Si, si, il existe un régime de retraite qui accumule les excédents !

Par Ivan Best  |   |  285  mots
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le régime de retraite additionnelle de la fonction publique fait grossir chaque année ses réserves, en attendant de verser des prestations, en... 2045

A l'heure où tous les acteurs déplorent la mauvaise situation financière des régimes de retraite, il en est un qui accumule au contraire les excédents. Au point de presque inquiéter la Cour des comptes, qui a publié ce jeudi le référé qu'elle a transmis au gouvernement: il s'agit du RAFP, le régime de retraite additionnelle de la fonction publique. Un régime tout jeune, créé en 2005, qui vise à apporter une retraite complémentaire à l'ensemble des fonctionnaires. Ceux-ci cotisent obligatoirement, sur l'ensemble de leurs primes, à hauteur de 5% de celles-ci (l'employeur pour un même montant).

Les sommes perçues, soit 850 millions d'euros par an, sont capitalisées, et donc placées sur les marchés financiers. De manière pas toujours très heureuse, souligne la Cour des comptes : ainsi, le RAFP, qui gère lui-même ses placements, a acheté massivement, en 2009 des obligations grecques, italiennes, portugaises et espagnoles. Il a, du coup, été contraint de constater une moins value de 650 millions d'euros, fin 2011. Mais des plus-values ont été constatées par ailleurs.

Un bon matelas
Et surtout, les cotisations qui rentrent dans les caisses chaque année dépassent de loin les prestations versées. En 2040, le régime devrait avoir accumulé 60 milliards d'euros de cotisations, et versé seulement 21,5 milliards de prestations, sous forme de capitaux et de rentes viagères. De quoi constituer un bon matelas, d'ici là. Sachant que les prestations versées ne seront significatives qu'à partir de 2045-2050, quand les fonctionnaires qui auront durablement cotisé à ce régime partiront en retraite.

Une situation durablement confortable, donc. A moins qu'un gouvernement soit tenté de puiser dedans. Mais cela reviendrait à léser les fonctionnaires.