La Tribune

L'économie sociale et solidaire, un remède à la crise du capitalisme ?

La Mairie de Paris organise en partenariat avec La Tribune, les Trophées de l’économie sociale et solidaire. A cette occasion, elle propose un débat suivi de la remise des prix aux 11 lauréats 2013./ DR
La Mairie de Paris organise en partenariat avec La Tribune, les Trophées de l’économie sociale et solidaire. A cette occasion, elle propose un débat suivi de la remise des prix aux 11 lauréats 2013./ DR
Isabelle Lefort  |   -  1136  mots
La 5e édition des Trophées de l’économie sociale et solidaire de la Mairie de Paris, en partenariat avec La Tribune, se tient ce 29 novembre au palais Brongniart. Les onze lauréats illustrent le dynamisme d’un pan de l’économie qui intéresse de plus en plus les géants du CAC 40.

Si l'on veut que l'économie sociale prenne de l'ampleur, il faut cesser de faire des distinctions avec l'économie classique.» Arnaud Mourot, codirecteur du réseau des entrepreneurs sociaux, Ashoka Europe, en est convaincu.

«Avoir un ministre de tutelle en charge de l'économie sociale et solidaire, c'est très bien, et le projet de loi de Benoît Hamon sur ce sujet est une bonne chose. Mais j'espère que, dans quelque temps, on n'aura plus besoin de ce texte de protection de l'entrepreneuriat social.»

L'enjeu est d'importance. En Europe, l'emploi rémunéré dans l'économie sociale et solidaire (ESS) a progressé de plus de 20% entre 2003 et 2013, représentant désormais plus de 14,5 millions de salariés. Sur la même période, en France, les entreprises de solidarité et autres entrepreneurs sociaux ont créé environ 440.000 nouveaux emplois.

Et d'ici à 2020, selon les prévisions, la barre des 600.000 emplois devrait être dépassée. Paris est l'un des territoires les plus engagés dans ce mouvement. Désormais, 9% des salariés y travaillent pour l'ESS. Au travers du commerce équitable, des sociétés de réinsertion, des ateliers artistiques, des structures qui créent du lien social, 10.540 entreprises génèrent près de 5 milliards d'euros de rémunérations brutes. Les femmes occupent 64% des emplois, contre 51% dans l'économie globale de la ville. L'ESS parisienne réalise plus de 45% des rémunérations brutes du secteur dans la région.

Paris croit en l'ESS

Considérée par certains comme une économie de la réparation, l'ESS a fleuri sur fond de crise.

« À Paris, depuis six ans et la seconde mandature de Bertrand Delanoë, on a changé d'échelle», explique Pauline Véron, adjointe au maire chargée de l'ESS, également candidate dans le 9e arrondissement.

« La Ville a investi 7 millions d'euros, sous la forme de contrats aidés pour des projets d'insertion et des subventions. Notre action a pris de l'ampleur. Nous finançons des intermédiaires comme l'ADIE, à hauteur de 1,8 M, par le biais d'allocations, via un dispositif dédié aux jeunes, Paris Initiative Entreprise (1,8 M en six ans), qui délivre des prêts à des entrepreneurs, et la Boutique de gestion de Paris (2,2 M) dans l'accompagnement de créateurs d'entreprise (pour la gestion comptable et fiscale).»

À côté des sociétés coopératives et des mutuelles, la Ville vient également en appui de 34 entreprises d'insertion (comme la boulangerie «Farinez'vous») et de onze régies de quartier qui, depuis les années 1970, créent du lien social là où elles sont implantées (notamment à Paris centre, mais aussi dans les quartiers Saint-Blaise ou des Amandiers, dans le 20e), en employant 330 personnes démunies, habitant dans le voisinage, à qui l'on confie, moyennant salaire, des travaux comme l'entretien d'espaces verts, du bricolage ou des réparations.Mais, au-delà de ces initiatives qui s'inscrivent dans le champ «classique» de la solidarité et de la co opération, un nouvel entrepreneuriat social a émergé il y a cinq ou six ans.

De plus en plus de jeunes diplômés, sortis des grandes écoles, ont commencé à exprimer le souhait de faire du business autrement. L'Essec a été la première à instaurer la chaire d'entrepreneuriat social en France. En 2008, HEC a suivi, sous l'égide du Prix Nobel de la paix 2006, Muham-mad Yunus, avec le soutien de Danone. Depuis, la vogue atteint l'ensemble des établissements de l'enseignement supérieur. De l'avis de l'économiste Philippe Askenazy, cet engouement est un aveu d'échec.

Dans l'étude « L'ESS, terra incognita des économistes? », réalisée par la Revue internationale de l'économie sociale (Recma n°328, avril 2013), il argumente ainsi aux côtés de 23 autres économistes: «Nous sommes confrontés aujourd'hui à une crise morale du capitalisme. Cette question n'a absolument pas été traitée par les gouvernements. Cela ouvre une place pour qui peut porter une alternative à la logique du marché classique, pour qui porte un message de solidarité, de moindre voracité, au sein de l'entreprise, d'une part, mais aussi au-delà, vis-à-vis de l'usager, du client.» Michel Henochsberg conforte son propos.

«L'ESS "rend service" au système […], mais en même temps elle est porteuse d'une exemplarité dangereuse pour le capitalisme, en montrant clairement que l'on peut développer la coopération au travail et poursuivre des objectifs sociaux et solidaires, tout en respectant l'équilibre financier.»

L'ESS deviendrait-elle inquiétante? Non, pas vraiment. Dès lors qu'on ne l'ignore pas. Elle oblige les groupes à intégrer ses principes dans leur modèle. Comment faire? Les représentants du CAC 40 multiplient les rencontres avec les acteurs de l'ESS. Il y a encore cinq ans, les uns et les autres se toisaient, n'ayant que mépris pour leurs activités respectives.

Aujourd'hui, ils recherchent les conditions d'un dialogue. Que ce soit dans des manifestations comme le LH Forum, à l'initiative de Jacques Attali et de PlaNet Finance au Havre (4000 participants), ou au Parlement des entrepreneurs d'avenir qui s'est tenu le 5 novembre, au Conseil économique et social, des figures comme Martin Bouygues (l'un des plus jeunes patrons du CAC40) et Gérard Mestrallet , président du groupe GDF Suez, se pressent pour échanger et comprendre les pratiques de ceux qu'on appelait, il y a encore quelques mois, des néo-romantiques.

Relever les défis sociétaux

Preuve concrète d'un intérêt sincère? Au palais Brongniart, le Centre de co-création social & de business européen, initié par Ashoka en début d'année, propose un lieu neutre aux différents acteurs de l'économie, pour concevoir ensemble des projets capables de relever les enjeux sociétaux.

Comme le souligne Arnaud Mourot, « L'objectif est de transformer les industries en profondeur. Les alliances entre les industriels, les pouvoirs publics et les entrepreneurs sociaux sont bénéfiques pour tous. D'un côté, les groupes privés y trouvent un nouveau relais de croissance, un laboratoire d'innovation et une source de motivation pour les collaborateurs, en quête de sens, tout en donnant vie à des idées qui sont autant d'opportunités de développement. De l'autre, les entrepreneurs sociaux démultiplient leur impact et accèdent à de nouvelles compétences qui les aident à créer de nouveaux revenus, tandis que les pouvoirs publics soutiennent des projets efficients pour mieux servir les usagers.»

Tout le monde en sortirait donc gagnant? Probable. Selon l'étude réalisée par Mc Kinsey, en généralisant, au niveau national, le modèle de dix entreprises sociales innovantes du réseau Ashoka, l'économie potentielle pour les collectivités s'élèverait à 5 milliards d'euros par an, soit 50 milliards d'euros en dix ans. Comment passer à côté d'une telle manne? Personne ne peut s'offrir le luxe de détourner le regard. L'ESS n'a pas fini de faire parler d'elle.

X

Réagir

Commentaires

Realityshow  a écrit le 30/11/2013 à 10:46 :

Pourquoi le capitalisme veut encourager l'économie sociale et solidaire ? Pour maintenir une stabilité sociale sans remettre en cause la redistribution inéquitable des richesses produites, vraie cause des problèmes de notre société. De cette manière, on ne remet pas en cause le système. C'est le système anglo-saxon qui consiste a acheter la paix sociale, via des fondations caritatives par exemple.

floppy  a répondu le 30/11/2013 à 14:40:

et oui: socialisons les pertes pour éviter le pire. Laissons le socialisme calmer les esprits, restons à l'affut du renouveau et réintroduisons le capitalisme des que possible. Chouette: les trouvailles médiatiques et le lavage de cerveau est bien orchestré. l appat du gain et le veau d or ont survécu des millénairtes d histoire: il survivra bien encore quelques millénaires.

yvan  a répondu le 30/11/2013 à 21:17:

En effet, floppy. Vous faites parti des petits qui pensent que VOUS avez la chance de privatiser les gains parce que VOUS êtes "meilleur" que les autres. Bougez pas, ça se termine toujours mal. Heureusement, notes.

Prout  a écrit le 30/11/2013 à 4:21 :

Une nouvelle niche fiscale pour le label du gentil entrepreneur de l'ESS, on aura tout vu!

farfouille  a écrit le 29/11/2013 à 18:04 :

des niches qui ressemble a des spa

rockit  a écrit le 29/11/2013 à 14:03 :

la crise n'est pas due au capitalisme mais au socialisme.Le communisme a démontré son incapacité les pays socialistes suivent le même chemin et ceux qui veulent profiter du travail des autres, sans scrupule,vous donnent des leçons de morale et de démocratie relayés en cela par des experts auto-proclamés

claude34  a répondu le 29/11/2013 à 16:21:

Tout à fait, la crise en Europe c'est les dettes causées par des dépenses sociales sans limite. Ou comment retourner la situation à son avantage, vraiment très fort.

claude34  a répondu le 29/11/2013 à 16:21:

Tout à fait, la crise en Europe c'est les dettes causées par des dépenses sociales sans limite. Ou comment retourner la situation à son avantage, vraiment très fort.

Alai1498  a répondu le 29/11/2013 à 17:56:

Bien d'accord avec rockit. Partout ou le socialisme sévit, le peuple est asservi, l'économie atone et le pouvoir d'achat faible. Seuls les pays ayant un capitalisme assumé et une protection sociale adaptée s'en sortent bien.

hermes  a écrit le 29/11/2013 à 13:36 :

Franchement, j'ai longtemps travaillé avec des entreprises du secteur social et solidaire et j'ai rarement vu une telle concentration de personnes sans scrupules et sans morale qui se gavent d'argent public en faisant du business sur le malheur des autres... et radins en plus quand il s'agit de payer ! C'est comme en politique, c'est souvent ceux qui parle le plus de démocratie et de respect qui sont le plus autoritaire et qui n'hésitent pas à écraser les autres dès qu'ils en ont l'occasion. Personnellement, j'évite tant que possible de bosser avec ce type d'entreprises et je vous conseille d'en faire autant.

yvan  a répondu le 29/11/2013 à 14:50:

Pas mieux. Hhmm.. peut-être une chose : cela fait penser à la "bonté" de la religion des temps heureusement anciens... Ca avait un succès d'enfer... :-)

carpatrick  a écrit le 29/11/2013 à 13:19 :

Michel, à côté de la plaque... On ne parle pas ici de la solidarité nationale effectivement financée par nos impôts, mais d'entreprises dont l'objectif est non plus de satisfaire des actionnaires cupides, mais de satisfaire ses clients et ses salariés... Cela reste du capitalisme, non plus financier, mais humaniste, qui au lieu de profiter à une minorité qui s'enrichie de façon inadmissible, profite à tous les acteurs concernés (clients, salariés, collectivité locale... quasiment tout le monde).

Alai1498  a répondu le 29/11/2013 à 17:49:

Votre analyse est franchement désopilante. L'ESS ne vit que grâce à la défiscalisation. C'est le cas des coopératives agricoles exonérées de TP pendant très longtemps. C'est le cas d'associations comme Ashoka que je connais car on m'a sollicité avec insistance pour que je "participe" sur trois ans, avec à la clé une défiscalisation de 66% des montant versés qui vont ensuite déduction faite des frais (plutôt élevés) "aider" des ESS. Donc toujours pareil avec les socialistes: faire payer les autres, en l’occurrence les contribuables qui payeront plus d'impôts pour compenser ces défiscalisations que l'on pourrait du reste appeler "une grosse niche fiscale".

Surya  a répondu le 29/11/2013 à 23:28:

Eh bien, cher Alai1498, il faut vous mettre au goût du jour !!! l'ESS ce ne sont pas seulement des coops et des assos... ce sont aussi des SA, SARL, SAS, etc. et il n'y a aucune défiscalisation avec ces statuts. Et aussi, rien à voir avec les Socialistes ou autres partis ! l'ESS n'est pas politique, c'est une forme de l'économie. Votre approche a un côté très réducteur qui doit correspondre à votre filtre de pensée un peu restreint... avant de causer, on se renseigne mieux !

@surya  a répondu le 30/11/2013 à 16:17:

Bien sur que non, les Sarl, sas ... ne font pas partie des entreprises de l ess puisqu'elles on forcément des actionnaires! Vous racontez n'importe quoi !

grotesque  a écrit le 29/11/2013 à 13:09 :

Tellement grotesque qu'on a du mal à imaginer qu'on lit un journal économique...
Donc quand les politiques permettent par leur incompétence et leur avidité la spoliation des citoyens, il convient de les aider à partager entre eux les miettes qui restent pour que surtout ne soit pas remis en question le système qui a failli.
Et non, il ne s'agit pas de la faillite du capitalisme, mais du social clientélisme et de son avatar logique, du capitalo-socialisme de connivence.

iliad  a répondu le 29/11/2013 à 13:44:

Totalement d'accord avec vous grotesque. C'est affligeant de lire de pareilles sottises dans un magazine économique. Beaucoup de ces entreprises vivent principalement de subventions. Il faut par ailleurs arrêter comme le fait carpatrick de limiter l'économie, la vraie, au capitalisme agressif et aux actionnaires cupides. L'humanisme peut parfaitement s'appliquer dans une SARL, cela ne tient qu'à la volonté du dirigeant... Et puis excusez moi, en matière d'humanisme, je connais pas mal de chefs d'entreprise de l'ESS qui n'ont vraiment rien d'humanistes, loin de là.

Michel  a écrit le 29/11/2013 à 12:30 :

La solidarité... avec vos impôts naturellement. Tout le monde y gagne? Mon oeil. Pour preuve la solidarité européenne dont les français ne veulent plus subir sans compter les emplois bidons sans aucun avenir que le gouvernement socialiste use et abuse à l'échéance des élections municipales.

XIBAR  a répondu le 29/11/2013 à 14:50:

OUI les entreprises de l'ESS bénéficient de subventions mais les entreprises classiques dites capitalistes bénéficient autant voir plus. Et ce sont portant elles qui mettent des milliers de personnes à la rue pendant que les actionnaires se gavent et mènent la vie tranquille. les arrivistes, les personnes sans scrupules sont partout, l'ESS ne pourrait être épargnée.

Surya  a répondu le 29/11/2013 à 23:35:

Assez d'accord avec XIBAR, avec cependant une nuance : aujourd'hui, l'ESS concerne également des SA, SARL, SAS, etc. Et ces statuts ne bénéficient pas de subventions. Il y a souvent des actionnaires, mais le statut d'entreprise sociale implique que les actionnaires ne se servent pas au détriment des salariés et collaborateurs. En majorité, dans les entreprises sociales, on trouve des personnes saines qui souhaitent redonner à l'homme sa place au centre de l'économie... Et d'ailleurs, c'est parmi les plus médisants détracteurs de l'ESS qu'on trouve les individus les plus arrivistes, avides de pouvoir et d'argent. Je côtoie des entreprises affiliées à l'ESS régulièrement, elles sont formidables !