Le rapport des Français au travail se dégrade

 |   |  287  mots
54% des salariés se disent stressés dans le cadre de leur travail. (Photo: Reuters)
54% des salariés se disent "stressés" dans le cadre de leur travail. (Photo: Reuters) (Crédits : reuters.com)
Pour une majorité des Français (56%), le travail n'est qu'une "contrainte nécessaire", selon un sondage de l'Ifop. En 2006, plus de la moitié (51%) le percevaient comme une source d'épanouissement.

Une "contrainte nécessaire pour subvenir à ses besoins": c'est ce que représente le travail pour une majorité (56%) de Français, selon un sondage Ifop à paraître dans Sud-Ouest Dimanche. Seuls 44% le considèrent comme un "moyen de s'épanouir".

Ces résultats marquent une nette dégradation en huit ans. En juillet 2006, avant les crises économiques, les proportions étaient en effet presque inversées: plus de la moitié (51%) des Français percevaient le travail comme "un moyen pour les individus de s'épanouir dans la vie", contre 49% qui le vivaient davantage comme une "contrainte", selon un sondage similaire.

Les commerçants plus épanouis que les employés

Le sentiment vis-à-vis du travail n'est toutefois pas homogène dans la population, note l'Ifop. Les individus en âge de travailler (entre 25 et 64 ans) considèrent en grande majorité (59 à 60%) le travail comme une contrainte. A l'inverse, la plupart (56%) des personnes ayant dépassé l'âge légal de la retraite (65 ans et plus) le perçoivent comme un moyen de s'épanouir.

Les artisans et commerçants (53%) et les professions libérales et cadres supérieurs (50%) sont plus nombreux à voir dans leur travail une source d'épanouissement, alors que les employés et les ouvriers le vivent très majoritairement comme une contrainte (66 et 65% respectivement). L'appartenance au secteur privé ou public n'influence pas ce sentiment de manière significative.

Le stress et la frustration augmentent chez les salariés

Les salariés se montrent d'ailleurs aussi impliqués qu'oppressés. Si 64% se disent "motivés" dans le cadre de (leur) travail, 54% se disent également "stressés" (quatre points de plus qu'en 2013). Une majorité (53%) se plaint que son travail "n'est pas reconnu à sa juste valeur" dans l'ntreprise (contre 49% en 2013).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/05/2014 à 18:30 :
Faites comme certains, rester à la maison , vous pourrez regarder la coupe du monde de foot, ou bien aller aux musées , aux cinémas, pour les fainéants c' est 50% moins cher !! C' est sur qu' avec ce qu' on entends tous les jours, aides par çi ..aides par là... sans rien foutre vous gagnez plus que ceux qui bossent, pas de frais de transport, d' habillements, un short suffit , et surtout une bonne paire de chaussons pour le confort devant la télé !!!!!!!!!!
Réponse de le 26/05/2014 à 0:32 :
Y a pas de boulot, alors autant en profiter. Sinon deux solutions, une variante du STO, ou un SMIC à 1 € de l'heure.
a écrit le 25/05/2014 à 18:05 :
Qu'est-ce que j'aimerais que mon rapport au travail se dégrade ...
a écrit le 25/05/2014 à 17:03 :
Les gentils moutons doivent manger ce qu'on leur donne: consommation-défécation, point final.
a écrit le 25/05/2014 à 13:11 :
Voilà le principal facteur et levier de motivation,de prévention des RPS et de bien-être au travail : le management - et notamment via la reconnaissance !
a écrit le 25/05/2014 à 13:08 :
Ce taux de satisfaction est aussi un signe de la penibilité du travail.
a écrit le 25/05/2014 à 12:00 :
vous avez raison j'ai été victime d'une chef de service qui était perversse narcissique et je n'ai pu que changer de structure pour pouvoir m'en sortir
Réponse de le 25/05/2014 à 21:31 :
...quand on peut changer...sinon à long terme = dépression !
a écrit le 25/05/2014 à 11:57 :
Si vous faites l'objet de harcèlement moral au travail, vous êtes peut être victime d'un pervers narcissique ou d'une perverse narcissique. La perversion narcissique est une maladie qui est souvent à l'origine du harcèlement moral. renseignez vous sur internet ou auprès d'un psychologue à propos de cette maladie.
a écrit le 25/05/2014 à 11:10 :
Ce n'est pas une découverte ; et l'on continue sans corriger. L'essentiel est résumé dans le Sud-Ouest : < le personnel perd le sens de ce qu'il fait,pourquoi il le fait et avec quel projet d'ensemble >. C'est le résultat de nos comportements digitalisés, de réactivité sans réflexion, et industrialisés.
a écrit le 25/05/2014 à 11:04 :
Quand allez-vous arrêter cette perpétuelle introspection negative de vos compatriotes à base d'enquêtes d'opinion plus ou moins valables ???? Vous ne croyez pas que les Médias finissent par lasser, non ? Il y a bien d'autres sujets intéressants à traiter que cette manipulation constante.
a écrit le 25/05/2014 à 9:15 :
Allez y on a besoin de vous moi je préfère profiter du système D ça rapporte plus.
Réponse de le 25/05/2014 à 10:59 :
n'importe quoi, celui qui ne VEUT comprendre...triste..
Réponse de le 25/05/2014 à 14:56 :
Pour vous demain boulot moi à 15 heures 30 c'est ciné. On compte square à quoique. Merci
Réponse de le 25/05/2014 à 15:17 :
Je donne raison à travailleur c'est celui qui ne fout rien il profite de sa vie et nous on se fait plumer au boulot. Si ça continue je fais comme lui.
a écrit le 25/05/2014 à 9:05 :
Faut sortir du troupeau et profiter des aides, on a qu'une vie.
a écrit le 25/05/2014 à 7:33 :
Les formations aux risques psychosociaux n'y changeront rien car elles ne sont là que pour donner l'impression qu'on s'occupe de vous, mais au final, qu'est ce qui changera ?
Réponse de le 25/05/2014 à 7:57 :
Bah ! On sait bien que cela ne sert à rien si derrière il n'y a pas les moyens de changer quoi que ce soit. La plupart du temps, elles n'entrainent que des contraintes supplémentaires entrainant un peu plus d'immobilisme dans l'entreprise par crainte des pétages de plomb.
Réponse de le 25/05/2014 à 9:09 :
Vous vous prenez bien la tête faites comme moi rien, des petits boulots, des aides de la mairie, places de ciné pas chers, transports gratuits, pas d'impôts que demeure le peuple tout sauf le boulot. J'ai monté à une petite échelle la même entreprise que nos politiques, eux ils ont compris tout dans leurs poches mais pas sur mon dos, surtout sur le votre continuez à travailler sinon mon système ne tient plus. Merci d'avance.
Réponse de le 25/05/2014 à 9:11 :
@Mozar : Bien vu. La vie au travail n'est que faux semblant. ça contente les syndicats, ça rassure quelques salariés mais tout cela n'est que du vent.
a écrit le 25/05/2014 à 3:30 :
Le salariat...
a écrit le 24/05/2014 à 20:13 :
D'une part plus personne ne fait confiance à personne sous les sourires contraints et faux !

D'autre part travailler et vivre aussi mal que les personnes aux ASSEDIC achève le tableau.

Pessimiste moi ? Réaliste plutôt !
Réponse de le 24/05/2014 à 20:38 :
D'accord avec vous !
Réponse de le 24/05/2014 à 23:12 :
De même !
Réponse de le 25/05/2014 à 7:48 :
Itou
Réponse de le 25/05/2014 à 8:08 :
En phase avec vous dans notre entreprise 590 personnes, dans chaque service on se surveille. On parle de plan de départ en permanence. L'essentiel pour survivre est de faire du vent en permanence pour ne pas se faire remarquer comme c'est le cas pour tout le monde la production se dégrade et la boîte fout le camp. Chacun regarde son intérêt ce qui est humain mais comme c'est à l'échelle national tout se barre en .......... Plus rien à foutre c'est mon quotidien d'ailleurs comme c'est parti je profiterai du système comme les autres. À AULNAY SOUS BOIS avec la mairie que l'on a il vaut mieux être chômeur que de travailler alors profitons des aides au lieu de payer en permanence.
a écrit le 24/05/2014 à 18:49 :
Le travail : une contrainte même plus nécessaire !! Y a les allons, le RSA... pourquoi s'emm.beter ???
Réponse de le 24/05/2014 à 21:09 :
Ah bon pour ne rien faire tu es prêt a renoncer a ton salaire de 2000 Euros pour un RSA de 450 Euros certes avec quelques avantages (alloc ). Allez essayes vraiment et racontes nous. Je crois que tu ne te rend pas compte de la valeur , la faible valeur de l'argent , avec 450 Euros montres nous comment tu vis comme un roi.
Réponse de le 24/05/2014 à 23:13 :
c'est du premier degré..?
Réponse de le 25/05/2014 à 2:21 :
avec le rsa ,hlm ,cmu et autre aide et travail au black et zero impot
super
oui oui
Réponse de le 25/05/2014 à 8:09 :
Encore un qui n'y connaît rien avec toutes les combines on gagne autant que toi mais ça ne peut marcher que s'il y a des gens comme toi qui bossent alors continue.
a écrit le 24/05/2014 à 18:31 :
Moutons soumis, travailleur docile achete et ferme la!
a écrit le 24/05/2014 à 18:14 :
on est payé au lance pierre, on se rend compte qu'on bosse et que malgré cela on ne s'en sort pas, le travail ne "rapporte plus" dans tous les sens du terme....financièrement, moralement, la dignité, on la met dans la poche, car exploité, plus de satisfaction liée au travail....c'est comme ça, et c'est voulu." !!!
a écrit le 24/05/2014 à 18:10 :
oui, contrainte necessaire, même "forcée" quelque part, tellement les individus sont dégoutés par l'ambiance au travail, les pratiques patronales (certains!), plus reconnus au mérite, faut bien gagner sa vie, quoi......c'est aussi simple que ça, aussi "médiocre" et désenchanté", actuellement...
Réponse de le 24/05/2014 à 21:33 :
une vérité vraie : on ne s'épanouit plus au travail...! on déprime surtout ..
Réponse de le 25/05/2014 à 8:14 :
Fait comme moi fait du vent et tu pourras t'épanouir au travail. Ta personnalité, des que tu arrives au boulot, tu mets un mouchoir dessus et après tout ira bien. Moins que tu en fais mieux tu te portes et en plus tu es bien vu. Un peu de (faillotage) les chefs adorent et tu gagnes des points, la productivité tu t'assois dessus.
Réponse de le 25/05/2014 à 8:16 :
Tu fais comme moi chômeur professionnel et c'est dimanche tous les jours. Des que tes droits tombent tu prends un petit boulot que tu quittes dès que possible. Tu en prends très vite l'habitude.
Réponse de le 25/05/2014 à 11:05 :
voilà, où leurs politiques à la con, nous ont mené!! vous avez entièrement raison, triste mais vrai, hélas...Pauvre France gouvernée par des incapables, mafiosos et "jem'en foutistes" !
a écrit le 24/05/2014 à 17:36 :
Il existe une formation à la Conduite des hommes qui pourrait résoudre bien des problèmes. On la trouve dans toutes les librairies sous le titre, Encadrer une équipe : la conduite des hommes dans une période de mutations.
Réponse de le 25/05/2014 à 8:17 :
On n'est pas des veaux ça c'est bon pour toi.
Réponse de le 25/05/2014 à 9:26 :
J'ai lu votre livre, c'est un navet pour gens crédules.
Réponse de le 25/05/2014 à 10:14 :
J'ai lu votre livre, c'est un navet pour gens crédules.
Réponse de le 25/05/2014 à 10:18 :
Encore de la pub déguisée pour un auteur en mal de dividende.
Réponse de le 25/05/2014 à 10:23 :
J'ai lu bien mieux que le bouquin d'Alain Astouric. Il ne suffit de noircir des pages pour prétendre être un spécialiste.
a écrit le 24/05/2014 à 14:12 :
C'est normal . Aujourd'hui le travail ne paie pas mieux que l'assistance . Et quand on fait beaucoup mieux on se fait ratisser . Alors
Réponse de le 24/05/2014 à 15:00 :
L’investissement ou le sur investissement ne paye pas en entreprise. Le contrôle strict du respect des procédures internes (émanant du siège) qui mènent l’entreprise dans le mur (exemple de Nokia cité dans un article récent de La Tribune) incombe aux managers. De fait, ces derniers deviennent des « surveillant(e)s général(e)s » doté(e)s de moyens correctifs ‘’stressogènes’’ sans retenue: entretien directif, alerte, avertissement, blâme, dévalorisation, notation…Comment voulez – vous connaitre un épanouissement dans ce climat ? Comment voulez-vous créer, être positif avec vos clients dans un environnement qui ne peut pas l’être ?
Des comportements (courants ?) sont en revanche TOTALEMENT ignorés par les managers, la direction du personnel (anciennement appelée ‘’des Ressources Humaines’’), les syndicats: mobbing, promotion canapé, délation, évocation de contrevérité, vulgarité, communautarisme religieux (voir un autre article récent dans La Tribune). J’ai lu un commentaire sur ce site « penser, c’est désobéir » : c’est un bon résumé.
Réponse de le 24/05/2014 à 20:43 :
@ candide 2&

Sa dépend, on refuse les augmentations des salariés à cause de la crise; MAIS les patrons comme GATTAZ s'augmente à cause des bénéfices de l'année... On est en crise ou on fait des bénéfices? Et tous les grands groupes sont pareils voir ils coulent les petites entreprises pour prendre la main sur les marchés et nous saigner encore plus ( comme les supermarché qui a l'origine fournissait des produits pas cher et on fait couler les petits commerces comme les boucheries... et qui aujourd'hui font des produits de mer.. très cher. )

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :