difficile !!!
a écrit le 14/03/2013 à 11:06 :
La croissance ne survivra pas plus d'un an. L'Europe est déficitaire par ses états membres qu'ils faut détruire et reconstruire; rien ne sera fait même au futur 2017 (Gauche-Droite) même panier. Heureusement que le malheur des européens fait le bonheur des gros européens avec cette main d'oeuvre étrangère.
a écrit le 14/03/2013 à 10:54 :
ceci c'est dire nimporte quoi ,ou avez vous vu que l'etat jetait l'argent par les fenetres ? avant mai 2012 ,oui avec le bouclier fiscal qui a couté une fortune aux francais ,maintenant c'est fini et si on avait pas eut un certain president de droite <ancien directeur de la banque Rothschil>qui instaure la loi 73-7 en date du 03 01 1973 article 25 qui interdit a la banque de France de preter a l'etat sans interets on ne serait pas la ou on est
Réponse de le 14/03/2013 à 11:21 :
L'état jette bien l'argent par les fenêtres : un EPR à 8,5 milliards, guerre inutile au Mali, Aides aux entreprises plutôt que de limiter simplement la pression fiscale, assistanat systématique et bureaucratique de tout les acteurs économiques, Sécu incitant à des dépenses de santé inutiles, Participations dans des secteur pouvant relever du privé : énergie, télécoms, prises de participation pour sauver les potes de la faillite etc... Bilan on va emprunter 171 milliards en 2013 vs l'Allemagne qui va emprunter 6 à 8 milliards alors qu'elle soutien le MES et autres gadgets pour venir en aide aux poids mort de l'union.
Réponse de le 14/03/2013 à 11:22 :
le bouclier fiscal à diminué les entrées fiscales en gros de 700 millions d'euros par an...
la prime de Noél pour les allocatiares du rsa c'est en gros 450 millions par an...
Voila, c'est somme toute des montants "symboliques"... Le gros des dépenses et des recettes ne sont pas là. Même si les symboles sont importants, il faut raison garder.
Quant à qui prête de l'argent à la France... On peut aussi penser que la France n'a qu'a pas être en deficit, comme cela plus besoin d'emprunter ou de faire tourner la planche à billet...
Réponse de le 14/03/2013 à 11:34 :
Toujours ce discours de "c'est la faute de la Droite" "non, c'est la faute de la Gauche".
Tu as amplement raison sur les prêts de la Banque de France, mais c'est l'Europe qui a poussé cela. Quelque soit notre président, c'est plus vraiment lui qui nous dirige économiquement, c'est plutôt Bruxelle.
C'est comme l'Euro, qui a décreter que nous ne pouvons plus influer sur la monnaie ? (déflation, inflation comme à l'epoque du franc). Qui a dit que le seul moyen de jouer sur cette monnaie serait uniquement le coup du travail ? Pourquoi les anglais ont preferé garder la livre ?
Les Américains peuvent toujours influer sur leur dollar, d'ailleurs le dollar ne fait que baisser (favorisant leurs exportations). L'euro est devenu trop fort.
L'Euro s'est le bonheur des Américains et des chinois.
Réponse de le 14/03/2013 à 12:37 :
et l'aéroport de Nantes totalement inutile ,ce n'est pas de l'argent jeté par les fenêtres!
a écrit le 14/03/2013 à 10:52 :
Si l'etat avait moins de dettes, les gens auraient moins de taxe, donc on pourrait depenser plus, ca relancerai la croissance non? Moi j'ai plein de soluces pour depenser moins. En meme temps c'est logique, quand vous avez plus de sous, vous faites quoi? Vous relancer votre croissance en depensant plus? lol
Réponse de le 14/03/2013 à 11:18 :
Dépenser plus, c'est consommer plus, c'est gaspiller de plus en plus d'énergie, c'est remplir de plus en plus les poubelles, c'est foncer volontairement dans un mur.
La solution, c'est dépenser moins et surtout mieux, c'est économiser l'énergie, produire au plus près du consommateur, privilégier les circuits courts, réduire les transports et déplacements. La croissance est une bonne chose quand elle est utile à tous, ce qui n'est pas le cas de la croissance d'aujourd'hui dont les bénéfices sont captés par une minorité.
Réponse de le 14/03/2013 à 11:22 :
Comparer tes économies avec l'Economie mondiale, c'est très drôle.
Je t'explique, si tu donne du pouvoir d'achat, les gens acheterons. S'ils achètent, les entreprises vendent. Sil es entreprises vendent, des emplois seront créés. >Si il y a plus d'emplioi, il y aura moins de chômage. S'il ya moins de chômage, l'Etat depensera moins dans les allocations, il y a plus de gens qui cotiserons pour les retraites,etc... et plus de ventes, c'est aussi plus de TVA. le seul risque, c'est que les gens profitent de ce pouvoir d'achat en hausse pour epargner.
Réponse de le 14/03/2013 à 11:49 :
@Chimiste
Ca, c'est le schéma classique qui a fonctionné pendant 40 ans. Je crains qu'on soit arrivé au bout de ce système par épuisement des ressources et gaspillage de l'énergie.Je n'ai aucune recette pour remplacer ce système, tout au plus quelques idées qui vont dans le sens d'économiser ressources et énergie, conscient que ce n'est pas seulement avec de telles mesures qu'on retrouvera de la "croissance". Un modèle avec une nouvelle définition de la "croissance" reste à inventer.
Réponse de le 14/03/2013 à 12:10 :
C'est toute la différence entre un cercle vicieux (l'Europe) et vertueux (Etats Unis).
Y a pleins de gens qui croient que juste parce que l'Etat réduit ses dettes les gens vont par miracle se mettre à consommer avec de l'argent qu'il n'ont pas, les entreprises produire alors qu'elles n'ont pas de commandes.
Il faut se désendetter mais en allant trop vite on casse la machine. Un obèse qui prétend vouloir perdre du poids en 2 semaines se raconte des histoires!
Réponse de le 14/03/2013 à 13:38 :
Sauf que ce n'est pas en continuant à trop manger qu'il va pouvoir stabiliser son poids.
a écrit le 14/03/2013 à 10:44 :
Les relances successives que nous avons pratiquées dans le passé pour sauver la croissance ont montré qu'elles provoquaient aussi un déséquilibre du commerce extérieur. En réalité, le surplus d'argent ainsi injecté dans l'économie s'est converti rapidement en voitures (principalement allemandes) et en électronique multimedia (principalement asiatique), évidemment sans contrepartie en achat de voitures françaises par ces pays bénéficiaires... Conclusion, la relance est dangereuse pour notre commerce extérieur, avec les conséquences que l'on sait sur le chômage... TRISTE !!!
a écrit le 14/03/2013 à 10:44 :
Surtout ne rien changer à mon habitude....
a écrit le 14/03/2013 à 10:37 :
les français voguent au gré des vents en se croisant les jambes . quand la droite dirige ( qui a crée le + gros déficit en cinq ans ) ils veulent la gauche et quand la gauche dirige ( celle qui va créer le plus d'impôts ) ils veulent la droite . c'est pourquoi la france est le pays au monde qui a le plus gros t% de prélèvements ( addict aux additions sur additions des dépenses ) .
a écrit le 14/03/2013 à 10:21 :
"Un Français sur deux pense qu'il vaut mieux relancer la croissance que limiter le déficit"

Un Français sur deux se trompe sans doute sur les chances de succès de cette suggestion...

"Le prix du pétrole gouverne-t-il l'économie ?"
www.manicore.com/documentation/petrole/petrole_economie.html
a écrit le 14/03/2013 à 10:19 :
La croissance ne se décrète pas....il est impératif de faire preuve de réactivité et d'agilité. Seuls les emplois productifs ont du sens: ceci passe par les entreprises. 4,5 millions d'emplois sont dans les entreprises de moins de 10 salariés et ces mêmes entreprises sont au nombre d'un million environ. Si une entreprise sur 10 embauchait, si 2 sur 10 si 3 sur 10, etc...le calcul est vite fait. Il est urgent de faire sauter le cadenas administratif qui paralyse la France: délais trop longs, manque de réactivité et de conscience professionnelle dans les administrations. Cassons la technocratie stérile et passons à la paille de fer les frais de fonctionnement de l'administration et de nos politiques qui sont trop loin du terrain.
Réponse de le 14/03/2013 à 11:02 :
La faille dans votre raisonnement : la plupart des PME françaises ne veulent pas se développer...et c'est connu et reconnu par l'Etat, l'INSEE, le MEDEF et Eurostat ! On peut tous faire des projections à cinq ans basées sur des hypothèses erronées. Mais quand on se trompe, il faut arrêter de prêcher et réfléchir ! ...trop d'Etat ? essayez la Somalie !
Réponse de le 14/03/2013 à 12:00 :
@Job
Mais qu'est ce que vous savez de ce que veulent les PME ou pas? Ce qu'en dit l'Etat. L'Etat est spécialiste des PME, maintenant? Aucun des membres du gouvernement n'a jamais foutu les pieds dans une PME .
L'insee est le bras statistique de l'état, donc son avis est sans intéret. Le medef représente tout sauf les PME.
... quand à votre conclusion pourquoi ne prenez vous pas la Suisse en exemple plutôt que la Somalie?
La comparaison ferait trop mal, peut etre?
Réponse de le 14/03/2013 à 12:50 :
Je vois d'ici Robert, plombier de Poitou Charente mettre en ?uvre une conquête des marchés étrangers ! La Suisse au lieu de la Somalie ? Ok, mêmes objections : ce sont surtout les banques suisses et son industrie de l'armement qui génèrent de la croissance...pas vraiment les secteurs qui ont besoin d'effectifs pléthoriques, et le taux de chômage officiel n'inclue ni les femmes souhaitant se réinsérer dans la vie active, ci les fins de droit...Sortez la tête du bocal !
Réponse de le 14/03/2013 à 13:34 :
Je prenais la Suisse comme exemple d'état moins important que le notre avec une économie prospère, un niveau de vie supérieure au notre et un respect de la volonté du peuple sans commune mesure avec celui de nos dirigeants.
Un plombier n'est pas vraiment symbolique de la PME. Mais peut être que vous aussi n'avez jamais vu de PME?
Réponse de le 14/03/2013 à 14:00 :
C'est d'un lassant ces tentatives de discréditer un contradicteur par l'argument "vous n'en êtes pas, donc vous ne savez pas"...J'ai bossé en tant que barman, manutentionnaire, puis comme comptable dans un C.G.A. et dans l'industrie papetière, ce qui me permet de porter un avis assez éclairé sur la question avec une certaine ouverture d'esprit. Le plombier est aussi symbolique de PME que le patron de bar, le restaurateur, ou le papetier...à moins que ça ne soit pas suffisant encore ?
Réponse de le 14/03/2013 à 14:07 :
@fda.la tribune a fait un article , il y a 15 jours environ , .sur une étude concernant les patrons français de PME . il en ressortait que les patrons sont plutôt âgés ,veulent réussir sans se développer ,sont plus frileux que les allemands à l'export .ça fait pas très dynamique tout ça .or ne dit-on pas que c'est dans les PME que se crée des emplois ?
Réponse de le 14/03/2013 à 14:22 :
Désolé mais une PME, c'est entre 20 et 249 salariés. On est très loin de l'exemple du plombier que vous avez pris
Réponse de le 14/03/2013 à 14:54 :
Ok si vous y tenez : sortons le plombier et gardons l'industrie papetière, les transports routiers et le BTP : l'industrie papetière (comme la sidérurgie ou l'automobile) est en surcapacités de production depuis les années 70 avec des leaders mondiaux nordiques ou américains : ça n'est donc pas là qu'on va embaucher. Les transports routiers qui ne font pas de l'international se concentrent sur une zone locale non extensible compte tenu de la concurrence et de la capacité de chargement et vu le prix du diesel ça ne va pas s'améliorer. le BTP est limité par le nombre de projets (eux-mêmes restreints par les POS et le prix des matières premières). La sous-traitance automobile, ça n'est pas la peine de vous faire un dessin compte tenu qu'il s'agit d'entités originellement internes à notre industrie automobile, victimes du recentrage sur le "coeur de métier". Enfin, nos PME ne peuvent pas concurrencer les allemands sur le haut de gamme (car on est loin d'avoir leur savoir-faire dans divers métiers qu'on a préféré laissé s'éteindre en France) ni les chinois sur le bas de gamme (car on ne peut pas lutter avec des entreprises jouant sur les économies d'échelle et des salaires dérisoires). CQFD
Réponse de le 14/03/2013 à 14:58 :
...ET j'ajoute que si vous commencez à distinguer les TPE des PME, on a pas fini de couper les cheveux en quatre.
a écrit le 14/03/2013 à 10:16 :
fonctionnaires+non imposables+RSA on ne doit pas être loin de 51%
Réponse de le 14/03/2013 à 10:53 :
Surtout si le panel représentatif a été trouvé pendant les heures de travail.
Réponse de le 14/03/2013 à 11:28 :
@dés pipés : Bravo vous faites preuve d'une grande réflexion, digne des plus grands penseurs ! Raisonnement basique d'une personne basique (pour rester poli). Et vous avez oublié les immigrés dans votre calcul non ?
a écrit le 14/03/2013 à 10:14 :
C'est d'ailleurs ce que se propose de faire OBAMA si j'en crois l'info dans Le Monde de ce jour
a écrit le 14/03/2013 à 10:13 :
"notons que plus d'un sondé sur cinq ne se prononce pas".
Ben non, la question est idiote, ou au mieux mal posée.
La croissance ne peut pas être une fin en soi puisqu'il y a un nombre fini de ressources sur terre.
La dette est illégitime puisqu'elle est le fruit des grands financiers qui ont cherché sciemment à s'enrichir sur le dos des peuples.
Il faut rendre la création monétaire aux peuples et non aux banques. Réguler les marchés financiers qui ne devraient pas pouvoir spéculer sur de l'argent fictif. Et déclarer la dette illégale. Avec ça vous verrez la "croissance" repartir et le chômage baisser.
Des petits documentaires instructifs : "Inside Job" de Charles Ferguson ; "Capitalism : a love story" de Michael Moore ; et bien d'autres qui étrangement ne passent pas à la télé, même pas sur Arte...
a écrit le 14/03/2013 à 10:07 :
C'est n'est pas du ressort de l'état de faire de la croissance... Il n?a jamais su le faire, ne sait toujours pas et ne saura jamais le faire.... De tout de façon on n?attend pas cela de l'état. Qu'il s'en tienne a ses fonctions régalienne, cesse de jeter l'argent par les fenêtres, et les entreprises feront la croissance d'elle même...
Réponse de le 14/03/2013 à 10:57 :
Mais si il sait : quand il embauche un planqué qui brasse du vent dans un bureau, l'état créé du PIB à hauteur de son salaire (cf méthode de calcul du PIB dans la fonction publique).
Réponse de le 14/03/2013 à 11:22 :
Exact, mais dans ce cas, ca s'appele de la crosisance non productive, et de la croissance a deficit n'as aucuns interets... C'est pour cela qu'il doit arreter maintenant...
a écrit le 14/03/2013 à 9:58 :
Les français vivent dans un cocon bisounoursien entretenu par 40 ans de vie à crédit et une bonne proportion de la population sous antidépresseurs et anxiolytiques...
La question est donc de savoir si le déni actuel fait partie du processus naturel de deuil, car dans ce cas la prochaine étape est la colère...
Réponse de le 14/03/2013 à 10:58 :
C'est l'histoire qui nous apprend que notre pays approche de la période ou celui-ci doit se révolter, subir l'invasion d'un voisin en forme ou s'effondrer sur lui même.
a écrit le 14/03/2013 à 9:42 :
les francais qui pensent ca n'ont qu'a se faire de la croissance tt seuls, en creant eux memes des entreprises ( et la on va rire...)
Réponse de le 14/03/2013 à 10:22 :
bravo, vous venez de démontrer que la relance par l'offre est vouée à l'échec si l?État ne dépense pas...vous vous présentez quand aux présidentielles ?
Réponse de le 14/03/2013 à 10:35 :
J'ai crée mon entreprise, elle est rentable et paye des impôts, mais les banques refusent de me preter pour renforcer ma trésorerie pour assurer ma croissance sous prétexte que c'est une entreprise nouvelle (mais pas innovante) donc à risque. Je vais donc arreter, lassé de ce manque de support, donc perte d'impôts pour le gouvernement et perte d'emploi. Croissance vous avez dit??
Réponse de le 14/03/2013 à 10:59 :
Ils ont préféré tout placer dans la pierre.
Réponse de le 14/03/2013 à 11:13 :
Votre entreprise est rentable, mais vous souhaitez emprunter pour renforcer votre trésorerie ????

...Révisez le bilan fonctionnel Jack !

Les dettes financières (emprunts) sont prévues pour financer des emplois stables (immobilisations) lorsque les capitaux propres ne suffisent pas...Lorsqu'on a un problème de trésorerie, on a recours à des concours bancaires !

...Vous avez donc du mal à financer votre cycle d'exploitation ? commencez par diminuer votre besoin en fonds de roulement avant de penser à monter une multinationale ! réduisez la durée du crédit client, réduisez vos stocks et cherchez des liquidités (escomptes...)
Réponse de le 14/03/2013 à 11:56 :
@Bauer 91
Le problème de Jack, c'est le drame de beaucoup d'entreprises, le manque de capitaux propres. Comment le résoudre quand on a des idées,un marché, qu'on veut travailler et qu'on n'a pas d'argent?
Réponse de le 14/03/2013 à 12:06 :
@ Bauer
Vous avez appris la gestion de pme dans les livres? Rien que la référence à l'escompte est trop drôle, sans parler de lui reprocher de penser à monter une multinationale
Jack n'a peut etre pas de stocks! Il vend peut etre du service? non?
Et vous , que fait votre PME?
Réponse de le 14/03/2013 à 13:22 :
@FDA : si c'est du service qu'il vend, soit il baisse sa rémunération, soit il cherche à réduire le nombre de jours de travail nécessaires pour effectuer la mission...pas ma faute si vous ne pratiquez ni l'escompte ni l'affacturage quand c'est nécessaire. Les outils existent et vous êtes libre de ne pas les utiliser...Et il est utile de lire des livres de compta-gestion, ça marche mieux que le commercial qui se lance tout seul au pif. ma PME ? hôtel restaurant en Isère...

@JB38: c'est toujours délicat lorsqu'on manque de capitaux ; on peut chercher des associés ou des investisseurs type B.A. ...Les CCI peuvent aider.
Réponse de le 14/03/2013 à 14:19 :
Bauer a la solution : baisser votre salaire!
a écrit le 14/03/2013 à 9:37 :
Il est évident qu'il faut relancer la croissance.... sauf que les libéraux de tous poils ne pensent qu'à réduire les déficits publics pou pouvoir mieux encore, faire de l'argent avec de l'argent, sans trop s'intéresser à la richesse produite par le travail. Et pour cela, Hollande et son équipe de gestionnaires libéraux sont UN PEU coincés... en effet, dans la déclaration d'intentions du PS, la prédominance du marché est clairement reconnue!
Réponse de le 14/03/2013 à 10:00 :
"Il est évident qu'il faut relancer la croissance...."
Posez-vous la question de ce qui la crée, la fameuse croissance, vos évidences ne sont qu'illusion...
Réponse de le 14/03/2013 à 10:11 :
au lieu de gemir et de dire aux autres ce qu'ils doivent faire, vous n'avez qu'a creer des entreprises vous meme avec votre temps votre argent, en faisant une croix sur votre vie de famille, parce que si vous ne faites pas le travail vous meme on ne voit pas qui va faire de la croissance! a salaire egal, travail egal, debrouillez vous tt seul
Réponse de le 14/03/2013 à 10:32 :
@ Danielo 17 : le marché c'est mal, c'est inefficace, mais c'est l'urss qui s'est effondrée, et dans la misère en plus, alors ...
Réponse de le 14/03/2013 à 12:07 :
@ John Galt
La peur du communisme, c'est vraiment une obsession. Et pourtant la Chine dont vous vantez à longueur de commentaires les prouesses économiques est bien une dictature communiste. Elle devrait donc s'écrouler comme l'URSS. Quant à la misère en Chine, point besoin d'attendre son effondrement, des dizaines de millions de Chinois ouvriers et paysans sont ou plongent dedans tous les jours.Oui le marché, la mondialisation, c'est mal quand il ne profite qu'à une minorité de prédateurs, quand il capte les matières premières, gaspille les ressources et enfonce dans la misère toujours plus d'humains partout où il se développe.
a écrit le 14/03/2013 à 9:22 :
Un jour ou l'autre il faudra relancer la croissance mais quand on sera exsangue, il ne sera plus possible de le faire sans emprunter! Il ne faut point écouter les conseils des concurrents!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :