La Tribune

Tendances 2014 : la fin de la propriété ?

Bolloré espère lancer un Autolib’ à Londres./ DR
Bolloré espère lancer un Autolib’ à Londres./ DR
Odile Esposito  |   -  538  mots
La Tribune vous propose sa sélection des 14 tendances destinées à nous aider à innover encore plus en 2014. Aujourd'hui, partager plus pour consommer plus, ou mieux ? Société du « share », de l'automobile à la maison partagée : la propriété change de nature, se dématérialise, ou se déstructure dans le temps.

Près de 10.000 locations par jour pour Autolib', le service de mise à disposition de véhicules électriques créé voilà tout juste deux ans ; 500.000 petites annonces quotidiennes et 17,5 millions de visiteurs uniques par mois (soit un Français sur quatre !) sur le site leboncoin.fr, qui, après sept ans d'existence, dépasse les 100 millions d'euros de chiffre d'affaires et les 200 salariés... s'il ne fallait que deux exemples pour montrer à quel point la consommation vit aujourd'hui une profonde mutation, ces deux-là suffiraient.

Autrefois très attaché à sa voiture, considérée comme un élément de statut, le consommateur privilégie de plus en plus, pour se déplacer, l'usage à la propriété. Et la tendance ne se limite pas au bobo parisien. En témoigne le succès des sites de covoiturage - BlaBlaCar, le leader, né en France en 2009, transporte près de un million de personnes en Europe chaque mois - ou de prêt de véhicules entre particuliers.

Une économie "e-collaborative"

Ce succès tient bien évidemment à la généralisation d'Internet, qui facilite les mises en relations et les transactions. On met en vente sur leboncoin.fr la lampe ou le manteau qu'on aurait autrefois proposé sur le trottoir dans une braderie ou un vide-grenier. Mais sans se déplacer et avec la possibilité de toucher des milliers d'amateurs potentiels. Le phénomène s'est bien sûr accru avec la crise.

Cette « économie du partage » touche désormais tous les secteurs d'activité. Et plusieurs start-up se créent chaque mois, pour proposer des locations entre particuliers d'appartements, de voitures, de places de parking, d'outils, d'électroménager...

« Ces plates-formes collaboratives se bâtissent généralement sur une des verticales du Bon Coin », observe Paulin Dementhon, cofondateur de Drivy, qui a choisi le créneau de la location de voitures.

Cet engouement signe-t-il la fin de la propriété ?

« Oui, tout à fait, estime Paulin Dementhon. Ce n'est pas une vague, mais une tendance lente, qui s'étale sur des années. Les gens privilégient le bon sens pratique et l'efficacité. »

Le militantisme ne joue qu'un rôle mineur dans cette vague du partage et l'éclosion de ces sites.

« Les militants ne sont que 7 %, selon nos sondages, mais nous prenons ce chiffre avec prudence car les vrais militants refusent en général de répondre, indique Nathalie Damery, la présidente de l'Obsoco. Les Français veulent continuer à consommer et, dans un contexte de pouvoir d'achat plutôt contraint, ils sont prêts à partager ou à acheter d'occasion tous les produits qui ne sont pas des signes de reconnaissance. »

____

Lire aussi :

1>> LA LIBERTÉ DU NET MENACÉE ?

2>> GARE À L'E-COLÈRE DE L'E-CITOYEN !

3>> LA FIN DE LA PROPRIÉTÉ ?

4>> SUR-MESURE ET ME.COM

5>> TOUJOURS MIEUX, ET PLUS VITE

6>> ANTICIPER FACE À L'IMPRÉVISIBLE

7>> TOUT CONTRÔLER À DISTANCE

8>> ÉNERGIE : L'ÈRE DE LA SOBRIÉTÉ

9>> DES PÉTAOCTETS DE DONNÉES

10>> TRAVAILLER PLUS, OU MIEUX ?

11>> VIVRE LONGTEMPS EN BONNE SANTÉ

12>> L'ÉPOQUE DU ROBOTCÈNE

13>> VIVRE UNE VILLE CONNECTÉE

14>> DU TEMPS, POUR QUOI FAIRE ?

 

Réagir

Commentaires

Die Weelt  a écrit le 01/01/2014 à 11:18 :

Je ne pense pas que le commensalisme soit inscrit dans nos gênes, Partager
une voiture en ville c'est possible vu les transports en commun , mais à la
campagne sans véhicule on est tributaire des autres, du véhicule de la com de com.
J'utilise mon véhicule en fonction de temps, ainsi que des jours fixes courses
médecin etc..Le capitalisme est-il entrain de glisser comme le disait JP Proudhon
« La propriété c'est le vol. » où alors d'aprés Coluche : « le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. le communisme c'est son contraire. »
Pour moi être propriétaire de son TOIT c'est être libre, et ne pas être un oiseau sur la branche

alainrenaudin  a écrit le 31/12/2013 à 11:31 :

Un peu court pour un article qui s'intitule "Tendances 2014" non ? où est le dossier ?
Surtout pour un phénomène beaucoup plus complexe qu'il n'y parait et qui ne peut se limiter à quelques exemples très partiels de type Autolib, leboncoin ou Blablacar, et qui surtout, au delà de "l'économie du partage" représente "l'économie des économies", conjoncture oblige !

Iciailleurs  a écrit le 30/12/2013 à 16:57 :

C'est en contradiction avec certaines études qui prétendent que la société devient de plus en plus individualiste.

RAY44  a écrit le 30/12/2013 à 15:23 :

Paulin Dementhon ou Paulin De Menthon. Merci de confirmer lequel est le bon.

EL GRINGO  a écrit le 27/12/2013 à 19:59 :

Le sujet de cet article est intéressant, mais la "Drauche" et la "Groite" veulent absolument dématérialiser les Français pour qu'ils ne s'attachent à rien!
Comme ça on les habitue à ne plus s'attacher à leur propre pays ou région ou département...Ils deviendront des habitants volatiles et instables. Ils ne prendront pas le temps de faire connaissance avec personne ou quoique ce soit...

L'Appartelier  a écrit le 27/12/2013 à 11:17 :

Si on regarde à l'échelle des 20 ou 30 dernières années, oui la tendance "louer ou emprunter plutôt qu'acheter" est claire. Mais si on regarde plusieurs siècles en arrière, c'est plutôt la propriété qui a remplacé le troc et le partage... Par exemple dans le cas de "L'Appartelier", les cuisines ont longtemps été une pièce commune des immeubles (jusqu'à la fin du moyen age) et partagées par tous, avant que les restaurants ne se développent et que les petites cuisines intègrent directement les appartements particuliers...

cyril jarnias  a écrit le 27/12/2013 à 8:38 :

On peut surtout penser que les français perdent du pouvoir d'achat et vont trouver des solutions comme le boncoin ou autres pour faire de bonnes affaires...

Monde absurde !  a écrit le 26/12/2013 à 18:01 :

Le paradoxe, c'est que ce n'est pas le communisme qui mettra fin à la propriété mais l'idéologie et le système capitalistes.
Cela dit, les idéologies passent, et le progrès survit.

De l'homme par l'homme ou par l'état  a écrit le 26/12/2013 à 13:50 :

Les paradoxes se montrent enfin, ce que le communisme voulait (la fin de la propriété) le capitalisme le fait. Comme quoi, quelque soit la forme, la gauche de la gauche et la droite de la droite se rejoignent pour contraindre l'individu, au nom de la justice ou du profit, un même combat.

rockit  a répondu le 27/12/2013 à 13:21:

depuis 40 ans le socialisme détruit tout ,aveuglés par vos idéologies marxistes vous ne voyez rien venir.L'europe s'enfonce dans la crise et n'en sortira que par la force des bayonnettes

Pol75  a répondu le 30/12/2013 à 14:00:

Mais où voyez-vous du socialisme ?