La Haut conseil des finances publiques s'inquiète d'un dérapage possible du déficit public

 |   |  473  mots
Didier Migaud, premier président de la cour des comptes, président du Haut Conseil des Finances PubliquesCopyright Reuters
Didier Migaud, premier président de la cour des comptes, président du Haut Conseil des Finances PubliquesCopyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Haut Conseil des Finances Publiques relève le dérapage du déficit public structurel, en 2012. Il a dépassé de 0,3 point, à 3,9% du PIB, la prévision de l'automne, surtout en raison d'une révision des comptes de 2011.

Le Haut conseil des Finances Publiques, ce groupe d'experts prévu par les traités européens pour assurer la surveilance de la politique budgétaire, a rendu public ce lundi un deuxième avis.  Le premier avis avait mis en cause l'excessif optimisme du gouvernement en matière de croissance.
Il s'agit aujourd'hui d'évaluer les risques en matière de déficit, par rapport à la programmation des finances publiques votée à l'automne. Suivant à la lettre les traités européens, le Haut Conseil prend en compte le déficit structurel, c'est-à-dire corrigé des effets de la conjoncture. Rien à voir, donc, avec le déficit nominal (non corrigé) et son fameux plafond de 3% , considéré quel que soit l'état de l'économie. Ni avec un équilibre budgétaire pur et simple, hors effet de la conjoncture, auquel l'exécutif français a d'ailleurs renoncé.
Le Haut Conseil des a examiné les comptes de 2012, publiés par l'Insee. L'Institut de la statistique ne s'est pas lancé pas dans de savants calculs pour évaluer quel est le déficit structurel, le gouvernement, y est contraint, lui de même que la Haut conseil. L'examen conduit à valider la forte baisse du déficit structurel l'an dernier, puisqu'il a diminué de 1,2 point de PIB. 

Une dégradation pas seulement liée à la conjoncture

Toutefois, un dérapage est constaté, par rapport à la trajectoire établie à l'automne;. L'Insee a annoncé voilà plusieurs semaines que le déficit public (nominal) pour 2012 avait été plus élevé que prévu, atteignant 4,8% du PIB, contre 4,5% annoncés d. On aurait pu penser que cette dégradation était principalement liée à la mauvaise conjoncture, et que le déficit structurel n'aurait pas dérapé. Or, selon les calculs de Bercy intégrés au projet de loi de règlement du budget 2012, il a été, lui aussi, augmenté de 0,3 point de PIB, par rapport aux prévisions de l'automne. Il était prévu à 3,6% du PIB, il représente finalement 3,9% de la richesse nationale (en 2012).
Cet écart résulte largement d'une révision des comptes nationaux, pour l'année 2011, qui n'a évidemment rien à voir avec l'action du gouvernement. Il tient aussi à une légere hausse des dépenses.
La législation européenne veut qu'un dérapage de 0,5 point du déficit, alors qualifié « d'important » donne lieu à des mesures correctrices. L'écart est donc inférieur, en 2012. Mais une autre règle a été instaurée par les traités: sur deux ans, le déficit ne peut s'écarter de plus de 0,25 point par an en moyenne. Il suffrait donc d'un nouveau dérapage, de 0,2 point en 2013, pour que l'écart soit considéré comme important, selon les traités, et impose au gouvernement de prendre des mesures correctrices. Ce risque doit être considéré sérieusement, souligne le Haut Conseil. 


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2013 à 16:50 :
cela il est grave mais on ne fait rien pour le moment mais on sera obligé d y venir car vraiment nous touchons le fond partout et que l on devra rester dans la mouise pendant encore des temps immemoriiaux comme au temps de MARC AURELE qui le disait dans toute la nation aussi je ne peux que dire que tout cela va etre dans l obligation de rendre des comptes et la on va voir ce qui nous empeche de vivre convenablement;
a écrit le 28/05/2013 à 16:30 :
Le haut conseil des finances....qu'il commence par baisser leur HAUT salaire et tout ira mieux. Marre de tous ces nantis qui ne font que des phrases
a écrit le 28/05/2013 à 14:02 :
c'est comme au golf : il n'y a pas de mauvaises excuses pour expliquer les coups ratés.
a écrit le 28/05/2013 à 11:00 :
On nous annonce que les agences de notation nous maintiennent en « perspectives négatives » pour raison de déficit et de compétitivité. Certes, on apprenait il y a peu, qu?on sortait du top 20, donc en terme de compétitivité, on fait plutôt dans le pipo alors que les experts nous disent 50 milliards, à comparer à la TVA de 140 milliards. Quid de nos chômeurs ? Quel est le but de la société, en faire le plus possible ? Quid du déficit, épée de Damoclès sur les salaires du public, 120 milliards, le tiers des dépenses et 31 milliards de trou sur le trimestre? Quid de la croissance ? On apprend dans la presse que l?innovation serait la sortie de crise, pourquoi ne le fait-on pas ? Non, investir ça créerait des emplois, on investit 3% du budget. Si PSA fait un accord compétitivité, c?est bien qu?on a un problème de coût du travail, entre autres, puisqu?on nous dit sauver l?appareil productif, pas de mondialisation. Il semblerait qu?on n?a pas fait le travail qu?il aurait fallu faire. De la même manière on fait des bulles. La masse salariale aurait baissé de 15% depuis 2009, en Allemagne, ils augmentent de 6%. On supprime en plus 27000 fonctionnaires. Et ça n?est pas les seuls problèmes, 20 milliards de déficit pour l?hôpital, sur 5 ans ça fait 100 milliards? Vivre sur la dette, ça ne dure qu?un temps. On a aussi un problème de balance 70 milliards plus 30 pour les comptes et 56 d?intérêts. C?est de l?argent perdu. Elles sont où les entreprises moyennes d?exportation ? Au lieu de produire, on fait des papiers. Et les logements ? Il en manquerait 2 millions ! Désindustrialiser, c?est une bonne politique ? Dans « problèmes économiques » de 2008, n° 2953, on parle d?un déclassement, d?une nouvelle croissance, de libérer l?initiative et la concurrence, de l?entreprise subventionnée, de l?excès d?emplois publics, du coût du travail, des règles de l?emploi, des nouveaux secteurs à développer, de la redéfinition de l?Etat, de la création de fonds de retraites, de l?évaluation des services publics, de l?ouverture des professions réglementées, d?une société du plein emploi, d?une retraite à 65 ans, quand certains l?ont à 55, de la représentativité des organisations sociales, des institutions fossilisées et chères, on y prescrit une baisse de dépenses de 20 milliards par an, on y parle d?un gain en croissance, des campus de recherche, d?une ouverture des commandes publiques aux pme, de manager le public, de l?élargissement de l?assiette fiscale, une logique de développement. Mais alors pourquoi ne le fait-on pas ? Sommes-nous suicidaires ? Face à la dévastation de l?Europe, on ne peut qu?être consternés de cette spirale des dettes et de la non croissance et de l?exclusion des jeunes générations. Est-ce là le but de la société que des millions de gens ne puissent accéder à la vie active ? C?est une abolition du progrès que l?on fait, un non sens total. C?est plus du déclin c?est une logique de sauterelles sur un champ de blé ! Les Allemands n?ont pas ces inconvénients? A-t-on perdu les pédales ? On fait de la roue libre vers l?enfer ! Du bon travail de notre ami Colbert? Qui est partisan du suicide collectif sur le laxisme et la croissance à la mode Dagobert ?
Réponse de le 28/05/2013 à 11:15 :
On dit que l?Etat réglemente tout et entrave la production.
Réponse de le 28/05/2013 à 12:57 :
L'état nous tue mais les Français ne s'en rendent pas compte...? Désespérant.
a écrit le 28/05/2013 à 10:33 :
IL EST URGENT DE FAIRE LES REFORMES STRUCTURELLES : FERMETURE DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES EN DOUBLONS OU INUTILES, LICENCIEMENT SEC DES AGENTS PUBLIQUES ET TERRITORIALES SANS TACHES DE TRAVAIL OU MASSE SALARIALE IRRÉALISTE AU RÉEL BESOIN, PACTE DE COMPÉTITIVE ET SOCIAL AVEC RÉDUCTION DES SALAIRES POUR CAUSE DE SURENDETTEMENT, PRIVATISATION ENTREPRISE PUBLIQUE (SNCF, RATP, ÉDUCATION NATIONALE, PRISONS, CHU, ETC) ETC, ETC ,ETC; L?ÉTAT EN FAILLITE DOIT REVENIR A DES FONCTIONS RÉGALIENNES D'URGENCE !!!
a écrit le 28/05/2013 à 10:10 :
J'aimerai bien comprendre comment le déficit de 2013 peut être revu à la hausse à cause d'une révision des comptes de 2011. Cela fait quand même presque 18 mois que l'exercice 2011 est terminé et que, en plus, le gouvernement actuel a lancé un audit des comptes à son arrivée au pouvoir. Je savais que l'administration française n'était pas connue pour son efficacité mais là, je trouve que c'est un peu choquant. Sans doute n'y a-t-il pas encore suffisammet de fonctionnaires à Bercy ?
a écrit le 28/05/2013 à 10:09 :
Les grecs, espagnols, italiens, ect ont taillé dans leurs dépenses publiques et leurs acquis sociaux. Résultat, leur dette a continué d'exploser. Cela ne vous alerte pas ? Tant que nous serons dans l'UE et tant que nous n'aurons pas retrouvé notre souveraineté monétaire (vendue aux banquiers en 1973), notre dette continuera d'augmenter. Le reste n'est que gesticulation.
a écrit le 28/05/2013 à 9:07 :
honnête ou pas honnête, le résultat est le même. en revanche il est clair que FH ne veut pas réduire les dépenses et nous emmène dans le trou. il fait du surplace volontaire, de l'inertie organisée car il calcule ce qui le ferait réélire en 2017. nous allons avoir une société complètement exsangue dans 2 ans.
Réponse de le 28/05/2013 à 9:43 :
Tout à fait d'accord. J'ai toujours pensé que F. Hollande ne réduirait pas d'un cent les dépenses publiques. Tout n'est que mensonge pour gagner du temps. Ainsi, la France se dirige vers l'enfer économique et financier.
Réponse de le 28/05/2013 à 10:11 :
2 ans, vous êtes gentils ...
a écrit le 28/05/2013 à 7:52 :
Le gouvernement va encore trouver des arguments pour justifier l'augmentation du déficit, hiver long, printemps pourri, etc. En réalité, il se refuse sous la pression des énarques à baisser la dépense publique, c'est ainsi que la masse salariale de la fonction publique ne baisse pas même avec moins de fonctionnaire car les primes n'ont jamais été aussi importantes en particulier pour les catégories A et plus.Il faut également toujours plus de moyens dépensés hors de France pour notre politique extérieure ; retour coûteux dans les structures de l'OTAN, renforcement de la protection de nos ambassades, interventions unilatérales en Afrique, bref nous coulons devant les dépenses et les recettes ne sont pas au rendez-vous.
a écrit le 28/05/2013 à 3:47 :
Merci à Didier Migaud qui a l'air honnête.
Ça fait plaisir de voir qu'il y a encore quelques rares personnes honnêtes et pas démago (comme notre Président et ses ministres) ...
Réponse de le 28/05/2013 à 5:31 :
Tout à fait d'accord avec vous mais dans les démagos vous avez oublié l'UMP le Front de gauche le FN et autres artistes de la politique. Vous avez noté j'en suis sur que dans l'article on parle aussi de l'année 2011 et que le rapport de l'IGF commandé en 2012 par le gouvernement précédent M. Fillon en l'occurence montrait que sous le quinquenat de M. Sarkozy les petites "magouilles " des discours pompeux n'avaient pas emp^ché de faire explosé les comptes du parapublic de 10 milliards et augmentation du personnel de 6 pour cent. Soyez réaliste l'incompétence de la gestion de notre pays est autant rose, bleue, verte et autres couleurs de notre arc en ciel politiques.
a écrit le 28/05/2013 à 3:00 :
Tour de vis fiscal supplémentaire en perspective. Au train où vont les choses, ceux qui paient des impôts devront travailler pour l'Etat jusqu'au 1er décembre de chaque année avant de travailler pour eux-mêmes. Pas d'autres solutions. Nos chers élus ont depuis toujours la parade : indemnités non-imposables pour ne pas subir et vivre bien, eux. Si on leur demande comme aux députés en 2011 de faire un effort, de réduire même de 10 % leurs salaires par solidarité avec le peuple ils répondent Niet tous en coeur. Belle République exemplaire. Le Monde entier nous l'envie.
a écrit le 28/05/2013 à 0:42 :
Mais comment peut on publier un article avec autant de fautes d'orthographe, de syntaxe et de sémantique? C'est presque incompréhensible et plutôt insupportable à lire.
Réponse de le 28/05/2013 à 1:14 :
je confirme
Réponse de le 28/05/2013 à 7:21 :
@ bob+gov. une réaction typique pseudo-intellectuelle. Si la soupe est salée ou fade restera
toujours une soupe meme si vous n'etes pas d'accord.C'est le contenu qui compte et pas les
bla,bla des bistros.
Réponse de le 28/05/2013 à 8:13 :
surtout supprimer le statut d INTOUCHABLE..a vie ...frein a tout progres
Réponse de le 28/05/2013 à 8:13 :
La recherche stérile de la faute d'orthographe dans les articles et les commentaires ne grandit pas celui qui n'a rien d'autre à faire que de se réjouir d'avoir une minute de gloire sur le blog !
Réponse de le 28/05/2013 à 8:39 :
@ATTILA
Le respect du lecteur n'a rien à voir avec une réaction "pseudo-intellectuelle". Un texte mal écrit est souvent un texte vite écrit, non relu, le contenu risque donc d'être à l'image de l'écriture.C'est bien de la soupe industrielle, dans une brique en carton, fade, très loin d'une vraie soupe maison, avec des vrais légumes.
Réponse de le 28/05/2013 à 8:39 :
@ATTILA
Le respect du lecteur n'a rien à voir avec une réaction "pseudo-intellectuelle". Un texte mal écrit est souvent un texte vite écrit, non relu, le contenu risque donc d'être à l'image de l'écriture.C'est bien de la soupe industrielle, dans une brique en carton, fade, très loin d'une vraie soupe maison, avec des vrais légumes.
Réponse de le 28/05/2013 à 9:58 :
@ATTILA: écrire dans un français correct et sans faute est le minimum que l'on peut attendre d'un journal!
a écrit le 27/05/2013 à 23:06 :
Ça dérape depuis 30 ans déjà. Seul solutions, faire des économies, supprimer des fonctionnaires, supprimer des échelons de l'état etc.
Réponse de le 27/05/2013 à 23:40 :
C'est évident pour tout le monde sauf pour le gouvernement et son président. Les taxes vont bien sûr augmenter, les 7 niveaux de l'état prospérer et la croissance s'effondrer. L'ére Mitterand-Chirac avait pris fin en 2007 et l'on y est revenu depuis 2012. La France tellement fragilisée s'étouffe et s'épuise.
Réponse de le 27/05/2013 à 23:56 :
Tu es aveugle. Le premier parti "socialiste" de france, c'est l'UMP. Tu peux mettre le précédent ruineur dedans.
Réponse de le 28/05/2013 à 5:39 :
@FHDmission un peu de vérité ne fait jamais de mal surtout à ceux qui pensent que le bleu lave mieux que le rose ou toutes autres couleurs, bien pâle et sale, de la médiocrité de nos politiques un rappel:
Depuis 2007, la majorité a dû composer avec un paradoxe : elle est tenue par la promesse martelée par Nicolas Sarkozy de ne pas augmenter les impôts mais a pourtant dû trouver des recettes nouvelles pour tenter de résorber un déficit endémique, aggravé par la crise déclenchée en 2008.
Cette promesse n'a finalement pas été tenue. Une rupture qui pourrait se justifier, en premier lieu par la crise. Mais l'Elysée n'a pas souhaité assumer de changement de cap et a continué à marteler qu'il refusait "absolument la perspective d'une augmentation générale des impôts" (discours de Nicolas Sarkozy au Conseil économique, social et environnemental, le 14 janvier 2011). Un refus martelé de nombreux discours, comme le montre une simple recherche sur le site de l'Elysée.
Interdits de recourir à une hausse générale de l'impôt sur le revenu ou les sociétés, ou de la TVA, députés et sénateurs ont donc dû rivaliser d'ingéniosité pour mettre en place des taxes et des prélèvements nouveaux afin de financer des initiatives politiques, ou simplement de compenser des pertes dûes à l'abandon d'autres prélèvements, comme la taxe professionnelle.
UNE TRENTAINE DE TAXES NOUVELLES CRÉÉES EN CINQ ANS SOUS M. SARKOZY

A cela se rajoute de rapport de l?IGF commandé par M. Fillon qui montre que le nombre remplacement d?un fonctionnaire sur deux était tres tres largement compensé par d?autres astuces de l?ancien Président.
RAPPORT DE L?INPECTION GENERALE DES FINANCES

Dans ce rapport commandé par le gouvernement Fillon à l'été 2011, l'Inspection générale des Finances (IGF) fustige un phénomène qui "s'est développé sans stratégie d'ensemble" et se révèle "inflationniste en termes de moyens humains et financiers".
Leurs moyens financiers, c'est-à-dire les crédits budgétaires et les ressources fiscales qui leur sont affectées (10 milliards environ), sont équivalents à 50 milliards d'euros, en augmentation de "15% entre 2007 et 2012". Cela représente "une croissance quatre fois plus rapide que celle des moyens de l'Etat", insiste l'IGF.
Quant aux effectifs, l'augmentation est à l'avenant: +6% dans ces agences sur la même période, contre -6% dans l'ensemble de la fonction publique.

M. Sarkozy était un homme de discours pas un homme d?Etat responsable de la France tout comme M. Hollande qui refuse de s?attaquer à la dépense publique.
Sur le fond en dehors des discours différents l?un et l?autre n?ont pas la hauteur de remettre la France dans la compétition internationale avec ce déclin commencé par M. Mitterrand largement entretenu par M. Chirac, les deux plus occupés par leur petites magouilles que par la compétivité de la France .
Un peu de remise à niveau ne fait pas de mal à ceux qui nous feraient croire que M. Sarkozy était un Président de qualité.
Vous confondez le discours et le résultat.
La France s'étouffe depuis 1981 et ce n'est pas le quinquenat de l'homme des discours sans lendemain M. Sarkozy qui a changé la médiocrité de nos politiciens bien trop longtemps dans cette nébuleuse de l'incompétence.
a écrit le 27/05/2013 à 22:17 :
On est dans une situation de plus en plus calamiteuse : On ne veut pas faire les réformes de fond et remettre l'économie nationale sur la trajectoire qui s'impose à nous tous. Les élites politiques nous mènent au désastre et à la faillite. La chute est de plus en plus rapide. Le mensonge au peuple devra être sanctionné. La colère du peuple monte... LA révolution est proche...
Réponse de le 28/05/2013 à 5:48 :
Juste pour éviter de parler d'élites en parlant des politiques car la morale est un mot qui n'est pas dans le langage et les actes en politique peu importe le parti.

"à l'origine, le statut d'élite n'est pas accordé par la détention du pouvoir, mais par l'autorité morale"
a écrit le 27/05/2013 à 22:16 :
Vous vous souvenez pas d un petit qui jurait et disait que pas de problème évidement il tiendrai la parole et les engagements de la France. 3% !!!!!!!
Réponse de le 28/05/2013 à 6:31 :
l'autre n'est pas plus grand,mais plus gros et adepte du SPORT de salon!!!la seule musculature c'est la langue!!
a écrit le 27/05/2013 à 21:57 :
Avec tous ces incompétents , mais les Français sont heureux , ils payent et tout va bien , les dépenses augmentent , la faillitte totale n'est plus trés loin , et avec cela on vote toujours pour la mème incompétence ...donc tout va bien !!!
Réponse de le 27/05/2013 à 22:14 :
Eh oui c est désespérant il faudrait des taux à 7% sur la dette pour que l on réforme finalement l Europe aura été notre cocaïne. Sans l Europe ont aurait réforme depuis longtemps. L heure du jugement dernier arrive et comme toujours en France ça ce passera dans la violence. Si ça nous débarrasse de tous ces politiciens menteur et pourri ce sera déjà ça.
Réponse de le 28/05/2013 à 12:55 :
En parfait accord. Désespérant de connerie...!
Réponse de le 29/06/2013 à 13:34 :
Complètement d'accord.Ou l'incommensurable connerie des Français qui sont contents... Le peuple le plus débile du monde entier. .qui ne comprendra ce qui va lui arriver qu'après le drame, comme toujours. Dramatique...! L'intelligence c'est l'anticipation.. définition inconnue de notre peuple...
Réponse de le 29/06/2013 à 18:30 :
Si les marchés et les agences de notation regardaient sérieusement la situation réelle de la France, je pense que les taux monteraient à 8% minimum, si l'on considère le risque. Je suis sidéré que les marchés n'aient pas déjà bougé et me demande s'il n'y aurait pas encore une magouille pour gagner du temps...?
a écrit le 27/05/2013 à 21:50 :
ANGELA ne sera pas contente ,attention a la paire de BAFFES et surtout les séquelles !!!!
a écrit le 27/05/2013 à 21:08 :
Le gouvernement et les hauts fonctionnaires socialistes, se foutent complètement des inquiétudes de la Cour des Comptes. Les finances publiques dérivent de plus en plus car rien n' est fait par Hollande pour restructurer durablement le pays et rien ne sera fait de crédible et d' équitable pendant les 4 années qui viennent. La Cour des Comptes jouerait un vrai rôle si ces alertes et recommandations étaient suivies d' effet.....mais là cela ne sert à rien !!!!!!
Réponse de le 27/05/2013 à 23:33 :
+1
Réponse de le 28/05/2013 à 6:03 :
Vous dites les socialistes se foutent...... alors un peu d'histoire juste pour remettre les neurones dans le sens de la réflexion honnête qui débouche sur un fait économique incontestable la droite ou la gauche se moquent bien des français mais alimentent par le discours une croyance, pardon un fantasme que l'un est plus compétent que l'autre alors que sur le fond les deux sont tout aussi minables dans la gestion de la France ne parlons pas des visionnaires pour le sous développement de notre pays le Front de Gauche et le FN et les cocus du système qui voudraient se faire un nom à défaut de compétence les deuxièmes couteaux inutiles comme l'UDI et le Modem.
RAPPORT DE L?INPECTION GENERALE DES FINANCES
Dans ce rapport commandé par le gouvernement Fillon à l'été 2011, l'Inspection générale des Finances (IGF) fustige un phénomène qui "s'est développé sans stratégie d'ensemble" et se révèle "inflationniste en termes de moyens humains et financiers".
Leurs moyens financiers, c'est-à-dire les crédits budgétaires et les ressources fiscales qui leur sont affectées (10 milliards environ), sont équivalents à 50 milliards d'euros, en augmentation de "15% entre 2007 et 2012". Cela représente "une croissance quatre fois plus rapide que celle des moyens de l'Etat", insiste l'IGF.
Quant aux effectifs, l'augmentation est à l'avenant: +6% dans ces agences sur la même période, contre -6% dans l'ensemble de la fonction publique.

a écrit le 27/05/2013 à 20:27 :
Le Haut Conseil des a examiné les comptes de 2012, publiés par l'Insee. L'Institut de la statistique ne s'est pas lancé pas dans de savants calculs pour évaluer quel est le déficit structurel, le gouvernement, y est contraint, lui de même que la Haut conseil.
Réponse de le 27/05/2013 à 22:14 :
Didier Migaud sur la photo est le patron de la Cour des Comptes et du Haut Conseil des Finances Publiques. L'INSEE est à la botte de Bercy et ne s'est pas aventuré dans une analyse trop précise des comptes 2012. Le Haut Conseil émet des avis qu'on peut résumer ainsi: Bercy nous raconte des bobards sur la croissance, le sérieux budgétaire et les déficits. Maintenant qu'est ce que ça va changer?
a écrit le 27/05/2013 à 20:15 :
Mr Moscovici vantait le sérieux budgétaire de la France en ce début de mai. Le déficit dérape "sérieusement" malgré la forte hausse des impôts pour 2013. N'y aurait-il pas comme un problème structurel du côté des dépenses de fonctionnement de nos administrations (état, collectivités locales, organismes publics,...) ? On en remet une couche à l'Education Nationale (le rapport de la Cour des Comptes n'a pas ému grand'monde à gauche). Mais les réformes à venir vont surtout concerner le privé (retraites, chômage, formation,....). Le délai de 2 ans me semble un minimum pour que Mr Moscovici et le stagiaire au Budget traitent les vrais sujets. En attendant la croissance et le retour des exilés fiscaux!!!
a écrit le 27/05/2013 à 19:55 :
C'est surprenant, je croyais qu'avec l'ISF augmenté et la taxe à 75% on allait remette le pays sur les rails...
Faudrait essayer la taxe à 100%?
Réponse de le 27/05/2013 à 20:16 :
il me semble que pour certains (8000 foyers en France, il me semble), on est déjà à ... 120% !!!
Réponse de le 27/05/2013 à 21:42 :
Même à 1000% d?impôts, ils nous le mettraient négatif. Hollande ne vaut rien. Le précédent était nul. L'encore précédent nul aussi ... Le précédent précédent précédent aussi ... Hollande aggrave les problèmes français et rend les gens anxieux. Ca donne pas envie de rester devant tant d'immobilisme et d'indolence. Désolé.
Réponse de le 28/05/2013 à 4:20 :
1000% pas possible ? Vous verrez quand on va instaurer une taxe de 30% sur le CAPITAL des contrats d'assurance vie ......pour payer la dette bien sur.
Normal que la génération qui a contracté cette dette la paye.
a écrit le 27/05/2013 à 19:48 :
il faut vite informer Mr Cazeneuve et lui demander d'arreter d'enfumer avec les petit comptes a l'etranger des contribuables.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :