Un délai pour la France pour réduire ses déficits publics ? non dit Junker

 |   |  889  mots
(Crédits : reuters.com)
L'ex-Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, candidat du centre droit à la présidence de la Commission européenne, s'est dit opposé sur le principe à ce que la France bénéficie d'un nouveau délai pour réduire son déficit public. Lundi Michel Sapin va aborder le sujet avec son homologue allemand Wolfgang Schäuble.

Accorder un nouveau délai à la France pour réduire son déficit public ? Pas question pour Jean-Claude Juncker. Candidat du centre droit à la présidence de la Commission européenne, l'ex-Premier ministre luxembourgeois, s'est dit samedi à Berlin opposé à cette idée lancée jeudi, dès le lendemain de son entrée en fonction, par le nouveau ministre français des Finances Michel Sapin. Ce dernier, qui doit rencontrer son homologue allemand Wolfgang Schäuble lundi à Berlin, a fait savoir qu'il voulait discuter avec Bruxelles du "rythme" de réduction du déficit public français, qui selon les règles européennes doit descendre en-dessous de 3% de son produit intérieur brut.

Déjà un report jusqu'en 2015

La France, qui a déjà obtenu un report jusqu'en 2015 pour être dans les clous des règles budgétaires européennes, "ne peut pas encore une fois avoir un passe-droit", a déclaré Jean-Claude Juncker lors d'un point presse à Berlin. Présent en Allemagne à l'occasion d'une réunion du parti conservateur CDU d'Angela Merkel sur les élections européennes, Jean-Claude Juncker a estimé que la France devait "suivre les règles du jeu comme tous les autres".

Un nouvel assouplissement ne serait pas fait pour réjouir Berlin, chantre de la discipline budgétaire en Europe. Si Wolfgang Schäuble s'est contenté de souligner que la France "restait un pays fort" en dépit d'une situation politique "difficile", le porte-parole d'Angela Merkel a dit vendredi faire "confiance à la France pour respecter ses engagements".

Quant au président de la Banque centrale allemande, la Bundesbank, Jens Weidmann, il a demandé à la Commission européenne de faire "respecter les règles de manière stricte".

Quels arguments?

Pour demander un nouveau délai à Bruxelles sur la réduction de son déficit public, Paris peut avancer l'argument que la croissance française est encore trop fragile pour supporter davantage d'austérité mais aussi qu'elle ne s'est pas si mal sortie de la crise en comparaison de ses partenaires européens.

Quels arguments la France peut-elle porter devant ses partenaires pour justifier qu'ils lui accordent ce troisième délai ?

"Il faut prendre du recul pour regarder les pays les uns par rapport aux autres", répond Eric Heyer, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques, rappelant que, comme l'Allemagne, la France, elle, a rattrapé son produit intérieur brut d'avant-crise.

"L'idée que la France est à la traîne ne passe pas l'épreuve des faits: on a enfin retrouvé au quatrième trimestre 2013 le niveau de PIB du premier trimestre 2008", le dernier avant que les effets de la crise se fassent sentir, poursuit l'économiste.

A titre de comparaison, le Royaume-Uni, les Pays-Bas ou les pays du Sud comme l'Espagne ou la Grèce en sont encore loin. "Il y a des pays qui vont faire plus de croissance cette année mais ils ont plus de retard", relève-t-il, estimant que "notre rebond en 2010-2011, ils le connaissent maintenant, une fois qu'ils l'auront absorbé, ils seront comme nous".

La prévision de croissance au Royaume Uni pour 2014 (2,7%) a en effet de quoi faire pâlir des Français qui enchaînent depuis deux ans des taux autour de zéro et prévoient un petit 1% pour 2014. Même l'Espagne qui a vécu une crise particulièrement sévère annonce un taux de croissance supérieur à 1% cette année.-

Chômage

Pour Olivier Passet, économiste chez Xerfi, ce phénomène s'explique parce que "la France s'est pas mal accrochée depuis 2008, elle a beaucoup moins chuté que les autres". Du coup, la reprise semble plus molle mais c'est aussi parce qu'il y a moins à rattraper.

"Certains ont déjà passé ce pic (de rattraper leur PIB d'avant-crise, NDLR), comme l'Allemagne, l'Autriche et les pays du nord, les pays du sud sont très en deçà et la France, comme d'habitude, est dans une situation intermédiaire", détaille-t-il.

Mais l'économiste est beaucoup moins catégorique que son collègue de l'OFCE: "c'est maintenant, en fait depuis 2011, que se précise le fait qu'elle est en décalage et ce décalage va s'affirmer en 2014 avec le redécollage du sud et le fait que du côté allemand la reprise est plus solide, plus complète, avec plus de demande intérieure".

Il cite également le Royaume-Uni, convaincu qu'il va dépasser très vite son niveau d'avant-crise, grâce à un bon taux de croissance, certes, mais aussi parce qu'"il a réenclenché, les salaires et l'emploi".

La question du chômage est en effet centrale pour évaluer la bonne santé d'une économie. Et là encore, la France se situe au milieu. Loin des 26,1% de chômeurs en Espagne au dernier trimestre 2013 mais aussi des 7,1% au Royaume Uni, elle affiche selon Eurostat 10,2%.

Et en terme de dette publique, si la dette française a explosé ces six dernières années jusqu'à monter en 2013 à 93,5% de son PIB, elle reste très en deçà de l'endettement italien, équivalent à 130% de son PIB l'année dernière. Les dettes néerlandaises, britanniques et espagnoles, si elles se situent à des taux moindres, continuent également de grimper.

