Dérapage budgétaire : qui faut-il croire ?

 |   |  1075  mots
Les prévisions de Bernard Cazeneuve, ministre du Budget, remises en cause par Gilles Carrez, le président (UMP) de la commission des finances de l'Assemblée nationale... Copyright Reuters
Les prévisions de Bernard Cazeneuve, ministre du Budget, remises en cause par Gilles Carrez, le président (UMP) de la commission des finances de l'Assemblée nationale... Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La polémique est lancée sur les comptes publics. L'UMP évoque un dérapage de 20 milliards d'euros en 2013, le déficit atteignant 4% du PIB. Le gouvernement admet seulement 14 milliards ( 3,7% de déficit selon Bercy). La vérité se trouve sans doute entre les deux. Mais c'est surtout la préparation du budget 2014 qui importe

3,7% du PIB, comme le prévoit le gouvernement, ou 4%, comme l'affirme l'opposition ? L'écart somme toute peu considérable entre les deux évaluations du déficit public pour 2013 montre à quel point la polémique lancée par l'opposition sur le dérapage budgétaire, ne mène pas très loin, si l'on s'en tient aux seuls chiffres. Le président UMP de la commission des Finances, Gilles Carrez, a lancé le chiffre de 20 milliards d'euros de dérapage : cela impressionne. Ce chiffre correspond simplement au passage des 3% de déficit initialement affichés par le gouvernement au chiffre de 4% estimé par l'UMP. Le gouvernement a admis, lui, dès le mois d'avril, 14 milliards d'euros de déficit en plus, en affichant une nouvelle prévision de 3,7% du PIB pour 2013, bien au-delà de l'affichage des 3% à l'automne.
Au-delà de ces chiffres globaux, qui doit-on croire, dans cette polémique somme toute bien classique à l'approche des premiers débats sur les orientations du budget 2014?

Le refus d'un collectif budgétaire, un scandale ?

Gilles Carrez  réclame donc une loi de finances rectificative (collectif budgétaire), notamment au nom de la transparence budgétaire: les parlementaires estiment que le programme de stabilité publié en avril, qui regorge de chiffres actualisés (dont l'affichage des 3,7%) ne présente qu'une faible valeur, à cet égard, et que seule la présentation au parlement de nouvelles prévisions détaillées permettrait de répondre à ce devoir de transparence, alors que les comptes dérapent.
Il est vrai que, sous Nicolas Sarkozy, les parlementaires se sont accoutumés à la multiplication de lois de finances rectificatives en cours d'année, avec, à chaque fois, une nouvelle prévision de croissance, et des estimations actualisées de la situation budgétaire.
Mais cela n'a pas toujours été le cas. Sous Jacques Chirac, ils devaient se contenter du traditionnel collectif budgétaire de fin d'année. Quelle que soit la conjoncture.
« Un collectif budgétaire, ça ne peut servir qu'à augmenter les impôts » affirme le rapporteur général du Budget à l'Assemblée, le socialiste Christian Eckert. « Pour réduire les dépenses, il suffit de demander aux ministères de ne pas engager des crédits, ou d'en geler une partie, nul besoin d'une loi de finances rectificative. Pourquoi, alors que nous ne voulons pas augmenter les impôts, avoir alors recours à un collectif ? ».

Les chiffres caducs du programme de stabilité
Là où l'argumentaire de l'exécutif est moins convaincant, et où l'opposition exerce à raison son droit de critique, c'est à propos de la suite des événements, après 2013 : le programme de stabilité publié en avril prévoit un déficit public sous les 3% du PIB en 2014 (2,9%, précisément). Or le gouvernement a demandé et obtenu de Bruxelles un an de plus pour franchir cette marche des 3%, qui ne le serait qu'en 2015.
En bonne logique, les chiffres publiés il y a deux mois, et auquel le gouvernement renvoie volontiers Bercy sont donc largement caducs.

Un dérapage dû surtout à des pertes de recettes
Sur un dérapage du déficit qu'il estime donc à 20 milliards d'euros (un point de PIB), Gilles Carrez estime que 15 milliards viendraient de pertes de recettes fiscales, liées à la récession. Un chiffre concernant l'ensemble des administrations. Il n'est pas si éloigné des prévisions officielles. Le ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve, a estimé que huit milliards d'euros de recettes budgétaires manquaient à l'appel en 2013, dont 4,5 milliards au titre de la TVA. Mais il faut ajouter les 3,4 milliards d'euros de cotisations que la sécurité sociale n'encaissera pas, selon les prévisions de la commission des comptes de la sécu. Soit un total de 11,4 milliards. Il est cohérent avec la prévision d'un déficit de 3,7% du PIB.


Le document diffusé par l'UMP, évoque, lui un manque à gagner concernant les recettes, de 23 milliards, dont 10 milliards pour la TVA et cinq milliards pour l'impôt sur le revenu. Un chiffrage un peu hasardeux : qui peut dire ce que seront les recettes de l'impôt sur le revenu en 2013, alors que les déclarations des contribuables, sur lesquelles seront basées in fine les recettes de 2013, viennent à peine d'être transmises au fisc ?

Polémique sur les dépenses
Et les dépenses ? L'UMP évoque un dérapage d'au moins cinq milliards. Mais les députés de la commission des Finances, qui présentaient ce mardi matin leurs calculs, savent pertinemment que le gouvernement a la capacité de gérer un dérapage sur certains postes, en annulant d'autres crédits. Le gouvernement prévoit une stabilité des dépenses de l'Etat, cette année, soit une baisse en euros constants. En 2014, les crédits de l'Etat baisseraient de 1,5 milliard d'euros (hors charge de la dette et pensions).

Des contradictions à l'UMP
Dans le document remis à la presse, les députés UMP montrent une comparaison de l'évolution des dépenses publiques en France et en Allemagne, depuis 2000. Ils soulignent la hausse des dépenses de retraite de ce côté-ci du Rhin, qui sont passées de 10,67% du PIB en 2000 à 13,44% en 2011. En Allemagne, leur poids a reculé, passant de 9,84% à 9,57% de la richesse nationale, sur la même période. Ce que le document met en valeur, soulignant « qu'en Allemagne la dépense été stabilisée malgré un vieillissement plus rapide ».
Une dépense stabilisée, dans un premier temps, grâce à la désindexation des pensions, gelées en euros courants. Or, interrogés sur cette possibilité, les élus UMP l'écartent clairement : « nous pouvons désindexer les prestations sociales, mais pas les pensions, qui constituent un revenu différé » souligne l'ancien ministre du Budget, Valérie Pécresse.

La vérité entre l'UMP et le PS...
Quelle sera la réalité des comptes de 2013 ? Sans risque de trop se tromper, on peut affirmer que le déficit se situera entre la dernière prévision gouvernementale (3,7% du PIB) et celle de l'UMP (4% voire plus). Ce chiffrage est-il si important ?
Ce qui importe, c'est surtout la suite. Comment sera conçu le projet de budget pour 2014 ? Sur quelle prévision de croissance sera-t-il basé ? Quel est l'effort nécessaire pour parvenir sous les 3% en 2015 ? Les lettes plafond, transmises ce mardi aux ministres, aboutissent au total à 1,5 milliard d'euros de baisse de la dépense budgétaire en 2014. Mais quid de la sécu? Et des hausses d'impôts, via la suppression de niches?
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2013 à 16:55 :
Tiens, un petit dérapage de 72 pour cent !
Arrêté du 13 mai 2013 modifiant l'arrêté du 7 mai 2007 fixant le montant de l'indemnité de fonction du président et des membres du collège de l'Autorité de sûreté nucléaire
J.O.L. et D., 15 mai 2013, p. 8099, texte n° 37
Par cet arrêté, le montant annuel brut de l'indemnité de fonction allouée au président de l'Autorité de sûreté nucléaire passe de 75 000 euros à 128 898 euros.
a écrit le 26/06/2013 à 15:49 :
L'insee à publié les recettes et les charges de l'état au 1er trimestre, vs ce qui était attendu.

Pour le coup on peut croire la cour des compte... la collecte de la TVA et IS est à la ramasse.
On peut même constater un léger dépassement des dépenses qui risquent de s'aggraver d'ici la fin de l'année.
a écrit le 26/06/2013 à 15:06 :
Attention a la sanction des marchés financiers. Dans notre monde de politiciens en mal de réélections, il n'y a plus que les marchés financiers qui peuvent sanctionner les Hommes politiques. l'envolée des taux de refinancements pour la France approche a grand pas et la bonjour les dégâts
a écrit le 26/06/2013 à 9:30 :
Alors que les engagements hors bilan et toutes les dettes confondues de la France représentent plus de 5 000 milliards d'euros, notre premier ministre a déclaré hier, dans un article de Capital.fr qu?il dément tout dérapage des dépenses publiques et assure que l?Etat dépensera bien 1,5 milliard d?euros de moins en 2014 .....???.
Ce matin, l'on apprend dans "le point" que la loi sur l'école est adoptée. Aux 60 000 enseignants supplémentaires viendront s'ajouter 10 000 dans le secondaire...!!
Bienvenue en France, un Pays d'avenir !

Réponse de le 26/06/2013 à 9:57 :
Hollande et son gouvernement sont le dos au mur ce sont des malhonnetes par rapport a la campagne presidentielle et ce qui a ete promis il n'y a rien de tout ce qui avait ete dit l'explosion n'est pas loin ......................................
Réponse de le 26/06/2013 à 10:11 :
Par pitié, laissons de côté le débat foireux sur la comptabilité du hors bilan, notamment au regard des dépenses de retraites. Avec ce genre d'arguments, on peut aussi mettre au "hors actif" les impôts des 1000 prochaines années. Voilà de quoi justifier tous les délires budgétaires et nous n'avons pas besoin de cela.
Réponse de le 26/06/2013 à 10:30 :
Les promesses n'engagent que ceux qui y croient. Pour le moment le gouvernement et M Hollande font parfaitement ce que j'attendais d'eux : finir de couler la France. Charge à nous de tirer les leçons de ces 40 dernières années pour reconstruire.
Réponse de le 26/06/2013 à 11:44 :
Comment ca , il n'a rien fait...Allez demander a Deoardieu s'il n'a rien fait.
Réponse de le 26/06/2013 à 13:25 :
Bien sûr, mais croyez-vous que les Français aient compris malgré plus de 30 années d'incompétence qu'ils ont pourtant vécu ? J'en doute. Quant à l'explosion urgente puissiez-vous avoir raison...!
Réponse de le 26/06/2013 à 14:41 :
faut bien s'occuper des illétristes
Réponse de le 26/06/2013 à 14:42 :
appele DSK au secours !!!
Réponse de le 26/06/2013 à 14:56 :
d'enseignants ,pourquoi en nommer d'autres !
Réponse de le 26/06/2013 à 15:13 :
10000 enseignants de plus, c'est engager sur 40 ans 35 milliards d'Euros supplémentaires. Comme ils viennent se rajouter aux 60000 fonctionnaires déjà programmés dans l'éducation nationale, soit 210 milliards d'Euros, la dette supplémentaire avoisine les 250 milliards ?. Ce gouvernement de fonctionnaires aura-t-il le courage de faire maigrir la fonction publique d'autant de personnes dans les autres ministères ? Il y a 37 ministères (une gabegie), il y a bien 70000 personnes à ne pas remplacer. Par ailleurs, la Cour des Comptes a pointé du doigt l'inutilité d'accroître les effectifs de l'éducation nationale, d'autant qu'il est déjà plus que suffisant si on le compare aux pays équivalents dont les résultats sont au moins aussi bons, Il faudrait "simplement" les gérer correctement. On parle beaucoup des bas salaire des enseignants, mais si on compare ce qui est comparable, il faut aussi regarder le nombre d'heures qu'ils doivent consacrer à leur travail dans une année et là, on s'apercevra que, ramené au tarif horaire, les enseignants français ne sont plus du tout à plaindre.
a écrit le 26/06/2013 à 9:28 :
Franchement, une polémique sur ce sujet n'a vraiment pas lieu d'être. Qu'on nous annonce la vérité, c'est une perte d'énergie stérile au lieu d'agir, on communique.
Réponse de le 26/06/2013 à 10:31 :
La vérité : qu'ils ne maîtrisent rien du tout, ça on le sait déjà.
Réponse de le 26/06/2013 à 13:18 :
Mais ils ne pourront jamais agir, sauf pour faire des conneries. Confiriez-vous une entreprise à un secrétaire du PS et à des profs ? Non et bien c'est ce que les Français, en majorité, ont décidé pour la France..????!!! Incompétence et débilité, quand tu nous tiens...!
a écrit le 26/06/2013 à 8:34 :
La question, ce n'est pas le dérapage, c'est le déficit.
Arrêtez de jeter l'argent par les fenêtres, tas de politiciens irresponsables !
a écrit le 26/06/2013 à 8:17 :
Dépenses avec les retraites passées de 10% a 13% du PIB en dix ans... C'est tout simplement 60 milliards de plus par an!!!!!!!! Autrement dit 3% du PIB ...... Et pendant ce temps la on les champions de la natalité contrairement a l'Allemagne..... Et les champions du chômage des jeunes.... qui doivent théoriquement payer ces augmentations de pensions sans fin en plus de la dette qui les a générées... Incroyable. En plus, sacrilège si les pensions n?augmentent pas....
Réponse de le 26/06/2013 à 8:32 :
A noter que malgré notre taux de natalité plus favorable, la courbe des ages en France s'est décalée en 10 ans, de l'ordre de 2 ans, que l'on considère la moyenne ou la médiane (source Insee)...
Réponse de le 26/06/2013 à 9:55 :
@ami : ne vous trompez pas de cible, mon ami. la désindustrialisation de la France explique les difficulté de la France. Voilà 20 ans que les gouvernements successifs ont fermé les yeux sur ce problème majeur. L'Argentine, après sa faillite, a tout fait pour relocaliser et redresser la production locale. C'est du "social libéro protectionnisme" qui nous est interdit par L'Europe.
a écrit le 26/06/2013 à 6:51 :
ne pas prendre pour argent comptant ce que dit ce gouvernement qui,depuis son origine,nous inonde de promesses régulièrement démenties les jours suivants.
Réponse de le 26/06/2013 à 15:36 :
Ils sont incompétents ! PAUVRE FRANCE -
a écrit le 26/06/2013 à 2:46 :
Dindon a raison. Il faut maintenant se concentrer tous ensemble sur comment sortir de cette souricière. Peu importé la couleur politique, les dogmes, il faut replacer le curseur des depenses à un point plus équilibré. Il ne s'agit pas de stigmatiser la mondialisation mais de se raccrocher au bon sens, on ne peut dépenser éternellement plus que ce que l'on possede pas. Si tous ensemble on accepte les hausses d'impôts et si l'on pousse le gouvernement à réduire ses dépenses, nous ré-apprendrons à être autonomes, innovants, et à défendre notre identité française. Cela fera mal (encore plus) à chacun d'entre nous car cela correspond à un réajustement brutal de nos actifs, de notre richesse, de notre bien être.
Réponse de le 26/06/2013 à 6:54 :
Je ne pense pas que faire encore des hausses d impôts soit de bon goût... Mais des économies oui. En 1 an les dépenses pour l embauché de nouveaux fonctionnaires à pèse près de 3 milliards, ce qui en année pleine donnera 5 milliards. On embauche encore 60000 nouveaux enseignants. Et le dernier rapport de la cour des comptes démontré deux choses: environ 15 milliards de dépenses pour des organismes d état abusifs et qui n ont rien a faire et un service public de plus en plus défaillant. Voilà ou commencer mai encore fut il en avoir le courage.
Réponse de le 26/06/2013 à 8:39 :
D'accord en ce qui concerne les "officines" d'état et autres commissions plus ou moins utiles mais néanmoins couteuses. A considérer aussi certaines collectivités locales adeptes du clientélisme qui créent des postes bidons à la charge de la collectivité ...et ce n'est ni l'apanage de la gauche, ni celui de la droite !
Pour ce qui est de la fonction publique, la vraie, celle qui vous apporte un vrai service: éducation, sécurité, santé ..
je ne pense pas que ce soit là qu'il faille taper.
a écrit le 25/06/2013 à 23:32 :
Ainsi donc l'ump a voulu faire un pataquès au motif que le dérapage est du au cadeau qu'ils ont eux meme fait .
Ils viennent de se rendre compte que leur arguments de matraquage fiscal à faire pleurer depardieu ne marche pas qu'il n'ya rien dans les caisses de leurs fait : ridicule ont a besoin de travail pas de polémique Hollande devrait écouter ceux qui aiment leur pays Lemaire Bayrou les contructifs
Réponse de le 26/06/2013 à 0:36 :
Voilà enfin un commentaire objectif, intelligent et juste, çà change des commentaires sectaires et stériles, Bravo !
Réponse de le 26/06/2013 à 9:36 :
Si Bayrou n'a pas été élu en 2007, c'est que les français ne voulaient pas de la rigueur. Ils n'en veulent toujours pas et espèrent faire payer les riches/les autres. J'ai longtemps cru en Bayrou, plus maintenant. Les français ne sont pas constructifs, ils aiment polémique, il y a trop de caste, trop de privilège. Personne ne lâchera ses avantages et d'ailleurs ceux qui en ont le plus ne seront pas inquiétés.
Réponse de le 26/06/2013 à 13:28 :
@Jean et @Dindons : "Hollande devrait écouter ceux qui aiment leur pays Lemaire Bayrou" ... oui, mais écouter quoi ? Quelles propositions ? Les personnes que vous citez sont certes sympathiques, aiment leur pays à n'en point douter et ne semblent pas tremper dans les scandales. Malheureusement, ils ne proposent rien (ou, quand ça arrive, ils sont inaudibles). J'ai voté une fois Bayrou (1er tour 2007) sur des bases qu'il a explosé à l'entre deux tours. Je ne revoterai plus pour lui.
a écrit le 25/06/2013 à 23:24 :
je diffère tous mes investissements c' est la seule façon de maintenir encore son niveau de vie car cela maintien l' économie générale en déflation-stagnation .
Réponse de le 26/06/2013 à 0:39 :
Vous risquez d'être pénalisé par une reprise intrinsèque des prix à un moment donné vues les opérations de QE et baisse des monnaies etc. L'idéal est donc plutôt d'investir actuellement comme le font d'ailleurs les investisseurs avisés type Warren Buffet, les pays tels que Qatar, E-U et Chine, des fonds souverains etc.
Réponse de le 26/06/2013 à 14:02 :
Bien sur, immobilisme en France, mais pas ailleurs. Investissements en Euro et Dollar, la ou les entreprises sont rentables avec de bon taux de marges. Mais je n'investis plus en France, a quoi bon investir pour récupérer des prélèvements à tout va...
a écrit le 25/06/2013 à 22:45 :
Nous sommes des moutons continuons à brouter de l'herbe et manger du foin....
Nous sommes la plus grosse richesse pour eux
car nous sommes de plus en plus pauvres! sniffffffffffffffffff
a écrit le 25/06/2013 à 22:39 :
UMP ou PS, c'est le bal des gros nuls !
Réponse de le 26/06/2013 à 0:25 :
le Modem c'est mieux, Bayrou et Sarnez entre autres ne se sont pas trompés d'analyse et de diagnostic depuis début 2000, joli score. Mais comme toujours en situation de crise il y a des simplistes qui pensent que le Pen c'est mieux alors que toutes les villes gérées par ce parti ont été un fiasco (Martigues, Toulon, Orange etc) et que l'histoire a toujours montré que le repli était une erreur.
Réponse de le 26/06/2013 à 1:27 :
Ah, parce que le PS fait mieux ? Mdr
Réponse de le 26/06/2013 à 9:40 :
Et Bayrou, ministre de l'éducation, vous vous souvenez de la catastrophe, comme tous les UMPS ? Non bien sûr, comme les Français, qui n'ont aucune mémoire...!
Réponse de le 26/06/2013 à 14:07 :
Bayrou qui a indiqué doctement qu'il voterait Hollande au 2nd tour c'est dire si sa haine de Sarkozy l'emporte sur toute considération de réalisme économique.. merci mais non merci.
a écrit le 25/06/2013 à 22:35 :
Question idiote car depuis longtemps on sait qu'il ne faut pas croire ce que peut dire un politique ! Vivement l'extrême droite au pouvoir pour mettre un bon coup de pied dans la fourmilière.
Réponse de le 26/06/2013 à 0:33 :
l'extrême droite n'a jamais donné de bons résultats, sinon citez des pays ? En France ils ont géré des villes comme Martigues, Toulon, Orange etc et dans tous les cas les résultats ont été mauvais et il y a eu corruption. Pas étonnant vu le niveau interne. Ce n'est pas une question d'extrêmes mais de gens intègres et qualifiés et qui font la bonne analyse. Ce n'est pas le cas des le Pen qui cherchent uniquement le pouvoir. Il y a des gens plus intéressants comme Bayrou entre autres dont les idées sont justes et Hollande n'est pas si mal vue la situation.
Réponse de le 26/06/2013 à 1:21 :
Ce que je comprends de "Les autres" est qu'il faut un changement radical, le PS et l'UMP montrant depuis 30 ans leur incapacité à faire évoluer notre pays. Concernant Bayrou, c'est un vrai franchouillard qui sera incapable de réformer en profondeur. Pour le second cité, dont la seule ambition a toujours été le pouvoir et l'argent (sinon pourquoi faire une fausse déclaration d'ISF alors qu'il demande des efforts à tous les Français ?), un jour on parlera de ces fourberies.
Réponse de le 26/06/2013 à 1:26 :
Et vous, citez donc un pays où le socialisme a donné de bons résultats ? Le pays est actuellement géré par le PS et est en faillite !!!!!! Soit vous êtes du PS, soit vous êtes fonctionnaire, soit vous êtes du PS et fonctionnaire pour dire de telles âneries. Au fait, il est intègre notre cher président alors que sa déclaration d'ISF est fausse et qu'en plus il ne déclare pas sa compagne !
Réponse de le 26/06/2013 à 8:08 :
çà veut dire quoi "déclarer sa compagne" ??? .... les épouses/époux sont imposables maintenant ? :-)
Réponse de le 26/06/2013 à 9:38 :
@Kendal
Il ne déclare pas le patrimoine de sa compagne dans une déclaration commune, sinon ils seraient tous 2 imposables à l'ISF... Ne faites pas semblant de ne pas comprendre.
Réponse de le 26/06/2013 à 10:21 :
@Céline ...je n'avais effectivement pas saisi cette histoire de compagne ...comme il n'est pas marié que je sache, il me semble que c'est tout à fait conforme à la réglementation fiscale, non ? ...
a écrit le 25/06/2013 à 22:33 :
Certainement pas ceux qui croient encore qu'il "suffit" de maîtriser alors qu'il faut diminuer au plus vite et de forte manière tout en augmentant la productivité de l'état ( désolé pour le gros mot) . Ça en dit long sur la compréhension de la situation et des objectifs qui en découlent..
a écrit le 25/06/2013 à 22:29 :
Le socialiste Christian Eckert a donc dit : "nous ne voulons pas augmenter les impôts". Ils nous prennent vraiment pour des c..s ou bien ils font exactement l'inverse de ce qu'ils veulent ?
Réponse de le 26/06/2013 à 0:43 :
La crise ne vient majoritairement pas d'eux, ils font ce qu'ils peuvent et d'autres ne feraient pas mieux. Voyez tous les autres pays dans le monde. Bien souvent les particuliers sont aussi responsables au quotidien lorsqu'au moment des élections ils ont préféré les facilités immédiates et les bonimenteurs type FN actuellement à la réalité.
Réponse de le 26/06/2013 à 1:28 :
Maintenant le PS envahi La Tribune de peur de perdre les prochaines élections. Pitoyable.
Réponse de le 26/06/2013 à 1:30 :
Pourtant FH a toujours dit pendant les élections qu'il n'y avait pas de crise ! Il nous aurait donc menti ????????????
a écrit le 25/06/2013 à 22:28 :
A ce jour, personne ne peut prétendre de bonne foi savoir quel sera le déficit en fin d'exercice 2013. Le budget de l'état représente +/- 300 milliards de taxes et impôts dépendant de dizaines de facteurs variables sur lesquels l'état n'a aucune prise tels que la météo, le prix du pétrole brut, les parités monétaires etc etc . Idem pour les dépenses. Alors ergoter sur +/- 0.3% c'est de la sodomie de diptère en plein vol. Carrez brasse du vent, ca fait causer de lui.
a écrit le 25/06/2013 à 22:26 :
Quand les gens passent au chômage, non seulement ils ne cotisent plus, mais en plus ils baissent leur consommation, et donc les recettes de TVA. Mais essayer de faire comprendre ca à un socialo, c'est sûrement le sur-estimer, en considérant qu'il est capable d'avoir un raisonnement économique, fondé sur la création de richesse. Les gochos préfèreront redistribuer une richesse virtuelle, donc tout le monde s'appauvrira.
Réponse de le 26/06/2013 à 10:39 :
Très juste, les recettes de la TVA diminuent lorsque la consommation baisse... je crois que tout le monde en est bien conscient, socialiste ou pas... donc la priorité est effectivement le développement de l'emploi, et la restauration de la confiance, Je crois que tout le monde est d'accord sur ce point.
Après, développer l'emploi est plus simple à dire qu'à faire (vous pouvez bien sur créer des emplois publics, mais il faut trouver comment les financer sans accroitre les dépenses, donc en rognant dans les dépenses inutiles)... côté privé, c'est un peu plus compliqué, parce que cela passe pas la confiance qui n'est pas vraiment là (et je ne parle pas de confiance dans le gouvernement mais de confiance dans les perspectives de croissance mondiale) ... ramener de l'emploi en évitant les délocalisations par exemple ? ... il faut voir aussi ce qui les a générées: la course à plus de profit bien sur, pour les grandes entreprises elle-mêmes pressurisées par leurs actionnaires (en large majorité des fonds de pension d'ailleurs) d'un côté, mais également par la poussée des consommateurs sollicitant des prix toujours plus bas ... là-aussi il y a certainement des questions à se poser, chacun d'entre nous, lorsque nous faisons nos courses, achetons une voiture ....
a écrit le 25/06/2013 à 22:06 :
et on les trouve comment les 14 milliards?? Sous le sabot d'un cheval?
Réponse de le 25/06/2013 à 23:29 :
Comme toujours chez les socialistes: dans les poches des contribuables...
a écrit le 25/06/2013 à 21:36 :
je renonce à un projet industriel faute de vision d'avenir et de foi dans ce monde politique pourrit... droite et gauche, et hausse d?impôts et de taxes ! La vision à moins d'1 an est perdue .... (vision basse ... comme la mienne)!
a écrit le 25/06/2013 à 20:57 :
Certainement pas les socialos.
a écrit le 25/06/2013 à 20:55 :
Les socialistes ont augmenté massivement les impôts sur les classes moyennes et les retraités. Ils s'étonnent que les rentrées de TVA ne rentrent pas.Ne comprennent-ils pas que plus il y a d'impôts moins il y a de rentrées fiscales. Ils ne doivent pas apprendre cela à l'ENA.
Réponse de le 25/06/2013 à 21:40 :
je ne prends pas la défense de la gauche.... mais à droite c'est du pareil au même !
Réponse de le 26/06/2013 à 0:09 :
C'est bien vrai!
Sarko nous a quand même balancé une belle CSG à 15,5%, une exonération des plus-values immobilières à 30 ans, et pleins d'autres petites merveilles.
Réponse de le 26/06/2013 à 14:33 :
Quand on gère le blé des autres on est toujours plus cigale que fourmi... Au niveau de l'Etat, dans les Régions, les Départements, les Communes, mêmes dans les associations locales de promotion de l'art précolombien ou de pétanque, la gestion de l'argent commun est toujours légère... De l'extreme gauche à l'extreme droite, vous aurez beau vous écharper et vous insulter tant et plus, que vous ne changerez rien à la nature humaine...
L'électeur sait qu'on lui ment mais continuera de donner sa voix à celui qui lui en promet le plus... C'est l'essence même de la démocratie.
La preuve c'est Bayrou... Il avait le bon diago , il a promis qu'on allait pleurer... il a fait 5%. Personne ne vote pour un mec qui fait le tronche et vous promet d'en ch.er...
Les autres racontent n'importe quoi, ca plait, il sont élus ou réélus... et font....n'importe quoi. Les moutons déçus du socialisme font échos aux moutons décus du Sarkozysme et sont surtout coupables de perpétuer une habitude, un système, Ils vont à l'abattoir en bêlant mais ils y vont... Mais alors, qu'est-ce qu'ils bêlent, c'est assourdissant !!!!
a écrit le 25/06/2013 à 20:47 :
Et encore, ils n'ont rien vu.... Notamment au niveau de l'impôt sur le revenu, n'oublions pas qu'en 2013, nous payons l'impôt sur nos revenus de 2012. Qui ont augmenté (c'est bon pour les recettes), c'est le choc fiscal, et qui vont faire très mal à la consommation en fin d'année (pas bon pour les recettes!). Difficile de prévoir le solde net. Mais pour 2014, sachant la baisse des revenus de 2013, ça va faire très mal! Je peux dire que par exemple, les gérants majoritaires de Sàrl qui se versaient un dividende tous les ans l'ont fortement réduit voire supprimé en 2013, cause cotisations sociales RSI ... Personnellement, mon seuil du tolérable au niveau des impôts à été atteint; conséquence, j'ai réorganisé mes prêts, réduit les dépenses, et on fine mon salaire. Donc chute d'impôt de 30% l'année prochaine. Plus d'impôt = moins d'impôts. CQFD
a écrit le 25/06/2013 à 20:20 :
Ces gens ne servent à rien. Ils baratinent: le niveau du déficit, la croissance, l'emploi, la probité,choc de moralisation. Ce sont des nihilistes qui ont bien compris que nous sommes accrochés à un cailloux en chute libre dans l'espace et que la seule chose qui compte c'est sa gueule et tant pis pour les autres. Il n'y a pas de marge de maneuvrepour la politique économique ! Tous les seuils, les mécanismes sont constitutionnalisés dans les traités européens et la BCE. Nous avons en France, avec notre représentation nationale, le système de pilotage automatique le plus cher et le plus dysfonctionnel au monde.
Réponse de le 25/06/2013 à 20:32 :
"Ce sont des nihilistes"... qui ne croient que dans les paradis "fiscaux" !
Réponse de le 25/06/2013 à 20:56 :
ce n'est pas sorcier pour voir que les rentrées fiscales sont moindres il n'y a pas de croissance on a 40 000 chomeurs de plus par mois et ils vont nous faire croire que les deficits ne vont pas augmenter ce sont des incapables et des mecreans ......................des bons a rien
a écrit le 25/06/2013 à 20:18 :
d'années en années le "le pouvoir".... qu'il soit de droite ou de gauche ... celui ci nous ment ! à quoi bon voter ! (reconnaissance du vote blanc) tendre des élus dire "j'ai gagné avec moins de 50% de participants à une élection... est une honte démocratique)
Réponse de le 25/06/2013 à 21:31 :
Absolument les Français ne veulent plus voter tellement ecoeurés !!!!!
Réponse de le 26/06/2013 à 9:04 :
Très bien ... abstenez-vous donc de voter, et aussi de raler donc, ou presentez-vous !
Réponse de le 26/06/2013 à 14:48 :
vous ai pas attendu pou le faire :))
a écrit le 25/06/2013 à 19:56 :
l'avenir de notre pays est alarmant mais cela ne me surprend pas car ce gouvernement est dépassé par les événements.. Ils ont compris qu'il y avait une crise mais ils ne font rien pour redresser la situation ou prennent de mauvaises décisions comme au sujet des fonctionnaires... La facilité pour eux, ce sera d'augmenter les impôts mais cela fera baisser le pouvoir d'achat donc on est dans la m...e...
Réponse de le 25/06/2013 à 21:33 :
vraiment incompétents
a écrit le 25/06/2013 à 19:40 :
tout !!!!!!!!! sauf les politiques !!!!!!!!!!!
a écrit le 25/06/2013 à 19:39 :
Qui faut 'il croire ...? certainement pas le dernier gouvernement entièrement aux mains des socialistes en Europe....!
a écrit le 25/06/2013 à 19:31 :
a mon humble avis, il faut croire ceux qui pensent qu'ils vont inverser la courbe du chomage avant la fin de l'annee grace a 10% de croissance, et plein de chefs d'entreprises desireux de faire plein d'export pour que la valeur de leur entreprise s'envole afin qu'ils puissent payer 75% a la sortie... mais ca reste un avis personnel... et c'est celui des ' experts du gouvernement'...
a écrit le 25/06/2013 à 19:18 :
Ils nous mentent comme ils respirent et il y aurait encore des gogos pour les croire. On va voir le résultat des élections de mai-juin 2014 !
Réponse de le 25/06/2013 à 19:47 :
+10000000000000 ! j'ai déjà brûlé ma carte d'électeur !!!!!!!!!!!
Réponse de le 25/06/2013 à 21:36 :
si vous avez un passeport ou une carde d'identité et etes inscrit sur le livre d'emargement si vous changer d'avis vous pourrez quand meme voter .
a écrit le 25/06/2013 à 19:11 :
Bof! Il suffira d'augmenter les impôts ...
Réponse de le 25/06/2013 à 21:38 :
les taxes nous les retraités ns n'en voulons plusssssssssssssss
a écrit le 25/06/2013 à 19:03 :
Une nuance de taille "En 2014, les crédits de l'Etat baisseraient de 1,5 milliard d'euros (hors charge de la dette et pensions).". C'est à dire que le montant des retraites des fonctionnaires n'est pas budgété ?On prend les français pour des benêts ou quoi ? Ce montant dépasse largement 100 milliards d'euros (100 mille millions d'eurrs), et il n'est pas connu à l'avance ? Mais il est vrai que nos amis fonctionnaires sont une des priorités absolues du gouvernement actuel... Et que leur retraite de nabab est sacrée, bien plus que tout en France !
Réponse de le 25/06/2013 à 20:01 :
Vous n'en avez pas marre, du "fonctionnaire bashing" ! ... n'étant pas moi-même fonctionnaire, je crois pouvoir m'exprimer sur le sujet sans être taxé de défendre mon pré carré.
Soit, ils ont une certaine sécurité de l'emploi par rapport au privé, c'est incontestable.
Soit, leur pension moyenne à la retraite est plus élevée que celle du privé ... encore faut-il considérer l'évantail des emplois publics par rapport à celui des emplois privés, avec une qualification moyenne plus élevée aussi.
Mais il faut aussi regarder leur revenu pendant la période d'activité, à qualification égale, et là je peux en juger, ayant plusieurs amis fonctionnaires ayant le même niveau d'étude que moi, et des responsabilités professionnelles égales ou supérieures aux miennes ... la comparaison des salaires est sans équivoque, inférieure de l'ordre de -25% pour le public, et encore comprend-elle une part significative de primes n'entrant pas dans le calcul de la pension.
Alors, oui, j'en ai assez d'entendre taper sur les fonctionnaires, qui pour une grande partie d'entre eux font un boulot dont nous bénéficions tous ... pour moi, cet acharnement alimenté par quelques tribuns populistes ressort plus de la jalousie que de la réflexion ... si vous trouvez leur situation si enviable, qu'est-ce qui vous empêche de postuler.
Réponse de le 25/06/2013 à 21:15 :
+1 kendal
Réponse de le 25/06/2013 à 21:17 :
-1 000 000 000 000
Réponse de le 25/06/2013 à 21:18 :
@ kendal, blablablablablablabla, Selon le dernier rapport sur la fonction publique, le salaire net moyen d'un fonctionnaire de l'Etat était de 2 459 euros par mois fin 2010 contre 2 082 euros pour un salarié du privé. http://www.bfmtv.com/economie/salaires-match-public-prive-365054.html Les fonctionnaires ont un meilleur traitement, retraite, garantie de l'emploi et le pire sont plus souvent en arrêt maladie, bref on va pas les plaindre mais vivement que cela change. Tout le monde doit faire un effort et eux en premier.
Réponse de le 25/06/2013 à 21:43 :
il faut savoir que pour gonfler artificiellement le salaire moyen du privé, on y inclut la SNCF, la RATP, l'EDFetc.. Par exemple en 2009 ou 2010 (je ne me souviens plus bien) , le salaire moyen à l'EDF était de 3920 euros par mois (auquel il faudrait ajouter l'electricité quasi gratuite : 0,3 centime le kilowat). En conclusion le salaire moyen du vrai privé est inférrieur aux 2082 euros annoncés. En contre parie, les fonctionnaires cotisent nettement moins (un peu plus de 8% contre un peu plus de 10%) mais uniquement sur le salaire et non les primes, et ils partent en retraite en moyenne 3 ans avant le privé.
Réponse de le 25/06/2013 à 21:44 :
@ Arthur ... j'ai mentionné la qualification moyenne supérieure qui explique parfaitement cette différence. A qualification égale, le salaire perçu dans le privé est supérieur.
Quant à l'arrêt maladie eh bien les chiffres ne sont pas tout à fait récents mais montrent une certaine égalité: 13 jours pour le public contre 10 jours pour le privé ... mais on ne compte pas pour ces derniers les 3 jours de carence, ce qui ramène la balance à l'équilibre.
..
Réponse de le 25/06/2013 à 22:06 :
@ arthur méfiez vous des moyennes. 2459 euros c'est pour la fonction publique de l'état dont la moitié des effectifs est de catégorie A, c'est à dire des cadres, ingénieurs et cadre supérieurs . La proportion des cadres dans la population générale française est n'est que de 18%.
Réponse de le 26/06/2013 à 8:25 :
Qu'est que a faire la qualification la dedans? Dans la fonction publique on embauche de docteurs en catégorie C!!! Donc il faut le payer en conséquence. E puis, si les fonctionnaires sont si maltraités en terme de revenu, ils n'ont qu'a chercher un boulot correspondant a leurs hautes qualifications dans le secteur prive.....et profiter de ses avantages.
Réponse de le 26/06/2013 à 8:53 :
La classification a beaucoup à voir .... il est important de comparer ce qui est comparable et le fait que le niveau moyen des fonctionnaires en termes de classification soit plus élevé que celui du privé explique pourquoi le salaire moyen du public est plus élevé.
Et il ne s'agit pas de "plaindre" les fonctionnaires qui ont choisi leur métier en connaissance de cause, parce qu'ils ont pu privilégier par exemple la sécurité de l'emploi à un revenu plus élevé (à niveauet compétences égales)... Il s'agit d'exprimer la lassitude d'entendre toujours le même discours :"c'est la faute aux autres, il n'y a qu'à faire payer les autres..."
Réponse de le 26/06/2013 à 9:48 :
Il y a trop de fonctionnaire dans ce pays, notamment de niveau A qui pour s'occuper complexifie les démarches sans aucune valeur ajoutée pour personne. Ce n'est pas du bashing de simplement le dire.
Réponse de le 26/06/2013 à 10:52 :
"retraite de nabab" est pour moi à classer dans la catégorie "bashing", révélatrice d'une insatisfaction jalouse. Mais c'est en même temps un caractère bien français que de désirer tirer tout le monde vers le bas.
Un ami américain me donnait son impression sur la différence de vision entre eux et nous, à propos des classes dans les transports:
"Vous autres français souhaitez que ceux qui voyagent en première redescendent en seconde .... nous américains souhaitons plutôt que chacun puisse accéder à la première classe, quitte à en créer une autre au dessus"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :