Pour les classes moyennes, l'impôt est en France l'un des moins progressifs des pays de l'OCDE

 |   |  740  mots
Taux d'imposition pour un couple avec deux enfants, revenu égal à deux fois le salaire moyen. Source: OCDE
Taux d'imposition pour un couple avec deux enfants, revenu égal à deux fois le salaire moyen. Source: OCDE (Crédits : DR)
Contrairement à une idée reçue, les classes moyennes françaises sont parmi les moins taxées des pays industriels, au moins s'agissant de l'impôt sur le revenu, selon l'OCDE.

 C'est entendu, mis en avant aussi bien par les députés UMP qui ne manqueront pas de le souligner pendant le débat sur le collectif budgétaire, ces lundi et mardi, que par des experts de gauche, peu suspects de "dérive libérale", comme Henri Sterdyniak, la France a l'un des systèmes fiscaux les plus progressifs. Cela tient notamment à la forte hausse de la taxation des revenus du patrimoine décidée à la fois par Nicolas Sarkozy, qui a fait passer les prélèvements sociaux sur ces revenus de 10% à 15,5%, et François Hollande, qui les a soumis au barème de l'impôt (certes, avec de sérieux aménagements).

Un impôt sur le revenu concentré sur une petite minorité

Mais cette progressivité vaut surtout pour les plus aisés des ménages, bénéficiaires principaux des revenus du patrimoine. Qu'en est-il pour la fameuse classe moyenne, dont l'opposition ré-affirme qu'elle est étranglée par les impôts ? L'idée prévaut que l'impôt sur le revenu est, en France, beaucoup plus progressif qu'ailleurs, c'est-à-dire qu'il s'alourdit fortement et rapidement à mesure que l'on monte dans la hiérarchie des revenus. Plus de la moitié des ménages sont exonérés, souligne-t-on, les autres sont donc véritablement pressurés. Ainsi, les 10% de foyers fiscaux aux plus hauts revenus, qui touchent 34% du total du revenu imposable acquittent 70% de l'impôt sur le revenu. Mieux : la petite fraction des 1% de foyers les plus aisés paie 31,5% du total de l'impôt, selon les documents remis par Bercy au groupe chargé d'une réflexion sur la réforme fiscale.

 C'est en Grande-Bretagne que la progressivité est la plus forte

Mais on est là bien au-delà de la classe moyenne. Qu'en est-il pour celle-ci ? Est-elle vraiment écrasée par les impôts ? Et quelle est la situation dans les autres pays industriels ?

L'OCDE a consacré récemment une étude à la progressivité de l'impôt sur le revenu, qui permet de comparer la situation française à celle des autres pays industriels, s'agissant des fameuses classes moyennes. L'organisation internationale compare la pression fiscale (impôt sur les revenus, y compris la CSG en France) entre deux niveaux de revenus salariaux : un ménage à faibles ressources (la moitié du salaire moyen) et un appartenant à la classe moyenne (deux fois le salaire moyen).

Que fait apparaître cette comparaison internationale ? Contrairement à une idée reçue, ce n'est pas en France que la progressivité est la plus forte : c'est au Royaume Uni. Entre ces niveaux de revenu, la taxation progresse très fortement. Pour un couple avec deux enfants (un seul salaire), on passe en Grande-Bretagne d'une taxation négative (c'est-à-dire que le salarié reçoit une subvention de l'Etat à hauteur de 24,5% de sa rémunération initiale), au niveau de la moitié du salaire moyen, à une imposition très significative de 25,7%, lorsque cette famille type atteint deux fois le salaire moyen, selon des chiffres communiqués par l'OCDE à La Tribune.

Une très faible progressivité en France

En France, la progressivité est beaucoup plus faible, c'est d'ailleurs l'une des plus faibles de tous les pays de l'OCDE. En effet, la taxation passe de 4,5% pour la rémunération basse à 12,8% pour le ménage des classes moyennes. Une taxation parmi les plus faibles de tous les pays industriels, pour ce salaire au dessus de la moyenne : elle atteint… 42,9% au Danemark, 31,4% aux Pays Bas, 31,1% en Belgique, 28% en Italie, 16% en Allemagne, et 13,2% aux Etats-Unis (cf graphique) . La moyenne des pays de l'OCDE est de 19,9%, contre 12,8% en France, donc.

L'hexagone affiche donc l'une des progressivités les plus faibles de l'impôt sur le revenu entre ces deux bornes.

Peu de taxation en bas de l'échelle, beaucoup en haut

Comment l'expliquer ? « Cela n'a rien d'étonnant » estime l'économiste spécialiste des questions fiscales Henri Sterdyniak (OFCE). « Notre système taxe très faiblement en bas de l'échelle, il impose fortement les riches, mais il est plat entre les deux ».

Effectivement, si l'on monte dans la hiérarchie des salaires, si l'on considère la taxation globale pour la fameuse catégorie des 1% les plus riches, on obtient des taux de taxation beaucoup plus élevés. Au total, c'est en France que les revenus du patrimoine, qui constituent une bonne partie des ressources des ménages les plus aisés, sont les plus taxés, selon Eurostat.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2014 à 17:39 :
A la lecture de cet article qui m'est apparu un peu "orienté", j'ai voulu regarder l'étude en question pour mieux comprendre. Un peu de sens critique, comme il a déjà été souligné ci-dessous!
Faites l'expérience vous-même: cliquez sur "une étude" dans l'article de monsieur Best, et dans la page qui s'ouvre, dans les graphiques du bas de page, choisissez la France pour comparer notre pays avec les autres pays de l'OCDE.
Vous verrez que le poids de l'impôt TOTAL sur les classes moyennes est parmi les plus fort des pays de l'OCDE, bien au-dessus de la moyenne...
Alors, bien sûr le graphique présenté dans cet article est juste, et montre effectivement que le poids de l’impôt SUR LE REVENU sur les classes moyennes est faible en France. Mais étant donné que pour ces mêmes classes le poids de l’impôt sur le revenu par rapport au poids total de l’impôt est relativement modéré, l'information fournie par cet article, trop partielle en devient totalement dénuée d'intérêt!! Et donc on pourrait supposer orientée...
Ce qui me gène, c'est que le graphique et le reste du contenu de cet article fait passer le message suivant, (d'ailleurs repris dans certains commentaires ci-dessous) : - de quoi se plaignent les classes moyennes elles ne payent pas beaucoup d’impôt -, alors que la même étude émanant de l'OCDE démontre clairement l'inverse...
Il est clair qu'il y a un problème en France, et que la charge fiscale est très importante pour les classes moyennes mais également pour les plus hauts revenus et que dire des charges patronales (les résultats de l'étude de l'OCDE pour la France sont édifiant à mon sens!). Alors à quoi peut bien servir cet article?? Selon moi, à rien. Non seulement il délivre une idée aux antipodes de la réalité, mais il va au-delà, puisqu'il tend (inconsciemment..ou pas!) à mettre dos à dos les classes moyennes et la frange la plus aisée de la population, alors même que la France aurait bien besoin de plus de cohésion et d'unité en ces temps difficiles...Non vraiment, que quelqu'un me trouve une pertinence quelconque à cet article, je reste curieux et ouvert!
a écrit le 25/06/2014 à 8:50 :
Le "front populaire" qui a été élu n'a pas d'autre politique que d'augmenter les impôts qui sont déjà massifs, ce qui n'empêche pas les recettes fiscales de baisser puisque plus personnes ne veut travailler. L'impasse est totale puisque l'endettement atteindra bientôt 90% du PIB.
L'héritage va être terrible pour les suivants, comme en 1938.
a écrit le 24/06/2014 à 15:47 :
"Peu de taxation en bas de l'échelle, beaucoup en haut"

Correction: "Aucune taxation en bas de l'échelle, beaucoup en haut"

Sans compter qu'une politique familiale nataliste tend la taxation vers la confiscation pour les plus hauts revenus... enfin pour ceux qui aiment se faire plumer en France.
a écrit le 24/06/2014 à 14:51 :
je vais t'expliquer un truc mon vieux, quand on aura des stats fiables pertinentes et complètes on pourra faire des comparaisons, mais il faut bien comprendre qu'on doit comparer en tenant compte de tout - charges sociales patronales et salariales, prestations sociales, CSG, CRDS, taxe d'habitation, taxe foncière, droits de succession etc...
Réponse de le 24/06/2014 à 15:23 :
La classe moyenne est de loin la plus taxée surtout les classes moyennes dites supérieures ( supérieurement taxées ). On court a notre perte. Il faut baisser les dépenses publiques d'urgence et baisser fortement les impôts de tous et pas seulement des plus modestes. On n'en peut plus de cette injustice fiscale!
a écrit le 24/06/2014 à 14:09 :
Un peu d'esprit critique permettrait peut être de comprendre cette analyse de l'OCDE. La CSG s'applique a tous les revenus, et son taux est supérieur a 4.5% ? Comment expliquer ce taux mini ?
a écrit le 24/06/2014 à 13:21 :
Voilà un bel article de propagande, faire passer des mensonges en occultant une partie des données, la pression fiscale globale est une des premières du monde, et l'argent collecté ne sert majoritairement que des salaires, alors que des pays comme le Danemark l'utilise beaucoup plus dans l'investissement. On retrouve ça dans la vie courant au Danemark . Les Français s'appauvrissent d'année en année , ça on peut le voir concrètement en regardant autour de soi !
Réponse de le 24/06/2014 à 13:27 :
Ben non. Cet article observait juste un élément parmi d'autres du système de taxe en France, c'est à dire que l'IR est peu progressif au niveau de la classe moyenne. Il n'en a pas fait de conclusion sur l'efficacité ou non de ce système d'impôt.
Réponse de le 03/09/2014 à 9:48 :
L''impôt peu progressif en France ? Non mais on rêve !

Vous ne direz pas la même chose lorsque vos revenus augmenteront.
a écrit le 24/06/2014 à 12:07 :
Calculer la pression fiscale uniquement sur l'IRPP biaise complètement les données. La réalité, c'est que collectivement, nous payons 57,6% de nos revenus à la collectivité, incluant assurance maladie, retraites, IRPP, IS, TVA, TIPP, CSG, CRDS, j'en passe et des meilleures... Durant mes études, nos enseignants nous disaient qu'au delà de 37% de prélèvement, on basculait dans une économie de type collectiviste... Sans commentaires...
Réponse de le 24/06/2014 à 13:30 :
Au début du XXe siècle, les économistes n'imaginaient pas de taux d'imposition au dessus des 10%. Puis il y a eu la guerre et l'invention de l'IR et dans les années 20 c'était 20%, puis dans les années 30 il y a eu le FP, les réformes sociétales et la crise et on est passé à 30%, puis dans les années 40 il y a eu la guerre et la sécurité sociale et on était passé à 40%, etc., etc., etc.
Bref, il n'existe pas de limite au taux d'imposition, puisque celui ci a toujours augmenté. C'est ce qu'on en fait qui est important.
Réponse de le 24/06/2014 à 14:35 :
ir 45
CSG 15,(
ISF15 POINTS du revenu soit plus de 75 p cent
Réponse de le 03/09/2014 à 9:49 :
Vous avez raison. D’ailleurs je propose la confiscation pure et simple des revenus. Comme ça on sera tous pauvres.
a écrit le 24/06/2014 à 11:58 :
le salaire moyen en allemagne est beaucoup plus élevé que le salaire moyen en france...... si ma mémoire est bonne..... les calculs sont donc biaisés..... et les comparaison complexes......
a écrit le 24/06/2014 à 10:46 :
100% des français payent la TVA qui pèse sur le pays 3 fois plus que l'impôt sur le revenu et qui est proportionnellement plus lourde (12%) pour les plus démunis que pour les plus riches (4%).

Idem pour toute une série de taxes (RDS, CSG, TIPP...) qui ne sont pas proportionnelles du tout.

Ce qui veut dire au final que la pression fiscale est globalement plus forte sur le français lambda. que sur les pauvres riches imposés à 34% sur le revenu.
Réponse de le 24/06/2014 à 11:35 :
N'importe quoi! Les plus modestes bénéficient de beaucoup d'aides non imposées. Les classes moyennes surtout supérieures ( relisez l'article) sont celles qui payent le plus et n'ont droit a rien. Même le quotient familial leur est abaissé. Quel scandale! Moi je voterai pour ceux qui instaurerons plus de justice fiscale dans ce pays
Réponse de le 25/06/2014 à 8:55 :
la justice fiscale, c'est l'égalité devant l'impôt, quelqu'il soit, donc proportionnel ; tu gagne 100 tu payes 20, tu gagne 1000 tu payes 200
La TVA c'est un impôt "vert" sur la consommation, donc la pollution, c'est différent
a écrit le 24/06/2014 à 10:19 :
Article completement biaise. Oui l IR francais est plus faible que dans pas mal de pays. Surtout si on se base sur un cas favorable (famille avec 2 enfants car la plupart des pasys n ont pas de quotient familial). Par contre si vous prenez tout, on est loin du compte. Pour prendre l exemple de la RFA, avec un salaire brut legerement superieur a cleui que j avait en France et malgre une taxation a l IR de pres de 50 % en RFA comme celibataire, je vivait mieux qu en France. Pourquoi ? bien moins de cotisations sociales, pas de taxe d habitation et pas de bulle immobiliere (dont le pire est qu elle est subventionne avec mes impots !)
a écrit le 24/06/2014 à 9:03 :
La prochaîne campagne électorale se fera sur le theme de la fiscalité même cela ne concerne que 50% des électeurs actuellement
Réponse de le 24/06/2014 à 9:14 :
Oui, mais ces 50% sont l'élite.
a écrit le 24/06/2014 à 8:58 :
La justice fiscale serait l'impôt proportionnel, par exemple 17%, sur les revenus, sans trituration fiscale avec prélèvement à la source pour que les travailleurs constatent exactement ce qui leur reste pour vivre
Réponse de le 24/06/2014 à 11:39 :
Que faites vous des couples alors avec une personne sur les 2 qui ne travaille pas ? Et les enfants à charge?
Réponse de le 24/06/2014 à 13:13 :
On est pas des cobayes pour vérifier vos élucubrations. La vrai justice fiscale c'est de supprimer l'impôt sur le revenu, véritable atteinte au droit de propriété !
a écrit le 24/06/2014 à 8:51 :
C'est un effet de la politique familiale. Les familles de la classe moyenne avec enfant sont clairement peu imposées et fortement subventionnées. Avec 2 enfants, le quotient familial maxi représente 3000 euros de réduction d'impôt. Mais il est évident que quel que soit le montant de l'impôt, chacun trouve qu'il est trop élevé.
Quant à évoquer les charges sociales, ce n'est pas un élément déterminant pour les ménages car le revenu annuel médian est similaire en Allemagne ou en Belgique. Les charges sociales jouent sur le coût du travail et la compétitivité de nos entreprises plus que sur le revenu médian.
a écrit le 24/06/2014 à 8:05 :
Cette analyse est trompeuse. Les charges sociales en France qui sont également un impôt sont plus élevées que dans beaucoup d'autres pays. De plus comme les charges patronales sont très élevées les salaires payes sont bas. Il faut donner une image globale.
a écrit le 24/06/2014 à 7:45 :
Ceci est faux les classes moyennes sont matraqués et les impôts ont augmentés de plus de 25% en 3 ans. Ce genre d'article prépare les esprits a une autre augmentation d’impôts pour les classes moyennes! Le pays est tellement mal gérer qu'il n'en saurait en être autrement. Mais nous nous approchons de la fin!
a écrit le 24/06/2014 à 7:35 :
C.Q.F.D.
Réponse de le 24/06/2014 à 14:26 :
Si vous lisez correctement l'article, ce sont celles qui sont le plus taxées. C'est intenable et discriminatoire
a écrit le 24/06/2014 à 6:24 :
Si vous partez du salaire super brut, et que vous comptez tous les prélèvements qui sont réalisés sur votre travail (en commençant par les taxes dites "patronales"), alors oui, vous réaliserez que les classes moyennes sont super taxées en France. N'attaquez votre analyse que par l' IR fausse complèment le débat et votre conclusion.
a écrit le 24/06/2014 à 5:38 :
si les classes moyennes étaient a ce point matraquées,on verrait moins de 4x4 sur les routes,de fabriquants de piscines,d'hotels et de restaurants bondés dès qu'il fait beau...les classes moyennes vivent encore très bien,elles ont un faux ressenti...
Réponse de le 24/06/2014 à 6:01 :
Ce mot ARGENT en France est le jouet des politiciens et n'a jamais été utilisé pour catalyser les jeunes pour la RÉUSSITE professionnelle. Au contraire, l’Argent en France est vu négativement. La preuve Hollande qui est contre la finance mais qui s'en met plein les poches. Donc les discours et la réalité sont opposes. Les politiciens MENTENT depuis plus de 30 ans et vous les suivez avec des discours appauvrissant. Réagissez la REUSSITE n'est pas une Honte et si elle s'accompagne d'Argent assumez le
Réponse de le 24/06/2014 à 6:31 :
Les biens que vous listez sont achetés à crédit. Les hotels et les restaurants dont vous parlez sont ceux de Paris. Effectivement quand il fait beau, il est agréable de prendre un café sur le trottoir (c'est le petit plaisir des parisiens). Quand aux hotels, ce sont les touristes étrangers qui les remplissent. Si l'économie française est actuellement complètement à l'arrêt, c'est aussi parce que la classe moyenne a de moins en moins d'argent : autrement dit elle est de fait très pressurée, taxée depuis l'UMPiste Sarkozy, et le socialiste Hollande.
Réponse de le 24/06/2014 à 7:30 :
... Que vous avez tort. Votre réflexion est affligeante et tellement limitée. Un autre article vous explique que le marché français des voiture premium est le tiers en France de ce qu il représente en Allemagne ou en Angleterre. Dois je vous montrer la relation?
Réponse de le 24/06/2014 à 14:23 :
Oui dans les cafés de Paris bobo, il n'y a que les intermittents .....subventionnés par les impôts des gens qui bossent ( classes moyennes surtout ) pour faire des spectacles que personne ne demande
a écrit le 24/06/2014 à 1:08 :
L'idéal s'est de faire comme ceux qui votent les impôts et taxes. Les faire payer aux autres et s'en affranchir eux-mêmes par des indemnités non-imposables. Voilà la vraie solution ! Que du bonheur !
a écrit le 24/06/2014 à 0:22 :
comme d'habitude, on oublie les charges sociales qui ne sont pas considéré comme un impôt par le gouvernement. Une bonne analyse devrait prendre l'ensemble des taxes, charges, et impôt dans le calcul
a écrit le 23/06/2014 à 23:15 :
En 1970, 40% des richesses allaient aux actionnaires.
Aujourd'hui, 60%.

Alors, classe moyenne ou pas, l'avenir ne s'annonce pas rose.
Réponse de le 24/06/2014 à 6:03 :
Qui nous gouvernent et qui s'en mettent plein les poches. L'objectif de réussite d'un politicien c'est etre au gouvernement pour le pouvoir et l'ARGENT
Réponse de le 24/06/2014 à 11:25 :
L'avenir serait plus rose si on incitait les français à devenir actionnaires! Au lieu de ça, on pousse en avant la pierre et le livret A...
a écrit le 23/06/2014 à 22:18 :
Les 4/5 des français ignorent qu'ils bénéficient du quotient familial inconnu chez nos voisins.
Mon homologue anglais avec ses 2 enfants payait ainsi bcp plus que moi. Si nous avions été célibataires, il aurait cependant payé moins que moi.
La différence se fait sur les charges sociales où là on se fait nettement plus allumer que les anglais
a écrit le 23/06/2014 à 22:04 :
et la CSG? est-elle prise en compte.
a écrit le 23/06/2014 à 21:52 :
Cet article est trop subjectif, étroit intellectuellement, incomplet et inutile. Cet article est le reflet de nos gouvernants. La classe politique et journaliste sont unis grâce aux réunions de l'automobile club. Il vaut mieux lire les journaux étrangers pour être informé. L'Espagne baisse de 12,5% les impôts sur le revenu et aucun journaliste français n'en parle, peut être par complaisance avec Hollande et son gouvernement !!
a écrit le 23/06/2014 à 21:39 :
En France, une proportion élevée de parasites ne payent pas d'impôt sur le revenu et c'est là qu'est l'injustice. Un impôt juste est un impôt que tout le monde paye et basé sur le même pourcentage des revenus.
Réponse de le 23/06/2014 à 22:16 :
D'accord avec vous. Disons 50%...par contre on redistribue l'intégralité du produit de l'impôt à parts égales entre tous. Quant aux services publics, on les paye normalement par des redevances.
Réponse de le 24/06/2014 à 0:24 :
"Un impôt juste est un impôt que tout le monde paye et basé sur le même pourcentage des revenus." : Comme la TVA? 20% pour ceux qui n'ont pas la capacité d'épargner, bien moins pour les autres.
a écrit le 23/06/2014 à 21:36 :
Les classes moyennes sont justement celles qui épargnent, n'ayant pas de capital constitué ni de revenus suffisamment élevés pour espérer un niveau de vie supérieur. Donc elles subissent de plein fouet l'augmentation sarkozo-socialiste de la fiscalité de l'épargne. L'article commet la même erreur que nos politiciens : qualifier de "classes moyennes" celles qui au contraire sont plus pauvres qu'elles et ne paient pas d'impôts. Quant à parler d'impôt sur le revenu sans comptabiliser la CSG qui rapporte plus que l'impôt sur le revenu, c'est tout bonnement une escroquerie intellectuelle.
Réponse de le 23/06/2014 à 22:19 :
Non seulement il faut comptabiliser la CSG mais aussi les cotisations non contributives. Il faut aussi comptabiliser l'impôt négatif (allocations familiales par exemple).
a écrit le 23/06/2014 à 19:28 :
Beaucoup en haut??? Vous voulez rire ! Ils se font défiscaliser par des dons comme pour le remboursement de la dette de l'ump... Et nous qui trimons ces plus des deux tiers d'une paye qui partent que dans l’impôt sur les revenus !
Ceux qui payent le plus sont les travailleurs !
a écrit le 23/06/2014 à 18:55 :
mais nous sommes les seuls a payer des charges sociales si élevées et déplafonnées, c'est un impots déguisés car il n'y a rien de plus en contrepartie de ces cotisationssi on paye plus et cela coute nien plus que les supplement d'impot de nos voisins .
Réponse de le 23/06/2014 à 19:37 :
Les cotisations ne servent a rien, comme les cotisation retraite par exemple. Tu prends surement l'Allemagne comme un exemple. L'Allemagne pour un couple de classe moyenne comme indiqué dans l'article c'est 16% de taux d'imposition (12,9 en France) , moins charges , mais pas ou très peu de retraite (il est impossible de vivre avec ce que verse la retraite publique, il faut cotiser ailleurs, EN PLUS) . Si les cotisations ça sert.
Réponse de le 23/06/2014 à 22:22 :
Il faut distinguer les cotisations contributives (retraite, chômage) qui servent à financer du salaire différé des autres cotisations (famille, santé) qui elles sont de l'impôt en effet
a écrit le 23/06/2014 à 18:50 :
Je suis sur que cela fera plaisir aux français écrasés d'impôts de savoir que l'on pourra faire plus! M.Sapin se frotte les mains!
a écrit le 23/06/2014 à 18:44 :
Je gagne avec ma moitié deux fois du smic. Ma foi on paye deux mois de salaire. C est du vol. On ira à Gstaad et la bas on va payer même pas un mois. Cherchez l erreur mes chers con citoyens. Je n'ai marre mais marre tellement marre de payer pour les ras casses. Adieu. ;-(
a écrit le 23/06/2014 à 18:40 :
N'importe quoi cet article..!
Réponse de le 23/06/2014 à 20:47 :
Non, l'impot en France s'apparente en effet plus à une taxe punitive sur les classes supérieures qu'à une contribution équilibrée que tout à chacun devrait acquitter. Quant à la taxation de l'épargne, c'est tout simplement la plus élevée du monde, une authentique spécificité francaise.
a écrit le 23/06/2014 à 18:28 :
Donc la logique socialiste voudrait que l'on augmente encore les impôts sur le revenu des classes moyennes , C'est cela le but de cet article qui fait l'impasse sur la masse sans fin des taxes auxquelles on est assujetti ... contre notre grée ! RAS LE BOL FISCAL pour moi c'est sur... Un prolo de la classe moyenne qui n'a droit à rien mais paye pour tout !
a écrit le 23/06/2014 à 18:21 :
les PLUS progressifs !!!
a écrit le 23/06/2014 à 18:13 :
Nous sommes les vrais pigeons. Étranglées d'impôt mais pas assez riche pour s'exiler ou defiscaliser en s'offrant les services ( chers) d'un fiscaliste. La baisse du quotient familial nous a fait descendre d'un cran au niveau du mode de vie , donc plus de sorties ( resto, ciné...) on va à l'essentiel ( rembourser les crédits en cours , payer la nourriture et les habits des enfants s'ils sont abimés) . Ras le bol ! Je voterai pour celui qui remontera le quotient familial .
Réponse de le 23/06/2014 à 18:28 :
+10000000000000000000000000
Réponse de le 23/06/2014 à 18:38 :
Une bonne fois pour toutes, faire des enfants est un choix privé que les autres contribuables n'ont pas à financer. Vous avez fait ce choix, assumez-le. Si j'avais une Porsche, véhicule coûteux, je n'aurais pas droit à une quelconque déduction. Ou alors maintien du quotient familial, mais pour les personnes sans enfants, droit à une déduction égale à la moyenne de ce que peut déduire les bénéficiaires du quoitient. La vraie équité est celle qui neutralise les choix privés, et donc, notamment, qui ferait disparaître le quotient familial. Lequel est une hérésie puisque nous avons déjà trois millions de chômeurs disponibles pour financer les retraites pour peu qu'ils trouvent un travail.
Réponse de le 24/06/2014 à 11:20 :
Donc dans ce cas, plus d'enfants plus personne pour financer votre retraite . Il faut instaurer la retraite par capitalisation ( chacun paye pour soi- même) , je suis d'accord je paierai moins d'impôt . Arrêtons la politique de red
Réponse de le 24/06/2014 à 11:20 :
Donc dans ce cas, plus d'enfants plus personne pour financer votre retraite . Il faut instaurer la retraite par capitalisation ( chacun paye pour soi- même) , je suis d'accord je paierai moins d'impôt . Arrêtons la politique de red
Réponse de le 24/06/2014 à 12:08 :
"La vraie équité ....." Alors arrêtons aussi de subventionner les niches dans les dom Tom, les gens en sur endettement, les autoroutes ( car je n'ai pas de voiture moi) , les intermittents, les fonctionnaires, les veufs, les pauvres, les HLM.... Chacun pour soi, en ce qui me concerne c'est tout bon , je peux financer largement ma retraite et mes enfants si je ne paye plus d'impôt sur le revenu
Réponse de le 24/06/2014 à 13:04 :
Les enfants, cela représente un coût... donc il est équitable pour l'Etat d'essayer de prendre ce coût en considération.
Par ailleurs, l'Etat a aussi pour vocation sa perduration dans le temps, et l'élément démographique est l'un des premiers facteurs clés de cette mission.
Comme le fait remarquer le répondant avant, la structure de l'impôt et les dépenses sont un CHOIX ... il n'est jamais question d'équité.
(Et ceci est vrai dans tous les pays).
a écrit le 23/06/2014 à 17:37 :
L'article ne veut pas dire grand chose, car il ne tient pas compte de l'assiette, des déductions qui varient d'un pays à l'autre et des taux d'imposition sur quel seuil, tous ces paramètres sont très importants et la notion de part n'existe pas en Angleterre, donc ce n'est pas significatif toute chose étant égale par ailleurs.
a écrit le 23/06/2014 à 16:39 :
Je rêve, c'est quoi ce taux ridicule ? Quel intérêt de parler de l'impot sur le revenu seul ?

L'impôt sur le revenu, c'est anedoctique comparé aux prélevements sociaux, à la TVA et à la CSG. Sans oublier les taxes d'habitations et taxe foncière, qui a elle deux me couteroont plus que l'impot sur le revenu cette année.
Réponse de le 23/06/2014 à 19:42 :
Plus maintenant, c'est 1/2 des recettes tva.
Réponse de le 23/06/2014 à 21:42 :
C'est ça qui arrive quand on soutient la destruction de l'impôt le plus juste, l'impôt sur les revenus. Après il ne faut pas s'étonner de voir que l'impôt le plus injuste au monde, la TVA, celle que tout le monde paye quelque soit ses revenus, augmente.
PS : L'impôt sur le revenu est une invention libérale et ... américaine.
Réponse de le 23/06/2014 à 22:27 :
On ne peut pas tout payer par l'impôt sur le revenu ou le patrimoine. Il y a des charges publiques qui nécessairement sont incluses dans les prix car elles suivent les coûts de production (retraite, chômage, protection des usines par la police, inspection du travail...). Pour ces charges c'est le consommateur qui doit payer de toute façon...Donc toutes celles qu'on pourra déporter vers la TVA seront bonnes car ça protègera l'économie française et au moins avec la TVA on peut choisir les taux selon les produits...
Réponse de le 23/06/2014 à 23:02 :
@palaga. Vous avez entièrement raison. Qd on parle de ras le bol fiscal, on parle de tous les impôts directs ou indirects (pour les particulers et pour les entreprises).Qd on regarde les prélèvements obligatoires, la France atteint près de 50 % du PIB. La France doit être dans le top 15 des pays du monde où ces prélèvements sont les plus élevés : en Europe seuls les pays scandinaves sont devant nous.La TVA et la CSG comptent pour envison 50% des prélèvements obligatoires. Donc cet article est partiel voire partial!
a écrit le 23/06/2014 à 16:34 :
il faut comparer ce qui est comparable. seul le total des prélèvements est comparable pas des impôts pris un a un cela de veut rien dire, d'autant que les règles d'imposition ne sont pas les mêmes.
a écrit le 23/06/2014 à 16:24 :
Pour qui travaille t on avec des articles de ce type, si ce n'est pour la classe politique qui devrait s'occuper de résorber la dette abyssale de la France et de diminuer le cout de l'état et de son interventionnisme. La France depuis 30 ans prend du retard au niveau économique car elle n'évolue pas et ne se réforme pas grace (pour les politciens) ou à cause (pour les salariés qui paient des impots et taxes) des syndicats qui bloquent toute remise en cause pour des interets locaux et qui nous font rater des opprotunités de développement. Et tout le monde est content du nivellement par le bas au niveau salaire et avantaes sociaux , étrangers en tete.
Réponse de le 23/06/2014 à 19:15 :
Très bonne analyse
a écrit le 23/06/2014 à 16:12 :
1 couple avec 2 enfants gagnant 1 salaire médian (soit 1800€ nets pour 4), ne paie pas d’impôt sur le revenu. Vous oubliez certainement d’ajouter les parts des enfants.
1 couple avec 2 enfants gagnant 2 salaires médian (soit 3600€ nets pour 4), paie 12% d’impôt sur le revenu ?
Maintenant, calculez un célibataire gagnant 2500€ nets… Et vous constaterez qu’il touche au final moins que ce fameux couple. ET C’EST SURTOUT CA QUI EST INADMISSIBLE !
Réponse de le 23/06/2014 à 17:52 :
Il est pourtant logique qu'une famille paie moins d'impôt par tête qu'un célibataire !!! Qui pourrait défendre le contraire ?
Réponse de le 23/06/2014 à 18:29 :
ceux avec enfants préparent votre retraite, bien sûr ceux qui les élèvent bien pas certains qui en font que pour toucher les allocs qui d'ailleurs devraient rentrer dans le calcul de l'impot
Réponse de le 23/06/2014 à 18:43 :
Effectivement Balkany, il est logique, dès lors que nous sommes dans un pays socialiste, que sans enfant, j'assume fiscalement par le biais du quotient familial, vos choix d'avoir des enfants ? Et si à mon tour, je fais un choix, quel qu'il soit, qui m’exposera financièrement pendant plusieurs années, j'ai droit à une déduction également ? Ce pays est hallucinant. Même de droite, les français ne peuvent renoncer à faire supporter leur choix à d'autres, donc à se faire subventionner par l'Etat par le biais d'allocations familiales où du quotient familial. Drogués aux prestations sociales et aux niches fiscales.
Réponse de le 24/06/2014 à 14:58 :
A revenu égal elle paie moins -voire pas- d'impôts tout court et non par tête, c'est là que la question se pose.
a écrit le 23/06/2014 à 15:49 :
Ce n'est pas ce que dit Piketty ? Il dit que l'impôt n'est plus progressif pour les hauts revenus !
Qui croire ?
Réponse de le 24/06/2014 à 13:34 :
Ce n'est pas contradictoire. Mais bon personne n'a eu l'air de comprendre l'article. Il ne s'agaissait pas de juger du degré d'imposition mais de comparer la progressivité de l'IR par rapport aux autres pays. Résultat : le notre est peu progressif sur la classe moyenne mais très progressif sur la classe aisée par rapport aux autres pays de l'OCDE.
Pour Piketty, même la France n'a pas adopté de système assez progressif pour contrer les effets de l'augmentation mirobolante de la richesse des plus riches.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :