Pacte de responsabilité : la filière chimie signe le premier accord de branche

 |   |  534  mots
L'Union des industries chimiques (UIC) a annoncé la signature, avec deux syndicats, du premier accord de branche dans le cadre du pacte de responsabilité
L'Union des industries chimiques (UIC) a annoncé la signature, avec deux syndicats, du premier accord de branche dans le cadre du pacte de responsabilité
Jeudi, l'Union des industries chimiques (UIC) a annoncé la signature, avec deux syndicats, du premier accord de branche dans le cadre du pacte de responsabilité. Cet accord prévoit 47.000 embauches de 2015 à 2017.

La tactique de l'exécutif a marché ! Jeudi, l'Union des industries chimiques (UIC) a annoncé la signature, avec deux syndicats, du premier accord de branche dans le cadre du pacte de responsabilité. Cet accord prévoit la création de 47.000 emplois d'ici 2017 et l'accueil de 5.000 apprentis en plus par an.

La CFDT, le premier syndicat du secteur avec 29,67% des suffrages exprimés lors des dernières élections professionnelles, et la CFTC (7,44%), ont signé cet accord avec l'UIC et les fédérations associées, a indiqué l'UIC dans un communiqué.

La CGT, CFE-CGC et FO n'ont pas signé

Avec 28,56% des suffrages, la CGT, le second syndicat de branche n'a pas signé l'accord, qu'il présente comme une "supercherie". Pourquoi ? Il assure que les 47.000 emplois promis d'ici 2017 correspondent au rythme actuel de recrutement de la branche. Selon l'UIC, la conjoncture est plutôt bien orientée. " Au premier trimestre 2014, la production chimique en France est supérieure de près de 3 % à celle du premier trimestre 2013 et le secteur chimique en Europe a augmenté de 3,1 % sur la même période. Les niveaux du premier trimestre 2013 étaient certes bas mais la reprise initiée depuis l'été 2013 se confirme et laisse entrevoir une année 2014 mieux orientée. Il est vrai que le contexte international et surtout européen offre de meilleures perspectives avec des développements des différents secteurs industriels globalement supérieurs à ceux de l'an passé", explique l'UIC sur son site Internet.

La CFE-CGC (19,45%) et FO (10,47%) n'ont pas non plus apporté leur soutien.

" L'industrie chimique est ainsi le premier secteur industriel à s'engager pour l'emploi, ce qui témoigne du sens aigu des responsabilités des partenaires sociaux de la branche et de la vigueur de son dialogue social ", s'est félicité Jean Pelin, le directeur général de l'UIC.

Des embauches en contrepartie des mesures promises

De son côté, l'UIC rappelle que les embauches promises " viennent en contrepartie des mesures prévues dans le cadre du pacte de responsabilité dans l'ensemble de ses composantes (baisse du coût du travail, allégement de la fiscalité et simplification réglementaire) ".

L'industrie chimique, qui emploie 158.000 salariés en France, a saisi l'occasion pour demander d'autres conditions qu'elle juge " nécessaires pour que ces engagements pour l'emploi puissent se concrétiser et être amplifiés ".

L'UIC demande ainsi " la mise en oeuvre opérationnelle, rapide et cohérente du contrat stratégique de filière Chimie et Matériaux et du plan industriel Chimie verte et biocarburants ". Elle plaide également pour "une stratégie gaz ambitieuse afin de préserver l'industrie chimique en France et d'assurer son développement". Enfin, l'UIC continue de réclamer à l'État donne son feu vert à l'exploration du gaz de schiste.

Un rappel à l'ordre de l'exécutif

Pour mémoire, le pacte de responsabilité prévoit 40 milliards d'euros d'allègement du coût du travail pour les entreprises en échange de négociations dans les branches professionnelles sur l'emploi, la formation et l'investissement. La semaine dernière lors de la conférence sociale, François Hollande, le président de la République et Manuel Valls, le Premier ministre ont estimé que la mobilisation dans les branches était insuffisante.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2014 à 10:04 :
L'industrie chimique bénéficie du faible cout de l'énergie en tant que matière première. Le cas est différent pour les autres activités: le bas cout de l'énergie comparé au cout du travail est défavorable pour elles.
Réponse de le 19/07/2014 à 4:57 :
L'industrie chimique bénéficie du faible coût de l'énergie? Quelles sont tes sources?
a écrit le 18/07/2014 à 9:51 :
Bravo ! Mais il faut encore plus d'emploi, notamment dans la chimie verte !
a écrit le 17/07/2014 à 22:11 :
la cfdt est un syndicat responsable, tout doit etre fait en france pour ne pas laissez les jeunes AU CHOMAGES???
Réponse de le 18/07/2014 à 18:50 :
et les seniors ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :