L'art impossible en France de la prévision budgétaire réaliste

 |   |  495  mots
Depuis 1997, toutes les prévisions indiquent un retour à l'équilibre budgétaire qui ne se produit jamais
Depuis 1997, toutes les prévisions indiquent un retour à l'équilibre budgétaire qui ne se produit jamais (Crédits : Reuters)
La dégradation de la note de la France par Fitch ratings confirme une fois de plus les difficultés que connaît la France pour réduire ses déficits. Et sa tendance à surestimer la croissance...

Une brève histoire de la prévision dé déficit 2015 de la France : de -1 % à -4,1 %

Fitch a procédé vendredi 12 décembre à la dégradation de AA+ à AA de la note de la France, pendant que l'agence maintenait la note AA+ du Royaume-Uni par exemple. En réaction à cette information, le ministère des finances et des comptes publics a rappelé avoir « récemment revu à la baisse le déficit public prévu pour 2015 (de 4,3% à 4,1% du PIB) et pour les années suivantes ». Cette réduction du déficit avait effectivement été annoncée le 3 décembre dernier.

C'est un redressement louable, mais il est utile de le comparer aux prévisions successives de déficit : la France rend public et transmet à l'Europe depuis deux ans des prévisions de déficit 2015 dans le cadre du pacte de stabilité et de croissance de 1997 (PSC) puis du traité budgétaire européen de 2012. On constate ainsi que la prévision de déficit 2015 est passée de -1% à -4,1%, donc la prévision la plus récente de déficit en proportion du PIB est tout simplement quatre fois supérieur à la prévision initiale faite trente mois avant.

graph déficits

Quinze ans de traditions de sur-optimisme budgétaire

En la matière il n'y a pas spécificités pour les trois gouvernements responsables de ces prévisions (les gouvernements Fillon, Ayrault & Valls) : depuis que le pacte de stabilité existe, on constate de façon quasi rituelle la surestimation importante et systématique de la croissance de l'économie française, ce qui induit par effet domino la surestimation des recettes publiques et donc du solde budgétaire à dépenses publiques globalement rigides à court terme. Depuis 1997, toutes les prévisions indiquent un retour à l'équilibre budgétaire qui ne se produit jamais : cet équilibre budgétaire est donc virtuel car il constitue un horizon fuyant qu'on peut seulement affirmer à moyen terme comme l'a indiqué de façon laconique en septembre 2014 le Haut Conseil des Finances Publiques :

« L'ambition initiale des précédentes lois de programmation en termes de redressement structurel des finances publiques n'a pas été réalisée. Les trajectoires de solde structurel ont été rapidement et régulièrement révisées dans les textes financiers et les programmes de stabilité ultérieurs, bien avant le terme de la loi de la programmation en vigueur ».

Mais le sujet de l'exécution budgétaire est au moins aussi important que la prévision en ce qui concerne la crédibilité du gouvernement. Hélas également, l'exécution des derniers budgets n'incite pas à l'optimisme, avec des écarts substantiels entre le déficit projeté dans la loi de finances et le solde final.

Il y a donc un travail énorme de reconquête de crédibilité budgétaire tant vis-à-vis de l'opinion publique que de nos partenaires européens et de nos prêteurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2014 à 18:24 :
A force de faire croire qu'une moindre dépense est une réduction de déficit ils finissent quand même par se marcher dessus. D'où le besoin de gonfler les chiffres "positifs" annoncés. Mais quand on commence à aligner non plus les milliards mais les dizaines de milliards de différence, il devient difficile de tasser ces "grosses" poussières sous la tapis.
a écrit le 19/12/2014 à 8:06 :
Merci pour la qualité de cet article. Je j'écoute plus les prévisions de la classe politique, ayant constaté que les visions de Mme Soleil étaient beaucoup plus exactes, et frappées du bon sens..
a écrit le 18/12/2014 à 23:20 :
Le problème est que le système n'asservit pas les dépenses aux recettes. Le déficit est aleatoire parce que les dépenses sont certaines et découplées des recettes qui sont aleatoires. La solution est de "vendre" les services publics à l'unité d'oeuvre consommée (tarif d'assurance maladie par personne, coût de l'année élève, % de valeur de bien protégé...)...et par ailleurs sans faire de contraction d'écriture de redistribuer universellement un prélèvement de solidarité à large assiette et à taux fixe sur toutes les personnes physiques (on fixe le taux, on constate la recette et on la répartit à parts égales vers la population).
a écrit le 18/12/2014 à 16:06 :
NOS GOUVERNANTS ET FONCTIONNAIRES MANQUENT CRUELLEMENT DE BASE POUR GÉRER UN BUDGET. C'EST CA LE VRAI PROBLÈME. ILS NOUS DONNENT L'IMPRESSION DE NE PAS SAVOIR COMPTER (RECETTES = DÉPENSES) NI DE SAVOIR GÉRER UN BUDGET POUR RÉSORBER LA DETTE ABYSSALE DE 2.000 MILLIERS D'EUROS ET ENCORE MOINS DE FAIRE UN VRAI PROJET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL POUR LA FRANCE DU FUTUR POUR NOS GÉNÉRATIONS A VENIR
a écrit le 18/12/2014 à 15:19 :
Ou bien je suis affligé d'un sérieux strabisme vertical, ou bien la présence de deux tableaux identiques, ce que personne ne remarque, est réelle. Ôtez moi d'un doute...
a écrit le 18/12/2014 à 13:28 :
Les gestionnaires sont trop optimistes, pensent que de prévoir 1% de croissance donnera de meilleurs 'résultats' que de prévoir 0,5% (effet d'entrainement, voire méthode Coué).
Ça permet également de minorer les efforts. En fin d'année, une rétroactivité pour les taux d'imposition des entreprises et une peu de dette en plus et c'est 'réglé'.
Je suis pessimiste donc toujours heureux vu que ça n'est jamais aussi pire que craint. Le jour où ils prévoiront 0,4% et auront finalement 0,6%, ça sera la fête ! Avec des excédents.... Incroyable.
a écrit le 18/12/2014 à 12:23 :
L'art impossible en France du travail journalistique : je suis depuis plus de vingt ans les déficits de l'état Français. En aucun moment je n'ai vu un rapport journalistique sur la dette Française !!! J'ai même entendu des journaleux à la télévision (pendant les débats TV pour l'élection présidentielle de 2007) répondre à un candidat qui s'inquiétait de la dette de l'état, qu'il n'y comprenait rien : "les déficits sont un investissement pour le futur" Je vous laisse apprécier aujourd'hui la véracité de leur analyse !
Réponse de le 18/12/2014 à 14:19 :
Vous n'avez visiblement pas regardé les journaux de France 2 ou lu la presse généraliste (Le Monde, Le Figaro) ou économique (Les Echos, La Tribune) pour ne citer que ceux la, qui ont fait des articles et reportages à mainte reprise sur le montant insoutenable de la dette française, depuis qu'elle a dépassé les 60% de PIB. Les "journaleux" et autres journalistes et économistes y ont répété sans se lasser que la France allait vers le gouffre.
a écrit le 18/12/2014 à 12:09 :
et assemblées où les fonctionnaires sont sur-représentés.

Dans les années 60, il n'y avait que 1,5 millions de fonctionnaires, pas de déficit et peu de dette.
Depuis nous sommes passés à 5,5 millions de fonctionnaires, le déficit et une dette monstrueuse.

Pensez vous que les fonctionnaires qui ont pris le pouvoir, vont le lâcher comme ça et accepter le dégraissage nécessaire ???
a écrit le 18/12/2014 à 11:21 :
ils sont tous langue de bois incapables de traiter des réalités , ils font de la politique depuis 40 ans avec les résultats que vous connaissez explosion des comptes sociaux , diminution par le COR des pensions , déficits , dette abominable. Et tous ces gens se repassent le pouvoir tous les cinq ans comme un jeu de chaises musicales .
a écrit le 18/12/2014 à 11:12 :
Mhm..!!! pas vraiment: Fillion 2010 et 2011 les réductions effectif du déficit ont étaient (légèrement) supérieures aux engagements vis a vis de Bruxelles. Tout le monde peut le vérifier, c'est factuel
a écrit le 18/12/2014 à 10:48 :
Pourquoi les autres pays y arrivent? Peut-être les français ne veulent pas voir la réalité?? Il faudra peut-être un jour, mais c'est toujours plus facile que c'est la faute des autres, UE, conjoncture, pas de chance, mauvais temps etc.
Réponse de le 18/12/2014 à 11:18 :
ils y arrivent parce-qu'ils n'investissent pas et ont un faible budget Défense, appauvrissent leur peuple (notamment en matraquant fiscalement les ménages tout en limitant les prestations), ont moins de dépenses Education car moins de gamins, mettent leurs vieux dans des "maisons de retraite" low cost de l'Est...
et puis il y a ceux qui limitent leur dette publique, mais pas leurs dettes privées (et il y a ceux qui cumulent ; pas nous).
et comme dit EBT ci-dessous, c'est sur le UK qu'il faut s'interroger.
Réponse de le 18/12/2014 à 23:26 :
Ils ont surtout des fonds de pension et des assurances santé privées qu'ils doivent nécessairement payer et qui n'apparaissent pas dans les comptes. Le sport français consiste à profiter du système public en évitant de le payer...
a écrit le 18/12/2014 à 10:25 :
Comparez, par exemple, avec le Royaume Uni et vous verrez qu'ils sont encore moins fiables.
a écrit le 18/12/2014 à 10:15 :
On attend toujours la sanction des urnes.

Le FN n'est vraiment pas une alternative valable, même pour un vote de protestation.

L'absention ne donne pas de vraie solution.

Par ailleurs, il est certain que si les Français veuillent tout changer, sans que cela les touche, on ira droit dans le mur.
Réponse de le 18/12/2014 à 11:09 :
Par ailleurs, il est certain que si les Français veuillent tout changer, sans que cela les touche, on ira droit dans le mur --> VRAI a 1000%.
il suffit de voir les greves un secteur d'activité en remplace un autre entre Bastille et Nation
Réponse de le 18/12/2014 à 13:53 :
lisez tous le dernier livre de Jacques Attali ... être soi même...balayez devant votre porte et arrêtez tous d'aboyer ...la France depuis des années manque de leader et c'est pas L'ENA usine à PAPA du microcosme Parisien qui va y palier ...
Chacun doit avec ses petits moyens réagir et les petits ruisseaux etcccc
Nous sommes le boulet de l'Europe..la France de Louis 14 et de Napoléon c'est une honte de voir ce que nos enfants ont fait de notre Pays..tous pourris gâtés sur le corps de nos anciens morts....Bravo les gars..j'ai 74 ans ..au revoir..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :