Léger frémissement sur le recrutement des cadres

 |   |  1094  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon l'enquête trimestrielle sur les intentions de recrutements des cadres, réalisée par l'Association pour l'emploi des cadres (Apec), un léger frémissement interviendrait au trosième trimestre. 49% des entreprises interrogées songeraient à recruter au moins un cadre au cours de ces trois mois, soit un niveau, certes faible, mais supérieur de trois points à ce qu'il était au même moment en 2012. Selon les secteurs, la situation du marché de l'emploi des cadres s'avère très contrastée.

Léger, très léger frémissement sur l'emploi des cadres au troisième trimestre, si l'on en croit la dernière enquête trimestrielle réalisée par l'Association pour l'emploi des cadres (Apec) auprès d'un échantillon de 750 entreprises de plus de 100 salariés. Après la publication par l'Insee de son indicateur montrant que le moral des chefs d'entreprise se redresse, il s'agit peut-être là d'un indice supplémentaire en faveur d'une reprise, ou du moins d'une embellie... Et ce d'autant plus qu'après être entrée en récession au premier semestre, la France pourrait en sortir au second semestre avec, selon l'Insee, une légère progression du PIB de 0,1%. Par ailleurs, la contraction des investissements des entreprises a été nette au premier trimestre 2013 (-0,8 %), et l'Insee ne prévoit pas d'amélioration au second semestre, ce qui porterait la baisse des dépenses d'investissement des entreprises à -2,4 % pour l'année.

>> Lire aussi: Nicolas Bouzou: "La France est enfin sortie de la récession"

Dans ces conditions, le ralentissement du rythme des destructions d'emploi dans le secteur marchand ferait presque figure de bonne nouvelle, 8 300 postes au premier trimestre 2013, contre 41 200 au quatrième trimestre 2012. Cependant, le marché de l'emploi au global resterait en berne jusqu'à la fin 2013 avec, d'une part une augmentation des destructions d'emplois marchands (150 000 en cumul sur l'année, selon la prévision de l'OFCE), et d'autre part, une augmentation du taux de chômage (selon l'Insee, il devrait être légèrement supérieur à 11 % fin 2013). S'agissant des cadres, à fin avril 2013, 278 900 cadres étaient inscrits à Pôle Emploi, soit une progression de +9,7% par rapport à 2012, croissance légèrement inférieure à celle de l'ensemble des catégories (+10,9%).

Des difficultés économiques fortement ressenties dans les entreprises

Ce contexte macro-économique difficile est bien sûr fortement ressenti par les entreprises interrogées par l'Apec en juin 2013. Celles-ci sont de plus en plus nombreuses à déclarer que leur situation économique s'est dégradée au cours des douze derniers mois. Et l'écart se creuse avec celles jugeant que leur situation économique s'est améliorée durant la même période : 14 % des entreprises interrogées déclarent que leur situation s'est améliorée contre 26 % la jugeant dégradée. Il y a un an, ces taux étaient respectivement de 19 % et 22 %. Cela fait maintenant un an que la proportion d'entreprises évoluant dans une situation économique dégradée est supérieure à celles dont la situation s'est améliorée.

Des entreprises toujours moins nombreuses à recruter des cadres

Bien entendu, la dégradation de la situation économique des entreprises a des conséquences directes sur les recrutements de cadres. Les entreprises de plus de 100 salariés interrogées pour le baromètre trimestriel de l'Apec sont en effet moins nombreuses à déclarer avoir recruté au moins un cadre au cours du trimestre écoulé. Ainsi, elles sont 53 % à être passé à l'acte au deuxième trimestre 2013 contre 55 % il y a un an. La dégradation n'est certes pas spectaculaire, et on est loin des valeurs atteintes en 2009, où la proportion d'entreprises recruteuses de cadres était inférieure à 50 %.

>> Lire aussi: Pourquoi la hausse des embauches de cadres ne durera pas

L'industrie recrute peu de cadres à la différence du médico-social

Selon les secteurs, la situation est très contrastée : sans surprise, la chute est particulièrement importante dans l'industrie, dont la proportion d'entreprises ayant recruté un cadre au cours du deuxième trimestre est passée de 62 % en 2012 à 52 % en 2013, soit un recul de 10 points. A l'opposé, la part des entreprises du secteur médico-social ayant recruté au moins un cadre a augmenté de 14 points, passant de 45 % à 59 %. Les autres secteurs connaissent des évolutions plus mesurées, comprises dans une fourchette de -3 points à +2 points. Si le recul de la part des entreprises ayant déclaré avoir recruté au moins un cadre est limité, il est toutefois renforcé par la forte augmentation parmi elles de celles déclarant que leurs recrutements de cadres sont moins nombreux qu'il y a un an. En effet, elles sont 39 % à déclarer leur volume d'embauches en recul au deuxième trimestre 2013, contre 27 % au deuxième trimestre 2012. En contrepartie, elles ne sont plus qu'un quart de celles ayant recruté à déclarer que leurs embauches de cadres sont plus nombreuses, contre 39 % il y a un an. Même dans les secteurs qui continuent à se situer à un haut niveau de réalisation de recrutements, comme les activités informatiques et l'ingénierie-R&D, la moitié des entreprises déclarent un volume de recrutements en baisse, respectivement 52 % et 49 %.

Par ailleurs, et c'est un élément très important, les recrutements par les entreprises restent motivés par des remplacements (turnover, départs à la retraite) plutôt que par la création d'activité : respectivement 53% contre 25%. Dans ce contexte, le volume d'offres d'emplois de cadres confiées à l'Apec au deuxième trimestre 2013 est resté stable par rapport au deuxième trimestre 2012. Ainsi, ce sont 161 000 offres qui ont été diffusées par l'Apec au deuxième trimestre 2013.

Un troisième trimestre légèrement plus favorable

S'agissant des perspectives du  troisième trimestre 2013, les entreprises interrogées sont plus nombreuses à envisager de recruter au moins un cadre qu'il y a un an, même si le niveau reste assez bas. Elles sont 49 % à y songer, soit une croissance de 3 points par rapport à 2012. Toutefois, parmi celles déclarant qu'elles vont recruter, seul un peu plus d'un quart déclarent en être certaines.

En revanche, plus de la moitié de celles ayant déclaré qu'elles n'envisageaient pas de recruter au moins un cadre au troisième trimestre 2013 déclarent là aussi en être certaines. Il est important de rappeler que le baromètre trimestriel de l'Apec mesure des intentions d'embauche d'au moins un cadre et non une volumétrie d'embauches de cadres. Deux secteurs présentent les intentions de recrutements les plus élevées, avec toutefois des nuances : 91% pour les entreprises des activités informatiques, en augmentation de 2 points par rapport à il y a un an, et 74% pour celles de l'ingénierie-R&D, en retrait de 11 points par rapport à 2012. Dans l'industrie, seulement 44% des entreprises songent recruter au troisième trimestre, exactement la même proportion que dans le secteur de la construction. Dans le commerce et les transports, c'est encore plus faible avec 40% des sociétés qui envisagent d'embaucher au moins un cadre. Enfin, dans la banque et assurance, 68% des établissements pourraient franchir le pas d'un recrutement, soit un point de moins que l'année dernière à la même époque.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2013 à 12:29 :
Les frémissements en matière de véritables réformes sont aussi très légers avec le socialisme conservateur à la sauce hollande !!!
a écrit le 24/07/2013 à 11:52 :
Les sondages, c'est bien...

L'expérience du terrain, c'est mieux...

4ème départ à la retraite dans ma boite non remplacé (Travaux publics, secteur qui ne connait que peu la crise).

Concernant l'APEC, ils ne sont même pas capables de voir que leurs stats sont bidonnés par un bon nombre de fausses offres d'emplois des agence de recrutement qui ne cherchent qu'à remplir leurs bases de données...
a écrit le 24/07/2013 à 11:39 :
l'APEC qui sont à la solde du pouvoir crypto-socialiste de Hollande !
a écrit le 24/07/2013 à 9:38 :
Allez, on s'avance, lentement mais on s'avance!!!
Réponse de le 24/07/2013 à 11:03 :
Si l'apec avait eu une utilité la France n'aurait pas sombré dans la désindustrialisation massive ... l'apec n'est qu'une agence de plus et de trop dans le magma des agences machins trucs bidules inutiles qui ont proliféré depuis 20 ans ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :