Austérité ou non ? La France la connaît depuis 2011

 |   |  455  mots
(Crédits : reuters.com)
Les détracteurs d'Arnaud Montebourg estiment que, contrairement aux affirmations de l'ex ministre, la France ne connaît pas l'austérité. Au vu de la hausse des prélèvements obligatoires, cette affirmation ne tient pas la route

C'est une petite musique qui revient à longueur de commentaires télévisés, aussi bien dans la bouche d'experts de droite que de gauche : la France n'aurait, contrairement aux affirmations d'Arnaud Montebourg,  jamais subi une politique budgétaire d'austérité. A droite, on estime que l'équipe Hollande n'a jamais eu le courage de la mener, à gauche, des experts tel le politologue Gérard Grunberg, refusent d'associer un gouvernement socialiste à ce genre de politique.

La plus forte hausse des prélèvements en temps de paix

Quelle est la réalité ? Depuis 2011, la France subit effectivement l'austérité. C'est incontestable, si l'on veut bien admettre, suivant en cela les économistes, qu'une stratégie de réduction du déficit public à marche forcée, que ce soit au moyen de coupes dans les dépenses ou grâce des hausses d'impôts, est synonyme d'austérité.
Entre 2011 et 2013, les prélèvements obligatoires ont été accrus de trois points de PIB, passant de 41,3% du PIB en 2010 à 44,7% en 2013. Cette hausse de trois points en l'espace de trois ans est sans précédent en temps de paix. Seul Raymond Barre a augmenté autant les prélèvements, mais sur une période plus longue -de 1976 à 1981.

Quelles coupes dans les dépenses?

L'argument avancé par la droite pour affirmer l'absence d'austérité est l'absence de coupes franches dans le budget. Or le budget de l'Etat baisse bel et bien. Beaucoup moins qu'ailleurs ? L'examen objectif des statistiques conduit à constater qu'aucun pays n'a diminué franchement leurs dépenses en valeur absolue, par rapport au niveau d'avant crise (2008). Il est vrai que, compte tenu de l'inflation, elles ont baissé, dans deux pays : l'Espagne et l'Italie. Et, que la hausse en France (+14,1% depuis 2008) est supérieure à celle constatée par ailleurs : +12,6% en Allemagne, +10% en Grande Bretagne.

Les exemples usés de la Suède et du Canada

En tous cas, les exemples déjà anciens de la Suède et du Canada, mis en avant ad nauseam, n'en sont pas : ces pays n'ont pas baissé leurs dépenses en valeur absolue. Elles ont été simplement stabilisées. Si elles ont diminué en proportion du PIB -fortement dans le cas de la Suède, de l'ordre de 15 points au milieu des années 90- c'est en raison de la hausse de ce même PIB. En valeur absolue, les dépenses publiques suédoises ont augmenté de 12,6% entre 1994 et 1999.
Au Canada, les dépenses n'ont baissé qu'une seule année, en 1996 (source : OCDE), et elles sont ensuite reparties de l'avant. Sur la même période 1994-1999, elles ont augmenté de 9,3%.
Qu'en est-il sur le long terme ? Entre 1994 et 2013, elles ont progressé de 77% en Suède. En France, la hausse a été de 88%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2014 à 13:00 :
D'un coté :
"les prélèvements obligatoires ont été accrus de trois points de PIB, passant de 41,3% du PIB en 2010 à 44,7% en 2013",
"aucun pays n'a diminué franchement leurs dépenses en valeur absolue, par rapport au niveau d'avant crise (2008)"
et de l'autre :
"le budget de l'Etat baisse bel et bien". Relisez-vous !
Les français qui payent des impôts (particulier et entreprises) connaissent l'austérité mais pas l'état.
C'est l'état qui doit réduire son train de vie et redéfinir ses missions.
Pour le PIB, il faut avoir à l'esprit que si son accroissement est financé par la dette ce n'est pas la même chose que si c'est par l'investissement des entreprises.
Un ratio intéressant serait peut-être : Mtt de la dette à rembourser/Mt rentrées fiscales par an.
a écrit le 27/08/2014 à 11:37 :
Contrairement à cette affirmation mensongère de Montearebourg, la France n'a connu aucune réelle austérité, alors que tous les pays performants, vis à vis de nous c'est pas difficile, y ont consenti courageusement depuis dix ans, au moins. En France le mot "austérité" est rayé du vocabulaire??????austérité n'est pas français La cigale et les fourmis.......vous connaissez ????? Auteur français !!!
a écrit le 27/08/2014 à 11:25 :
"Or le budget de l'Etat baisse bel et bien"
Il baisse avec une augmentation des prélèvements, donc des recettes, et une augmentation des dépenses ?

C'est un journaliste économiste qui écrit ca ???
a écrit le 27/08/2014 à 10:29 :
Entendu pour la énième fois hier à "C'est dans l'air": L'austérité ! mais quelle austérité, la France ne connait pas l'austérité ! Le Portugal, la Grèce Chypre et l'Irlande, eux ...
Mais ce n'est pas l'austérité que connaissent ces pays, c'est la mise en coupe réglée de leur ressources propres et la perte de leur indépendance par une "triade", et j'ai pesé le terme !
Cessons de jouer sur les mots et posons nous la question: est-ce vraiment cela qui est souhaité ? Si la réponse en positive alors nous ne sommes plus en démocratie et nous avons beau jeu de chercher des poux à la Russie qui veut à tout prix conserver son indépendance nationale
a écrit le 27/08/2014 à 9:23 :
Tant que le budget est déficitaire, il n'y a pas de rigueur/austérité. Toute diatribe prétendant le contraire est de l'enfummage.
Réponse de le 27/08/2014 à 11:05 :
mais c'est économiquement faux, croyez vous qu'un déséquilibre macroéconomique se corrige d'une année sur l'autre ? ce serait du jamais vu dans l'histoire...
Réponse de le 27/08/2014 à 12:24 :
je ne comprends pas le raisonnement
a écrit le 27/08/2014 à 7:28 :
Le gouvernement aurait du baisser les salaires comme partout en Europe, en Allemagne et en Angleterre aussi !
Réponse de le 27/08/2014 à 11:06 :
mais oui, on serait bien mieux, merci pour cette belle vision et solution !
et le votre en premier, OK ?
a écrit le 27/08/2014 à 5:44 :
"Austérité ou non ? La France la connaît depuis 2011"

Une austérité que les grecs, les chypriotes et les espagnols doivent beaucoup nous envier, vous ne croyez pas ? Mais quel sera donc le qualificatif de l'économie française quand elle sera au niveau de celle de la Grèce par exemple ? je cherche...
a écrit le 26/08/2014 à 21:18 :
Le problème n'est pas de savoir à quel niveau d'austérité on se trouve. Nous sommes actuellement dans une spirale décroissante/déflationniste. Pour en sortir, l'unique solution est la baisse massive des impots, des charges et des dépenses. Que va faire Valls ? augmenter la TVA qui va accélèrer la décroissance.
Réponse de le 26/08/2014 à 22:40 :
Quelq'un avait voulu solutionner ceci il a 80 ans, mais cela s'est mal terminé pour lui !
a écrit le 26/08/2014 à 20:13 :
L'Espagne le Portugal la Grèce ont une austérité , pas la France !! Les salaires n'ont pas baissé, mes retraites non plus et l'état continue de recruter des fonctionnaires !!
Ou est l'austérité ? Arrêtons de raconter des C.........!
Réponse de le 26/08/2014 à 22:51 :
Oui , parlons-en , je suis un vieux retraité , j'ai subi une augmentation d'impots de 950 euros depuis 2011 , malgré le gel des retraites , qu'est-ce que ça va etre quand l'austérité va arriver !
Réponse de le 27/08/2014 à 8:54 :
Il ne reste plus aux retraités qu'à faire la Grève ...
Réponse de le 27/08/2014 à 9:11 :
Il va bien falloir que vous payiez un jour les dettes que vous nous laissez.
a écrit le 26/08/2014 à 19:17 :
C'est là qu'on voit à quelle point l'absence d'inflation est mortelle. Les chiffres ne baissent pas en valeur absolue mais en valeur relative. Deux facteurs sont nécessaires 1) stabiliser la dépense en valeur 2) avoir 2-2.5% d'inflation. Idéalement, un tout petit peu de croissance (1%) ne fait pas de mal. On peut parler de réformes structurelles ad vitam eternam, ET il faut évidemment les faire !! Le coeur du problème reste la politique monétaire de la BCE, seule banque centrale a ne pas faire de quantitative easing. Même les suisses le font avec leur cours planché pour le CHF. La déflation nous pend au nez.
Réponse de le 27/08/2014 à 9:17 :
Compter sur l'inflation et la croissance à l'époque actuelle, c'est comme attendre la pluie au Sahara. C'est sympa quand ça se produit, mais ça ne résoud rien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :