Sapin revoit à la baisse les économies budgétaires

 |   |  407  mots
(Crédits : reuters.com)
Les 21 milliards d'euros d'économies sur les dépenses publiques sont compromis par la faible inflation, annonce le ministre des Finances, Michel Sapin

Le ministre français des Finances Michel Sapin a estimé mardi que l'objectif de réaliser 21 milliards d'économies dans la dépense publique en 2015 risquait d'être revu à la baisse, en raison d'une inflation trop faible.

"On ne peut pas avoir les mêmes objectifs avec une inflation qui devient très faible", a reconnu le ministre en réponse à une question sur le maintien d'un objectif de 21 milliards d'économies l'année prochaine.

Michel Sapin, qui s'exprimait dans un entretien à l'AFP, doit présenter dans trois semaines le projet de budget pour 2015.

Un taux d'inflation anormalement bas

Anormalement bas, le taux d'inflation en France, proche de celui de la zone euro, était de 0,5% en juillet en glissement annuel et de 0,4% hors tabac. Soit bien loin du niveau jugé sain estimé à un peu moins de 2,0% sur un an par la banque centrale européenne.

La faible inflation a un effet sur les recettes mais aussi sur les dépenses, a détaillé le ministre.

"L'année prochaine par exemple, là où sur une hypothèse d'inflation de 1,5%, on faisait au-delà d'un milliard d'économies, par le seul gel de prestations, aujourd'hui ces économies sont remises en cause", explique-t-il.

Ne pas rajouter des économies

Lorsque le gouvernement parle d'économies, il s'agit d'économies par rapport à l'évolution naturelle des dépenses qui gonflent mécaniquement d'année en année en raison de divers facteurs, comme les augmentations de salaires à l'ancienneté mais aussi la prise en compte de l'inflation.

M. Sapin se garde néanmoins de prévoir de compenser avec de nouvelles mesures de restrictions. "Rajouter des économies ne me paraîtrait pas adapté à la situation", a-t-il dit, préférant se tourner vers les partenaires européens de la France pour que "des décisions soient prises".

Une faible inflation qui bouleverse le budgets

"Jusqu'ici, l'habitude était de raisonner en fonction de la croissance. Les textes prévoient une flexibilité en cas de récession ou de croissance durablement très faible, mais là, on découvre un autre sujet qui finit par être aussi bouleversant pour les budgets que la faible croissance, c'est la faible inflation", a poursuivi M. Sapin.

Pour lui, "les chiffres de l'inflation en zone euro ont créé un choc. D'où l'émergence d'un nouveau discours des acteurs politiques et économiques. Maintenant, il faut que très rapidement ceci soit pris en compte et que des décisions soient prises".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2014 à 22:17 :
le retour d'une inflation autour de 2 % permettrait à l'état d'augmenter ses recettes tva d'autant
seul bémol, si l'inflation repart à la hausse, les revendications salariales risqueraient de réapparaitre alors qu'aujourd'hui les salaires sont quasi stables et la faible inflation permet à l'état de geler les salaires des fonctionnaires (gel du point d'indice) aisni que les pensions de retraites
Difficile alors de mettre en cause le faible niveau d'inflation pour expliquer un échec de ce gouvernement quant au retour des équilibres budgétaires
Seul moyen d'y arriver, supprimer les nombreuses niches fiscales existantes dont plus de 35 milliards sur 75 sont répertoriés dans différents rapport de la cours des comptes et de l'IGF et jugés inefficaces ou d'effet d'aubaine sans impact sur l'emploi. Sans parler de la mauvaise gestion immobilière de l'état qui ne regroupe pas ses fonctionnaires dans ses propres locaux du fait de l'appartenance à des ministères différents je suggère donc que le patrimoine foncier de l'état soit transféré au ministère du logement pour y être gérer, ce ministère serait alors un syndic propriétaire en charge de la gestion de ce patrimoine et en charge de répondre aux besoins de bureaux ou autres des différents ministères et administrations. Le foncier pourrait alors être plus facilement débloqué pour les promoteurs privés en fonction des zones géographiques et des besoins en logements sociaux
a écrit le 03/09/2014 à 18:12 :
l'économie de la France à la baisse c'est réussie ! quelques bons points quand même .
a écrit le 03/09/2014 à 15:58 :
Il faut bien qu'il trouve une excuse pour justifier son incompétence
a écrit le 03/09/2014 à 15:29 :
Cela confirme donc que les économies annoncées n'étaient que la moindre augmentation "naturelle" des dépenses d'une année sur l'autre, basée sur une inflation de 2%. On va encore plonger un peu plus dans le déficit (proche de 4%?) et passer, une nouvelle fois, pour des charlots. Triste constat...
a écrit le 03/09/2014 à 14:43 :
Comment les médias peuvent-ils croire des gouvernements et des ministres de gauche qui parlent de faire des économies ? Les déficits, ils s' en foutent en réalité.
Réponse de le 03/09/2014 à 18:13 :
C'est vrai seul l'UMP se préoccupe de la réduction de nos déficits.
a écrit le 03/09/2014 à 14:19 :
Ce Mr Sapin, est étonnant ! si!si! vraiment.......
a écrit le 03/09/2014 à 12:53 :
SAPIN est une véritable "catastrophe" ! Spécialiste des (fausses) bonnes nouvelles ! Il n'y a qu'en France qu'on élit de tels irresponsables malveillants !!!
a écrit le 03/09/2014 à 12:32 :
Quel manque de vision et de courage, voila pourquoi nous avons 40 ans de deficits.
a écrit le 03/09/2014 à 10:58 :
Les économie ne sont pas fonction de l'inflation, c'est une baisse des dépenses ce qui signifie qu"ils n'avaient pas l'intention de baisser la dépense mais une hausse plus faible compte tenu d'une éventuelle inflation !
Des comiques qui font de l"économie, voila le résultat !!
a écrit le 03/09/2014 à 10:34 :
CE N EST PAS AVEC LES IMPOTS ET LA TVA QUE L ON SAUVERAS L ECONOMIE FRANCAISSE? SEUL LA MODERNISSATION DE LA FRANCE. AVEC LES NOUVELLES TECHNOLOGIES,, LE NUMERIQUE LA ROBOTIQUE ,ET LES NOUVELLES ENERGIES ? ET AUSSI UNE RELANCE DU POUVOIR DACHAT? ET PART LE BLOCAGES DE CERTAIN ABUS SUR LES PRIX DE CONSOMATION???
a écrit le 03/09/2014 à 9:59 :
Je ne voyais pas le lien entre l'inflation et la réduction des dépenses, maintenant je comprends bien que lorsqu'on nous parle d'économies, elles sont finalement fictives car il s'agit d'une hausse moins rapide des dépenses que l'inflation. C'est comme ci je disais à mon banquier, ne vous inquiétez pas je suis dans le rouge tous les mois mais quand je gagnerai plus, j'augmenterai mes dépenses moins rapidement que la hausse de mon salaire. Bref, on aura tout vu !
Réponse de le 03/09/2014 à 12:37 :
Excellente comparaison !
a écrit le 03/09/2014 à 9:39 :
Et ponctionner 100% des revenus des salariés.
Il n'y a pas d'autre choix Michel.
Prends nous TOUT.
Réponse de le 03/09/2014 à 10:32 :
On y est presque !
Réponse de le 03/09/2014 à 11:08 :
Passons à 110% des revenus.
Dans la justice sociale bien entendu.
a écrit le 03/09/2014 à 9:35 :
Jamais ce type_là n'a dit quelque chose de juste
a écrit le 03/09/2014 à 9:32 :
l'archétype du politicien ce Mr Sapin: un gros parasite...point barre. Se passer de ses services constituerait une sacré économie.
a écrit le 03/09/2014 à 9:28 :
le baisse des economies est surtout due aux gaspillages ,aux privileges ,aux regimes speciaux exemple ,nous avons le record de ministres de la 5é sachant que meme debarqués ils conserves certains privileges ;TOUBIRA qui fait son cinema avec ses arrivees en velo a le record du nombre de chauffeurs dans son m inistere, le cumul emploi retraite des gros salaire et des elus c'est du gaspillage etc etc
a écrit le 03/09/2014 à 9:21 :
Baisse de l'inflation = manque a gagne sur les recettes (TVA) OK , je comprends
Baisse de l'inflation = baisse des couts --> moins d'economies d'apres Sapin je capte pas
La verite : pas de volonte reellle et assumee de la baisse des depenses publiques
a écrit le 03/09/2014 à 8:54 :
cela doit être beau chez lui!!
Réponse de le 03/09/2014 à 9:17 :
Quelle gabegie, c'est presque à croire qu'on a un gouvernement de gauche !
a écrit le 03/09/2014 à 8:45 :
l'inflation trop faible en serait la cause .Alors pourquoi vouloir encadrer les loyers ? les prix des aliments etc .
a écrit le 03/09/2014 à 8:23 :
Avec les taux d intérêts actuels qui sont très bas, le gouvernement fait mecaniquement des economies sur les interets dela dette .
Réponse de le 03/09/2014 à 8:32 :
d'accord avec vous le renouvellement des emprunts a long terme 10ans et+ se fait avec des taux bien moins élevés
donc économies sur les interets
a écrit le 03/09/2014 à 8:22 :
Fin du pacte de responsabilité alors?
a écrit le 03/09/2014 à 8:20 :
Les autres pays européens vont commencer a en avoir marre
On est vraiment les faibles de l Europe
Aucune réforme aucune parole !
a écrit le 03/09/2014 à 7:55 :
Incapable
On va aussi revoir l objectif car il a beaucoup plu ?
Il y a eu du vent du nord plus de 3 jours à Marseille ?
halte aux fausses excuses, au travail où dehors
a écrit le 03/09/2014 à 7:28 :
Dehors, pas mieux que les sarkosistes...
a écrit le 03/09/2014 à 7:25 :
Reçu ma feuille d'impôts ces derniers jours, 1000 euros d'augmentation et personne ne bouge, il est là le scandale...! ;-(
Réponse de le 03/09/2014 à 8:32 :
@rebello : vous allez bientôt recevoir vos impôts locaux .Il faut bien financer l école égalitaire ( jardinage un après midi par semaine ) par l augmentation d impôt .
Réponse de le 03/09/2014 à 9:42 :
J'ai eu pareil ... La pose fiscale, c'est couché par terre en train de se faire essorer... La pause fiscale, c'est de l'utopie ...
a écrit le 03/09/2014 à 7:18 :
Une économie basée sur l'inflation n'est pas une économie mais un jeu de chiffre. L'économie réelle est celle qui ne se reproduit pas ou qui ne peut être constante en fonction d'un paramètre variable. Une économie substantielle commence par revoir certains budgets et le tout premier l’Education Nationale un gouffre dont nous pouvons douter de sa bonne gestion. Il semble que plus du tiers des emplois de ce ministère soit hors enseignants , il semble car le ministère est INCAPPABLE de donner avec précision le nombre d’emplois dans ce ministère. Exemple avons-nous besoin d’autant d’académies NON revoir la fonction de l’académie, remette à zéro le nombre de conseillers de tout poil qui gravitent autour de l’enseignement etc etc. il n’est pas irréaliste de considérer un gain de 5 milliards sur ce ministère qui à défaut d’efficacité est une pompe à finance publique pour un résultat qui se dégrade malgré les petits arrangements pour que le bac soit toujours dans une fourchette acceptable. En plus des économies cela permettrait également de revaloriser financièrement le métier d’enseignant.
Le ministre est le type même de cette formation étatique dont le gouvernement et les conseillers regorges, une formation qui n’est en phase avec les réalités économiques et qui ont toujours des solutions bancales , ce gouvernement est l’archétype d‘un système qui ne voit plus rien donc sans solution, ministres et conseillers qui se positionnent plus dans le concours de la voyance que dans la réalité de l’Economie. Après son passage au ministère du travail ce ministre montre la médiocrité du gouvernement et le laisser en poste par copinage n’est pas un bon signe donné au pays au contraire il ne peut- être que néfaste à un gouvernement qui ne tient en place que par les institutions à défaut de compétence et de reconnaissance. Le Président est à bout de souffle il n’est pas considéré comme un gouvernant responsable, ce constat ne peut en aucun cas redonner confiance à ce pays qui en a bien besoin. Demander sa démission n’est pas réaliste mais lui demander de s’entourer de gens compétents est un minimum qu’il doit à ce pays s’il le considère n’ont pas comme un joujou politique ce qui est le cas mais comme un pays qui a besoin d’un Président responsable et non d’un petit chef de parti entouré d’une ribambelle de copains de promo ou de copains de chemin politique. La France n’est pas un jouet merci de le prendre en compte, car la France souffre et l’irresponsabilité de la gouvernance est un manque de respect pour les citoyens de ce merveilleux pays que la classe politique autant à droite qu’à gauche défigure depuis 40 ans.
Réponse de le 03/09/2014 à 9:44 :
@ SAMARINDA : Vous ne voulez tout de même pas que Sapin ampute le budget de l'éducation nationale, c'est le réservoir socialiste d'électeurs ! Et faire confiance à un individu qui annonce partout le renversement de la courbe du chômage pour fin 2013 alors que cette courbe est une ligne droite qui continue imperturbablement de monter. C'est le même Sapin qui nous annonçait que nous allions respecter nos engagements en matière de déficit que nous allions ramener à 3% alors que nous serons à 4%. Ce qui me rassure, c'est que lors de le campagne présidentielle, Hollande avait dit qu'il avait pris la mesure de la crise (dont il réfutait l'existence peu de temps avant en cœur avec la gauche). On voit aujourd'hui ce qu'il en est, un plantage magistral et des fausses promesses enfilées comme des perles. Même les électeurs de gauche s'en sont rendu compte, hormis les éternelles groupies.
a écrit le 03/09/2014 à 7:10 :
Et encore une reculade
Mais tous les Français de savaient depuis longtemps sauf un !
Ils n'ont toujours pas fait le premier centimes et ils continuent de dépenser pour leur electorat
a écrit le 03/09/2014 à 7:08 :
Lorsque les français le deviendront, beaucoup de problèmes s'amélioreront !
a écrit le 03/09/2014 à 7:03 :
Les arrets maladies bien supérieurs dans la fonction publique que dans le privé...
Et pour la compétitivité, je propose la retraite à 65 ans dans la fonction publique et à 60 dans le privé, cela me parait équitable... ;-)
Réponse de le 03/09/2014 à 15:17 :
de 10000 avec vous cematin
a écrit le 03/09/2014 à 6:16 :
SAPIN incompétent pour les chiffres de l'emploi avec une explosion du chômage et maintenant incompétent pour les estimations des économies sur les dépenses. Bien sûr qu'il faut de l'inflation nous explique t-il pour faire baisser la dépense, oui mais à condition de diminuer les volumes de dépenses !
en 2014 si on dépense 100 et qu'en 2015 le même volume de 100 avec une inflation de 1.5 celà fait 101.5
si l'inflation en 2015 est de 0.5 on ne dépensera que 100.5 soit une économie de 1 dans cet exemple
donc plus l'inflation est faible plus vous économisez sur vos dépenses à volume constant, c'est mathématique, mais cela ne traduit pas une véritable baisse de vos dépenses puisque vos volumes sont constants
reste donc le problème du volume des dépenses et là rien aucune proposition aucune mesure
Un exemple d'économie : le parc auto des véhicules de service des ministères et administration publiques, sous employé, pourquoi ne pas mutualiser entre les différentes administration pour diminuer ce parc ou recourir à la location avec des loueurs professionnel ?
Autres exemple, le taux d'occupation des biens immobiliers en regroupant les services dans un même immeuble appartenant à l'état est sous occupé etc....
Des économies sont possibles, trouver des prétextes fallacieux pour annoncer ses échecs ne peuvent suffire aujourd'hui et à ce niveau là....on règlera nos comptes aux prochaines élections présidentielles et parlementaires face à leur échec patent
Réponse de le 03/09/2014 à 6:53 :
Au 1er septembre le rsa augmente de 2%, les dépenses de santé augmentent de 2,5% par an, l’inflation basse ne fait pas baisser les dépenses !
Réponse de le 03/09/2014 à 7:34 :
Le parc auto de l'Elysee, uniquement la pour les déplacements du chef de l'Etat, comporte 40 voitures! Avec mécaniciens, atelier d'entretien, chauffeurs etc....
Et l'on parle d'économies !
a écrit le 03/09/2014 à 0:31 :
Il compte sur l'inflation pour faire des économies ! C'est allucinant. Il peut espérer réaliser grand max 1% d'économie comme cela. Mais le reste ? On emprunte chaque année 80 milliards d'euros pour un budget de 250 milliards d'euros environ. Il faut réduire massivement les dépenses. C'est ça son boulot.
a écrit le 03/09/2014 à 0:00 :
C'est l'inflation de la gabegie dans la fonction publique qui est un problème , pas la stabilité des prix !!!.
a écrit le 02/09/2014 à 23:54 :
Vilaine inflation qui ne permet pas de faire des économies, vilaine Allemagne qui ne consomme pas assez, vilaine météo, et Sapine qui patine dans la farine !
a écrit le 02/09/2014 à 22:59 :
C'est la ménagère qui revoit sans cesse à la baisse son panier à provisions, tant l'inflation demeure toujours.
a écrit le 02/09/2014 à 22:49 :
Ce qui prouve bien que ces pseudo-économies n'en étaient pas : il s'agissait seulement d'une moindre augmentation des dépenses ! Pas de postes de fonctionnaires en moins (on en crée, au contraire !). Pas un comité Théodule en moins. Pas de réformes de structures sérieuses. Gouvernement de menteurs, obstinément dépensiers
a écrit le 02/09/2014 à 21:39 :
Mr. Sapin, il serait opportun de visiter ou revisiter la Théorie Générale de l’Emploi, de l’Intérêt et de la monnaie de John Maynard Kenes, pour comprendre que le penchant des individus à dépenser et à investir dépend de leurs revenus. Cette conclusion est des plus banales et pourtant ????
Et malheureusement les investissements suscités par des espoirs destinés à être décevant dans une période instable se traduisent par de mauvaises orientations.
Il serait peut être bon de commencer par rééquilibrer les valeurs, entre les valeurs dites "Marchandes" et les valeurs non marchandes au sein de l'ensemble des institutions ? et non de rejeter les problèmes sur l'inflation, l'euro ou l'Allemagne, c'est tellement facile, c'est à dire gouverner, mais pour cela il faut un Chef d'Etat.

signé un Economiste Honoraire
a écrit le 02/09/2014 à 21:21 :
Sapin ne fait donc que parler et ne fait rien. Comme ministre des finances il est supposé d'équilibrer le budget (c'est possible les Allemand, Suisse etc. y arrivent) et ce gars ne fait rien et distribue la faute au autre ou à pas de chance. Lamentable.
a écrit le 02/09/2014 à 21:21 :
De confianciabilité.
Sapin ne manque pas de bravitude mais les résultats sont toujours très mauvais.
Il ment, il taxe, il escroque, il finira président Michel.
a écrit le 02/09/2014 à 21:20 :
Hourra, le réseau dynamique et indispensable des Chambres de Commerce et Industries est donc sauvé !
Réponse de le 02/09/2014 à 22:09 :
Le réseau des Chambres de Commerce et Industries est plutôt responsable du déclin de l'industrie et de la mort du petit commerce. La France peut se passer largement de ces amateurs prétentieux et fêtards sur le dos des contribuables.
a écrit le 02/09/2014 à 20:47 :
Oui. Donc, la crise se déroule comme prévu. A l'ouest, rien de nouveau...
a écrit le 02/09/2014 à 20:42 :
Ils montent la TVA, au départ les prix montent et la consommation baisse d'autant ce qui crée alors en différentiel une augmentation de l'offre et à terme une baisse des prix répercutées par la baisse des marges des entreprises( qui deviennent plus fragiles), au final, les prix n'ont pas bougé, les entreprises coulent, les consommateurs perdent du pouvoir d'achat et on a plus de chômage. Quelle réussite ! Vivement qu'un jour ils ouvrent un livre d'économie.
a écrit le 02/09/2014 à 20:21 :
L’inflation c simple c au détriment de touts les français
Car se n’est pas suffisant de payer taxe et impots
2%d’inflation =2% de croissance rien n’est consommer en
Plus c touts simplement + chere c comme sa qu’il compte
Les derniers de la classe et il parlerons de reprise
Economique et de croissance !!!!!!c lamentable
a écrit le 02/09/2014 à 20:20 :
Il faut surtout gâter les privilégiés du Régime.
Réponse de le 02/09/2014 à 21:45 :
très vraie il suffit de supprimer les regimes spéciaux CANCER DE LA France inégalités INSUPPORTABLE
a écrit le 02/09/2014 à 20:16 :
Ils ont détruit la confiance par leur politique marxiste, leur amoralité, leur arrogance, leur autoritarisme et maintenant ils se lamentent d'avoir mis le pays dans un cercle vicieux de décadence. Ils se cramponneront au pouvoir jusqu'à la fin, peu leur importent les vies gâchées voire brisées de millions de gens....
a écrit le 02/09/2014 à 20:06 :
après la faute à Sarko, la faute aux riches, la faute à la crise, la faute à l'Allemagne, voilà maintenant la faute à la faible inflation...quand on est un bon politique on a de bons résultats, quand on est un mauvais politique on a de bonnes excuses! tout est dit...
Réponse de le 02/09/2014 à 20:50 :
Ch'tit détail : TOUS les politiques de la planète essaient de continuer le cinéma malgré la crise économique mondiale. Et l'extrême-droite est en embuscade aussi partout, prêts à bondir. Idem 1929.
Réponse de le 02/09/2014 à 20:52 :
+100
a écrit le 02/09/2014 à 19:57 :
Le Monde (qui s'occupe un peu de la France) doit vraiment penser que notre gouvernement est incompétent.
IL A RAISON
a écrit le 02/09/2014 à 19:56 :
Ils sont passés de 3,6% en 2013 (idem pour la France) à 3,06 à fin 2014 (prévision) alors que la France sera à plus de 4%.
Notre administration et nos gouvernants sérient ils nuls à ce point ? et plus de 50% des français auraient ils eu un mauvais jugement en votant pour Hollande ?
Ce n'est pas possible !
Réponse de le 02/09/2014 à 20:46 :
pourtant on a manollo commando !!!
a écrit le 02/09/2014 à 19:55 :
Michel Sapin est en panne pour reprendre le terme utilisé.
il n'y a pas de raison de s'inquiéter.
La courbe du chômage sera inversée fin 2013.
quant à la dette, elle sera stabilisée incessamment sous peu.
le déficit, il sera respecté, juste en dessous des critères de Maastricht fin 2013.

il suffit d'attendre fin 2013 globalement en se plaçant dans un univers parallèle.
a écrit le 02/09/2014 à 19:35 :
Les 3% ,,,
La courbe du chômage
Les 50 milliards
Etc etc

Comment peux t on avoir le minimun de confiance dans des politiciens qui ne font que du vent depuis 2 ans ??
Je suis gentil on pourrait dire 30 ans



a écrit le 02/09/2014 à 19:33 :
Prévisible, tous les prétextes sont bon pour ne rien faire. Ils tuent notre pays en refusant de le réformer et faire des économies nécessaires pour repartir sur de bonne base. Pour 2017 et pour l'avenir, je ne voterais plus jamais PS ou Gauche.
a écrit le 02/09/2014 à 19:04 :
et ben voila ! Le masque du mensonge finit toujours par tomber
9 mois après les annonces du pacte de responsabilité les 50 milliards de baisse des dépenses ne sont toujours pas documentés pour la bonne et simple raison qu'ils sont totalement bidons comme l'avait dit la Cour des comptes
Les seules économies qui ont été annoncés sont des gels paramétriques de prestations et de point d'indice qui n'ont aucun impact puisque l'inflation est quasi nulle
Le taux de dépenses publiques de 57% du PIB totalement exhorbitant financé par les entreprises et les ménage va continuer à exploser . On court droit à la catastrophe
a écrit le 02/09/2014 à 19:00 :
Un nouveau recul , un de plus. Le courage n est vraiment pas au rendez vous
a écrit le 02/09/2014 à 18:59 :
Ce gouvernement socialiste est obsédé par la soi-disant faible inflation (en passant, la baguette est passée de 85c à 1euro dans ma boulangerie et mon quartier...). Il n'y a pas de faible inflation sur les produits et les services courants consommés par les français. Ensuite les salaires (ne parlons pas des retraites) n'augmentent plus et ce gouvernement ne rêve que de recréer de l'inflation pour limiter son désastreux déficit budgétaire et continuer à dépenser sans compter en augmentant la dette. Évidement toujours rien de prévu sur la BAISSE des dépenses publiques et non la réduction de l'augmentation des dépenses publiques. Attendez vous à une augmentation considérable de la TVA (3%) à l'automne (Attali en bon socialiste complice ne parle que de cette solution "miracle" sur tous les médias depuis 15 jours...)
a écrit le 02/09/2014 à 18:58 :
Le deficit est hors de control. La France va etre le seul pays de la zone Euro a voir son deficit budgetaire augmenter en 2014 malgre un nouveau matraquage fiscal. Il n'y a pas de volonté assumée de reduire les depenses. Impossible pour les socialos de le faire
a écrit le 02/09/2014 à 18:56 :
Une fois de plus le Ministre des Finance nous prouve l'incompétence de ses services à prédire quoique ce soit, incapable d'anticiper une variation de l'inflation à 1 an, du PIB à 3 mois, du chômage à 1 mois, mais ça construit soit disant des plans sur 5 ans et des politiques de long terme, quelle rigolade de voir ces incapables se planter à chaque fois et de rétro-pédaler pour tenter de s'en sortir.... ils ne voient toujours pas qu'ils vont tout droit dans le mur et qu'on ne peut pas faire marche arrière.
a écrit le 02/09/2014 à 18:55 :
"Jusqu'ici, l'habitude était de raisonner en fonction de la croissance"!! tout est dit et c'est bien à cause de cela que nous en sommes ou nous en sommes aujourd'hui!!!
a écrit le 02/09/2014 à 18:51 :
Ces fameuses économies ne sont / n'étaient que de l'enfumage. Plus d'inflation plus d'économie....
a écrit le 02/09/2014 à 18:45 :
Il fallait s'y attendre! Les économies promises de nombreuses fois ne seront pas faites, le déficit va continuer à augmenter et les majorations massives d'impôts que les français ont subi n'ont servi à rien sauf à détruire l'économie..
Sapin à tout faux, mais il ne changera rien...
Réponse de le 02/09/2014 à 21:02 :
Je partage pleinement. L insatisfaction peut se mesurer quantitativement:
Explosion des impôts à salaire constant
Augmentation du déficit du pays
Aucune réduction des dépenses de l état

Il s agit d une politique inadaptée gérée par une équipe d'incompétent.

Je revendique la démission IMMÉDIATE de l exécutif et l organisation d un vote anticipe. La intubation est intenable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :