La Tribune

" En matière d’attractivité, la France n’a pas de complexe à avoir "

"Notre filiale sera une entreprise française qui paiera ses impôts en France"
"Notre filiale sera une entreprise française qui paiera ses impôts en France" (Crédits : DR)
Fabien Piliu  |   -  830  mots
L’américain QVC, un des leaders mondiaux du shopping multimédia s’implante en France. A la clé, 200 emplois la première année. Dans un entretien accordé à La Tribune, Steve Hofmann, le directeur général de QVC Europe explique les raisons de ce choix.

La Tribune - Après le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie, QVC a décidé de s'implanter en France. Pourquoi maintenant ?

S'implanter dans un pays est un projet de longue haleine. Nous travaillons sur notre arrivée en France depuis trois ans.

Au regard de ce délai, peut-on en déduire qu'il est compliqué pour une entreprise étrangère de s'installer en France ?

Absolument pas ! Nous sommes ravis de l'accueil qui nous est réservé. Nous avons d'excellents rapports avec le gouvernement, l'Agence française des investissements internationaux, l'agence régionale de développement de Paris Ile-de-France ou l'autorité de régulation, le CSA. Tous ces acteurs nous aident au quotidien pour que notre projet soit couronné de succès. Tous les pays sont différents. Il faut à chaque fois s'adapter. C'est ce que nous faisons actuellement en France et ce n'est pas plus difficile qu'ailleurs. En matière d'attractivité, la France n'a pas de complexe à avoir 

Pourtant, la France n'a pas une excellente réputation. Le french bashing est une mode assez répandue.

Au-delà des clichés faciles, comment pourrait-on faire l'impasse sur la deuxième plus grande économie européenne ? Ce serait un non-sens économique. Au cours des dernières années, la France a fait des choix stratégiques novateurs et radicaux en matière de technologie numérique qui ont accéléré notre installation. Celle-ci est prévue au deuxième trimestre 2015, probablement en juin.

L'installation récente d'Amazon en France a soulevé une polémique. A la différence de votre concurrent, QVC sera-t-il imposable en France ?

Laissez-nous le temps de faire des bénéfices ! Plaisanterie mise à part, il est bien entendu que notre filiale sera une entreprise française qui paiera ses impôts en France.

Combien de personnes seront embauchées ?

La première année, nous recruterons 200 personnes, françaises dans leur très grande majorité.

QVC est un des leaders mondiaux du shopping multimédia. Concrètement, que proposerez-vous de différent aux consommateurs français ?

Notre offre diffère profondément du téléshopping classique. Désormais, les consommateurs évoluent dans un univers numérique en pleine expansion et en constante l'évolution qui leur permet de faire des achats à tout moment grâce à une variété de supports techniques. Mais ils sont aussi demandeurs de services, notamment de conseils, et d'expériences toujours plus divertissantes. Nous allons donc proposer aux consommateurs français une expérience d'achat numérique intégrée via nos diverses plateformes e-commerce, audiovisuelle, mobile et nos réseaux sociaux, qui leur donneront la possibilité d'acheter des produits qu'ils ne trouveront nul par ailleurs et ce, en toute confiance.

C'est-à-dire ?

QVC n'est pas un simple distributeur. Plus de 70% des produits que nous proposons ne sont pas disponibles sur Amazon. Quant à la relation de confiance que nous voulons créer avec nos clients, elle est au centre de notre philosophie. Nous ne cherchons pas à forcer une vente. Il en est hors de question. Seule la fidélité de nos clients compte.

Concrètement, comment créez-vous cette relation de confiance ?

Dans le cadre de nos programmes, chaque produit est testé par des experts, des utilisateurs. Son utilité, son design, sa robustesse sont continuellement commentés sur les réseaux sociaux. Nous faisons tout pour que nos clients ne soient pas déçus. C'est la raison pour laquelle nous ne lui imposons pas de délai pour retourner son achat. Certains produits médicaux ou paramédicaux ne produisent pas toujours leurs effets immédiatement. Nous permettons donc à nos clients de les conserver, de les tester jusqu'à 90 jours.

Vous avez rencontré Arnaud Montebourg, le ministre de l'Economie et du Redressement productif qui s'est fait le héraut du made in France. QVC peut-il faire la promotion des produits fabriqués en France ?

Nous le faisons déjà car nous proposons les meilleurs produits à nos clients. Plusieurs fois par an, nous organisons un « french day » au cours duquel les produits français sont particulièrement mis en avant. Au Royaume-Uni, ce sont des « french beauty tour » que nous proposons à nos clients. Je peux vous assurer que les produits français n'ont pas de mal à se vendre car ils ont une excellente réputation.

En France, nous allons procéder en deux temps, comme nous le faisons à chaque fois que nous arrivons dans un pays. Dans un premier temps, nous allons travailler avec nos partenaires traditionnels, parmi lesquels certains sont français comme l'Occitane ou le groupe Seb, puis les produits locaux monteront en puissance dans notre offre. En Italie, 50% des produits achetés en 2013 étaient produits localement, contre 30% deux ans plus tôt.

Est-ce habituel d'être reçu par le ministre de l'Economie du pays dans lequel QVC s'implante ?

Je ne sais pas si c'est habituel . En revanche, le ministre a été très intéressé par les opportunités de développement que notre modèle offre dans le numérique.

Réagir

Commentaires

PHOENYX  a écrit le 22/04/2014 à 9:43 :

Ce monsieur ouvre car il y voit des avantages , aides de l'état indirectes,,,,aussi, il doit vendre ,,,,tous ne peuvent pas être Amazon,,,il voit un vague, il la prend,,,et quand cela ne marchera plus, "he will pack everything,,,that's the way business is done in thé US and thé rest of thé normal world". Article d'agit-prop des médias français,,,décidément, le cirage de pompes continue, car il faut être idiot pour voir la Fr comme un paradis d'investisseurs !

Personal  a écrit le 17/04/2014 à 9:00 :

Si avec tout cet argent des français offerts par les Agences ils ne s'en sortent pas :
Absolument pas ! Nous sommes ravis de l'accueil qui nous est réservé. Nous avons d'excellents rapports avec le gouvernement, l'Agence française des investissements internationaux, l'agence régionale de développement de Paris Ile-de-France ou l'autorité de régulation, le CSA. Tous ces acteurs nous aident au quotidien pour que notre projet soit couronné de succès.

C'EST QU'ILS SONT VRAIMENT MAUVAIS ... OU SI RICHES QU'ILS POURRONT ENCORE FERMER LE BARAQUE ET PARTIR AVEC LES BENEFICES

Viva Zapata !  a écrit le 16/04/2014 à 23:24 :

Ben non, on n'a pas de complexes, on a l'insécurité fiscale, l'insécurité réglementaire et l'insécurité législative (et de grosses et grasses taxes). Bref, nous ne sommes plus en France, mais en Socialie. On n'a plus de travail non plus, mais ça ils s'en foutent bien les politiciens. Du moment qu'ils sont payés, le reste, ils n'en ont rien à cirer. Honte sur eux !

issanissa  a écrit le 16/04/2014 à 23:23 :

bizzare de constater que les french bashing habituels sur ce site , dont je doute qu'ils aient un jour dirigé une entreprise, restent sans voix ...et en plus , c'est un ricain qui félicite notre pays ! insulte réellement suprême pour nos loosers habituels....

bbb  a écrit le 16/04/2014 à 21:37 :

bah! peut-être encore un peu pour l'instant...mais bientôt lorsque plein de Français coucheront sous les ponts, ça fera mauvaise figure ne serait ce que pour le tourisme..!

raymond  a écrit le 16/04/2014 à 16:12 :

ouais ils sont plus repsectueux de la France que nos dirigeants et les journalistes qui nous abreuvent d'anglicismes et 'nen peuvent plus de singer les ricains tant ils sont admiraftifs de leur modèle de société. Les entreprise s francaises en se sentent pas partie prenante de la société, ce qui en soit est très problématique.... Quand on voit nos ministres qui font la promotion de la "silver economy", de la "silver Vallley" , des "MOOCS" et de la FUN...il ne faut s'étonner ensuite que nous soyons en pleine crise identitaire.

Je me frotte les yeux est il possible?  a écrit le 16/04/2014 à 15:28 :

Est-il possible qu'il existât des firmes US non prédatrices, soucieuses des gens et des pays où elles vendent et où elles vont et qui sont tout à fait disposer à payer des impôt et qui en plus vantent les mérites de notre pays La France....un anti Obama en quelque sorte CAR le sourire d'Obama plus personne ne s'y fit ...Tiens ça me fait penser au sourire d'un être du Jurassique qui fait vite déguerpir.

+1  a répondu le 16/04/2014 à 16:25:

Concernant Obama et les amerlocs, pas qu'au sourire ququel on se défit, on se défit de tout: NSA, OTAN, CIA, Lobbies ultra agressifs, bon eh bien toutes les méthodes des US quoi et tous les faux rêves aussi...l'Hotel California quoi.

@jemefrottelesyeux  a répondu le 17/04/2014 à 10:00:

Vous pensez reellement qu'il n 'y a que les firmes US qui sont predatrices? ou sinon je ne sais pas dans quel monde vous vivez. Vous croyez que nos Mulliez, Total, Veolia...sont soucieux des gens et des pays dans lesquels ils vendent et qu'ils ne font pas d'optimisation fiscale...reveillez vous!