En revanche, contrairement aux autres, l'Italie et les Pays-bas sont rentrés dans les clous européens pour leur déficit public.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2014 à 11:47 :
si les sondages ont l'air biaisé comme aux municipales ils ont minimisé la victoire droitière, par manipulation ou mésestimation? on peut gager que l'élection des européennes sera troublée. Si la crise est permanente, il faudrait s'attaquer au chômage au lieu de dissuader les gens. Pour la croissance, il faudrait cesser les emplois alimentaires... S'ils annoncent une baisse des dépenses, cela réduira-t-il le déficit? On peut gager que les français voteront pour une autre politique que celle du déficit et du chômage...
a écrit le 07/04/2014 à 9:16 :
Si "l'Europe et l'euro" ne fonctionnent pas c'est la faute de la "France" et si la "France" est en crise c'est la faute de "l'Europe et de l'euro", quel doit être la conclusion?
a écrit le 07/04/2014 à 8:16 :
La France (le gouvernement de la France) doit faire des réformes de structure ce qu'il séest refusé à faire depuis 40 ans. La France dépense beucoup plus d'argent qu'elle n'en gagne. En 2013, le gouvernement Hollande a emprunté 80 milliards d'euros sur les marchés. C'est donc cette base qui est à prendre en compte pour éviter une banqueroute nationale aux Français à court terme. Il ne faut donc pas réduire les dépenses de 50 milliards d'euros sur 2/3 ans mais commencr ar réduire les dépenses de 50 milliards par an, avant de poursuivre pour une réduction des dépenses de 80 milliards par an. De nombreuses pistes existent à commencer par la santé (par exemple : comment se fait il que les médicaments soient distribués par boite alors que l'on en a besoin que d'une demi-boite ? Ce n'est pas comme cela que cela fonctionne dans les autres pays d'Europe) et l'éduction nationale (dont les résultats sont médiocres malgré les sommes considérables utilisées).
a écrit le 06/04/2014 à 22:02 :
Pour le déficit, on aimerait bien savoir l'agenda des réduction pour les 50 milliards, ou 150? Ne nous jouerait-on pas du mauvais théâtre, du genre guignol, pour faire genre: bonjour les enfants, les garçons sont-ils des filles? Bing coup de baton électoral! Et si on supprimait les subventions aux journalismes et qu'on soutenait les polypentionnés?
a écrit le 06/04/2014 à 21:02 :
On demandait aux municipales des baisses d'impôts en premier lieu, comme pour les dépenses, autisme des institutions. A quoi ça sert de voter pour punir un gouvernement qui fait l'inverse de ce qu'on attend si une municipale change de côté, ça change quoi en terme de gestion de mairie?
a écrit le 06/04/2014 à 20:39 :
Pourquoi donner un délai à un régime en échec: la pauvreté ne s'est jamais réduite depuis 35 ans, la croissance est inexistante, le chômage ne cesse d'augmenter, les retraites sont à la baisse... nous devons changer de régime et cesser l'enflure de la bureaucratie qui empêche le travail de se faire.
a écrit le 06/04/2014 à 19:45 :
Qui votera pour le suicide européen? Cependant, pour la diminution des dépenses, c'est ce que souhaite la population, on peut gager que les gens voteront dans ce sens. L'Europe c'est la croissance et l'emploi, encore un pieux mensonge... à d'autres! N'est-ce pas un coup de semonce faute de résultats ou bien un désir de revanche contre le chômage et l'incurie si ça passe aussi fort au FN ou aux municipales 162 villes contre 100 en 2008.
a écrit le 06/04/2014 à 17:20 :
Ee
a écrit le 06/04/2014 à 15:47 :
il y a une "réforme structurelle" à faire : sortir de la monnaie unique.
a écrit le 06/04/2014 à 13:01 :
40 ans que nous sommes genereux a credit, par la faute de gouvernaments tantot clienteliste (la gauche qui instaure des mesures non financees), tantot couard (la droite qui craint de d'abroger ces mesures).
Au nom de quoi devrions-nous avoir un delai de faveur par rapport a d'autres, a tergiverser et jouer au plus malins, nous ne meriterions qu'une chose : etre mis sous tutelle de Bruxelles car Sarkozy et Hollande ont echoue.
Et portant les mesures sont connues, mais difficiles : suppression des toutes les mesures populistes (35H), assouplissement de toutes les contraintes qui brident l'activite et la prise de risque (code du travail), suppression des privileges de la fonction publique (retraites non financees, jours de carence) et s'il le faut, on travaille plus pour rembourser les dette comme la suppression de 2 jours feries POUR TOUT le monde.
Réponse de le 06/04/2014 à 15:25 :
Steph donnez tout votre patrimoine à Junker et travailler pour 400 euros par mois pour avoir vécu toute votre vie à credit et racheter votre ame. et peut être les fonctionnaires surpayés de Bruxelles vous pardonneront. je dis bien peut être.
Réponse de le 06/04/2014 à 15:27 :
agenouillez vous devant Bruxelles et suppliez son pardon
Réponse de le 06/04/2014 à 15:42 :
il est prêt a devenir pauvre pour "le rêve européen". Le pauvre il est complètement lobotomisé
a écrit le 06/04/2014 à 11:23 :
Difficiles négociations en vue, puisque nous sommes face au mur. Depuis 40 ans les gouvernements successifs n'ont pas été capables de présenter des budgets en équilibre, que chacun a laissé filer à sa convenance pour éviter les vagues. Aujourd'hui tous les clignotants sont au rouge: chômage, précarité, dette abyssale, désindustrialisation massive du à la mondialisation et au dumping social, impôts et prélèvements insupportables, baisse du pouvoir d'achat qui plombe l'économie et la confiance, Etat Mamouth impossible à réformer,(mille feuille administratif, politique...) Europe passoire à tous point de vue,:économique, migratoire, évasion fiscale....Si ce délai n'est pas accordé, la situation du gouvernement deviendra vite intolérable et il devra faire face à la grogne et à la colère...
Réponse de le 06/04/2014 à 12:54 :
Sortez de ces poncifs pathétiques!Dans les faits la France fait a peu près aussi bien que ses voisins,alors pourquoi changer de modèle?
a écrit le 06/04/2014 à 11:21 :
le traité des 3% de déficit a l'époque n'intégrait pas de crise comme en 1929 , c'était presque inconcevable , unique , donc on a cru a l'époque que la croissance serait toujours au beau fixe generalisé , mais depuis 1987 et le premier krach les choses se sont empirés en prime l'édifice de la maison commune de la monnaie euro est contrôlée par la Buba allemande qui donne le ton aux autres , pas sur que cela fasse de l'Europe un attrait mais un effet de plus en plus répulsif et de frustration et au final une coalition des frustrés anti-allemands ce qui serait un nouveau désastre européen , il serait temps de renégocier ce traité inepte a la base de nos problèmes et d'instaurer un vrai droit de douane envers des importations dumping de monnaies utilisées pour autre chose que l'équilibre monétaire
Réponse de le 06/04/2014 à 14:07 :
bien raisonné !!!
a écrit le 06/04/2014 à 10:15 :
Pourquoi un pays qui ne fait pas de réforme comme la France, devrait profiter de report après report, alors qu'ils vivent au dessus de moyen et d'autres pays qui font des réformes, comme l'Italie (suppression des parlements régionaux - économie 800M EUR par année), l'Espagne, l'Irlande etc. n'en profite pas?
Ce n'est pourtant pas compliquer à comprendre, même pour le gouvernement actuel.
Réponse de le 06/04/2014 à 13:20 :
c'est vrai serait bien d'être comme l'Espagne, Italie ou Irlande on aurait plus de chomage et de dettes comme ces trois pays mdr
a écrit le 06/04/2014 à 10:03 :
L EUROSFORT ne sert que les riches; mais en affaire les entreprisses ont bessoin d un euros moins cher pour vendre PLUS???
Réponse de le 06/04/2014 à 13:21 :
pour exporter oui
a écrit le 06/04/2014 à 9:55 :
Europe est un nain donneur de leçon incapable d avoir sa propre politique social et économique. Une puissance incapable de affirmer ou d influencer les décisions au niveau mondial voir les récentes crises à EST ou en Afrique du nord. C est un machin inutile et les pays du nord qui donnent des leçons sont des dangers à 20 ans vu leurs politique de régression social entraînant une perte des compétences et une denatalisation. Junker a plusieurs trains de retard.
a écrit le 06/04/2014 à 9:08 :
Réduire le déficit public à tout prix dans une vision purement comptable, par la baisse du PIB n'a aucun sens car cela ne fait qu'augmenter le nombre des chômeurs.
Il faut réduire le déficit public par une plus grande efficacité des dépenses publiques et par la croissance en améliorant l'environnement économique, juridique et fiscal des entreprises.
Pour cela, il faut abandonner définitivement la vision marxiste des entreprises toujours présente en France dans certains milieux.
L'Europe devrait pouvoir être mise à contribution pour engendrer une croissance d'ensemble.
Si la croissance prend plus de temps que prévu pour revenir, il faut s'adapter et prendre le temps qu'il faut pour réduire le déficit par des réformes structurelles sur lesquelles il faut tout miser car toute tentative de réduction du déficit par baisse du PIB, c'est des chômeurs en plus, plus de dépenses et moins de recettes fiscales qui viennent réduire à néant la baisse initiale programmée du déficit.
a écrit le 05/04/2014 à 22:32 :
Bon, la France a des réformes a faire et plutot beaucoup , mais le mépris de ces gens
ne mérite pas que la France reste dans ce cloaque .Les pays baltes et d' Europes de l' Est
s' en sortiront très bien sans nous .
a écrit le 05/04/2014 à 20:00 :
Il sont raisons nous sommes gérer par des nuls depuis plus de 30 ans, a quand u n budget a l'équilibre, yen a marre des dettes.
a écrit le 05/04/2014 à 18:57 :
www.upr.fr sortons de cette dictature européiste et vite !
Réponse de le 06/04/2014 à 8:53 :
sortons de la dictature technocrate française, et vite !
www.nouscitoyens.fr
a écrit le 05/04/2014 à 18:45 :
Faisons d abord la réduction de la dépense publique avant de vouloir renégocier l engagement que le gouvernement AYRAULT a pris, de tout à façon les marchés financiers nous attendent au tournant alors Sapin ferait mieux de rentrer dans le rang
a écrit le 05/04/2014 à 18:29 :
tous ces hauts fonctionnaires de Bruxelles ne protègent qu'une seule chose, leurs propres intérêts, à savoir une vie dorée, pleins d'avantages sans payer le moindre impôts.
Sortons de l'Euro et viiiiite...
Réponse de le 05/04/2014 à 20:01 :
Et les nôtres en France font quoi? a part nous mettre en faillite
Réponse de le 06/04/2014 à 14:16 :
ils sont identiques dans leur bêtise et cupidité! DEHORS !!!
a écrit le 05/04/2014 à 18:08 :
Quittons l’Europe et l'euro... Sans l'argent qu'on leur refile on verra combien de temps ils mettront pour venir nous chercher... Et là on pourra négocier voir annuler cette dette ! Sans notre argent ou celle de l'Allemagne (les pays fort de l'Europe), l'UE aura du plomb dans l'aile...
Réponse de le 06/04/2014 à 8:57 :
La France ne fait plus partie des pays forts de l'Europe, vérifiez vos sources...
Annulons la dette en faisant faillite dignement. Mais l'Europe n'a rien à voir là-dedans.
Réponse de le 06/04/2014 à 10:19 :
La Grèce et le Portugal ont reçu des crédit de l'Europe pour lesquels les dirigeants Européens savaient qu'ils ne pourraient jamais être remboursé; mais ils leurs ont accorder pour pouvoir bénéficier de mains d’œuvre moins cher. Les impôts que les citoyens Français ont payé a l'Europe fait partie de cette argent. C'est pourquoi ont fait partie des pays fort de l'Europe car sans notre argent ils auront du mal a garder ces "aides"... De plus ils seraient temps que ceux qui profitent et se remplissent les poches sur notre dos grâce à l'Europe fasse un retour sur leur gains et commence a payer plutôt que de toujours nous taxer plus !
a écrit le 05/04/2014 à 18:01 :
Voilà une équipe de frustrés en roue libre qui se lâchent à quelques jours de perdre leur poste : trop d'émotion sans doute. Sans grande gravité pour notre pays.
Réponse de le 05/04/2014 à 18:07 :
après le non à la constitution européenne ça devait être la fin du monde. Comme d'hab.
a écrit le 05/04/2014 à 18:01 :
De quel droit , ce monsieur Junker donne-t-il son avis , lui qui vis les c.... dans la plume comme tous les technocrates européens et leurs amis banquiers.
a écrit le 05/04/2014 à 17:56 :
En Allemagne nous sommes beaucoup choqués de voir les français incapables de réformes et de se payer les dettes!Les vies sont très faciles en France,mais l'Europe voudrait voir les français travailler beaucoup plus.
Réponse de le 05/04/2014 à 18:03 :
je suis d'accord avec vous les pays d'Europe devraient retrouver leurs monnaies respectives. L'Europe est un projet qui ne fonctionne pas bien.
Réponse de le 05/04/2014 à 18:25 :
travaillant en Allemagne, je n'ai pas le le sentiment que les allemands soient vraiment des bosseurs, ils profitent essentiellement des travailleurs immigrés qui grâce à l'absence de salaire minimum, bossent à des taux horaires nettement inférieurs au smic français (dumping social). De même, la faible démographie contribue à à un taux de chômage inférieur qu'en France. L'Allemagne a perdu en 10 ans 200.000 habitants, la France en a gagné 6 millions... L'Allemagne profite aussi de sa position géographique pour faire fabriquer dans les pays de l'est des produits soi-disants made in Germany mais qui le sont en réalité fabriqué à plus de 90 % hors de l'Allemagne. Et surtout que l'Allemagne arrête de consommer que allemand, le nationalisme et le protectionnisme y sont très développés.
Und Tschuss!
Réponse de le 05/04/2014 à 19:35 :
eh! ben, voilà..! merci!!!
Réponse de le 05/04/2014 à 19:59 :
"l'Europe est un projet qui ne fonctionne pas bien .." vous êtes encore loin du compte !!!!!!!
Réponse de le 06/04/2014 à 1:58 :
les français achètent trop de produits allemands. La balance commerciale française présente un déficit de 30 milliards par rapport à l'Allemagne alors que les allemands sont 14 millions d'habitants de plus que nous.
Les allemands n'achètent que allemand dès qu'ils peuvent le faire et surtout le moins possible chez ses "partenaires" européens.
Réponse de le 06/04/2014 à 9:01 :
Frontalier à raison.... Je connais bien la question et les français vivent dans un mythe permanent au sujet de l'Allemagne, qui a fait un incroyable "national branding" ,alors que le "french bashing" est désormais un des grands sports nationaux... Quand on pense qu'on vous vend la Deutsch qualitat !!! Et vous ne réalisez même pas que camelote est d'origine allemande... J'ai eu plusieurs voitures allemandes...et, manque de chance, sans doute, j'ai collectionné les ennuis... Mais jamais avec mes voitures françaises ... Coup de chance sans doute ??
Réponse de le 06/04/2014 à 12:52 :
@Maduf:les nombreuses pannes des véhicules Allemands en France sont dues a la légèreté et a l'imprévoyance des Français.En Allemagne ,nous n'avons aucun des problèmes sur ces véhicules..Personnellement moi jamais je n'achèterai Français,votre pays est comme vos véhicules:surcottés.Les Français ont du talent,mais c'est insuffisant,tous doivent faire plus d'efforts,soit autant que dans les autres pays d'europe
Réponse de le 06/04/2014 à 13:57 :
réaction typique de l'allemand, quand une voiture allemande tombe ce n'est pas la voiture qui est en cause mais le conducteur (le Franzoze qui ne sait pas rouler).
"Personnellement moi jamais je n'achèterai Français,votre pays est comme vos véhicules:surcottés" = pour un allemand ce qui n'est pas allemand c'est de la m.... Je travaille depuis environ 7 ans chez eux, la plupart des allemands nous jalouse et méprise les français. La Deutsche Qualität est un leurre, une tromperie, et rien de plus... La presse automobile détenue en majorité par des éditeurs allemands essayent d'entretenir une fausse image de qualité des voitures allemandes.
Comme la, fait l'ADAC, en plaçant les voitures allemands en tête de tous les classements.
Réponse de le 06/04/2014 à 15:21 :
c'est ce que je dis il faut que chaque pays retrouve sa monnaie. Les rapports entre les pays étaient meilleurs.
a écrit le 05/04/2014 à 17:38 :
non non non trois fois non Bravo Juncker ;-)))
a écrit le 05/04/2014 à 17:31 :
Le Luxembourg, combien d'usines ?
a écrit le 05/04/2014 à 16:40 :
Je me souviens que Jean-Claude Juncker n'avait pas apprécié la sortie qu'avait fait notre exterminateur de paradis fiscaux en chef à l'époque (NS) critiquant en cela le statut de paradis fiscal du Luxembourg.La vengeance est un plat qui se mange froid.Entre parenthèse on sert la gamelle toujours aux mêmes (futur président de commission) où j'ai rien compris
a écrit le 05/04/2014 à 15:54 :
c'est rudement bien ne nous prévenir de ce qui nous attend "encore" (parce que apparemment on est pas au bout de nos peines ! et on a encore pas morflé !), AVANT LES EUROPEENNES!!! à bas , NON NON et NOOOOONNNNNNN !!! ils nous veulent comme la Grèce???? on est pas d'accord, point !!
Réponse de le 06/04/2014 à 9:02 :
On veut le PERE NOEL!!! Vive l'Etat!!! On veut toujours plus, en payant moins...!
Vive les technocrates, la dette et le gaspillage public! Parce que nous les Français, on le vaut bien. Na!
a écrit le 05/04/2014 à 15:31 :
Quittons l'Europe et l'Euro; on verra si il dit toujours non quand il n'aura plus les cotisations de la France pour remonter les petits pays et ce payer avec...
Réponse de le 05/04/2014 à 16:18 :
+++++++++ ! on peut en sortir, mais aucun de ces pontes n'y tient ! ils y perdraient trop, quant à nous, nous sommes insignifiants, ils n'en ont rien à battre..
Réponse de le 06/04/2014 à 10:12 :
Ça c'est certain... Et c'est pour ça que dans l'Europe le chômage et tous ce qui ne vas pas progresse ! Ils nous tue ces fichus politiciens !
a écrit le 05/04/2014 à 14:55 :
Ex premier ministre d'un paradis fiscal au coeur de l’Europe, c'est vrai que Monsieur Junker est légitime pour ramener sa fraise. Celui qui a accueilli pendant des années les sociétés qui veulent échapper au fisc Français (ce qui a creusé le déficit) peut bien être pour ou contre, on s'en fou !
Réponse de le 05/04/2014 à 15:53 :
Ce n'est pas lui qui met en place des enfers fiscaux...
Réponse de le 05/04/2014 à 16:39 :
+ UN
Réponse de le 05/04/2014 à 18:10 :
tout à fait d'accord.
a écrit le 05/04/2014 à 14:52 :
Le Luxembourg qui est un des pays les plus riches du monde par habitants soit 3 fois plus que le France, ne dépense que 0,5 % de son budget à la défense le taux plus bas d’Europe et l’un des plus bas du monde (avec l’Irlande), très loin des qataris qui à richesse égale assument bien plus. Malgré 20 soldats envoyés aux Kosovo, le Luxembourg un pays de 525000 habitants n’a que 400 soldats dans l’armée de terre équipée 48 blindés légers et 600 bureaucrates interministériels (OTAN). Un pays qui malgré ses richesses se repose sur les autres. Alors quand un ancien ministre de ce paradis fiscal vient donner des leçons à la France qui elle fait des efforts humains et financiers en terme de sécurité internationale …
Réponse de le 05/04/2014 à 22:45 :
Efforts et engagements du genre "Charles de Gaulle" (le porte-avions)? La folie des grandeurs à la française a son prix.
Réponse de le 06/04/2014 à 11:24 :
le luxembourg n'est pas un cas isolé au sein meme de l'Europe , interressant fiscalement , une faible démographie , les autres grands états sont tous dans un bourbier , l'Allemagne essaie de maintenir sa démographie faible et a raison , la france en dix ans a eu 6 millions d'individus de plus , cela a un cout considérable et pèse sur les salaires et l'emploi , tant qu'on a pas compris cela on ira vers plus de larmes et de colères , mieux vaut être plus petit que trop grand
a écrit le 05/04/2014 à 14:47 :
La France n'a engagé aucne réforme structurelle. Tout et lá.
Réponse de le 05/04/2014 à 14:57 :
Oui mais les réformes, il nous appartient de les décider nous mêmes au rythme et avec le contenu que nous souhaitons
Réponse de le 05/04/2014 à 15:21 :
oui nous n'avons pas encore fait les réformes structurelles de supprimer le smic et la sécu.
Réponse de le 05/04/2014 à 16:33 :
Cela fait 20 ans qu'il n'y a eu aucune réformes structurelles donc il est temps d'accélérer le rythme si l'on ne veut pas avoir un pays totalement en faillite et n'ayant plus le choix face à la Troika/FMI/Bruxelles. Il est encore possible comme je le disais de sabrer en douceur dans les dépenses publiques avec des amortisseurs mais si les incapables du gouvernement ne se bougent pas, ce sera à la hache ...
Réponse de le 05/04/2014 à 17:21 :
vous voulez faire aucune reforme, vous allez deguster quand les taux vont passer a 10% et que plus personne ne voudra vous preter!
Réponse de le 05/04/2014 à 18:10 :
si on a déjà fait beaucoup de réformes les gens sont précaires maintenant, les services publics ont régressé, les fonctionnaires ont leurs salaires qui n'augmentent plus. On est pas encore allé assez loin mais vous en faites pas.
Réponse de le 05/04/2014 à 18:58 :
euh dites moi ce que vous entendez par reformes structurelles ? …. sortons de l'Europe et de l'euro et vite
Réponse de le 05/04/2014 à 19:57 :
hélas, il est fort possible que nous ne soyons pas au bout de nos peines....Que diriez vous si nous avions droit à encore plus de précarité?? la Grèce ou presque....
a écrit le 05/04/2014 à 13:53 :
On voit des manifestations contre l'austérité des réformes partout dans la zone euro, au Portugal, en Espagne, en Grèce, en Italie et même à Bruxelles ces derniers jours. Mais pas en France ! pas une seule manif depuis que la Commission Européenne a demandé à Paris de faire de réformes. Cherchez l'erreur.
Réponse de le 05/04/2014 à 14:44 :
Il y a pourtant une explication très simple : l'austérité n'a pas encore commencé en France.
Réponse de le 05/04/2014 à 16:40 :
je crains bien que non.....
Réponse de le 05/04/2014 à 18:04 :
Pardon? Vous gagnez combien pour pouvoir dire ça? Pour ma part le niveau de vie devient ridicule !
Réponse de le 05/04/2014 à 19:41 :
non, nous ne sommes pas des nantis, loin de là !! mais, on nous promet PIRE! on nous fait comprendre que l'austérité n'a pratiquement pas commencé..eh! oui, il ne nous reste "qu'à prier" !, on ne sait ce qui nous attend, c'est pourquoi nous avons dit ce que nous avons dit...(réponse à Kurt, et réponse suivante @@Kurt°
a écrit le 05/04/2014 à 13:52 :
vous avez raison de dire ça avant les élections européennes M Bunker.
a écrit le 05/04/2014 à 13:45 :
moi je suis sur que si on n'était jamais rentrer dans cette monnaie et maintenant obligés d'écouter les leçons de moral de Junker fonctionnaire surpayé partisan de l'austérité (il n'est pas à une contradiction près), la France irait mieux.
Réponse de le 05/04/2014 à 16:41 :
c'est clair!
a écrit le 05/04/2014 à 13:37 :
C'est qui Junker ? moi j'ai jamais voté pour lui; pas d'ordre à recevoir de ce monsieur.
Réponse de le 05/04/2014 à 13:49 :
@AH BON: Sans l'Europe, cela ferait longtemps que la France aurait été attaqué par les marchés financier et que vous seriez à la rue mon pauvre...
Réponse de le 05/04/2014 à 14:09 :
pourquoi des pays qui n'ont pas l'euro ne sont pas attaqués par les marchés financiers ?
Réponse de le 05/04/2014 à 14:42 :
@cjesus : et les pays qui ne sont pas l'UE, ils sont attaqués ? Non, mais qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme conneries !
Réponse de le 05/04/2014 à 14:45 :
Bien vu !
Réponse de le 05/04/2014 à 15:22 :
Les gens qui défendent l'euro le font toujours avec des arguments ridicules;
Réponse de le 05/04/2014 à 16:44 :
l'euro c'est bon pour les affairistes, les banquiers, les traders, banksters , mafieux et autres! mais pas pour nous!
a écrit le 05/04/2014 à 13:32 :
Oui à l' austérité, oui aux réductions ,je suis jeune ,pas besoin de docteurs et de médicaments ...de la réductions des dépenses , des fonctionnaires en CDI, fini l' emploi à vie , des retraités dont le plafond maximale doit être 2 fois le smic, réduisez je vous en prie !

Adieu, veaux, vaches, cochons, couvées, Audi, Costa Croisières, voyages pour les apparatchiks du pouvoir que constituent la génération 68 tard.

On va voir si ce système qui fait souffrir ses jeunes aux bénéfices des vieux 68 tard aux patrimoines bien gras continuera ;-)

Moi l' austérité je la vie depuis que je suis diplômé en 1995 en pleine récession.
Réponse de le 05/04/2014 à 16:16 :
@Samuel 92
Vous souffrez les jeunes? Pauvres jeunes...Bougez-vous le cul, enfilez vos baskets (Nike, converse...) et descendez dans la rue demander ce qui vous est dû.
"Diplômé et en pleine récession", par ce tu crois, Samuel 92 qu'en 74 et la première crise pétrolière, c'était tout rose?
Réponse de le 05/04/2014 à 17:53 :
@JB38

C'est vrai qu'en 1974 il y a avait plus de 80 % de bacheliers... et autant de retraités. Le jour où les jeunes se révolteront, vous serez le premier à vous plaindre de voir votre patrimoine et votre rente fondre comme du beurre au soleil tout en assimilant l'action de sauvageons en fin de cortège a une génération sous éduquée. Vivement la prochaine canicule!
Réponse de le 05/04/2014 à 19:44 :
Déplorable! toujours aussi virulent envers les retraités et "autres"Vous n'êtes pas le seul à avoir été éprouvé par la vie, mais faut relativiser, mon pauvre...
Réponse de le 06/04/2014 à 11:28 :
a samuel92 , les crises les jeunes sont toujours dedans , j'en ai connue une moi aussi et malheureusement les choses ne sont pas vraiment arrangé , seulement quand on devient moins jeune on a envie que d'une chose , s'assurer une certaine sécurité de l'emploi ou bien sociale c'est un fait , hors l'ascenseur social est en panne et croire qu'en jalousant les anciens on avancera .. faire du jeune un pauvre au détriment d'un vieillard ou l'inverse ne produira rien de bon ni dans un cas ni dans l'autre ..
a écrit le 05/04/2014 à 13:30 :
M Juncker peut toujours trépigner et frapper la table de ses petits poings, ça ne changera pas la donne.
L'objectif de 3% en 2013 était inatteignable et il eut été suicidaire pour l'économie de la France et de l'Europe de même tenter de l'atteindre parce qu'à coup sûr on aurait massacré le peu de croissance non seulement en France mais aussi en Europe (la France est la seconde économie de l'Euro on l'oublie trop facilement).
Ce qui compte c'est l'évolution du déficit, lequel a baissé de 0.5% entre 2012 et 2013. Qu'on arrive à 3% (seuil sans justification technique) en 2013 ou 2015 on s'en tape, l'essentiel est d'y arriver en étant encore vivant et sans guerre civile.
Réponse de le 05/04/2014 à 15:04 :
Oui. Néanmoins et indépendamment de l'Europe l'idée que pour la première fois depuis 40 ans on envisagerait de payer ce que l'on dépense ou de dépenser ce qu'on paye devrait quand même faire son chemin avec une trajectoire un peu plus précise que celle qui consiste à prédire une croissance qui ne viendra plus...
Réponse de le 05/04/2014 à 16:51 :
c'est pas compliqué, les réformes seront faites ainsi, et la dette payée, mettez nous tous à la rue, supprimez toutes les aides, APL pour aider au logement, Allocs, sjupprimez l'AME, la CMU, plus de sécu, comme ça déjà que beaucoup ne se soignent pas, faute de moyens, plus besoin de nous dérembourser, plus de retraites à verser, car plus de boulot, on vrvra de trocs, de misères, on crévera par milliers, millions ainsi ils auront se qu'ils voudront, ils auront eu notre peau! ils pourront pavaner, avec leur fric dans un monde comme eux, rien que pour eux! Amen!
a écrit le 05/04/2014 à 13:21 :
IL DIT NON CAR LA PAROLE BUBLIQUE EST USEE
ET LES ECONOMIES NE SONT PAS LA PREOCCUPATION DE CERTAINS
Changeons ceux qui ne montrent pas l'exemple car le Leader doit montrer l'exemple surtout quand tous les Français font des efforts : "Guillaume Pepy avait pourtant juré qu’on ne l’y reprendrait plus… Epinglé en février 2013 par la Cour des comptes sur ses dépenses en communication excessives, le patron de la SNCF avait promis de se restreindre. Fini les séminaires de cadres à plusieurs millions d’euros… A l’écouter, même les traditionnels vœux de nouvelle année aux élus allaient être un modèle de frugalité : «Cette fois, on fait simple, hein !», avait-il recommandé à ses équipes cet automne.Avant d’opter pour… le rez-de-chaussée du Quai d’Orsay, le fastueux siège du ministère des Affaires étrangères. Un décor de rêve dont la seule location aurait coûté 30 000 euros… «Que voulez-vous, la com, c’est son péché mignon», sourit un dirigeant. Depuis son arrivée en 2008, l’hypermédiatique président n’est en effet jamais à court d’une déclaration télévisée quand il s’agit d’apaiser la colère des usagers. Seulement voilà, ce beau vernis ne suffit plus à masquer les dysfonctionnements de la vieille compagnie ferroviaire"source CAPITAL.fr
a écrit le 05/04/2014 à 13:17 :
les socialistes imagine de prendre un abonnement pour le report de l' engagement qu'ils ont signé . Normal qu'on les envoie balader . L'angle d'attaque de notre gouvernement n'est pas le bon . La bonne approche consisterait à déclarer notre incapacité à honorer notre parole , faire comme les verts ...quitter l' euro fort pour un euro faible avec l' ensemble des pays du sud . Mais pour ça il faut du courage !
a écrit le 05/04/2014 à 13:14 :
Pour Jean-Claude Juncker la France doit "suivre les règles du jeu comme tous les autres". Et pour la France le Luxembourg doit "suivre les règles du jeu comme tous les autres". Que la France cogne fort au lieu de ce laisser empapaouter par ce représentant d'un paradis fiscal, si Valls en a, qu'il le prouve.
Réponse de le 05/04/2014 à 22:37 :
Eh bien, allez-y; ne vous privez pas! Les 75000 frontaliers lorrains qui gagnent bien leur vie au Luxembourg vous remercient d'avance.
a écrit le 05/04/2014 à 13:06 :
Juncker qui est de toutes les directions européennes depuis 20 ans, avec les résultats économiques que l on peut constater au niveau delà zone, pourrait s abstenir de faire des recommandations car il est le chantre de l évasion fiscale et des banksters et c est cela en particulier, qui nous ruinent. Quel casting du PPE, quel cynisme de mme de Mme Merkel et quel démagogie à l UMP! Moi je vote Schultz sans la moindre hesitation.
a écrit le 05/04/2014 à 13:02 :
Le Juncker est tout simplement logique et cohérent . Il hurle contre cette France dont deux présidents, à Davos en 2010 et au Bourget en 2012, ont vitupéré contre la finance et les paradis fiscaux. Les maquignons du foirail de l'euro-groupe ont mis longtemps à leur tête, ce champion de paradis fiscal prospère et qui s'apprête à diriger la commission de Bruxelles ; alors pas de passe droit à ces Français pas colle il faut ; qui devraient se taire, tant le modèle de Chypre étant même la solution pour la foirail européen, aux dires du successeur néerlandais, au nom imprononçable, de Juncker à l'euro-groupe. Harro sur ces mauvais faux européens de Gaule antique.
a écrit le 05/04/2014 à 12:57 :
les jésuites sont vraiment au pouvoir .
a écrit le 05/04/2014 à 12:43 :
On nous parle de la croissance en Angleterre, mais on se garde bien de préciser que cette croissance a été généré par des dépenses énormes, qui a fait explosé le déficit public anglais a plus de 7% en 2013 !

Pourquoi ne ferions nous pas pareil ? ah mais oui, suis-je bête...nous avons signé cette fameuse règle d'or qui nous empêche de dépasser les 3% et de faire comme la anglais. donc nous sommes bloqués.

Bravo le "Carcan européen".
Réponse de le 05/04/2014 à 14:46 :
... et aussi une baisse de 20% des dépenses de l'Etat.
a écrit le 05/04/2014 à 12:39 :
il n'ont rien foutu avec 2ans
des aloc et autre voici la politique
a écrit le 05/04/2014 à 12:36 :
Hollande son ennemi c'est la Finance! Le Luxembourg son ennemi c'est la France! Bien joué Jean-Claude...Un passe droit? Et quoi encore, stop à cette hypocrisie! A la diète les bouffeurs de grenouille!
a écrit le 05/04/2014 à 12:30 :
Il faut consolider cette croissance qui commence à pointer son nez, puis après on s'occupera des déficits. L'exemple des USA est le bon.
Réponse de le 05/04/2014 à 12:48 :
[email protected] l'arret des gaspillages ne generaient en rien la croissance ex pourquoi une secu des mines,pourquoi les privileges des élus des regimes speciaux des senateurs qui ne servent plus à rien,des sous prefectures qui ne reçoivent pas 10 clients par jour,les intermittants du spectacle,des licenciements conventionnels,des comites theodule ldes agences d'etat des gaspillage en com à tous les niveaux etat region departement etc
Réponse de le 05/04/2014 à 12:52 :
Assez d'accord, quitte à remettre une louche d'emprunt: baisser les impôts et le retenues salariales des classes moyennes, celles qui tiennent le pays à bout de bras depuis tant d'années! Et immédiatement, pour 30 milliards. Qu'on empruntera, mais ça fera si bien redémarrer la machine que dans 3 ans, on en reparlera plus. Et tant qu'on y est, supprimer les maires et conseillers municipaux quand il y a une com-com, supprimer les départements, fusionner les petites régions, diviser le nombre de députés et de sénateurs par deux. Ce n'est pourtant pas compliqué...
Réponse de le 05/04/2014 à 14:39 :
@jkarl : tant que vous restez dans l'Euro, vous ne pourrez "consolider" une croissance qui n"est en fait qu'une stagnation. La zone euro est l'endroit des pays développés où la croissance est la plus mauvaise.
a écrit le 05/04/2014 à 12:24 :
Je lui donne raison, on en a marre d'être caresser dans le sens du poil qui fait que l'on vivote au lieu de faire face a la réalité des choses, quittons cette Europe et cet euro qui nous mette sous une tutelle permanente tel un grabataire!
Réponse de le 05/04/2014 à 12:43 :
Et ayons 40 % d'inflation par an ... cela ira plus vite pour régler les problèmes !
Lorsque tout le monde sera pauvre, au moins on sera enfin débarrassés de ces saloperies de riches -:) LOL
Réponse de le 05/04/2014 à 13:31 :
avant l'euro on avait 40 % d'inflation par an ? et pourquoi pas 100 000 %? arrêtez de défendre l'euro qui est un poison
Réponse de le 05/04/2014 à 15:09 :
Avant l'euro, ce qu'il faut quitter d'urgence c'est la gouvernance de la commission
a écrit le 05/04/2014 à 11:44 :
Que l'autre candidat à la présidence de la Commission, le social-démocrate allemand Martin Schulz, est pour une négociation du délai avec la France n'est évidemment pas mentionné dans le journal europhobe qu'est devenu la Tribune.
Réponse de le 05/04/2014 à 14:40 :
Votre bon papa Schulz soutient la France comme la corde soutient le pendu.
Il nous verrait bien transformé en Niéme Lander allemand. Il peut toujours aller se faire cuire un oeuf, en ce 800eme anniversaire de Bouvines...
Réponse de le 05/04/2014 à 15:06 :
Je suis de sensibilité de gauche et je lis la Tribune. Ce journal n'est pas europhobe mais simplement objectif. Mais c'est vrai que l'objectivité souvent dérange.
a écrit le 05/04/2014 à 11:43 :
Le problème n'est pas d'obtenir des passe-droits ou non de Bruxelles, mais de faire baisser la DETTE et donc nos dificits publics à 57,1% du PIB fin 2013.
Notre dette à 2.000 lilliards et à 93,5% du PIB est ingérable surtout si elle continue à progresser comme c'est le cas depuis 2 ans.
Donc notre sanction plus probable sera la hausse des intérêts de la dette, notre déclassement par les agences de notations et surtout de notre économie et donc nous serons au niveau des PIGS (Grèce, Espagne, Portugal, Italie).
LOrsqu'on est à découvert (bancaire) on peut toujours aller négocier une rallonge avec son banquier, la dette, elle, reste et doit être payée, tôt ou tard.
Réponse de le 05/04/2014 à 12:19 :
Vous n'avez pas compris l'essentiel: Avoir un bouc émissaire est tellement plus commode.
Réponse de le 05/04/2014 à 12:49 :
@revanchard:

Bonjour,

faire baisser la dette ne crée pas d'emplois, ça assainit vos finances mais ça s’arrête là.

Et cette dette ne pourra baisser que lorsque il y aura moins de chômeur a indemniser et donc plus de travailleurs a taxer pour faire rentrer de l'argent dans les caisses.

Seul problème, notre pays se désindustrialise a vitesse grand V, l'euro fort n'étant pas adapter a notre économie, et les délocalisations d'entreprises rendus possible par le traité de Maastricht en 1992 poussent forcement a aller voir "ailleur".
Réponse de le 05/04/2014 à 13:16 :
Lors de la présidence de Sarkozy , la dette de la France a augmenté de + de 500 milliards d' euros sans que les français s' en aperçoivent.

Il est temps que les français fassent des économies et la meilleure façons est de taillé dans les improductifs : les retraites

Arrêtons l' emploi à vie pour les fonctionnaires en transformant tout les contrats en CDI et réduisons les retraites (pas plus de 2 fois le smics )

Les jeunes sont sacrifiés et seules les retraités et les fonctionnaires croient au système en demandant de l' austérité pour le privée
Réponse de le 05/04/2014 à 13:40 :
Je suis retraité et j'ai cotisé afin que vous appreniez correctement à écrire le Français à l'école.... et payer la retraite de vos grands-parents peut être surement aussi.

Pour le Français ???
Réponse de le 05/04/2014 à 18:56 :
@SUPALAIN

Vous avez payé pour mes grands parents ? c'est eux qui ont reconstruits la France pendant que vous twister sur Johnny

si vous êtes retraité , c'est que vous vécu les 30 glorieuses mais vous êtes maintenant une charge improductifs et il faut réduire votre retraite.

On ne m' a pas demandé mon avis lorsque les politiques ont dit que je devais cotiser plus pour ma retraite et j' en ai marre de payer les croisières des inutiles tout en les engraissant via des loyers d' appartements qu' ils ont acheter dans les années 70
a écrit le 05/04/2014 à 11:43 :
les anglais ne rendent pas de compte à M. Junker et s'en sortent très bien on dirait. On devrait faire comme eux.
Réponse de le 05/04/2014 à 14:36 :
Les Anglais ne sont pas cons, eux ! Ils ont gardé leur monnaie, une arme de défense redoutable pour absorber les chocs économiques.
a écrit le 05/04/2014 à 11:37 :
Angela Junker veut que l'on fasse de l'austérité à fond pour qu'on finisse comme les grecs ?
Réponse de le 05/04/2014 à 11:42 :
Mais respecter ses promesses serait déjà une bonne chose ... Mais promesse est un mot qui est difficile pour la gauche. Espérons que les sanctions seront à la hauteur du non respects de cette diminution de dette
Réponse de le 05/04/2014 à 11:56 :
Que JUNKER, MERKEL, SHAUBLE ou VON PAPOUILLE refusent un nouveau report de nos engagements, cela ne changera rien sur le fond, avec une dette de 2.000 milliards et qui s'accroît depuis 2 ans, nousferons parti des PIGS (Pays du Sud) comme la GRECE, le PORTUGAL, l'ESPAGNE ou l'ITALIE.
Réponse de le 05/04/2014 à 12:10 :
Il devient de plus en plus clair que nos dirigeants sont à la solde des raiders de la finance, et font tout ce qu'il faut pour nous mettre au tas, leur permettant ainsi de faire main basse sur tout ce qui appartient (encore) au public, en nous en faisant payer leur facture... C'est une association de malfaiteurs, et de l'escroquerie en bande organisée... mais celle-ci est "légale" malheureusement, puisqu'ils modifient les lois a leur convenance...
Réponse de le 05/04/2014 à 12:16 :
la France a raison de négocier un délai, Simplement ce délai ne sera pas accordé en raison du manque de crédibilité de l'engagement de notre gouvernement. FH aurait eu la possibilité de prouver avec ce remaniement qu'il s'engageait d'avantage dans les réformes nécessaires. Au lieu de cela il a fait de la politique pour museler les contestataires préférant réformer peu mais sûrement, alors qu'il faut réformer beaucoup et sûrement. Mettre le pays en ébullition avec une stratégie audacieuse et non le mettre en ébullition par une stratégie homéopathique.
Réponse de le 05/04/2014 à 15:14 :
Alain Juppé aussi a réformé beaucoup et sûrement à partir de 1995...Puis il y a eu 1997...
a écrit le 05/04/2014 à 11:35 :
très bien on sort de l'euro et de l'ue. au revoir M Junker
Réponse de le 05/04/2014 à 11:43 :
La banqueroute en moins de deux pour la France ...
Réponse de le 05/04/2014 à 12:14 :
Si on sort de l'UE je demande la nationalité allemande.
Réponse de le 05/04/2014 à 12:46 :
Et moi je m'exile en Andorre !! ou au Luxembourg !!
Réponse de le 05/04/2014 à 12:57 :
J ai deja quitte la France, et mes chers compatriotes que ce soit avec ou sans l Europe il est deja trop tard, comme le disaient certains journaux barrez vous!
Réponse de le 05/04/2014 à 13:03 :
Je suis déjà au Grand Duché et je ne compte pas le moins du monde rentrer en France... Ah si que dis-je, dans 25 ans quand je serai plein de cash (merci le Luxembourg) afin de m'installer dans un pays pauvre (la France) où je pourrai payer le petit personnel une misère... :-) en vous remerciant de voter comme des #*.s!
a écrit le 05/04/2014 à 11:32 :
Pas très futé de la part de Junker. Il suffisait qu'il prolonge l'ambiguité jusqu'aux élctions européennes. Là maintenant les souverainistes ont un boulevard électoral devant eux avec cette réponse...et l'Europe sans la France n'existe pas évidemment.
Réponse de le 05/04/2014 à 11:40 :
Avec cette déclaration, il s'assure le soutient de 300 000 000 personnes qui ne souhaitent pas voir leurs impôts servir à un pays qui n'est pas capable de respecter ses engagements. Et c'est l'inverse, la France sans l'Europe n'est rien, l'inverse fonctionnera très bien...
Réponse de le 05/04/2014 à 12:47 :
Vos impots vont servir a payer pour le fiasco ukrainien, un veritable puits sans fonds, un abyme economique que le contribuable europeen docile et soumis va encore devoir payer pour le delire des technocrates incompetents de Bruxelles
Réponse de le 05/04/2014 à 12:59 :
Pour l'instant ce sont les contribuables français qui ont payé pour les autres.
Réponse de le 05/04/2014 à 14:54 :
Le départ de la France, ce serait la récupération de 13 Ge sans rien faire soit déjà 0,6 % du PIB..Ce qui nous manque pour atteindre 3% du déficit fin 2015...
a écrit le 05/04/2014 à 11:21 :
on envahit le Grand-Duché et on organise un référendum libre et non faussé à l'ombre des FAMAS pour libérer les francophones... Na!
a écrit le 05/04/2014 à 11:20 :
Voilà pourquoi il faut sortir de l'euro.
François Asselineau , qui est un très grand connaisseur de l'économie...bien au-delà de certains incompétents qui siègent à la tête de l'Etat , vous permettra de sortir sans difficulté de cette situation de Diktat des meneurs d'une Europe qui ne profite qu'aux allemands et à la finance internationale. Et qui méprisent les Peuples.
UPR-François Asselineau.
Réponse de le 05/04/2014 à 11:40 :
"Sortir sans difficulté" ? Y a que Asselineau et sa microsecte qui le croient...
Réponse de le 05/04/2014 à 11:45 :
Rien quelle fait de prétendre vouloir sortir de l'euro montre que ce monsieur n'a pas encore du dépasser l'étape du boulier compteur ... Le monde change
Réponse de le 05/04/2014 à 12:29 :
De nombreux prix Nobel d’économies, qu'il soient de droite, de gauche, libéraux ou keynesiens (Krugman, Stiglitz, Sen, Allais) vont dans le sens d'une sortie de l'euro.

monnaie qu'ils critiquent vivement car pas adapté a l'économie de la majorité des pays européens.

Ce n'est pas l'économie d'un pays qui doit s'adapter a la monnaie..c'est la monnaie qui doit s'adapter a l'économie de ce pays.
Et c'est tout le problème de l'euro, puisqu'on ne peut pas toucher son taux de change.
Réponse de le 05/04/2014 à 15:22 :
L'euro n'est qu'un volet technique. On sait parfaitement simuler une dévaluation avec l'instrument socialo fiscal si on en a la maîtrise (TVA sociale, revenu de bas..). Le plus important est de pulvériser la commission et de décider nous-mêmes entre états si on conserve cette zone monétaire supranationale et avec quels objectifs. Ne nous trompons pas de combat, notre ennemi n'est pas néessairement l'euro mais ce fantasme complètement fou de fédéralisme européen.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :